Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Si la prostitution est interdite, va-t-on interdire le mariage (...)

Si la prostitution est interdite, va-t-on interdire le mariage ?

La question est beaucoup plus recevable que l'on ne peut le croire. Les coincidences de l'actualité sont troublantes. Au moment où l'on s'apprète à pénaliser le client, un homme vient d'être condamné à 10 000€ d'amende pour ne pas avoir "honoré" son épouse.

Les rapports consentis lors du mariage peuvent-ils donc être considérés comme gratuits et pleinement consentis ?

On présente souvent le mariage comme un acte d'amour. Or la réalité est bien plus matérielle. Le mariage est un "contrat", hérité de temps où il était très difficile pour un homme ou une femme de s'assumer matériellement seul. Les nobles l'utilisaient eux presque'exclusivement pour des raisons politiques.

On n'a jamais entendu un couple dire qu'il s'aimait plus après le mariage qu'avant. La réalité est que le mariage est un aboutissement. Et une fois que l'on a eu ce que l'on voulait, on a qu'une envie, passer à autre chose..

Quelles sont donc les vraies raisons qui poussent au mariage ?

-Psychologiques : se rassurer sur son avenir.

-Sociales : parce que c'est la norme, pour faire plaisir à la famille, par peur de l'infidélité.

-Pratiques : lorsque le conjoint n'a pas la même nationalité.

-Fiscales : pas besoin d'énumérer la liste des avantages donnés par l'État aux personnes mariées.

-Matérielles et financières : avoir un emprunt à un taux plus avantageux, profiter de meilleures conditions de vie que si l'on était seul.

Bref... plus on met les choses au clair et plus il est évident que le mariage est bien un contrat obligeant à des rapports sexuels, et ayant des contreparties matérielles et financières, c'est purement la définition de la prostitution. Cette obligation ayant été récemment confirmée par la loi, si l'ont interdit l'acte sexuel ayant une contrepartie financière, le mariage doit être interdit.

Quant aux relations hors mariage... sont-elles toutes aussi gratuites que cela ? N'y a-t-il jamais négociations avant un passage à l'acte, cadeaux, promesse de relation longue et durable, etc... La prostitution n'est-elle pas la forme la plus honnête et la plus claire d'une part bien réelle mais niée des rapports hommes-femmes ? Ceux qui veulent interdire la prostitution ne veulent-ils pas plutôt fuir ainsi leur propre vérité ?

http://www.slate.fr/story/37851/mariage-pute-sexe-contrat


Moyenne des avis sur cet article :  4.59/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • ARMINIUS ARMINIUS 7 décembre 2011 08:54

    Si on applique la dernière phrase à Roselyne Bachelot, qui est une des principales opposante à la prostitution, on peut penser qu’elle pense fuir ainsi l’énorme trou qu’elle à fait dans nos finances avec le traitement catastrophique de la vaccination anti-grippe l’an passé...elle a couté a elle seule beaucoup plus que toutes les prostituées de France réunies, pour le plus grand profit des ses maquereaux : les laboratoires...


    • foufouille foufouille 7 décembre 2011 12:40

      c’est quand meme vrai dans certains cas


    • xbrossard 7 décembre 2011 14:46

      @Sabine


      « si les femmes font l’amour c’est d’abord parce qu’elles en ont envie »

      l’art de ne pas répondre ; pourquoi elles en ont envie ? 

      vous allez répondre : parce qu’il y a de l’amour...et donc encore une fausse réponse

      pourquoi tombes-t’elles amoureuse ?

      je vais vous répondre (parce que vous ne le ferez pas) : parce qu’elles ont vu dans l’homme qu’elles aime une chose que les autres hommes n’ont pas pour elle. Ce peut être plus d’intelligence, plus de beauté, mais aussi...plus de pognon.

      Et bien souvent, le pognon rend plus beau et plus intelligent smiley

      sinon, comment expliquer que des top-models se coltinent des footballeurs bas du front mais pété de thunes ?

    • Balibalo en Irlande Balibalo en Irlande 7 décembre 2011 21:04

      - Va dire ça aux femmes de la Jet 7 qui se sont mariées avec des vieux riche... avant que le Viagra ne sortent ! Elles te diront à quel point le devoir conjugal est un plaisir. Mais il y en a beaucoup que ça ne rebutent pas, et qui pour avoir la maison, l’argent, la situation, sont prêtes à payer de leur personne.


      - Je soutiens que dans la majorité des relations les raisons « hors amour » ont une place prépondérante. Soit tu es naïf, soit tu es dans le déni. C’est pour cela que les histoires sont compliquées, parce que les vraies motivations sont impossibles à avouer. Et en ce sens glisser un billet est plus honnête, car plus sincère. Une pute peut donc montrer plus de respect envers son client que de nombreuses femmes mariées. 

    • Annie 7 décembre 2011 21:17

      Je suis sure qu’une pute peut montrer plus de respect, seulement cela dure moins longtemps. Moi aussi je peux simuler pour 5 ou même 20 minutes, seulement tenir 27 ans c’est un peu plus difficile. Je peux me tromper mais il s’agit ici de commentaires de types qui n’ont pas réussi une « vie de couple » comme on dit. Il n’y a aucun reproche dans ce commentaire, parfois cela marche et parfois c’est un échec, mais il serait quand même plus honnête de reconnaître que les échecs ont moins à voir avec l’institution qu’avec des défaillances personnelles ou des incompabilités irréconciliables. Est-ce si difficile à admettre qu’il faille absolument en reporter la faute sur une institution plutôt que sur soi-même ?


    • Balibalo en Irlande Balibalo en Irlande 7 décembre 2011 23:10

      @ Sabine


      En effet il y a un lien avec ma formation, plus grand que ce que tu ne peux imaginer.

      J’ai terminé mes études par un mémoire sur la fidélisation.
      J’en ai conclu que la fidélité (ou infidélité), répondait aux mêmes motivations pour une transaction commerciale que pour une relation entre 2 personnes :
      -L’amour
      -La satisfaction
      -Le côté pratique
      -Le besoin de nouveauté
      -L’effet d’anticipation etc...

      A cela prêt qu’il y a 1 différence, et de taille, le politiquement correct. Complètement inversé dans un cas par rapport à l’autre.
      On prétend toujours être fidèle par amour, plus rarement parce que l’on est « satisfait », et encore plus rarement parce que ça nous arrange bien, etc...
      A l’inverse on prétend toujours que l’on achète tel produit parce que l’on est satisfait, qu’il est pratique, etc... Mais on avouera moins que l’on boit du Coca parce que l’on aime la marque, soutenant mordicus que c’est meilleur que du Pepsi alors que tous les blind test prouvent le contraire.

      Le but de l’article, volontiers fouteur de merde, est d’inciter à assumer ses comportements, avec la plus grande sincérité. Les couples se tuent à bluffer constamment. Et l’on sent derrière ces lois liberticides la frustration de parlementaires qui n’assument par leur propre rapport à la chose. Ça me fait penser à ce sénateur républicain, farouchement anti-gay, qui était.. gay. Les plus grands pervers ont toujours été les plus grands moralisateurs. Et il est troublant de voir à quel point certaines personnes ayant une vie très libre peuvent peuvent être sains d’esprit.


    • Balibalo en Irlande Balibalo en Irlande 8 décembre 2011 00:12

      Ça vire vire directement à l’invective et au procès d’intention donc je ne vais pas m’abaisser à faire une réponse longue.

      Juste pour Sabine je précise que pensant qu’il existait forcément une option pour répondre directement à son message j’ai essayé le bouton « replier ce message » et j’ai annulé ça aussitôt en m’apercevant que c’était un bouton de censure qui prête à confusion.


    • xbrossard 8 décembre 2011 11:01

      @Viktor et @Sabine et @Annie


      le problème avec ce que je dis et ce que dit l’auteur et que les rapports amoureux ne sont jamais que des rapports d’intérêts...mais inconscient pour les partenaires dans le cas d’une relation amoureuse (à condition bien sûr qu’ils soient vraiment amoureux...)

      effectivement Viktor, aucune femme qui a répondu n’est d’accord, mais faite donc cette expérience : analysez l’amour avec une femme de manière technique ; je n’en n’ai jamais vu aucune qui acceptait de décortiquer le sentiment amoureux de manière plus ou moins scientifique ; pour elles, l’amour est toujours « inexplicable », « merveilleux », bref, la finalité de toutes relations et de tout comportement inexplicable...et surtout un sujet tabou

      S’il y a bien un sujet qui reste tabou dans notre société, et particulièrement pour les femmes, c’est bien l’amour

      PS : ma vie de couple va très bien, je viens d’avoir une adorable petite fille avec ma chérie que j’aime, mais j’ai aussi analysé objectivement pourquoi j’aime ma femme. Chose qui paraîtra insupportable pour vous...

    • xbrossard 8 décembre 2011 11:16

      @Sabine


      « Je vois que vous arrivez à expliquer pourquoi une femme tombe amoureuse, bravo. »

      pas une femme en particulier non, mais dans le cas général, oui

      je suppose que vous êtes le genre de femme qui n’a jamais lu de livre sur le sentiment amoureux, ou même par exemple « les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Venus » : ben oui, essayez de comprendre, c’est casser le mythe, fuir le merveilleux...

    • xbrossard 8 décembre 2011 17:21

      @Viktor


      j’attendais une réponse d’une femme...et elle ne vient pas 

      sur l’expression de l’amour, c’est un peu hors sujet, je parlais des causes de l’amour...

      mais c’est vrai aussi qu’il ya d’autres intérêts parfois plus complexes, que l’on retrouve d’ailleurs chez les hommes ; l’envie de se valoriser (dans les rapports de type sauveur ou muse) par exemple

    • Manumission Manumission 7 décembre 2011 11:10

      La difference entre le mariage et la prostitution

      Au moins avec une pute, tu connais d’avance le tarif et la durée !!!!


      • momo momo 25 février 2014 13:16

        ça a le mérite d’être sec, mon cher Manumission. Et je vais en rajouter une couche : si les femmes étaient gratuites, il n’y aurait besoin ni du mariage ni de la prostitution. Ce qui devrait rejoindre le propos de l’auteur car nous avons connu cela à l’époque hippie, hélas révolue.


      • Deneb Deneb 7 décembre 2011 11:18

        Merci @ l’auteur pour cette réflexion pertinente qui ne semble pas convenir à tout le monde. Si l’on fait le calcul, pour satisfaire ses instincts érotiques, solliciter une prostituée c’est ce qui revient encore le moins cher.

        Comme disent les anglophones : « Sex is the most beautiful thing money can buy. »


        • Fergus Fergus 7 décembre 2011 11:38

          Bonjour, Balibalo.

          Excellente réflexion. Je me permets d’y ajouter mon grain de sel, tiré d’un bouquin que j’ai commis il y a quelques années :

          « D’ailleurs, quelle est la plus salope des deux, entre la bonne fille comme moi, qui prend sainement son pied, et la bourgeoise rongée par sa schizophrénie sexuelle ? Celle qui, froide et moralisatrice le jour, subit en rêve chaque nuit, dans la moiteur de ses draps, des outrages que même un réalisateur de X n’oserait pas mettre en scène  [...] Pire : qui se donne par calcul au va-et-vient répugnant d’un époux brutal et adipeux dont la fortune personnelle ou la réussite professionnelle assurent à Madame une position sociale enviable ?

          Conduite de pute.

          Pute respectable certes, mais pute quand même.

          À cet égard, n’en déplaise aux âmes bien pensantes, il faut reconnaître que le mariage est l’une des formes les plus répandues de la prostitution.

          Avec le travail, lorsqu’il est subi. Vendre son cul, vendre ses muscles, vendre sa tête, quelle différence ? Seul le plaisir exonère de la prostitution. Plaisir de faire l’amour, de bâtir, de diriger, de travailler tout simplement. Dès que le plaisir s’estompe puis disparaît pour céder la place à une dépendance purement vénale ou à une routine déprimante, la prostitution triomphe. Une prostitution admise, codifiée et affublée d’un faux-nez, celui de la « réalisation par le travail ». Un leurre pour ceux, toujours plus nombreux, qui se réfugient dans la vie associative ou les activités extra-professionnelles pour fuir cette aliénation. En définitive, la majorité d’entre nous sont des putes qui s’ignorent. Et nous n’y pouvons rien : tout notre système socio-économique est basé sur cette réalité !
           »

          Cordialement.


          • Alpaco 7 décembre 2011 11:51

            C’est mal de remettre en question le mariage.

            Le mariage c’est quand un homme et une femme ont des intérêts communs qu’ils choisissent de réunir.
            Et dans le principe ils doivent s’aimer. Et faire l’amour comme des fous, ou de manière raisonnable.

            Dans le contrat de mariage légal, à la mairie, est-il écrit que les conjoints doivent avoir des rapports sexuels ?
            Rappelez vous quand vous avez signé devant le maire ou un quelconque adjoint, il y a avait écrit quoi ?
            (il y avait nom prénom et signer dans la case à droite)

            « Ceux qui veulent interdire la prostitution » n’ont surtout pas compris les règles du comportement social. Ou plutôt les utilisent sur une base de croyances religieuses et populaire.
            Le cadre des relations sexuelles serait uniquement la mariage. Donc faute de l’époux récalcitrant.

            On pourrait aussi, plutôt faire la guerre aux maffias qui se gavent de pognon avec la prostitution.


            • _Ulysse_ _Ulysse_ 7 décembre 2011 12:10

              @Alpaco :

              Oui en droit français quand vous épousez une femme, vous vous engagez à l’honorer.
              Vous n’avez pas lu l’article visiblement, il commence par un lien sur une décision de justice à ce sujet ! Un divorce pour faute et 10 000 euros de dommage et intérêts.

              Je comprend que cela puisse surprendre aujourd’hui car, on a souvent la vision que ces « choses là » reste de l’ordre du privé. Oui mais pas dans le cas du mariage ! Et ça peu de personnes le savent.


            • Balibalo en Irlande Balibalo en Irlande 7 décembre 2011 22:28

              En fait mon article visait plus à démontrer l’absurdité de la loi, en montrant que ce que l’on reproche à la prostitution se retrouve en réalité jusque dans des institutions comme le mariage.


               Je ne m’arrête pas au mariage d’ailleurs puisque je considère qu’il y a une part de négociation dans nombre de relations, bref, que c’est avoir des oeillères que de considérer que les relations hommes femmes ne sont faites que d’amour et d’eau fraîche.

              Il ne faut pas oublier ce qu’était le mariage autrefois, avec la dote etc... C’était vraiment d’un cynisme pathétique. Aujourd’hui on est parti vers une mièvrerie tout aussi pathétique.
              Le mariage est un arrangement entre 2 être consentants. Il ne s’agit pas de le remettre en question mais d’avoir une approche plus sincère et lucide. Ça éviterait bien des conflits insolubles car pétris de non-dits, les gens n’assumant par leurs arrangements avec l’amour. 

            • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 7 décembre 2011 23:35

              Dans quatre mois la bande néo-conservatrice du Fouquet’s va être chassée et ce projet réactionnaire tombera aux oubliettes.


            • Alpaco 9 décembre 2011 22:16

              Ulysse, j’ai bien lu l’article, mais j’ai aussi lu le papier que j’ai signé devant le préposé à la mairie.

              L’adjoint au maire présent ce jour là ne m’a pas précisé les droits et devoirs, au regard de la loi, des mariés.
              Si « ces choses là » restent de l’ordre du privé, serait-il légal ou logique d’échanger de la sexualité contre autre chose que de l’amour ? De l’argent par exemple, dans un cadre parfaitement privé.


            • brieli67 7 décembre 2011 13:55

              en ce temps là

              même la musique militaire s’en mêlait

              A LA Bastiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiillle


              • fcpgismo fcpgismo 7 décembre 2011 17:05

                Après 15 années d hôpital j ai côtoyé pas mal de petits personnels féminins ex infirmière qui se débattaient pour épouser un chirurgien ou anesthésiste et j ai quelques amis qui ne vivraient pas avec leur mec s il n y avait pas la maison alors question ou sont les putes ( hommes ou femmes) ? Sans parler de tous ces mariages de complaisance chez les pleins de thunes imaginez les SDF et elles se casseraient toutes et tous. Il faut supprimer la prostitution pour les pauvres et l encourager pour les riches. Encore la chasse aux pauvres.


                • bobbygre bobbygre 7 décembre 2011 17:08

                  Bonjour à l’auteur,

                  Quelles sont donc les vraies raisons qui poussent au mariage ?

                  Il me semble que vous en avez quand même oublié quelques unes :
                  - par amour. Vous savez ce sentiment qui vous habite parfois lorsqu’une personne est capable par un simple sourire de faire serrer votre coeur à distance. Il existe bien d’autres manifestations cliniques de l’amour mais l’amour ça s’éprouve surtout avec son âme.
                  - par désir de fonder une famille. Ce désir qui habite beaucoup d’êtres humains de rendre sa vie moins vaine en essayant de batir quelque chose qui lui survivra. Quelque chose de meilleure que lui, de beau et d’harmonieux. Rares sont ceux qui y parviennent, j’en conviens.
                  - par désir de vouer entiérement sa vie à une personne. En reconnaissant que la satisfaction de sa seule petite personne ne suffit pas à remplir notre vie.

                  Ce ne sont que des exemples, d’autres pourraient vous donner d’autres raisons. En tout cas, les raisons que vous donnez dans votre article sont clairement limités et bien tristes. Et j’espère sincérement que vous ne pensez pas réellement que ce sont là les seules raisons qui poussent les gens au mariage. Sinon, vous avez une bien piètre image de l’humanité.


                  • Balibalo en Irlande Balibalo en Irlande 7 décembre 2011 22:37

                    Par amour : où est-il écrit que le mariage permet de garder l’amour ? On peut s’aimer sans se marier. Vu le nombre de couples qui ont des problèmes une fois mariés, si l’amour était « l’essence » comme je l’ai lu, on y réfléchirait à 2 fois..

                    Je pense que c’est être dans le déni de penser que le mariage répond à l’amour. Il répond plutôt à un besoin de sécurité. Il est utilisé aussi pour organiser sa vie, être la base de projets. La preuve, la plupart des gens qui se marient voulaient se marier avant de rencontrer l’âme soeur, ce n’est donc pas l’amour qui provoque le mariage. C’est même des fois le désir de se marier qui fait chercher l’amour.

                  • LE CHAT LE CHAT 7 décembre 2011 17:48

                    on supprime la prostitution pour les pauvres mais les soirées « libertines » pour oligarques habitant place des Vosges elles ne seront pas touchées.................


                    • docdory docdory 7 décembre 2011 18:23

                      @ Balibalo en Irlande

                      Nous sommes là en présence de deux décisions parmi les plus étranges qu’il nous ai jamais été donné d’observer.
                      1°) Concernant les 10 000 euros de dommages pour absence de rapports sexuels pendant 20 ans :
                      - en ce qui concerne l’absence de rapports, c’est comme pour le viol. En l’absence de preuves, c’est la parole de l’un contre la parole de l’autre . Comment la femme a t-elle pu prouver au juge qu’elle n’a pas eu de rapports pendant 20 ans ? A moins de faire faire tous les jours sous contrôle d’huissier un prélèvement gynécologique et un test ADN attestant l’absence de sperme à l’intérieur du vagin ( ce qui serait une procédure hors de prix ), on se demande comment une telle chose peut être prouvée. Il est donc regrettable que deux juges successifs aient accepté de se prononcer sur des faits impossibles à prouver matériellement.
                      - Sachant qu’en 20 ans, elle a manqué , si l’on se base sur une fréquence statistique de rapports de un tous les deux jours, un peu moins de 4000 rapports sexuels ( 3650 pour être exact, mais arrondissons à 4000 pour la facilité du calcul ), les dommages intérêts donnés par le juge ( 10 000 euros ) attribuent une valeur d’environ 2, 50 euros au dommage constitué par la privation d’un rapport sexuel.
                      Si ce jugement absurde faisait jurisprudence, ceci amènerait des conséquences cocasses. Un exemple parmi tant d’autres :
                      Sachant que les équipages de sous-marins nucléaires partent en mission 6 mois par an, ce qui fait 160 jours, les épouses des sous-mariniers sont statistiquement privées de 80 rapports par an, ce qui, après 25 ans de carrière fait une privation de 2000 rapports. Elles sont donc, selon ce jugement, en droit de demander à l’état qui les prive de rapports la somme de 2000 x 2,50 euros, ce qui fait 5000 euros. Sachant qu’il existe environ 5 sous marins nucléaires avec peut être une centaine d’hommes d’équipage par sous-marin, ce jugement risque fort d’accroître la dette publique de 5000 x 500 euros, c’est à dire de 2,5 millions d’euros, et même le double puisque, en bonne logique, les sous-mariniers sont, eux aussi, privés de rapports sexuels.
                      - en outre , ce jugement ne parle pas de la cause éventuelle de cette absence de rapports.
                      Si, par l’infortune de la maladie, le mari est devenu impuissant pendant son mariage, ce jugement consiste à sanctionner pécuniairement le mari pour le simple fait d’être tombé malade, ce qui est, avouons-le, d’une grande bassesse. Peut être cette absence de rapport tenait au fait que le mari travaillait de nuit et la femme de jour, que le mari était en déplacement professionnel à longueur d’année ou tout autre cas de force majeure. 
                      Enfin, peut-être cette femme s’était rendue tellement insupportable que son mari n’en avait plus du tout envie, ce qu’on ne saurait lui reprocher d’un point de vue juridique.
                      - Selon la logique de ce jugement, tout mari dont l’épouse est atteinte un soir de migraine vraie ou imaginaire serait en droit de lui réclamer 2,50 euros de dédommagements pour le préjudice subi !
                      2°) Effectivement, ce jugement ridicule est à mettre en rapport avec cette scandaleuse idée liberticide qu’a eu l’Assemblée Nationale de vouloir pénaliser financièrement les clients de prostitués.
                      En effet, on ne peut que rapprocher ces deux événements, rapprochement duquel il se dégage ce que l’on pourrait appeler une nouvelle morale légale :
                      - avoir des frustrations sexuelles, avoir une vie sexuelle ratée, c’est mal, et donc la personne qui subit ce sort est une victime. Si ce sort est du à l’inaction d’autrui, la personne responsable de cette absence de rapports est donc coupable et doit donc réparer le préjudice subi par sa victime !
                      - Vouloir remédier à une vie sexuelle non satisfaisante en utilisant les prestations tarifées de professionnel(le)s du sexe est mal car les prostituées sont, selon le nouveau code moral, considérées comme des victimes, et donc ceux qui utilisent leurs services sont des coupables et doivent par conséquent être sanctionnés .
                      On ne peut que constater l’incohérence apparente de cette nouvelle morale légale. En effet, qu’est-ce qui peut bien fournir la clientèle des prostituées sinon des personnes qui, pour diverses raisons, ne peuvent pas avoir de vie sexuelle autrement : handicapés, personnes difformes, personnes totalement dépourvues de toute capacité de séduction, marins et autres travailleurs en déplacement à longueur d’année, maris de femmes frigides, maris de femmes ayant constamment la migraine, ou ménopausées, ou dont les femmes ont accouché un ou deux ans auparavant, ce qui est assez souvent le délai de reprise des rapports après l’accouchement.
                      Le client de prostituée est donc en quelque sorte sous le coup d’une double contrainte : celle de la nouvelle morale sociale qui le considère d’un côté comme une victime puisque n’ayant pas une vie sexuelle satisfaisante ce qui n’est pas considéré comme normal, et une autre contrainte de cette même morale qui lui interdit d’utiliser le seul moyen à sa disposition de se conformer à la nouvelle norme, c’est à dire le recours à des prostituées !
                      Pour en revenir à cette femme qui a obtenu de substantiels dommages-intérêts, si elle était mécontente des prestations sexuelles de son mari, rien de sérieux ne l’empêchait d’avoir recours aux services d’un gigolo !
                      En cherchant bien, il y a quand même une vague cohérence à cette nouvelle morale légale : en effet, ce qui est sanctionné dans la première affaire, c’est le responsable d’une vie sexuelle non satisfaisante. Or, il est rare ou exceptionnel semble t-il qu’une prostituée, fût-elle de luxe, éprouve du plaisir lors des rapports avec ses clients. En conséquence de quoi cette activité sexuelle qu’est celle des prostituées peut, aux yeux de l’Etat passer pour une vie sexuelle non satisfaisante, et donc ratée, ce qui est mal et leur donne droit à un statut de victimes et justifie sans doute la sanction du responsable du mal, c’est à dire du client qui essaie pourtant d’échapper lui aussi à ce mal judiciairement reconnu qu’est une vie sexuelle non satisfaisante ! .
                      Voilà peut-être aussi la raison inconsciente qui fait que l’Etat ne songe pas à sanctionner les clientes des gigolos, car sans doute considère-t-il que ceux-ci ont du plaisir lors des rapports avec leurs clientes, à l’instar des acteurs de films X...
                      Dans la logique de cette sanction des clients des prostituées, il paraît évident qu’il n’existe aucune différence de fond entre l’activité professionnelle des actrices de films pornographiques et celles des prostituées : les deux catégories professionnelles ont pour métier d’échanger des rapports sexuels contre rémunération. Il est peu probable que les actrices de films pornographiques trouvent plus de satisfactions que les prostituées lors de leurs rapports tarifés, même si l’on peut supposer que les acteurs de films x soient physiquement plus attirants que les clients de prostitués, ce qui rend la prestation peut-être moins désagréable.
                      Les spectateurs de films pornographiques ont recours en réalité par personnes interposées aux services de femmes qui monnaient leurs rapports sexuels. En bonne logique, on comprend mal pourquoi les législateurs incohérents de notre assemblée nationale ne leurs imposent pas , à eux aussi, des amendes exorbitantes, qui, dans cette hypothèse, rapporteraient bien plus à l’état que les radars routiers !
                      Evidemment, selon la même logique absurde, l’état devrait également infliger une amende aux riches maris qui épousent des femmes impécunieuses, puisque le revenu de celles-ci dépend en définitive de la satisfaction sexuelle de leur mari...
                      Consternante immixtion de l’Etat dans les affaires privées des citoyens ...

                      • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 7 décembre 2011 18:32
                        Article pertinent que je m’attendais à voir car j’avais déjà lu l’article sur Slate que j’avais apprécié et commenté comme suit sur Facebook :

                        "Très bonne analyse basée sur le distinguo désir et consentement. S’il n’y a pas désir et seulement consentement, alors c’est de la prostitution CQFD"

                        Je pense que ce point règle la question. Quand le désir n’est plus, il ne reste du mariage que de la prostitution domestique s’il y a sexualité seulement consentie. Tout devoir sous ce rapport n’est pas acceptable sauf à préciser que la perte du désir doit moralement obliger à demander la fin du mariage.

                        Que cherche-t-on à préserver si le désir n’est plus là ?


                        • Annie 7 décembre 2011 18:44

                          J’ai l’impression de rêver ou plutôt de cauchemarder en lisant l’article ou tous ces commentaires. Alors une fois marié(e), on passe à autre chose. Une fois qu’il n’y a plus de désir ou de désir comme avant on passe à autre chose. Une fois que votre mec, il se choppe une maladie incurable, on se tire vite parce que ce n’était pas écrit dans le contrat de mariage. Ne vous viendrait-il pas à l’idée que l’on puisse développer d’autres formes de rapports lorsque l’on cohabite avec quelqu’un pendant de nombreuses années, et d’autres sentiments qui sont aussi forts que le désir qui vous lie au départ plus que tout autre chose chose. Je ne nie pas que le mariage soit une prostitution pour certaines femmes ou certains hommes, mais il est triste à mon avis que vous n’ayiez rien découvert d’autre dans le mariage.


                          • Veaulubiliator99 Veaulubiliator99 7 décembre 2011 20:48

                            Tous les mariés, autour de moi, de ma génération ont... divorcé au moins une fois...

                            Alors ton institution... Vous êtes surement traiteurs, sur que vous perdriez des clients...

                            Quand au rapport, avec une autre personne, pas besoin de contrat... Et heureusement c’est le cas pour de plus en plus de femmes ! ;)

                            Un gars !


                          • Annie 7 décembre 2011 20:51

                            Tous les mariés autour de moi, de ma génération n’ont pas divorcé. Une comparaison en valant une autre, nous voilà bien avancés.


                          • Fergus Fergus 7 décembre 2011 23:01

                            Bonjour, Annie.

                            Je vous rassure en venant pondérer mon commentaire de ce matin : je suis marié depuis 40 ans et très heureux en ménage ; pas même une engueulade en quatre décennies, et aucune raison pour que cela change.

                            Mais il y a plusieurs sortes de mariages, et il est vrai que certains se font sur des considérations matérielles pas toujours reluisantes, pour ne pas dire sordides. Et pas uniquement dans les milieux de la grande bourgeoisie. Dans les milieux agricoles et commerçants aussi, des jeunes sont sacrifiés à des considérations vénales. Et les coureuses ou coureurs de dot existent encore bel et bien, même si l’expression surannée peut donner l’impression que cela est de l’histoire ancienne.

                            Cela dit, la plupart des couples que je fréquente s’entendent plutôt bien.

                            Cordialement.


                          • herbe herbe 7 décembre 2011 21:30

                            Le titre de l’article est une question, en tout cas il a inspiré pas mal de commentaires.
                            Moi ça m’a rappelé Brassens, quelle lucidité ! :
                            http://www.paroles-musique.com/paroles-Georges_Brassens-La_Non-demande_En_Mariage-lyrics,p7962

                            ces mots me plaisent bien :
                            "Qu’en éternelle fiancée
                            A la dame de mes pensées
                            Toujours je pense"


                            • Balibalo en Irlande Balibalo en Irlande 7 décembre 2011 22:48

                              Ça fait réfléchir.


                               Cette chanson est vraiment un hymne à l’amour pure, libre, sans contrat.

                            • jujubes 7 décembre 2011 22:26

                              @ balibalo : d’accord avec votre point de vue, mais j’apporterai une nuance : les femmes ne se marient pas forcément par froid calcul, mais pourront plus facilement éprouver des « sentiments » envers un cadre sup qu’envers un cariste en CDD .

                              je conseille toujours à mes jeunes amis hommes, pour éprouver le sérieux d’une éventuelle petite amie, de se faire passer pour chômeur, intérimaire ou bénéficiaire du rsa .


                              la prostitution a un avantage sur le mariage : la prestation est limitée dans le temps, alors qu’un époux / une épouse échange Q dispo 24/24h contre sécurité matérielle ou affective .
                              immoral et répugnant .

                              • Fergus Fergus 7 décembre 2011 23:07

                                Bonsoir, Jujubes.

                                L’exemple vient d’en haut : par un curieux hasard, Carla Bruni a épousé le président de la République et non son chauffeur. Et cela après avoir largement rôti le balai et collectionné de multiples amants appartenant tous, par un autre curieux hasard, à la Jet Set ou au cercle fermé des stars du showbiz.


                              • FYI FYI 8 décembre 2011 04:19
                                Si la prostitution est interdite, va-t-on interdire le mariage ?
                                Et ensuite l’hypocrisie ?

                                • brieli67 8 décembre 2011 12:54

                                  LE SOLEIL AU BOUT DE LA NUIT

                                  témoignages : livre et spectacle

                                  il se pourrait

                                  Sixième circonscription des Français établis hors de France
                                  fournira au Palais Bourbon et à la France une députée qui sait de quoi elle cause !!

                                    • momo momo 25 février 2014 13:18

                                      Est que Carla se serait mariée avec Sarko s’il avait été charcutier ?


                                      • momo momo 25 février 2014 13:20

                                        « Le mariage est une prostitution de longue durée au même titre que la prostitution est un mariage de courte durée »
                                        Bakounine

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès