Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Todd et Charlie (6ème partie et conclusion)

Todd et Charlie (6ème partie et conclusion)

« Qui est Charlie ?  » est le livre auquel j’ai consacré le plus de papiers, parce que je suis largement critique à son égard, mais aussi parce surnagent des analyses et réflexions intéressantes. Et même si Todd fait bien des raccourcis abusifs, un peu de débat ne fait jamais de mal.

 
Un Zemmour de gauche ?
 
Todd tacle un Zemmour endogame : «  par le biais d’un mariage mixte, une moitié des jeunes d’origine algérienne étaient plus avancés dans l’assimilation que certains théoriciens de l’échec de l’intégration ». Mais l’impression que donne ce livre, c’est qu’il tombe dans les mêmes excès que l’auteur du « Suicide Français », mélangeant essai et roman, tant il fait de raccourcis et cède à des excès. Car pour les deux auteurs, finalement, la France se meurt, même s’il s’agit de deux France différentes. Zemmour pleure une France caricaturale, presque aussi machiste que l’Arabie Saoudite, décrivant sans nuance quarante ans d’histoire. Avec ce livre, Todd pleure une France intégratrice et tolérante avec autant de nuances que l’auteur du « Suicide Français  », à travers sa vision de Charlie.
 
Comment écrire que « Charlie pourrait être un phénomène dynamique qui révèle avec le temps, de plus en plus fortement, ses vraies valeurs de référence : l’autorité et l’inégalité (…) Socialistes, sarkozystes et mélenchonistes ont défilé ensemble, affirmant un même socle de valeurs fondamentales (…) La domination est acceptée, l’inégalité a une base de masse  ». Il est tout de même effarant de lire dans les manifestations de janvier un attachement à l’autorité et à l’inégalité, alors qu’il s’agissait d’une défense de la liberté et de la démocratie. Todd confond ici corrélation et causation, sans même s’embarrasser d’une analyse vraiment rigoureuse de la corrélation (en comparant avec d’autres manifestations). Pourquoi « le choc émotionnel résultant de l’horreur du 7 janvier (aurait) offert la possibilité d’une réaffirmation de l’idéologie qui domine la France : libre-échange, Etat social, européisme et austérité » ?
 
Non seulement le raisonnement de Todd n’est pas logique, mais il finit par faire un procès à cette France qu’il ne reconnaît pas, et dont on devine, même s’il ne l’écrit jamais, qu’il craint qu’elle prenne des traits de l’Allemagne des années 1930 ou que nous aboutissions à une forme de guerre de religion. Comme me l’a signalé un commentateur du blog, dans une interview au Guardian, il dit que « la France est une société malade (…) Il y a une partie de la société Français qui est pourrie, et rien n’est fait  ». Encore une fois, et malgré certains développements récents consécutifs aux nouveaux attentats, je persiste à penser que la société Française tient bon, et que la réaction globale reste largement positive. Je ne vois pas poindre un sentiment islamophobe, si ce n’est de manière marginale.
 
Le mauvais procès fait à la France
 
Il est d’ailleurs étonnant que Todd en vienne à tirer son chapeau au souci du plein-emploi des Etats-Unis, une société bien plus inégalitaire et violente que la France. Idem sur son attaque de l’augmentation du nombre de détenus, qui reste très limitée dans notre pays, qui compte trente fois moins de détenus qu’au pays de l’Oncle Sam… Et quand il dit que « les classes moyennes françaises, bien loin de porter les ‘valeurs positives de la nation’ sont fondamentalement égoïstes, autistes et d’humeur répressive. Elles ont même abandonné le principe d’égalité (…) elles sont proches du vieux fond catholique français (…) un vieil ennemi, en cours de radicalisation, fondamentaliste à sa manière  », le procès fait au catholicisme parvient à choquer le laïc que je suis tant il est paradoxal de faire d’un catholicisme zombie notre ennemi quand les islamistes ont tué plus d’une centaine de personnes cette année.
 
Et quand il dit que « c’est bien cette classe moyenne confite de bonne conscience qui a, par son égoïsme et son mépris, autorisé le pourrissement au bas de la société française et qui persiste, jour après jour, à condamner des catégories entières à la relégation sociale (…) La périphérie désormais domine, et avec elle son indifférence ou même son refus de la valeur d’égalité  » et dénonce « la spoliation de la jeunesse occidentale (…) Pour nos retraités, aucune opposition entre le marché, qui assure la compression des prix, et l’Etat, qui protège les revenus (…) les classes moyennes ont pris le contrôle de l’Etat social français et accepté de sacrifier l’industrie et le monde ouvrier  », il leur fait un mauvais procès. Non seulement ces choix sont inconscients mais en outre, on ne peut pas dire que les MAZ avaient d’autres choix possibles lors des élections de ces dernières décennies, si ce n’est en 1992 et 2005.
 
Ici encore, Todd confond les conséquences et les causes. Si les MAZ bloquaient tout changement politique par un vote massif et répété pour les tenants d’une idéologie inégalitaire et autoritaire, bloquant l’accession au pouvoir d’un parti alternatif égalitaire et libéral, sa thèse pourrait être défendue. On peut penser que Todd ne donne pas au FN ce rôle, d’autant plus que si une partie importante des motivations pour voter pour lui aujourd’hui sont égalitaires, son ADN ne l’est pas malgré le virage récent. En outre, Todd devrait savoir que la société Française est plutôt moins inégalitaire et autoritaire que bien d’autres, et notamment que les Etats-Unis. Bref, plutôt que de taper sur notre pays, qui reste plus fidèle à ses valeurs que d’autres, et ne fait que suivre un mouvement global qui le dépasse un peu, d’autant plus que le débat public n’a pas produit une véritable alternative crédible pour apporter le changement.
 

Tristement, les mouvements de fond décrits par Todd pourraient bien davantage signifier que les structures du débat public des années à venir risque d’inhiber tout changement. Les MAZ ne sont-elles pas l’alliance électorale dessinée par Terra Nova pour asseoir le succès d’un parti dit socialiste droitisé, instrumentalisant une montée du FN qu’il alimente, pour annihiler les dits républicains  ?


Moyenne des avis sur cet article :  1.75/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • JL JL 31 décembre 2015 09:50

    Laurent Herblay qui se livre ici à une attaque effrontée du travail d’Emmanuel Todd, sans même répondre à ceux qui voudraient à juste titre plaider en lieu et place de Todd, n’est qu’un imposteur par le fait qu’il fuit le débat qu’il prétend animer.


    ps. Ce présent post est regrettable car il est contraire à ma volonté de boycotter cet auteur.

    • fred.foyn Le p’tit Charles 31 décembre 2015 10:19

      « Charlie » est la représentation du bas peuple exprimant ses peurs...Avec eux nous avons les « Sans-couilles »...


      • Blé 31 décembre 2015 18:07

        Il ne fait pas bon en France de ne pas suivre les média et leurs chiens de gardes de la pensée néo libérale.

         Manuel Todd fait ses analyses selon des critères qui ne sont pas ceux des politiques ni des économistes.

        Ha ! oui, vous ne le saviez pas !


        • fred.foyn Le p’tit Charles 1er janvier 08:35

          Salut c’est Charlot...qui met le doigt ou ça fait mal...

          cette nuit un millier de voitures brulées...plus de 300 arrestations...sur l’année 2015 plus de 40 mille voitures brulées..des milliers d’actes (vols) sur personnes avec violence, mais ça il ne faut pas le dire pour éviter de montrer du doigt la provenance de ces actes...mais parler uniquement du racisme des autres qui montre les voyous que ce gouvernement protège...
          Allez braves gens...bonnes années 2016 dans vos hontes passées sous silence pour faire tapisserie avec les mafieux que vous portez au pouvoir... !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès