Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Si avant de créer quoi que ce soit l’homme préhistorique avait (...)

Si avant de créer quoi que ce soit l’homme préhistorique avait attendu des investisseurs, l’humanité serait morte !

Depuis des décennies l’on nous persuade que le travail coûte cher, que cela est un handicap, qu’il freine l’économie, favorise les délocalisations et crée du chômage. Bref, le travail est une tare qui est la cause de tous nos problèmes, ou plutôt c’est sa rémunération qui pose problème. Si les gens acceptaient de travailler gratuitement cela irait beaucoup mieux. D’ailleurs, à une époque c’était possible, on appelait cela l’esclavage et effectivement c’était très rentable pour ceux qui se plaignent aujourd’hui de la cherté du travail…

Le travail ne coûte pas cher, au contraire le travail crée de la richesse, il ne peut coûter, puisqu’au contraire il rapporte. Toutes les fortunes ont été crées par l’exploitation du travail et des travailleurs. Ce qui coûte cher, c’est ce que le capital prend au travail, c’est la rémunération des actionnaires, les dividendes distribués, les stock-options et les parachutes dorés. Sur un produit fini, la partie consacrée aux salaires des travailleurs est en constante diminution, ceux qui fabriquent le produit ont souvent un salaire dérisoire qui ne leur permet même pas, dans beaucoup de cas, de s’offrir ce qu’ils ont produit !

Et que l’on ne nous dise pas que pour produire il faut investir, le commencement n’a jamais été l’argent mais toujours le travail. Si avant de créer quoi que ce soit l’homme préhistorique avait attendu des investisseurs, l’humanité serait morte ! Si pour produire industriellement il faut des machines, très bien, mais ces machines ont-elles-même été fabriquées par du travail ! Et s’il a fallu des matières premières pour les fabriquer, et bien le bois, le fer, l’eau, le gaz ou le pétrole, tout cela est gratuit dans la nature. Et de l’exploitation à la transformation de ces matières premières, c’est du travail, du travail et seulement du travail. L’argent ne crée pas du travail, c’est le contraire !

Dire que le travail créateur de richesse coûte cher est une aberration. La recherche constante du profit maximum, voila ce qui coûte cher ! C’est cela qui dégrade les conditions de travail, qui tire les salaires à la baisse, qui met en concurrence les travailleurs entre eux et qui pèse non seulement sur le travail, mais sur l’ensemble de la société.

Ce ne sont ni les rentiers, ni les banquiers qui créent de la richesse ; si vous voulez faire pousser du blé, vous pouvez couvrir votre champs de billets de 500 euros et revenir six mois après, il n’y aura rien, car il faut labourer, semer, soigner, récolter …bref, il faut du travail, c’est cela qui permet la création de richesses, et pas de faire travailler de l’argent ! C’est facile de faire travailler les autres, d’encaisser les bénéfices, de se plaindre et dire que ça coûte cher !

Le travail tel qu’il est conçu dans notre société ne sert qu’à enrichir quelques oisifs qui vivent sans travailler, ces oisifs qui disent que le travail coûte cher, mais cher pour qui ? Pour ces parasites qui nous exploitent et ne génèrent que de la misère, du chômage et de la précarité. Ce sont ces gens là qui dans le même temps encensent la valeur travail, car toutes ces fortunes privées ont été générées par l’exploitation des travailleurs, qu’ils soient jeunes, vieux, hommes, femmes, du nord ou du sud, ils ne représentent aux yeux des exploiteurs qu’un moyen de créer de la richesse, à leur seul profit.

Pour en finir avec l’exploitation et le travail salarié, il faut inventer un système où le seul but de l’activité économique ne serait ni de faire du profit ou de créer des emplois, mais seulement de satisfaire les besoins de chaque membre de la communauté. Car la valeur travail, ce culte de l’effort bon marché qui fait le choux gras des nantis, est la référence de ceux qui ne bossent pas et encaissent les bénéfices. Car malgré la propagande du système, le travail ne libère que celui qui n’est pas soumis à la nécessité de travailler pour gagner sa vie. Alors, si le travail coûte cher, vivons dans l’opulence, arrêtons de travailler

 2ccr, Le site à consulter réguliérement pour voir les choses autrement !

 « Il est beau de ne pratiquer aucun métier, car un homme libre ne doit pas travailler pour servir autrui »… ARISTOTE

Pour en savoir plus sur ces « pauvres riches »


Moyenne des avis sur cet article :  4.36/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • philippe913 18 août 2015 13:28

    ah tu ne changes pas, toujours cette même obsession, c’est dingue....


    • sarcastelle 18 août 2015 13:43

      vous pouvez couvrir votre champ de billets de 500 euros et revenir six mois après, il n’y aura rien [qui aura poussé sans travail]


      En effet : si le vent ne les a pas emportés, d’autres l’auront fait. 

      • Gasty Gasty 18 août 2015 18:20

        @sarcastelle

        De toute façon c’est bien connu : Pourquoi l’argent ne pousse pas ? Parce que lorsque quelqu’un voit une pièce par terre, il la ramasse. Il ne lui laisse pas le temps de pousser.


      • lsga lsga 18 août 2015 13:46

        "Pour en finir avec l’exploitation et le travail salarié, il faut inventer un système où le seul but de l’activité économique ne serait ni de faire du profit ou de créer des emplois, mais seulement de satisfaire les besoins de chaque membre de la communauté. "
         
        enfin un peu de bon sens....
        autant le dire tout de suite : on ne s’approche pas le moins du monde de cet objectif en augmentant les impôts et en faisant de l’État Providence, au contraire, on s’en éloigne.
         
        Cet objectif sera atteint en collectivisant les grands trusts multinationaux, ce qui, bien sûr, ne peut pas être fait à l’échelle des États-Nations.
         
        D’ici là, tout ce qui va vers l’émergence et la concentration de ces grands trusts va dans le bon sens : celui de la socialisation de la production.


        • L'enfoiré L’enfoiré 18 août 2015 15:24

          @lsga,

           Un peu de bon sens, cette phrase ?
           Socialisation de la production ?
           Avons-nous encore les moyens de cette politique sociale ?
           Que cherchent les migrants qui nous arrivent ces derniers temps ?
           Autre chose que du profit et des emplois ?
           Vous rigolez ?
           Pour ce qui est de la mondialisation, ne cherchez pas docteur, tout est dans la tête de celui qui dirait comme James Bond : mon nom est « Net », « Inter Net ».,
            smiley


        • lsga lsga 18 août 2015 18:02

          @l’enfoiré
          la socialisation de la production (socialisme) est le stricte inverse des politiques sociales (néo-fascisme).
           
          Dans le premier cas, on réorganise la production : « on », cad, nous tous, à l’échelle de la planète.
          Dans le second cas, les bourgeois bureaucrates qui décident de tout à l’échelle de leur misérable et putride État Nation font passer la pilule de leur pouvoir imbécile avec des mesures sociales financées grâce au néo-colonialisme.


        • Xenozoid Xenozoid 18 août 2015 13:50

          le travail comme il est « superviser »resemble plus a une domestication et alienation,la notion même du travail couplé au mot liberté ...rémunérer quelque soit le prix, c’est de l’esclavage dans un monde de compétition,c’est de la merde en boite,je serais content le jours ou les robots feront ce que les prolos ont fait,quand au saigneurs ? miamy


          • BOBW BOBW 19 août 2015 12:42

            @Xenozoid : Les grandes Sociétés et particulièrement les grandes surfaces l’ont très bien compris et ont commencé à anticiper en vidant de plus en plus employés et caissières et en les remplaçant par des robots pour encore davantage remplir les poches de leurs actionnaires sans en faire profiter les consommateurs ! smiley


          • Xenozoid Xenozoid 19 août 2015 22:21

            @BOBW

            l’éternel consentement. car qui d’autres acceptent de ne voir le travail que comme ideal comme fin en soit ?....
            La vie vaux mieux non ?
            car oui c’est triste,tres triste smiley



            Vivant dans le pays des morts. Ils mangent de la nourriture morte avec des fausses dents. Leurs bâtiments ont de fausses façades, leur stations de radio et de télévision diffuse de l’air vicié. Ils tuent le temps entant que spectateurs de fausses images.
            Leurs corporations sont coupables de publicité mensongère, et leurs offres d’emploi » ne sont que des opportunités de mauvais traitements meurtriers, un ennui mortel, et la soumission fatale ; ils exigent de vous le respect des échéances, comme pour dresser des tentes dans des camps de la mort. Est-ce que l’impasse justifie les moyens ? Ils habitent les villes mortes et font des faux mouvements, n’allant vraiment nulle part, marchent jour après jour, le même chemin de désespoir. Même leur air est conditionné. Ils vous demandent de donner votre vie pour leur pays, pour leurs religions, leurs économies, vous laissant avec seulement. . . . Leur système est organisé par l’intelligence artificielle et ne fournit que de la réalité virtuelle. Leur culture vous cloue et vous ennui à mort, leur mode de vie est sans vie, leur existence est une impasse permanente. Tout à leur propos pue la mort et le faux. La seule chose qui est insupportable, c’est que rien n’est insupportable. Quand allons-nous demander plus ?
            La lutte pour la vie, la vraie vie. Combat petit con , la vie est réel !
            Bienvenu dans le pays des vivants déja mort.

          • L'enfoiré L’enfoiré 18 août 2015 15:10

            « Le travail ne coûte pas cher, au contraire le travail crée de la richesse, il ne peut coûter, puisqu’au contraire il rapporte »

            Tout dépend du genre de travail.
            La création et l’invention qui initie et qui s’arme de brevets pour exister.
            La représentation et la vente qui ne fait qu’utiliser ce que les premiers ont fait.
            La sécurisation de l’ensemble qui récupère les miettes
            La prestation de service qui fait partie de l’overhead.

            Maintenant, faire remonter à l’homme préhistorique investisseur, je dirais qu’il a dû l’être en fonction des saisons.


              • tashrin 18 août 2015 16:24

                @ robert Gil

                Bon... un article par jour, pour dire exactement les memes choses, ya un moment où ca devient lassant pour les lecteurs et où ca relève de l’obsession pathologique.

                Loin de moi l’idée d’être un fervent supporter du fabuleux monde neoliberal dans lequel on vit, m’enfin à trop dire n’importe quoi on en vient à desservir les ideaux qu’on poursuit, hein...

                « Le travail ne coûte pas cher, au contraire le travail crée de la richesse, il ne peut coûter, puisqu’au contraire il rapporte »

                Euh... Ben pourquoi ne devenez vous pas employeur alors ?
                Evidemment que le travail coute... Ce qui ne l’empeche pas de rapporter, ce n’est pas incompatible. C’est une ressource, et comme toutes les ressources, ca a un cout... (matieres premieres, energie, blablabla)
                Le profit, c’est la difference entre le cout et la richesse qu’on obtient avec ce que l’on a payé... Le principe meme du salariat, c’est que vous allez pouvoir revendre plus cher ce que vous aurez payé à votre salarié, sinon il n’ya pas lieu d’avoir de salarié... Donc salariat = profitabilité, sinon pas de salariat, ou alors en mode sponsorisé collectiviste...

                "Pour en finir avec l’exploitation et le travail salarié, il faut inventer un système où le seul but de l’activité économique ne serait ni de faire du profit ou de créer des emplois, mais seulement de satisfaire les besoins de chaque membre de la communauté"

                ... donc un systeme collectiviste par essence puisque dans le cas contraire, ca revient à faire confiance à l’individu pour avoir une conscience collective et voir plus loin que son interet personnel. ce qui malheureusement n’est pas dans la nature humaine si aucune regle contraignante ne l’y oblige...

                Rien ne vous empeche de créer votre propre emploi pour demontrer à tous qu’une entreprise peut survivre sans profit, que la valeur travail passe avant toute consideration commerciale, pour vous affranchir des ordres d’un mechant patron, et organiser vos journées comme bon vous semble... Là vous serez crédible ! Mais pour l’instant, et pour le coup, vous faites plus de mal que de bien à la cause que vous souhaitez defendre... à mon humble avis


                • Le421 Le421 18 août 2015 18:40

                  @tashrin
                  Ben pourquoi ne devenez vous pas employeur alors...

                  Mais oui !

                  C’est ça la solution.

                  Plus que des patrons et plus d’ouvriers...

                  Et cette fichue marmotte qui continue à plier le chocolat dans le papier alu... Quelle conne.

                  Ah ! Raisonnement par l’absurde, quand tu nous tiens.

                  Dites ?
                  Z’avez jamais remarqué que l’être humain a des défauts, qu’il y a des gens faits pour commander, d’autres pour obéïr, etc, etc...
                  Faut quand même pas avoir fait polytechnique pour savoir ça !!


                • tashrin 19 août 2015 10:28

                  @Le421

                  Bonjour
                  J’ai pas fait polytechnique, mais je suis doté d’un cerveau qui me permet de comprendre l’ironie quand j’en vois... Ce qui n’est pas le cas de tous apparemment

                  Quant au raisonnement par l’absurde : si on applique le votre à la lettre, il ya donc des gens plus capables que d’autres... Pourquoi donc n’auraient-ils pas une situation plus enviable ? serait-il juste que quelqu’un qui prend des risques et travaille trois fois plus que ses employés soit rémunéré de la même manière ?

                  Le probleme est donc, vous le comprenez bien, un peu plus compliqué que « gentils salariés / mechants employeurs », ce qui etait la teneur de mon commentaire précédent. Et pourtant croyez moi je n’ai vraiment rien du mechant liberal, bien au contraire. j’aimerai sincerement que ce soit aussi simpliste que l’envisage Robert GIL ou vous même, manifestement.

                  Quant au fait qu’il n’y ait que des patrons et pas d’ouvriers (ce que je n’ai pas mentionné, mais que vous avez interprété comme tel) : créer une activité indépendante ne nécessite pas forcément d’avoir des salariés... il ya plein de metiers qu’on peut exercer seul, et il existe même la possibilité d’être son propre patron tout en beneficiant d’un cadre sécurisé, du droit social, d’un accompagnement, etc... http://www.cooperer.coop/

                  Mais bizarrement, ceux qui en viennent à créer leur activité en désespoir de cause parce que le salariat leur offre des débouchés trop restreints sont souvent les premiers au bout de quelques mois à se rendre compte par eux mêmes que leur vision des choses était tronquée... D’où ma proposition à l’auteur de nous démontrer par la pratique son raisonnement, sous peine de s’en tenir à un énoncé de platitudes sans aucun interet qui désservent la cause qu’il prétend soutenir


                • aimable 18 août 2015 16:29

                  le travail est multiple mais sans la production toute la chaine s’écroule, et le parasite qui s’est mis au bout ne l’a pas encore compris sauf en 68 ou la production s’est arrêtée, mais 68 c’est très loin et la leçon a été oubliée .


                  • Spartacus Spartacus 18 août 2015 16:43

                    Quels procès d’intentions et les clichés pour faire passer ses fantasmes.....



                    Va falloir expliquer la définition de la richesse aux gauchistes. 

                    Seul l’échange crée la richesse. Point. Voila c’est simple.
                    Gil et les gauchistes pouvez vous l’apprendre ?

                    Le travail ne crée absolument aucune richesse...Pas plus que de planter des billets.

                    Si le résultat de ton travail n’est pas vendu tu n’auras jamais de richesse. Même que tu travailles beaucoup.

                    Bon le couplet des vils capitalistes et les gentils travailleurs. 

                    Dans un pays libre qui vous oblige à travailler pour un autre ? 
                    Il met un couteau sous la gorge le vil capitaliste ?
                    Vous remettez votre vie en main au vil capitaliste et venez vous plaindre ?
                    La liberté vous l’avez de ne pas prendre un travail.
                    La liberté de démissionner vous l’avez.

                    Si le fruit de votre travail pour le capitaliste n’est pas vendu, il vous paye quand même ? Qui exploite qui dans ce cas ?

                    Si le capitaliste n’est pas là comment vous faites ? Vous êtes chômeur. 

                    Certain se prennent en main. Même des communistes......

                    Et puis au bout d’un certain temps, Ils découvrent alors que sans investissement, sans capital, ils ne peuvent acheter une perceuse pour remplacer la chignole de départ. 

                    Et puis avec le temps ils découvrent que s’ils ont des salariés ils peuvent produire plus et œuvrer mieux pour les autre en offrant des emplois. 

                    Et puis avec le temps, ils découvrent qu’ils sont plus sociaux que du temps ou ils étaient communistes a haïr les patrons et stigmatiser les riches.

                    Et puis un jour ils disent qu’ils ne seront plus jamais coco, car la branlette a critiquer les riches ca ne rend ni riche ni n’aide les pauvres, juste a cultiver ses frustrations de ne jamais rien avoir tenté de son propre libre arbitre.

                    • L'enfoiré L’enfoiré 18 août 2015 17:49

                      @Spartacus,

                       Absolument.
                       Gil a pris l’habitude de rêver éveillé. Cela ne date pas d’hier.
                       Dimanche, je sortirai un billet sur ce qu’il faudrait qu’il apprenne s’il veut un jour améliorer son statut, si pas son égo.
                       Ce n’est pas une question de gauche ou de droite, mais une logique drastique et pragmatique.
                       Mais pas de problème, ne brûlons pas les étapes.


                    • Aristoto Aristoto 18 août 2015 21:43

                      @Spartacus

                      Seul l’échange crée la richesse.

                      Faux !!!!

                      Robinson Crusoé !!!

                      .... !!!!

                      ( ha chiotte j’ai oublié Vendredi ! )

                      Pour être plus exact : Dans l’ère capitaliste de la civilisation humain du début du 21ème siècle l’échange (en partie) crée (créait ???!) la richesse !


                    • Jeff84 19 août 2015 20:39

                      @Spartacus
                      Ce n’est pas tout à fait juste, un fermier autosuffisant crée de la richesse, même si c’est très peu. Le commerce représente cependant facilement 95% de la richesse créée.


                    • Hétérodoxe 19 août 2015 21:35

                      @Spartacus
                      « Le travail ne crée absolument aucune richesse »

                      Rarement lu un truc aussi absurde. Un gars qui construit sa maison de ses propres mains, en utilisant des matériaux naturels, créée évidemment de la richesse de par son travail.
                      Mais forcément, quand on confond richesse et argent ...


                    • flourens flourens 18 août 2015 16:49

                      Couplet 4 :
                      L’engrenage encor va nous tordre :
                      Le capital est triomphant ;
                      La mitrailleuse fait de l’ordre
                      En hachant la femme et l’enfant.
                      L’usure folle en ses colères
                      Sur nos cadavres calcinés
                      Soude à la grève des Salaires
                      La grève des assassinés.

                      Refrain

                      Couplet 5 :
                      Ouvriers, Paysans, nous sommes
                      Le grand parti des travailleurs.
                      La terre n’appartient qu’aux hommes.
                      L’oisif ira loger ailleurs.
                      C’est de nos chairs qu’ils se repaissent !
                      Si les corbeaux si les vautours
                      Un de ces matins disparaissent …
                      La Terre tournera toujours.

                      Refrain

                      Couplet 6 :
                      Qu’enfin le passé s’engloutisse !
                      Qu’un genre humain transfiguré
                      Sous le ciel clair de la Justice
                      Mûrisse avec l’épi doré !
                      Ne crains plus les nids de chenilles
                      Qui gâtaient l’arbre et ses produits
                      Travail, étends sur nos familles
                      Tes rameaux tout rouges de fruits !

                      Refrain


                      • Jeff84 18 août 2015 17:06

                        L’esclavage a toujours été une aberration économique (et bien entendu morale) : il n’y a que les socialistes pour prétendre qu’il a jamais été rentable.

                        La preuve, c’est le privé, et plus précisément la marine marchande anglaise, qui l’a interdit le premier, et il a fallu lutter des décennies (voir l’excellent film Amazing Grace) pour que le gouvernement cède enfin et l’abolisse légalement.

                        Contrairement à ce que prétend le titre, le premier capitaliste fut bien un homme préhistorique : celui qui le premier consacra du temps non à se nourrir, mais à tailler une pierre, cette pierre taillée étant le premier investissement capitalistique.

                        Et enfin, il faut vraiment être GIL pour prétendre que le capital ne crée pas de richesse. Par exemple, qu’on détruise toutes les machines indutrielles du monde, et la richesse mondiale s’écroulera.

                        • L'enfoiré L’enfoiré 18 août 2015 17:55

                          @Jeff84,
                           Encore une fois, l’esclavage a fait la richesse des Arabes et ensuite des Sudistes aux Etats-Unis,
                          cela ne veut pas dire qu’il ne faille pas chercher d’autres manières comme ce qu’apportent les machines et bientôt, les humanoïdes.
                           L’homme est un roseau pensant et pas une machine avec une force herculéenne.


                        • Gasty Gasty 18 août 2015 18:16

                          @L’enfoiré

                          Certes ! une machine ne pense pas, un grand avantage pour l’humanité capitaliste.

                          Mais je me méfierais des humanoïdes, ils pourraient bien se mettre à penser au delà des trois lois de la robotique.


                        • L'enfoiré L’enfoiré 19 août 2015 10:27

                          @Gasty,
                           Une nuance très importante :
                           Il ne faut pas avoir peur des humanoïdes mais de ceux qui les ont programmés.
                           Les lois d’Azimov peuvent être interprétées

                          1. Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, en restant passif, permettre qu’un être humain soit exposé au danger.
                          2. Un robot doit obéir aux ordres qui lui sont donnés par un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la première loi.
                          3. Un robot doit protéger son existence tant que cette protection n’entre pas en conflit avec la première ou la deuxième loi.

                        • COVADONGA722 COVADONGA722 19 août 2015 11:07

                          @L’enfoiré
                           bonjour , semblerait que le logiciel de la voiture google ne connaisse pas Assimov ?
                          en effet une des consignes est protéger le passager ,question même en écrasant des pietons ?
                           =
                          bug
                          le drone en tesT des gardes frontières us a un soucis aussi il n’arrive pas a identifier un comportement anormal ou inapproprié il a donc fallut pour l’instant réactiver le téléoperateur !

                          derniers heures avant le soulèvement des machines ?


                        • Sozenz 18 août 2015 18:38

                          « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ! »
                          http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-terre-a-qui-appartient-elle-75308
                          mais aussi le commentaire de
                          perlseb 21 mai 2010 15:05

                          Merci monsieur GIL de vos efforts, n’écoutez pas vos détracteurs permanents , ils vous ont dans le nez quelques soit l article que vous écrivez...
                           Comme vous le verrez dans les commentaires de l article ci dessus , aucune attaque... et pourtant l esprit de cet article va dans le même sens que celui que vous venez de faire ...


                          • aimable 18 août 2015 18:57

                            @Sozenz
                            avoir dans le nez , c’est comme un coup dans le nez , cela fini toujours en addiction !


                          • Parapente apente 18 août 2015 20:01

                            La solution est là, à la 40 ème minute.
                            https://www.youtube.com/watch?v=YMOFBioFNvc


                            • Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 18 août 2015 21:35

                              Ce n’est pas le travail qui coûte cher, c’est la ponction toujours plus grande du capital sur le travail.

                              La levée des contraintes sur les flux de capitaux permet aux capitalistes de choisir le pays avec les plus faibles salaires, charges sociales, etc. La limite de ce système, c’est l’esclavage. C’est ce vers quoi tend le système actuel.

                              Les capitalistes peuvent passer leur production d’un pays à l’autre, pas les travailleurs, qui se retrouvent bloqués : si le libéralisme veut la libre circulation des biens et des capitaux, il n’en est pas de même pour les êtres humains, dont la valeur est évaluée à ce qu’ils gagnent. On peut le constater en voyant la méditerrannée se transformer en cimetière.

                              Les conditions de quasi-esclavage des travailleurs au niveau international deviennent ainsi la norme qu’ils veulent imposer partout, y compris en Europe. La dette et la chômage sont des leviers pour imposer ces politiques dont les populations ne veulent pas.

                              De ce côté la Grèce a été un laboratoire qu’ils vont étendre à toute l’Europe. Ce sont non seulement les ouvriers qui sont visés, mais aussi les classes moyennes. Comme toujours, elle ne réagiront que lorsqu’il sera trop tard. En attendant, elles gobent l’idéologie libérale en croyant qu’elle ne s’appliquera pas à elles-mêmes.

                              Vu ce qui s’est passé en Grèce, il est probablement déjà trop tard.


                              • Le421 Le421 19 août 2015 09:25

                                @Jean-Paul Foscarvel
                                Et les jeunes !!

                                Du moment qu’ils ont quatre barres sur le smartphone pour se connecter à Facebook, tout va bien...


                              • Spartacus Spartacus 19 août 2015 09:28

                                @Jean-Paul Foscarvel


                                Les décalés perdus dans cette grande fiction Marxiste à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde.....

                                Vous ne pouvez pas passer d’un pays à l’autre ?

                                On trouve des expatriés partout.

                                Maintenant qui vous empêche de partir ? 
                                Qui crée vos propres blocages ? 
                                Ce ne sont pas les vils capitalistes, c’est vous même et votre mentalité de vouloir vivre en servitude personnelle et en assisté d’état ou de salarié.

                                Le monde capitaliste n’est pas limité à être salarié. 
                                C’est vous qui avez créé cette limite sur vous même. 



                              • L'enfoiré L’enfoiré 19 août 2015 10:38

                                @Spartacus,
                                 En effet...
                                 Les marchandises transitent de pays à pays et les hommes devraient pouvoir le faire aussi.
                                 Le problème, ce sont les visas et les tracasseries administratives qui peuvent enrayer le processus ;
                                 Sur cette antenne, je n’ai fait que répéter que si on n’est pas content de l’endroit où l’on vit, il faut prendre ses cliques et ses claques et mettre les bouts.
                                 Il y a une grande différence dans la construction des maisons en Europe et en Amérique.
                                 Par ici, on veut du dur et du durable, ce qui fait augmenter les prix.
                                 Les habitations en bois ne sont pas rares aux States.
                                 Ils sont toujours prêts à prendre l’avion puisque ce pays fait plus de 15 fois la France.


                              • Spartacus Spartacus 19 août 2015 12:24

                                @L’enfoiré

                                En fait le premier problème est le mimétisme social. 
                                La peur de perdre des repères sociaux.

                                Parfois un événement ou une crise, vous fait prendre un virage à ,180) et casse ce mimétisme comportemental..
                                L’expatriation est une richesse personnelle. Encore faut il le faire pour y prendre gout.

                              • L'enfoiré L’enfoiré 19 août 2015 15:51

                                @Spartacus,
                                 Dimanche, comme je le disais quelque part, je sors un billet sur mon blog qui parlera de tout cela avec des yeux d’un style particulier.
                                 Ceux de l’enfoiré... bien entendu smiley
                                  


                              • zygzornifle zygzornifle 19 août 2015 16:51

                                a la tête de l’état nos avons des hommes pré-hystériques .......

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès