Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Touche pas à ma vie !

Touche pas à ma vie !

Ça y est, c'est reparti. Après le mariage homo, voilà la deuxième tarte à la crème avec laquelle les « progressistes », ardents partisans d'une « meilleure citoyenneté » veulent nous faire oublier que la gauche s'est, en grande partie, mise platement au service du Très Saint Profit et s'est assise sans mourir de honte sur la Démocratie et la République en adoptant le traité de Lisbonne contre le Peuple, la gauche collabo qui vote pour la poursuite de la guerre de Botul-Lévy (sauf Emmanuelli, merci Henri !) voilà donc, comme prévu, la marionnette EUTHANASIE sortie de sa malle poussiéreuse.

Tout ça « grâce » au docteur Bonnemaison qui aurait « abrégé les souffrances » d'au moins quatre malades. Et le net de s'enflammer avec pétition à l'appui, la mise en discours revenant à Jean-Luc Romero, le pâtissier spécialiste préposé aux deux tartes à la crème précitées.

Il existe en France, au sujet de l'euthanasie, une loi que, personnellement, je trouve impeccable, la loi Léonetti. Elle permet au malade ou à son entourage de faire stopper tout acharnement thérapeutique qui serait jugé injustifié. Elle demande au médecin de se donner tous les moyens de vaincre la douleur des malades en fin de vie, même si cela met en danger la vie de « patient ». Ce qui autorise bien des choses...

En revanche, elle exige l'accord du patient (où de sa famille s'il lui est impossible de le faire) ET une prise de décision collégiale au niveau du personnel médical.

Ces deux exigences ont été ignorées par le docteur Bonnemaison. Une de ses victimes n'aurait pas été atteinte d'une maladie incurable. L'enquête avance. Ce n'est pas à moi de le juger. Il sortait, semble-t-il d'une période « difficile ». Mais cela souligne bien la nécessité du respect des conditions d'application de la loi Léonetti.

Par contre, les réactions qui ont suivi ont de quoi faire dresser les cheveux sur la tête. Au nom de ce qui s'est passé, on demande au contraire la facilitation de l'euthanasie. Le permis de tuer.

Vous êtes des citoyens, libres, vous faites ce que vous voulez de votre vie et de votre mort.

C'est le cas. Personne ne vous empêche de vous jeter à l'eau, de mettre les doigts dans la prise ou de sauter par la fenêtre.

Mais si je suis très malade hein ? Simple, vous écrirez un testament et votre médecin sera sommé de vous expédier dans un monde meilleur (où dans le néant des origines pour les non-croyants).

Sauf que...l'homme qui prend des poses bravaches devant sa feuille de papier, le stylo à la main, ou devant une caméra de télévision, n'est pas le même que celui qui va se retrouver devant le dernier mur !

Je me souviens d'une de ces émissions qui font rire tout le monde, mais que beaucoup regardent en douce, de Jean-Luc Delarue. Une femme dont le mari était dans le coma depuis plus d'un an témoignait. Ils avaient rédigé tous les deux un papier demandant que l'on mette fin à leurs jours en cas d'infirmité grave. Le mari a eu un accident de la circulation. Coma. Son épouse a hésité à appliquer ce qu'ils avaient décidé. Puis ils ont réussi à communiquer de nouveau en se touchant les doigts, une sorte de morse « tactile ». Et madame affirme qu'ils vivent tous les deux, depuis, une nouvelle histoire d'amour et que toute pensée d'euthanasie est désormais chassée. C'est une aventure extrême mais les changements de valeurs face à la mort sont fréquents.

Les « anciens » amateurs de foot se rappellent de Jean-Pierre Adams.

Avec Marius Trésor, ils formaient la « garde noire », les deux arrières centraux de l'équipe de France. Suite à une anesthésie ratée, il est entré dans le coma en 1982. cela fait...29 ans ! Pour lui, sa femme et ses enfants, il n'a jamais été question d'euthanasie. Et toute le famille vit, avec beaucoup de tendresse, autour de lui.

Pour les tenants de la formidable avancée « citoyenne et sociétale », je voudrais rappeler que le grand précurseur de l'euthanasie portait une curieuse petite moustache sous le nez :

http://www.ushmm.org/wlc/fr/article.php?ModuleId=57

Je vous entends hurler. Bien sûr, ça n'a rien à voir ! Encore que....

La Hollande est un pays moderne et libéral qui, en premier, a légalisé l'euthanasie. Comment ça se passe ?

C'est simple. Le comité des Droits de l'Homme a mis en garde les Pays-Bas :

« la pratique euthanasique s’est emballée et le pouvoir des médecins est devenu incontrôlable ».

« Tout se déroule donc comme si la législation augmentait la permissivité et la tolérance envers l’acte euthanasique, à la fois chez les médecins et chez certains malades. Bref, une fois institutionnellement et officiellement approuvée et pratiquée, l’euthanasie développe sa propre dynamique et résiste à toutes les procédures de surveillance sensées la contenir »

et surtout :

« S’exiler pour survivre
Il existe enfin un dernier point extrêmement inquiétant qui était jusqu’ici parfaitement méconnu. On l’a dit, la loi semble être l’aboutissement d’une réflexion consensuelle de la société hollandaise dans son ensemble. Pourtant, ce consensus paraît s’effriter plus qu’on ne le pense. L’Ordre des médecins allemands fait état de l’installation croissante de personnes âgées néerlandaises en Allemagne, notamment dans le Land frontalier de Rhénanie du Nord-Westphalie. D’après la mission parlementaire française qui rapporte cette information de taille, « s’y sont ouverts des établissements pour personnes âgées accueillant des Néerlandais. C’est le cas notamment à Bocholt. Ces personnes craignent en effet que leur entourage ne profite de leur vulnérabilité pour abréger leur vie. N’ayant plus totalement confiance dans les praticiens hollandais, soit elles s’adressent à des médecins allemands, soit elles s’installent en Allemagne. De telles réactions dont la presse allemande s’est fait l’écho démontrent que les pratiques médicales hollandaises sont mal vécues par une partie de la population [5] ».

Loin d’être le théâtre d’un tourisme de la mort, la dépénalisation de l’euthanasie conduit bien au contraire à un exil des personnes les plus fragiles. Faudra-t-il que les Nations-unies fassent rentrer dans la catégorie des réfugiés les personnes malades, handicapées ou âgées qui émigrent par crainte d’être euthanasiées ?

Dernière leçon à tirer de tout cela. Des parlementaires français, tous partis confondus, n’ont de cesse depuis plusieurs mois de vouloir enfoncer un coin dans la loi Leonetti [6]. Dès qu’une niche législative le leur permet, ils ont la fâcheuse habitude de mordre en déposant des projets de loi qui ne sont souvent que de vulgaires copier-coller de la loi néerlandaise. La réalité que nous venons de décrire, qui vaut aux Pays-Bas d’être rappelés à l’ordre par le Comité des droits de l’homme des Nations-unies, suffit à discréditer sévèrement la démarche idéologique de ces députés. »

http://www.libertepolitique.com/respect-de-la-vie/5552-euthanasie-les-nations-unies-epinglent-les-pays-

Si ces charlatans sonnent à votre porte, la bouche en cul de poule ou la seringue à la main, il vaut mieux avoir un bon calibre dans son tiroir !


Moyenne des avis sur cet article :  4.05/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

106 réactions à cet article    


    • Furax Furax 16 août 2011 12:48

      Kaliki,
      Y’ en a qui vont râler qu’ils n’ont pas de monnaie !


    • Bovinus Bovinus 17 août 2011 02:00

      Ah ouais, quand même. On n’arrête pas le progrès. Merci, Kalki, de nous tenir informés. Par curiosité, vous êtes un genre de nihiliste, ou simplement fasciné par l’évolution de plus en plus morbide des sociétés occidentales ? Parce que les liens que vous balancez sont tout de même assez gratinés, dans l’ensemble.


    • foufouille foufouille 16 août 2011 12:40

      comme ca plus de retraite a payer


      • Furax Furax 16 août 2011 12:50

        Foufouille,

        Ne rigolez pas, ils doivent y penser !


      • foufouille foufouille 16 août 2011 13:24

        c’etait serieux
        mais que pour nous, bien sur


      • Furax Furax 16 août 2011 13:46

        Et si on abrégeait les souffrances de tous ceux qui sont « addict » au pognon ?


      • Sandrine Lagorce Sandrine Lagorce 16 août 2011 12:41

        Merci pour ce papier, Furax !

        Le droit à l’euthanasie présentée comme le « droit de mourir dans la dignité » est un concept que j’ai du mal à saisir. Etre malade, handicapé, dépendant est-il un état indigne ? Etrange point de vue lorsqu’on ne cesse de parler à tout bout de champ des « droits de l’homme ».

        Légiférer l’euthanasie (càd légaliser le suicide assisté) fait encore partie de ces exigences un peu infantiles (j’oserais dire d’enfants gâtés) qui attendent tout de l’Etat, jusqu’à réglementer notre vie intérieure et notre intimité, et semble déresponsabiliser l’individu de sa propre existence et de celle de ses proches. C’est assez typique des pays très industrialisés, ultra-consommateurs, globalement repus et blasés. Les anti - dont je suis - vivent les mêmes situations que les pro au sein de leurs familles (quand ce n’est pas soi), nous sommes tous confrontés à la fin de vie, au cancer, au coma et même aux cas extrêmes.

        La loi Léonetti est plutôt bien fichue : elle donne un cadre pour lutter contre la souffrance physique et psychique. Les malades (ou leurs proches) peuvent refuser l’acharnement thérapeutique et l’on tend de plus en plus à soulager la douleur. Respecter la vie d’un homme, traiter sa solitude et sa souffrance physique, càd mettre le paquet sur les soins palliatifs et ne pas régler la question au couperet parce qu’un texte de droit l’y autorise. Cela conduit en effet à des situations intenables comme aux Pays-Bas. C’est horrible mais cette façon de raisonner me rappelle la manie que nous avons en Occident de tout jeter à la poubelle quand le produit est mal fichu ou un peu cassé.

        Faire une règle générale en dépénalisant, alors que chaque fin de vie est un cas particulier, me semble non seulement dangereux (si l’on devait piquer tous les grands dépressifs qui demandent à mourir ou les vieilles tantes séniles qui détiennent le magot...) mais est éthiquement très contestable. Ne devrions-nous pas plutôt protéger et entourer les plus vulnérables d’entre nous plutôt que s’en débarrasser vite fait bien fait ?

        La question n’est bien-sûr pas simple. Mais il s’agit de la vie d’un homme, non d’un produit. Légaliser l’euthanasie serait selon moi une triste régression.


        • Furax Furax 16 août 2011 13:04

          Sandrine,
          « chaque fin de vie est un cas particulier »
          Nous sommes bien d’accord !
          Quant à :
          « si l’on devait piquer tous les grands dépressifs qui demandent à mourir »,  nos voisins belges, heureux bénéficiaires de cet immense « progrès », l’ont expérimenté :

          http://www.soigner-depression.com/euthanasie-pratiquee-sur-4-depressifs-en-belgique-votre-avis


        • Lorelei Lorelei 16 août 2011 15:11

          cela n’a rien à voir si une personne veut mourir hé bien elle en a le droit point final, si on aide les gens à naitre au nom de quoi devrait on leurs interdire de choisir de partir, s’ils ne veulent pas être grabataire et vivre sans vivre et prefere partir c’est leurs droits on n’est pas chez les intégristes pour obliger quelqu’un à rester dans un corps


        • Furax Furax 16 août 2011 15:29

          Lorelei,

          Le droit de « préférer partir » a toujours existé. Ca s’appelle un suicide.
          La loi actuelle permet de finir ses jours dignement et même d’être un peu « aidé » en utilisant la morphine.
          Avec deux conditions : que le « patient » soit d’accord. Ou son entourage, ce qui n’est pas exactement la même chose. Et que la décision médicale ne soit pas prise par une seule personne. Légaliser et faciliter l’euthanasie produit de graves dérapages (voir Hollande).


        • Winston Smith 16 août 2011 15:31

          « Le droit de »préférer partir« a toujours existé. Ca s’appelle un suicide. »



          Certainement pas : le Christianisme interdit le suicide.



        • Lorelei Lorelei 16 août 2011 15:47

          non un suicide c’est le fait de quitter une vie alors que l’on peut l’a vivre pleinement en realité, il suffit d’un peu d’ecoute, d’un peu d’aide, et hop la personne peut vivre et bien

          là on parle de corps fracassé de gens souffrant le martyr, de corps démolit, c’est un crime sans nom d’imposer aux gens d’etre prisonnier de corps qui empechent tout mouvement et qui vont en plus souffrir

          je fais une différence entre le fait de se suicider et l’euthanasie, comme je fais une différence entre le meurtre et tuer car les deux concepts n’ont rien à voir, on tue pour se nourrir etc...mais ce n’est pas un meurtre qui a un définition précise c’est tuer sciemment des individus sans aucun consentement où détruire pour le plaisir etc..

          perso je veux un débat, et pas question de laisser à l’église ni aux états la parole comme individu chacun doit décider de sa vie et de sa mort


        • Furax Furax 16 août 2011 16:01

          Winston

          La loi Française n’est pas la loi Chrétienne.


        • Winston Smith 16 août 2011 16:02

          Heu, bien si : les lois française viennent massivement du Droit Canonique (Droit Romain Christianisé par l’Eglise).


          Donc, pendant très très longtemps : suicide interdit.


        • Furax Furax 16 août 2011 16:06

          Lorelei

          Le débat est toujours profitable

          « Chacun doit décider de sa vie et de sa mort ».
          Encore une fois, la loi actuelle le permet. Pousser plus loin c’est risquer de donner à d’autres la possibilité de vous donner la mort contre votre gré, comme cela se passe aux Pays-Bas.


        • Lorelei Lorelei 16 août 2011 16:07

          ce sont des lois sumériennes en realité...ben oui c’est de là d’où vient vos bibles et corans et talmud


        • Winston Smith 16 août 2011 16:09

          « ce sont des lois sumériennes en realité...ben oui c’est de là d’où vient vos bibles et corans et talmud »



          Vous devriez les lire..

          Ca n’a aucun rapport avec le droit romain.



        • Lorelei Lorelei 16 août 2011 16:14

          vous devriez vous relire je pense car vous savez que vos lois romaines ne sortent pas toute du chapeau romain, et que ses dernière viennent directement de Sumer...comme vos 3 monothéismes...ça circule les idées ...


        • Lorelei Lorelei 16 août 2011 16:20

          ce n’’est pas ok de mentir les pays bas ne donnent pas la mort contre votre volonté !!


        • Bovinus Bovinus 17 août 2011 02:15

          Franchement, la dérive autodestructrice des sociétés occidentales devient très inquiétante ces derniers temps. Ça s’observe jusque dans les commentaires des gens sur ce genre de médias (évidemment, j’ai bien conscience qu’il y a ici un public assez « particulier », mais tout de même). Lorelei et Winston Smith, vous êtes de magnifiques exemples de ce vers quoi nous allons gaiment au pas de course. En avez-vous seulement conscience ? Vos idées, les avez-vous fabriquées vous-mêmes, les avez-vous longuement forgées par la réflexion, l’introspection, l’observation, la lecture... ou bien, vous contentez-vous de répéter comme des perroquets ce que d’autres, plus inspirés, vous ont obligeamment soufflé ?


        • Gargantua 16 août 2011 12:55

          @ Furax je suis tous à fait d’accort avec vos arguments de bon sens sur ce sujet de l’euthanasie.
          La loi Léonetti est tout à fait approprié sur ce sujet, on me doit pas banaliser la mort d’autrui même si cela semble au premier abord, cela semble une préoccupation généreuse ? 
          La Mort est le dernier acte de la vie au même titre que la naissance qui est aussi une petit mort.
          La mort mérite du respect et un accompagnement attentive des proches, certes c’est une épreuve pour tous qui doit être respecté.

           Dans la conscience de sa mort, le mortel vie un acte important, et le fait de la désirée nous prives des fruits que cela nous apportes.

           L’égalisé la mort par l’euthanasie est cédé à une lâcheté, et qui revient à l’égalisé le suicide, qui en somme ouvre la porte à ce qui y a de plus inhumain dans l’homme, la négation de la vie.


          • Furax Furax 16 août 2011 13:10

            Gargantua,

            L’approche de la mort est capitale, vous avez tout à fait raison. Il faut donc la respecter dans son individualité tout en supprimant les douleurs au maximum, ce qui est, en toute priorité, le domaine du médecin.


            • Kalki Kalki 16 août 2011 20:54

              du bourreau


            • Bovinus Bovinus 17 août 2011 02:17

              Kalki :
              du bourreau

              Bien vu.


            • Gabriel Gabriel 16 août 2011 13:51

              Bonjour Furax,

              Article courageux, bravo ! Cependant vous présentez des cas très ciblés, aussi permettez moi de vous répondre de façon très personnellement et je vous prie de m’en excuse par avance. Vouloir généraliser un tel problème ne peut que conduire à de graves erreurs dans un sens comme dans l’autre. Si je devais me retrouver dans un lit dévoré par la souffrance ou en état de légume tel Adams, je signe immédiatement pour mon euthanasie afin d’abréger cet état de fait et soulager aussi mon entourage. Le problème, c’est que lorsque vous voulez prendre cette décision, peut-être que physiquement ou mentalement vous ne pouvez le faire. Qu’en pensez vous ?


              • Furax Furax 16 août 2011 14:10

                Gabriel,
                JP Adams, justement, ne l’a pas demandé. Parce qu’il était bien entouré et que ses familiers lui ont fait comprendre que sa présence n’était pas une corvée mais qu’elle leur était indispensable.
                Etre « dévoré par la souffrance », n’est plus tolérable, les médecins ont les moyens de lutter.
                Et si ça ne fonctionne pas, la loi Léonetti leur donne le droit de risquer leur décès en « poussant » sur la morphine.


              • LE CHAT LE CHAT 16 août 2011 13:56

                les politiques qui sont contre l’euthanasie sont payés par l’industrie pharmaceutique , qui réalise encore plus de profits avec les agonisants en phase terminale , qu’on truffe de médocs ultra onéreux alors qu’ils sont foutus !

                il faut faire un référendum et demander au peuple ce qu’il en pense ! seul le peuple est souverain , les élus sont des vendus et des pourris !


                • Lorelei Lorelei 16 août 2011 16:11

                  bjr le chat

                  l’industrie pharma est derrière le déficit sécu en partie on paye pour des médocs qui tuent abrutissent et détruisent toute volonté, enfin les politiques sont des vendus à cette industrie pour qui un corps agonissant c’est du profit et rien d’autre, la realité est que la medecine ne soigne presque rien, dès que l’on sort du bobo classique et des maladies de bases rien nada, c’est le foutoir complet


                • Furax Furax 16 août 2011 16:14

                  LE CHAT
                  Pour ce qui est des profits à réaliser, l’euthanasie est une mine.
                  Crois tu que, dans le monde où nous vivons, les organes humains resteront longtemps des dons ?
                  Or, regarde bien ce qui s’annonce :

                  http://www.psychomedia.qc.ca/ethique/2011-02-09/dons-organes-euthanasie


                • Lorelei Lorelei 16 août 2011 16:18

                  je ne vois pas le probleme ça sauvera des vies d’user de pieces de rechange, le corps est un outil, s’il marche tres bien s’il détruit une vie en l’a faisant souffrir autant s’en débarrasser...si mon père me dit mon corps j’en veux plus c’est son plein droit et aucun chrétien et autres grenouilles de bénitier n’a à lui dire quoique cela soit...comme aucun politique ni médecin, c’est son droit


                • foufouille foufouille 16 août 2011 20:14

                  on va commencer par la deesse
                  doit bien y avoir des organes a recuperer


                • foufouille foufouille 16 août 2011 20:16

                  euthanasie et dons d’organes est pas compatible
                  les organes doivent etre vivant


                • Furax Furax 16 août 2011 20:28

                  Ils prélèvent peut-être avant ?


                • foufouille foufouille 16 août 2011 20:33

                  non ils evitent la reanimation et disent que tu es mort
                  donc avec des medocs pour mourrir, ca tue les organes
                  c’est du meurtre


                • Furax Furax 16 août 2011 14:13

                  Le Chat
                  Tant qu’il s’agit de voter la mort des autres...tu l’auras ta peine de mort, pas de problème.
                  Il restera à faire comme les Hollandais, se tirer au plus vite dans un pays civilisé


                  • LE CHAT LE CHAT 16 août 2011 21:33

                    @Furax

                    ce n’est ni aux religieux , ni aux moralistes bienpensants , aux humanistes , aux politiques , ni à quiconque de décider pour moi ce que je compte faire ! ma vie ne leur appartient pas !
                    si je veux finir dignement , j’en ai le droit et je les emmerde ! la vie n’est qu’un passage et je ne crains pas la mort ! si je peux en finir sans la souffrance inutile , je ne m’en priverai pas !
                    pas un centime pour ces salauds de l’acharnement thérapeutique !


                  • foufouille foufouille 16 août 2011 21:39

                    sauf que tes organes valent du pognon et un traitement a vie
                    rien ne dis que tu pourrait pas tenir des annees


                  • LE CHAT LE CHAT 16 août 2011 21:43

                    @FOUFOUILLE

                    faudra qu’ils trient les escarbilles , après la crémation !

                    pour la musique au crématorium  smiley

                    allumer le feu de Jauni
                    hellfire de Airbourne
                    highway to hell ACDC

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès