Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Tensions autour des écrans publicitaires LCD du métro parisien

Tensions autour des écrans publicitaires LCD du métro parisien

Début décembre, la RATP et sa régie publicitaire Métrobus inaugurent devant la presse l’installation de nouveaux panneaux publicitaires avec écrans LCD. Ils permettent ainsi de diffuser des publicités animées et de les changer en temps réel en fonction du lieu et de l’heure de la journée pour mieux cibler les différentes populations qui empruntent les transports en commun. En plus des écrans LCD, ces dispositifs sont équipés en Bluetooth pour transmettre des informations sur les téléphones portables des usagers et d’un capteur de visages permettant de comptabiliser les passages et d’effectuer une mesure d’audience.

La réaction ne se fait pas attendre, une semaine après l’inauguration le groupe "Ras la pub" va inscire à la peinture des slogans sur ces panneaux et demande dans un communiqué que le déploiement des 400 panneaux prévu soit annulé. Metrobus étudiait la possibilité de porter plainte.

Bis repetita le mois suivant et nouvelles inscriptions début janvier. Outre l’invasion publicitaire, le groupe "Ras la pub" dénonce également le système de mesure d’audience :
"Le public est une fois de plus mis devant le fait accompli : un énième système publicitaire est mis en place sans qu’on lui ait demandé son consentement. De plus, les citoyens sont-ils informés que ces écrans les observent, et analysent leur comportement ? Dans les romans d’Orwell, les personnages savaient au moins qu’ils étaient surveillés ; ici, ce n’est pas le cas."
Cette fois-ci, la RATP aurait démenti que l’action ait eu lieu.

La tension est montée d’un cran mercredi 28 janvier. Plusieurs associations ont organisé une conférence de presse pour dénoncer l’invasion publicitaire, le système de vidéo-surveillance intégré et les problèmes sanitaires posés par le Bluetooth.
L’association Résistance à l’agression publicitaire a annoncé à cette occasion son intention de lancer une action en référé devant le tribunal administratif pour demander la suspension de ces panneaux au motif qu’ils contreviennent à la réglementation sur la vidéo-surveillance.

La réaction de Métrobus/RATP ne se fait pas attendre et un communiqué de presse est envoyé pour préciser que les 400 panneaux seront bien installés d’ici l’été. Il est également précisé à propos du système de mesure d’audience qu’il s’agit de "capteurs" qui détectent les formes des visages orientés vers l’affiche, mesurent le nombre de passages devant l’écran et le temps d’exposition au message.

Ce système peut-il donc être considéré comme de la vidéo-surveillance ?

Joint par téléphone, Norbert Maire, directeur de l’innovation de Metrobus, apporte quelques précisions :
"Il s’agit d’un projet important de déploiement de mobilier numérique. Il suscite quelques interrogations comme à chaque fois qu’on lance une nouveauté dans le monde numérique. Quelques a priori, parfois liés à de vraies raisons, parfois liés à une ignorance sur la technologie et ce qu’elle permet. Aujourd’hui les capteurs qui nous intéressent le plus sont ceux liés au fonctionnement de l’écran à l’intérieur du caisson étanche pour le refroidissement de la dalle numérique. Il y a une série de capteurs très importante : hygrométrie, température, chocs. Un seul capteur est lié à la mesure d’audience. Cela existe partout ailleurs. Dans un bar PMU aujourd’hui, l’écran qui est en haut compte exactement de la même façon les gens qui sont devant. Ca va du bar PMU aux vestiaires des golfs où il y maintenant des écrans qui sont équipés exactement du même système d’écrans LCD ou plasma avec, là aussi, un capteur qui regarde en continue combien de personnes sont dans la salle et regardent l’écran. Donc ceci n’est pas nouveau. Concernant le fonctionnement, une image est captée en temps réel et analysée par des algorithmes de comptage sans être enregistrée. Une vingtaine de critères sont étudiés (forme du visage, position des yeux, ...) et permettent de détecter la présence d’un visage. C’est ce que nous appelons un contact avéré. Ensuite, le temps d’attention est mesuré."

Concernant la validité de ces informations transmises aux annonceurs, M. Maire précise :
"Comme pour les mesures d’audience classiques, notre méthodologie est dans un premier temps présentée à l’IREP (Institut de Recherches et d’Etudes Publicitaires) puis un audit est effectué par le CESP (Centre d’Etude des Supports de Publicité) qui est reconnu dans la profession. Son comité scientifique regarde le fonctionnement interne du dispositif, analyse le code logiciel et effectue des tests en grandeur nature. Nous avons intérêt à ce que cela devienne un standard, et nous ferons tout pour qu’il soit validé."

Il revient sur les informations transmises aux annonceurs :
"Nous transmettons trois choses :

  1. les logs de diffusions permettant aux annonceurs de savoir exactement quand et où leurs publicités sont diffusées
  2. la mesure d’audience
  3. une vidéo justificative, enfin une image justificative"
Lapsus révélateur ?

Concernant le planning de mise en oeuvre :
"La mesure d’audience n’est par l’urgence. On sait que cela fonctionne en laboratoire. L’important concerne la faisabilité technique, notamment pour les problèmes de température (consommation de 1000W par panneau contre 600W pour les panneaux rétro-éclairés actuels). D’ailleurs sur les quatres dispositifs, la mesure d’audience n’est activée que sur un seul. Il faut calibrer les autres et nous avons quelques problèmes avec la disposition des vitres de protection et nous avons du mal à les ouvrir. Nous avons prévu quatre mois pour ce calibrage, les opérations seront donc terminées fin mars pour valider l’ensemble de notre cahier des charges."

Pour savoir si un système qui analyse en temps réels des images issues d’un capteur (pourquoi ne pas tout simplement parler de caméra ?) est un système de vidéo-surveillance, il faudra probablement attendre la décision du tribunal.


Moyenne des avis sur cet article :  4.81/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Lapa Lapa 29 janvier 2009 15:27

    plutôt que de renouveller les rames qui datent d’il y a trente ans, on préfère foutre du pognon dans de l’affichage numérique qui est un gâchi écologique et financier sans nom et qui n’apporte rien d ’autre à l’usager que de l’insertion publicitaire supplémentaire.

    Un jour, nos descendants (s’il en y en a) pourront vraissemblablement se poser la question "mais pourquoi etaient-ils si cons ?". gâcher de l’investissement, de la technologie, de l’énergie et des ressources dans un truc qui n’apporte RIEN en faisant croire que c’est une super avancée pour le service produit....

    mais quand est-ce que la pub comprendra qu’elle n’est pas un service mais un parasitage dans 90% du temps ???


    • SlyTheSly 29 janvier 2009 16:01

      Cette publicité ne me dérange pas.
      Si elle rapporte quelques deniers au transporteur, tant mieux.
      La pub, ça fait un sacré moment que je n’y fais plus attention...(alors autant leur prendre leur pognon si vraiment ils en veulent pas...)


    • SlyTheSly 29 janvier 2009 16:03

      Par contre c’est effectivement un peu du gâchis, et ça l’est peut-être déjà. Faudrait comparer l’impact négatif des affiches par rapport à celui d’un écran (qui idéalement serait basse consommation, tout ça...-_-).


    • Fergus fergus 29 janvier 2009 16:23

      A Lapa. Les frais d’implantation des supports publicitaires sont entièrement à la charge de Métrobus qui est une régie privée. La publicité rapporte donc bel et bien de l’argent à la RATP et lui permet précisément d’utiliser ce fric dans la maintenance des installations ou le renouvellement des rames.

      Cela dit, d’accord avec vous pour condamner cette innovation qui constitue une forme de viol supplémentaire de notre espace de vie, fût-ce le temps d’un trajet ferroviaire.


    • Robert Johnson Robert Johnson 29 janvier 2009 16:36

      Les publicités comptent pour 1.7% du budget de la RATP. Le reste étant composé des subventions publiques et de ce que payent les usagers. Un point que tout le monde oublie ici est que la publicité n’est pas de l’argent miraculeux qui tombe du ciel. Il est au final payé par les consommateurs, les entreprises publicitaires prélevant au passage leurs bénéfices. Alors, à choisir, je préfère payer en tant que contribuable et ne pas être importuné, plutôt qu’en tant que consommateur et subir en permanence ces agressions visuelles. Ca nous couterait moins cher en plus !


    • Lapa Lapa 29 janvier 2009 17:26

      fergus, vous avez raison. mertobus finance le truc. mais c’est en partie faux quand même : metrobus n’arrive pas comme ça, par hasard sans qu’il y ait eu travail prélable avec la RATP. Connaissant les conditions d’interventions à la RATP (rien que signer un plan de prévention chez eux...) je ne doute pas un seul instant que des gens RATP sont payés à l’étude de ce genre de truc et que la mise en place de ces moyens publicitaires nécessite une mise à disposition de personnel et de compétences, donc un coût. ces personnes, ce temps, cette énergie auraient pu tout aussi bien servir pour la rénovation d’une station ou la mis een place de sièges plutôt que sur l’implantation d’un énième téléviseur à couillonnades.
      De plus cette technologie bouffe de l’énergie à une époque où le quidam doit se serrer la ceinture car on essaie de le culpabiliser sur le réchauffement climatique.
      On marche sur la tête.
      utiliser la toute dernière technologie pour vendre du coca cola alors que y’a toujours pas d’accès pour personne "aux besoins specifiques" par exemple c’est délirant.
      (en plus ces daubes sont toujours en panne, rien qu’à voir la station EUROPE avec ces écrans pour messages "artistico-institutionnels" qui ne marchent pas une fois sur deux et dont tout le monde se fout. Encore du pognon et de la pollution pour rien.

      je desespère de l’esèce humaine parfois ^^


    • Fergus fergus 29 janvier 2009 19:00

      A Lapa.
      En théorie, la RATP fonctionne avec Métrobus (en charge des espaces publicitaires) comme elle fonctionne avec Promométro (en charge des boutiques) : par convention.
      Il se peut effectivement que des employés de la RATP participent aux travaux d’installation ou de maintenance, mais le coût de ces travaux est normalement facturé. Exactement comme sont facturés par la RATP la mise à disposition de locaux, de matériels ou d’agents pour les tournages de films.


    • Halman Halman 1er février 2009 13:06

      Oui Lapa, mais avec leurs comportements de consommateurs panurgiens ils l’ont un peu cherché quand même les gens non ?


    • Fergus fergus 29 janvier 2009 16:11

      Vidéo surveillance ou pas, il s’agit là d’une insupportable dérive commerciale qui doit être condamnée avec la plus extrême énergie.


      • HELIOS HELIOS 29 janvier 2009 18:00

        Ce qui est curieux, c’est que dans les statuts de la RATP il y ait la possibilité de faire de largent avec autre chose que du transport de voyageur.

        Que la RATP ait un cabinet d’etude sur le transport, et qu’elle vende du conseil dans ce domaine, pourquoi pas, bien que son metier soit de transporter, pas d’imaginer des trains nouveaux. il y a pour cela les fabricants de trains, de rames, etc...

        Ce qui est vrai pour la RATP devrait etre vai pour Metrobus, ou les autres, enfin, toutes les entreprises privées qui ont un contrat avec l’etat. Libre a ces entreprises d’avoir des filiales, mais dans ce cas, la comptabilité doit bien faire apparaitre les differences sources de profit.

        Je crois beaucoup a la comptabilité, il me semble qu’il faudrait, je l’ai déjà indiqué plusieurs fois, une grande reforme de la comptabilité pour que cesse de se melanger tout et n’importe quoi, et que soient lisibles les vraies repartitions des charges et des produits.... Le plan comptable tel qu’il est fait ne repond pas du tout a cet objectif, il a même un impact négatif sur les relations de l’entreprise avec le tissu economique au point même d’etre parfois contreproductif.

        Nul doute que la pub, moindre mal, mais surtout le SPAM INTOLERABLE que ces systèmes intrusifs se preparent a vous envoyer... Figurez vous qu’a l’aeroport de NY (La guardia) en passant devant une salle pleines d’ecrans plat qui avait tous la même image, mon portable a sonné indiquant qu’il avait reçu un sms. c’etait la pub des ecrans !!!!!

        Alors, vous comprenez bien qu’il faudrait faire quelque chose rapidement avant que nous en arrivions là.... et ce quelque chose n’est pas d’ordre technique, il y aura toujours un contournement possible et c’est en plus sterilisateur, mais d’ordre reglementaire. Le transporteur transporte, le spam, y compris dans des locaux privés, est interdit etc...


        • Fergus fergus 29 janvier 2009 19:06

          A Hélios. TOUTES les entreprises de transport, qu’elles soient publiques ou privées, mettent des espaces à la disposition des publicitaires, que ce soit sur des murs, des portiques, des escaliers ou du matériel roulant. De même que TOUTES les villes. Et dans le même but : produire des recettes susceptibles de diminuer leurs frais généraux. Ni vous ni moi n’y pouvons rien, hélas !


        • HELIOS HELIOS 29 janvier 2009 21:03

          Oui, Fergus, je sais, je le vois bien. Cela ne veut pas dire que c’est souhaitable, c’est juste une constatation.

          On nous parle en permanence de reforme, mais la reforme, cela doit servir a l’amelioration des choses. Je n’ai jamais vraiment aimé le melange des genres... une bonne reforme consisterait a redonner de la consistance aux activités commerciales, industrielles, les services etc.

          La pub est un metier, les entreprises privées ont bien le droit d’arrondir leurs revenus par de la pub, dans la mesure où la part que cela represente soit mineure dans ce que rapporte son activité principale... sinon, cela devient son activité majeure.

          Il y a alors des regulations a mettre en place, exactement comme on l’a fait pour la pub a la télé publique. la SNCF, la RATP et les services publics en général n’ont pas besoin de pub, si ce n’est qu’a dose homeopathique. L’usager doit payer le vrai prix du service que l’etat lui fourni et il existe de multiple moyen de compenser les injustices sociales s’il y en a, genre tarifs arrangés, etc...


          Donc, sans parler de mesures pour y arriver, il me semble que la pub devrait disparaitre de tout ce qui est public, et qu’un encadrement reglementaire donne des limites aux exces possibles : cela existe deja, regarder la reglementation des coupures a la télé, de la duréee glissante de la pub sur une heure etc... et ces regles s’appliquent au privé !


        • Fergus fergus 30 janvier 2009 08:45

          Le problème concernant le SNCF banlieue et la RATP, c’est que l’usager ne paye pas le vrai prix de son transport dans la mesure où l’Etat et les Collectivités locales leur reversent près de 40% d’Indemnité compensatrice, soit la part des réductions tarifaires consenties aux ayants-droits.
          Un Etat et des Collectivités locales qui, pour cause de difficultés budgétaires, traînent de plus en plus la patte et incitent les entreprises de transport à multiplier les recettes annexes.
          Je le regrette comme vous.


        • Paic_Citron 29 janvier 2009 18:04

          Moi ce qui me fait le plus réagir dans cette histoire c’est les 1000W pour faire fonctionner l’usine à gaz !! smiley
          Déja que les 600W des panneaux rétro-éclairés sont un véritable scandale !

          Pour rappel, la consommation d’un ordinateur de bureau est généralement inférieure à 500W.

          Merci le GASPILLAGE !! smiley


          • Croa Croa 29 janvier 2009 23:04

            «  la consommation d’un ordinateur de bureau est généralement inférieure à 500W. » Non, cinq fois moins et celà est bien suffisant ! ( Et je compte le moniteur ! La puissance indiquée sur les alims ne veut rien dire car elles sont volontairement surdimentionées pour faire face à de brefs appels de courant.) Par ailleurs les portables consomment encore quatre fois moins alors qu’il font le même travail !  

             smiley Ces gaspillages d’énergie en cascade sont déjà amoraux !  smiley

            Et vous voudriez que les marchands respectent votre vie privée... Ne révez pas voyons !  smiley 


          • fhefhe fhefhe 30 janvier 2009 03:37

            La PUB est une "industrie" du XX éme siécle...qui a eu une progression exponentielle grâce à la LoBoToVision .
            Les capteurs qui sont incorporés à l’intérieur de ses "Machines A Lave-Cervelle" ont pour objectif de rendre "Plus Blanc que Blanc" nos comportements de consommateurs....
            (Une entreprise comme "CoCa-Cola" avec l’aide de la Pub a rendu le "Père Noél" qui était Vert jusqu’au début des années 30 ....Rouge... !!!)
            Les "BaBa-Cools" des années 70 avec l’aide du LSD se sont crées des mondes artificiels....Multicolores.
            Les "Snipers" de la Pub avec l’aide des écrans LCD créent la même chôse mais ont plus d’adeptes grâce au prosélytisme de la "Religion Cathodique"...
            Avec LCD , PLASMA nous pouvons dire :
            "Elles cédent sous l’emprise du Sérum qui les perturbent"
            Elles cédent = "Elles" sont les "Agmydales" du cerveau qui gérent nos émotions...
            Sérum = Plasma...
             


            • SlyTheSly 30 janvier 2009 11:35

              Le costume rouge du père Noël date de la fin du XIXème siècle aux USA. Coca-Cola l’a adopté car il était aux couleurs de la marque, et pas l’inverse ! (contrairement à la légende urbaine)


              • Avallis Avallis 30 janvier 2009 17:23

                Je prefere avoir des pubs animees que des grafitis.

                Je ne comprends pas vraiement le problem de remplacer des panneaux en papier par des ecrans de TV ...

                Si c’est pour "proteger" l’individu de se faire pieger par les pubs, a part pour ses propres enfants, c’est prendre les autres pour des cons, en les protegeant contre eux-meme et de force.

                "
                Le public est une fois de plus mis devant le fait accompli : un énième système publicitaire est mis en place sans qu’on lui ait demandé son consentement
                "
                C’est tres fort comme declamation : Si le public possedait la RATP on pourrait a la rigeur demander un conseil d’usager pour definir le carde. Vu qu’ils seraient tous corrompus ca passerait quand meme smiley. Mais en l’occurence, le public n’a absoluement rien a dire, il la ferme et c’est tout.

                "
                Vidéo surveillance ou pas, il s’agit là d’une insupportable dérive commerciale qui doit être condamnée avec la plus extrême énergie
                "
                C’est quand meme severe comme propos pour un nouveau support de pub ... Au buchet ? on en est pas loin smiley


                Pour ce qui de la surveillance, si on a rien a se reprocher il n’y a aucune raison de ne pas vouloir se sentir "protege" par ce systeme de securite en zone publique. Ca arrivera peut etre un jour que vous serez content de trouver la video enregistree pour une raison que j’espere ne vous arrivera pas.


                • yclick yclick 2 février 2009 01:14

                  bêêêêêêêê bêêêêê


                • lowlow007 lowlow007 1er février 2009 10:52

                  sortez vos bombes de peinture noire et zou , un petit coup vite fait !
                  4euros chez castoleroy...
                  à bon entendeur, sinon acceptez votre sort de con-sot-mateurs et taisez vous !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès