Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Second life

Puisqu’il paraît qu’il va falloir travailler plus longtemps ou, tout au moins, attendre plus longtemps le droit de se reposer d’une vie de travail, explorons le no future que l’on nous vend à la hache.

Mais c’est normal qu’on ait le droit de continuer à travailler si on le souhaite ! 
 
C’est sûr que vu des USA, le débat français sur la retraite doit sembler bien exotique. Là-bas, le travail est une valeur centrale, le pilier de la société américaine, la perfusion à laquelle s’abreuve le mythe de l’american way of life, celui qui dit que tout le monde a sa chance, suffit juste d’être prêt à travailler dur. Et ce ne sont pas quelques dizaines de millions de déclassés et autres mal soignés ou évaporés de la crise des subprimes qui vont faire mentir ce beau rêve laborieux.
 
  • Hmmm et vous, vous en avez, des vieux qui bossent ?
  • Oui, plein, un peu partout. Ils ont des emplois qui leur sont réservés, des emplois statiques.
  • Ha bon ?
  • Ben, il y a une charmante vieille dame de 75 ans qui me sert mon pain, à la boulangerie du quartier.
  • 75 ans !!!
  • Oui, elle a un peu de mal avec son arthrose, mais elle est vraiment très gentille. Et sinon, il y a tous ceux qui font les dégustations de produits, dans les supermarket...
 
Chez nous, les animatrices de ventes sont surtout des femmes dans la force de l’âge qui élèvent seules des mômes et qui ne peuvent pas vraiment refuser ce genre de bout de boulot payé au lance-pierre. Pour l’instant.
 
  • Et c’est bien payé, les boulots pour vieux ?
  • Je ne sais pas, mais non c’est le genre de boulot qui ne doit être super bien payé.
  • Ha ouais, et sinon, y a des boulots qualifiés, pour les vieux ? Parce que je vois mal le gars qui a été cadre dans l’informatique pendant 40 ans trouver très intéressant de faire goûter des barquettes de pâtes dans des hypermarchés bondés.
  • Oui, enfin, bon, avec les retraites qu’ils ont, ils n’ont franchement pas le choix.
 
Et voilà, on y est. On commence toujours par un beau couplet sur la liberté de choix des uns ou des autres et ça finit toujours par un truc bien merdique qu’on doit bouffer à la louche pour ne juste pas crever de faim !
 
Soleil vert et peaux de grenouille
 
L’autre argument qui tourne en boucle comme un jingle de mauvaise soupe musicale dans un supermarché bondé un jour de soldes, c’est qu’il est nécessaire de travailler plus longtemps pour compenser le fait que l’on vit plus vieux. Sauf que l’on passe un peu rapidement au-dessus de la notion pourtant essentielle de l’espérance de vie en bonne santé par rapport à l’espérance de vie tout court. Parce que c’est bien beau de vivre en moyenne 10 ans de plus qu’il y a 40 ans, encore faut-il savoir dans quel état on le fait.

La retraite, c’était quand même l’idée d’avoir le droit à quelques petites miettes de temps libre après une longue vie essentiellement vouée à un labeur pas forcément glorieux, passionnant ou juste un peu supportable. Et que nous apprend la notion statistique d’espérance de vie en bonne santé ? Que si tu arrives à 63-64 ans sans trop pécloter, t’es déjà bien content de toi et tu peux estimer, à juste titre, que tu as quand même le cul bordé de nouilles. 

Et si on regarde bien le tableau, on constate qu’il y a même des pays où cette fameuse espérance de vie en bonne santé a carrément diminué... alors même que l’âge de la retraite y est suffisamment reculé pour que seuls les miraculés et les teignes puissent espérer finir leur vie professionnelle autrement qu’avec un déambulateur et un titre de handicapé. Mais bien sûr, il faudrait être sacrément tordu pour y voir un quelconque lien de cause à effet.

Ma grand-mère (qui est toujours là, à bientôt 99 ans, à pomper sans vergogne son minimum vieillesse directement dans la jugulaire de la solidarité nationale !) a commencé à bosser vers sept ans en gardant des oies. À 14 ans, c’est la promotion sociale : elle accède aux vaches. Et à 20 ans, elle doit s’exiler à la Capitale pour s’extirper de son destin paysan en devenant boniche pour bourgeois. Quand elle est partie, son idée était de revenir au pays à la retraite pour couler des jours heureux dans le pays de son enfance, retour et repos qu’elle pensait gagner à l’issue d’un demi-siècle de labeur et pas des plus faciles. Elle a pris sa retraite juste à 60 ans, sans attendre d’avoir tous ses droits, parce que son corps, fourbu d’années de grattage de parquets, perclu de rhumatismes, essoufflé par un cœur à peine suffisant à la tâche, n’en pouvait plus. Elle a jeté l’éponge au bout de tout, juste pour quelques bonnes années à faire ce qu’elle n’avait jamais pu se permettre. Elle est rentrée au pays, a fait deux ou trois voyages organisés en Espagne, au soleil, puis le grand-père a commencé à se faire bouffer les os par un cancer. Terminés les voyages et le repos, la voilà embarqué pendant plus de 15 ans comme garde-malade bénévole et contrainte à plein temps d’un vieil homme aigri par une vie de merde qui lui a toujours refusé la moindre compensation.

Mon père, lui aussi, a commencé tôt, vers 14 ans, à la ferme. Bien sûr, ce n’était pas du travail, mais des coups de main, contre un peu d’argent de poche, comme cela se fait dans les familles paysannes. Et ça a continué, plus ou moins comme ça, jusqu’à ses 30 ans, pas franchement déclaré, pas franchement payé, pas du tout cotisant. Il a quitté la terre et a fait sa petite carrière dans le commerce. Une bonne petite carrière dans un boulot pas trop dur physiquement... si on excepte la station debout à longueur de journée et les nécessaires déménagements de meubles, réguliers, logiques aussi, quand on vend des meubles en chêne massif. Donc, pas un boulot très physique, mais quand même un dos pété bien avant l’âge de la quille. Il choisira de continuer à bosser comme indépendant après avoir liquidé sa retraite à 60 ans, in extremis, juste avant de sombrer dans l’infamie du RMI. Parce que sa retraite est toute petite, grâce aux années floues du début de carrière et au chômage envahissant à partir de la cinquantaine, il cumule sa pension avec des missions. Mais pas longtemps. À 63 ans, il est sèchement rappelé à l’ordre par un cancer de la vessie, le truc inexplicable pour lui qui n’a jamais touché une cigarette de sa vie. Même son chirurgien n’avait pas trop envie d’y croire. Mon père y laisse un bon paquet de kilos, sa vessie et une bonne part de son autonomie.

Bernard était notre facteur. Un type gentil et dur à la tâche. À la fin, il en avait ras le cul de La Poste, de ses réformes en rétropédalage, des contraintes de plus en plus stressantes et du boulot, de moins en moins intéressant. Il n’y avait plus qu’un truc qui le faisait tenir : la quille ! Encore deux ans, et à moi les voyages et les parties de pêche ! Il ne pensait plus qu’à ça : sa seconde vie, une vraie vie après le travail !

Quand il est parti à la retraite, il était radieux. Ils se sont organisé un pot avec les copains du boulot et il a fait une dernière tournée, celle de ses bons clients. Il est parti ensuite pour son premier voyage, en Grèce ou un truc dans le genre. Et paf, il a eu un AVC, avant la fin de sa première année de retraite. Directement à la case chaise roulante. On ne comprenait plus trop quand il parlait. Il a dépéri au fond de son fauteuil et il est mort tout doucement au bout de deux ans. On ne peut pas vraiment dire qu’il a eu le temps d’en profiter, de sa seconde vie.

Et puis, il y en a eu d’autres. Plein d’autres. Qui décompensent dans l’année ou choppent un crabe sur le finish. Ou auxquels il arrive des bricoles. 

Comme celui qui n’avait jamais le temps de rien. Avec plein de trucs qui traînent dans sa maison payée par une vie de travail. Des trucs toujours remis à plus tard. À la retraite. 

Il est monté sur le toit pour réparer un truc qu’il avait trop longtemps laissé en plan. 
Il est tombé. 

Je me demande s’ils lui ont versé son premier mois de pension ou pas.

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • iris 15 juin 2010 12:14

    j’aime toujours vos articles-
    il faudrai vivre sa vis selon ses envies et ne pas attndre la retraite pour réliser ses rèves et désirs-est ce possible ??


    • foufouille foufouille 15 juin 2010 12:19

      oui, mais les ploutocrates serait pas content, ni le MEDEF


    • Monolecte Monolecte 15 juin 2010 14:44

      Dans la mesure où tu peux crever à tout moment, la réponse va de soi : il faut profiter de la vie tant qu’il y en a. Maintenant, il reste le problème de la subsistance. Le chômage de longue durée m’a appris que l’on pouvait franchement réduire ses besoins, le problème, c’est que les dépenses contraintes ont explosé, nous empêchant de pouvoir totalement choisir notre style de vie. Même si tu es très décroissant, à partir du moment où les loyers se rapprochent des salaires, les choix se restreignent dangereusement.

      Finalement, nous forcer à trimer comme des ânes dans des taffs pourris, juste pour survivre, ce n’est plus très loin d’un esclavage de fait. Et encore, je n’ai aucune dette !
      Du coup, pour l’instant, le meilleur choix possible, c’est la révolte !

    • Nicolas 15 juin 2010 20:08

      Disons que je suis assuré de survivre jusqu’à la fin de mes jours sans finir à la rue (merci la famille avant tout), mais je comprends très bien ce qu’a justement exprimé l’auteur. Le sentiment de devoir faire des boulots pas intéressants, précaires et mal payés, de pouvoir faire autre chose sans pouvoir y arriver, mélangés avec le fait d’avoir par la force des choses du temps pour soi, autant de choses familières.


    • Lucien Denfer Lucien Denfer 15 juin 2010 21:16

      Vu que la retraite j’y compte pas trop, j’suis d’avis que faut en profiter un maximum et faire le plus de choses que l’on pourrait regretter de pas avoir fait plus tard, comme passer du temps avec ses gosses et les aider à grandir dans ce monde pourri par le fric...

      Merci de votre article. ça fait remonter quelques douleurs à notre bon souvenir...

    • Vipère Vipère 15 juin 2010 12:26

      Bonjour Monolecte,

      Des plombes que vous avez pointé aux abonnées absentes, mais contente de vous lire à nouveau.

      Les politiciens de droite programme un no futur qui va laisser sur le carreau des travailleurs âgés, trop vieux pour travailler, trop jeunes pour toucher une retraite.

      On voit poindre une nouvelle race d’indigeants « les recalés du système retraite » qui vont grossir les rangs des chômeurs en fin de droits, les jeunes chômeurs etc...

      R.M.I. pour tout le monde !!!


      • Monolecte Monolecte 15 juin 2010 14:48

        Justement, j’étais très occupée à gagner de quoi payer mon loyer...

        Le no future est pour tout le monde, pas juste les moins employables. Il y a déjà des tas de gens en pleine possession de leurs moyens, en pleine forme, qualifiés, formés, volontaires, qui sucent leurs lacets en attendant qu’on leur face la charité de quelque bout de boulot.
        Ne devons-nous plus n’être que des mendiants, perpétuellement acculés à la survie immédiate ?
        Ne devons-nous pas exiger une existence digne ?
         Ne devons-nous pas nous battre comme des chiens plutôt que de nous laisser traiter comme tels ?

      • Micromégas 15 juin 2010 17:26

        "La retraite, c’était quand même l’idée d’avoir le droit à quelques petites miettes de temps libre après une longue vie essentiellement vouée à un labeur pas forcément glorieux, passionnant ou juste un peu supportable"

        Le vrai problème, c’est que des gens attendent la retraite pour vivre.
        Le problème, c’est que les conditions de travail sont tellement insupportables que certains en sont réduits à attendre la vieillesse pour espérer profiter un peu de la vie avant de mourir.
        Si on s’attaquait vraiment au problème du travail, celui de la retraite n’en serait plus un.


        • foufouille foufouille 15 juin 2010 18:21

          oui !
          tu donnes 1000€ a tout les adultes et 500 par mome tous les mois
          mieux !
          allez hop !
          et pas de flicage !


        • patdu49 patdu49 15 juin 2010 18:46

          ce qu’on appelle perdre sa vie à essayer de la gagner, alors qu’on l’a déjà à la naissance lol

          perso je regrette pas trop les « choix de vie » , qui m’ont été + ou - « imposés » ... imposés, dans le sens ou mon cerveau fait un blocage, à la société de conso, de production, d’hypocrisie, etc dans laquelle on se trouve ... ou faut aller vite, pas réfléchir surtout trop à ce qu’on est en train de faire, à l’utilité dans l’absolu etc de l’energie qu’on y laisse ...

          mon instinc de survie, m’a appris à temps, à survîvre + ou - en marge, ... un genre de « retraite » anticipée en qq sorte ...
          mais c’est vrai que même en etant dans une certaine « décroissance un peu à la bohême » ... ça devient raide quand même dans cette jungle ...

          bon je vais me faire une petite ricoré ...


          • gimo 15 juin 2010 23:35

            patdu49 



            j’ai un  mot a dire à ton sujet  !!!  tu as mon respect  !!et ne perds jamais courage

            le courage c’est la dignité de ta personne !!!! beaucoup de gens riche n’ont pas de dignité
            ni le méritent

            bon ricoré  !!!

          • 65beve 15 juin 2010 22:02

            Bonsoir les gens,

            Merci à l’auteure pour cet article.

            On a tous un exemple dans notre entourage professionnel ou familial d’un décès avant ou juste après le départ à la retraite.
            A la 60taine, le nombre de morts qu’on connait commence à se rapprocher du nombre de vivants.

            Tout ça pour vous dire que toute ces histoires de rallongement de l’espérance de vie ne me conviennent guère. Quand on part à la retraite, qu’on le veuille ou non, on met un pied dans la tombe.

            Maintenant, un peu de colère après ces paroles morbides.
            Comment ça se fait que les syndicats partent divisés dans les mots d’ordre de grève ?
            A qui ça profite ?
            Le simple fait que FO ne parte pas avec les autres et c’est 1 an de cotisations supplémentaires avant de partir à la retraite, ou bien l’age limite repoussé à 63 ou 64 ans.

            Il faut réagir, non de dieu ! et ne pas se laisser bouffer les lambeaux de vie du troisième age !

            cdlt
            bv


            • foufouille foufouille 16 juin 2010 09:52

              le parti des gueux et des sans cullotes propose :

              la creation du bon d’echage du tresor francais
              par contraction le franc
              le franc a la meme valeur que l’euro en franc
              il n’est pas titrisable ni cote en bourse
              le franc a une valeur physique (un franc = un titre)
              le franc a une date limite de 3 mois, il est ensuite perime et echangeable a 50% en euro
              il est interdit de de refuser des francs
              les objets vendus doivent avoir la meme valeur en euro et en franc
              le franc ne peut comporter des milliemes (0.001f)
              le franc n’a aucune valeur hors de france et dom-tom

              meme non perime, il ne peut etre echanger que a 50% de sa valeur contre une autre monnaie

              le franc est verse a tout citoyen francais ou etranger vivantsur le teritoire francais ( a definir, car il faut eviter les expats et fuite de capitaux) avec papier sous la forme d’une allocation sociale universelle mensuelle
              le franc peut aussi ouvrir a un credit en franc physique

              qui sera, bien sur preleve sur l’ASU, un intermediaire (banque ou conseiller financier) pourra bien sur etre remunere
              le franc favorise donc, une consommation locale

              il sera aussi constituer de petite coupure pour eviter la fausse monnaie


              • Pyrathome pyralene 20 juin 2010 13:37

                Tu bosses toute ta vie pour payer ta pierre tombale,

                Tu masques ton visage en lisant ton journal,

                Tu marches tel un robot dans les couloirs du metro,

                Les gens ne te touchent pas pour faire le premier pas,

                Tu voudrais dialoguer sans renvoyer la balle,

                Impossible d’avancer sans ton gilet pare-balle.

                Tu voudrais donner des yeux a la justice

                Impossible de violer cette femme pleine de vices.

                Antisocial, tu perds ton sang froid.

                Repense a toutes ces annees de service.

                Antisocial, bientot des annees de sevices,

                Partager  <script src="http://static.ak.fbcdn.net/connect.php/js/FB.Share" type="text/javascript"></script>



                Enfin le temps perdu qu’on ne rattrape plus.

                Ecraser des gens est devenu ton passe-temps.

                En les eclaboussant, tu deviens genant.

                Dans ton desespoir, il reste un peu d’espoir

                Celui de voir les gens sans fard et moins batards.

                Mais cesse de faire le point, serre plutot les poings,

                Bouge de ta retraite, ta conduite est trop parfaite

                Releve la gueule, je suis la, t’es pas seul

                Ceux qui hier t’enviaient, aujourd’hui te jugeraient.

                Antisocial, tu perds ton sang froid.

                Repense a toutes ces annees de service.

                Antisocial, bientot des annees de sevices,

                Enfin le temps perdu qu’on ne rattrape plus. Qu’on ne ratrappe plus.

                Tu bosses toute ta vie pour payer ta pierre tombale,

                Tu masques ton visage en lisant ton journal,

                Tu marches tel un robot dans les couloirs du metro,

                Les gens ne te touchent pas,

                Tu voudrais dialoguer sans renvoyer la balle,

                Impossible d’avancer sans ton gilet pare-balle.

                Tu voudrais donner des yeux a la justice

                Impossible de violer cette femme pleine de vices.

                Antisocial, tu perds ton sang froid.

                Repense a toutes ces annees de service.

                Antisocial, bientot des annees de sevices,

                Enfin le temps perdu qu’on ne rattrape plus,
                qu’on ne rattrape plus, qu’on ne rattrape plus, qu’on ne rattrape plus.

                Antisocial, Antisocial, Antisocial, Antisocial, Antisocial, Antisocial, Antisocial, Antisocial, Antisocial, Antisocial, Antisocial, Antisocial !!!..

                • Radix Radix 20 juin 2010 13:57

                  Bonjour Monolecte

                  Cela fait bizarre de lire dans ta prose tout ce que les politiciens et les syndicalistes ont oubliés de dire !

                  J’ai commencé à bosser à 14 ans comme « arpette » dans l’entreprise de mon père plombier, je n’étais pas déclaré vu que je n’était pas payé et que c’était pendant les vacances (toutes les vacances).
                  A 18 ans j’ai commencé ma vie « active » (enfin déclaré) sauf que mon premier patron qui montait une escroquerie a « oublié » de le faire ainsi que de me payer !
                  Passage aux prud’hommes qui ont "condamné mon patron à me payer... J’attends toujours !
                  Il avait soigneusement organisé son insolvabilité.
                  Pour l’oubli de déclaration rien !

                  Mon père est décédé à 58 ans de la maladie d’Alzheimer, il a pas eut le temps de la voir sa retraite.

                  Alors à 60 ans pile, je met les bout et j’emmerde Sarko et sa réforme !

                  Radix


                  • Halman Halman 21 juin 2010 08:27

                    Très bel et réaliste article.

                    J’en ai tellement vu des collègues aides soignants partir à la retraite et les retrouver un an après en fauteuil roulant, hospitalisés dans l’hôpital même où ils ont travaillé 40 ans.

                    Ils arrêtent de travailler, décompensation, infarctus, Parkinson et Alzheimer qui passent tout de suite à l’attaque.

                    J’en ai vu mourir d’infarctus même pas deux mois après la retraite, trop épuisés, émotions trop fortes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès