Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Stagiaires et médias

Stagiaires et médias

Depuis quelques semaines les stagiaires ont réussi à attirer l’attention sur leurs conditions pas toujours faciles : travail lourd, indemnités symboliques... A l’origine de cela, une simple manifestation ayant réuni une centaine de stagiaires (le 1er novembre, la date la plus éloignée de la Fête du travail dans le calendrier) - comme quoi la « création d’événement » marche toujours pour attirer l’attention des médias.

dipl_m_s

Consécration hier soir, avec un reportage de Capital sur M6 (qui par ailleurs met à profit la méthode de l’inflitration discutée ici il y a peu, avec une caméra cachée suivant un stagiaire dans une mission de... trois jours, de l’entretien à sa démission).

Grand moment de non-journalisme : je ne saurais pas vous restituer les citations exactes, mais la conclusion en est, grosso modo : "Notre candidat démissionne au bout de trois jours, étant donné qu’il n’est payé que 300 euros par mois, et que ses conditions de travail, au sous-sol de l’entreprise, sont très dures".

Chacun se fera son avis sur la démission d’Arnaud (pour moi : quitte à démissionner, autant le faire vite). Mais le reportage n’a fait qu’effleurer le problème de l’industrialisation des stages. Pendant l’entretien, l’employeur d’Arnaud déclare : "Notre business model, ce sont les stagiaires". Bien dommage de ne pas avoir approfondi ce point, car le coeur du problème est là.

Il y a par ailleurs beaucoup d’évidences dans ce qui est actuellement dénoncé à ce sujet. Les conventions fictives en sont une. Il est bon d’en parler, mais peut-il y avoir débat là-dessus ? Quel citoyen pourrait les défendre ?

Pour ma part, il ne me choque pas qu’un stagiaire puisse, pendant 6 mois, détenir de vraies responsabilités dans une entreprise (les mêmes qu’un salarié) sans pour autant être payé comme un salarié. C’est une situation "donnant-donnant" : l’entreprise fait des économies, le stagiaire se forge une expérience qu’il pourra vendre.

Et il ne faut pas nier le besoin de souplesse qu’ont les entreprises. Difficile d’embaucher un étudiant sans référence professionnelle et sans expérience... De ce point de vue, le stage est une passerelle, ou plutôt un tremplin vers l’emploi salarié.

C’est sa vocation, et c’est cela qu’il faut garder à l’esprit. Les stages, oui, à condition qu’il y ait des perspectives après. Étudiant, on m’avait proposé un stage dans une entreprise de 8 personnes : 3 salariés et 5 stagiaires permanents. D’un point de vue individuel, cela aurait pu être intéressant, mais du point de vue de la collectivité, il y avait là quelque chose de choquant.

Pour autant, et aussi nombreux soient-ils, ces exemples ne justifient pas de condamner le principe des stages ni de refuser d’en faire. Condamnons l’industrialisation des stages, pas les stages. Et si limiter la part de l’effectif en stage dans les entreprises était une solution ?


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Fabien Verfaillie (---.---.240.65) 28 novembre 2005 17:19

    Seul le statut des stagiaires en entreprise semble être abordé.

    Et les stagiaires en milieu associatif ?

    Stagiaires, tous le même combat ?

    Je souhaiterai (étant « employeur » de stagiaires dans ce cadre là) qu’il n’y ai pas d’amalgame...

    Le milieu associatif raisonne souvent sur la base du bénévolat ; un stagiaire est donc une façon d’enmener, de péréniser une démarche.

    La création d’emploi n’est pas menacée par les stagiaires (contrairement aux entreprises).

    La richesse créée est humaine et intellectuelle. Ca n’a pas de prix.


    • icetray 28 novembre 2005 17:58

      La situation des stagiaires dans les laboratoires de recherches ne sont guere plus plaisant. Cela semble etre un crime de vouloir etre paye, si on n`est pas dans une ecole ou qu`on est pas a 1 ou 2 annees de la these.

      Il y a aussi un manque de reconnaissance de la part des professeurs qui utiliseront le travail des stagiaires (suffisement chanceux pour se permettre de ne pas utiliser leur vacances afin de financer leur etudes) pour leurs articles sans meme les mentionner.

      En comparaison, le modele americain des facultes ont un systeme bien plus performant, dans lequel n`importe quelle etudiant peut faire un stage en echange de credits pour son diplome, ou meme pour un salaire. Et bien sur, son nom sera inclus dans l`article. Pour ceux qui se souviennent de leurs cours de genetique de lycee, sur les drosophiles, l`etudiant de Morgan (Alfred H. Sturtevant) qui a definit le distance genetique (en cM) n`etait qu`en licence !


      • Adam Kesher (---.---.93.247) 28 novembre 2005 20:47

        Effectivement je n’ai pas envisagé le cas des stagiaires hors entreprise. Merci de vos commentaires.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès