Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Service miminum : et la province ?

Service miminum : et la province ?

Le Service minimum promis par nos hommes politiques lors des précédentes élections n’est toujours pas effectif. A la place, nos hommes politiques, en mal de courage, ont accepté le service garanti, que la RATP, suivie par la SNCF, leur ont proposé, avec des résultats moyennement convaincants, puisque la SNCF a été pénalisée lors de la grève du 4 octobre pour non respect de ses engagements. Par ailleurs, ses salariés ne se sentent pas véritablement concernés par des engagements qui ne les touchent pas directement. D’ailleurs, on ne sait toujours pas si ce jour de grève a été ou non payé aux salariés : ? Ou si les RTT sont finalement devenues un quota de jours de grève autorisés. Seule l’information du client a vraiment progressé.

L’étape suivante, c’est de mettre en place ce système garanti dans d’autres régions et dans d’autres administrations et services publics. Alors que les transports de Nancy et de Marseille sont en grève depuis trois semaines, l’Union des transports publics, UTP, vient de relancer la négociation sur la prévention des conflits et la prévisibilité des trafics, sur le même principe que les accords RATP/SNCF, avec les représentants des transports des villes de province. Proposition très mal reçue par les syndicats, qui en refusent le principe, au nom du droit constitutionnel à la grève.

Une début de négociation avait commencé en avril dernier, qui s’était terminé sur un échec, et donc l’UTC a voulu prendre les problèmes les uns après les autres pour éviter les blocages de cette première session. Peine perdue, les syndicats refusent tout net une négociation qui d’après eux (et ça l’est en effet) est une remise en cause du droit de grève constitutionnel. Comme dans le montage parisien, ils renvoient l’UTC vers un contrat commercial entre les entreprises de transport et les autorités responsables des transports publics, le GART, l’équivalent du STIF en Île-de-France -contrat commercial dont nous venons de voir qu’il n’implique pas les personnels.

Allons, messieurs les politiques, si vous voulez vraiment mettre en place un service minimum, comme il en existe dans d’autres pays européens, vous n’éviterez pas d’avoir à faire preuve de courage, et dans la pratique, de légiférer et de modifier la constitution donc... A suivre.


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • (---.---.21.62) 25 octobre 2005 13:38

    bjr, supprimer le droit de grève c’est surement un moyen de désarmer le service public pour pouvoir ensuite l’offrir aux patrons et actionnaires.Pourquoi un patron aurait il le droit au chantage, au terrorisme de l’emploi (de la délocalisation) et l’on supprimerait le droit de grève aux employés (le service public n’ayant pas encore, de trop, le « pistolet à la tempe » du « si cela ne vous plait pas, vous connaissez la sortie ?! ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès