Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Souffrance et Désespérance dans les CAF !

Souffrance et Désespérance dans les CAF !

Comme pour accéder à l'accueil en Préfecture, il faudra bientôt camper devant les CAF et commencer la queue à 6 heures du matin... La photographie jointe à l'article représente une queue devant la CAF 91, la situation est identique dans le 77.

C'en est assez !

Qui est responsable de cette situation ? Certainement pas le personnel qui n'en peut plus d'essuyer les plâtres !

RIEN NE VA PLUS DANS LES CAF
 

« Il faut faire plus avec moins », c'était hier la « devise » du gouvernement Sarkozy Fillon

et en résumé les consignes fermes données aux établissements publics et aux institutions comme la CNAF (Caisse Nationale des Allocations familiales) et les CAF.

Des caisses doivent pratiquer leur métier, c'est légitime mais aussi gérer les RSA, tout cela avec moins de moyens...

Le personnel, soumis à une pression forte et insupportable de la part de la hiérarchie est en souffrance : il lui faut « faire des gains » de productivité, faire des heures supplémentaires imposés...Il n'en peut plus et de plus en plus exprime une grande souffrance au travail.

Tout est bon pour résorber le stock, c'est à dire les 60 à 70 000 pièces en retard.

Hier, lorsque l 'allocataire arrivait à l'accueil après une attente souvent longue, l'agent par manque de temps-il faut être rentable- prenait 20 minutes maxi pour transmettre la demande « pour traitement en urgence ( code priorité 9) et s'engageait auprès de l'allocataire pour une liquidation rapide. »

Aujourd'hui, comme l'explique un texte diffusé par FO de la CAF de Seine et Marne :

« ...afin de gagner du temps, le courrier en question est étudié par l'encadrement qui décide ou non de l'urgence de la situation !

Si l'urgence n'est pas avérée, l'agent rappelle l'allocataire en question et lui explique que finalement son dossier ne remplit pas un des 3 critères et doit donc attendre comme tout le monde, soit 8 semaines...chercher l'erreur ! »

Le personnel des CAF, particulièrement attaché à son métier et à sa mission, sans cesse pressuré en a assez, il ne voit pas le bout du tunnel et sent que sa situation et celle des allocataires se dégrade.

Il faut rattraper un retard qu'il est impossible de combler, pendant que les allocataires, eux, constatent que les accueils physiques sont fermés, tous les jeudis et régulièrement durant les petites vacances.

PENDANT QUE LE PERSONNEL SOUFFRE, L'ALLOCATAIRE DESESPERE

Il faut faire la queue longtemps avant d'être reçu et très souvent, il se « casse le nez » devant les fermetures pas toujours bien annoncés des accueils !

Lors de la tenue d'une permanence sociale, une personne en grande difficulté m'a annoncé qu'il renonçait à faire le pied de grue pour obtenir un aide financière individuelle de la CAF...

« Tant pis, c'est assez dur comme ça...si en plus on n'est pas certain d'être reçu aujourd'hui, ni même demain » !

A qui la faute ?

Pas au personnel qui demande de pouvoir exercer dans de bonnes conditions...

FO a raison d'exiger :

« Le retrait de la note de procédure sur le traitement des courriers prioritaires, l'arrêt des réorganisations et expérimentations incessantes, l'embauche de personnel pérenne »

Si rien n'est fait, il y aura une incompréhension de la part de l'allocataire, une agressivité tournée contre les agents victimes de cette « logique » infernale qui veut qu'on fasse du chiffre sans moyens !

Personne ne gagne à ce jeu là, ni le personnel, ni l'allocataire, les deux victimes d'un système libéral ou la rentabilité aveugle conduit à engendrer la souffrance des uns et la désespérance des autres.


 

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (63 votes)




Réagissez à l'article

79 réactions à cet article    


  • Cigogne67 15 mai 2012 09:24

    des files ici et d’autres là...

    Pôle emploi chiffre à 1,6 millions les besoins en personnels (serveurs, cuisiniers, aides à domicile et ménagères, ingénieurs, infirmières, ouvriers agricoles, cadres d’études, informaticiens) des entreprises lorsque celle ci pointent l’inadéquation des profils à plus de 80% (et à 68% une pénurie de candidats)
    Dans un pays qui compte 5,3 millions de demandeurs d’emplois (données brutes toutes catégories confondues, DOM-TOM comprises) on cauchemarde.
    La question de l’orientation scolaire, de la formation et à travers elle de l’apprentissage est clairement posée, plutôt que d’importer de la force de travail pour satisfaire l’offre d’emplois non pourvue faute de volonté politique.

     


    • Yvance77 15 mai 2012 09:37

      Salut,

      Le problème majeur est que bien de ces métiers en tension comme ils disent sont d’abord et surtout ingrats et mal payés. Surtout dans l’hôtellerie-restauration

      Ingrats car même si l’on travaille bien il n’y aura jamais de reconnaissance. Aujourd’hui dans ces secteurs cela ne fonctionne même plus en CDI mais en CDD avec des périodes de plus en plus courte. Avant la saison durait de mars à octobre. De nos jours l’on s’achemine à des contrats de juin à fin septembre-octobre et le reste en extra.

      A croire que les gens n’ont qu’à hiberner ensuite. Pourquoi dès lors se former à cela si c’est pour rester sur la touche 7 mois de l’année ?

      Et je ne parle pas des salaires de misère.

      Mais l’erreur fondamentale est d’avoir voulu investir tous nos œufs dans le panier des « services » et ainsi d’avoir sacrifier les pôles de l’industrie au nom de la rentabilité à court terme.

      Les files vons être de plus en plus longues...


    • jpm jpm 15 mai 2012 09:52

      Le problème c´est que ces fameux métiers en tension en sont pas très rémunérateurs et correspondent souvent à des besoins ponctuels. Par ailleurs, les gens qui passent leur temps à faire la queue à la CAF ou à Pole Emploi, ne vont pas prendre le risque de reprendre un petit boulot de peur de perdre les quelques droits qu´ils ont réussi à faire valider. Il y a donc trop de trappes à inactivités qui n´incitent pas les gens à reprendre un travail… ne serait ce que pour quelques heures, notamment quand on voit le délai qu´il faut pour faire reconnaitre ses droits.

      Il serait donc judicieux d´essayer de simplifier notre modèle social, et d´envisager le revenu de base inconditionnel pour tous… en contrepartie d´une hausse de la fiscalité sur tous les revenus. Cela simplifierait la vie des plus démunis en les garantissant contre les lenteurs de l´administration et cela encouragerait la reprise d´activités.


    • Cigogne67 15 mai 2012 10:12

      non, non...INADEQUATION... il y a une demande et une offre qui se rencontrent et ne concluent pas faute de formation, de motivation...d’adéquation au poste... 60% des entrepreneurs veulent former leurs collaborateurs. Il ne s’agit de rien d’autre. 


    • foufouille foufouille 15 mai 2012 12:35

      "Ingrats car même si l’on travaille bien il n’y aura jamais de reconnaissance. Aujourd’hui dans ces secteurs cela ne fonctionne même plus en CDI mais en CDD avec des périodes de plus en plus courte."
      ben oui
      un smicard a pas trop les moyens de se payer le resto souvent
      on pense d’abord a payer autre chose, genre le loyer comme le restaurateur qui paye son gros credit, voire un gros loyer en plus


    • HELIOS HELIOS 15 mai 2012 12:55

      ... inadequation entre l’offre d’emploi et la demande des chomeurs ?

      Rions un peu, la realité est bien differente. La realité est qu’il n’y a pas de « marché » du travail. Dans un systeme de marché, de libre concurrence non faussée, une entreprise qui ne vends pas baisse ses prix (ou modifie sa production, distrivbution, qualite...) 

      Quand une entreprise ne trouve pas de salarié, le modele « marché » voudrait qu’elle augmente le salaire proposé (ou rendent les conditions du travail meilleures)...

      helas pour le travail il n’est pas question de marché. les entreprises et employeurs tentent d’importer de la main d’oeuvre bon marché donc souvent illegale et se refusent a augmenter le salaire. Les bien-pensants stigmatisent le travail que les français ne voudraient plus faire... et les autres parlent de formation, faisant payer a l’etat une partie de ce qu’ils n’ont pas payés en acceptant ou demandant des exonerations de charges sociales, justement celles qui servent a la formation (l’ecole) !

      Les equilibres sociaux sont rompus, ceux qui ne bossent pas demandent aux CAF de l’aide que le mecanisme de redistribution ne peut plus payer, faute de ressources. Et ce manque de ressources, ce sont les cadeaux immoraux fait a ceux qui devraient payer : moins de cotisations sociales, moins de formation, de sante, de moyens communs (reseaux, routes, administration)...

      L’etat maintient ses aides, cela genere de la dette... cette dette, ceux qui ont ete exoneres doivent la payer !


    • BlackMatter 15 mai 2012 16:56

      Dans l’informatique, 9 annonces sur 10 ne correspondent à aucun poste réel et cela pour plusieurs raison :


      1) Lorsqu’un client recherche un ingénieur ou un technicien, ils s’adressent à plusieurs SSII. Chaque SSII va alors passer une offre d’emploi pour ce poste. Résultat, vous pouvez être contacter par beaucoup de société, passer plusieurs entretien d’embauche pour un seul et unique poste. De plus, un client sur deux ne fait finalement pas suite à sa demande.
      2) Certaines annonces ne correspondent pas à un besoin immédiat mais au cas où... Il s’agit simplement de remplir un portefeuille de CV.
      3) La parution d’offre d’emploi notamment dans la presse et les sites spécialisés est en fait du marketing à destination des clients « vous voyez, nous en va bien, on embauche... »

      La multiplication d’annonce qui ne correspond à aucun poste réelle permet aussi de prétendre que le marché est en tension. Ainsi on ouvre les vannes pour l’immigration sur certains secteurs. C’est le cas de l’informatique.

      Dans certains secteurs, comme la restauration ou le bâtiment, on s’est aussi que le travail au noir est très répandu. Ça veut dire pour le travailleur pas de garantie sociale. Sans compter que même si vous êtes déclaré, les salaires sont faibles et les heures supplémentaires rarement payer. En principe, qu’en le marché du travail d’un secteur est en tension, les salaires doivent augmenter selon la règle de l’offre et de la demande. Pourtant, les salaires ne croissent pas... Quelle est l’explication ?

    • HELIOS HELIOS 16 mai 2012 20:07

      ... je confirme ce que vous ecrivez a propos des recrutements dans les SSII.
      La mesure du vrai besoin est difficile a connaitre,
      Au dela de la quantité, il y a egalement la qualité des recrutement.s. Les SSII ont tres « mal » évolué. A partir de la fin des années 90, la vision anglosaxonne a gagné. L’ecrasement des methodes françaises de maniere dogmatique a apporté de nouvelles manieres de faire, re-inventant la poudre et tirant vers le bas la qualite des produits. L’impact sur l’emploi a ete net et sans bavure : disparition de tous les metiers lies a la conception. Il ne reste que des « developpeurs » bas de gamme utilisant des outils basiques ce qui entraine des salaires a la baisse et des profils « interchangeables ». Mais cela on le sait tous, les professionnels disparaissent au profit des « employes » incompetent et sans responsabilite.
      Les « chefs », eux s’en tirent bien, leur diminution augmente de fait leur remuneration sans exiger une meilleure qualite du travail non plus.

      Quand au reste, je ne saurais eelement dire pourquoi le recrutement est difficile dans le batiment, la restauration, mais j’ai ma petite idée, difficilement explicable comme cela sans faire un long exposé, et surtout prendre toutes les precautions d’usage pour qu’on ne se trompe pas de cible et qu’on ne prete pas le flanc a des critiques faciles.


    • jpm jpm 15 mai 2012 09:31

      Bonjour Chalot,

      votre article est une parfaite justification de la mise en place d´un revenu universel et inconditionnel en remplacement de la multitude d´aides conditionnelles. Cette allocation universelle serait distribuée individuellement à tous les citoyens, hommes ou femmes, actifs ou inactifs et surtout riches ou pauvres. Il serait cumulable avec les autres revenus d´activités ou les revenus du patrimoine en contrepartie d´une imposition systématique de tous les revenu des le premier euro.

      Quelques liens pour en savoir plus sur le revenu de base, ou revenu d´existence :

      http://owni.fr/2011/03/17/revenu-minimum-garanti/

      http://icilili.blog.free.fr/index.php?pages/En-savoir-plus-sur-le-revenu-d-existence

      http://avenirlorraine.canalblog.com/archives/2010/04/25/17690513.html

      http://avenirlorraine.canalblog.com/archives/2010/04/25/17690513.html

      Ci-dessous la plateforme francophone revenudebase.info qui vise à réunir les promoteurs du revenu de base inconditionnel (qui sera prochainement opérationnelle) vous propose des liens vers des sites d’informations relatives au revenu de base inconditionnel.
      http://revenudebase.info/


      • JeannotT 16 mai 2012 07:29

        Bonjour,

        Voilà exactement ce que je me disais au vu de l’article de Chalot. R.u. pour tous ! Cela permettrait le partage du travail qui devient de plus en plus dur à trouver dans certains secteurs.
        Mais avez-vous seulement essayé d’aborder l’idée sur votre lieu de travail ? Je suis ouvrier dans un hall de stockage, j’ai tenté l’an dernier de lancer l’idée à la machine à café, et savez vous quelle a été la réaction de touts mes collègues ? Voici : « pas question que je paye des types à rien foutre, je paye déjà assez. » Beaucoup savent bien qu’il y auraient droit aussi mais ce qui les gêne c’est qu’ils devraient payer des cotisations pour des oisifs donc dans ce cas ils préfèrent encore ne rien recevoir du tout. Et en un certain sens nous payons déjà actuellement des cotisations pour financer ceux qui ne peuvent travailler, mais cela ils n’y pensent pas...
        Tout l’art du chacun pour sa gueule qui a encore de beaux jours devant lui...


      • Le printemps arrive Le printemps arrive 16 mai 2012 08:02

        @jeannotT

        Il y a eu le même style de réactions à l’époque de la mise en place du système des retraites.
        Il faudra, pour faire passer l’idée, beaucoup de pédagogie et de patience tout en sachant que l’oligarchie ne voit aucun intérêt à véhiculer ces idées.

        allez, deux citations d’Einstein :
        "Il est plus difficile de désagréger un préjugé qu’un atome. « 
         »
        Il n’existe que deux choses infinies, l’univers et la bêtise humaine... mais pour l’univers, je n’ai pas de certitude absolue."


      • jpm jpm 16 mai 2012 08:04

        Bonjour Jeannot,

        C´est vrai que l´idée de donner un revenu à tous les citoyens sans conditions choque de prime abord… et pourtant cela existe déjà pour les enfants qui reçoivent des allocations familiales, pour les personnes handicapes qui reçoivent une pension et même dans une certaines mesures pour les retraites qui reçoivent le minimum solidarité. Cela n´a rien de choquant… alors quand on sait qu´il n´y a pas de travail pour tout le monde, pourquoi cela serait choquant de payer des gens sans obligations de rechercher un vain poste qu´ils ne pourront pas tous trouver. Au contraire, ceux qui profiteraient de ce droit nouveau et se contenterait de ce revenu garanti pour mener des projets personnels libèreraient des places pour ceux qui voudraient compléter leur revenu de base par un salaire.

        Le gros avantage justement d´un revenu universel, versé à tous, riches ou pauvres, hommes ou femmes et actifs ou inactifs, c´est que tout le monde en bénéficierait… et donc plus personne ne pourrait dire je paye pour les autres. Je suis malheureusement d’accord que l’art du chacun pour sa gueule a eu de beaux jours... mais je crois que devant les difficultés qui nous attendent, il sera nécessaire de revenir à plus de solidarité.


      • Cédric Moreau Cédric Moreau 16 mai 2012 09:06

        Bonjour jpm,


        Justement, tout le monde ne se rend pas compte qu’il n’y plus autant de « travail » pour tout le monde. Ou tout du moins, plus autant de travail qui vaille la peine qu’on s’y attarde.

        Aux yeux de ceux décrits par JeannoT, il y a même beaucoup de travail : le problème c’est que les autres ne sont que des fainéants assistés qui n’en veulent pas (on parle bien évidemment de petits boulots mal payés, peu valorisants et généralement sans aucune reconnaissance).

        Mais les personnes se permettant de telles critiques ont en général déjà un travail et un revenu à peu près garanti, et n’ont en général pas connu de période de difficulté à en trouver. Difficile de comprendre quand soit même on rentre dans un moule, pourquoi les autres ne le pourraient pas ? Evidemment, c’est parce que les autres ont un problème.

      • jpm jpm 16 mai 2012 09:51

        Bonjour Cedric,

        je crois malheureusement que les choses et la société changent et que désormais pratiquement tout le monde a un membre de sa famille ou de son entourage proche qui galère pour trouver ou conserver un boulot… et que la période du plein emploi ou de l´emploi garanti à vie est malheureusement révolue, quelque soit la bonne volonté du travailleur.

        C´est pour cela qu´il faut expliquer qu´il existe un autre modèle de redistribution de la richesse plus solidaire et que le salariat n´est plus la seule façon de gagner sa vie. Sans tomber dans l´assistanat qui bloque les gens dans la misère, il faut permettre à chacun de mener sa vie comme il l´entend, en lui garantissant un revenu minimum décent sans travailler… qu´il pourra ensuite compléter par l´activité de son choix en fonction de ses motivations et de ses qualifications. Les travailleurs ne seront donc plus directement dépendants de leurs employeurs et pourront choisir plus librement la manière dont ils voudront participer à la société.


      • SALUT KAMARADE CHALOT.....Si la gestion des CAF plutot floue...ne comporte pas des membres

        syndicalistes...des allocataires. (GESTION PARITAIRE)..IL FAUT LE DEMANDER.PLUS.... AVEC LA GAUCHE L EXIGER..


      • Liline 15 mai 2012 10:13

        Il est impossible de faire plus avec moins, sauf dans certains cas, par exemple quand on peut limiter le déplacement des bénéficiaires en mettant en ligne l’état d’avancement de leurs dossiers, ou qu’on met à disposition du public en ligne et dans les accueils des brochures détaillant de façon claires le déroulement des procédures et les listes de pièces justificatives. Pour le reste, il faut du personnel disponible et compétent pour accueillir le public et traiter leurs dossiers. Disponible signifie quelqu’un qui est capable si besoin est de prendre le temps de résoudre une situation complexe, et elles sont nombreuses dans le cas d’une demande d’allocation, de titres de séjour, de bourse, d’emploi.... Or, dans ces professions, on demande aux employés de traiter un maximum de dossiers dans un minimum de temps. Mieux vaut donc gérer les dossiers « normaux » et mettre les autres de côté. Ca évite les problèmes avec la hiérarchie et les collègues, qui pourraient leur reprocher d’en faire moins.
        Il faut aussi être compétent. Or, la détérioration des conditions de travail entraîne souvent un turn-over dans les services. Les gens chargés des dossiers sont donc continuellement des nouveaux qui manquent d’expérience et qui s’empresseront de partir pour un autre service, plus humain dès que leur ancienneté le leur permettra.
        Puis, il y a aussi les nouvelles technologies, qui devraient permettre de faciliter les démarches, mais qui en fait déshumanisent complètement les services et là, encore, ne laissent aucune place aux cas complexes, voire créent des situations complètement absurdes. Prenons l’exemple du Pôle Emploi. Depuis quelques années, la plupart des courriers sont automatiquement envoyés par un logiciel, et non par l’employé qui est censé suivre le dossier. Le chômeur se rend alors à l’Agence pour prendre rendez-vous et apprend que son rendez-vous doit impérativement être pris par téléphone (via un numéro surtaxé, ce qui est scandaleux quand on sait que le public concerné est chômeur). Au moindre retard, le chômeur est radié sans préavis et doit renvoyer un dossier complet avec toutes les pièces justificatives, qui lui aura été envoyé automatiquement par le logiciel. Belle logique de l’absurde.


        • steph08 steph08 15 mai 2012 14:29

          Chapeau au professionnalisme de l’administration française qui a subi les coupes franches du gouvernement sarko. Aujourd’hui on ne peut plus dire que la fonction publique soit privilégiée.


          Les services en ligne permettent sans doute de désengorger les accueils mais pour évaluer une situation rien ne vaut un entretien en direct. A fortiori quand il s’agit d’aides sociales comme celles versées par la CAF et pôle emploi. On ne compte plus les erreurs quant aux radiations ou autres offres d’emplois inappropriées... forcément pour une application informatique il faut entrer dans les petites cases, et ça ce n’est pas humain !

          A quand les réformes constructives et intelligentes ? 

          Que des attestations, documents vierges, déclarations de revenus etc soient informatisées de manière entièrement confidentielles et sécurisées, ok. 
          Par contre que ce soit un ordinateur qui calcule que l’on correspond à telle ou telle offre d’emploi ; que ce soit encore cette même IA qui décide que les prestations familiales sont interrompues parce que le formulaire SE1253 n’a pas été comptabilisé par le système.... là c’est du grand n’importe quoi.

          La technologie a ses avantages mais laissons à l’humain ce qui lui revient !


        • Ariane Walter Ariane Walter 15 mai 2012 10:19

          Merci Jean-François de nous informer de cette tragédie socaile. Quelle pitié ! Oui, un revneu universel devrait être la règle. Mais il faudrait changer tout le système monétaire et l’interdire à la spéculation. Qu’ils spéculent avec des tickets monopoly !


          • JL JL1 15 mai 2012 10:22

            Contre le chômage, contre la pauvreté, contre l’exclusion, il n’y a pas de solutions en régime libéral.

            Le revenu universel est une voie proposée par ceux qui sont responsables de cette situation malheureuse.

            Si croissance et libéralisme aujourd’hui sont devenus synonymes, il faut remarquer que tuer la croissance dans un pays ne tuera pas le libéralisme mais tuera l’économie de ce pays.

            Instaurer un RU comme le réclament à cors et à cris les libéraux sera destructeur pour l’économie du pays. En effet, de deux choses l’une : ou bien le RU conduit à une baisse du « coût du travail » (entre guillemets parce que cette expression est celle de l’ennemi ), et il n’y aura pas d’argent pour financer ce RU ; ou bien ça conduira à une hausse du coût du travail, et ça tuera notre économie. Dans un cas comme dans l’autre, c’est la faillite à court terme assurée.

            Comme les êtres vivants ont besoin d’oxygène, le libéralisme a besoin pour subsister de la croissance des profits. C’est pourquoi l’austérité est devenue la condition sine qua non de la survie du libéralisme, ou plutôt, de la survie des monstres financiers qui nous écrasent.

            Le libéralisme ne peut plus aujourd’hui, que faire croître les inégalités. Attendons de voir ce que fera le PS et comment réagira la bête, je veux dire, les marchés qui sont au libéralisme ce qu’étaient les têtes de l’Hydre.


            • Cigogne67 15 mai 2012 10:35

              Attendons de voir ce que fera le PS

              il n’y a rien à attendre, le PS gère ce système en Europe depuis...avec « l’opposition » et leurs satellites. Voir un mélenchon appeler à voter hollande est significatif

               


            • foufouille foufouille 15 mai 2012 12:37

              donc les allocs ont baisse le cout du travail


            • Bulgroz 15 mai 2012 10:30

              Première piste :En supprimant les décharges syndicales qui sont un véritable fléau et les gugusses avec anneaux dans les oreilles, cheveux filasse et espadrilles, on devrait pouvoir passer les pics de suractivités que les agents des Caf ont minutieusement crées à force de RTT et de congés maladie cumulés.

              Deuxième piste : renvoyer les clandestins qui encombrent les services dans leur pays d’origine.

              L’un dans l’autre, on devrait passablement réduire les impôts des honnêtes citoyens et réduire la dette qui nous pèse tant.

              Car, Monsieur Chalot, vous l’ignorez peut être, mais notre pays est surendetté.

              Endetté, comprenez vous vous le mot ?


              • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 15 mai 2012 10:40

                La solution selon Bulgroz : supprimer les aides sociales pour permettre d’alléger les impôts de ceux qui réussissent à vivre bien ! C’est la solidarité telle que la conçoivent les amis d’Angela Merkel !


              • foufouille foufouille 15 mai 2012 12:38

                pour boulegrosse faut ouvrir des camps de travail


              • Yvance77 15 mai 2012 12:41

                Salut,

                Bon vu qu’il y en a qui sont trop pour s’informer (suivez mon regard un peu plus haut) on va faire un dernier effort pour l’affranchir au travers d’un simple petit graphe :

                http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Dette_publique_France_1978-2010.png

                Et au amusement qu’est ce que l’on découvre.

                Que les phases d’endettement les plus fortes concernent surtout la droite française avec des maestros tels que : Juppé, Balladur et Sarkozy. Ce trio est hors concours et forme le podium des vainqueurs.

                Comble de l’ironie celle-ci baisse durant les années Jospin... sûrement par bêtise pure.

                Je passe sous silence la pente vertigineuse, digne de l’ascension du K2, depuis l’année 2005... on va dire encore que je n’aime pas Pipole 1er (ce qui est vrai mais chuuuuut)

                Alors avant de raconter des conneries il faut voir ce que ette putain de droite libérale a fait comme horreur. Elle a plongé dans la misère des millions de personnes. Et il y a encore des tarés pour voter pour ces salauds !!!! Je rêve bordel !!!


              • Yvance77 15 mai 2012 12:43

                *** Bon vu qu’il y en a qui sont trop cons pour s’informer (oubli facheux)


              • Razzara Razzara 15 mai 2012 13:38

                Mais non Bulgroz, il faut aller jusqu’au bout de votre conception des choses ! Pourquoi faire dans la demi-mesure toujours trop couteuse ? Allez : une balle dans la nuque, facturée à la famille (la balle et le temps de ’main d’oeuvre’ bien sûr), et avec le cadavre on valorise (collagène, corned-beef, que sais-je).

                C’est mieux comme ça non ? Et puis ça calmera les ardeurs des récalcitrants à l’ordre Bulgrozien, zieg heil !

                Putain, j’y crois pas qu’il puisse y avoir des crétins de cette envergure ...

                Razzara


              • Le printemps arrive Le printemps arrive 16 mai 2012 08:07

                spéciale pour Bulgroz
                "La folie est de toujours se comporter de la même manière et de s’attendre à un résultat différent."
                encore Einstein !


              • PATRICE T PATRICE T 16 mai 2012 08:10

                Je n’ai qu’un seul mot qui me vient à l’esprit à la lecture du « torchon » de Bulgroz

                ECOEUREMENT

                le plus « inquiétant » dans tout cela, c’est qu’il est loin d’être le seul à partager ce point de vue


              • Loatse Loatse 15 mai 2012 11:35

                Bonjour,

                Apparemment, les mesures telles que le rsa, socle ou chapeau, ont occasionnées un surplus de travail au niveau de calcul des droits notamment par le biais des réactualisations...

                c’était déjà à mon avis une forme de revenu universel puisqu’elle assure un complément à toute personne qui n’arrive pas à avoir le nombre d’heures suffisantes dans son emploi, par manque de contrats en CDI et par la généralisation des missions interim....(aujourd’hui on ne cherche plus un « emploi » mais à « faire des heures »...)

                Il semble donc que si ces mesures ont été chiffrées, le besoin de personnel nécessaire à leur mise en place et surtout au suivi qu’elles nécessitent, n’a pas été pris en compte..

                Lorsque l’effet de saturation est obtenu, les caf ferment leur accueil au public, cela va d’une journée à trois jours, pour tenter de rattraper les dossier en retard.. quand aux usagers, beaucoup,, découragés par les courriers demandant des pièces complémentaires, 2 mois après la demande de prestation, y renoncent...

                 c’est en quelque sorte sysyphe qui pousse son rocher... enfin j’imagine que c’est ce que doivent ressentir les employés sous pression de ces administrations poussées au rendement sans qu’une issue (embauche de personnel supplémentaire suffisant) ne se profile à l’horizon...

                http://www.actuchomage.org/2012030219642/Social-economie-et-politique/caf-secu-et-pole-emploi-au-bord-de-lexplosion.html

                @Bulgroz

                On ne peut pas maintenir artificiellement un taux de chômage suffisant pour maintenir les salaires à leur minimum et satisfaire le medef et, à la fois, se plaindre des répercutions que cela engendre... c’est pourtant là le résultat d’une politique ultra libérale que vous approuvez....

                Bonjour la contradiction !




                • jpm jpm 15 mai 2012 13:00

                  Bonjour Loatse,

                  certaines allocations de la CAF peuvent représenter une forme de revenu universel mais certainement pas inconditionnel... sinon les gens n´auraient pas besoin de faire autant de démarches pour justifier leur situation... et les bureaux des CAF seraient beaucoup moins encombrés de dossiers en souffrance.

                  Un revenu d´existence inconditionnel et cumulable avec tous les autres revenus, récupéré en grand partie pour ceux qui gagnent bien leur vie via une imposition systématique de tous les revenus est le moyen le plus simple d´éviter tout ce temps perdus en démarches administratives improductives et de s´assurer que personne n´est oublié sur le bord du chemin… parce qu´il lui manque un papier… ou qu´il a raté une convocation.


                • Loatse Loatse 15 mai 2012 14:17

                  Bonjour jpm

                  comme le dit si justement Ariane, le ru nécessiterait de repenser le système monaitaire qui est le nôtre...

                  en l’état actuel des choses, cela me parait périlleux, une telle mesure...

                  toutefois, si l’on se base sur le système zeitgeist, qui est le summum en la matière de répartion des richesses.., nos progrès en matière de technologie pourraient nous ouvrir un avenir dans lequel l’argent ne sera plus nécessaire à l’obtention des biens de consommation courants, tels que voiture, logements, nourritures, énergie., habillement....

                  peut être le RU est il le premier pas vers une société plus juste...une fois que le problème de cette fichue dette sera réglée... (si l’on ne recommence pas les mêmes erreurs, l’histoire ayant tendance à se répéter...)


                • jpm jpm 15 mai 2012 15:17

                  Il n´est pas indispensable (même si cela peut être souhaitable pour remédier aux problèmes des dettes publiques) de repenser le système monétaire pour mettre en place un Revenu Universel et inconditionnel digne de ce nom. Il suffit de remettre à plat nos mécanismes actuels de redistribution et d´instaurer en contrepartie une nouvelle fiscalité (sorte de super CSG) sur tous les revenus des le premier euro gagné. Les petits salaires seront évidemment gagnants car ils payeront moins d´impôts que ce qu´ils auront reçu et les plus aises rendront (parfois au centuple) sous forme d´impôts ce qu´ils auront touché du RU (alors qu´ils n´en ont évidemment pas vraiment besoin).

                  Par curiosité, je suis allé voir la page de présentation du mouvement zeitgeist, mais je trouve cela un peu fumeux et beaucoup trop général comme approche. On croirait lire du Ron Hubbard smiley
                  http://presentation.mouvement-zeitgeist.fr/

                  Personnellement avant de refaire le monde, je préfère qu´on réfléchisse à l´optimisation et à l´amélioration des processus de redistribution, ce qui permettrait à chacun de vivre librement et dignement… sans devoir faire la queue pendant des jours pour obtenir une malheureuse allocation sociale, ni dépendre d´une quelconque administration débordée.


                • CHALOT CHALOT 15 mai 2012 12:16

                  Calmos !
                  On est encore à l’ancien régime et si demain le nouveau gouvernement ne change pas la donne, je m’exprimerai en toute indépendance


                  • eric 15 mai 2012 12:19

                    Beaucoup de vrai, sauf la conclusion.... Les caisses sont largement victimes du défaussement des Département et de l’État, chacun à peu prêt à 50%, qui, dans l’ensemble ne rémunère pas le service rendu contrairement à ce qui était prévu.
                    D’autre part, les grandes différence de situation d’un caisse à l’autre, prouve que les modalités de gestion interne constituent également un déterminant important.
                     Il est difficile de présenter des lourdeurs bureaucratiques et politiques comme le résultat d’un système libéral....
                    http://www.ccomptes.fr/fr/CC/documents/RELFSS/Rapport_securite_sociale_2011 _prestations_branche_famille_pour_compte_Etat_et_departements_14.pdf


                    • fredleborgne fredleborgne 15 mai 2012 12:26

                      Merci pour cet article qui ne sombre pas dans le « cassage de fonctionnaire », et qui est un appel à tous pour comprendre la misère d’un trop grand nombre de nos compatriotes.


                      • foufouille foufouille 15 mai 2012 12:42

                        les agents de la caf obeissent trop bien aux ordres
                        on peut, par exemple pour une demande d’allocation logement, recevoir trois dossier a remplir car on a oser en envoyer un qui etait telecharge
                        le but etant de retenir le dernier comme date de la demande


                        • spartacus spartacus 15 mai 2012 13:16

                          L’auteur ne précise pas les horaires d’ouverture.

                          La consultation sur Internet indique que aucune CAF n’est ouverte totalement du lundi au vendredi.
                          On peut constater une majorité des bureaux ne sont ouverts que une seule journée par semaine. Tous ferment à 16h. Donc l’entrée est close à 15h30.
                          Compte tenu du temps ouvert au public, la queue est obligatoire. Plus de personnel ne changerai rien.
                          Comme de nombreux services publics, l’engorgement par inorganisation est la mise.

                          Comme tous les auteurs de gauche c’est toujours une question de moyens et d’effectifs, mais personne aucunement il n’envisage une inadéquation organisationnelle. Un temps d’ouverture supérieur, une simplification des démarche par bureau spécialisé sur thématique ou autre...



                          • Le printemps arrive Le printemps arrive 16 mai 2012 08:32

                            La droite a été suffisament au pouvoir et n’a rien amélioré ! et il est évident que l’inadéquation organisationnelle a été savament entretenue et ce n’est pas la baisse des effectifs qui l’aurait rendu possible.

                            Pendant qu’on parle de ces problèmes, on n’avance pas sur les vraies solutions.

                            La campagne présidentielle en a été un exemple évident (Dsk, Hallal, Merah etc...), il n’y a pas eu de débat sur la crise systèmique, origine véritable de la dette, l’oligarchie financière, l’écologie etc...
                            Les titres des journaux et les discussions s’orientaient toujours sur de petites phrases sorties de leur contexte afin de faire du bruit, il ne fallait surtout pas allez au fond des choses et des programmes.

                            PS : cela ne veut pas dire que ceux qui se présentent de gauche (le PS, EELV) feront mieux puisqu’eux-mêmes n’ont absolument pas voulu débattre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès