Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Temps, vol, note...

Temps, vol, note...

Bernard Pivot montra hier au téléphone sonne sur France Inter la beauté parfaite de l’écriture de la langue française (toute réforme est une attaque) dans l’exemple de la libellule dont le mot a quatre « l » tout comme l’animal a quatre ailes.

Je propose que la mouche qui a deux ailes actives s’écrive moullche, qu’on prononcerait toujours, bien sûr, mouche, on ne va pas déranger les gens dans leurs habitudes ; coccinelle qui a quatre ailes s’écrive coccinelllle… et éléphant qui n’a pas d’aile s’écrive ééphant, le h figurant (déjà) magnifiquement sa trompe (dressée)… sans changement dans l’oral, cela va de soi, faut pas exagérer.

L’idée que les mots sont dans un rapport analogique aux choses ne devrait pas être défendue. Il est incroyable que quelqu’un puisse parler dans une radio de service publique pour dire une telle chose. Surtout qu’on prête à cette personne, Bernard Pivot, un grand savoir en la matière et une haute autorité.

Beaucoup de mes contemporains sortent des exemples dans lesquels les mots ont plusieurs orthographes selon leurs sens. D’où ils croient déduire la nécessité de donner une orthographe par sens et tacitement l’idée qu’il en serait bien ainsi pour tous les mots.

Tous les mots sont polysémiques. Aucun mot n’a besoin d’une écriture par sens. Pas même ceux qui en ont déjà une.

Le temps qui passe et le temps qu’il fait se prononcent et s’écrivent de la même façon. Il arrive qu’il soit nécessaire de préciser si l’on parle de l’un ou de l’autre ; cela se fait en général, à l'écrit comme à l'oral, comme je viens de le faire.

Le verbe voler qui signifie s’approprier ce qui n’est pas à soi ou se déplacer dans les airs devrait ces deux significations si hétérogènes dans le cas général, à la fauconnerie. Le faucon doit ramener un morceau de viande au terme de son vol (qu’il mange ensuite). Ainsi, il vole, il dérobe et il se déplace en l’air dans un même mouvement qui est l’objet et le but de son dressage. D’où le mot vol pour signifier ces deux choses, hétérogènes en dehors de ce cas précis, singulier et très inusité de la fauconnerie.

Je propose à Bernard Pivot et à tous les Français d’écrire voll pour le déplacement dans les airs et vol pour l’appropriation indélicate voire malhonnête.

Le mot note n'a pas besoin d'orthographes différentes selon qu'il s'agisse de note de musique, note à l’école, de note de restaurant, de note en bas de page, de notes prises dans un cours ou dans une conférence, de note informelle (« prends en bonne note ! »)...etc. Devrait-on écrire nothe, notte, nohte… etc. ? A vous écouter, oui, il le faudrait. Je doute que vous en conveniez cependant.

L’écriture du français a été déduite du latin. Pendant des siècles, les lettrés lisaient et écrivaient essentiellement le latin. Pour le français, il écrivait escrireresver... avec des lettres muettes au milieu d’un mot, survivance du latin tout proche. La connaissance de ces lettres muettes au centre des mots apportait une difficulté orthographique inutile. De 1630 à 1835, à raison d’une étape tous les douze ans environ, une grande réforme de l’orthographe a permis une démocratisation du français écrit. C’est le traitement d’un problème pédagogique qui a guidé cette évolution. Dans le même temps, une grammaire s'est constituée peu à peu : Pierre Restaut distingue l’orthographe lexicale et l’orthographe grammaticale (1732)... Ce mouvement réformateur cesse au XIXe siècle, quand on entre directement dans l’écriture du français, sans passer par le latin. À partir de 1830, l’orthographe s’autonomise en discipline scolaire. Un engouement lui donne une grande place, ce qui rend l’enseignement du français, et l’enseignement français, très formels ! La défaite de 1870 conduit à une critique de cette conception de l’école : il faudrait des Français qui connaissent la géographie, l’histoire, aient un sentiment d’appartenance nationale... Pour ce faire, Jules Ferry et Ferdinand Buisson veulent tourner l’enseignement du français vers la littérature. Ils sont accusés (déjà) de faire baisser le niveau en orthographe. Il nous faudrait une réforme de l’orthographe qui rapproche le français de cette visée fondamentale de l’écriture : « ressembler » le plus possible à la prononciation. Faute de le faire, l’orthographe est en train de devenir un instrument de sélection sociale et scolaire : les classes aisées font l’effort d’apprendre l’orthographe ancienne et figée (par conformisme, par conscience du fait que c’est un signe de reconnaissance). Cette longue suite de règles sans rationalité, assorties de nombreuses exceptions, favorise les esprits dociles, obéissants et moutonniers. André Chervel, à qui je dois cet abrégé historique, appelle à une réforme moyenne, claire et facilement exprimable : tous les noms et adjectifs prennent un s au pluriel (sauf ceux terminés par s, z ou x) ; plus de consonnes doubles au milieu des mots sauf si la prononciation l’exige (home pour homme, on garde terre, passer...). Afin de refaire de l’orthographe une discipline scolaire et de l’enseigner efficacement à tous, de la pratiquer sans angoisses, avec sérieux et légèreté.

Une réforme de 26 ans d’âge comme on dit pour le whisky, n’ayant pas du tout infusée, on continuera à défendre une orthographique canonique quasi-impraticable et une confusion orthographique, façon texto, dont on dira le plus grand mal, certain d’être soi-même dans le seul et plus grand bien.

Documents joints à cet article

Temps, vol, note...

Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Daniel Roux Daniel Roux 11 février 11:32

    Un argument que personne n’a encore évoqué, la dyslexie (dislexie ?) provoquée par une orthographie décalée des sons qu’elle est censé reproduire.

    Si l’on considère le taux de dyslexie dans 3 langues aux orthographes plus ou moins transparentes, l’anglais, le français et l’italien.

    Les locuteurs de langue anglaise, la plus compliquée, sont les plus touchés, puis les français, puis faiblement, les italiens.

    L’orthographe italienne est identique aux sons que l’écriture véhicule. Qui osera prétendre que la culture italienne est une sous culture ?

    http://www.fondation-dyslexie.org/index.php/comprendre/questionsreponses/adultes/66-quest-ce-que-la-dyslexie/382-quel-est-le-pourcentage-de-dyslexiques-dans-la-population

    L’écriture est un outil inventé par l’homme, certains veulent conserver en l’état ce marqueur social. Navrant !

    Vite ! Une réforme courageuse de la grammaire.. Chous, voyous, hibous..

     


    • Daniel Roux Daniel Roux 11 février 11:35

      Avis aux puristes tatillons :

      J’ai laissé une fote ou deux dans mon commentaire ( comme pratiquement dans tous ceux que j’émets).


    • Pere Plexe Pere Plexe 11 février 20:31

      @Daniel Roux
      Pour reprendre l’idée de Pivot je propose que mille-pattes prenne un troisième T.

      C’est bien le moins !

    • Abou Antoun Abou Antoun 12 février 10:55

      @Daniel Roux
      J’ai laissé une fote ou deux dans mon commentaire ( comme pratiquement dans tous ceux que j’émets).
      Bon, alors c’est comme le jeu des 7 erreurs, il faut les trouver ?


    • Saltz Saltz 12 février 11:17

      @Pere Plexe
      que mille-pattes prenne un troisième T

      Pas d’accord !
      Que mille-pattes prenne mille T !


    • alain_àààé 11 février 15:22

      on ne peu se passer des experts a 2 sous qu est qu on as a foutre de PIVOT qui veut donné des lecons a tout le monde.demandé lui a ce vieux scenile s il est prés de partager l argent de ses interwes ou la moitié de sa retraite


      • rocla+ rocla+ 11 février 15:38

        ouille



        • rosemar rosemar 11 février 17:32

          Et la poésie de langue ? Celle de l’accent circonflexe ?


          N’oublions pas la poésie de l’accent circonflexe !


          • Pere Plexe Pere Plexe 11 février 20:27

            Dans le genre curiosité de la langue j’aime beaucoup les mots qui on le suffixe -ette qui indique une déclinaison réduite d’une chose ou d’un caractère.

            Mais je n’ai jamais compris se qu’il fait au bout de « salopette »... ?

            • Abou Antoun Abou Antoun 12 février 11:16

              @Pere Plexe
              une déclinaison réduite d’une chose
              Que pensez vous du mot ’quéquette’ ?


            • Pere Plexe Pere Plexe 12 février 19:42

              @Abou Antoun
              Pour avoir deux T la chose doit avoir deux appendices... ?


            • Abou Antoun Abou Antoun 12 février 20:12

              @Pere Plexe
              La nature est étrange certaines choses vont par deux et d’autres à l’unité un foie, deux reins, un cœur deux poumons.
              Et, comme vous le faites remarquer même notre organe reproducteur obéit à cette curieuse loi. On discute de tout sur AV personne n’a encore proposé ce thème.
              Pourquoi parfois deux, parfois un(e) ???
              Mais pour en revenir à notre appendice, pourquoi utiliser un diminutif ? Excès de modestie ?


            • Saltz Saltz 12 février 11:21

              Vous avez parfaitement raison.

              Si Monsieur Pivot veut une écriture qui se rapproche de l’objet désigné, qu’il écrive en hiéroglyphes ou en sinogrammes, mais attention, en chinois non simplifié.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès