Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Terrorisme : une base de données ouverte en France

Terrorisme : une base de données ouverte en France

Sur une quarantaine d’années, la BDT de la Fondation pour la recherche stratégique recense 1500 actes de terrorisme assortis de violence.

Les sources d’information sur le terrorisme ne manquent pas sur Internet. Elle sont nombreuses, et parfois excellentes. En phase de "rodage", la Base de données sur les actes terroristes (BDT), ouverte au public depuis le 22 septembre 2005, via les sites Internet du ministère de l’Intérieur et de la Fondation pour la recherche stratégique, se présente cependant comme une "pionnière" dans son genre : une première tentative de couvrir dans la durée l’ensemble des données concernant l’ensemble des actes de terrorisme affectant un pays ou ses intérêts dans le monde.
Les actes recensés dans la BDT - souligne François Heisbourg en page d’accueil- démarrent en 1965, le milieu des années soixante marquant pour la France la charnière entre la violence liée aux conflits de la décolonisation et l’avènement progressif des terrorismes contemporains : " noir ", " rouge " et moyen-oriental. La BDT examine aussi, sans limitation de date, le défi du terrorisme dit NRBC (nucléaire, radiologique, biologique, chimique).
Dans leur variété, les actes recensés vont du "pétard mouillé" jusqu’aux drames de l’hyperterrorisme. Ils répondent néanmoins aux critères énoncés dans la décision-cadre du 22 juin 2002 de l’Union européenne concernant les infractions terroristes. La BDT s’en tient par ailleurs aux seuls actes assortis de violences.
C’est une équipe de la Fondation pour la recherche stratégique qui est responsable du contenu et de l’organisation de la base de données. Elle utilise uniquement des sources non privilégiées pour décrire et analyser les actes de terrorisme dans le respect du droit des personnes.
Si la BDT peut, le cas échéant, connaître des lacunes de ce fait -préviennent ses responsables- elle se garantit aussi par ce biais contre le recours à des sources secrètes, donc susceptibles de manipulation.

Imperfections européennes et choix provisoire pour la Corse
Placée sous l’égide du ministère de l’Intérieur, la Fondation pour la recherche stratégique seule est responsable de son contenu, affirment les auteurs de la BDT. Dans tous les cas, nous nous sommes efforcés de vérifier et de recouper au mieux les informations disponibles. Si l’exercice est parfois difficile, il est faisable pour une raison simple : tout acte de terrorisme s’inscrit dans une logique de publicité. Ce n’est donc pas la matière première qui manque en termes de données : le tout est de faire le tri. Ce critère de publication permet aussi d’éliminer les actes de violence qui sont purement crapuleux dans leurs objectifs, leurs motivations et dans leur absence de volonté de terroriser.
La version actuellement accessible au public est loin d’être parfaite : les actes de terrorisme recensés s’arrêtent pour le moment à l’orée de l’année 2003. Mais ses responsables annoncent que dans les prochains mois, la BDT " rattrapera " l’actualité terroriste immédiate. De plus, à partir de 2006, devrait paraître un annuaire décrivant l’évolution des actes de terrorisme au cours de l’année qui vient de s’écouler.

L’équipe de la Fondation pour la recherche stratégique ne cache pas non plus ses difficultés face aux actes de terrorisme en Corse. Nous nous sommes tenus, à ce stade, à un traitement limité des actes de terrorisme en Corse. Pour l’ensemble de la période suivant les événements meurtriers d’Aléria (1975), ont été recensés les seuls actes s’étant traduits par des conséquences d’une gravité particulière (mort d’homme notamment). Ce choix provisoire reflète la difficulté à traiter le nombre immense d’attentats commis dans l’Ile de Beauté : nous avons préféré ne pas retarder la mise en ligne de la BDT, en attendant que ce travail soit accompli.

Signe prospectif et signe des temps
Centrée sur la France et ses intérêts à l’étranger, la BDT promet d’élargir son spectre et d’ embrasser progressivement les actes visant aussi les autres Etats membres de l’Union européenne. Sa "finesse de résolution" devrait donc s’accroître. L’outil, qui permet déjà des corrélations utiles et la mise en évidence des tendances lourdes, présente au public un travail qui aurait été impossible en l’absence d’une série temporelle très longue et d’un recensement aussi exhaustif que possible.
Loin des informations semestrielles transmises aux parlementaires italiens par les Services secrets de nos proches voisins, la publication sous l’égide du ministère français de l’Intérieur de cette BDT est le signe prospectif d’une évolution vers une relative libéralisation de l’information en ce domaine. Un signe des temps qui n’incite pas pour autant à l’optimisme : la BDT- conclut François Heisbourg- s’inscrit dans l’effort d’organisation de longue durée de notre pays et de notre société par rapport à une forme de violence qui n’est pas appelée à disparaître de sitôt, et dont la gravité croît avec l’abaissement des barrières technologiques, financières et politiques en matière de maîtrise des moyens de destruction de masse.
D’autant moins encourageant que les chercheurs et les membres de la Fondation pour la recherche stratégique sont du genre bien informés : Total, Thales, EADS, Ecole polytechnique, Dassault aviation, Défense Conseil international, Commissariat à l’énergie atomique, Sofresa, Safran, Giat industries et SNPE constituent le collège de ses fondateurs.


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Fabien (---.---.110.59) 3 février 2006 21:34

    Signe des temps, dites vous ! Sans doute. Mais à l’heure des consignes made in USA pour être « ready », je ne suis pas sur que l’on puisse lire dans de tels signes une « libéralisation de l’information ». Le nouveau programme destiné aux enfants du département US de la sécurité intérieure est lui aussi un signe des temps. La jungle est désormais à cette adresse http://www.ready.gov/kids/index.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès