Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Semaine scolaire : un inquiétant réaménagement

Semaine scolaire : un inquiétant réaménagement

Paradoxe : le réaménagement de la semaine scolaire ajoute une demi-journée de classe mais reconduit à l'identique, voire réduit légèrement, le nombre d'heures consacrées aux apprentissages.

Le GRIP partage l'inquiétude qui s'est exprimée à ce sujet sous diverses formes au sein de la profession. Accompagné d'une territorialisation génératrice d'inégalités, ce réaménagement en trompe l'oeil, s'il est appliqué, continuera à fragiliser l'acquisition des savoirs de base. Le GRIP demande au contraire que soit engagée la reconquête indispensable du temps scolaire. 

Lire ci-dessous la réaction de Catherine Huby, professeur des écoles, membre du CA du GRIP.

Je fais partie de ceux qui trouvent, et qui trouvaient déjà en 2008, mais aussi en 1989, qu’on diminuait trop les heures de CLASSE des élèves.
J’ai « pleuré » mes matinées du samedi quand on a commencé par m’en enlever une sur trois, puis une sur deux puis toutes !

Avant 1989, c’était le jour du « journal », où mes élèves rédigeaient leurs articles, par petits groupes inter-âges (j’avais une classe unique de 20 à 25 élèves de 6 à 11 ans), c’était aussi le jour de la « foire à l’aide », chez mes plus grands.
Chacun de mes « grands » (CE2, CM1, CM2) repassait son « cahier de classe » et s’inscrivait pour une demande d’aide pour un exercice mal compris et, dans la deuxième colonne, pour une proposition d’aide à un camarade sur une notion qu’il maîtrisait bien.
Pendant ce temps-là, mes « petitous » (CP, CE1) écrivaient avec moi une « histoire » que nous joignions ensuite au journal…
C’était le bon temps !

D’autres années, lorsque j’exerçais en maternelle, avec le collègue qui avait l’élémentaire, l’ATSEM et un ou deux parents (eh oui, souvent les parents ne travaillent pas le samedi et peuvent donner du temps à l’école), nous avions organisé des ateliers de bricolage réunissant les élèves de la Petite Section (enfants de deux à quatre ans) au CM2 ! Du tricot à la construction de la cabane (démolie depuis, à cause des normes) en passant par la couture, le jardinage, le modelage, que sais-je encore, c’était extraordinaire.

Et après la récréation, traditionnellement, c’était le « conseil » (de coopérative, bien sûr).
Toute l’école, trois classes réunies dans la salle polyvalente pour échanger, commenter, programmer, raconter… La démocratie en action, quoi, pourrais-je dire modestement !
Puis, ils en ont supprimé un sur trois. C’était encore faisable, mais c’était boiteux…
À un sur deux, ça a réduit encore l’éventail des possibilités. Un journal qui récapitule une fois la semaine passée, puis une autre fois la quinzaine échue, c’est illisible pour des enfants. Un conseil qui n’a pas lieu toutes les semaines, pareil !
Quant à laisser traîner un truc pendant deux semaines de vacances plus une semaine sans samedi, c’est bien trop interminable pour que ça intéresse encore, même la maîtresse d’ailleurs.

Enfin, on nous l’a carrément enlevé, notre samedi.
Nous n’avons plus vu le « deuxième parent », celui qui n’a pas la garde et vient maintenant récupérer son enfant chez son ex, le vendredi soir tard, après sa journée de travail et son
trajet. Nous avons tout organisé nous-mêmes parce que nous n’avons plus de temps de reste, plus de conseil, plus de journal, plus de projets intercycles.

Et le reste de la semaine, nous courons, nous courons, nous courons !

Et ceux qui en souffrent, ce ne sont pas ceux qui, à la maison, peuvent trouver de l’aide quand ils patinent un peu. Ce ne sont pas non plus ceux qui sont à l’aise et ne souffrent de ces 24 heures chrono, deux fois plus vite qu’à La Redoute, que parce que l’école n’a plus le temps, sans sacrifier les fondamentaux, de leur offrir le superflu, les ateliers de bricolage ou de création poétique, le conseil de coopé ou l’atelier d’aide mutuelle.

Alors oui, si on me rend mes 27 heures de classe (en me supprimant en contre-partie les heures institutionnelles dont on m’a gratifiée en m’enlevant la totalité des élèves 108 heures par an en plus des 36 heures perdues en 1989), je considérerai que je peux faire l’effort, même si je trouve dommage que certains de mes élèves n’aient jamais pu me présenter leur père ou leur mère, de revenir le mercredi matin.
Mais si, en échange de 45 minutes de moins par jour en classe, pendant lesquelles mes élèves seront « gardiennés » avec tous leurs camarades dans la cour de l’école par un personnel municipal sans doute dévoué mais bien dépourvu, je dois étaler sur 4,5 jours les malheureuses 24 heures (et même peut-être 23), franchement, non, je n’en vois pas l’intérêt.

Je précise que je travaille dans une petite commune de moins de 500 habitants qui n’embauchera personne et continuera à faire garder les élèves par le personnel existant (une personne le matin, deux pendant l’interclasse de midi, une personne le soir, pour environ 60 enfants de 2 à 11 ans inscrits) tout simplement parce qu’elle n’aura pas d’autre solution.

J’aurais encore des milliards de choses à dire, la sieste des petits de maternelle (couchés à 14 heures 15 ?), les après-midi raccourcis qui ne permettront plus les sorties cinéma ou théâtre (1 h 30 de spectacle et deux fois 45 minutes de trajet, c’est trop), le temps où l’on se pose et où, tranquillement, à travers des activités différentes, la maîtresse aide au transfert des connaissances, les enfants lents que l’on presse sans arrêt, du cartable qu’on vide à la date qu’on écrit, du blouson qu’on enfile aux vers du poème à apprendre, …, tous ces petits riens qui faisaient que la classe, celle où l’on vivait 27 heures par semaine, était une deuxième maison et l’enseignant un référent à part entière.

Nos petits, on va nous les trimballer d’une personne à l’autre et certains d’entre eux, ceux qui arrivent à l’ouverture du périscolaire et repartent à sa fermeture, dans leur journée de dix heures, auront passé plus de temps « gardés » qu’éduqués et instruits !

Encore une fois, j’ai mal à mon école et comme d’habitude, cela m’occasionne des douleurs dans l’aile gauche !"

Catherine Huby, professeur des écoles, membre du CA du GRIP
Janvier 2013


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 18 février 2013 10:12

    La réforme Peillon sent le technocrate à plein nez ! L’intérêt affiché des enfants est un leurre. Il aurait mieux valu initier une formation des profs d’école de qualité, pour qu’ils puissent travailler comme l’auteur, et tout simplement (dans un premier temps) abroger les mesures Darcos sur l’horaire scolaire. Mais Peillon veut sans doute jouer son petit Jospin et attacher son nom à une grande réforme-usine à gaz qui a pour effet d’augmenter les tâches administratives et le service des enseignants tout en soulevant des tas de récriminations des enseignants et des parents !


    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 20 février 2013 12:05

      @ MOUROT

      LES INSTIT SONT FORMES EN IUFM ET FONT DES REMPLACEMENTS

      MAIS LES PROFS VONT AU CASSE PIPESZ....SANS FORMATION NI REMPLACEMENT

      EST CE VOULU....PEUT ETRE
      RAPPELONS QUE DANS LE 3 EME CYCLE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR IN N Y A QUE 7% D ENFANTS D OUVRIERS ET D EMPLOY2S

      ALORS ON CASSE DANS LE PRIMAIRE...LE SECONDAIRE ET QUE VIVE LE PRIVE ET LES INSTITUTS A 500 EUROS /MOIS.........EN MATERNELLE

      PEILLON T ES TROP CON..........§§§DEHORS T ES VRAIMENT PAS BON §§§§§§§§


    • mouais 18 février 2013 10:27

      Tout à fait d’accord avec cet article de bon sens, et d’expérience.
      Continuons la lutte pour un enseignement de qualité, contre Peillon et ses aides de camp.


      • Raymond SAMUEL paconform 18 février 2013 12:07

        « Nos enfants auront passé plus de temps à être gardés qu’éduqués et instruits ».

        Mis à part des cas particuliers comme le vôtre, du moins « avant » (selon ce que vous dites), l’école est bien, avant tout, une garderie, N’avez-vous jamais entendu dire aux parents : « mais qu’est-ce qu’il faut faire des enfants ? » en cas de grève des enseignants ?
        L’école est bien l’endroit prévu pour les enfants comme la vie professionnelle est prévue pour les parents. Chacun à sa place comme dirait Claude HALMOS.

        Augmenter le nombre des heures d’apprentissage ? Mais l’école « apprend » réellement pendant combien d’heures par jour ?

        Un enseignement équivalent à celui donné en primaire à l’école à raison de six heures de présence par jour ne demande à la maison que moins de deux heures (moins d’une heure dans les meilleures conditions). Ce aui se comprend aisément.
        Mieux encore, ces notions rébarbatives de grammaire que personne ou presque n’apprend correctement en primaire parce qu’enseignées beaucoup trop tôt, pourront s’assimiler (avec le reste) quand l’enfant devenu adolescent aura besoin de les savoir pour sa pratique. Il sera demandeur et la plupart apprendront avec très peu d’aide.


        • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 18 février 2013 13:46

          Attendons 18 ans pour apprendre à lire à la télé ?


        • Raymond SAMUEL paconform 18 février 2013 19:24

          La santé d’abord, le diplôme après.


        • velosolex velosolex 18 février 2013 14:14

          Une idée, comme ça :

          Et si on regardait de près ce calendrier scolaire des années 60, qui donnait de si bons résultats sur la scolarité et le niveau des gosses, en les rendant présents à l’école cinq jour sur sept, seuls les jeudi et les dimanche étant jours chômés !

          Le soir,après la classe, les gamins avaient la possibilité de rester en classe une heure de plus, pour faire leurs devoirs ; on appelait cela l’heure d’études.

          C’était avant les grandes réformes qui nous ont menés, avec tous ces démagogues, là, on l’on sait.

          Bon, sans doute pas moyen de revenir en arrière, comme on dit.
          Et si c’était plutôt aller vers l’avant.

          Mais de quoi je me mèle, vous n’y connaissez rien monsieur ! Et puis que diront de ça les parents, les associations, les lobbys des vacances, sans compter bien sûr les enseignants, qui se cachent derrière ce beau monde.
          Et l’enfant.......Ah oui, l’enfant......

          Tiens ça me rappelle une chanson, qui date un peu elle aussi
          "Le premier qui dit la vérité, on va l’assassiner !


          •  C BARRATIER C BARRATIER 18 février 2013 15:50

            Combien je suis d’accord.
            D’accord parce que j’ai bien vécu, ensignant, les semaines de 5 jours pleins : on travaillait tout le samedi, jusqu’à 16 h 3o.
            Certes le nombre d’heures de classe n’est pas le seul moteur du bon apprentissage des bases qui seront nécessaires toute la vie. Mais si on considère qu’une heure de classe est utile, pourquoi la supprimer ?
            La vérité n’est pas dite, j’espère que l’école, le collège, le lycée, ne sont pas en train de devenir des lieux d’apprentissage de la paresse.
            Voir en table des news :

            Ecole, comment revenir à des bases saines

             http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=225


             


            • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 20 février 2013 09:23

              @barratier

              relent de « stalinisme » super laic souvent aussi bornés que les fascistes..CES LAIQUES D UN AUTRE TEMPS.....................

              pourquoi ne pas faire aussi une ecole le dimanche matin pour « emmerder » les religions ???

              comme peillon vous n’avez pas de petits enfants....donc vous etes comme lui UN THEORICIEN

              LAISSEZ DONC LA MANOOEUVRE AUX GENS DE TERRAIN §§§§§


            • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 19 février 2013 19:37

              peillon est il un peu dérangé en jouant a valls de l’enseignement...........

              j’ai 6 petits enfants dont 3 sont épuisés comme leurs parents...SANS LE MERCREDI ILS NE SUIVRONT PLUS A L ECOLE LES JEUDIS ET VENDREDIS.....

              C EST QUI CET ENARQUE OU AGREGE DE LA BRANLETTE....UN VRAI BRANLEUR....

              personne sauf lui ne veut de cette réforme....quel con...vise t il les élections présidentielles de 2007 POSSIBLE IL VEUT SE FAIRE UN NOM...UNE REFORME


              • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 19 février 2013 19:39

                2017.... ENCORE UN SUPER ARRIVISTE...sans enfants ,,,,,, ?????????????

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès