Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Tous racistes ?

Tous racistes ?

En préambule aux élections présidentielles, ou le drame que la France est en train de vivre, ne doit pas occulter les problèmes de société, ou je trouve qu'il est un peu facile pour certains politiques, genre J.L. Mélenchon, de critiquer le comportement des français qui ont choisi d'autres voies que la leur, car tous, nous ne souhaitons qu'une chose, mieux vivre ensemble. Mais pour cela, l'homme doit-il restreindre son espace vital si chèrement acquis au fil des siècles, doit-il partager un peu plus sa pauvreté ? pendant que nos élites donneuses de leçons, se pavaneront dans leurs prestigieuses résidences, sinon sur leurs Yachts. Car il s'agit bien de cela : faire partager la misère au plus grand nombre ! La question est posée !!!

JPEG - 39.2 ko
Un émule du Bon Père du Peuple J.L. Mélenchon

Suite au drame que vit la France actuellement et à une période cruciale de notre histoire qui va décider de notre sort commun pour les années à venir, il m'a semblé bon de mettre le doigt là où ça fait mal, en parlant du racisme ordinaire que nous pratiquons tous les jours sans le savoir...

Historiens et ethnologues ne sont pas d'accord sur la question de l’origine du racisme ; deux conceptions principales s'opposent à ce propos.

La première considère que différentes formes de racisme se sont succédés au cours de l’histoire, et ce depuis l'Antiquité.

La seconde considère que le racisme est un produit de l'Europe occidentale moderne, exporté dans le sillage de l'impérialisme européen.

Bref, nul n'est capable de nos jours de dire de quand date exactement le racisme, ni même ou il a pris sa source et cela est bien normale, car en fait le racisme est dans la nature même de l'homme, en sachant qu'il y a autant de racismes que d'humains sur terre.

La liste est infinie, mais nous pouvons citer les formes de racisme les plus connues, comme :

Le racisme de couleur, qui est sans aucun doute la première forme de racisme sur cette planète,

Le racisme du handicap, l'un des plus cachés, presque tabou dans les médias,

Le racisme de la maladie, le Sida en étant l'un de ses fers de lance,

Le racisme ethnique, qui continue de causer des millions de morts à travers le monde, sans que cela n'émeuve grand monde,

Le racisme politique, qui oppose irréversiblement et parfois violemment plusieurs visons du monde,

Le racisme idéologique, qui interdit à l'autre de penser autrement que lui,

Le racisme religieux, qui interdit dans certains Pays de s'unir avec des personnes d'autres confessions, allant même jusqu'à interdire des lieux de cultes autres que celui du Pays,

Le racisme de castes, bien connu en Inde avec les Intouchables,

Le racisme de hiérarchie, pratiqué tous les jours dans nos sociétés dites modernes, ou il ne saurait être question de mélanger les torchons et les serviettes,

Le racisme mondain, qui interdit le mélange des genres, un racisme qui se réparti en plusieurs sectes ou on ne rentre que par coaptation (Noblesse, arts et lettres, 7ème art etc...)

Le racisme financier, qui considère que qui n'est pas inscrit au Cac 40, est indigne de dîner à leur table,

Le racisme du monde scientifique, qui voudrait bien mettre le reste de l'humanité en éprouvette...

Etc, etc...

En fait, il existe même une forme de racisme "le plus pratiqué sur terre" qui est le racisme de possession, mais dont personne ne parle jamais en ces termes, allez savoir pourquoi ? Pourtant il touche à notre vie de tous les jours.

Ce racisme là est peut-être le pire de tous, car il touche à la notion même de l'individu, rejetant tout contact avec autrui.

Je m'explique : Plus vous avancerez dans l'échelle sociale, plus vous vous séparerez du monde, par l'acquisition de biens, dont l'élément séparateur essentiel, sera au départ, la petite villa avec son jardin que certains appelleront pudiquement leur refuge, puis par extension on passera à la petite propriété que l'on prendra bien soin d'entourer de grillages, ou alors en intégrant comme aux États-Unis des îlots protégés par des gardes chiourmes, qui veilleront jours et nuits à votre sécurité. Enfin, nec plus ultra, la belle et grande propriété qui vous permettra de vous isoler totalement du monde en s'appropriant avec elle, des hectares de terrain ou il sera interdit alors à quiconque de pénétrer sans invitation.

Tout cela peut prêter à sourire, mais il s'agît bel et bien d'un racisme qui ne dit pas son nom, celui qui amène inconsciemment un certains nombres d'individus à s'isoler du monde, à refuser le contact, voyant dans tous visiteurs, un intrus qu'il jaugera de la tête au pied, pire qu'une bête de somme, avant de le faire rentrer, s'il le juge bon, dans son espace vital.

Idem, pour les personnes obligées de vivre dans les cités pour raison professionnelle, mais à la place d'un terrain pour se séparer du monde, ils s'arrangeront pour occuper de luxueux immeubles précieusement gardés, ou les seules personnes qu'ils côtoieront, une fois le travail fini, seront ceux de leurs milieux sociaux-professionnels.

Tandis que par ailleurs, tous ces braves gens de gauche ou de droite, seront les premiers à donner des leçons sur le bien vivre ensemble, demandant au reste du troupeau de s'enfermer dans des cages de quelques mètres carrés en acceptant toutes les contraintes de voisinage qu'on leur imposera au travers de lois dites de cités. Et quand on sait que l'O.N.U prévoit une accélération des flux migratoires en Europe de 14 millions d'âmes d'ici 2050, axées principalement sur trois pays, à savoir, l'Allemagne, la France et l'Angleterre, on se dit que le bien vivre ensemble chez les couches populaires qui seront bien évidemment les premières touchées, va prendre sérieusement du plomb dans l'aile... Qu'allons nous partager avec eux ? sinon plus de misère !!

Au final, je dirai que l'homme est un loup pour l'homme, s'organisant en meutes, pour le meilleur et pour le pire, car le loup a besoin de grands espaces pour vivre et si il y a une chose dont il a horreur, c'est qu'on lui restreigne son terrain de chasse...

Alors, si nous accordons à certains qui en ont les moyens, le privilège de préserver cet espace vital, faisons en sorte de ne pas stigmatiser le reste de la population, qui aspire elle aussi au bien vivre ensemble, car enfermez quelques loups dans une cage et vous allez voir comment cela se passera. Ne critiquons donc pas les gens des cités, sans se regarder soi-même dans le blanc des yeux, car je suis sur que nous y découvririons des choses sur nous même, que nous n'aimerions pas forcément...


Moyenne des avis sur cet article :  2.63/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • amedebout amedebout 7 avril 2012 03:21

    José Arthur : « Le comble du racisme ? Pisser sur Jacob sans pisser sur Delafon !... »



    • wesson wesson 7 avril 2012 14:28

      bonjour l’auteur, 


      holala, quelle bouillie dans votre tête ! 

      Vous démarrez fort avec un contresens magistral qui vous fait confondre le racisme avec la jalousie. Si votre voisin a une plus belle maison, une plus belle voiture, plus de pognon que vous et que ça vous fait chier, vous n’êtes pas un raciste, vous êtes simplement un jaloux. On comprends déjà un peu votre propos : vous cherchez à étendre la définition du racisme, afin de pouvoir dire « je suis raciste, comme tout le monde, et ce n’est pas anormal ». En gros, vous cherchez à positiver le terme, à le banaliser.


      Par la suite, vous venez à votre propos qui est clairement anti immigrationniste. Vous le dites avec plus de subtilité, mais c’est quand même « on va être envahi par les hordes d’indigents, et on ne peut quand même pas accueillir toute la misère du monde ... », c’est à dire en droite ligne avec le programme du FN : On fermes les frontières.

      Au grès de votre propos, vous regrettez l’enfermement des élites dans des ghettos pour riches, et comme solution pour éviter cet enfermement, ce que vous préconisez est ... de s’enfermer !

      Votre truc finalement, c’est juste d’adapter la taille de la cage dorée. Telle qu’elle est maintenant, vous avez peur de vous y retrouver à l’extérieur. Tout ce que vous voulez, c’est être à l’intérieur de la cage, mais ne pas remettre en cause le fait qu’elle puisse exister.

      Moi je préfère m’attaquer à la cage, sans me poser la question de savoir de quel coté je pourrait être. Et les partisan du FG, je crois qu’ils sont aussi comme ça. 

      • momo momo 23 avril 2012 13:36

        Je trouve au contraire l’auteur mûr pour rejoindre PàG.

        Bienvenu au club !


      • Deneb Deneb 7 avril 2012 15:03

        Tout racisme est intolérance, mais toute intolérance n’est pas seulement du racisme.
        Parfois, contre les intolérants, on n’a d’autre choix que d’être intolérant, pour ne pas se faire écraser.
        La tolérance c’est accepter la liberté d’autrui, sauf si cette liberté empiète sur la votre.
        Personnellement je trouve que les gens sont souvent intolérants vis-à-vis de leurs semblables, mais aussi bien trop tolérants vis-à-vis des puissants, alors que ça devrait être l’inverse.

        Le jour où l’on dirigera notre intolérance vers les gens qui nous gouvernent au lieu d’en accabler nos semblables, ce jour là on fera bouger des choses pour de bon. Mais en réalité, vis-à-vis du pouvoir on applique les préceptes évangeliques (tendre l’autre joue), alors que pour nos semblables on applique des préceptes coraniques (tuer les infidèles).


        • OMAR 7 avril 2012 18:28

          Omar 33

          Bravo Deneb, vous avez trouver l’origine du racisme : l’Islam....

          Sauf que pour beaucoup, la très grande majorité même, l’antisémitisme par exemple, est apparu avec le Christianisme, soit au moins 7 siècle avant l’avènement de l’Islam....

          http://www.alliancefr.com/actualite/antisemitisme/memoire/expo1.html

          Quant au racisme, il existait entre les historiens, depuis la seconde moitié du XXe siècle, un consensus relativement large pour considérer que l’utilisation de la notion de racisme dans l’Antiquité est un anachronisme. En effet, toutes les sociétés antiques et primitives sont des sociétés racistes et xénophobes.

          Les Anciens Grecs distinguent les peuples de l’Hellade, des autres peuples qu’ils appellent barbares. Presque tous les autres peuples antiques avaient la même représentation duale du Monde en deux races, les peuples apparentés, et les peuples étrangers ou ennemis ; cette opposition entre deux collectifs est ce qui définit le domaine politique et le droit des gens. Parmi les peuples considérés comme étrangers, tous ne sont pourtant pas ennemis : les relations militaires, commerciales et diplomatiques instituaient des peuples amis, clients, alliés ou invités qui pouvaient alors être reconsidérés fictivement comme des peuples apparentés.

          En fait, ce sont des personnes comme vous, qui au lieu de tenter de connaitre réellement l’Autre qui a été souvent colonisé, brimé et exploité, par mépris et arrogance feint d’ignorer, d’éluder ou de denier complétement sa culture.

          Cf C. Guéant :

          http://jj-page.com/spip.php?article272

          Votre principe est clair : « Faites comme nous, et peut-être vous serez accepté, sinon, cassez-vous.. ».

          C’est ce que vous qualifiez par « intégration »...ou « tolérance ».

          Mais vous pensez réellement comme Isabelle la catholique : inquisition

          http://fr.wikipedia.org/wiki/Inquisition_espagnole

          Deneb, le racisme, ça se guérit aussi..


        • Robert GIL ROBERT GIL 7 avril 2012 15:54

          le racisme et l’insecurité sont les deux mamelles de l’election....http://2ccr.unblog.fr/2012/03/09/immigration-y-en-a-marre/


          • Gens_d_Ormesson Gens_d_Ormesson 7 avril 2012 19:16

            Non, pour ça il faut lire vos commentaires. Une seule ligne suffit par contre...


          • JACKTURF JACKTURF 7 avril 2012 20:23

            Bonsoir chers intervenants !

            Une chose est évidente, c’est que parler de racisme en France gêne, vu le le peu de réponse pour mon premier article sur Agoravox, je ne serai donc trop vous remercier d’être intervenu, chacun avec ses arguments et c’était bien mon seul but, n’ayant pas la prétention de détenir la vérité ! Merci donc à vous d’avoir exprimé votre opinion que je respecte.

            Par contre quand les hommes politiques sauront en parler librement sans être soupçonné de racisme, la France aura déjà fait un premier pas vers le bien vivre ensemble...

            Concernant le racisme de Possession je maintiens que c’est bel et bien une forme de racisme, aucune jalousie la-dedans, car refuser de côtoyer ses semblables sous prétexte qu’il ne font pas parti de votre monde ou de votre mode de vie, n’est rien d’autre qu’un racisme qui ne dit pas son nom...

            Le déni de racisme caractérisant bien l’être humain, qui pense que voter d’une certaine manière, l’exonère de racisme...


            • jacques lemiere 7 avril 2012 20:41

              Ce n’est pas que ça gêne je crois, mais votre article est un exemple de confusion...

              Sur le racisme la question est tranchée depuis un moment...les races sont des concepts arbitraires...les doctrines qui se fondent sur la notion de races le sont aussi...
              On comprend mal la notion de racisme du handicap...ou autre ...vous pouvez utiliser rejet mépris ou haine...

              Soyez précis...

              J’ crois par contre que la diabolisation du « raciste » est une erreur...le « raciste » est bien souvent un ignorant de l’autre..il n’est pas forcement un méchant homme. Il faut juste parler.

            • Abou Antoun Abou Antoun 7 avril 2012 22:28

              Sur le racisme la question est tranchée depuis un moment...les races sont des concepts arbitraires...les doctrines qui se fondent sur la notion de races le sont aussi...
              Oui, supprimer les races pour supprimer le racisme, l’idée est excellente. Pourquoi ne pas l’avoir eue plus tôt.
              Il faudrait pousser cette logique un peu plus loin. Supprimer par décret les religions pour en finir avec les tensions religieuses. Qu’est-ce qu’on attend ?


            • Romain Desbois 7 avril 2012 23:18

              Nombre d’anti-racistes se comportent vis à vis des animaux de la même façon que les racistes.

              Cela s’appelle le spécisme.

              Les arguments qu’ils utilisent pour justifier leur spécisme sont les mêmes que les racistes pour justifier leur racisme.

              Par exemple :
              Les animaux c’est pas pareil, ils n’ont pas d’âme, il ne parlent pas, ils sont inférieurs, ils sont fats pour ça etc....

              Alors tous racistes ? Non !
              Tous spécistes ? Presque !

              Le spécisme est à l’espèce ce que le racisme est à la race.


              • Abou Antoun Abou Antoun 8 avril 2012 00:09

                Les arguments qu’ils utilisent pour justifier leur spécisme sont les mêmes que les racistes pour justifier leur racisme.
                Exactement !


              • foufouille foufouille 8 avril 2012 11:33

                Les legumes c’est pas pareil, ils n’ont pas d’âme, il ne parlent pas, ils sont inférieurs, ils sont faits pour ça etc....
                 :->


              • Abou Antoun Abou Antoun 8 avril 2012 11:51

                @Foufouille
                Votre remarque mérite l’attention. Dans une optique animiste les végétaux ont une âme. D’ailleurs de nombreuses peuplades s’excusent avant d’abattre un arbre.
                Mon épouse et moi-même parlons à nos plantes (nous le faisons de façon naturelle, bien que cela soit recommandé dans certains manuels de jardinage).
                La farce n’est-elle pas que le vivant pour exister doive détruire le vivant ?
                Dans ce cas la réplique d’Al Pacino (sa réflexion sur Dieu) prend tout son sens. Développer la vie sur une planète et instituer comme unique loi ’que le plus fort gagne’ et assister au spectacle. Voilà bien un divertissement divin.


              • Romain Desbois 8 avril 2012 13:27

                Foufouille

                Tu as toujours le même argument.

                Alors tu sous-entends que parce que nous devons nous nourrir, nous n’avons pas à nous questionner. alors pourquoi ne te nourris tu pas d’humain, de chien, de chenille etc.... ?

                L’on peut vivre sans manger de produits d’origine animale, pas sans manger de produits d’origine végétale.
                L’idéal serait de revenir aux sources nutritives de l’humain : le fruit....

                Avant peut-être de réussir à vivre d’amour et d’eau fraiche....


              • foufouille foufouille 8 avril 2012 20:07

                « Tu as toujours le même argument. »
                car c’est vrai
                de plus une tomate est vivante quand on la mange crue
                au moins, les animaux, on les tuent avant
                les humains, ca me derangerait peu en cas de guerre
                les insectes pareil
                je manges pas non plus tous mes coqs, j’en ai meme un depressif et de race qui dort a la maison


              • Abou Antoun Abou Antoun 8 avril 2012 21:52

                jen ai meme un depressif et de race qui dort a la maison
                Vaudrait peut-être mieux lui payer une analyse. Il me semble qu’on fait des prix pour les animaux de basse cour. Voir par exemple


              • Abou Antoun Abou Antoun 8 avril 2012 21:59

                de plus une tomate est vivante quand on la mange crue
                au moins, les animaux, on les tuent avant

                Je voudrais savoir : « Comment tuer une tomate ? »
                Je me doute qu’un bon coup de talon lui laisse peu de chance de survie, mais cela nous condamne à ne les manger qu’en sauce. Renseignez nous sur le système nerveux de la tomate et les moyens de réaliser une anesthésie.


              • Romain Desbois 8 avril 2012 22:25

                Foufouille
                C’est vrai tu as raison les végétaux sont souvent mangé vivants.

                Ce que j’essayais d’expliquer , c’est que nous ne pouvons être parfait car nous devons nous nourrir pour continuer de vivre.
                Alors il faut essayer de faire un minimum de dégâts.

                Je pense que c’est le végétalisme et le véganisme qui est le plus loin de ce qui est faisable.


              • Abou Antoun Abou Antoun 8 avril 2012 23:05

                Le coulis est donc le résultat d’un abominable tomaticide et dans le sud on est des serial killer.
                Eh oui Sabine, si vous voulez pouvoir vous regarder dans une glace :
                fini la salsa di pomodoro sur les pâtes.
                fini la petite noix de beurre ou le parmesan faits avec le lait de la vache dont on a tué le veau (le lait n’apparait pas tout seul par enchantement).
                Bon alors des pâtes à l’eau ? Mais pensez à tous ces beaux épis qu’on a décapités, à ces grains qu’on a écrasés en si grand nombre qu’à côté du coulis de tomates ça passe pour un vrai génocide.
                Alors laissez votre assiette pour une petite sieste, qui dort dîne !


              • foufouille foufouille 9 avril 2012 11:28

                @ sabine
                non, il a trop longtemps vecu avec dix coqs qui lui tapait dessus
                le type chez qui je l’ai achete, les mettait dans un m² tres sale
                donc je suis oblige de le surveiller


              • foufouille foufouille 9 avril 2012 11:29

                « Ce que j’essayais d’expliquer , c’est que nous ne pouvons être parfait car nous devons nous nourrir pour continuer de vivre.
                Alors il faut essayer de faire un minimum de dégâts. »

                donc les legumes sont inferieurs ?


              • foufouille foufouille 9 avril 2012 12:25

                il a peur
                la poule est pas toujours d’accord, si elle lui tires une plume, il va se cacher
                apres une grosse agression, il refuses de boire et manger


              • Abou Antoun Abou Antoun 9 avril 2012 13:17

                D’accord. Il faut lui trouver une poulette sensible, qui connaît les difficultés de la vie.
                Ben, dis donc, tu parles d’un ménage de névrosés !
                Qu’est-ce qu’ils vont nous faire comme poussins, des caractériels. Et puis j’ai une autre théorie, si notre coq s’est fait plumer par ses congénères c’est peut-être qu’il avait un penchant homo refoulé et qu’il a peut-être tenté sa chance en ne frappant pas à la bonne porte si on peut dire.
                Croyez-moi Foufouille, l’analyse y a que ça de vrai.


              • foufouille foufouille 9 avril 2012 16:12

                mais non
                ils etaient douze sur un metre carre, chez le type
                avec une couche de crotte
                il a fallu 15jrs pour que la poule (qui se laisse taper dessus un peu aussi) et le coq ne sentent plus mauvais
                les poules c’est tres mechant quand ca sent un trouillard ou un malade
                cannibale, si on les laissent faire


              • Abou Antoun Abou Antoun 9 avril 2012 23:11

                Foufouille, à apprendre à votre coq :
                La chanson de Mayol
                La poulette n’y résistera pas.


              • Mycroft 10 avril 2012 17:45

                Haaa, cette fameuse thèse du spécisme (au passage, terme tellement courant que mon correcteur orthographique ne le reconnait pas...)

                Je l’aime bien cette thèse là. Celle des amoureux de la nature.

                Vous oubliez que l’anti-racisme se base sur un fait assez classique et basique : la réciprocité. Ostraciser un groupe d’humain, c’est prendre le risque que, lorsque ledit groupe se retrouvera favorisé par le destin, il fasse payer à ses anciens oppresseurs les années de maltraitance.

                Les animaux ne sont pas capable de se rebeller contre nous de manière efficace. Leur intelect, leur capacité à modéliser le réel par des théories abstraites permettant de créer une technologie à même d’imposer leur volonté sur le monde est pour ainsi dire nulle.

                Les chiens vivent parce qu’on a choisi qu’ils le fassent, les ethnies différentes de la notre vivent parce que, si on voulait les exterminer, on aurait du mal, et que le moindre échec aurait, dans un futur plus ou moins proche, des conséquence très fâcheuses pour nous. Parce que la capacité scientifique et technique est accessible à toutes les ethnies. Mais elle ne l’est certainement pas pour les animaux.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès