Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Sommes-nous des descendants d’Astérix ?

Sommes-nous des descendants d’Astérix ?

« Nos ancêtres les Gaulois » ? C’est peu probable. La prétendue « ethnie française », gauloise par opposition aux Germains, est une création mythologique du XIXe siècle, nationaliste, à partir d’une opération de propagande de César. Elle a justifié la guerre de 1870 (préparée par la défaite prussienne de Iéna en 1806), puis les haines revanchardes de 1914, avant les délires en retour en 1933-1945. Astérix appartient à l’univers des images d’Épinal.

César écrit  La Guerre des Gaules pour glorifier ses hauts faits de général, il oppose les « Gaulois » aux « Germains », ennemi fantasmé et sauvage, pour justifier l’homogénéité du territoire conquis. Augustin Thierry en 1820, puis Henri Martin dès 1837, récupèrent « les Gaulois » au service du nationalisme anti-allemand. L’entretien avec Christian Goudineau, professeur au Collège de France, dans L’Histoire n°282 est, à cet égard, éclairant. La Celtique allait bien au-delà de la Gaule césarienne, de l’Atlantique à Budapest. Quant à « la Gaule » elle-même, la province de Narbonnaise, qui allait de Toulouse à Genève, était romaine depuis -121, deux générations avant que César ne vînt. C’est le premier point : la Gaule n’est qu’une construction intellectuelle.

 

 

Michel Rouche, professeur d’histoire médiévale à l’Université de Paris IV, a écrit un excellent ouvrage à jour, argumenté et truffé de références sur Les racines de l’Europe, les sociétés du haut Moyen Âge, 568-888, chez Fayard en 2003. Son chapitre II, intitulé "Les hommes", fait le point sur cette question de la démographie. Je cite : « On estime qu’il y avait vers (l’an) 400, 3,5 millions d’habitants en Italie, 5,5 millions en Gaule, 3 à 5 millions en Afrique (du nord, romaine, bien avant les invasions arabes), 6 à 9 millions en Espagne [...] Des zones vides étaient apparues. En 356-358, une tribu franque rendue à merci, les Saliens, avait été installée entre les Ardennes et la Lys. D’autres Barbares vaincus avaient été implantés avec un statut de demi-libre, les "lètes", en Amiénois, Beauvaisis, Cambrésis, le long de la Meuse, jusqu’à Tongres. Des colonies militaires tenaient garnison au service de Rome, composées de Goths, de Taïfales, de Sarmates, d’Alains, (et cela) en Italie, Illyrie, Gaule, Espagne. Bref, le nombre, la répartition, la structure démographique doivent être appréciés en fonction du rapport entre les Romains et les nouveaux venus..." ( les parenthèses sont de moi). Trois éléments à retenir : 1/ Croire que les "invasions" ne concernaient que quelques milliers de cavaliers dominateurs contre des millions de Gaulois est un mythe. 2/ La fin de l’Empire romain a connu une crise démographique, qui a laissé de vastes "zones vides", que la nature a remplies de "barbares", notamment tout le nord de la France jusqu’au-delà de la Loire. 3/ Ceux qu’on appelle "Romains" sont pour beaucoup, vers la fin de l’Empire, des "barbares" romanisés. C’est le second point : les Celtes d’origine (eux-mêmes venus par invasion, laissant, par exemple, les Basques dans leurs réduits montagneux) ont été largement repoussés dans les marges (Bretagne, Aquitaine, Massif central), ou fondus dans la nouvelle population issue des migrations.

 

 

La France n’est pas le territoire d’une « ethnie gauloise », mais un mélange de Celtes, de Grands Bretons revenus en Bretagne au moment des invasions des Angles, de Barbares romanisés, de Romains colonisateurs et de Barbares « bruts » dont les Vikings seront les derniers. Clovis, Franc issu de Francs, s’est romanisé en recevant les insignes du consulat et, probablement, le titre de « patrice » de l’empereur byzantin Anastase. Converti au christianisme, nouvelle religion de l’Empire romain, il a pu imposer son pouvoir sur les Gallo-Romains comme sur les Francs de son clan. Par la suite, les grandes pestes de Justinien (542 à 757), et la peste noire (1347 à 1350) ont divisé par près de deux les populations d’alors, obligeant les survivants à se mêler par mariages. Les populations germaniques, moins urbanisées, ont eu moins à souffrir de la peste, elles ont plus largement contribué au redressement démographique qui s’en est suivi. C’est le troisième point : migrations, citoyenneté, mariages, épidémies, ont modelé la démographie européenne, très fortement, durant le premier millénaire.

 

 

Plus féconde est la distinction culturelle et juridique que fait Rouche en distinguant une Europe nordique (allant des Pictes et des Scots aux Vikings et aux Germains de l’actuel nord de Allemagne) et une Europe romanisée, christianisée plus tôt, dont les structures d’État étaient déjà pré-modernes. Cette césure se retrouvera d’ailleurs, presque à l’identique, dans le schisme protestants/catholiques au XVIe siècle (hypothèse de Rouche) et dans l’antinomie entre libéralisme économique et autoritarisme d’État, au XXIe siècle (hypothèse mienne). Féconde également, la persistance des structures familiales étudiées par Emmanuel Todd dans L’illusion économique, (Gallimard, 1998). Selon lui, l’Europe continentale est anthropologiquement partagée entre famille nucléaire absolue (Angleterre, Scandinavie), famille nucléaire égalitaire (Bassin parisien, Italie du sud, Espagne centre et Portugal, Pologne), famille souche (Allemagne, Suède, Suisse, Alsace, Bretagne, Occitanie, Pays basque, Catalogne) et famille communautaire (Russie, Finlande, Toscane). La famille nucléaire absolue est caractéristique du monde anglosaxon, le plus enclin à la réussite individuelle. La famille nucléaire est plutôt parlementaire, et libérale en économie. La famille souche, autoritaire et inégalitaire, favorise un héritier prépondérant pour former un lignage noble, marchand ou industriel. La famille communautaire reste sous l’autorité du père durant la vie de celui-ci, mais les frères se partagent également l’héritage à sa mort. De souche et communautaires, ces familles privilégient la hiérarchie, l’autoritarisme en politique et le dirigisme en économie.

 

 

En bref, point de mythologie, la France n’est pas un pays ethniquement homogène, mais une construction historique, dont la culture vient à la fois des Gréco-Romains, du christianisme et des coutumes germaniques ; dont le territoire est un "empire", une fédération forcée de provinces très distinctes (jusqu’à la langue, aux structures familiales et au droit) ; qui n’a véritablement émergé en tant que "nation" que lors de la Guerre de cent ans (après les pestes, avec Jeanne d’Arc) ; qui ne s’est affirmée que sous Louis XIV, avec l’État central et la diffusion de la langue de cour à toute l’Europe ; qui n’est devenue république "moderne" qu’avec la Révolution et l’Empire, avant de stagner durant tout le reste du XIXe siècle, et de ne réémerger qu’après 1945. Nous ne sommes pas les descendants d’Astérix - mais plutôt, jusqu’ici « la seule Europe qui ait réussi ». En revanche, « réussir la mondialisation », c’est autre chose.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.63/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • (---.---.162.15) 30 novembre 2005 23:10

    Ca me fait toujours rêver ce genre d’article parce que je pense que dans quelques dizaines d’années on pourra peut-être quantifier pour chacun de nous le poids de nos origines multiples. Car ces origines sont dans nos gènes et certaines configurations de notre ADN doivent (?) en porter les caractéristiques.

    Je ne sais pas quel sera le degré de précision, si on s’en tiendra aux grandes familles du début de l’humanité ou si chacun pourra avoir la réponse au titre de cet article « Suis-je un descendant d’Astérix ? ».

    Je pense que cela se fera progressivement et que certains cas se révèleront plus facilement décelables. J’aimerais déjà dans un premier temps que l’on sache reconnaître que deux personnes (ou un peu plus pour de meilleurs recoupements) ont le même arrière-arrière grand-père. Il y a une clause de confidentialité sous 100 ans, mais là on est au delà et ça ne génera personne de savoir que l’arrière arrière grand-mère était infidèle et préférait un slave à un gaulois...

    Euh, j’ai un peu débordé...

    Am.


    • argoul (---.---.18.97) 1er décembre 2005 09:43

      Je crois surtout que l’origine n’a guère d’importance. Ce qui compte, c’est le projet pour l’avenir. La France est une construction historique : quel sera l’avenir de la France ? Un repli sur une pureté « gauloise » mythique (qu’il faudrait alors reconstituer génétiquement...) ? OU une ouverture sur le monde en transcendant les différences d’origines dans un creuset commun ? Encore faut-il avoir la volonté de construire ce creuset avec tout le monde. C’est le rôle des Politiques, poussés par les citoyens.


      • Olso (---.---.193.35) 1er décembre 2005 10:29

        Sur le rôle de la langue dans la création d’une identité nationale française, il convient de préciser que, si sous Louis XIV, la langue française (d’oïl) s’est exportée dans quelques cours (royales) étrangères, elle ne s’est diffusée sur tout le territoire français que beaucoup plus tard, après la Révolution française, et jusqu’au 20ème siècle.

        Il est à ce sujet malheureux que la France n’a pu, et surtout, pas voulu, construire une identité nationale cumulativement. C’est à dire en maintenant sa richesse linguistique par la protection et la promotion des langues régionales. Hélas elle a préféré les éradiquer, considérant qu’elles étaient une menace à l’unité nationale :(

        Sur le « réussir la mondialisation », je ne vois pas trop le rapport avec le reste de l’article. Gardons à l’esprit que la mondialisation est très largement un concept servant aux Etats-Unis pour dissimuler cette nouvelle forme d’impérialisme économique, politique et culturel qui est la leur.


        • SS (---.---.44.138) 1er décembre 2005 11:13

          Veuillez-Vous avoir la gentillesse de regarder les vrais cheuveux blondes et les yeux bleues de Asterix Le Goulois ? Le term « Barbare » vient des « cheuveux ». Et ce n’est pas une fiction que l’etat et les bateaux navales de « Helsingfoer » et les Vikings sont ete des "guerriers feroces". Mais ils n’ont jamais fait la moindre invasion sur la territoire de la France. Kopenhagen est ses guerriers ont plus de 1000 ans fait des operations meme dans la region Adriatique.C’est la verite.Re :« de Barbares « bruts » dont les Vikings seront les derniers. » Queen Lilli the First mentionne mon nom et prenez notice que l’Angleterre et "Queen Elizabeth II.(nom propre Bourgeois « Cotta-Coburg)) appartient en realite a »Helsingfoer". !


          • Ben (---.---.91.222) 1er décembre 2005 11:54

            Pour info, comme le souligne mon prédécesseur, la france n’a pas subie d’invasion depuis les vikings. J’entends par là, d’installation. Il y a eu quelques attaques par ci par là, mais même les anglais ne se sont pas autant installés au moyen age qu’aujourd’hui. Et puis, c’est aussi des germains, donc cela confirme nos origines germaniques.


            • Thomas (---.---.91.222) 1er décembre 2005 12:01

              Lorsque la Guerre des Gaules s’est achévée par la victoire de César, les Gaulois sont devenus « romains ».

              Puis les Francs saliens ont appliqués leurs lois par la suite. Ethniquement parlant, on pourrait dire que le peuple reste encore celte.

              Ethniquement parlant, les français sont donc bien plus celtes qu’autre chose. Un peuple aussi important ne disparait pas comme cela. Bien sur de ca et là, il y a eu des mélanges. Mais par exemple les Bretons qui sont venus en Armorique (mot Gaulois) se sont mélangés avec leurs cousins celtes Gaulois.

              La langue française affiche ses origines : latine, germanique et gauloise. La culture aussi, greco-romaine, germanique et encore gauloise. Nos origines gauloises sont présentes partout dans notre pays, des noms de villes à celui de rivières, en passant par des noms communs de la langue française.

              Et puis il faut aussi se rappeller qu’il y a eu pendant longtemps une confusion entre celtes et germains. Ceux-ci sont donc peut-être génétiquement parlant (je n’aime pas trop cette expression) les mêmes.

              Alors Astérix est il un de nos ancêtres ? oui. L’unique ? non. Mais suivant le coin de France ou nous nous trouvons, nous pouvons etre plus ou moins ethniquement proche de lui. Un breton sera plus proche de lui qu’un alsacien, mais peut etre autant qu’un auvergnat (tribu des Arvernes, celle de Vercingétorix)

              Le Français est donc à priori un germano-celte ou un celto-germain. Du mois, c’est à partir de cela qu’il est devenu français.


              • Ben (---.---.91.222) 1er décembre 2005 12:05

                « La Gaule n’est qu’une construction intellectuelle. »

                Certes, elle n’avait pas de drapeau mais c’est une Gaule entière, unifiée de par sa culture, son sang, qui s’est rangé derrière Vercingétorix . C’est une Gaule vivante qui s’est battue pour sa liberté contre César.


                • (---.---.251.206) 1er décembre 2005 13:55

                  Hé bien, tout ce baratin confirme une seule chose : la France est blanche et catholique ....


                  • florian (---.---.162.37) 1er décembre 2005 15:30

                    « une gaule entiere » mais ne representant qu’une petite partie de la metropole. jusqu’à louis XIV et même plus tard, certains territoires n’etaient pas français. donc dire que nous descendons des gaulois, c’est en grande partie faux. il ne faut pas confondre l’histoire de paris et celle de la france. et avec le brassage auquel on assiste depuis le siecle dernier, on ne peut pas parler de descendance commune. la nation française a une histoire, mais chaque français a la sienne.


                    • argoul (---.---.18.97) 1er décembre 2005 15:56

                      Note pour « SS » (sic) : les Vikings ont non seulement « envahi » la France par toutes les rivières (ils sont même remontés jusqu’à Paris) mais ils ont « occupé » jusqu’à nos jours la Normandie, province dont le nom dit bien ce qu’il veut dire Nord-men die. Note pour Ben : les affirmations que vous présentez ont été réfutées par mon article. Il ne suffit pas de dire le contraire pour prouver quoi que ce soit. C’est à vous, pour chaque argument, de montrer qu’il est faux. Quant au « baratin », je n’accepte pas que l’on réduise un débat à du vent. Je considère donc le commentaire de celui qui l’a fait comme sans aucun intérêt puisqu’il ne présente aucune « raison » de le croire.


                      • (---.---.91.222) 1er décembre 2005 16:27

                        Pour Florian

                        C’est toute la gaule ( de Vénetes aux tolosa en passant par les redones et les ambianis) qui s’est battu contre César ( sauf les namètes ...).

                        La France d’aujourd’hui a sensiblement les « frontières » d’hier. Nos préfectures sont liées aux anciennes tribus gauloises.

                        Et même si la France occupait plutôt la taille de paris à l’époque franque, il n’en reste pas moins que le reste du pays était encore gaulois. Donc ce n’est pas en partie faux.

                        Pour ma part, étant auvergnat, j’ai la chance de pouvoir remonter à presque 8 siecles en arrière et, je peux vous dire que le brassage, il n’y en avait pas autant que vous voulez bien le dire.

                        Le brassage à la française est assez récent.

                        Le problème dans ce genre de discussion, c’est de mélanger les mots identité et génétique.


                        • florian (---.---.200.77) 1er décembre 2005 18:17

                          est ce que la france d’aujourd’hui a les frontieres d’hier ou les frontieres d’hier ont ete dessinees selon celles d’aujourd’hui ? franchement on peut se poser la question. je crois pas qu’en 100 av. JC les differents peuples qui composaient la « gaule » se sentaient gaulois, d’autant que certains etaient deja romains. en fait, qu’est ce qui relie veritablement les gaulois entre eux ? on ne connait pas leur histoire. donc on ne peut pas dire qu’ils etaient issus du même peuple. et l’auvergne n’a pas ete le pays le plus touche par le brassage ethnique, mais on peut pas dire la même chose de marseille ou de toute la cote mediterraneenne.


                        • (---.---.162.15) 2 décembre 2005 11:01

                          « j’ai la chance de pouvoir remonter à presque 8 siècles en arrière et, je peux vous dire que le brassage, il n’y en avait pas autant que vous voulez bien le dire. » Quel pourcentage de vos ascendants d’il y a 8 siècles connaissez-vous ? Une petite partie, sûrement, il y en a beaucoup que vous avez perdu de vue. Je ne crois que pas que ce soit significatif. En généalogie, on ne remonte que les branches les plus stables.

                          Am.


                        • argoul (---.---.18.97) 2 décembre 2005 11:12

                          Et surtout, êtes-vous bien conscient que 8 siècles cela fait 24 générations et vous n’avez donc aujourd’hui d’1/24ème du couple initial, donc 1/58ème de l’ancêtre paternel de la lignée - soit 0.0172413 %... Croyez-vous qu’il reste quoi que ce soit aujourd’hui de significatif de lui en vous ? Le présent (l’épouse avec laquelle vous allez engendrer l’avenir) n’a-t-il pas mathématiquement et génétiquement plus de « poids » sur votre identité ?

                          Pour un autre lecteur : oui, la France est Catholique grâce aux Francs, mais cela c’est le passé. Qu’en est-il aujourd’hui de cette identité ? Que fait l’Eglise (et l’Eglise de France) pour la perpétuer dans le monde moderne ? Quel sera l’avenir ? Ce sont à mon avis les questions pertinentes, les origines sont bien loin pour encore agir de nos jours. Se dire « Catholique et Blanc », ce n’est pas une politique mais une étiquette stérile. ce qui compte est ce qu’on FAIT, pas ce qu’on EST, à mon avis. Sinon, vous finirez dans un musée...


                        • Ben (---.---.91.222) 1er décembre 2005 16:46

                          Cher Argoul,

                          Je ne réfute pas , du moins en partie votre article. Seulement, à chaque fois qu’il y a une discussion sur les Gaulois, comme si quelque chose de tabou s’en dégagait, on apprend que nos ancêtres n’étaient pas Gaulois.

                          Je suis assez méfiant, il est vrai, car pendant très lontemps, il était honteux de dire que nos ancêtres était gaulois. Prenons un exemple trouvé sur ce site, et vérifié, Rabelais parlait de nos origines Thraces.

                          Je reconnais qu’il y a eu du métissage mais de la à faire croire que toute la population gauloise ait disparue comme cela ... Il ne faut pas exagérer aussi en parlant alors de « hordes » de non gaulois débarquer ici. Lorsque par exemple, un romain avait fini son temps, il préférait dans la majorité des cas rentrer à rome. Et les saliens, que César avait bien cogné sont aussi restés sage dans leur coin pendant 3 siècles avant de prendre le pouvoir ici, mais ils n’étaient pas des millions non plus. Tout comme les normands.

                          Je suis donc d’accord avec vous pour dire qu’il y eu (plus ou moins) du métissage. Sauf en Auvergne ... :)

                          Bref ...

                          Quant à l’anonyme qui a posté sur le baratin, il y a tout de même une chose qui est vrai, la France est catholique. Sans l’église de rome, la France ne serait pas devenue ce qu’elle est, et sans les francs, Rome ne serait pas devenue aussi puissante. Ce n’est pas pour rien que l’on appelle la France , la fille de l’église.

                          Et puis rappellons au passage, que d’apres certaines légendes, Marie, est venue en Gaule finir sa vie ...


                          • argoul (---.---.18.97) 1er décembre 2005 17:03

                            Vous avez bien compris qu’il y avait eu deux pestes au 6ème et au 14ème siècle, qui ont - à chaque fois - divisé la population par 2 ? Incitant évidemment au brassage ensuite ? Je me le demande.


                            • Ben (---.---.91.222) 1er décembre 2005 17:43

                              J’ai bien compris et d’ailleurs pour illustrer ce que vous dites :

                              http://www.bium.univ-paris5.fr/histmed/medica/peste.htm

                              Et donc je comprends aussi que du fin fond de mon pays arverne, je ne suis pas d’origine gauloise mais franco-latino-germano-gaulois.

                              Mince, tout ce je croyais être s’effondre ! Je suis sur maintenant qu’en cherchant bien je vais me trouver un ancetre roumain, voir indien...

                              Je plaisante !


                            • Scipion (---.---.48.230) 12 février 2006 08:00

                              Bien sûr que les Français d’aujourd’hui sont les descendants d’Astérix ! Il n’y a que ceux qui rêvent d’une planète transformée en un ingouvernable foutoir métissé - à l’image de ce que sont la plupart des Républiques (souvent dites « bananières ») d’Amérique latine -, pour prétendre le contraire.

                              Pour être plus précis, disons que les Français d’aujourd’hui sont les descendants culturels d’Astérix, comme l’écrit André Siegfried (1875-1959), de l’Académie française, au tout début de L’Ame des Peuples (Hachette, 1950) :

                              « Il y a, dans la psychologie des peuples, un fond de permanence qui se retrouve toujours. Nous sommes encore, par combien de traits, semblables aux Gaulois nos ancêtres, et les caractéristiques que Tacite notait chez les Barbares ou les Juifs de son temps sont encore reconnaissables dans les Allemands, les Israéliens d’aujourd’hui. »

                              Voilà, ce qui fonde l’appartenance. Elle n’a que très accessoirement à voir avec l’ethnie, la race et son impossible pureté, les invasions ou l’absence d’invasions. Des immigrants sont, certes, toujours venus d’ailleurs, mais ils étaient en nombre limité et culturellement proches.

                              De ce fait, ils se sont bien moins intégrés qu’ils n’ont été culturellement phagocytés par les de souche. A partir de là, il ne faut pas rêver : ceux qui ne sont pas culturellement phagocytables ne sont pas sociétalement intégrables. Et c’est un phénomène face auquel la politique est impuissante.


                              • Germanix (---.---.114.99) 21 mars 2006 20:53

                                Le Problème des déscendants d’Asterix, c’est qu’ils ne parlent plus gaulois


                                • mobymatic (---.---.37.247) 22 mars 2006 23:13

                                  Tout ça est bien compliqué... Je ne pense pas que les souches des peuples disparèssent si simplement. Si vous allez dans le nord de la manche (là où les vikings étaient le plus implantés) vous verrez que certaines personnes sont très blondes et ont la peau très blanche, pourtant je crois que les gènes blonds sont dit « faiblent ». Les vikings n’ont pas exterminé la population locale en arrivant, ils sont simplement devenu maitre du territoire. Et ils s’y sont plus ou moins implanté et plus ou moins mélangés selont les endroits, Quillaume le conquérant devenu catholique à eu précisément eu du mal à garder le controle sur le nord de la manche qui ne voulait pas perdre les tradition viking.... Ce qui explique surement cela.

                                  Des études d’ADN ont montrées un clivage est-ouest de la grande bretagne, liens iberiques à l’ouest et germanique à l’est... Comme quoi ça part pas si vite...

                                  Je pense que c’est pareil pour les gaulois...


                                  • mobymatic (---.---.16.54) 9 juillet 2006 13:23

                                    Je retombe, plus ou moins par hasard, sur cet article, et je constate encore plus la stérilité de ce débat.

                                    Juste quelques points pour tenter d’en finir :

                                    D’abord le titre donné par Argoul : « Sommes-nous des descendants d’Astérix ? » Non. Car Astérix n’est qu’un personnage d’une BD humoristique qui n’a aucune valeur historique. Les idées fausses sur les Gaulois y sont très nombreuses, et c’est bien normale car ça n’a jamais (je pense) était le but des auteurs que de faire une BD à valeur historique. Le mythe des irréductibles Gaulois est faux, après la défaite de Vercingétorix les dernières révoltes ont étaient vite matées par César. Par la suite les gaulois ce sont vite adapté à la romanisation, et les cultures ont fusionnées, (avec tout de même la disparition du druidisme). Les Gaulois qui ont su ce faire bien voir de Rome se sont vu accordé le titre de citoyen Romain, ce qui est sûrement le secret de la réussite de cette colonisation. La culture romaine était très présente dans les villes et sûrement beaucoup moins dans les campagnes (même schéma que lors de la christianisation, le terme païen étant à associer à paysan). On ne peut donc pas être les descendants d’Asterix, par contre les descendant des Gaulois c’est une autre question...

                                    La Gaule de César n’est en effet pas une unité en tant que nation. Mais ce n’est pas une construction intellectuelle pour autant. Si les Celtes ont bien dominé une bonne partie de l’europe à leur époque de gloire, cette culture a subit par la suite une suite de revers, pour finir par se cantonner, à l’époque de César, à l’actuelle France, la Belgique, la Suisse, et aux îles de Bretagne. La Gaule est donc bel et bien un territoire, unifié par la culture.

                                    L’opposition Gaulois / Germains la cause de la guerre de 1870 ???..... Allez donc voire ça : http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_franco-allemande_de_1870

                                    Ça ne semble pas si simple !!!!

                                    Pour ce qui est des invasions en général, il ne faut pas dire n’importe quoi ! Les Vikings ont bien commis des raids un peut partout, mais ils n’ont pas envahi grand chose.... Je cite : « ils ont »occupé« jusqu’à nos jours la Normandie » Bien sûr... Dans les faits, les vikings ont eu le contrôle de la Normandie, des groupes s’y sont installés (principalement dans le nord de la Manche), mais il n’y a pas eu de génocide ni des millions de Vikings qui ont débarqués. Je suis moi même Normand, et je ne pense pas avoir beaucoup de sang Viking...lol

                                    Pour ce qui est des invasions Germaines, regardez cet excellent cite : http://perso.orange.fr/jean-francois.mangin/index.htm

                                    Dont cet extrait : « Il faut noter que ces peuples barbares s’assimilent dans la culture gallo-romaine sans être en mesure de s’imposer : en effet, aucun d’eux n’est jamais constitué de plus de 100 000 individus dont environ 20 000 soldats. Ils ne sont donc pas en mesure d’écraser les populations déjà en place dans les territoires qu’ils occupent, puisqu’ils ne représentent que de 2 à 5% de la population locale : rien d’un raz de marée démographique ! »

                                    Bref..... tout ça pour ça !

                                    Mais alors Argoul, pourquoi toutes ces démonstrations (facilement contredisable) ? Pourquoi tant d’acharnement après nos ancêtres, ou hypothétiques ancêtres (car on s’en fout pas mal en somme) les Gaulois ? Je crois comprendre que ce qui vous gène le plus, ce n’est pas les Gaulois, mais bien Astérix, (d’où le titre). Astérix et les « irréductibles Gaulois » que l’on associe régulièrement à la réticence des Français envers le tout capitalisme...

                                    Ô grand et beau capitalisme créateur de richesses !!! ......Créateur de richesses ????..... Ah oui ???... Il y a vraiment si peu de pauvres que ça dans les pays « tout » capitalistes ???? Non, bien au contraire, il y en a beaucoup plus, et surtout ils sont beaucoup plus pauvres ! Par contre les riches ils sont vraiment très très riches....

                                    Le capitalisme n’est aucunement créateur de richesses, il permet juste à une minorité de s’enrichir au détriment des autres... Il n’y a pas création, mais déplacement des richesses. Et ce, sans ce soucier d’un quelconque avenir de la société ou de la planète.

                                    Le capitalisme, c’est plutôt l’exploitation des « productifs » en faveur et au service des « non productifs ».

                                    Sur ce, je vous souhaite Liberté, Égalité et Fraternité à tous !


                                  • mobymatic (---.---.16.54) 9 juillet 2006 13:27

                                    Mon dernier commentaire n’apparait pas à la suite, je ne sais pas pourquoi.... J’ai du faire une mauvaise manip.... tant pis !


                                  • mobymatic (---.---.16.131) 23 mars 2006 22:55

                                    Pour en rajouter un peu, on oublie souvent que les gaulois nous ont lessé pas mal de choses, comme l’outillage agricole, qui au début du dernier siècle était toujours le même depuis 2000 ans, sauf la charrue à brabant... Il y a encore quelques années mon pére faisait réparer ses tonneaux par des anciens qui savait encore les fabriquer artisanalement... comme nos ancètres.... (le tonneau est une invention Gauloise tout comme la moissonneuse) Ces grand-pères n’avaient pas aprient ça à l’école... Ca s’est bêtement transmit de générations en générations...

                                    Pour ce qui est de César s’il a bien gonflé ses textes pour se mettre en valeur, il n’empêche qu’il y a sufisament d’autres traces écrites pour confirmer que la pression exercer par les Germains sur l’est de la Gaule n’était pas un fantasme ! C’est d’ailleurs l’élément qui à déclanché la guerre des gaules.

                                    Les Gaulois ont longtemps étaient des oubliés de l’histoire. Peut être un peu volontairement oubliés d’ailleurs, en effet les lignées de sang bleu (et Germain) qui ont pris les commandes n’avait surement pas intérèt à conserver le passé de la « plèbe ». Sans parlé du clergé pour qui les Gaulois étaient avant tout des paiens ! C’est pendant la révolution que ce passé a ressurgit, car quelques intellectuels voyaient dans la révolution la première libération du peuple gaulois depuis César.

                                    Pour ce qui est de la guerre de 1870 je ne connais pas ses causes exactes, mais ce qui est sùr, c’est que suite à la défaite, Napoléon 3 à fait renaitre Vercingétorixs (oublié de chez les oubliés) en tant que héros qui garde la dignité dans la défaite. Pour la guerre de 14 c’est clair que c’est la suite de la guerre de 1870, et que celle de 40 est la suite de 14... Mais de là à dire que tout ça est la faute des Gaulois ou même le simple fait de penser à nos encètres qui en est la cause, je trouve ça trop fort !!!

                                    Moi je me félicite de notre amitié actuelle avec les Allemants, mais c’est quand même drole que l’on veuille toujours nous interdire de penser à nos ancètres... Non ? Surtout en ces temps de capitalisme sauvage... Capitalisme barbare ce serait pas mal comme expression d’ailleurs...lol


                                    • Danisnoop (---.---.186.169) 23 mars 2006 23:48

                                      Eh ben... Les commentaires que suscite cet article ma foi plutôt intéressant pour ne pas dire sympathique ne serait-ce que parce qu’original, ces commentaires me glacent quelque peu le sang (qui serait parait-il bien « français » ce sang).

                                      Ouarf ouarf. Il est vrai que si je remonte jusqu’aux parents de mes grands parents ben faut croire que je suis français pi c’est tout... pas savoyard pas breton pas parisien, encore moins celte gaulois ou germain qu’en sais-je ?

                                      Ne peut-on simplement distincter l’idée que l’on a d’Astérix puisque c’est de lui qu’il s’agit au départ, de la réalité historique de la construction de notre nation devant tenir compte de toutes les composantes diverses et variées qui font de notre pays et de ces habitants ce que nous sommes... Qu’il s’agisse des gaulois et des romains d’il y a quelques 2000 et quelques années aux italiens polonais ou algériens ou encore maliens d’il y a celà beaucoup beaucoup moins d’années... ?

                                      Ben moi Astérix c’est pas que je m’identifie à lui, et je trouve que Mrs Uderzo et Gosciny ont eu le plaisir, l’intelligence, l’humour et la gentillesse de nous offrir à travers tant d’albums simplement dessinés, de nous offrir une vision de notre nation, de notre relation vis à vis de nos voisins et vis à vis de certains faits d’actualités (écologie, commerce, entreprise...), une vision simplement juste et presque utopique...

                                      Mrs Gosciny et uderzo nous ont gratifié d’une oeuvre en dessins où l’on pouvait se moquer de nous même aussi bien que de la façon dont on pouvait percevoir les « autres » qui nous entourent...

                                      Et ce qui m’émerveille aujourd’hui c’est que nul ne pourra accuser ces 2 hommes d’être des ethnicistes communautaristes, nul ne pourra leur reprocher leurs traits d’humour visant tout le monde qui entoure le petit village gaulois en n’épargnant pas ce petit village gaulois lui-même.

                                      Qui aujourd’hui pourrait encore oser un héros « gaulois » (donc franchouillard donc TF1 donc beauf) qui serait le plus intelligent et le plus malin et irait à la rencontre de tous les problèmes et les traits caricaturaux des peuples l’entourant...

                                      Le repli identitaire est devenu tel qu’il est impossible d’être « gaulois » (j’insiste sur les guillemets) et de pouvoir taquiner nos voisins et amis sans être taxé d’éthno ou d’égo ou de je ne sais quoi-centrisme.

                                      Mrs Uderzo et Gosciny nous ont offert un tour du monde des clichés allant de l’Egypte au Nouveau Monde en passant par nos amis belges, italiens, portugais, anglais, suisses, mais aussi corses, normands ou auvergnats, ils ont dénoncé la folie du rendement à tout prix et de ses motivations politiques (« la carrière d’Obelix », « le domaine des dieux »), ils ont dénoncé les tartuffes faisant commerce de la peur de l’avenir (« le devin »), de la manipulation des masses et des lois (« le combat des chefs »)...

                                      Ce qui m’inquiète surtout aujourd’hui, ce n’est pas de savoir que je ne suis pas un fils de gaulois, mais bien de constater qu’il n’y a plus de place pour des Asterix dans notre monde... alors pour ses fils...

                                      Osez reprendre l’idée générale de l’oeuvre de ces 2 grands messieurs de nos jours, vous ne ferez qu’attirer les foudres de tous car vous serez taxé de racistes, de mysogines, d’écolos à 2 balles...

                                      Je n’ai ni l’art, ni la classe ni le talent de Mrs Uderzo et Gosciny mais je continuerai à me poiler en lisant et relisant leurs albums en essayant de ne pas pleurer une intelligence qui me semble n’avoir plus droit de cité et que je regrette amèrement.

                                      Quel gâchis.


                                      • argoul (---.---.18.97) 24 mars 2006 09:40

                                        Vous avez raison, cher Danisnoop, mais ce qui est « glaçant » est moins l’ignorance que le plaisir naïf de se vautrer dedans. J’ai tenté de montrer dans cet article que la biologie (« le sang ») était fort dilué avec les circonstances historiques et les pestes (rien à voir avec notre petite grippe aviaire, ni même avec l’espagnole de 1918 : il s’est agit de LA MOITIE de la population qui a disparu à chaque fois, aux 8ème siècle, puis au 14ème). L’origine génétique reste donc européenne, certes, mais pas vraiment « gauloise » au sens de Celte.

                                        Astérix est donc un mythe biologique, mais une vraie image culturelle, l’un des commentateur l’a dit, et vous aussi. La « gauloiserie » continue d’agir via la culture, ce savoir commun et ce savoir-vivre ensemble qui nous constitue et auquel nous convions ceux qui veulent bien s’y convertir. Mais la France de De Gaulle (Astérix le Gaulois était, en 1964 lors de sa création surtout le DeGaulois !) n’est plus ; deux générations ont passé et il faut avouer que la « génération Mitterrand » (pour faire bref) est moins drôle que la précédente : tellement de « sérieux » chez ces Joxe, Fabius, Bérégovoy, Jospin... Comme si le monde allait s’arrêter de tourner si l’on consentait à sourire. Astérix l’humoriste reste donc populaire (le dessin animé est une star du box office ciné) mais plus tellement prisé dans les élites : trop « franchouillard », un brin ethnocentriste. Là, vous avez raison. Mais la veine n’est pas perdue, je m’inscris en faux ; il y a eu Desproges (certes, pas en BD) mais aussi Pétillon : sur les Corses, sur le voile. Comme vous, je souhaite que cela ne s’arrête pas là. Mais seules les sociétés sûres d’elles-mêmes ont la capacité de rire... Les autres se crispent sur le mythe des origines, tout comme ces gamins esseulés qui s’inventent des parents princes ou des frères superman.


                                      • argoul (---.---.237.179) 10 juillet 2006 14:12

                                        A Mobymaticle : c’est très bien de (re)lire des notes anciennes sur des sujets passionnants. Mais, dans votre commentaire, vous avez oublié le contexte d’époque de la publication : la révolte des banlieues. Je m’élevais contre les franchouillards qui se voulaient « de sang gaulois ».

                                        Vous me permettrez aussi ;.) de vous faire remarquer que vous enfoncez une porte largement ouverte en pointant qu’Astérix est un personnage de BD et qu’il n’a « donc » aucun descendant. Ne prenez quand même pas les lecteurs « que » pour des naïfs...

                                        Citer Wikipedia et un site « perso.wanadoo » comme arguments n’est pas vraiment sérieux en regard des sources citées dans l’article : César, Christian Goudineau du Collège de France, le professeur d’université Rouche... Vos références font un peu pâles en termes scientifiques, si vous allez par là.

                                        Vous oubliez surtout le PRINCIPAL argument de la note : les deux « pestes » qui ont DIVISE PAR 2 à chaque fois la population de « la Gaule ». Il y a donc eu fusion très nette et pas du tout marginale entre toutes les composantes présentes sur le territoire français. La France est une construction historique et culturelle, pas une « communauté ethnique » (ça, c’est plutôt anglo-saxon comme idée de société...)

                                        Quant au « capitalisme », vous vous contentez d’asséner vos croyances, sans aller voir comment je définis ce qu’est « le capitalisme » (il faut toujours savoir de quoi on parle). Il y a notamment, en octobre 2005 sur ce site, un article que je signe intitulé « Le capitalisme n’est pas un modèle de société ». Je vous invite à le lire avant de proférer des accusations d’hérésie, sans fondements.


                                        • mobymatic (---.---.16.51) 10 juillet 2006 23:52

                                          En effet le contexte de l’article si c’était celui-ci, je ne l’est pas du tout saisi, étant tombé dessus au début par pur hasard et bien après les faits. Dans ce cas je peux comprendre en partie l’article, étant moi même très hostile au conceptes de « races pures » (quelle horreur cette expression !!!)... Surtout que les Gaulois étaient surement tout sauf une « race pure ».

                                          Votre allusion avec Astérix n’a rien d’anodine, c’est un amalgame, une conotation aux « irréductibles Gaulois », (qui n’ont jamais éxisté ceux là), expression qui est courament utilisée pour décrire, comme je le disais, la réticence des Français face aux mouvements de la mondialisation (comme les OGM par exemple). Réticence que vous combatez (et c’est votre droit), votre article ne pouvant s’empécher de dériver là dessus.

                                          En quoi les articles que je cite ne sont ils pas sérieux ? Je les ais choisi car ils sont accéssibles à tout le monde, permetant ainsi à chaqu’un de se faire sa propre opinion, et aussi pour montrer qu’il ne suffit pas de citer le nom d’un professeur au collège de france pour avoir raison. Car pour un lecteur lambda ça ne contribut qu’à noyer le poisson, n’ayant pas le livre ou le texte du personnage cité sous les yeux il est contraint de se dire « je ne suis pas assez cultivé pour porter un jugement... ». Et puis si les sites que je cite (.... ;)) ne vous semble pas sérieux à ce point, vous pouver contredire leurs arguments...

                                          Pour ce qui est de César, il a écrit la guerre des gaules non pas pour se glorifier (un peu tout de même) mais pour se justifier, pour tenter de faire croire qu’il ne menait pas cette guerre pour son propre compte.

                                          Vous ne devez d’ailleur pas l’avoir lu, sinon vous n’auriez pas négligé à ce point la pression des Germains sur la Gaule. Pour les Romains la Gaule était en partie un tampon entre eux et les Germains, et quand le tampon ne tient plus... César entre en action...

                                          Que la population est était divisé par deux (au moins une fois), est un fait, même si c’est surement le maximum des chiffres avancés, ça n’empèche que les Gallo Romains devaient quand même savoir faire les bébés, et qu’il n’ont pas forcément étaient obliger dans importer... Surtout que la maladie n’a pas touché que la France. Mais c’est évident que ça a faciliter les mélanges avec les Germains implanter sur le territoire. De là à faire disparaitre les gènes Gaulois...

                                          Pour mes mots sur le capitalisme, un brin provoquant je l’avoue...lol, ils ne sont que de simples constatations, suffit d’ouvrir les yeux. D’autant plus que l’on ne peux pas créer des richesses comme ça... sauf pour les Américains qui fabriquent des billets à tour de bras. Et malgrès ça, vu la pauvreté des pauvres là bas, on comprend vite que ce n’est pas le but du capitalisme que d’améliorer la vie quotidienne de monsieur tout le monde. Pour ce qui est de votre vision du capitalisme, elle semble coller aux classiques, mais je n’es lu que quelques passages de vos textes car vous semblais en écrire beaucoup, et j’ai peu de temps pour tout éplucher. Mais j’esserais d’en trouver pour lire celui dont vous parlez.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Argoul

Argoul

Chroniqueur


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès