Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Todd et Charlie (2ème partie) : des corrélations et des causalités

Todd et Charlie (2ème partie) : des corrélations et des causalités

Hier, j’ai débuté l’analyse du livre polémique d’Emmanuel Todd, « Qui est Charlie ?  », soulignant certaines carences de ses critiques contre le mouvement qui a accompagné les manifestations de janvier. Un défaut majeur est sa façon de tirer des conclusions un peu hâtivement.

 
Des conclusions un peu hâtives ?
 
Dans ce livre, Emmanuel Todd s’appuie largement sur ses travaux antérieurs, et notamment la cartographie de la France réalisée avec Hervé Le Bras dans « Le mystère français  ». Il tire un portrait démographique de Charlie et analyse la distribution des 4,4 millions de manifestants estimés (10,7% de la population des zones concernées), note la moindre participation dans les bassins ouvriers, dans le Nord ou le Sud-Est, ou la forte participation des villes de cadres ou de l’Ouest. Il oppose Marseille la populaire moins mobilisée et Lyon, la bourgeoise et catholique, plus mobilisée. Et en recoupant avec les résultats électoraux, il en déduit que « la France des classes moyennes supérieures fut surmobilisée  » et que les catégories intermédiaires ont rejoint les classes supérieures, au contraire de 2005, comme en 1992.
 
Par-delà certains biais de méthodes, notamment soulignés par Edgar, on peut quand même se demander si la conclusion à laquelle arrive Todd n’est pas un peu rapide. Comme Edgar le souligne, il faudrait comparer avec d’autres manifestations pour vérifier si les estimations de participation du 11 janvier présentent un biais par rapport à la distribution habituelle. En outre, il est bien évident que les participants à la marche de Paris ne venaient pas seulement de la capitale, révélant l’attraction des grandes métropoles autour d’elles, ce qui biaise quelque peu les statistiques, et imposait une comparaison avec d’autres manifestations afin d’être rigoureux dans la démarche. Les habitants de la périphérie se sont-ils moins mobilisés parce qu’ils ne le souhaitaient pas ou parce que leur lieu d’habitation leur compliquait la tâche ? Sur cette question, comme d’autres, Emmanuel Todd semble conclure un peu rapidement.
 
Du sens de la manifestation

Il se demande « pourquoi les régions qui soutiennent aujourd’hui le plus vigoureusement le projet européen et la laïcité sont-elles celles qui, lorsqu’elles étaient catholiques, avaient fourni à l’antidreyfusisme ses plus gros bataillons et au régime de Vichy ses meilleurs soutiens  ». Bien sûr, il n’est pas inintéressant de faire des parallèles historiques, mais outre le fait qu’on souhaiterait qu’il étaye un peu plus solidement de telles affirmations, corrélation n’est pas toujours causation. Puis, suit des raisonnements assez extravagants : il soutient que, « c’est bien un idéal de hiérarchie qui avait mené à Maastricht, et qui nous gouverne toujours, ancré dans les valeurs d’autorité et d’inégalité  ». Pour avoir voté pour la première fois le 20 septembre 92 (« non »), je n’ai pas du tout la même interprétation. Si le « oui » l’a, malheureusement, emporté, c’est au contraire en se positionnant comme un vote pour la liberté (de circulation des individus) et l’égalité (avec la même monnaie et la même citoyenneté pour toute l’UE).

 
Ici, je pense que Todd fait un contresens : même si les critères de convergence étaient de facto porteurs d’une dimension autoritaire, cela était une conséquence, certes logique, du traité, mais pas un élément clé du débat démocratique de l’année 1992. Et comment y voir un quelconque lien avec Charlie, symbole de la défense de la liberté de pensée  ? Quand Todd critique la mise en avant de la liberté au détriment de l’égalité dans les manifestations du 11 janvier, n’est-il pas complètement hors sujet ? En effet, ce n’était pas le sujet du rassemblement, puisqu’il s’agissait de rendre hommage aux victimes des attentats et défendre une partie de nos valeurs, notamment la liberté, mais aussi, d’une certaine mesure la fraternité  ? Ce n’était pas parce que l’égalité n’était pas, logiquement, le sujet des manifestations, que les manifestants défendent l’inégalité. La question de l’égalité n’était tout simplement pas à l’ordre du jour.
 
Mais si Emmanuel Todd fait fausse route, par des conclusions assez abusives sur des corrélations un peu rapidement établies, malgré tout, ce faisant, il aboutit à poser des questions loin d’être inintéressantes, sur lesquelles je reviendrai demain, et notamment l’évolution du Parti Socialiste.

 

Source : « Qui est Charlie ?  », Emmanuel Todd, Seuil

Moyenne des avis sur cet article :  2.29/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • julius 1ER 26 décembre 2015 11:04

      ». Pour avoir voté pour la première fois le 20 septembre 92 (« non »), je n’ai pas du tout la même interprétation. Si le « oui » l’a, malheureusement, emporté, c’est au contraire en se positionnant comme un vote pour la liberté (de circulation des individus) et l’égalité (avec la même monnaie et la même citoyenneté pour toute l’UE).

    @l’auteur,
    c’est la somme des raisons qui ont été la victoire du oui à Maastricht qui était l’aboutissement d’un long processus d’unité de valeurs partagées en Europe ...
    osez -dire que les Français ne vivent pas comme des Allemands ou des Italiens ou des Hollandais .. etc qui tous ..... tous les jours ont les mêmes soucis travailler, mettre les enfants à la crèche ... problématique des moyens de transport, de revenus, de nourriture, de logement .. etc 
    bien sûr que l’Europe est nulle dans sa version ultra-libérale et d’extensions à outrance, ainsi que dans son fonctionnement tout comme la France est nulle avec son turbo-Capitalisme , son système bancaire qui ne fonctionne que pour l’intérêt de certains ...
    mais que proposez-vous, le retour au nationalisme qui ne résous rien !!!! 

    • eric 26 décembre 2015 12:34

      J’ai du arrêter de lire tous les bouquins de Todd à leur sortie avec celui ou il parlait de Hollandisme révolutionnaire, tout en vilipendant le gouvernement Sarkozy, au motif qu’il comprenait peu d’énarques et de hauts diplômés...
      Il faut dire que déjà auparavant, j’avais eu des doutes. Dans un des premiers, il annonçait avec force arguments « scientifiques », que le FN serait un phénomène éphémère comme son homologue anglais....
      D’autre part, et aussi déjà à l’époque, il semblait voir que le FN se développait dans des régions individualiste, égalitaires anarchistes sans en tirer les conséquences... Le FN est un parti sociologiquement gaulliste....Le PS est un parti inégalitaire de tradition monarchiste, catho intégriste dogmatique et profondément inégalitaire.

      Ces plus récent ouvrages se situent dans la lutte pour la redéfinition idéologique et donc le pouvoir, au sein des castes sociales de gauche qui tentent de se refonder pour pallier au rejet massif dont elles sont l’objet dans l’électorat français. Trouver un nouveau discours aliénant les masses pour continuer à se gaver d’argent public.

      Cela ne mérite pas trop de temps.


      • TSS 26 décembre 2015 17:38

        Quelle personne sensée pouvait defiler le 11 janvier en compagnie de dictateurs

        tortionnaires africains ,connus de tous,et les« sans dents » encadrés par un cordon

        de policiers,selon le principe du non melange « torchons,serviettes »... !!


        • Hector Hector 27 décembre 2015 09:38

          @TS
          Quel défilé ? Ils ne sont venus que pour la photo.


        • bakerstreet bakerstreet 27 décembre 2015 12:23

          @Hector
          C’est extraordinaire de mauvaise foi, cette histoire de volonté de récupération et de dénigrement. Au vue des dirigeants venus d’une façon opportuniste se coller au mouvement spontané, il aurait fallu que ce soit ce dernier,avec ses quelques millions de participants, qui se dissolvent. Mais on oublie que si les premiers sont venus, c’est en rapport avec l’indignation générale, liée à une volonté de mise en coupe. Il fallait surtout révéler la tartuferie, ce que dans un premier temps d’ailleurs certains n’ont pas été capables, il faudra attendre novembre pour qu’ils s’aperçoivent que cet attentat est comme une tentative de coup d’état contre la démocratie, et ses valeurs, et non, une réaction de dévots indignés (sic..) contre un blasphème fantasmé ( les petits dessins)...La paire de lunette de Todd là dedans, ( pas vraiment des verres progressifs) je crois pas qu’elle servira beaucoup aux générations futures, sinon aux écoles de commerce, pour montrer comment on peut tout tenter de récupérer.


        • Hector Hector 27 décembre 2015 12:42

          @TSS
          Bonjour Bakerstreet,
          C’est bien ce que je déplore.
          Je ne suis pas plus ou moins Charlie que n’importe qui, mais je suis surtout navré que ces millions de gens ne se soient pas interrogé avant de venir, sur la possibilité quasi évidente d’une récupération de leur peine par ces je-ne-sais-quoi.
          Les mots me manquent.
          L’ attitude de nos dirigeants est plus qu’ignoble.
          Ce qui me rassure quelque peu, c’est que nous sommes de plus en plus nombreux à nous en apercevoir.
          Ce qui me désole, c’est que nous n’avons aucune maturité politique.


        • psynom 27 décembre 2015 19:13

          @Hector

          "je suis surtout navré que ces millions de gens ne se soient pas interrogé avant de venir, sur la possibilité quasi évidente d’une récupération de leur peine par ces je-ne-sais-quoi."

          Toutes les valeurs, toutes, tous les plus beaux sentiments, tous nos symboles démocratiques républicains, sont récupérés, détournés, retournés contre nous !

          Quoi ? Il faudrait, à cause de cela, renoncer à les défendre ? NON ! Bien au contraire.

          Toute la propagande des anti-Charlie (je ne parle pas des commentateurs de cet article) vise cela : nous faire poser les mauvaises questions et nous faire renoncer à d’autres mouvements Charlie.


        • JL JL 26 décembre 2015 18:51

          Ce débat à sens unique n’a aucun sens : l’auteur y fait les questions et les réponses.

           



          • alinea alinea 26 décembre 2015 19:08

            « rendre hommages aux victimes », oui, cela s’est fait le mercredi soir de manière spontanée.
            D’habitude on manifeste son mécontentent face à un pouvoir qui nous mécontente !
            Ici, il ne s’agit pas de cela ; dans l’atteinte profonde qu’ont ressentie ces gens face à un attentat qui les touche - tous les autres, tous les jours ne les ayant pas touchés- se sont réunis, autour de leur gouvernement ( personne n’ignorait qu’il était dans la rue, en accompagnement de son gouvernement et d’autres gouvernements aussi délicieux qu’approuvés, apparemment) pour montrer quoi, à qui ?
            Montrer que les enfants gâtés se serrent les coudes, ...bien en vain !!


            • bakerstreet bakerstreet 27 décembre 2015 11:55

              @alinea

              Quelques millions de gens dans les rues, et vous ne voyez que les opportunistes qui se sont collés au mouvement après sa mise en marche, en faisant semblant de croire que ce sont eux qui ont donné le « la ». Cela me rappelle « la mouche du coche », de la fontaine, http://bit.ly/1Pq5qxj une mouche qui croit être responsable de la marche d’un attelage de chevaux, et de leur entrain. Les gens, quelques millions tout de même, les plus grosses manifestations depuis la libération, n’ont pas attendu qu’on leur dise de se réunir. Ils l’ont fait le soir même, bien avant le grand raout. Dire qu’ils ont obéit à un ordre c’est comme de dire que les écologistes se mobilisent pour la planète, parce que la cop 21 leur en a donné l’idée. « Les enfants gatés » ? Drôles de propos.On dirait du « De Gaulle » en mai 68 ; vous remarquerez au vue de l’immense pourcentage de gens qui se sont exprimés alors, qu’il y a sans aucun doute un gros pourcentage des victimes de Novembre à avoir fait partie de ces « enfants gatés » par les terroristes. 
              J’avais moi même fait écœuré un billet le jour même du 7 janvier, qui se terminait en disant avant qu’on me le dise « nous sommes tous des journalistes de charlie ».Charlie : L’humour comme arme létale contre la haine et la bêtise !
              Parfois, l’histoire et l’actualité n’a pas besoin de prédicateurs, ni d’imman, ni d’inquisiteurs, à la sauce Todd ; C’est comme ça qu’on vérifie la santé d’un peuple. Et ce mouvement a été un bon mouvement de rappel pour montrer qu’après tout cette société était en meilleure santé qu’elle le pensait.

            • alinea alinea 27 décembre 2015 12:46

              @bakerstreet
              C’est exactement ce que je dis ; quant aux enfants gâtés, c’est une référence à un article que j’ai écrit, et je m’y inclus.
              Je n’ai pas dit qu’ils avaient « obéi », j’ai dit qu’ils savaient que tout le monde verrait le chapeau gouvernemental, c’est si vrai que Hollande est remonté dans les sondages.
              Pfffuuuiiitt !!


            • bakerstreet bakerstreet 27 décembre 2015 13:05

              @alinea
              Je suis toujours très circonspect avec les sondages, enclin à penser qu’ils dessinent surtout l’opinion que les commanditaires réclament. Les questions sont insipides et orientées,d ’ailleurs, le plus souvent, et font ellipses de la nuance. Un élément qui c’est vrai disparaît totalement quand les bruits de bottes arrivent. Il y a alors cet atavisme moutonnier dont on a vu dans le passé les pires manifestations, comme en 14 autour de l’union sacrée, ou en 39, autour de Pétain, le resserrement autour du chef,dans des réflexes de meutes...

              Dans les périodes de crise, les analystes ont le vent en poupe, et il est sûr que Todd a pu se prévaloir avec ses tables d’analyse,( prétendument scientifiques, un mot que je n’aime pas et qui sent la magouille, la manipulation, la volonté de clore de bec avec ce coté définitif de la « science » quand il s’agit de choses humaines), d’un courant porteur, passager. 
              Je regrette qu’un type comme Barthes n’est pas été présent, ou Camus, des types jeunes, qui avaient de l’humanité en eux, plutôt qu’un préchi précha d’inquisiteur.

            • psynom 27 décembre 2015 02:16

              Les Charlies, ceux qui sont descendu dans la rue, ne représentent aucunement les classes sociales touchés par les attentats, ils n’en n’étaient pas les cibles. Les cibles étaient : des médias, les flics et les juifs. Les Charlies ne manifestaient donc que leur émotion et défendaient uniquement des valeurs humaines évidentes, dont, bien évidemment, la fraternité (avant la liberté d’expression).

              Je crois que ce qui a le plus dérangé les anti-Charlies est justement le fait que les Charlies défendaient leurs valeurs !

              Il me semble avoir décelé un postulat constant chez tous les anti-Charlie : «  défendre ses valeurs est forcément le faire au détriment des autres  ». Pour Todd défendre la liberté d’expression et la fraternité est forcément acte d’islamophobie.

              De même, "défendre ses intérêts serait le faire forcement au détriment des autres". Les Charlies défendraient leur liberté d’expression par égoïsme au détriment de l’égalité… La bien-pensance n’a peur d’aucun contre-sens.

              Il faut dire que Todd ne fait qu’enfoncer les portes ouvertes du bourrage de crâne, classique depuis une quarantaine d’année, qui veut nous réduire au silence, à la passivité, à l’acceptation du sort que l’on nous destine. Alors il faut chercher le mal chez ces français qui furent Charlie.


              • JL JL 27 décembre 2015 10:07

                @psynom, 


                ’’Les cibles étaient : des médias, les flics et les juifs.’

                sauf à déclarer que les assassins de la tuerie Charlie étaient de stupides crétins, vous exprimez ici typiquement l’interprétation que ces monstres donneraient eux-mêmes si on leur donnait la parole. 

                Vous ne trouvez pas ça un peu bizarre ?

                Parce que, franchement entre nous les yeux dans les yeux, si par extraordinaire, de stupides crétins pouvaient commettre impunément (*) de tels crimes sur notre sol, alors nos médias, nos flic et nos juifs seraient eux aussi, de stupides crétins, non ?


                (*) ici, je ne parle pas des Kouachi et Coulibaly qui ne furent que des marionnettes, mais des authentiques commanditaires dont l’existence et a fortiori l’identité ne sont même pas évoquées par nos médias, nos flics et nos juifs, comme vous dites.

                Ps. Des Charlie qui manifesteraient en solidarité avec les médias, ce seraient les gens qui ont coutume de confier leur temps de cerveau disponible auxdits médias, non ?

              • JL JL 27 décembre 2015 10:13

                @psynom


                Qui attend la venue du messie ?
                Qui croit que le messie viendra quand l’Europe sera tombée ?

                Réponse à ces questions, , en 25 secondes.

              • bakerstreet bakerstreet 27 décembre 2015 11:35

                @psynom
                Sauf que le dernier attentat montre bien par l’horreur, que les cibles des islamistes, c’est pas seulement la liberté d’expression, mais d’une façon plus large, ceux qui osent écouter de la musique profane, s’amuser, boire un coup, etc, etc...Bref, tout le monde, dans cette logique de l’horreur et de la sidération. 

                Le but évident, c’est de cliver, sinon, afin qu’on se tape demain sur la gueule, au grand bénéfice des marionnettistes, et là on peut dire que Todd leur donne un coup de main, ou du moins tente, car la sauce n’a pas trop pris, et est maintenant totalement retombée. Du reste on n’en parle plus du tout, sauf ici.
                 Le Charlie a été décliné par certains de façon honteuse, et inqualifiable par ceux qui voulaient régler leur compte de refoulés haineux et trouvaient des justifications honteuses aux assassins. Tous ceux qui ne leur plaisait pas devenaient charlie, même la mémé du coin qui se mobilisait comme tant d’autres dans les marches silencieuses. S’il y avait eu autant de « bobos », que de gens qui ont défilé à cette époque, il n’y aurait pas de crise économique dans ce pays....


              • psynom 27 décembre 2015 11:39

                @JL

                Je ne comprends pas trop votre argumentation, mais ce que je constate : Les Charlies, individus de la plus grande diversité, sont descendu dans la rue, puis sont rentré chez eux. Point.

                Si chaque individu avait ses motivations perso (oui pourquoi pas réponse à une injonction du pouvoir, à une soumission aux médias, etc.) il est quand incroyable d’en faire une généralité. La seule que l’on peut faire, selon moi, est que le mouvement fut d’une très grande banalité : les Charlies n’ont fait qu’exprimer une forte émotion collective, face à l’atteinte de leurs valeurs humaines communes. Ce que je trouve intéressant chez eux, est qu’il est ont réagi positivement à l’état de sidération collectif (en général un attentat sert à terroriser, à démobiliser…)

                Plutôt que de chercher qui sont les Charlies, il serait sans doute plus instructif d’analyser la déferlante des anti-charlies qui ont voulu voir beaucoup de chose dans ce qui ne fut que d’une grande banalité très humaine. On y a découvert toutes sortes d’idéologies, des gens manipulés répondant à l’injonction politique, à une soumission aux médias, à une soumission aux flics (bin oui, ils ont été applaudis et embrassés), un effet de « caste », de l’égoïsme social, de l’islamophobie… etc. Toutes sorte de tentatives pour discréditer, salir les Charlies… Volonté de se distinguer par rapport, au mouvement, phénomène de projection contraire ?

                En faire une classification, nous enseignerait beaucoup plus sur notre société.


              • psynom 27 décembre 2015 11:42

                @bakerstreet
                effectivement, que tant de gens descendent ensemble dans la rue ne peut que faire peur à ceux qui ne voudrait créer que clivage


              • bakerstreet bakerstreet 27 décembre 2015 12:08

                @psynom
                A ce niveau la bombe n’a pas du tout explosé, et ces événements ont même vérifié que non seulement les gens n’avaient pas peur de se réunir, mais ont instinctivement pigé les enjeux. C’était pas une histoire de petits dessins, et ça, les événements qui ont suivi l’ont attesté, mais la tentative de mise en coupe de la société civile. Un germe introduit dans un organisme, peut le ruiner, ou au contraire le rendre plus fort, quand il produit des anticorps. Surtout en ne s’en remettant pas à de mauvais médecins, qui feront de mauvais diagnostics. Todd à ce niveau m’a toujours paru être un des doctes enfariné, qui se produisait en récitant des incantations, des formules latines qu’ils se faisaient payer à prix d’or. La maladie rapporte beaucoup aux faux médecins.


              • JL JL 27 décembre 2015 12:26

                @psynom

                 
                 ’’Je ne comprends pas trop votre argumentation’’

                ne me dites pas que vous aussi, vous êtes un stupide crétin, je ne vous croirai pas : mon argumentation comme vous dites est pourtant clairement exprimée, avec peu de mots et des plus simples, non ?
                 
                15 lignes ! Try again, please.

              • JL JL 27 décembre 2015 13:35

                @psynom,



                vous dites : ’’Les cibles étaient : des médias, les flics et les juifs.’’’

                Or j’observe que le résultat a été un surcroît de popularité et de sympathie pour ’les médias, les flics et les juifs’. Dit autrement, ces attentats seraient contre-performants s’ils étaient perpétrés par les ennemis des ’médias, flics et Juifs’ et puisque nous savons bien que l’Islam prospère sur la misère et le rejet par l’Occident des communautés musulmanes.

                Vous observerez que tous ces attentats, depuis le 11 Septembre 2001 jusqu’à celui du 13 novembre dernier ont pour conséquence un clivage de plus en plus préoccupant entre l’Occident et l’Islam et leurs VO ont en dénominateur commun une stupidité présupposée de leurs auteurs.
                 
                Cette stupidité présupposée envers une seule et même communauté toujours stigmatisée ne peut qu’être le terreau du terrorisme : autrement dit, les VO sont un seul et même discours performatif, le même que celui de Samuel Huntington il y a 30 ans. 
                 



              • psynom 27 décembre 2015 13:58

                @JL

                ne me dites pas que vous aussi, vous êtes un stupide crétin

                ça fait bien longtemps que je ne pose plus la question, ni pour moi, ni pour ceux que je ne comprends pas. Il n’y avait aucune supputation sur votre degrés d’intelligence dans mes propos. Je ne m’attaque qu’aux arguments pas aux personnes.


              • JDCONSEIL 28 décembre 2015 08:41

                D’habitude Todd pose les bonnes questions, comme des millions d’entre nous. Là dans ce bouquin, je ne suis même pas sûr qu’il le fasse ; Quant à ses réponses à ces interrogations, elles sont elles aussi orientées suivant la conclusion à laquelle il souhaite arriver. Cela s’appelle de la malhonnêteté intellectuelle. A moins d’être un homme politique auquel cas cela s’appelle de la conviction. Question pour qui roule Emmanuel Todd ? 


                • JL JL 28 décembre 2015 10:05

                  @JDCONSEIL

                   
                  Quelles pourraient donc être les motivations d’un chercheur pour trahir ce qui fait tout l’intérêt de sa vie de chercheur ? 

                  Quelles orientations pourraient bien motiver Todd pour aboutir à ces conclusions que vous rejetez au seul motif qu’elles ne vous plaisent pas ?


                  Vous feriez avancer le débat en apportant une élément de réponse.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès