Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > SOS : le coût de la rentrée scolaire

SOS : le coût de la rentrée scolaire

Les familles que nous côtoyons ont trouvé les notes salées : des listes de fournitures qui s'allongent et des prix à la hausse....

S'agit-il d'une simple impression ou du reflet de la réalité ?

Luc Chatel avait annoncé le 18 mai dernier dans un communiqué de presse que l’opération « Les essentiels de la rentrée » ne serait pas reconduite en 2011.

Les familles qui ont commencé à faire leurs achats pour la rentrée ont constaté que l'évolution des prix a suivi l'évolution du prix à la consommation soit 2 % alors que l'allocation de rentrée scolaire versée sous condition de ressources n'augmente que de 1, 5 %.

Au lendemain du week end du 15 août des associations de consommateurs et familiales vont rendre compte des résultats de leurs études sur l'évolution du coût.... Elles donneront des réponses plus précises .

Le Ministre de l’Education nationale peut toujours appeler d’ores et déjà les établissements scolaires «  à limiter les demandes de fournitures scolaires au strict nécessaire », il n'empêchera pas le maintien, voire l'extension d'une pratique nouvelle.

Depuis de nombreuses années les enseignants des écoles primaires donnent à leurs élèves comme le font depuis longtemps leurs collègues du secondaire des listes de matériel à acheter.

Le temps de la distribution gratuite aux écoliers des cahiers, des stylos, des règles et des crayons semble révolu....

Instituteur j'ai toujours fourni tout le matériel scolaire aux enfants de ma classe et je n'étais pas le seul dans ce cas.

Cela permettait aux familles de ne pas courir les magasins et aussi de pouvoir compter sur un minimum garanti pour chaque écolier.

Serais-je à mon corps défendant un tantinet rétro !?

Les familles modestes vont connaître des difficultés financières pour affronter la rentrée scolaire car en plus de l'augmentation des prix des fournitures, elles devront subir des augmentations importantes en ce qui concerne la restauration scolaire ou les accueils péri scolaires.

Les collectivités territoriales doivent affronter deux difficultés : la hausse des prix de l'énergie en 2011 et des denrées alimentaires, ce qui contrant beaucoup d'entre elles à répercuter sur les usagers une partie des surcoûts.

Les accueils et la restauration scolaire ne sont pas des superflus : beaucoup de familles sont contraintes d'utiliser ces services parce que les parents travaillent ou sont à la recherche d'un emploi.

Aujourd'hui tous les acteurs et observateurs ont constaté que le nombre d'usagers continue d'augmenter.
 

Les associations familiales et de parents d'élèves doivent exiger ensemble :
 

  • le respect du principe de la gratuité des fournitures scolaires essentielles en ce qui concerne l'âge de la scolarisation obligatoire ;

  • l'extension de l'allocation scolaire pour les enfants scolarisés en maternelle

 

Cela me semble un minimum....

Jean-François Chalot

PDF - 4.2 Mo
UFAL Affiche

Moyenne des avis sur cet article :  3.26/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • Croa Croa 16 août 2011 11:26

    Vous et vos amis du PS avez voulu la liberté des prix, résultat, plus de papèterie de quartier !

    Les prix n’ont jamais baissé, ils ont juste augmenté d’abord sélectivement au dépend des petits commerçants et maintenant partout puisqu’il n’y à plus besoin de se gêner !

    Et dépêchez-vous de stocker ce dont vous aurez besoins parce que dès novembre, les grandes surfaces, seuls désormais sur la place, passeront à autre chose de gras : Faudra faire de la place aux jouets !


    • CHALOT CHALOT 16 août 2011 11:31

      Croa a raison d’avoir un pseudo
      Cela lui permet de dire et d’écrire n’importe quoi...
      Je ne suis pas ami du PS
      Il n’y a pas que le PS qui est pour la liberté des prix, il y a aussi l’UMP, le FN et les groupuscules de droite


      • velosolex velosolex 16 août 2011 15:20


        Pourquoi donc n’êtes vous pas partis à l’étranger avec vos enfants.
        Les débouchés sont nombreux : Diplomates, ambassadeurs, personnel délocalisé des grandes entreprises.
        Depuis 2007, et les bons soins de notre président, les français expatriés à l’étranger ne sont pas concernés par ce problème. Les frais de scolarité sont pris en charge intégralement.
        C’est une mesure sociale appréciable au vu d’une population sûrement désargentée.......Le cout expansionnel et absurde il est vrai pose problème et questions, même auprès des amis du président, et présente biendes effets pervers sur la prise en charge des locaux, dans les établissements français
        Bon , une histoire de plus, ubuesque au pays du roi Ubu


      • Croa Croa 17 août 2011 11:22

        Le PS est arrivé au pouvoir en 1981 et ce premier septennat a été celui de la « libération » des prix : La propagande disait que les prix allait baisser ! Concernant la papeterie il y avait le soutient des nouveaux députés : Beaucoup d’enseignants. Egalement celui de la presse et de la TV à la vue étroite car ces gens ne disait absolument rien sur les prix de gros devenus sélectifs et générateurs de concurences déloyales, la presse plaignant exclusivement, comme toi, les pauvres mères de famille. Le seul média à avoir dit la vérité à l’époque sur les prix « libérés » a été « Le Meilleur », un journal ni de gauche ni de droite mais aujourd’hui hélas disparu depuis longtemps.

        Ok, le PS n’est pas ton ami, mais tu tiens le même discourt étroit que lui.

        Ceci dit tous les partis pro-européens sont pour la libération des prix : A propos du FN vérifie tout de même ! Concernant l’UMP il hésitait plus que le PS sur le sujet, quoique après eux il ait continué effectivement ce travail de « libération » dont le plus dur était déjà fait, hélas !


      • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 16 août 2011 12:34

        De mon temps, l’allocation de rentrée scolaire n’existait pas.

        De mon temps, il n’existait pas pléthore d’aides pour la rentrée scolaire :

        http://www.dossierfamilial.com/famille/scolarite/rentree-scolaire-pensez-aux-aides,1295

        De mon temps, le pays ne grouillait pas d’associations créées soi-disant dans ce but.

        De mon temps, les conseils généraux n’offraient pas dictionnaires et fournitures gratos.

        De mon temps, le pays offrait de multiples emplois via son réseau de papeteries qui ont toutes disparues, car le bon peuple français veut payer encore moins cher, toujours moins cher.

        De mon temps, le pays offrait de multiples emplois via ses nombreuses entreprises et sociétés fabriquant des fournitures, quasiment toutes disparues car le bon peuple français veut payer encore moins cher, toujours moins cher.

        Quand allez-vous cesser de vouloir le beurre, l’argent du beurre et le c... de la crémière ?


        • foufouille foufouille 16 août 2011 13:19

          "De mon temps, le pays offrait de multiples emplois via son réseau de papeteries qui ont toutes disparues, car le bon peuple français veut payer encore moins cher, toujours moins cher."
          faux
          comme le teeshirt acheter 2€ au grossiste et revendu 30
          ou la montre qui coute 6€ revendu 80
          etc


        • Croa Croa 17 août 2011 11:41

          « On » fait dire tout au « bon peuple français » !

          Le but était bien de baiser la crémière, moyen efficace d’avoir le beurre et l’argent du beurre tout en oubliant qu’après ce genre d’exaction il ne reste que le néant  smiley


        • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 16 août 2011 12:50

          En France, des milliers d’associations de « parents d’élèves » encaissent annuellement des milliers d’euro.

          Où partent ces millions d’euro ?


          • Asp Explorer Asp Explorer 16 août 2011 13:59

            Il me semble que la rentrée scolaire est un phénomène assez récurrent et relativement prévisible, qui a lieu typiquement début septembre, tous les ans depuis des lustres, et dont les frais ne surprennent que les imbéciles. Quand on n’a pas les moyens d’élever des enfants, on évite d’en faire.


            • CHALOT CHALOT 16 août 2011 15:57

              Quand on n’est capable-non d’argumenter- mais d’insulter les pauvres, on évite d’écrire....
              Il est vrai qu’avec un pseudo on peut tout se permettre !


              • Winston Smith 16 août 2011 16:00

                Pourquoi ne pourrait on pas insulter les pauvres ? Hum ? 




                Ici ont insulte bien plein de personne sans problème..



              • bobbygre bobbygre 16 août 2011 16:58

                Evidemment...
                 Winston, vous ne voyez pas en quoi une insulte envers un faible n’est pas équivalente à une insulte envers un puissant ?


              • Winston Smith 16 août 2011 17:09

                Bein non, surtout venant de ceux qui nous bassine avec l’Egalité.


                Ce ne sont pas des faibles, du reste, sinon d’esprits, mais des raté, des toccards, des paresseux, etc, ,etc..




              • Winston Smith 16 août 2011 17:10

                Ah, et puis qui décide qui est puissant et à « le droit » de se faire insulter ? Vous ?


              • Redj Redj 16 août 2011 17:50

                Il n’y a que les lâches qui insultent les faibles.


              • chapoutier 16 août 2011 17:53

                le nobliau à consonance so british

                on sait encore fabriquer nos guillotines


              • bobbygre bobbygre 16 août 2011 19:19

                [Les pauvres] Ce ne sont pas des faibles, du reste, sinon d’esprits, mais des raté, des toccards, des paresseux, etc, ,etc..

                C’est bien ce que je pensais, vous êtes un ignorant de l’humanité. Bien sur qu’il y a beaucoup d’intelligence, de travail, de sens du devoir, d’honnêteté chez les pauvres, il vous suffirait d’en connaitre quelques uns.
                Et ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, il y a aussi des cons, des ratés, des tocards, des paresseux mais je ne pense pas que la proportion de ces gens là soient plus importantes chez les pauvres que chez les riches. De même que la connerie ne s’embarrassent pas de la couleur de peau, elle ne s’embarrasse pas de la taille du porte-monnaie.
                Et si vous faites partie de ceux qui pensent que les riches d’aujourd’hui doivent leur richesse à leur travail, il est temps de vous éclairer l’esprit. La plupart des riches le sont par héritage et n’ont aucun mérite personnel particulier. Et ils ont donc la même chance que les autres de naitre cons, paresseux, ou tocquards.

                Vous faites du racisme de classe ; pour quelqu’un, qui, je l’imagine, nie l’existence même des classes sociales, c’est assez drole.


              • Winston Smith 16 août 2011 19:34

                «  Bien sur qu’il y a beaucoup d’intelligence, de travail, de sens du devoir, d’honnêteté chez les pauvres, il vous suffirait d’en connaitre quelques uns. »


                AH AH AH AH A H !! 

                S’ils étaient tous cela, ils travailleraient et ne seraient donc pas pauvres.



                « Et ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, il y a aussi des cons, des ratés, des tocards, des paresseux mais je ne pense pas que la proportion de ces gens là soient plus importantes chez les pauvres que chez les riches »

                Non bien sur : l’intelligence ca ne sert absolument pas à bien vivre, c’est connu...


                « De même que la connerie ne s’embarrassent pas de la couleur de peau, elle ne s’embarrasse pas de la taille du porte-monnaie. »

                On y croit.

                Même Tapie, pourtant un parvenue de gauche sorti de sa Cité l’a reconnu, alors...



                «  La plupart des riches le sont par héritage et n’ont aucun mérite personnel particulier. »

                Faux.

                On ne reste pas riche à travers Révolution, guerre, commune, occupation, collaboration, socialisme, etc, etc en étant complètement crétin...
                Par ailleurs, les riches sont dilpômés, hein...


              • Winston Smith 17 août 2011 09:08

                « Il n’y a que les lâches qui insultent les faibles. »


                Ils ne sont pas faibles, ils sont inférieurs.

              • Croa Croa 17 août 2011 11:53

                Pour Redj « Il n’y a que les lâches qui insultent les faibles. »

                En réalité les faibles insultent avec les loups, suivent servilement le chef de meute, souvent au dépend des plus faibles mais pas obligatoirement.


              • Croa Croa 17 août 2011 11:55

                Oups smiley

                Je voulais évidemment écrire :
                - En réalité les lâches insultent avec les loups, suivent servilement le chef de meute, souvent au dépend des plus faibles mais pas obligatoirement.


              • velosolex velosolex 17 août 2011 15:56

                Il arrive parfois qu’un échange de propos illustrant un débat, ressemble à un escalier qui descent


              • jeanclaude 16 août 2011 17:28

                J’aime bien « Ben-voyons ». Effectivement c’était comme çà dans le temps. Et mes parents qui étaient du milieu ouvrier n’étaient pas choqués. Mais on achetait au plus juste. L’enfant ne demandait pas de vêtement ou de sac ou de chaussures de marque.

                Mais nous sommes trop rétros. J’accepte une allocation de rentrée scolaire. Mais quand le budget de l’état est en déficit, il faut aussi accepter qu’une allocation ne suive pas intégralement la hausse du coût de la vie.
                Il est vrai que ces exigences sont l’apanage des nations occidentales riches. Je ne pense pas qu’en Afrique par exemple il y ait une telle sollicitude pour les enfants scolarisés. Cela ne veut pas dire que donner une allocation est idiot. C’est un progrès. Mais pinailler pour 0.5 %,, j’arrive pas à prendre cela au tragique. Ces dépenses ne sont quand même pas si importantes dans un ménage, ramenées à 12 mois, et non pas à un seul.


                • bobbygre bobbygre 16 août 2011 19:21

                  Pour une famille qui n’arrive déjà plus à boucler son budget, toute hausse est dramatique.


                • Asp Explorer Asp Explorer 17 août 2011 09:33

                  TIens, ça me rappelle ce RMIste interviewé il y a quelques années à la télévision qui se plaignait d’avoir des fins de mois difficiles, et qui faisait pleurer dans les chaumières avec ses problèmes de budget enfant. Et au détour de l’énumération des dépenses, il y avait une certaine somme consacrée aux... vacances de neige du petit, parce qu’il fallait qu’il « soille un enfant comme les autres ».

                  Pour ma part, mon père était cadre dans l’informatique financière, et nous ne sommes jamais allé aux sports d’hiver. Et ça ne m’a jamais donné l’impression que je ne « soillais » pas un enfant comme les autres. Être pauvre est une chose, vivre au-dessus de ses moyens en est une autre. Quand on travaille, ou même seulement quand on vit de l’aide sociale, il est toujours possible, dans un pays comme la France, de tenir un budget. Il suffit de ne pas vouloir péter plus haut que son cul.


                • Winston Smith 17 août 2011 09:44

                  C’est du reste frappant cette différence entre les classes inférieur ou tout est passé aux enfants, qui doivent « profiter de leur jeunesse », et la bourgeoisie, ou tout au contraire, on leur mène la vie dur..




                • bobbygre bobbygre 17 août 2011 11:25

                  Ah, bon ? moi qui vient d’un milieu pas particuliérement riche (c’était pas la misère non plus), je ne suis pas souvent parti en vacances étant enfant (et lorsque cela se produisait, c’était dans la famille le plus souvent) ; je ne m’en plains pas mais serait peut-être temps de quitter le télécran qui ne montre pas la réalité.
                  Elle érige des cas particuliers en généralité simplement en les montrant. Mais ma tante par exemple qui lutte pour survivre, elle en est bien plus à se demander comment payer son loyer qu’à se demander comment elle va payer ses vacances (inutile de dire qu’elle n’en a pas). Et non, elle ne vit pas sur les aides sociales mais travaille.


                • foufouille foufouille 17 août 2011 11:42

                  asp devrait essayer le RMI quelques annees
                  surtout de nos jours


                • velosolex velosolex 17 août 2011 16:02

                  Encore un peu de patience, et il vrai qu’on pourra se comparer aux pays africains.
                  De moins en moins de différences : 
                   Élites corrompues, apologie du clan, différences abyssales de fortune, capitaux délocalisés, démagogie, maitrise des médias.......
                  L’allocation de rentrée scolaire n’existait pas dans le temps, because tout simplement l’allongement des études n’avait pas profité aux plus riches, et un salaire permettait de faire vivre une famille, chichement, certes, mais le sort étant le même pour tous, la condition des plus pauvres n’était pas si choquante que maintenant.


                • Sourcière 17 août 2011 12:59

                  Je vais peut-être dire une sottise (alors pardonnez moi) mais les établissements scolaires ne peuvent-ils pas, sous contrôle des parents d’élèves et en fonction des besoins préalablement enregistrés, faire des achats groupés et négociés au meilleur prix des fournitures et ouvrages divers qu’ils imposent ?

                  Je me souviens de livres, cahiers et autres qui ne servaient qu’à une ou deux occasions pour ma fille.

                  Puisqu’une liste est établie, qui vérifie sa stricte utilité ? tout n’est pas systématiquement à renouveler chaque année.

                  Après, libre aux parents de se faire plaisir ou non en cédant aux exigences capricieuses de leurs enfants pour du plus clinquant ou de l’inutile acquis où ils veulent.

                  Il me semble qu’avec un peu d’organisation et d’attention, les établissements d’enseignement étant très démarchés par des fournisseurs divers, on devrait parvenir à des dépenses acceptables.


                  • foufouille foufouille 17 août 2011 13:11

                    un prof, ca croit souvent que tout le monde a assez pour vivre
                    je me souviens de la liste delirante du college
                    au lycee, on peut les envoyer chier


                  • CHALOT CHALOT 17 août 2011 15:08

                    Les indications données ce matin par « Familles de France », association familiale plutôt classée à droite sont sans appel....
                    ( leur étude annuelle est toujours très sérieuse, je le reconnais)
                    Je n’avais pas voulu donner de chiffres exacts
                    A la suite de leur enquête minutieuse, il s’avère que les augmentations des prix des fournitures atteignent 6,8 % !


                    • CHALOT CHALOT 17 août 2011 19:33

                      article recomposé avec les chiffres définitifs


                        • camélia camélia 25 août 2011 17:11

                          Merci Monsieur Chalot de continuer à pointer du doigt les défaillances du système...au collège la prof de dessin de ma fille est la seule à proposer des achats groupés pour lesquels elle demande 2 euros par enfant ! Si tous les profs en faisaient autant que d’économies pour les familles dans le besoin...cela ne signifie pas d’un autre côté que l’allocation scolaire devrait disparaître...il n’y a qu’à regarder notamment le coût énorme de la cantine au collège pour en être convaincu alors qu’en face le montant des bourses aux collégiens est dérisoire et tout à fait inapproprié....d’ailleurs je m’étonne de ne pas lire plus de réactions à ce sujet...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès