Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Sécurité routière ... encore et toujours

Sécurité routière ... encore et toujours

Je rebondis pour citer l'excellent article de Lapinator.

Quel doit être le rôle d'une société ? D'un gouvernement ? en terme de sécurité routière ?

Répression ou pédagogie ? Peur ou adhésion ?

Education ou diktat ?

J'ajouterai qu'une société qui réprime plutôt que d'éduquer alors qu'elle prélève à chacun de quoi améliorer cette société s'appelle un oligarchie : ceux qui sont aux commandes (gouvernes) s'arrogent pour leur seul bénéfice les prérogatives qui doivent normalement aboutir à faire bénéficier au plus grand nombre les améliorations qu'ils se sont engagés à apporter.

Un autre aspect révoltant (au sens étymologique) est que l'égalité n'est pas la même partout, selon que vous êtes citoyen lambda ou citoyen préfet vous avez ou non l'obligation de porter un casque, que vous soyez fils de citoyen simple ou fils de citoyen encarté vous pouvez faire soustraire l'immatriculation d'un véhicule de la verbalisation ...

Le site de la sécurité routière est explicite, le rapport de l'ONISR (qui pourrait être encore amélioré) indique bien que la sécurité routière progresse, le nombre de victimes rapporté au nombre de kilomètres parcourus, au nombre de véhicule, au nombre de conducteurs.

Le nombre de victimes de la pollution est très supérieur à celui de la route. Il est en augmentation dramatique chez les très jeunes enfants. Celui de l'alcoolisme également.

Mais paradoxalement, on ne note pas d'effet de mode, ou de médiatisation autant ancrée (encrée) dans le quotidien, que le risque routier.

Les radars ne sauvent pas de vie, les ronds points oui, les équipements de sécurité oui.

Rajouter une bande de tôle en dessous d'un rail de sécurité pour éviter de décapiter un motard (dont la vie n'a pas de prix) ne coûte que quelques centaines d'euros, mais ne rapporte pas grand chose en terme de taxes.


Baisser la TVA sur les casques, gants, blousons de sécurité, bottes, airbargs, permettrait une vraie réduction immédiate du risque (dès la sortie du magasin).

Ce serait un vrai signe gouvernemental démontrant la prise en compte du sujet.

Organiser des rallyes routiers avec le DSR, les motocyclistes de la Gendarmerie Nationale ou ceux de la Police Nationale, permettant à différentes catégories d'usager : automobilistes et deux roues motorisés, de mieux cerner les risques et d'apprendre les réflexes et codes de
bonne conduite.

Cela se produit parfois, quand les autorités territoriales sont gouvernées dans un sens positif et pédagogique. Rien ne s'oppose, dans les missions de service public, à l'extension de ce schéma qui est gagnant gagnant. En apprenant à se connaitre on apprend à se respecter. Et les forcecs de l'ordre en sorte grandies et renforcées dans la reconnaissance de leurs missions.

A d'autres endroits on voit paraître des circulaires infamântes dans un pays démocratique et avancé.

Les récentes vidéo de la FFMC, ou celles de Mehdiator, mettent en évidence les marges de progrès de la sécurité routière en tant que producteur.

La récente vidéo sur le risque motard est à la fois positive et négative.

Belle réalisation de maitres es cascades. mais au final on ne retient qu'un motard virtuose qui va trop vite et a un accident. Les statistiques qui y sont évoquées sont en désaccord avec celles de l'ONISR.

Dans un peu plus d'un cas sur deux, de collision le motard est victime d'une collision avec un tiers en tant que victime.

Quand l'accident est sans tiers identifié, il manque le délit de fuite, l'état de la chaussée : j'ai vécu une belle gamelle sur une belle et longue et large patinoire de fuel, sur laquelle les gentils automobilistes venant m'aider à me relever et à relever ma machine n'arrivaient pas à progresser tellement c'était glissant.

L'histoire retiendra vraisemblablement "vitesse excessisve au vu des circonstances", effectivement, dès 0 km/h, sur 1mm de fuel, on tombe.

Un gilet fluo, pour un motard arrivant de face, dans une intersection où il va se voir refuser la priorité, n'est d'aucune utilité.

De dos et de nuit au sol, des bandes réflechissantes sont utiles. L'emport d'un gilet fluo, pour, à l'arrêt, ne pas être renversé en tant que conducteur ou passager d'un 2RM ou d'un 3RM, ou d'un autre véhicule, n'est pas inutile, voire obligatoire de nuit.

Je travaille avec le délégué interministériel pour le Vélo. Et les monsieur/madame vélo départementaux

Je souhaiterais pourvoir faire de même avec la moto, et faire valoir mes capacités pédagogiques, diplômées.

à suivre ....

Limitation de puissance, contrôle technique, interfile .... sont des sujets à saisir dans leur intégralité, en faisant fi des lobbies, et des intérêts particuliers (alcotest ... fabricant de radars ...)

Il ne reste qu'à souhaiter que le plus de citoyens possible utilisent la questure et demandent à leur député de proposer l'évolution de la loi pour une vraie politique de sécurité routière.


C'est à notre portée : Belgique, Allemagne, Italie ....

Qu'attendons-nous ???


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 6 septembre 2012 16:12

    Je suis pour une vraie police de la route qui traquera les vrais chauffards, et non pour “pigeonner” celui qui va bosser le matin en roulant à 65 au lieu de 60. Je suis pour une vraie police de la route, formée pour assurer la sécurité et capable d’apprécier réellement la dangerosité des erreurs de conduite, en abandonnant toute idée de quotas. Je suis pour une vraie police de la route, dégagée de toute pression statistique, qui préfère la prévention et la discussion à la contravention systématique.
    Voir cet article pour prendre conscience des realités :
    http://2ccr.unblog.fr/2011/05/16/je-suis-pour/


    • jymb 6 septembre 2012 16:32

      Le terme de « sécurité routière » a été complètement perverti et n’appartient plus qu’aux anti-mobilité militants. Sur-limitations absurdes, traque hyper technologique de pseudo infractions fabriquées en masse, pseudo entrées /sorties d’agglomérations juteusement dissimulées en rase campagne, rues de certaines villes vandalisées par des myriades de « ralentisseurs » fracasses voitures, véritables trottoirs transversaux destructeurs et n’obéissant qu’à la norme de l’autophobie haineuse ( et incidemment obligeant à rouler...en 4 x 4 en ville, ce qui est un comble !) , radars de feux rouges avec ligne d’effet prématurée, complaisamment invisible sous la pluie ou la nuit., impossibilité pratique de toute défense judiciaire...
      La situation, dégradée à l’extrême exige une remise à plat complète du système, sans tabous, et en mettant à la porte la kyrielle des pseudo experts et vrais profiteurs financiers du système qui nous rendent l’existence aussi épuisante, qu’exaspérante et au finale...accidentogène .
      Ceci pour que les laborieux comme vous et moi puissent simplement et tranquillement aller d’un point à un autre sans avoir en permanence la peur au ventre,
      La France ne doit plus être ce camp de prisonnier à ciel ouvert.


      • Fergus Fergus 6 septembre 2012 17:39

        Bonjour, Flap.

        Au risque de me faire sévèrement moinsser, je réaffirme ce que j’ai écrit sur l’article de Lapinator. En substance ; toute tentative de pédagogie échoue lamentablement dans notre pays pour une minorité de conducteurs qui refusent obstinément les règles communes. Deux questions :

        1) Pourquoi la moitié environ des automobilistes français possède tous ses points alors que d’autres multiplient les sanctions ?

        2) Pourquoi n’y a-t-il pas besoin de répression dans les pays scandinaves ?


        • pissefroid pissefroid 6 septembre 2012 19:03

          Je suis étonné Fergus, la moitié des conducteurs aurait tout leurs points ?
          Je pensais qu’il y en avait beaucoup plus.

          Dans ce cas je pense que la loi n’est pas assez sévère
          car le comportement de ces conducteurs est dangereux,
          pas seulement eux même par leurs conduites,
          mais par l’exemple qu’ils donnent aux autres conducteurs.

          La france est le pays des gaulois, il est temps que le ciel leur tombe sur la tête.


        • alphapolaris alphapolaris 6 septembre 2012 23:20

          1) Pourquoi la moitié environ des automobilistes français possède tous ses points alors que d’autres multiplient les sanctions ?

          Peut être que la moitié de ses conducteurs ne parcourt que des distances minimes ou nulles. Exemple : ma mère possède ses 12 points... mais n’a pas touché de volant depuis 20 ans.

          2) Pourquoi n’y a-t-il pas besoin de répression dans les pays scandinaves ?
          Pourquoi n’y a-t-il pas de corruption dans les pays scandinaves ? genre i-test, juste par exemple
          Dans ces pays, les PVs sont-ils gérés comme en France par des entreprises privées, qui se constituent en lobbies, et dont le seul moyen d’augmenter leur bénéfice est de traiter plus de PVs ?

          Il faut cesser de dire que les français sont de mauvais conducteurs. Ce n’est plus vrai. Ça fait des années que l’on fait des efforts, et en récompense, on n’obtient qu’encore plus de repression. C’est assez. Stop. Franchement. Stop.

          Et sérieusement, nous ne sommes pas plus mauvais que les autres. Je le vois au cours de mes déplacements à l’étranger.
           
          La pédagogie marche quand on explique réellement aux gens les tenants et les aboutissants d’une règle sécuritaire. En France, ce n’est que de la repression, que l’on doit accepter d’un organisme (la sécurité routière) qui nous impose pour lutter contre l’alcoolémie... un éthylotest obligatoire ! (et d’un café gratuit pour lutter contre la fatigue...). On peut très sérieusement douter de la légitimité de celle-ci... et de ses leçons pédagogiques. Dans ces conditions, effectivement, ça ne peut pas marcher.

          En un sens, la seule pédagogie qui a marché, c’est que tout le monde a maintenant compris que la sécurité routière n’était qu’une vaste fumisterie corrompue jusqu’à la moelle et aux mains d’intérêts privés. C’est un champ de ruine, et il faudra longtemps avant de ramener la confiance. La vraie sécurité ne fonctionne qu’avec l’accord des utilisateurs, mais certainement pas contre eux.

          La sécurité routière n’a qu’une seule raison d’être : se couvrir d’une façade honorable pour ramener plus de pognon à des entreprises privées et à l’état. C’est tout.


        • jymb 7 septembre 2012 08:01

          Il est facile de pondre des pseudo statistiques en comptabilisant les masses d’anciens conducteurs qui ont effectivement un permis avec douze points au fond d’un tiroir de leur maison de retraite !
          C’est une manipulation parmi des dizaines autour du thème de la pseudo sécurité routière
          En revanche, le moindre repas de travail réunissant quelques actifs paisibles, ne demandant comme moi qu’ à se débarasser sans encombre des trajets quotidiens nécessaires, finira inévitablement par finir sur le thème de la route tellement l’exaspération est à son comble devant une telle montagne de cynisme, de mensonges, d’absurdités, de combines aspirantes à fric et finalement de pourrissement organisé de la vie quotidienne.


        • flap 10 septembre 2012 08:31

          Les pays scandinaves répriment durement l’excès de vitesse. C’est juste une question de « mentalité » . La culture du respect de l’autre y est plus présente, celle du respect des règles en découle.


        • HELIOS HELIOS 6 septembre 2012 19:08

          ... la securité routiere, c’est comme les verts et le nucleaire.... c’est devenu un dogme... et comme tous les dogmes il y a la parole de Dieu. Le Dieu de la securité routiere c’est le ministre des finances et son pape, feminin, s’appelle Perrichon.

          Je ne suis pas du tout pour une police de la route. Il doit y avoir des forces de police, partout en France, mais il ne doit pas y avoir de police specialisée comme il n’y a pas de justice specialisée.
          Il n’y a pas a avoir de radars fixes, comme de flic qui se trouverai tous les jours au même endroit.... Il y a ponctuellement des campagnes possibles de verification du respect des regles... mais c’est tout. ! exactement comme l’ete on verifie la temperature des frigos des restaurants.

          cela c’est pour le fonctionnement normal de la circulation...

          Il reste maintenant la reglementation.
          Elle est faite en depit du bon sens, avec de interdictions de tous ordres dont une majorité ne sont pas justifiées

          Tel endroit est interdit de stationnement, tel endroit n’autorise pas de tourner a droite (ou a gauche) tel feux ou tel stop sont implantés... et surtout telle limitation de vitesse... il est interdit de doubler quasiment partout et le marquage au sol est devenu decoratif plus que destiné a la circulation.... et le pire, ce sont les regles qu’appliquent les DRIRE pour cette organisation de la circulation. Respecter des normes « europeenes » soi-disant obligatoire, dont la plupart ont ete etablie pour des pays plats avec ligne droites ne convient pas a nos regions vallonnées, montagneuses dont la route est pleine de courbes.

          La securité routiere ce n’est pas que la vitesse et le radar, c’est aussi l’adaptation des regles aux circonstances... et quand il est impossible d’etre en accord avec la norme, il faut accepter de laisser a l’automobiliste la responsabilité de sa conduite... c’est pour cela qu’il y a un permis de conduire qui serait inutile sinon.

          Enfin, et pour repondre a Fergus, ... pour qu’une regle soit respectée, il faut qu’elle soit respectable... entrainant de fait l’adhesion de la population qui lui est soumise.
          Dans les pays du nord, les interdictions sont beaucoup plus rares que chez nous. il y a des regles generiques, comme la notre pour le 50,90,130 et il n’est pas necessaire de le repeter. Chez nous, vous le voyez, le 90, regle qui fut en son temps acceptée est devoyée.... la majorité des routes sont passées a 70, vitesse debile quand on voit l’etat et la qualité des axes sur laquelle elle s’applique. 

          La realité de la securité routiere, avec ses inclinaisons dogmatiques et mafieuses est de plus utilisé par les autorités comme regulateur social, — demandez un peu a des psychologues ce qu’il vous diront — et vous comprendrez comment, en s’attaquant a la dignité des personnes, de toute la population, car qui n’est pas automobiliste, on peut gouverner avec moins de risque. 

          A ce constat, un autre effet, beaucoup plus preoccupant, qui ajouté a d’autres signaux, comme le principe de precaution plaisant a Chirac et le rique Zero sont demobilisant et capable de tuer toute la dynamique d’une population. Cette dynamique est enttre autre, celle qui rend competitive une economie. L’exemple allemand en est egalement une preuve.

          En conclusion, et comme pour la fiscalité, il faudrait une reforme globale de la circulation, avec un vaste reexamen de tous les axes en partant du principe initial que rien n’est interdit sauf les « valeurs par defaut -principes administratifs ». et une reorientation de la penalisation des infractions (pas necessairement des delits) afin que la sanction soit acceptée comme telle et non pas comme une pompe a fric.


          • loco 6 septembre 2012 21:27

            Bonsoir,
            conducteur lambda, je comprends de mieux en mieux ce pourcentage (en augmentation) de jeunes qui refusent de passer un permis de conduire. En effet, celui qui n’en utilise pas ne sait même pas qu’il y a des flics, pour peu qu’il paie ce qu’il achète,et il vit sa vie sans même soupçonner le faisceau de règles, textes, lois, sanctions et pièges où se débrouille un conducteur.
            à moto, je roule de façon à éviter le danger , qui, sur ces engins, vient essentiellement de l’arrière, et je me dégage dès que possible des paquets de véhicules trop compacts pour permettre des distances de sécurité, grâce au punch de ma machine, homologuée et non modifiée... limite + 30 ou 40.... c’est courant et désormais passible de prison !!! un comble, sans causer aucun dommage, par la seule grâce du délit d’intention ! ceci bien compris, elle est à vendre et je ne la remplacerai pas


            • loco 6 septembre 2012 21:40

              en auto, je profite du confort et du paysage, et je règle ma vitesse dans l’éventail autorisé. C’est alors que l’ennemi en tenue, embusqué dans les endroits incongrus où nul ne saurait être en règle, est secondé par la horde des furieux qui tentent (2 tonnes, les pauvres) de m’intimider, de me pousser, bref de s’arranger pour que je galope en première ligne en infraction et que je sois le couillon d’une affaire contre laquelle aucune lutte ne s’organise.
              pris en tenaille entre la maréchaussée, une signalisation imbécile, et des usagers en folie, la conduite devient le lieu privilégié où tout un chacun se croit de bonnes raisons de venir me faire chier. Ça commence à bien faire, il va falloir que ça se calme (déjà, je refuse d’acheter les alcoo machins, je paierai, ok, mais à l’état, pas aux lobbyistes), sinon je vais me balader en tracteur, avec mon p’tit gyrophare,.Et pour le coup ils vont tous me foutre la paix ou bien ce sera la carriole à bourricot !!!


              • Annie 6 septembre 2012 21:59

                C’est toujours un débat intéressant. Mais je suis d’accord avec l’article. Certains peuples sont plus obéissants ou respectueux de la loi que d’autres, mais la sécurité passe d’abord par la prévention, et non pas par la répression. Et comme pour la drogue, je ne crois pas trop à l’éducation. Elle en influencera certains mais pas ceux qui représentent vraiment un danger sur la route. Le nombre des morts sur les routes a diminué parce que le réseau routier a été amélioré, parce que des mesures non contraignantes ont été prises pour améliorer la sécurité des véhicules, pour limiter la vitesse dans les agglomérations. Je crois tout à fait à la relation entre vitesse et le nombre de morts sur les routes, et les radars ont leur place, mais ils doivent être placés à des endroits judicieux et justifiables, lorsque par exemple un nombre anormal d’accidents s’est produit à un certain endroit ou avant de préférence.
                Je lisais récemment que ceux qui avaient le plus de points sur leur permis de conduire n’étaient pas les conducteurs les plus dangereux, les récidivistes, mais les conducteurs qui avaient enfreint la limite de vitesse de quelques kms. Autant je pense qu’il est important de sanctionner les limites de vitesse qui sont responsables de tant de morts et de drames sur les routes, autant je pense aussi que l’état avec les impôts qu’ils prélèvent est celui qui le plus à même d’améliorer la sécurité routière et les statistiques. Je suis personnellement en faveur d’une réduction supplémentaire de la vitesse sur la route par des ronds-points, des chicanes et en dernier recours des amendes. La répression aveugle ne fait qu’encourager les infractions, mais il est tellement plus facile et économique de pénaliser les conducteurs que d’investir dans les réseaux routiers et de les entretenir. Au bout du compte, il s’agit de sauver des vies, d’éviter des drames évitables, et l’état a une véritable responsabilité. Avec les radars, elle essaye de s’en décharger en rejetant cette responsabilité sur les conducteurs. Eux aussi sont responsables bien sûr, mais un radar ou une amende n’empêche pas un décès sur les routes, tandis que l’amélioration du réseau routier et la prévention sont capables de le faire.


                • flap 7 septembre 2012 12:42

                  La sécurité absolue n’existe pas.
                  Nous sommes tous exposés à un accident de quelque nature que ce soit, interne et physiologique, externe et conjoncturel : au mauvais endroit au mauvais moment.

                  En tant qu’alpiniste j’ai déjà vécu le bombardement de pierres descellées par le soleil levant au somment alors que j’étais encore dans le semi-obscurité de la face rocheuse en dessous ... un caillou de 5 cm qui a pris de la vitesse sur 600 m ... c’est un vrai danger et difficilement prévisible, mais pas complètement.

                  En tant que motocycliste aussi, ce mois de janvier à 7h du matin, sous la pluie, forte odeur de mazout et la chute à 15 km/h au milieu de la circulation ... 40 m de long, 1.5 m de large, dans la courbe : du fuel lourd, très gras, très épais, très glissant.

                  Donc la sécurité zéro est un leurre à éviter.
                  En revanche apprendre à chuter (leçons de judo pour tous) ; apprendre à redresser un véhicule qui dérape alors que la vitesse est tout à fait normale, sur route grasse, sur verglas, ... ce sont autant de gestes de sécurité active qu’il serait utile de connaitre.

                  Stage de conduite, stage mixtes moto automobile pour appréhender les différences de comportement, les codes gestuels, anticiper.

                  Accepter avec humilité que nous sommes tous perfectibles et que non, ce n’est pas l’autre qui est en faute.
                  Demander à ce que les associations de défense des usagers participent à ce travail pédagogique plutôt que d’agir en lobbystes, aboutissant ainsi sur des textes de lois incohérents.
                  Par exemple le vêtement avec 150 cm² de tissu réfléchissant  : ne pas le porter sera sanctionné de 2 points !

                  Mais seul les véhicules de + de 125 cm3 ...

                  L’objectif n’est il pas est de rendre plus visible tous les deux roues : vélos, cyclomoteurs, 2 et 3 RM ?

                  J’apprécie l’analyse pertinente d’Annie.
                  Prendre dans la poche d’un pauvre pour la mettre dans la poche d’un oligarque ... est celà notre projet de société ? Quelle lecture en fait un jeune ?
                  L’investissement en sécurité routière financièrement rentable doit être stoppé au profit d’un investissement humainement rentable.
                  Lobby du radar industriel, lobby du carburant, lobby constructeur, lobby du gilet fluo, lobby de l’éthylotest.
                  A quand un audit indépendant pour démontrer, d’une autre manière ce que certain hebdomadaire gallinacé a relaté ?
                  Nous faisons tous partie de l’état français et avons confié chacun selon nos conviction un mandat à des élus, afin que ceux ci garantissent la pérennité de notre état, l’améliore en terme de qualité de vie environnementale, santé et sécurité, citoyenneté.

                  Le constat est alarmant, la cupidité l’emporte sur la solidarité !

                  Si la sécurité routière ne devient qu’une source de profit, alors nous n’aboutirons jamais au résultat escompté ; et nous provoquerons que des transgressions, qui, vis à vis de la constitution sont légitimes : réactions aux abus de pouvoir, à l’iniquité, quand la justice n’est pas indépendante ou devient discriminatoire ...

                  J’ai perdu des points pour avoir roulé à 116 au lieu de 110 et 86 au lieu de 80, sans autre véhicule à coté, 56 au lieu de 50 en prenant une rafale de vent à 110 km/h dans le dos, juste devant le radar dont je connais l’existence pour passer devant 2 fois par jour depuis 6 ans.

                  A aucun moment je n’ai perçu le contenu pédagogique de la sanction, et si je passais un stage de récupération de points, je pense que l’instructeur aurait du mal à m’expliquer comment cela améliorerait ma sécurité.
                  Au commandes d’un avion de 350 à 1100 kgs je me suis posé sur des terrains aux surfaces variables en dimensions et en revêtement, avec des tourbillons, des rafales de face et de travers, en dosant la vitesse pour rester en l’air jusqu’au point d’atterrissage, sans excès pour ne pas sortir du terrain en bout de piste et le tout avec des passagers, et des enfants.

                  Et là on m’expliquerait que sur une quatre voies en légère descente, en ligne droite, l’abaissement de 130 à 110 avec un radar en bas de la déclivité est là pour ma sécurité ?
                   smiley et que rouler à 116 fait de moi un délinquant et que je doit perdre un point de permis ?

                  D’autant que d’accident à cet endroit ... aucun, en revanche des euros récoltés ...

                  Nous avons les moyens massivement de faire bouger les choses : opérations escargots ... lettres envoyées massivement aux députés et sénateur, préfet, directeurs de la sécurité routière, etc ... , afin de leur demander de nous aider à mieux conduire et pas à mieux payer.


                  • alphapolaris alphapolaris 9 septembre 2012 11:43

                    Pourquoi donc la réponse de Flap a-t-il été réplié ? En quoi ne respecte-t-il pas la charte ???

                    Au contraire, cette réponse est en plein dans le sujet de la sécurité routière, il n’y a pas d’appel à la haine, le texte est bien écrit....


                  • alphapolaris alphapolaris 9 septembre 2012 12:11

                    « Par exemple le vêtement avec 150 cm² de tissu réfléchissant : ne pas le porter sera sanctionné de 2 points !

                    Mais seul les véhicules de + de 125 cm3 ... »

                    La raison en est donné par des policiers eux-mêmes : il ne faut pas qu’un excès de zèle conduise à des accidents ou des émeutes en banlieues ; les utilisateurs de scooter étant souvent issus de ces milieux là.

                    On crée de toute pièce des délinquants fictifs mais on ferme les yeux sur les véritables délinquants qui se tuent à faire les cons en scooter. Coup double pour la soi-disant « sécurité routière » : d’un coté elle récolte de l’argent et de l’autre, fait monter le taux d’accidents des deux-roues, ce qui sera prétexte à de nouveau délits sur les motards-qui-ne-repectent-rien-et-qu’il-faut-punir..

                    Cette mesure est ignoble. La sécurité routière est un champ de ruine et il faut tout reconstruire. Ça ne peut plus continuer comme ça.


                  • jymb 7 septembre 2012 13:04

                    Pourquoi replier le commentaire de flap qui exprime tranquillement une opinion fort honorable ?


                    • flap 7 septembre 2012 13:58

                      @jymb
                      L’article est long, donc le replier n’est pas gênant tant qu’on peut le déplier. Le lien (déplier) est il accessible ? Il l’est pour moi .
                      @parkway
                      Nous sommes généralement passifs (procrastination). C’est l’une des causes principales de nos maux ... repousser l’action jusqu’à ce qu’il soit juste temps (adrénaline ?) ou trop tard ...
                      @loco
                      des cas signalés de motards ou automobilistes dont l’attitude est incitatrice à transgresser ... Attention à la caméra dans la calandre ou sur le casque du passager ...


                      • flap 7 septembre 2012 14:04

                        @tous : je reviens du « Relais Calmos de la FFMC » au péage de Saint-Arnoult.

                        J’y ai assuré la permanence à l’entrée du parking permettant spécifiquement aux motard(e)s se rendant au Mans de faire une pause réparatrice et pédagogique (à améliorer).
                        De 7h à 9h, avant de me rendre au travail

                        En plus de l’accueil snack (sans alcool, juste sodas, eau, boissons chaudes, viennoiseries sandwiches), un stand entretien, un stand sécurité routière tenu par des membres de la préfecture de Yvelines.

                        Nous avons échangés des idées sur les façons de responsabiliser les usagers et rappeler les bonne pratiques. à suivre ...


                        • Panzerfaust 7 septembre 2012 14:04

                          La sécurité routière est l’illustration du stupide principe de précaution. Paroxysme maladif qui pousse à enquiquiner l’automobiliste au maximum.

                          Assez de gendarmes couchés que les voitures traversent en douceur avant de donner un vigoureux coup d’accélérateur une fois l’obstacle passé. Assez de pistes cyclables ou l’on voit passer un vélo toutes les 2 heures et qui rétrécissent les voies automobiles. Assez de limitations à 30 histoires de punir l’automobiliste qui ose troubler la quiétude d’un patelin paumé. Assez de radars qui ponctionnent les automobilistes pour assainir le budget de l’état, trop lâche pour s’attaquer aux corporatismes qui l’empêchent de tailler dans ses effectifs pour réaliser enfin des économies significatives.


                          • alphapolaris alphapolaris 9 septembre 2012 12:28

                            Si on appliquait véritablement ce principe de précaution, on enlèverait les panneaux publicitaires qui bordent les routes et qui sont justement fait pour retenir l’attention du conducteur.

                            Ainsi, on nous interdit l’utilisation d’appareils électroniques (GPS, téléphones mobiles) en conduisant car ils détournent l’attention du conducteur mais on laisse ces panneaux publicitaires qui font la même chose : capter l’attention du conducteur.

                            Le principe de précaution n’est qu’un prétexte. La véritable cause de la sécurité routière, c’est le pogno (pognon des publicitaires ou pognon des nouveaux délits fictifs, éthylotests et gilets jaunes.


                          • WINSTON WINSTON 7 septembre 2012 14:11

                            « Les radars ne sauvent pas de vie » : prouvez-le


                            • HELIOS HELIOS 7 septembre 2012 15:13

                              « les radars sauvent des vies » : prouvez-le
                              Parce que vous savez tres bien que beaucoup d’autres facteurs rentrent en ligne de compte. Le progres general dans la dynamique des vehicules, la densité de circulation, les equipements interieurs des vehicules, la rapidite des SAMU, la qualite des routes... et la sagesse des conducteurs qui analysent les conditions de circulation, malgres ce que l’on entend de-ci de-là.

                              On peut dire, sans se tromper, que le permis a point a surement plus sauvé de vie que les radars, car celui ci-agit sur tout le spectre du comportement routier alors que le radar ne joue que sur la vitesse. Ce sont cependant les infractions relevées par les radars qui impactent le plus les points, au vu de leur nombre, mais l’excessive severité dans la mesure (5+1 km/h), la definition même de la limitation(pourqui 70 ou 110 a cet endroit) et les emplacements choisis(en bas d’une descente sur une 2x2 voies) viennent contredire tous effets positifs sur l’accidentologie.

                              D’abord, parce que les pays où il n’y a pas de radars connaissent des baisses comparables aux notres et ensuite que la majorité des radars se trouvent encore sur des autoroutes, justement là ou il y a le moins d’accident.. ou dans des zones a « piege » de façon quasi caricaturale.


                            • bluemartini 7 septembre 2012 14:38

                              Je suis d’accord avec le fond de l’article. Éduquer est la solution de fond. 


                              Par contre, une éducation qui porte ses fruits sans sanction, je ne connais pas. Surtout lorsque l’on voit de quel égoïsme les conducteurs (auto/moto) sont capables sur la route. De là effectivement le déploiement des radars, les gadgets tels que l’alcootest -qui se révèle être plus de la magouille- portent à questionnement.
                              Je vis en Languedoc Roussillon depuis maintenant 5 ans, et je suis demandeur de plus de contrôles de la part des forces de l’ordre, mais axé sur le comportement routier. Les motards sont ici effectivement victimes non pas des routes de campagne mais du refus de penser qu’un véhicule de plus d’une tonne peut tuer. 
                              Changer une habitude et une façon d’appréhender autrui demande beaucoup d’efforts, et donc de la répression.



                              • citizenzen 7 septembre 2012 14:46

                                Pour que la route soit moins dangereuse, il faut encore plus de séverité contre les mauvais conducteurs : contre ceux qui ne respectent pas le code de la route, quand on fait la queue pour acheter le pain, y a -t-il des tarés qui doublent la queue ? Le respect du code de la route et des autres usagers de la route, c’est une affaire d’éducation.


                                • flap 7 septembre 2012 14:49

                                  u@panzerfaust :
                                  La question est pertinente, et la réponse ne sera pas évasive mais précise.

                                  Les radars pouvant sauver des vies sont ceux situés dans les zones à risques :
                                  - intersections, avec ou sans feux ;
                                  - agglomérations sur les portions de lignes droites déclives, en amont d’une zone dangereuse (intersection, passage à niveau, traversée de piétons devant un groupe scolaire, un « lieu de vie », une gare).
                                  - .../...

                                  il suffit de prendre le temps d’examiner la carte des radars ...

                                  83 % des points retirés l’ont été pour de petits excès de vitesse, c’est à dire dans l’ordre de grandeur de la vitesse retenue sur le lieu. Et dans des zones pas identifiée comme zone à risque mais comme zone de rapport.
                                  Certains radars très connus sont déficitaires. La seule logique actuelle est la fuite en avant plus de radars et pour garder de la « financabilité » interdiction de les localiser ...

                                  On atteint des sommets de cupidité !

                                  En ce sens aucune vie n’a été sauvée.

                                  En revanche augmenter le nombre de radars ou de contrôles aux intersections et lieux dangereux sauveraient des vies.

                                  Sur autoroute, a majorité des morts, à vitesse légale, a lieu du fait de la fatigue. Le contrôle technique ne donnera rien sur un SUV récent avec toute la high tech embarqué faisant de ce havre de paix un cercueil potentiel. Preuve au passage que le CT sert d’abord à rétribuer un lobby.

                                  Si les médias font hélas des articles à sensation parce qu’un chauffard en ville roule à 80 au lieu de 30 et fauche des vies, doit-on pour autant en conclure qu’il faut partout rouler à 30 et qu’un radar flashant un conducteur à 40 sauve une vie ?

                                  Ce raisonnement par l’absurde montre que nous devons éviter de parler par réflexe, et d’agir sans réfléchir.

                                  L’instinct de survie vient de l’espèce, le réflexe s’acquiert.

                                  Mais seule l’intelligence peut nous extirper d’une situation nouvelle.

                                  Nous devons donc réflechir et nous débarasser du prêt à penser dont les médias ou discussions de comptoir nous abreuvent.

                                  Je n’ai pas la télé (je sais ... je suis grave atteint) j’ai donc encore un cerveau presque vierge pour l’utiliser sans intervention externe.

                                  Pour ceux que mes propos choqueraient, une discussion de comptoir n’est jamais inutile dans la mesure ou elle permet l’échange d’idée, l’empathie, la sympathie ; la chaleur humaine.

                                  Mais l’endroit n’est pas assez calme, ni outillé pour permettre un vrai travail de fond, avec des documents (http://www.ffmc.asso.fr/fichiers/Recueil_statistique_2010%20ONISR-1.pdf ; celui de 2011 est en cours de finalisation).

                                  Il faut reprendre les données, les croiser, détailler par exemple 3RM et motocyclettes puisque les permis sont différents, comme on le fait entre VL, VU, PL ... Ce serai très instructif !

                                  Puisque par exemple pour les motocyclettes les statistiques montre une vraie décroissance, mais qu’amalgamées avec les scooter 125, et 3RM ... ça disparait ... pfuittt ! bien utiles pour réprimer sans discernement !

                                  Donc pour en revenir au radar et à la vie, mon expérience et mes lectures et mes travaux concertés (vélo, motos) me permettent d’ébaucher le raisonnement suivant :
                                  - la pédagogie de l’usage isolé et concerté est le premier facteur de sécurité : responsabilisation éclairée de cas réel -formation initiale, cours de rattrapage avec les DSR et fédérations, les cours sur pistes ... tout reste à imaginer et outiller...

                                  Pour sauver des vies sur les plus vulnérables : (pour les nantis dotés de SUV ultra perfectionnés : devenez pauvre ça peut vous sauver ! et vous éviter de rester des dangers sur la troisième file ou la nuit )

                                  Pour les autres
                                  - l’équipement individuel et l’état du véhicule en second, (TVA incitative)
                                  - les infrastructures en troisième incluant les radars de feux et les radars pédagogiques
                                  - les radars de vitesse en quatrième en modifiant légèrement les règles et drastiquement les localisations,

                                  Ce sont ces réflexions là, qui au gré de mes parcours de la France à moto, ou en auto, me permettent de dire que les radars ne sauvent -hélas- pas de vie.

                                  Pour preuve le dernier DragonBall avec son cortège d’éclaireurs ....

                                  Mais je ne prétends pas convaincre, ni détenir la vérité, on est plus intelligents à plusieurs que tout seul, dès lors qu’on veut qu’un projet aboutisse ... et qu’on suit Aristote dans sa façon de gérer les échanges ...


                                  • alphapolaris alphapolaris 8 septembre 2012 15:53

                                    Et il faut ajouter que les radars ne flashent que dans les situations simples : où il n’y a qu’une seule voiture, sinon, on ne peut pas savoir qui est en cause. Ils ne peuvent pas non plus flasher dans des virages à la courbe trop serrée, à cause d’une possible erreur de calcul de la vitesse à cause de la tangente.
                                    Ainsi, c’est quand on aurait besoin d’eux (virages serré, trafic intense...) qu’ils ne font rien, et au contraire, quand tout va bien (ligne droite quasi déserte) qu’ils agissent.
                                    Ils ne sont même pas capables de s’adapter au temps. Un radar dit « pédagogique » vous gratifiera d’un joyeux smiley si vous conduisez à 89km/h avec 10m de visibilité par brouillard verglaçant. Vous aurez un « moins-un-point » à 91km/h par beau temps sur une route déserte en ligne droite. De la pédagogie ? Non, de la stupidité pure. La bonne vitesse doit s’adapter à l’instant présent, et n’est aucunement quelque chose de fixe et d’absolu.
                                    Je ne parle même pas des pneus lisses, de l’absence de ceinture ou autre éléments sécuritaires. Ils ne sont tous simplement plus contrôlés (pas rentable).
                                    C’est toute la logique de ces radars fixe qui doit être remise en cause. Sans oublier que la vitesse n’est pas le seul élément sécuritaire sur lequel il faut agir. Cette politique extrémiste du tout radar fait qu’il y a maintenant 100 fois plus de PVs sur de petits excès de vitesse que de PVs sur l’alcoolémie... pourtant première cause de mortalité.


                                  • flap 7 septembre 2012 14:51

                                    Mon précédent post ne répondait pas à panzerfaust (mille excuses) mais à Winston ...


                                    • Panzerfaust 7 septembre 2012 15:11

                                      Je me disais aussi…

                                      Néanmoins je me permets à cet endroit de suggérer histoire de détendre l’atmosphère, ceci sans la moindre prétention au sérieux et parce que je me sens d’humeur badine, qu’on remplace les radars par des Panzerfausten. L’effet dissuasif serait garanti. Le seul ennui c’est qu’on aurait du mal à collecter les amendes après la sanction.


                                    • louviellas louviellas 7 septembre 2012 17:00

                                      Juste une petite remarque à propos du permis de conduire.

                                      Dans les auto-écoles, on apprend à « passer le permis », pas à conduire.
                                      Il y a un monde qui sépare l’aptitude à donner satisfaction à un examinateur de la capacité à maitriser son véhicule en toutes circonstances.

                                       S’il y en a parmi vous qui ont pu se payer le luxe de faire un stage de conduite dans un centre spécialisé (pas de pub), qu’ils nous fassent part des résultats qu’ils ont obtenus lors des premiers tests, relativement faciles, de freinages d’urgence ou d’évitement.

                                      En toute bonne foi, ils vous diront qu’ils « pensaient savoir conduire ».


                                      • flap 7 septembre 2012 19:51

                                        c’est bien vu : passer le permis ou réussir le permis.

                                        certain mettent en place des dispositifs pour casser la vitesse (entendez casser le véhicule).

                                        d’autre parlent de « zone de rencontre », « zone de partage » et d’apaiser la circulation.

                                        le choix des mots en dit toujours long sur les motivations profondes.


                                      • jymb 8 septembre 2012 00:09

                                        il y , bien sur, une énorme manipulation verbo-propagando-communicative

                                        « tous responsables » = entendez « tous coupables »

                                        « partageons la route » = foutons dehors les 4 roues et dressons les usagers les uns contre les autres

                                        « conduite apaisée » = surlimitations intenables conduisant à l’exaspération et à la faute inventée

                                        fabrication de fausses infractions = « délinquance routière »

                                        etc

                                         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès