Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Tout est fait pour opposer les différentes catégories populaires

Tout est fait pour opposer les différentes catégories populaires

 

Le milieu des années 1980 a marqué une nouvelle étape dans l’histoire de l’État capitaliste, au moins en France et dans l’ensemble de l’Europe de l’Ouest.

On dit couramment que l’État est l’instrument de la classe dominante. C’est globalement exact mais, dès 1848, Marx avait mis l’accent sur le fait que la bourgeoisie française avait diverses composantes, unies contre le prolétariat, mais aux intérêts différents, voire partiellement contradictoires. Et, par ailleurs, pour gouverner, la bourgeoisie avait besoin de se concilier la couche sociale qui constituait la majorité de la population  : la paysannerie.

État et classe dominante

Depuis, si les acteurs ont changé, les coordonnées fondamentales restent les mêmes  : l’État bourgeois reflète et arbitre les conflits entre les différentes fractions de la classe dominante et gère la société dans son ensemble, ce qui l’amène à tenir compte des rapports de forces avec ceux d’en bas.

Dans l’État néolibéral, la force motrice est la fraction internationalisée de la grande bourgeoisie  : si sa composante financière est souvent mise en exergue, en fait celle-ci est organiquement liée à sa composante industrielle et commerçante. Comme le soulignent Pierre Dardot et Christian Laval, le néolibéralisme n’est pas un ultralibéralisme qui voudrait réduire l’État à sa plus simple expression. Le néolibéralisme met au contraire l’État au service de son projet social et économique.

Dans le contexte de crise économique, il s’agit avant tout de rehausser le taux de profit en mettant en concurrence, par un chantage permanent à l’emploi, les différents prolétariats nationaux. Le paiement de la dette publique est sanctifié et utilisé comme justificatif permanent de l’austérité. L’offensive contre les droits sociaux est noyée dans un discours sur les archaïsmes et le libre choix des individus. Les médias dominants pilonnent les grévistes. Tout est fait pour opposer les différentes catégories populaires et persuader chacun que son voisin est un privilégié ou un profiteur.

Une base sociale restreinte

Malgré cela, la base sociale du néolibéralisme est assez restreinte, notamment en Europe tandis que montent frustrations et mécontentements (souvent récupérés par l’extrême droite). Non seulement, les travailleurs mais diverses couches de la petite et moyenne bourgeoisie redoutent certains des effets des politiques mises en œuvre. Pour les classes dirigeantes, il est donc essentiel de sortir des choix politiques décisifs de la délibération démocratique. La gestion de la monnaie et du système bancaire est donc confiée à des banques centrales indépendantes  ; dans la zone euro, la gestion est supranationale (la Banque centrale européenne). Dans l’Union européenne, le respect des règles de la concurrence, les politiques d’austérité et les contre-réformes sociales sont surveillés par la Commission, la Cour de justice et le Conseil européen qui considèrent les résultats des élections nationales comme des clapotis sans grande importance.

Dans l’État néolibéral, il n’y a plus de marge pour les politiques social-démocrates d’aménagement à la marge du système. Et si d’aventure, il vient aux peuples, frustrés dans leurs votes, l’envie de protester directement, ils se heurtent à des appareils sécuritaires et policiers renforcés.

Henri Wilno


Moyenne des avis sur cet article :  4.25/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 13 juillet 17:17

    Ben , dites donc ... je n’ai vraiment pas envie de vivre dans cet état que vous décrivez ... Ce n’est pas possible que ça existe. Ce serait où ?
    Où dites vous ? Chez nous ... impossible, les nôtres sont soooocialistes, ils défendent la veuve et l’orphelin ... ou alors de droite mais ils veulent réduire la fracture sociale ou qu’on gagne plus. Non, pas chez nous,voyons ...
    A moins que ce soit « à l’insu de leur plein gré » ou qu’on nous mente ???
    Pas possible ...


    • foufouille foufouille 13 juillet 18:44

      il suffirait d’un politicien honnête pour changer le système ............


      • zygzornifle zygzornifle 13 juillet 19:33

        diviser pour mieux régner .....


        • Jo.Di Jo.Di 13 juillet 21:06

          La « base restreinte », c.a.d le contrat social minimal c’est une tautologie sq on parle du libéralisme, puisque c’’est son idéologie justement. P de Gôôôche a joué son rôle multiethniqueur.
           
          "Pourquoi cette immigration de masse a-t-elle été voulue et encouragée par les gouvernements et classes dirigeantes européennes alors que ses conséquences nuisibles sont évidentes ? Réponse : s’ils favorisent cette immigration c’est qu’elle leur profite. En attisant les antagonismes et la défiance mutuelle, elle paralyse les réactions et défenses de la population. Pour une classe dirigeante corrompue, une société balkanisée est plus facile à contrôler qu’une société homogène. L’insécurité née de l’immigration devient même une arme formidable de gouvernement. Et le valet caché du libéralisme, Bobodruchon, le sait très bien ... »
           

          « La volonté collective ne peut réellement déployer son ampleur que dans le dévoilement d’une conscience collective sous-jacente, issue d’une société chargée d’Histoire, de traditions, de mémoire. Enlever cette mémoire, diviser les traditions, multiplier les histoires, et vous créerez le troupeau informe et impuissant des benêts. En fait, nous Seigneurs, ne craignons que la gouvernance des morts. » Seigneur Capitaliste anonyme

           


          • Gisyl 13 juillet 22:48

            La photo d’illustration est effectivement intéressante mais qu’a-t-elle à voir avec le sujet de l’article ? C’est pour faire venir les lecteurs masculins ? Parce que c’est réussi...


            • Ouam 13 juillet 23:06

              Gisyl 13 juillet 22:48 :

              comme toi, pas compris !

              mais je lui ferai bien une bonne serie d’approbations populaire à celle la smiley


              • leypanou 13 juillet 23:17

                Robert Gil fait du racolage visuel.


                • Gandalf Gandalf 14 juillet 09:19

                  @leypanou

                  Si encore il nous avait sorti le drapeau de l’URSS avait une belle pin-up à la place de la faucille et du marteau. A sa décharge, le divan est bel est bien rouge.

                • Zolko Zolko 14 juillet 10:52

                  @ l’auteur : mettre une femme à poil pour attirer le lecteur montre bien à quel point vous n’intéressez personne, et montre aussi que vous le savez, mais montre aussi à quel bassesses vous êtes prêts à tomber pour faire parler de vous. Bon débarras, la lutte des classes.
                   


                  • rocla+ rocla+ 15 juillet 09:34

                    Quand un goumunisse recrute  des lecteurs il utilise les pires 

                    moyens de la société capitaliste . 



                    • gimo 15 juillet 16:29

                      Tout est fait pour opposer les différentes catégories populaires et persuader chacun que son voisin est un privilégié ou un profiteur.

                      ils ont pas de mal pour cela . .car helas c’est bien la realite
                       beaucoup de citoyens c’est chacun pour soi et dieu pour tous
                      d’autant plus pris par les couilles par des credits de toute sorte pour jouer les riches
                      c’est cela qui les rendent impuissants .et esclave.. les politiques le savent bien
                      il faudra bien choisir un jour

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès