Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Si vous aviez eu 20 ans...

Si vous aviez eu 20 ans...

Pourquoi avons nous la désagréable habitude de ne pas nous référer à notre passé pour comprendre d’ou nous voulons et ou nous allons ?
Ce texte à l’ambition de vouloir relativiser la situation de crise actuelle et de générer l’espoir dans notre futur.

Si vous aviez eu 20 ans, il y a 200 ans... En 1809, un quart d’entre vous ne seraient déjà plus là, morts bébés ou enfants, de n’importe quelle maladie qu’on ne savait pas soigner. Les armées de Napoléon parcouraient toute l’Europe, nos provinces appartenaient à la France. Vous les garçons, vous auriez été recrutés de force et beaucoup seraient morts de leurs blessures en Autriche, en Espagne, ou gelés dans les steppes en Russie. Les jeunes filles travaillaient dur, dans les champs, ou dans les premières usines. On n’allait pas à l’école, ou seulement quelques semaines en hiver. On vivait sous le Code Civil de Napoléon qui faisait de la femme une éternelle mineure. Dans les familles pauvres, on se mariait avec qui on voulait mais on n’avait à mettre en commun que la misère. Chez les bourgeois, on obéissait à papa et maman, quitte à épouser un homme beaucoup plus âgé. Ce serait parfois un veuf, qui aurait perdu sa femme, morte en accouchant de son 4e ou 5e enfant.

Si vous aviez eu 20 ans, il y a 150 ans... En 1859, la révolution industrielle produisait tous ses effets pervers. Les 3/4 d’entre vous, dont beaucoup ne sachant ni lire, ni écrire, seraient au travail depuis l’enfance pendant plus de 12h par jour. Un grand nombre de filles auraient subi des maltraitances en famille. Et à l’usine, plusieurs auraient été régulièrement soumises au bon vouloir du contremaître... Quant à celles déjà mamans, elles auraient accouché à la maison, sans médecin, et repris le travail quelques jours plus tard Le service militaire durait 8 ans et si la base en était le volontariat, on complétait chaque année par des tirages au sort... Mais au moins, à l’armée on avait à manger Parce qu’en Flandre et en Irlande, il y avait eu de telles famines qu’on mangeait l’herbe des fossés...

Si vous aviez eu 20 ans, il y a 100 ans... En 1909, quelques-unes auraient été à l’école régulièrement et broderaient aujourd’hui leur trousseau. Bientôt elles épouseraient un jeune homme que leurs parents auraient sélectionné. Quelques-autres seraient domestiques depuis l’âge de 14 ans. Une dizaine, bien douées, seraient devenues institutrices ou employées des Postes ou vendeuses. Mais puisque l’école n’était pas encore obligatoire, la majorité travaillerait toujours en usine sans aucune protection sociale Quant aux garçons, ils pouvaient espérer changer les choses puisqu’à présent, ils avaient le droit de vote, mais à leur majorité, à 25 ans. Ce qu’ils ignoraient c’est que, jeunes mariés ou pères de famille, les tranchées les attendaient 5 ans plus tard, et peut-être la mort. 

Si vous aviez eu 20 ans il y a 50 ans. En 1959, vous seriez né alors qu’Hitler mettait en place la terreur. A l’automne, votre père aurait été mobilisé. Certains ne l’auraient jamais revu. Si vous vous appeliez Goldstein, Cohen ou Levy, peut-être seriez-vous le seul survivant de votre famille. À moins que vous ne soyez mort, vous aussi. La moitié d’entre vous serait au travail depuis l’âge de 14 ou 16 ans. D’autres ayant quitté leurs Abruzzes leurs rivages turcs, espagnols ou marocains s’enfouissaient dans les mines leur Ecole Moyenne et seraient fonctionnaires ou employés. 4 ou 5 seraient à l’Université, grâce à une bourse qui ne permettait aucun échec. Mais en 59, on se croyait encore riche et vous auriez été optimistes. Car il y avait du travail. Certes pas toujours agréable, souvent physique, avec des horaires à pause, peu de sécurité et pas de quoi acheter une voiture. Mais vous aviez connu bien pire et l’effort ne vous effrayait pas. 

Si vous aviez eu 20 ans, il y a 30 ans. En 1979, enfants du « baby-boom », vous auriez pu choisir vos études. La liberté sexuelle était apparue. Mais les parents restaient sévères et on ne faisait pas ce qu’on voulait ! Vous auriez trouvé du travail, mais pas tous et pas tout de suite, Parce que la 2ème crise pétrolière démarrait. La guerre du Viet Nam était finie mais la répression sur place révélait qu’on s’était peut-être trompé de combat. Vous auriez découvert le terrorisme depuis les attentats de Munich et les détournements d’avion. Et au Proche-Orient, la guerre du Liban avait commencé, pour longtemps… Bombardements, destructions, morts faisaient le quotidien de votre JT. Vous auriez suivi l’inexorable déclin de l’économie, le chômage brutalement accéléré et vous auriez vu fondre votre épargne avec une inflation qui dépassait 10%.

Doit-on donc se dire qu’aujourd’hui est bien plus facile qu’hier ? Que parents et grands-parents ont dû affronter des difficultés bien plus grandes que ce que nous connaissons en 2009 ? Alors, devons-nous avoir peur ?
 
Les jeunes ont toujours eu des défis à relever. Depuis les débuts de l’Histoire, chaque génération a dû se battre A vous de trouver vos combats, vos idéaux, vos objectifs . Et de vous y atteler. A plusieurs, si possible !


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 7 avril 2009 15:14

    excellent , rappeler de tels souvenirs peut aider à relativiser les choses !
    pour chaque période il y a les plus , il y a les moins !


    • jako jako 7 avril 2009 15:18

      Bonjour, c’est vrai ce que vous écrivez mais pas que, il ne faut pas occulter que depuis environ 25 ans le monde a changé de visage, au travers de différents organismes (omc oms fmi etc) la globalisation de force , a fait entrer dans la cours de l’entreprise de papa la notion de "libre concurence non faussée) (sans rire c’est le terme utilisé) et le libéralisme de force ( nouvelle oxymore) et cela a changé beaucoup de choses pour nos petites têtes blondes.


      • plancherDesVaches 7 avril 2009 17:10

        Tout ceci est juste....
        En effet, j’ai des enfants. Et j’ai écouté mes parents naient avant guerre....

        Donc, grâce à la CONsommation, la publicité, l’argent facile de papa-maman, nos enfants ont une chance extraordinaire de vivre dans ce monde qui a soi-disant fait reculer la pauvreté.
        Je vois à quel point mes enfants sont heureux d’avoir chacun une télé, une console de jeu, un ordinateur dans leur chambre et à quel point ils restent ouverts au monde en ayant des factures de téléphones portables que je n’ai pas encore réussi à dépasser....
        Certes, je vais parfois me camper à la porte de leur chambre pour admirer leur air béat devant la publicité...
        Je dois passer systématiquement derrière eux pour l’éteindre, lorsqu’ils partent voir des amis, comme je dois fermer les lumières, trouver de l’argent pour qu’ils et elles s’achètent des vétements de marque, fermer les robinets qu’ils laissent ouverts, faire 5 lessives par semaines avec des vétements à peine froissés, ... mais tout ceci m’occupe, aussi, quelque part....
        Et leur nourriture.... quel bonheur. Rien que ce qu’ils voient à la télé. Le mieux, est qu’il n’y a même pas besoin de faire de la cuisine : tout passe au micro-onde.
        Lorsque ma fille a commencé à approcher les 60 kilos à 12 ans, le médecin a jugé que c’était normal.
        Vu l’alimentation.
        Oui.
        Cette société est fantastique. Et si vous n’avez plus d’argent, un gentil banquier sera toujours là pour vous en prêter. C’est avoir confiance dans l’avenir, me dit-il.....

        Par contre, Auteur. Tout ceci est allé trop loin.
        Et il n’y a encore QUE 30 ans, le système d’abétisation globale et de vie POUR l’argent n’existait pas. Et pas seulement pour une question de 30 glorieuses....

        Certes, le peuple finira par relever les défis. Mais pas ceux que vous imaginez.....
        Encore un peu de patience : Mr Soros vient de donner la piste du prochain clash....


        • Julius Julius 7 avril 2009 19:38

          Vous n’êtes pas obligés de vivre comme ça. Vous pouvez vivre sans la débilité de la télé, sans portable, sans ordinateur. Vous pouvez vivre à la campagne, loin de la technologie, loin de l’argent. C’est toujours possible, même en France. Mieux : vous pouvez migrer vers un autre pays, ou vous pouvez vivre loin de toutes ces choses que vous détestez. Vous avez le choix ! Parce que vous bénéficiez de la meilleure réalisation de l’histoire humaine - Vous êtes libres ! Tout dépend de vous, c’est votre choix !


        • foufouille foufouille 7 avril 2009 19:51

          @ julius
          si tu as du fric..........


        • plancherDesVaches 7 avril 2009 20:02

          Julius, je vous laisse montrer l’exemple en partant dans un paradis fiscal, ou en Afrique, ou en Chine....
          Trés peu pour moi.

          Mais "merci" pour l’idée qu’adopte tous les requins de l’économie....

          Economie... rien que le mot m’amuse.....


        • Julius Julius 7 avril 2009 20:06

          Des millions de personnes se déplacent chaque année dans le monde entier. Ils n’ont pas d’argent. Ils sont pauvres. Et ils font un choix. Ils construisent une nouvelle vie. Ils réalisent leurs rêves.

          Tous les français (et européens) sont infiniment plus riche. Le manque d’argent n’est qu’un prétexte. Nous sommes libres de choisir, mais nous avons peur de choisir. Peut-être que nous sommes trop riches, nous avons trop à perdre. C’est tellement plus facile d’insulter sur l’internet, de se plaindre sur le forum - qui ne coûte rien, il n’y a pas de danger.


        • plancherDesVaches 7 avril 2009 20:18

          Insulter... ????
          En quoi, dites-moi, vous ai-je toucher autant.... ????????????? smiley

          Sinon, j’ai refuser d’aller en Inde pour construire une centrale nucléaire.... Mais vous n’avez peut-être pas d’enfants ni femme....ni parents, ni famille....
          Dans ce cas, vous pouvez vivre pour l’argent, je reconnais.

          Vous aurais-je pseudo-insulter à nouveau ????


        • Julius Julius 7 avril 2009 20:25

          > Insulteur ... ? ? ? ?
          > En quoi, dites-moi, vous ai-je toucher autant .... ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?

          Désolé, je ne voulais pas dire que vous insultez. Mais est-ce que vous lisez les forums sur AgoraVox (ou autres) ? Les insultes ne sont pas rares.

          > Dans ce cas, vous pouvez vivre pour l’argent, je reconnais.

          Pas vivre pour l’argent, mais de construire votre vie à votre rêve.


        • x79y 7 avril 2009 21:41

          Tu te trompes julius, supposons vivre sans argent, on s’installe dans la forêt, de facto hors la loi car : ne paye pas de permis de chasse, ne paye pas de permis de pêche, ne paye pas de taxes foncière, serait donc un braconnier donc coupable et cetera et cetera, maintenant supposons vivre sans téléphone, sans ordinateur, la première chose à avoir quand tu cherches du travail c’est un numéro de téléphone donc encore une fois ce n’est pas choix.


        • foufouille foufouille 7 avril 2009 17:38

          @ auteur
          en 78, il y avait trois pages de boulots dans le bien public et ............ sans encadre de grosses boites


          • Georges Yang 7 avril 2009 18:45

            Votre texte montre une évolution sociale indéniable de 1789, date de naissance du premier exemple à 1959 date de naissance du dernier cas. Hélas, l’ascension sociale s’arrête vers le début des années 80, c’est à dire après ce que vous décrivez.
            S’il est plus agréable de vivre , surtout pour une femme en 2009 qu’en 1809, il n’est pas certain que la comparaison soit vraie entre 2009 et 1979, 1989 et même 1999.

            Ce n’est pas uniquement une question de pouvoir d’achat, mais pour beaucoup, un sentiment de mal être, de perte de l’individualisme et de liberté qui les font se réfugier dans les religions, l’écologie et le cocooning familial et revenir à ce qu’il avait fallu deux cents ans pour s’en libèrer.


            • Τυφῶν בעל Perkele winkiesman 7 avril 2009 20:40

              "En 1909, [...] Mais puisque l’école n’était pas encore obligatoire",...

              http://fr.wikipedia.org/wiki/Lois_Jules_Ferry#L.27obligation_d.27instruction

              Typhon


              • Marc Bruxman 7 avril 2009 21:15


                Très bel article qui nous rappelle effectivement que l’on ferait bien de ne pas se plaindre si souvent. Car lorsque l’on lit Agoravox on est souvent désolé de tant de plaintes alors que nous avons tant de chances ! Et que ceux qui ont eu la chance de voyager hors de l’europe et des USA savent très bien qu’à l’ouest de la Chine (l’est est maintenant relativement riche), à Cuba, en Affrique ou en Amérique du Sud, enfin presque partout on vit dans des conditions tellement dures que notre mode de vie fait réver ces gens. 

                S’il est plus agréable de vivre , surtout pour une femme en 2009 qu’en 1809, il n’est pas certain que la comparaison soit vraie entre 2009 et 1979, 1989 et même 1999.
                Ce n’est pas uniquement une question de pouvoir d’achat, mais pour beaucoup, un sentiment de mal être, de perte de l’individualisme et de liberté qui les font se réfugier dans les religions, l’écologie et le cocooning familial et revenir à ce qu’il avait fallu deux cents ans pour s’en libèrer.

                Effectivement cela n’est pas du au pouvoir d’achat contrairement à ce que l’on entend. On n’a jamais consommé autant qu’en 2008. Pour le sentiment de mal être et de perte de sens, je vous rejoins malheureusement. La religion est tombée et les grandes idéologies politiques sont tombées. Le communisme ne fait plus réver maintenant que les gens ont vu la réalité. La démocratie montre ses faiblesses et ne fait plus rêver non plus. 

                La science et le progrès ? Il va tellement vite que l’on a cessé de s’en émerveiller. Pire, le niveau éducatif n’a pas suivi, et on ne comprend plus le progrès. Alors on en a peur ! Très peur ! Mais cela ne l’arrête pas. La période entre 1989 et 2009 aura vu naître la révolution technologique la plus fabuleuse depuis l’invention de l’imprimerie à savoir Internet. 

                Alors l’homme ne croit plus en rien et se dit qu’avant c’était mieux, alors que jamais il n’a eu une vie aussi simple. Parce que rien ne justifie sa vie simple et qu’il a l’impression de ne servir à rien si ce n’est à se la couler douce. C’est une idée déprimante. 

                Ou est le précédent ? Cherchez à la Rennaissance ! Une période de progrès immenses (qui suivait justement l’invention de l’imprimerie) mais ou d’après les historiens sévissait un grand pessimisme en dehors du monde des arts, avec notamment une glorification du passé. 

                Nous sommes donc dans une configuration similaire à celle de la Renaissance, une configuration ou tout va changer. Sauf que vu notre puissance industrielle, le changement va encore plus vite. La ou la Renaissance avait laissé le temps aux hommes d’assimiler les nouvelles techniques, la révolution technique actuelle va trop vite. Et l’homme est paumé. Pas étonnant car parfois même les scientifiques le sont. 

                Le défi actuel est de donner à la majorité la possibilité de comprendre ce qui se passe. Savoir lire et écrire ne suffit plus. Le monde est de plus en plus technologique et une très faible minorité a seulement une idée de la façon dont fonctionnent les outils qu’il utilise. Cela seulement permettra de redonner aux gens la compréhension du monde. Et par la même une certaine joie de vivre. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès