Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Tahar ben Jelloun ou comment un « intellectuel » maghrébin fausse le (...)

Tahar ben Jelloun ou comment un « intellectuel » maghrébin fausse le discours sur l’immigration

Chaque semaine apporte son lot de faits divers tragiques concernant la dérive des banlieues, bus incendiés, phénomènes d’émeutes, personnes agressées voire lynchées, ces actes extrêmement graves amènent de nombreux commentaires d’observateurs ou chroniqueurs divers, à ce titre l’opinion « d’intellectuels » partageant la même origine que les auteurs incriminés dans ce type de violences revêt une particulière importance en raison de leurs poids moral, on est donc en droit, vu la gravité de la situation, d’attendre de ceux-ci une prise de position honnête et courageuse qui permettra de jeter les bases d’une réflexion saine, prélude à une guérison progressive de ces conflits sociaux, en tout cas c’est ce que l’on souhaite très fortement or qu’observe-t-on ?
 
 
Suite à l’incendie du bus au Tremblay (31 mars) un article est paru dans le Monde en date du 10 avril dernier signé de Tahar ben Jelloun, sans doute convient il de rappeler en premier lieu qui est ce monsieur ben Jelloun ?
Ecrivain de langue française d’origine marocaine, celui-ci n’est rien moins que Grand Officier de la Légion d’honneur, membre de l’Académie Goncourt, il a été traduit en 43 langues, autant dire que c’est plus qu’une simple plume mais vraiment la référence française littéraire de culture maghrébine !
Il a une bonne tête le Tahar avec ses yeux doux et sa barbe grise, on dirait un vieux patriarche, il est du genre de ceux qu’on aimerait rencontrer à l’occasion d’une promenade au détour d’un chemin, on se dit que ce ne serait pas désagréable de faire un brin de causette avec, voire lier contact ; sensible et intelligent, il est évident qu’il a beaucoup à dire et à nous apprendre si nous savons écouter aussi sommes-nous d’emblée ouverts à l’opinion d’un tel individu et sans forcément prêt à l’accepter, tout au moins disposés a priori positivement, c’est surtout pour cette raison davantage que pour ses titres que je me suis penché avec sérieux sur son « analyse » de la dérive des cités dans son article paru dans le journal le Monde, il s’exprime donc dans un des premiers journaux français par un long texte au style littéraire auquel je vous invite à vous reporter, l’article est en ligne ici  :
 
A vrai dire j’attendais d’abord quelque chose qui puisse me surprendre, m’indiquer une opinion ou un avis auquel je n’aurais pas encore pensé, j’attendais enfin et surtout un exposé honnête, fait avec conscience et sans complaisance, qui soit comme une découpe au scalpel du problème permettant d’entrevoir les entrailles du phénomène, ses côtés peu reluisants enfin aperçus dans une lumière crue .. je lisais ligne après ligne et j’espérais toujours .. or c’est peu de dire que j’ai été déçu, j’ai même été choqué, non seulement la prose de ce Mr ben Jelloun est lassante de conformisme et de platitude de la pensée, mais elle en est presque consternante de lâcheté et d’égoïsme, pour faire court on observe purement et simplement :
- une absolue victimisation de principe des communautés immigrées
- la culture de l’excuse généralisée face à la délinquance
- une accusation larvée de la société d’accueil
- de lourdes menaces à peine voilées
 
Pour ne pas lasser le lecteur, il n’est pas question de se livrer à une exégèse du texte phrase par phrase, quelques morceaux choisis suffiront amplement à illustrer mon résumé de base quoiqu’on serait presque tenté de le citer in extenso car on peut dire « qu’il a fait fort pour le coup » ! Morceaux choisis donc :
 
« La douleur de la banlieue ne peut être discrète. Elle déborde, éclabousse et perturbe. »
Les habitants des banlieues tous victimes ? Et donc leurs exactions légitimées a priori car étant le résultat d’une inextinguible souffrance, même si vous souffrez, sachez que eux, ils souffriront toujours plus que vous !
 
« Ils vivent ou survivent en assistant au naufrage de leur destin … D’autres regardent la vie se dérouler avec l’espoir qu’elle soit clémente avec eux. »
Difficile de faire plus larmoyant, on sent le poète ..
 
« Quand on leur apprend … les parents, … sont impuissants, sans voix, sans recours. »
Déresponsabilisation complète ! Les parents, responsables de l’éducation de leurs enfants autant que je sache, sont ici purement et simplement exemptés de toute critique, ils n’auraient donc aucune capacité d’agir, bizarre cela ? Non ils ne peuvent que subir un sort injuste !
 
« L’automne chaud de 2005 a été une alerte .. un appel au secours d’une génération de Français que la France traitait comme des bâtards, des enfants nés hors mariage. »
Intéressante sémantique, menaces à peine voilées du fait que 2005 n’est qu’une première étape (le pire reste à venir) et la victimisation revient derechef comme un leitmotiv avec en sus la société d’accueil mise en accusation, « sales » Français qui traitent les immigrés comme des bâtards ! Or que n’a-t-on pas fait pour eux depuis des décennies avec tous les plans banlieues et les milliards de dépenses d’assurances sociales ? Qu’importe puisque les rôles sont fixes une fois pour toutes, l’immigré sera toujours la victime donc qui peut être le coupable ?
 
Un peu plus loin Tahar produit cette perle que je vous invite à considérer avec attention :
« N’importe quelle population installée dans ces immeubles produirait de la délinquance et de la violence » !!!
Là c’est le pompon comme on dit, celle-là il faut l’encadrer car elle résume à elle seule le credo de cet illustre écrivain concernant la banlieue, en vérité de tels propos sont à la fois :
- mensongers
- injurieux
- criminels
De tels propos sont mensongers car dans les années 60 et 70, ces cités étaient encore peuplées en majorité d’autochtones, tous ceux qui y ont grandi peuvent témoigner que l’atmosphère d’alors était paisible même si les habitants y étaient pauvres, aussi si l’on observe de nos jours toutes ces immenses cités dortoirs des pays de l’Est, Pologne, Russie, c’est la Courneuve x 10, des ensembles effrayants par leur dimension et pourtant absolument paisibles, pas d’incendie de voiture, très peu de déprédations, c’est calme, très calme en fait !
De tels propos sont injurieux car il n’y a pas de lien entre pauvreté et délinquance, et c’est très facile à démontrer et dans le temps et dans l’espace, de tous temps la majeure partie de l’humanité a mené une existence misérable, les faubourgs au XIX siècle était ce meilleur que ces cités ? Enfin même de nos jours la majorité des habitants des banlieues ne sont heureusement pas délinquants, en laissant entendre qu’un relatif dénuement mène inévitablement à la délinquance, ben Jelloun injurie gravement tous les gens modestes qui sont et demeurent résolument honnêtes quelles que soient les difficultés qu’ils ont à aborder et qu’ils affrontent généralement avec courage !
De tels propos sont criminels car ils exonèrent d’office les délinquants des cités de toute responsabilité morale face à leurs exactions, crimes ou délits, le message est le suivant « quoique vous fassiez vous avez plus que de simples excuses car vous êtes en premier lieu victimes de votre environnement, si vous contrevenez à l’ordre public, ce n’est pas vraiment de votre faute » ! Il faut bien mesurer l’extrême dangerosité d’une telle assertion qui vise sur un plan moral à déresponsabiliser a priori et dans tous les cas les habitants des zones dites sensibles de tous les actes délictueux dont ils pourraient se rendre coupables, ben Jelloun évoque un déterminisme absolu, une sorte de malédiction qui frapperait les populations de ces zones, les condamnant à la marginalisation et au rejet de l’ordre public, il n’y a pour eux aucune autre destinée possible, ils n’ont pas choisi d’être criminels car c’est le cadre de vie qui les y a poussés d’emblée et ne peuvent donc être considérés comme vraiment coupables, au contraire il convient de les absoudre d’office, que voilà une magnifique leçon morale !
 
« C’est un corps malade et personne .. personne ne veut écouter les messages d’alerte. »
Là vraiment faut se tenir pour rester zen face à Ben, rien que de penser à tous les milliards de dépenses des plans banlieues, du fric déversé aux associations, c’est sur qu’on n’a jamais rien fait pour eux, glissons ..
 
« « D’autres émeutes sont à venir .. Jusqu’à présent, les jeunes en colère se sont défoulés sur des biens matériels, ils n’ont tué personne. »
Toujours la même rhétorique invariable d’accusation de la société française dans son ensemble à laquelle s’ajoutent des menaces très nettes d’aggravation (merci mais on s’en doutait) et en prime un bon mensonge final : tué personne ? trop mignons ces petits djeunes, or c’est faux chaque année plusieurs morts et des tas de blessés graves, mensonge !
 
Enfin pour conclure :
« Or la banlieue a besoin d’une politique de sauvetage .. Sinon, on sait ce qui se passera. »
C’est un double contre sens, cette politique de sauvetage est à l’œuvre depuis des décennies sans le moindre résultat car on a pris pour habitude d’inverser le problème en présentant comme victimes les auteurs de ces dérives, dialectique reprise en boucle par toute la bien pensance et dans laquelle le membre éminent de l’académie Goncourt se complait, aucun risque dans ces conditions de porter un diagnostic compétent et un remède adéquat qui serait l’abrogation radicale de cette culture de l’excuse à la vue manifeste de tous ses effets pervers mais comme il n’y a pires sourds que ceux qui ne veulent entendre, il n’y a aussi pires aveugles que ceux qui ne veulent voir, donc on continue joyeusement, point barre.
Ensuite on sait déjà ce qui se passe(ra), hic et nunc, pas besoin d’attendre demain on le voit maintenant, il se passe que la banlieue en de nombreux endroits est devenue une zone de non-droit, sortie du cadre républicain et où l’Etat n’est plus respecté, fermez le ban !
 
 
Quand l’élite d’une communauté ne manifeste aucun esprit critique envers les exactions de ses congénères mais se contente de les caresser dans le sens du poil en adoptant complaisamment le discours de l’excuse qui lui est tendu de l’extérieur, d’abord celle ci fait preuve d’un laxisme outrageant et trahit sa vocation à être une élite mais surtout une telle attitude ne laisse quasiment aucun espoir quant à une évolution positive de la communauté dont elle est censée être le porte-parole … l’amère constatation de cet état de fait (absence de prise de position honnête de la part des élites de ces communautés) laisse place aux scénarios les plus pessimistes, entre un lent pourrissement généralisé et des conflagrations de plus en plus violentes, puisque même les représentants dits modérés de ces communautés cautionnent au moins tacitement la révolte et l’affrontement généralisé de celles-ci contre la société française, à moins d’un miracle je ne vois pas ce qui pourrait empêcher une catastrophe finale ?
 
Hiéronymus, avril 2010
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.92/5   (63 votes)




Réagissez à l'article

125 réactions à cet article    


  • morice morice 23 avril 2010 10:11

     sans doute convient il de rappeler en premier lieu qui est ce monsieur ben Jelloun ?


    quand on commence comme ça, c’est souvent du racisme après :vous ne faites pas exception à la règle...

    Il a une bonne tête le Tahar avec ses yeux doux et sa barbe grise, on dirait un vieux patriarche, il est du genre de ceux qu’on aimerait rencontrer à l’occasion d’une promenade au détour d’un chemin, on se dit que ce ne serait pas désagréable de faire un brin de causette avec, voire lier contact ;

    délit de faciès à rebours : encore deux lignes et il a une tête de pédophile.

    votre article pue, il n’y a pas d’autre mot...

    « De tels propos sont mensongers car dans les années 60 et 70, ces cités étaient encore peuplées en majorité d’autochtones »

    même en 40 on ne parlait pas ainsi ...

    c’est la Courneuve x 10, des ensembles effrayants par leur dimension et pourtant absolument paisibles, pas d’incendie de voiture, très peu de déprédations, c’est calme, très calme en fait !

    pas de chômage à l’époque, inepte historien ! plein emploi= calme social !!! 

    De tels propos sont injurieux car il n’y a pas de lien entre pauvreté et délinquance, et c’est très facile à démontrer et dans le temps et dans l’espace, de tous temps la majeure partie de l’humanité a mené une existence misérable, les faubourgs au XIX siècle était ce meilleur que ces cités ? 

    « classes laborieuses, classes dangeureuses » : vous devriz étudier Thiers.. et Marx, et savoir pourquoi les faubourgs d’Haussman sont si larges : c’est pour y tirer au canon !

    De tels propos sont criminels car ils exonèrent d’office les délinquants des cités de toute responsabilité morale face à leurs exactions, crimes ou délits,

    en rien du tout : il décrit l’origine pour y remédier : pour vous c’est un furoncle, apparu par hasard : or je vous rappelle que depuis PASTEUR il n’y a PAS de génération spontanée : votre discours est bien celui d’un REACTIONNAIRE, vivant AVANT PASTEUR. Fourbissez vos canons contre la classe ouvrière, devenue banlieusarde dans vos yeux de passéiste raciste.

    • COVADONGA722 COVADONGA722 23 avril 2010 11:16

      « contre la classe ouvriere »

      je vais essayer de vous le dire courtoisement , vous vous trompez il ne s’agit pas de classe ouvriere , il s’agit « d’une frange de la population qui as fait sciemment le choix de vivre en dehors des loi republicaines .Cette frange de population consomme grace aux prébendes
      versés par un état qu elle conchie . Mais regardez le look de ces »terreurs« tous les signes
      consumeristes ostentatoires sont présent.Non la classe ouvriére ce qu’il en reste toutes origines confondues elle est la premiere victimes de ces bandes de ces territoires hors la loi , la classe ouvriere ce sont ses voitures » pour bosser" ses bus ses ecoles et ses services que dans des rezzou organisée ces racailles pillent et brulent.La classe ouvriere ou ce qu il en reste , Morice elle vis comme moi en Zus et elle reve de voir la colonne blindée republicaine qui viendras avec ferocité ramener l’ordre et loi et par la meme la securité dans ces nomansland ou les éduqués français allié objectif du pouvoir nous contraignent
      de partager le territoire.


    • jymb 23 avril 2010 13:28

      Je confirme pleinement l’opinion de l’auteur, ayant habité, enfant, à Clichy sous Bois (93 pour ceux qui l’ignoreraient)
      Je garde le souvenirs des promenades dans le bois, de la pizzeria-bowling, du sapin de noël dans le Prisunic du Chêne Pointu. C’était pourtant en plein dans le premier choc pétrolier donc la crise. Nous n’avions ni Nike, ni MP3, ni console, ni scooter, ni portable ni, ni, ni etc et notre jeu favori était de glisser dans l’herbe sur un carton mis à plat ( aucun misérabilisme dans ces souvenirs : c’était carrément drôle) Jamais je n’aurais imaginé toucher les voitures garées devant l’immeuble ou simplement une boîte à lettre. Mon père travaillait à Paris et devait récupérer un train de banlieu au Raincy donc bus +train+métro matin et soir, c’était avant le RER. Nos voisins étaient immigrés, portugais, espagnols ou italiens.
      Les immeubles sont aujourdhui au même endroit, Clichy sous Bois aussi. N’accusons pas les lieux mais l’usage ou le mésusage qui en est fait.


    • Hieronymus Hieronymus 23 avril 2010 14:16

      bonjour a tous
      merci Convadonga de votre explication courtoise, je ne sais pas si j’aurais la meme patience
      le post de Momo, en sus de son aspect passablement comique car assurement caricatural d’une certaine facon de penser, a le merite de nous faire toucher du doigt toute cette semantique d’extreme gauche qui attribue invariablement la responsabilite des actes de delinquance a des causes sociologiques, le delinquant (minoritaire) est une victime, la societe (majoritaire) est coupable, partant de cet axiome comment assurer l’ordre public ?


    • morice morice 23 avril 2010 18:22

      je vais essayer de vous le dire courtoisement , vous vous trompez il ne s’agit pas de classe ouvriere , il s’agit " d’une frange de la population qui as fait sciemment le choix de vivre en dehors des loi republicaines .Cette frange de population consomme grace aux prébendes
      versés par un état qu elle conchie .


      vous confondez avec les terreurs des réseaux de drogue. Les revendeurs sont obligatoirement hors la loi : dans ces quartiers il y a aussi des gens qui travaillent : or vous faites l’amalgame, là , comme le fait LePen..

    • COVADONGA722 COVADONGA722 23 avril 2010 20:45

      « quelques terreurs »
      Encore une fois non, des familles entieers vivent de cette maniere croyez vous que les parents ignorent que le billet de 50e ou 100 dans la poche d’un ado de 13ans payent les heures de « chouf »au entrées de la cité.
      Vous dites ils y a des gens qui y vivent et travaillent
      oui et je repete quelques soit leurs origines ils sont les premieres victimes , et vous seriez étonné de decouvrir quels sont parmis eux les tenant d’une justice ’expeditive"


    • heliogabale boug14 23 avril 2010 21:42

      tout à fait raison Morice : ces terreurs qui représentent une minorité (certes pas négligeables) peuvent être assimilés au sous-prolétariat (= la racaille) et on oublie toutes ces personnes qui vont aller travailler honnêtement. Par ailleurs, les gouvernements ont besoin de ce sous-prolétariat pour pouvoir éviter les dossiers qui fâchent : c’est pour ça qu’en 2005, ils ont vraiment pris peur...pourquoi personne ne dit que pendant ces émeutes les dealers de drogue ne se montraient plus et qu’ils ont accueilli avec soulagement la fin des émeutes ? Pourquoi certains (dont Sarkozy) ont voulu faire croire à des émeutes islamiques alors que ce n’était pas le cas...durant cet automne on a raté une occasion historique de se débarrasser de ce sous-prolétariat qui polluent les banlieues. La ghettoïsation de ces quartiers profite à bon nombre de politiques et au système plus généralement au détriment des 85-90 % qui seront honnêtes ou du moins pas moins que le « français » lambda.


    • frédéric lyon 23 avril 2010 10:17

      La conclusion est qu’il n’y a pas de musulmans « modérés ». 




      • morice morice 23 avril 2010 18:24

        La conclusion est qu’il n’y a pas de musulmans « modérés ». 

         le problème c’est qu’Obama va s’en sortir en Afghanistan grâce à eux : faire du monde musulman un monde belliqueux est une erreur de... raciste.

      • armand armand 23 avril 2010 11:02

        Hieronymus,

        Article salutaire -j’ai beaucoup d’admiration pour Ben Jelloun en tant qu’écrivain et chroniquueur de sa ville d’origine, le fascinant Tanger, mais là il dérape « grave ». En somme, quand on est des « victimes » on a tous les droits, et d’abord celui de f.... le bordel sans mesure.
        Et voilà que notre momo nous sert sa ritournelle de la gôooooooche profonde : tous ça ça a des causes sociales, les racailles actuelles sont les « classes dangereuses » d’avant, et tutti quanti...
        Rappeler « qui est Tahar Ben J. » n’a rien de raciste... à moins de considérer que l’intelligentsia bobo, dûment légion-d’honneurisée, constitue une race.

        La réalité est évidemment plus mesurée : il est un fait que si tout le monde travaillait huit heures par jour, on n’aurait pas le temps de déconner à quatre heures du mat’. Mais tout le monde ne réagit pas de la même façon devant un marché du travail bouché, la précarité, et, surtout, l’attrait des rutilants hochets, parfaitement inutiles, que la société de consommation agite devant nous, et que les grands garçons frimeurs, bourrés d’hormones, réclament comme des dus.
        Car momo, vous oubliez une chose fondamentale (et Tahar idem) , ces « émeutes », cette insécurité, n’ont rien d’une protestation sociale, ni d’une tentative de prendre de force le nécessaire vital qu’on vous dénie. D’abord c’est un phénomène purement masculin (les filles triment dur, ont des diplômes, deviennent avocates, gardes-des Sceaux...), et c’est un phénomène CULTUREL, massivement nourrié par des modes de comportements valorisés dans la sous-culture de m...de, importée des ghettos U.S., le lascar bling-bling, trainant en bande, à qui sa mère a enseigné qu’il est un petit prince à qui on doit tout passer.
        Or ce sont des « valeurs » en totale inédéquation avec ce que la société demande pour s’insérer, notamment dans le travail.
        J’ai pour ma part un intéressant laboratoire autour de moi, dans mon quartier, et je constate que de nombreux garçons, de familles nullement dysfonctionnelles, choisissent l’illicite de préférence au licite. Pour eux, c’est une évidence, que seuls les bouffons ne voient pas. Et ce ne sont, en général, ni les « gaulois », ni les feujs, ni les asiatiques...

        Tant que des intellectuels comme le bon Tahar et des archéo-gauchistes genreMomo leur trouveront toutes les excuses, ils auraient tort de se gêner...


        • Hieronymus Hieronymus 23 avril 2010 14:37

          merci Armand de votre tres explicite commentaire
          J’avoue avoir eu une poussee d’adrenaline a la lecture de l’article de ben Jelloun
          sans nier son talent d’ecrivain, il faut dire qu’il doit a la France sa carriere, son train de vie et les honneurs dont il dispose desormais et qu’il la remercie fort mal (c’est le moins qu’on puisse dire) en tenant ce discours d’une rare hypocrisie qui n’est ni plus ni moins que fournir un blanc seing a toute cette racaille qui pourrit la vie de nos cites en attendant de pourrir la France entiere ..
          De la meme facon que nombre d’intellectuels avaient soutenu le stalinisme par conformisme de pensee, cette lachete (ou autre raison ?) de comportement est une grave faute morale qui pesera lourd historiquement ds la decomposition de la nation, je suis atterre de constater qu’a part Malika Sorel il n’y a personne chez les Maghrebins pour enoncer les choses honnetement ?
          Meme Malek Boutih de SOS racisme est 10 fois plus honnete ds ses propos
          Je le dis « honte a vous » Mr ben Jelloun, si vous ne vouliez rien dire, au moins pouviez vous vous taire au lieu de nous infliger ce galimatias de morale culpabilisatrice qui fausse completement la realite du probleme en inversant (sciemment ?) les responsabilites !
          On peut dire que de ce cote la c’est foutu pour la suite ..


        • Ronald Thatcher rienafoutiste 23 avril 2010 11:14

          « « D’autres émeutes sont à venir .. Jusqu’à présent, les jeunes en colère se sont défoulés sur des biens matériels, ils n’ont tué personne. »
          il est clair que cet hypocrite a un double langage. Cette phrase, honteuse d’arrogance, montre sa vraie nature, un musulman qui defendrai jusqu’au bout ses freres dans la confrontation en niant le Droit et la securite... fumier.
          Cette facon de deresponsabiliser les acteurs des problemes de banlieu, les jeunes cons sauvages ingrats et naifs qui pourrissent la vie de la majorite, est degeulasse et criminelle.
          Qu’elles viennent les emeutes, beaucoups les attendent, et pas seulement les flics ni les crs, des gens qui n’en peuvent plus de toutes ces incivilites, degradations, insultes, menaces, violences et agressions... trop longtemps que cela dure. Et pas de racisme la-dedans, non non non mon frere, juste un ras-le-bol exacerbe par une situation economique instable, et surtout par une envie de vivre dans une France calme et relativement paisible, et non dans cette jungle, ou des petits babouins nous jettent des boules de petanques sur la gueule et brulent nos bagnoles... ces meme singes qui vivent aux crochets d’un etat qu’ils execrent ; la peste est en nos murs, les enfants ingrats de la republique vont morfler, pas besoin de karcher, non non non mon frere...


          • dan29000 23 avril 2010 12:12

            On pourrait presque penser que ce com est de la prose facho, mais vu le QI qu’il dénote, même pas, plutôt de la prose de caniveau qu’un Mégret dans ses grands jours oserait à peine, une vulgate de bas étage illustrant bien ce consternant article incapable de comprendre quelque chose aux banlieues, sans doute vu de très loin, et qui se permet de donner des leçons à un de nos meilleurs écrivains, avec des relents post-coloniaux (excusez-moi d’employer des mots que vous ne pouvez comprendre)...

            Cela rappelle un peu le débat d’il y a 2 ans sur les « bienfaits du colonialisme » qu’il fallait réintroduire dans les manuels scolaires. Les nostalgiques pourris de l’Algérie française ne sont pas encore touts morts hélas, mais cela va venir fort heureusement.

            C’est vrai qu’ à lire ce com et cet article avant,moi qui suit très blanc de peau, né dans le 92 de famille bourgeoise, et très bien éduqué, cela donne envie de balancer autre chose que des boules de pétanque dans la figure de ces écrivassiers maurassiens, et de siffler la marseillaise malgré les interdictions bidons.

            Parfois j’ai honte d’être français comme vous...


          • armand armand 23 avril 2010 12:20

            On t’attend, mon petit Né-dans-le-92-et-blanc-de-peau, avec tes boules de pétanques et tout ce que tu veux.
            Tu peux fullminer avec tes Maurras-ceci, Maurras-cela, mais quand un peuple finit par se sentir menacé, il ne va pas réagir avec des fleurs. Et c’est très bien ainsi.
            Justement, les réactions que l’on sent monter à travers le pays entier devrait t’inciter plutôt à dire à ces petits merdeux que tu excuses de faire gaffe, le retour de bâton risque d’être sévère. Et, malheurseusement, sans nuances.


          • Ronald Thatcher rienafoutiste 23 avril 2010 12:59

            @dan29000 de Qi
            le 92, le 9.3, tarteret... blablabla, la banlieue parisienne n’est pas la France... faut arreter de vous la jouer a l’americaine les trousduc !
            la merde en banlieue a assez dure, il est grand temps de passer a l’action... je ne suis pas de droite, mais force est de reconnaitre que la politique securitaire devrait etre beaucoup plus repressive en banlieue, endroit ou l’on tolere ce que dans aucun autre endroit on ne tolererai le dixieme.
            Alors planques-toi et regardes bien, ti parisien...
            Et si tu veux me la foutre sur la gueule la boule de petanque, je t’attends, dans les Ardennes, mais venez nombreux les trousduc, car chez nous on acheve les blesses.


          • Hieronymus Hieronymus 23 avril 2010 15:10

            @ rienafoutiste
            je m’interroge sur la raison des propos de Jelloun
            cet individu est une icone, il represente la reussite et que fait-il ?
            il encourage de facto le vice et la depradation, cela interpelle ..
            le ressort profond de son comportement m’echappe, je crois plutot a qq chose comme une forme de lachete et d’egoisme, c’est tellement plus simple de repeter les memes cliches qui consistent a se poser (ou ses coreligionnaires) en victime que de se remettre en question et prendre le risque d’un affrontement douloureux !
            dans tous les cas c’est minable de sa part


          • Ronald Thatcher rienafoutiste 23 avril 2010 15:17

            Peut-etre veut-il tout simplement se lancer dans la politique, et absorber les canailles et les autres dans un parti reactionnaire identitaire ? Allez savoir, en tout cas excellent article qui a neglige la langue de bois...


          • morice morice 23 avril 2010 18:25

            « Qu’elles viennent les emeutes »,


            on comprend mieux pourquoi Alliot Marie n’en voulait pas de ce petit bouquin....

          • Sahtellil Sahtellil 24 avril 2010 01:08

            Hieronymos,

            L’idée ne vous a pas effleuré que T. Ben Jelloun a simplement puisé sa réflexion de son propre ressenti d’intellectuel, profond et sincère, loin des facteurs exogènes qu’il flatterait ou redouterait selon vos épithètes : « conformiste », « égoïste » et « lâche » ? Apporter des réponses curatives aux EFFETS du problème « banlieues » ( votre article appelle de ses voeux une politique sécuritaire et répressive, c’est votre droit mais c’est une démarche différente ) ne l’intéresse peut-être pas autant que de rester dans son état d’écrivain et d’intellectuel, c’est à dire, dire son perçu des CAUSES profondes du malaise. Ne pas partager votre angle de traitement d’un sujet donné ne fait pas forcément de soi quelqu’un de conformiste, égoïste et lâche, il me parait curieux de devoir écrire cela à un habitué du débat contradictoire.

            Je rappelle que T. Ben Jelloun est né, a grandi et vit actuellement au Maroc. Je ne sache pas qu’il ait partagé le quotidien des rebeus des cités. Je ne vois pourquoi vous voudriez qu’il s’exprime en leur nom, c’est à dire au nom de la communauté française d’origine marocaine, bien qu’il ait lui-même vécu et travaillé de nombreuses années en France comme des millions d’extra-français. Et qu’il endosse une responsabilité que vous lui prêtez et qui n’est pas sienne. Sa seule responsabilité, qui est également sa liberté, est de refléter le plus fidèlement possible le ressenti qu’il nourrit de l’univers qui est sien. Personne à ma connaissance n’a pris en défaut son intégrité à ce propos. Les archives de Hassan II pourront même en témoigner puisque TBJ avait opposé un nom d’un courage peu commun pour l’époque à la volonté royale lui enjoignant d’accepter le maroquin de la culture. Courage d’autant plus exceptionnel que l’émissaire royal n’était autre que son âme damnée, le sinistre Driss Basri qui, à l’instar de Don Corleone, avait pour crédo de faire des offres impossibles à refuser.

            Votre approche n’est pas forcément inconciliable avec celle de TBJ. Mon humble avis est que vous devriez mieux tenir compte de la sienne qui traite des causes afin de mieux développer la vôtre qui aspire davantage à circonscrire le problème ardu de la délinquance et de la sécurité dans les cités.

            BMD


          • FRIDA FRIDA 24 avril 2010 01:44

            @sahtellil,
            Tahar Ben Jelloun a pris la responsabilité d’écrire sur une situation, vous ne pouvez pas l’excusez en justifuant son article inadmissible par le fait qu’il est romancier. Dans ce cas, il n’a qu’à écrire un romain.
            Quand il s’attaque à des faits de sociétés, il se doit d’être objectif, réaliste, moins démagogique. La culture de l’excuse est très néfaste. les uns excusent les autres, mais alors qui est responsable ??
            Beaucoup de remarques sont excessives, mais si on évite de polémiquer sur l’excès elles contiennent quand même beaucoup de vérité que beaucoup refuse de voir comme TBJ. Il y a quand même une réalité qu’il faut admettre et ne pas dédouaner des comportements de délinquance qui dépassent et de loin un phénomène marginal lié à une extrème misère. L’article de TBJ et votre commentaire ajoute de l’huile sur le feu, vous encouragez, vous justifiez. Il y a un moment où il faut dire stop, plus d’explications, plus de justifications. 
            Dans cette violence de Banlieue, il y a, à mon avis, beaucoup de haine et de mépris, pour soi et pour les autres, ajouter à cela une radicalisation quant à la pratique d’un islam d’un autre âge, agressif et arrogant. Alors ne vous étonnez pas de voir de la méfiance et le doute s’installer chez des gens qui n’aspirent qu’à une paix commune. Et pour la majorité, ils ne sont ni racistes ni fascistes.


          • Sahtellil Sahtellil 24 avril 2010 02:48

            Frida,

            J’aurais pu reposter pareil pour vous répondre. A croire que vous ne m’avez pas lu ! Passons.

            Il faut dire stop, soit, je n’ai jamais dit le contraire. Dites un peu voir comment vous concevez le how to do. TBJ ne s’y est pas essayé, moi non plus. De votre réaction et de l’article affleurent en filigrane une unique voie praticable : le baston, me trompé-je ? Si c’est le cas, excusez-moi mais c’est plus la rage, la voix des tripes que celle de la raison qui vous la dicte. Vous êtes aveugle au fait que ne pointe au bout que l’escalade. Cela dit, tout acte que la loi encadre doit répondre à celle-ci. Il faut réprimer les comportements délictueux, il ne me semble pas que TBJ ait dit le contraire, il tente seulement d’en remonter la chaine causale.

            Ce ne sont pas des excuses qu’il recherche, pourquoi le ferait-il ? c’est motivations et les leviers. Ca n’a rien à voir.

            BMD


          • Chabinpolitain 24 avril 2010 08:54

            Ce n’est pas une nouveauté, les rats pointent leurs affreux museaux à l’odeur du sang !
            Je suis seulement surpris de constater à quel point le racisme et la pensée courte, celle qui dit « et si c’était votre fille qui se faisait violer, vous ne seriez pas contre la peine de mort... », sont actifs, sur ce site ( triste ) ou ailleurs !
            Le mot « fascisme » a de toute évidence été vidé de sa substance, c’est ainsi qu’il se refait, en Belgique, au Danemark, en Hollande, en Pologne....
            Vous êtes pathétiques à vous précipiter ainsi à la curée et cela montre votre inculture et votre incapacité à projeter toute pensée analytique et synthétique.
            La loi du Talion a encore de beaux jours !


          • Ronald Thatcher rienafoutiste 24 avril 2010 08:55

            @morice
            « les contre-emeutes qui viennent » du collectif des ralelebolistes


          • Ronald Thatcher rienafoutiste 24 avril 2010 10:59

            @chabinmachin
            "rats, sang, racisme, peine de mort, fascisme, Talion"
            Le poids des mots, le vide du propos.

            Il manquait celui-la, le defenseur des grandes vertues, le chevalier de la bonne entente, l’alien...


          • Sahtellil Sahtellil 25 avril 2010 04:11

            Merci hieronymus pour la réponse détaillée et argumentée. Un com plus succinct m’eut satisfait mais merci de l’effort fourni.

            BMD


          • Philippe D Philippe D 23 avril 2010 11:44

            Il est clair, comme commence le post du dessus, il est clair que plus personne n’a de solution pour tenter d’endiguer les problèmes.

            Pas plus Tahar ben Jelloun que les intellectuels de toutes provenances, les politiques de toutes tendances ou les religieux de toutes chapelles.
            Pas plus les enseignants désespérés, que les syndicalistes aveugles.
            Pas plus la Gauche qui refuse d’analyser les problèmes que la Droite qui feint d’espérer qu’une pichenette sécuritaire permettra de les repousser indéfiniment à plus tard.
            Pas plus la majorité des habitants paisibles et fatigués de ces banlieues que les citadins « down town » recroquevillés sur leurs espaces encore relativement sécurisés.

            Il faudrait de l’argent : Il n’y en a plus.
            Il faudrait du travail : Idem.
            Il faudrait du dialogue, de la mesure, du respect : Au contraire les extrémistes de tous bords recrutent facilement et bloquent un peu plus toute possibilité d’évolution douce.

            Il faudrait revenir en arrière, reprendre le problème à zéro... 

            Ou alors, Il faudrait un homme d’état capable de parler d’une voix forte, d’avoir un dessein, de donner des impulsions, de transmettre des espoirs, de l’énergie, du courage. On le cherche toujours.

             

            • morice morice 23 avril 2010 18:26

              Ou alors, Il faudrait un homme d’état capable de parler d’une voix forte, d’avoir un dessein, de donner des impulsions, de transmettre des espoirs, de l’énergie, du courage. On le cherche toujours.


              ah pourtant on a Eric Besson....

            • Sahtellil Sahtellil 24 avril 2010 01:20

              Etat des lieux on ne peut plus lucide. L’oiseau qu’il faut est d’autant plus rare qu’il n’est pas encore né le politique qui n’assujettit pas son discours et ses actes aux calculs politiciens et électoralistes.

              BMD


            • non667 24 avril 2010 16:21
              à p denève

              "Ou alors, Il faudrait un homme d’état capable de parler d’une voix forte, d’avoir un dessein, de donner des impulsions, de transmettre des espoirs, de l’énergie, du courage. On le cherche toujours."
              il n’y à pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir !
              enlevez vos 2 bandeaux de vos yeux et vous verrez le personnage que vous décrivez  !
              indice : il avait un bandeau sur un oeil qui ne l’empêchait pas de voir très loin comme le prouve ce qui nous arrive et qui motive cet article !

               

            • Bulgroz 23 avril 2010 11:59

              Encore un salaud de Français agressé par la racaille qui quitte son quartier accentuant ainsi le phénomène de ghettoïsation .

              PERPIGNAN Un couple assailli à son domicile par une bande -Une mère et son bébé se réfugient dans les toilettes pour se prémunir d’une agression. Une bande de fous furieux (10) ont défoncé la porte en pleine nuit. Il est vrai que le mari, ancien Pompier de son état avait eu le tort de demander à ces jeunes de stopper leur rodeo nocturne à scooter pour préserver le repos de sa fille de 8 ans. L’unique suspect a été relâche sans délai.

              La décision est prise, la famille quitte ce quartier.

              Petit à petit, les musulmans se retrouvent entre eux, ils n’ont plus de petits blancs avec qui dialoguer et partager le lait et les dattes. (L’Indépendant de Perpignan, 21 Avril 2010)
              http://www.lindependant.com/articles/2010-04-20/refugiee-aux-toilettes-avec-le-bebe-ma-femme-a-telephone-a-la-police-166745.php
              Vivement l’application réelle de la loi SRU, pour que ce pompier, une fois installé dans son nouveau quartier puisse renouer le dialogue avec ces jeunes, pauvres petites victimes inactifs qui passent leur temps à exiger des excuses en scooter.


              • morice morice 23 avril 2010 18:27

                Petit à petit, les musulmans se retrouvent entre eux, ils n’ont plus de petits blancs avec qui dialoguer et partager le lait et les dattes. 


                qui fabrique la ghettoïsation ??

                vous vous souvenez de l’hiver 54 ? NON ? il visitait qui, L’abbé Pierre : ceux qui bâtissaient la France. Des algériens : vous manquez de mémoire, comme tout mec de droite.

              • Ronald Thatcher rienafoutiste 23 avril 2010 11:59

                Pourquoi les solutions devrait venir de l’etat ?
                Du pognon ? du boulot ? Faut arreter d’infantiliser ces trousduc, ils sont responsables a 18ans comme tous le monde. Celui qui veut bosser il fait tout pour bosser, a l’ecole, ensuite en entreprise, et il economise, et il se loge ou il veut, et c’est parti... comme tous le monde. Mais les trousduc ne sont pas tous le monde, en marge, ces nullos se permettent de saboter ce qu’ils ne pourront jamais avoir sans magouilles ni vols. La ou les solutions, ce sont les parents qui auraient du les donner au gosses, une education respectueuse du sol et de ces habitants, de la difference. Maintenant il ne reste plus, c’est vrai, que la grosse voix de la repression... quelle tristesse.


                • armand armand 23 avril 2010 12:13

                  Pourquoi, encore et toujours, chercher la solution de l’homme providentiel" ? ça nous a dommé les Bonapartes et Boulanger au XIXe, Pétain et De Gaulle (celui de 1959) au XXe. Un constat d’impuissance. Tant qu’on n’osera pas faire une réflexion à des ados, réinstaurer la discipline à l’école, l’intervention immédiate des forces de l’ordre dès qu’il y a trouble sur la voix publique, la situation ira en empirant. Ce qui f...t la frousse aux racailles ? l’éloignement de leur quartier, de leur bande. Il y a encore des terres à défricher en Guyane...
                  Quant aux particuliers qui subissent la loi des bandes, si l’Etat ne peut que constater qu’on vit dans un climat de western, qu’il nous laisse au moins le droit de nous défendre.


                  • Philippe D Philippe D 23 avril 2010 12:37

                    Oh non, Pas d’homme providentiel, mais à coup sûr quelqu’un d’autre que Sarko qui n’est plus crédible sur ce sujet comme sur tant d’autres.

                    Où est passé le plan Marshall des banlieues ?
                    La police de proximité ?

                    Mais qui, et dans quel parti sera capable d’affirmer à la fois qu’il faut rétablir la loi et l’ordre, et qu’il faut rénover, détruire des ensembles, reconstruire ailleurs autrement, réintroduire une mixité ?

                    Il faudra bien que quelqu’un s’empare un jour du problème.

                  • Bulgroz 23 avril 2010 12:16

                    Le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) considère que la diffusion du savoir est un élément essentiel du progrès humain, dans un rapport, il pointe du doigt le désert culturel des pays arabes que nous pouvons résumer par ces brèves statistiques.

                    Etude pour le compte du PNUD menée en Jordanie par des intellectuels arabes en 2003.

                    http://www.undp.org/arabstates/ahdr/FR_Press_Kits2003/F2_AHDR03.pdf

                    Nombre de publications en langue originale et traductions par millions d’habitants :

                    Europe = 0,55
                    Amérique du Nord = 0,33
                    Ex Union Soviétique = 0,25
                    Amérique Latine = 0,1
                    Asie (hors pays arabes)= 0,05
                    Pays Arabes = 0,01

                    Les pays arabes sont les bons derniers de cette étude et encore le rapport pointe du doigt que les rares publications arabes sont relatives à une religion (dont je ne peux dévoiler le nom).

                    Misère intellectuelle des pays arabes !!!

                    Dans de telles conditions, il était tout à fait opportun et judicieux qu’un arabe publiât en France et aille dans les écoles prêcher la bonne parole antiraciste et nous expliquer en quoi les petits blancs sont intrinsèquement incapables de comprendre « l’autre ».

                    Nous avons tant à apprendre de la culture arabo musulmane.


                    • Hieronymus Hieronymus 23 avril 2010 19:49

                      Je sens une ironie et un deuxieme degre a peine dissimule ds votre message
                      les faits divers comme celui que vous decrivez sont helas de + en + frequents
                      et souvent occultes ds les medias, seuls les cas extremes affleurent

                      face a cette situation degenerative, les pouvoirs publics ont decide de faire semblant de reagir mais en sous main ils capitulent, tetanises par la peur de la bavure, ainsi les forces de l’ordre ont recu pour consigne de ne pas poursuivre les voyous en 2 roues !
                      les seuls a devoir payer des contraventions sont les citoyens normaux, la caillera des cites beneficiant d’une tolerance de fait .. un sens de l’equite qui laisse songeur


                    • Gollum Gollum 23 avril 2010 12:22

                      C’est le propre de l’ « analyse » de type marxiste que de déresponsabiliser les gens en leur faisant croire que c’est la faute à la société et qu’ils sont les victimes de l’autre clan, en gros les riches..


                      Le résultat : une jalousie et une haine associée à une envie des biens du voisin, puisque ces biens ont été forcément acquis de façon inique.

                      C’est sûr qu’avec ce style de revendications on va droit à la guerre civile..

                      J’ai en effet connu des « pauvres » d’avant 1968, qui n’étaient en rien jaloux des biens d’autrui, se contentaient de ce qu’ils avaient et regardaient passés les riches d’un œil amusé, sans envie aucune. Mais il y avait une vie religieuse à cette époque là qui n’existe plus aujourd’hui.

                      Alors que maintenant on est abreuvé de phrases du genre : « si t’as pas une Rollex tu as perdu ta vie », illustration du degré abyssal de dégénérescence atteint..

                      Du coup les jeunes de banlieue lorgne sur les Rollex et les BMW et font les caïds avec goût pour l’argent facile. Il faut dire à leur décharge que nos financiers de Wall Street leur montre allègrement l’exemple...

                      Un retour à la vertu ne serait pas du luxe.

                      • armand armand 23 avril 2010 12:28

                        Gollum,

                        Exactement. On a bien souvent pointé les ressemblances en matière d’éthique entre les banksters et les caillera... Même absession des signes extérieurs de richesse, même mépris des lois.
                        Alors soutenir que les émeutes constituent une « révolte sociale » c’est vraiment se f...tre du monde.


                      • Hieronymus Hieronymus 23 avril 2010 19:59

                        Gollum
                        a l’origine l’ideologie marxiste ds ses aspects les plus occultes (mais cela ferait remonter tres loin en arriere) a ete une formidable entreprise de destabilisation sociale qui a d’ailleurs en partie reussi
                        on voit bien la gymnastique semantique du NPA qui essaie de reprendre le meme schema en remplacant les proletaires d’autrefois par les immigres actuels, qd on veut detruire on n’en est plus a une malhonnetete intellectuelle pres
                        a mon avis, meme s’il fait en partie cause commune avec les muzz, le NPA sera tres mal paye en retour, les gooochistes se feront tout de suite bouffes par les autres

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès