Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Sécurité routière : Prévention ou impôt sécuritaire

Sécurité routière : Prévention ou impôt sécuritaire

 

Il y a 50 ans le code de la route comprenait des règles et des panneaux pour rappeler aux conducteurs les obligations, les dangers et les interdictions. En ce début du 21 ème siècle ces panneaux archaïques n’ont que très peu changé. En tous cas ils n’ont pas beaucoup profité des technologies modernes. Il en existe bien de nouveaux mais ils sont assez rares et sont le plus souvent attachés aux nouvelles structures routières voies rapides ou autoroutes.

Pour ce qui concerne les règles elles ont largement évolué en rendant les conditions de circulation de plus en plus strictes pour arriver à diminuer le nombre d’accidents mais aussi (et surtout) pour verbaliser ceux qui ne les respectent pas. On est bien loin de l’époque des fils tendus en travers de la route pour mesurer la vitesse des véhicules.
 On nous parle de signalisation intelligente. On invente même ce qui existait déjà : des panneaux qui vous donnent la vitesse à laquelle vous circulez pour vous préciser si vous êtes en infraction ou non. Dans certains secteurs ces panneaux intelligents ont été supprimés car des imbéciles s’en servaient pour voir jusqu’à quelle vitesse ils arrivaient à pousser leurs véhicules. On connaît aussi les feux tricolores intelligents, ceux qui se mettent au vert quand une voiture se présente, ceux qui sont synchronisés pour obtenir qu’ils soient tous au vert lorsqu’on roule à la vitesse autorisée sur une avenue ou encore ceux qui se mettent au rouge si vous arrivez trop vite dans une agglomération. On a décidé d’en créer d’autres, ceux qui vous photographient si vous ne respectez pas le rouge ou l'orange et pour les rentabiliser on en étudie qui vont également permettre de vous flasher si vous passez au delà de la vitesse autorisée.
 Puisque j’évoque les appareils de contrôle de vitesse, les « radars », ils ne sont pas tous intelligents, loin s’en faut. S ‘agit-il des appareils ou de ceux qui les mettent en place. Ils sont très souvent implantés dans des zones qui n’ont rien de dangereuses, rien d’accidentogènes, juste des secteurs où l’automobiliste relâche un peu son attention car la route est large, bien faite et dégagée.

Pour avoir un aspect pédagogique, ces radars « fixes » étaient signalés. Le 3 mai 2007 le Président de la République avait déclaré sur la radio RTL qu’il n’était pas envisagé de retirer ces panneaux de signalisation. Aujourd’hui ces paroles de « campagne » sont oubliées et on les supprime. De même, les appareils d’assistance à la conduite qui indiquaient ces zones de contrôle vont être interdits. Pourtant si l’on tient compte de ce que les radars doivent être implantés dans des secteurs dangereux il est normal que ces emplacements soient signalés aux conducteurs par les appareils en question qui alertent également en cas de dépassement de la vitesse autorisée.
 A une époque lorsqu’un gendarme verbalisait pour la vitesse, on demandait de préciser dans le PV « hors le cas de dépassement ». Aujourd’hui si vous accélérez pour dépasser le véhicule qui vous précède et que vous êtes dans le viseur d’un de ces appareils, malheur à vous , personne n’en tiendra compte pas même le gendarme qui a le détecteur de vitesse entre les mains. Au niveau de la technologie il est clair que c’est « tout pour la répression » les appareils les plus sophistiqués sont mis au point pour vous prendre en défaut, vous « plumer » diront certains. Pas de droit à la moindre erreur, pas de faute d’inattention, conduisez le nez sur votre compteur (ha bon c’est dangereux ?)
 Je suis assez fréquemment sur la route, même si je ne suis pas un professionnel. J’ai reçu trois PV pour dépassement de 1-1 et 2 kms de la vitesse autorisée. Je fais tout pour respecter les règles et j’ai pu constater que très rares sont ceux qui me dépassent. J’ai perdu des proches dans des accidents de la circulation, j’en connais qui resteront handicapés à vie, étant gendarme j’ai pu intervenir sur de véritables drames. Evidemment je suis pour un maximum de sécurité. Je me demande cependant, tenant compte de l’augmentation du nombre de véhicules, si nous ne sommes pas arrivés à un chiffre de tués sous lequel il sera difficile voir impossible de descendre. On nous affirme qu’une grande partie des amendes sert à financer les infrastructures routières (ce qui est invérifiable). Aujourd’hui, il serait temps d’investir dans la réhabilitation du réseau routier et d’utiliser les technologies modernes pour prévenir, éduquer et pas pour « matraquer ». De nombreux élus n’hésitent pas à dire que c’est une politique de nature à faire rentrer de l’argent dans les caisses de l’état et que le souci de la sécurité n’est pas le premier but de ces nouvelles mesures à caractère répressif. Personnellement j'ai réglé 180 euros.
Christian Contini.

 

Retrouvez cet article et d’autres dans le dossier mensuel du magazine de juillet de l’association gendarmes et citoyens.

http://issuu.com/agecassociation/docs/agec_magazine_juillet_2011

http://sites.google.com/site/assogendarmesetcitoyens/

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • jymb 27 juin 2011 12:46

    Qui a déjà vu un radar disparaitre aprés travaux d’aménagement pour améliorer un point dangereux ?

    Personne ?

    Il y a donc des endroits identifiés comme dangereux par des gens forcément trés compétents, et laissés en l’état ? ceci depuis des années ?

    La seule affectation d’argent dont j’ai entendu parler concerne les fracasses voitures que gondolent un peu partout les chaussées, au mépris des organes de sécurité des véhicules. Je possède un véhicule un peu bas, hors de toute modification, on en est au point que certaines rues me sont interdites, même en roulant au pas !

    Combien cela coutera pour une remise en état généralisé des rues et des routes aprés tous ces délires ?


    • zelectron zelectron 27 juin 2011 14:00

      « Combien cela coûtera pour une remise en état généralisé des rues et des routes après tous ces délires ? » : bien plus cher que le coût des voitures automatiques qui permettront, soit dit en passant, de libérer la gendarmerie pour des tâches plus nobles ou tout du moins plus utiles. Les économies proprement pharaoniques réalisées sur ces systèmes permettront un investissement à mon sens dans l’enseignement d’abord et avant tout. Je ne passe pas sous silence les morts et les blessés y compris infirmes pour le restant de leurs jours. Pour ceux qui croient être nés avec un volant dans les mains, des circuits spéciaux feront leur bonheur. Mais quelle liberté ! à partir du moment où l’état ne percevra rien absolument rien sur ce mode de déplacement issu d’un monde associatif (loi de 1901) ? les entreprises de plus de 5000 salariés n’ayant pas le droit de concourir à ce sujet !!! L’état ne doit jamais au grand jamais transgresser son devoir d’arbitrage (y compris de la plus extrême sévérité (prison, amendes, confiscation)


    • Robert GIL ROBERT GIL 27 juin 2011 13:22

      Je suis pour une vraie police de la route qui traquera les vrais chauffards, et non
      pour “pigeonner” celui qui va bosser le matin en roulant à 65 au lieu de 60. Je suis
      pour une vraie police de la route, formée pour assurer la sécurité et capable
      d’apprécier réellement la dangerosité des erreurs de conduite, en abandonnant toute
      idée de quotas. Je suis pour une vraie police de la route, dégagée de toute pression
      statistique, qui préfère la prévention et la discussion à la contravention
      systématique.
      Je suis pour supprimer les moyens automatiques de contrôle-sanction, qui sont là
      plus pour faire du fric que pour sensibiliser les conducteurs au danger de la route.
      Lire article complet :
      http://2ccr.unblog.fr/2011/05/16/je-suis-pour/


      • Round'UP Bio Round’UP Bio 27 juin 2011 13:47

        A bon.............. j’avais pas remarqué.
        C’est la même chose avec la santé, l’éducation, la recherche...etc
        Le tout c’est que le francais ce sorte les doigt du fion, arrêtent de croire ce que raconte Pernot au jt et ce pousse la crotte pour en pendre un haut et court sur la place public pour calmer les autres et leur rappeler que c’est le peuple qui gouverne et qu’ils ne sont que les représentants de ce même peuple..


        • Nobleaux Jean-Luc 27 juin 2011 16:01

          De tels propos font plaisir venant d’un ex-gendarme. Parmi mes nombreux informateurs dans les « forces de l’ordre » revenait souvent ce discours du gendarme (et/ou motard) d’avant, qui faisait de la vraie prévention routière, tandis qu’aujourd’hui policiers et gendarmes sont soumis à des objectifs de rentabilité... de PV’s. Sans compter les réductions d’effectif des motards de la route, les derniers à oeuvrer réellement pour la « sécurité routière ».
          Christian je ne puis que vous conseiller la lecture de mon livre « Radars, le grand mensonge » sorti l’an passé. Tout ce qui est annoncé dans ce livre se réalise aujourd’hui... malheureusement. 


          • jymb 27 juin 2011 16:29

            Je prend la liberté de citer de nouveau

            http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/faut-il-esperer-voir-se-creer-un-89217

            Aprés la récente union des associations de défense de la mobilité intelligente, je crois qu’il faut franchir le pas supplémentaire du mouvement politique vrai, seul moyen d’être écouté en interférant dans le système électif.
            Tout le reste reste malheureusement ignoré, un mouvement d’opinion ou d’humeur, même trés largement majoritaire n’est hélas absolument plus pris en considération


            • jymb 27 juin 2011 16:32

              « Tout le reste est condamné à être malheureusement ignoré.. »
              désolé pour la répétition


              • wesson wesson 28 juin 2011 08:46

                bonjour l’auteur, et bien vu pour votre article.

                Je suis même étonné que personne ne soit choqué par le fait que lorsque un panneau avertisseur de radar est installé, il fait ralentir. Dans l’absolu, c’est le but recherché non ?. On se demande comment on peut se réclamer de plus de sécurité si finalement la seule option envisagé consiste à « planquer » le limitations là ou elle sont, et pousser le conducteur à la faute.

                « On nous affirme qu’une grande partie des amendes sert à financer les infrastructures routières »

                j’en doutes fort. D’une part, les infrastructures routières sont en général prise en charge par le département, sauf en ce qui concerne les autoroutes et les nationales (mais de toute façon maintenant, on ne construit presque plus que des autoroutes). En tout cas, je ne pense pas que cela concerne le département. Sinon, concernant les radars automatiques, c’est une SSII informatique (ATOS) qui est chargé de l’entretien et du fonctionnement du parc. Il me semble que celle-ci touche un pourcentage sur les amendes, ainsi que un fixe pour chaque radar installé. Bref, une pompe à fric typique.


                • cti41 cti41 28 juin 2011 09:57

                  Bonjour Wesson,
                  Il est exact qu’une partie des amendes « encaissées » sont reversées aux communes et servent à l’amélioration de la sécurité. Ce qui est invérifiable ce sont les pourcentages exacts, entretien, engraissement de certaines societés et miettes reversées aux colléctivités territoriales.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès