Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Tarnac : terroristes ou épouvantails à grève ?

Tarnac : terroristes ou épouvantails à grève ?

Puisque ça fait un mois que le gouvernement vous dit que les syndicalistes et autres manifestants sont des néo-terroristes qui « prennent en otage » le pays… Le rejet de la demande d’annulation de l’enquête sur les pseudos-terroristes d’extrême-gauche tombe à pic pour pointer du doigt l’ennemi de l’intérieur.

Malgré des fait troublants autour de l’enquête, on ne se faisait guère d’illusion sur la conclusion de la démarche du groupe de Tarnac visant à l’annulation d’une enquête gag.

Des éléments fins comme du papier à cigarette n’auront pas eu raison d’une volonté politique farouche de faire porter le chapeau aux méchants gauchistes corréziens.

Il faut dire que la décision tombe bien pour le gouvernement, empêtré dans un mouvement social qui se radicalise, et qui aimerait bien faire de Julien Coupat et de ses petits camarades, les épouvantails de la lutte sociale.

Le message est limpide. Les syndicalistes qui « bloquent » les dépôts pétroliers et « paralysent » la France sont idéologiquement proche de ces « terroristes » qui n’ont du reste jamais terrorisé personne…

Une décision de justice qui tombe décidemment très bien au moment où le gouvernement tente de reprendre la main en tablant sur l’usure du mouvement de contestation et la lassitude des Français face au pourrissement de la situation.


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • frugeky 23 octobre 2010 10:13

    Vous insinuez que la justice ne serait pas complètement indépendante. J’ai du mal à vous croire.
    L’ultra gauche est à nos portes et al quaÏda n’existe plus.
    The show must go on...


    • non666 non666 23 octobre 2010 10:58

      Apres la fausse bombe des galeries lafayette, sans chaine pyrotechnique viable....
      ...comme celle « d’human Bomb », tiens
      Apres les vrais faux terroristes d’AZF
      Apres les vrais faux attentats de new York , puis de Toulouse

      Il faut une menace pour rassembler les moutons derriere le chien du berger, du goleador, du phare de la pensée française , de sa sainteté sarkozy Premier.
      Al quaida etant desormais assez discredité, il faut s’inventer de nouveaux ennemis.

      Et pourquoi pas les gauchistes !
      Bien sur , ils auraient pu crier au complot fashiste , mais du coup, pour une fois, personne n’y aurait cru.
      Et puis difficile de leur cracher dessus , aux nationnalistes (dans le vocabulaire gaucho-journaliste nationaliste = faschiste) et de leur demender leurs voix pour survivre au premier tour, hein ?
      Donc les gauchos sont de bons candidats de valorisation pour l’UMP.

      Bien sur on pourrait arreter Al quaida qui a une base a Paris , dans le quart nord ouest de la capitale, a une encablure de la Seine, mais tous ces gens qui parlent leur anglais maternel nous feraient soupçonner trop de chose.

      Non le gaucho, c’est du bon , mangez en !
      Tiens si on les accusait en plus d’avoir provoquer la crise financiere, la faillite de la SG et l’echec de la politique de sarkozy qui nous avait promis qu’on raserait gratis ?
      A mort les gauchos !

      10 mn d’antenne sur AZF avec des liens ausi clair avec les gauchos de tarnac qu’entre l’Irak laique et les soi-disant islamistes du 11 septembre, c’est toujours 10 mn d’antenne en moins a parler de Woerth, de Bettencourt, de l’EPAD , des valises de billets et des morts de Karachi.





      • voxagora voxagora 23 octobre 2010 11:29

        .

        En suggérant qu’on pourrait les accuser d’avoir provoqué
        la crise financière, la faillite de la SG, l’échec de la politique sarkozyenne etc..
        vous faites de leur mise en accusation quelque chose de fantasmatique.
        Or, et je ne fais que reprendre des termes utilisés ici ou là dans les articles
        d’aujourd’hui sur « les Tarnac », ce serait (?), et c’est quand même plus grave :
        « bricolage de l’anti-terrorisme », « enquête-gag pour faire porter le chapeau » etc.. 
        .

      • nataraja 23 octobre 2010 15:52

        Merci de rappeler l existence de ce groupe AZF mysterieusement disparu des radars mediatiques et politiques , j arrive pas a comprendre comment les investigations n ont pu debouché sur rien .


      • nataraja 23 octobre 2010 20:58

        moi aussi je t aime


      • Fergus Fergus 23 octobre 2010 11:19

        Bonjour, Blacksmith.

        Ce très (trop ?) bref article met en cause la justice et la soupçonne d’agir pour le compte de l’exécutif en induisant dans l’opinion un amalgame entre les actions sociales et le terrorisme.

        Tout cela est manifestement fort exagéré à mon avis, et il conviendrait de ne pas, nous-mêmes, entrer dans une logique de manipulation.

        S’il est évident que Sarkozy et son ex-courroie de transmission judiciaire Alliot-Marie ont sciemment gonflé l’importance du dossier Tarnac et suscité des témoignages policiers totalement invraisemblables ainsi qu’une scandaleuse qualification terroriste par des magistrats du parquet aux ordres, il n’en est pas moins vrai qu’il existe de réelles présomptions de délinquance, fût-elle politique, en regard de la loi.

        Les scandales dans cette affaire sont avant tout, d’une part cette qualification de « terrorisme » pour des faits qui relèvent de sabotages tout juste capables d’entraîner des retards de trains ; d’autre part les témoignages mensongers de policiers de la DCRI. 

        Cela n’enlève rien au fait qu’il existe, hors de ces témoignages, des documents et quelques faits troublants indiquant que le groupe de Tarnac est de facto suspect de ces actes de sabotage. D’où la probabilité de leur renvoi au tribunal sur les seuls éléments non frappés de nullité, ce qui sera certainement le cas des pièces policières incriminées.

        Faute de preuves, Coupat et ses amis devraient logiquement ne pas trop avoir à souffrir de cette comparution, sauf à alimenter dans l’opinion l’idée que la justice est décidément entièrement à la botte du pouvoir. Ni les magistrats ni le personnel politique n’ont à gagner dans cette affaire en l’état actuel des choses et après médiatisation détaillée de la manière à charge, inéquitable et manipulatrice dont l’instruction a été conduite.

        Pour ce qui est du rapport avec les actions syndicales actuelles, je crois sincèrement, malgré tout le mal que je pense du pouvoir en place, que cela relève du fantasme, les Français n’étant pas stupides au point de foncer tête baissée dans un tel piège.


        • morice morice 23 octobre 2010 12:09

          visiblement des épouvantails pour MAM... qui les poursuit de ministère en ministère....


          comme Fergus, je n’innocente pas les mecs ; je trouve qu’il n’y a pas assez de preuves.

          • Olivier Perriet Olivier Perriet 23 octobre 2010 13:50

            Coupat est toujours en détention provisoire ?
            et, finalement, que doit-on penser ?
            N’ont-ils vraiment rien à voir avec les sabotages de lignes de TGV ?

            S’il n’y pas assez de preuves, juste de forts soupçons, ce n’est pas la même chose...


            • paul 23 octobre 2010 14:33

              Au terme d’une procédure bâclée, entachée d’illégalités, un suspect a été mis en prison pendant
              6 mois : Zorro tenait enfin son terroriste .

              Puis le « suspect » a été relâché, faute de charges suffisantes ! 6 mois pour rien ? pas grave .
              Fiasco judiciaire, scandale d’État . Un de plus . 


              • Taverne Taverne 23 octobre 2010 15:05

                Le gouvernement traque les nouveaux terroristes : les ouvriers en grève qu’il menace de prison !

                Quant aux évènements du moment, l’heure n’est plus à parler de « mouvement social » mais de début de révolution.


                • GRESILLAUD 23 octobre 2010 16:03

                  Décision très peu surprenant effectivement... mais tout de même intéressante puisque que l’affaire du sabotage de Novembre 2008 ne sera pas oubliée.
                  A force de se focaliser sur les enfumages imposés par le Ministère de l’Intérieur, on oublie exactement ce qui a provoqué de telles actions de démonstrations policiaires, synonyme de vraie panique de la part des hautes autorités.
                  Pour l’affaire Coupat, qui est en fait l’affaire du sabotage de la ligne TGV à la hauteur de Dhuiry, personne n’a vraiment évalué la gravité de l’acte et la gêne que cela pouvait occasionner si ce type d’actes se répétaient. En fait, ce type de sabotage est un vrai cauchemar pour la SNCF, bien plus qu’un obstacle sur la voie car il immobilise pendant des heures entières un trafic très important. Et de tels événements nécessairement médiatisés comme aurait pu l’être l’explosion de la bombe du groupe AZF des voies ferrées enfouie sous le ballast avant le 21 Février 2004 à Folles sur la ligne Paris-Toulouse, sont la porte à des menaces de médiatisations de messages que le gouvernement ne veut surtout voir surgir.
                  Et ces messages sont loin d’être les discours « gauchisants » et altermondialisants écrits par les fusibles que le Ministère de l’Intérieur nous montre du doigt... ils sont d’un autre ordre et ils ne sont qu’à la portée des plus hauts membres de ce gouvernement.
                  De telles menaces sont des pressions directes pour obtenir de l’argent, des marchés spécifiques et d’autres monnaies d’échange.
                  Le message est très difficile à décrypter si on ne regarde pas déjà géographiquement les lieux qui ont été sélectionnés.
                  Plusieurs fois dans les menaces des groupes dits « AZF », ces lieux correspondaient à la proximité de la ligne SNCF d’un très grand lieu de stockage de matière énergétique : Bessines pour AZF 2004 avec le stockage des déchets nucléaires, et Germigny-sous-Coulombs juste en face de Dhuiry où est stocké en profondeur l’un des deux plus grands réservoirs de gaz naturel de France. D’autres menaces attribuées à AZF sur des lignes de la SNCF concernant aussi d’anciennes mines d’Uranium (comme celle du viaduc de Busseau).
                  Bref... les messages ont toutes les chances d’être ceux de services secrets à composantes de terrain très bien entrainées en mal d’argent ou servant d’autres types de revendications.
                  Ces services savent négocier directement avec l’Etat et ils savent leur faire peur tout en donnant la possibilité au gouvernement de négocier silence et faux-coupable.
                  Le pauvre Julien Coupat et ses camarades dans tout ce décor sont des lampistes, très souvent surveillés cependant, qui figurent sur des listes des services de renseignement qui permettent un échapatoire après négociation secrète, avec l’établissement de scénarios rocambolesques que l’on impose en plein panique.
                  A noter que les auteurs du groupe AZF des voies ferrées de 2004 n’ont jamais été retrouvés officiellement ! Et à cet époque le fin limier de l’Intérieur était Nicolas Sarkozy et son chef de cabinet Claude Guéant avait géré la crise.


                  • nataraja 23 octobre 2010 20:54

                    concernant AZF vraisemblablement des barbouzeries et manipulations sur fond de guerre des droites !


                  • Traroth Traroth 23 octobre 2010 17:23

                    Cela dit, c’est vrai qu’ils font peut, les gars de la photo !

                    Ah c’est des flics ? Je comprends mieux pourquoi ils font peur, alors...

                     smiley


                    • Magnon 23 octobre 2010 20:12

                      A peine de croire que la police judiciaire est une bande de conspirateurs chargés de faire avaler n’importe quoi à la justice et aux médias, il faudrait peut être relire le rapport de présentation du dossier, dans lequel la section « anti-terroriste » donne son opinion et la façon dont elle l’a fondée :
                      http://trucadire.com/files/documents/PV-SDAT.pdf
                      Pour ceux qui ne comprennent pas le langage plein de litotes et purement descriptif, je peux proposer une translation triviale :
                      A la suite des manifestations de Vichy, ou les collègues CRS ont eu les pires difficultés avec des casseurs venu avec des armes auxquelles ils n’ont pas droit et supérieures en efficacité (barres de fer contre matraques en caoutchouc, cailloux et pavés contre grenades lacrymogènes, sans compter qu’ils risquent leur carrière pour une ranger dans les c...), a été remarqué un chef de baston particulièrement efficace, qui a failli démonter la continuité du dispositif de sécurité.
                      Il a été identifié comme J.C., fils de bonne famille et titulaire d’un excellent diplôme, et repéré comme ayant produit de la littérature anarcho-trotskyste de bonne facture dans laquelle en bon trotskyste, il préconisait le sabotage des réseaux.
                      L’intéressé et sa compagne étaient repérés et suivis depuis plusieurs mois.
                      La surveillance était particulièrement resserrée à l’occasion des transports de déchets nucléaires vers l’Allemagne, occasion pour sa mouvance d’organiser de belles bastons.
                      Effectivement dans la nuit, le couple a eu un comportement conspiratif bien singulier, en essayant de faire des tours de cons aux policiers suiveurs, tours de cons dans lesquels, en bons flics, ils ne se sont pas faits prendre.
                      Sauf qu’après un arrêt prolongé à proximité d’une voie TGV, ils ont inspectés les lieux et n’ont rien vus, les cons, ils auraient pu lever le nez avant que les caténaires ne soient arrachées sous leurs yeux !
                      Nous avons attrapés le groupuscule dans leur lit au petit matin d’un jour férié, encore un truc pour nous emmerder, et ils nous ont fait une grande séance de paranoïa groupusculaire, qui nous fait bien rire quand il se prétendent innocents.
                      Voila le dossier, monsieur le procureur, pour 1 attentat sur 4, nous avons des preuves indirectes mais certaines, pour 1 autre, les auteurs sont identifiés mais les preuves sont très indirectes et le dossier est foireux, pour les 2 derniers, nous n’avons que des suppositions.
                      Maintenant, malgré les évidences, leur réseau de connivence sociale va bien nous pourrir la vie en se répandant dans les médiats complaisants.
                      Les vieux communistes avaient bien raison, le trotskisme est bien une perversion bourgeoise du marxisme-leninisme.


                      • Traroth Traroth 24 octobre 2010 00:05

                        Ah quel magnifique recueil de terminologie policière !

                        Dès les premières lignes : « tel qu’il est mentionné au sein du pamphlet intitulé L’Insurrection qui vient signé du Comité invisible, nom du groupe constitué autour de Julien Coupat ». Je rappelle que c’est allégation ne reposent sur rien et que Coupat a nié avoir écrit cet ouvrage. Ça part fort...

                        Après, la « semi-clandestinité » de Coupat est « démontrée » par le fait qu’il ne possède pas de téléphone portable. On se marre !

                        Ensuite, on continue avec des écoutes illégales dignes des grandes heures de la « cellule antiterroriste de l’Élysée ».

                        On enchaine avec Coupat, terroriste, puisqu’il fréquente des Suisses et des Belges. Et qu’il participe à des manifs, aussi...

                        J’adore la phrase « Ces recherches n’amenaient la découverte d’aucun engin explosif ». Ni aucune bombe atomique, j’imagine. Ni aucun presse-purée, entre autres...

                        Bien entendu, ça reprend la chronologie complètement foireuse. C’est quelle version, au fait ? Les flics ont fourni tellement de versions de la chronologie des événements et de leurs propres actions que je m’y perds un peu, personnellement...

                        « Julien Coupat qui s’exprime ainsi au sein de son pamphlet » et ça continue...

                        « Il était découvert lors des perquisitions opérées aux différents domiciles des mis en cause
                        une vaste documentation à caractère opérationnel permettant de les relier à la mouvance anarcho-autonome » : Ils sont arrêtés pour crime d’opinion, donc. On appréciera...

                        Et ça continue comme ça dans la même veine encore longtemps. Allégations non-démontrées, preuves bidonnées, traficotages de police politique ordinaire en république bananière.


                      • Magnon 24 octobre 2010 01:51

                        Mr Traroth :
                        Ne me faites pas croire que Julien Coupat est absolument étranger aux sabotages de voie SNCF.
                        Vous vous déclarez amis de Julien Coupat, mais qu’avez vous partagé ?
                        La froidure du plateau des Milles-vaches, les discours fumeux, ou la rédaction d’un pamphlet antisocial légitimant la dépouille et le sabotage de la propriété collective ?
                        Ce qui l’amènera au tribunal, c’est sa présence à proximité immédiate d’un lieu de sabotage et il aura du mal a faire croire qu’il passait par là par le plus grand des hasard !
                        Il devra payer pour les conséquences de ces actes, les avez vous partagés :
                        La dégradation de la propriété collective, les voyageurs retardés, les réparations a faire...
                        Sans compter que le sabotage a eu lieu en novembre, à la fin d’une nuit glacée, ou les ouvriers de la SNCF ont réparé en plein vent glacé les lubies d’un grand bourgeois dévoyé dans l’anarcho-trotskysme.
                        On voit que vous n’avez jamais tenu de câbles en cuivre, gants ou pas gants, ils vous glacent les mains ! Pour les voyageurs, cela a été plusieurs heures d’attente dans des halls de gare qui ignorent le mot chauffage.
                        Je ne peux que répéter les paroles des vieux ouvriers communistes qui eux respectaient le travail des prolétaires et la propriété collective.
                        Enfin, heureusement que n’est pas « Action Directe » qui veut. « L’histoire se répète toujours deux fois : la première fois comme une tragédie, la seconde fois comme une comédie »


                      • Traroth Traroth 25 octobre 2010 13:46

                        Concernant le cas d’espèce, la seule question que je me pose, c’est la suivante, au final : si autant d’éléments à charge existaient, si la culpabilité de Coupat était aussi évidente, pourquoi la SDAT a-t-elle jugé nécessaire de bidonner le dossier à ce point ?
                        Et au-delà de la condamnation ou non de Coupat, se pose la question : sommes-nous encore dans un état de droit ? Ou dans un état où quand le roi signe une lettre de cachet, vous partez à la Bastille ? Pas de preuve, un dossier basé sur des horaires de train et du matériel d’escalade, un délit manifestement qualifié n’importe comment (terrorisme pour un sabotage de caténaire, ça fait rire les poules !), un vieux relent nauséabond de délit d’opinion... Pour croire que c’est seulement le cas d’espèce qui importe, il faut vraiment être aveugle !


                      • Traroth Traroth 25 octobre 2010 13:59

                        « On voit que vous n’avez jamais tenu de câbles en cuivre, gants ou pas gants, ils vous glacent les mains ! » : Mais qu’est-ce que ça vient foutre là, ça ? Quel rapport ? Et comment vous savez ce que j’ai fait ou pas ?
                        « heureusement que n’est pas »Action Directe« qui veut » : Si, justement ! Il suffit de faire exploser des trucs. Et Coupat et ses camarades ne l’ont pas fait !


                      • BA 23 octobre 2010 21:51

                        Manifestation à Lyon contre la réforme des retraites, mardi 19 octobre 2010 : la CGT infiltrée par la police.

                        Plusieurs policiers de la BAC (Brigade Anti-Criminalité) sont en civil. Ils sont déguisés en membres de la CGT. Ils portent des autocollants CGT sur leur blouson. Plusieurs portent un bonnet noir.

                        Un membre de la BAC n’a pas de bonnet noir, mais il porte un keffieh.

                        Ces membres de la BAC déguisés en cégétistes retiennent des manifestants derrière une porte cochère.

                        Malheureusement pour eux, ils sont repérés et filmés : le policier situé à gauche laisse dépasser son tonfa ! C’est vachement discret !

                        Les manifestants s’approchent d’eux et commencent à les insulter.

                        Des gendarmes mobiles interviennent. Les policiers déguisés en cégétistes se réfugient derrière la porte cochère. Les gendarmes mobiles se mettent devant la porte cochère pour les protéger.

                        Les manifestants commencent à jeter des pierres sur les gendarmes mobiles.

                        Un membre du service d’ordre de la CGT s’approche, il parle aux gendarmes mobiles, puis il se tourne vers les manifestants : « Dégagez ! Ils vont les lâcher si vous dégagez ! »

                        Les manifestants reculent.

                        La porte cochère s’ouvre. Les policiers déguisés en cégétistes s’enfuient en courant, les uns derrière les autres, en rasant le mur.

                        Ils courent en restant derrière la rangée des gendarmes mobiles qui les protègent des pierres avec leurs boucliers.

                        Les manifestants leur jettent des pierres.

                        Certains policiers déguisés en cégétistes essaient de protéger leur tête avec leur tonfa  !

                        Les manifestants les poursuivent.

                        Les manifestants leur jettent des poubelles.

                        C’est une vidéo extraordinaire  :

                         

                        http://www.dailymotion.com/video/xfa7p6_manifestation-lyon-19-10-10-la-cgt_webcam


                        • nataraja 24 octobre 2010 01:36

                           les memes methodes que lors du CPE ou l on voyait des « etudiants » capuchés qui se melait aux groupes et provaquait des incidents


                        • Traroth Traroth 25 octobre 2010 13:55

                          Amusant, le jeu des 7 différences entre le début et la fin de la vidéo : au début, c’est autocollants CGT, et à la fin, c’est brassard police...


                        • LE CHAT LE CHAT 23 octobre 2010 22:36

                          cette histoire de gauchistes corréziens finit en eau de boudin , va falloir inventer aussi que les dockers marseillais sont payés par l’AQMI pour les mettre au pas ! smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès