Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Travail du dimanche : la démocratie confisquée par les lobbies (...)

Travail du dimanche : la démocratie confisquée par les lobbies politico-financiers.

Valérie Pécresse, député des Yvelines, organisait à Versailles, vendredi 9 mars, un débat sous le titre : « Faut-il autoriser l’ouverture des magasins le dimanche ? ». Elle avait réuni Robert Rochefort, patron du Credoc, Jean-Patrick Grumberg, président d’Usines Center, Madame Courne, conseillère municipale de Versailles et Joseph Thouvenel, secrétaire général-adjoint de la CFTC. Deux pour, deux contre, un arbitre, un débat équitable en apparence.

Sujet intéressant à plus d’un titre, mais qui pourrait surtout rester dans les annales comme un exemple-type de confiscation de la démocratie par les lobbies politico-financiers. Démonstration.

L’utilisation partisane des sondages.

Il fallait avoir un certain culot pour oser affirmer dans une réunion publique qu’il faut que les magasins soient ouverts le dimanche, puisque 70% de l’opinion est favorable au travail du dimanche. C’est pourtant ce que n’a pas hésité à faire Rochefort.

Or ce professionnel des pourcentages ne pouvait ignorer que le chiffre qu’il citait étaient issu d’un sondage (sondage Ipsos, Ile-de-France, 04/2006) commandité par... Usines Center, avec des questions biaisées et une population non représentative. C’est ce sondage qui avait été présenté par Pierre Lellouche, député UMP, pour appuyer sa proposition de loi visant à réduire le repos dominical, jolie manipulation qui avait d’ailleurs parfaitement réussi à l’époque (septembre 2006), puisqu’il était parvenu à accréditer l’idée dans les médias, à l’aide de ces résultats tronqués, qu’une large majorité était pour la suppression du dimanche.

Rochefort ne pouvait ignorer non plus que la quasi-totalité des autres sondages sont en discordance avec le sondage d’Usines Center. Il ne pouvait ignorer que BVA (sondage salariés - 06/2006) donne 88% de Français voulant préserver le dimanche comme jour de repos commun, ou les 18 000 internautes d’AOL dont 55% étaient contre l’ouverture. Il ne pouvait surtout pas ignorer les résultats du CSA (sondage national, 12/06), qui conclut à une majorité pour le repos dominical.

Apparemment, la déontologie professionnelle n’est pas le souci premier de M. Rochefort...

Le mercantilisme débridé des grandes enseignes.

Jean-Patrick Grumberg a la voix douce - ainsi que l’embonpoint rassurant - d’un médecin de famille de province. Mais il a pourtant beaucoup embarrassé Madame Pécresse, et scandalisé la salle, en expliquant fièrement qu’il avait ouvert illégalement Usines Center pendant vingt ans.

Selon lui, en effet, il rendait service au public, "puisqu’il y avait des clients", et il créait des emplois bien payés, "puisque les salariés du dimanche sont payés davantage que les autres jours". On voit que selon son raisonnement, M. Grumberg ne verrait aucun inconvénient à la réouverture des arènes, puisqu’il y aurait certainement du public, et aussi des gladiateurs chèrement payés... Sur cette lancée, expliquant que "tout se passait sur la base du volontariat", il a cru bon de préciser que "tout est clair au départ", et que "pour être embauché à Usines Center, il faut être disposé à travailler le dimanche". Notion du "volontariat" que beaucoup de salariés trouveront sans doute un peu particulière.

L’intervention de M. Grumberg, pour scandaleuse qu’elle fût, eut cependant le mérite de donner à la question du repos dominical sa véritable dimension : entre consumérisme effréné ou recherche d’une organisation du temps plus harmonieuse, il s’agit bien d’un véritable choix de société.

Un projet de loi qui ne sert que des intérêts privés, au mépris du citoyen.

Comme dans beaucoup de dossiers, le citoyens dit "d’en bas" est une fois de plus le grand absent du débat. Rappelons-nous l’affaire du lundi de Pentecôte, idée technocratique absurde refusée par 75% de la population, et imposée quand même pour le bon plaisir d’un pouvoir autiste.

Il se produit la même chose sur la question du travail du dimanche.

En effet, qui veut supprimer le repos dominical ? Qui entend-on, dans ce dossier ? Qui agit ? Pour les plus voyants, ce sont Vuitton, Usines Center, Conforama, et quelques autres grandes enseignes ouvertes illégalement. En coulisse, ce sont MM. Lellouche et Balkany, tous deux auteurs d’un projet de loi visant à supprimer le repos dominical, et tous deux membres de la commission Trilatérale, cet organisme ultralibéral lié aux milieux financiers internationaux (Trilatérale, Bildeberg Group, Forum de Davos), ou Karoutchi. Avec des seconds couteaux, comme Rochefort.

Un peu facile, de commanditer un sondage sur un sujet qui n’intéresse que des intérêts privés, pour susciter un courant d’opinion artificiel, mais suffisant pour enclencher une modification législative. Curieux, les défenseurs de la liberté de travailler sept jours sur sept n’ont jamais réalisé de sondage sur les radars automatiques, par exemple !

Parce que pour ce qui est de la France "d’en bas", on n’a pas encore vu de défilés de manifestants construisant des barricades au Quartier latin pour exiger l’abolition immédiate du repos dominical. On n’a pas vu de caillassage de bus dans les banlieues pour exiger l’ouverture des bibliothèques le dimanche. Dans les bars, on n’entend pas Robert, rentrant du travail, causer sourdement avec son camarade Marcel de l’ennui d’être obligé de se reposer le dimanche en famille. En revanche, on a vu beaucoup d’associations citoyennes se prononcer pour le repos dominical. Des associations de familles, aussi. Un parti politique "social", celui de M. Bayrou. Dix fédérations patronales professionnelles, qui viennent de lancer une campagne nationale de soutien au repos dominical. Et la quasi-totalité des syndicats, dont Joseph Thouvenel était venu présenter le point de vue.

Ce dernier a rappelé, dans une intervention largement applaudie, que la question centrale reste de savoir s’il est bon ou pas, pour une société civilisée, que la vie économique soit mise entre parenthèses, au profit momentané d’autres activités. Et s’il est bon, pour cette société, de pouvoir disposer d’un jour de congé qui soit commun à l’ensemble du corps social. Ce n’est qu’une fois ces principes généraux posés qu’il peut être nécessaire de légiférer, et éventuellement de prévoir les nécessaires exceptions qui, comme depuis longtemps, confirment la règle.

La stratégie de l’avancée par petits pas

Autre grande constante des démocraties confisquées, la stratégie des petits pas. Rappelez-vous, les parcmètres : au début, il ne devait y en avoir que dans des zones restreintes. Et vous y avez cru ? Les exemples sont tellement abondants que l’on se demande comment ce vieux truc de la politique à papa peut encore fonctionner.

Et c’est là qu’intervient à nouveau Rochefort. Doctement, il vient expliquer, rassurant, qu’il ne faut pas, selon lui, revenir sur le principe du repos dominical, mais simplement "l’assouplir, l’adapter" à l’évolution des mode de vies, c’est-à-dire faire passer de 5 à 10 le nombre de dimanches ouvrables par an. Ben voyons. Et l’an prochain, nous passons à combien, Monsieur Rochefort ?

Chronique d’un autisme ordinaire

Les auditeurs de ce débat, invités à prendre la parole, ont fait de très nombreuses interventions, très riches, abordant les questions de l’emploi, du rayonnement des industries de luxe, de la protection des commerces de proximité, des conditions de concurrence, de l’utilité sociale des différentes formes de distribution, etc.

Il revenait à Mme Pécresse de tirer la conclusion du débat, après ces échanges très fournis avec les débatteurs, et avec la salle.

Curieusement, le point qui semble l’avoir le plus marquée est que la loi actuelle sur le repos dominical comporte 186 exceptions, motif qui selon elle doit conduire à sa réforme immédiate (doit-on signaler à Mme Pécresse que si on réformait toutes les lois qui, en France, comportent plus de 186 exceptions, ou plus de trois pages, il ne resterait plus grand-chose du code des impôts ?).

Enarque, elle en a logiquement déduit qu’il fallait réformer la loi, en rappelant que le candidat Sarkozy était pour l’ouverture progressive des magasins le dimanche, et que donc...

Bref, elle projette de promouvoir, pour la loi actuelle, une réforme que personne ne demande - sauf certains lobbies de la grande distribution ou de l’ultralibéralisme -, en adoptant pour cette réforme la position imposée par son chef de parti.

Comment s’étonner, ensuite, du désintérêt des citoyens pour la politique ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (109 votes)




Réagissez à l'article

76 réactions à cet article    


  • thomas (---.---.202.154) 16 mars 2007 11:50

    Mais qu’est ce qui peut bien motiver l’interdiction du travail un jour dans la semaine ? Si des gens ont envie d’aller acheter des trucs, et si des gens ont envie de les vendre, pourquoi interdire ?


    • wired (---.---.92.11) 16 mars 2007 17:05

      Si demain ton patron te dis que tu travailles le dimanche tu dis quoi ?


    • Nicolas (---.---.38.148) 16 mars 2007 19:56

      Si mon patron me demande de bosser le dimanche, je lui dis d’accord. Et peut etre meme que je vais pas lui demander de me majorer de 50% comme il me semble que c’est la loi si il me donne mon vendredi en échange, et que j’ai le droit de poser un dimanche par mois.


    • le mave 16 mars 2007 11:52

      Lorsque je vois le Dimanche le nombre d’abrutis qui vont dans les grandes surfaces ,pour quelque raison que ce soit ,je n’ai qu’un seul souhait :que leur patron leurs disent que dorénavant ils vont bosser le Dimanche. Si chacun était conscient que sa conduite individuelle influe d’une façon ou d’une autre sur le collectif ,les choses avanceraient un peu .


      • levoisin (---.---.0.137) 16 mars 2007 13:15

        Il faut quand même les comprendre : quand, à cause des transports en commun et des cantines d’entreprise, on est absent de la maison de 7h00 à 19h00, qu’il faut ensuite s’occuper de la famille et de la maison, on n’a pas vraiment envie de sortir entre 21h00 et 22h00 pour aller faire des courses. Surtout si on veut pouvoir se reposer.

        Alors le résultat, on fait les courses le samedi malgré une populace débordante, ou alors on les fait le dimanche, en particulier pour aller acheter ce qui prend du temps à choisir : les meubles, l’électro-ménager, etc.


      • gedm (---.---.4.203) 16 mars 2007 13:41

        « Lorsque je vois le Dimanche le nombre d’abrutis qui vont dans les grandes surfaces ... »

        Ce n’est pas parce que quelqu’un est débordé en semaine et a des obligations (ou simplement des occupations) le samedi qu’il est un abruti.

        Si ?


      • Nicolas (---.---.38.148) 16 mars 2007 19:57

        Et quand je vois tous les abrutis malades le dimanche, je me dis que c’est honteux pour les pauvres medecins et les pauvres infirmières.


      • Milla 20 mars 2007 00:39

        @ le mave

        bien pensé le mave, en économie on appelle les modes de consommations, et les consommateurs ont prouvés qu’ils voulaient faire les boutiques le WE, bonne balade...

        milla


      • Nathanael (---.---.252.201) 16 mars 2007 11:53

        Petite erreur dans votre article :

        « c’est à dire faire passer de 5 à 10 le nombre de dimanche ouvrables par mois »

        Forcément ce n’est pas par mois, et c’est 5 jours ouvrables entre les fériés et les dimanches pas uniquement les dimanches......


        • Gruba (---.---.34.146) 16 mars 2007 12:11

          Aller faire les boutiques le dimanche, super ! On n’a vraiment que ça à faire... Mais faut pas oublier que des boutiques sans vendeur, ça n’existe pas... Il faudrait plutôt faire un sondage : « Qui est prêt à aller travailler le dimanche ? » Pas moi en tout cas !


          • (---.---.34.146) 16 mars 2007 12:15

            Vive la société de consommation ! Vive les boutiques ouvertes 24h/20 7j/7 et 365 jours par an ! Vive tout le monde dans les centres commerciaux ! ...comme ça y’a moins de monde dans les parcs, les jardins, et tous les endroits « libres » smiley


          • gedm (---.---.4.203) 16 mars 2007 13:25

            Et si vous laissiez les gens choisir leur mode de vie ? Et si j’ai envie de me reposer le samedi dans les parcs, ou de gambader nu dans les prés le vendredi, puis de faire mes courses le dimanche ? Allez-vous m’insulter ? Suis-je un déchet de la société ?

            Les gens ne se plaignent pas car tout le monde est habitué à ce que les magasins soient fermés le dimanche. On ne pense même pas à s’insurger pour cela.

            Je rappelle une fois de plus ici que j’ai découvert avec joie, au Québec, les magasins ouverts jusque 21h, 22h, 0h00 et même ouverts 24h/24, eh bien qu’est-ce que c’est agréable... Je pouvais travailler quand j’en avais besoin, et pas m’imposer d’aller faire les courses le seul jour libre de la semaine : le samedi. Le Québec n’abrite PAS une société décadente.

            Si des sociétés et des travailleurs sont prêts à offrir des services le dimanche, et si des clients sont prêts à en profiter, pourquoi interdire, toujours interdire, pourquoi imposer au monde un mode de vie ?

            Parce que Dieu s’est reposé le 7è jour ??? smiley


          • gedm (---.---.4.203) 16 mars 2007 13:28

            @ anonyme

            « Vive tout le monde dans les centres commerciaux ! »

            Ben, si c’est fermé le dimanche, il y a justement plus de monde... le samedi. Donc on prend 2h pour faire ses courses au lieu de 45 min, soit 1h15 de moins dans vos super parcs.

            Hahaha.


          • MB (---.---.179.123) 16 mars 2007 13:03

            Qui n’a jamais eu envie de faire ses courses le dimanche ou la nuit et pesté que c’était fermé ?

            Il y a des millions de chomeurs et autres RMIstes dans ce pays, plutot que de leur filer des allocs qu’ils aillent travailler le dimanche !


            • Bruno (---.---.109.53) 16 mars 2007 13:21

              Ouais c’est sur faut que les magasins reste ferme le dimanche

              et le samedi

              et dans la semaine il faut qu’il n’ouvre que de 11h a 16h

              Ca doit faire 5 ans que je fais mes courses sur ooshop 24h/24 7j/7 Mais bon pourquoi faudrait que nos magasins essaie de suivre cette concurence ?


              • gedm (---.---.4.203) 16 mars 2007 13:27

                Je ne suis pas d’accord avec vous. Dans la semaine, ouverts de 11 à 16, mais seulement le mardi. Car sinon on favorise la société de consommation.


              • Bruno (---.---.109.53) 16 mars 2007 13:36

                le mardi ou le jeudi

                la je ne peux pas m’avancer. il faut d’abord organiser une grande concertation avec les partenaires, les patrons, les syndicats et puis les politiques

                et comme tout ces gens travaille tres dur toute la semaine il n’y a que le dimanche qu’on pourrait tous les reunir. Zut comment on fait la ? smiley


              • jak (---.---.69.51) 16 mars 2007 13:35

                Les sociologues nous rabâchent que la famille est de plus en plus désarticulée, que ce phénomène explique en partie, l’échec scolaire, la violence, la perte de repères, l’absence de valeurs, supprimer le dimanche comme repos hebdomadaire, reviens a faire exploser dans son entier toute la cellule familiale, ainsi que la structure de notre société.


                • gedm (---.---.4.203) 16 mars 2007 13:39

                  @ JAK

                   ?? Expliquez-nous pourquoi ?

                  L’unité d’une famille n’a rien à voir avec le moment où on va acheter les céréales et les tampax quand même. Et si papa faisait ses courses le dimanche, parce que ça l’arrange mieux pour aller faire du vélo le samedi avec ses enfants ?

                  Enfin, je réponds par des exemples stupides. Mais je ne comprends vraiment pas votre raisonnement, et ne me l’explique que laborieusement. Des histoires d’idées préconçues et de conformisme, certainement...


                • Bruno (---.---.109.53) 16 mars 2007 13:41

                  pas la mienne ma famille ne se resume pas a un dimanche


                • miaou (---.---.15.34) 16 mars 2007 13:57

                  « L’unité d’une famille n’a rien à voir avec le moment où on va acheter les céréales et les tampax quand même. Et si papa faisait ses courses le dimanche, parce que ça l’arrange mieux pour aller faire du vélo le samedi avec ses enfants ? »

                  Ca a y voir si le papa vendeur est obligé de travailler le dimanche. Faut-il rappeler qu’il faut qu’il y ait des gens qui travaillent pour que les magasins ?


                • (---.---.37.71) 16 mars 2007 14:19

                  « Ca a y voir si le papa vendeur est obligé de travailler le dimanche. Faut-il rappeler qu’il faut qu’il y ait des gens qui travaillent pour que les magasins ? »

                  C’est sur qu’un papa chomeur, c’est vachement mieux !


                • jak (---.---.69.51) 16 mars 2007 14:29

                  Déréguler de manière importante les jours ouvrés, pose le problème de la famille, oh combien. Travailler le dimanche, sous entends pour tout « LE MONDE », du balayeur au PDG. Les hypothèses ou la famille est réunie deviennent rares ou inadaptées, décalage entre les parents, entre les enfants ainsi que tous les membres d’une même famille. Comment transmettre savoir et éducation si nos heures de repos ne sont pas adaptées a celles de notre famille. Imaginons une famille ou les 2 parents travaillent le dimanche et, bénéficient de 2 jours de congés hebdomadaire différents, en supposant qu’ils ne subissent pas d’horaires décalés, la tâche devient très compliquée pour vivre une vie de famille épanouie, sans parler des vacances, sujet de bien des discutions dans les entreprises, ainsi que dans les ménages. Je pense être plus clair, effectivement si le travail du dimanche ne s’applique qu’a l’autre et que mon couple ne travail que du lundi au vendredi, 39H par semaine, le travail du dimanche est une avancée pour le consommateur mais pas pour le citoyen


                • (---.---.37.71) 16 mars 2007 17:51

                  Pfff, si le temps libre disponible pour les enfants déterminait la réussite scolaire et autre casier judiciaire, les fils de cadre et cadre sup serait tous en tôle et sans diplomes depuis longtemps ! Sans même parler de ceux des Patrons !

                  Argument RI DI CU LE.

                  Surtout qu’on travail énormement moins qu’il y a cent ans, par exemple. pas l’impression que les fils de rien étaient moins bien éduqués il y a 100 ans, au contraire !!!


                • Majax WC (---.---.242.240) 16 mars 2007 13:42

                  Tout cela repose sur une idée fausse : Que la population consomerait plus en ouvrant les boutiques le dimanche....

                  On sait parfaitement que cela aurait uniquement pour effet d’allonger le temps de consomation, mais pas son volume. Ouvrir les magasins plus longtemps à une population dont le pouvoir d’achat diminue est une absurdité. Sans compter sur l’effet destructurant que cela peut avoir sur la société.

                  N’importe quoi en somme. C’est dans l’air du temps....


                  • Loindelà (---.---.66.13) 16 mars 2007 15:55

                    Le premier argument n’est pas tellement celui de la consommation, mais plutôt celui de l’emploi. En effet, pour ouvrir le dimanche, les magasins auront besoin de plus de main d’œuvre. On ne peut pas à la fois se plaindre que le taux de chômage est trop élevé et mettre des bâtons dans les roues des mesures qui pourraient créer de l’emploi, il faut choisir. Quant à la consommation, au pire elle resterait la même, au mieux elle créerait de la consommation et donc de l’emploi.


                  • (---.---.37.71) 16 mars 2007 17:52

                    « Ouvrir les magasins plus longtemps à une population dont le pouvoir d’achat diminue est une absurdité. »

                     ?? Le pouvoir d’achat augmente, et tous les ans, grâce à la mondialisation.

                    Ouvrir les magasin permet d’embaucher du monde, c’est tout.


                  • Jaimz (---.---.183.212) 17 mars 2007 09:34

                    On voit bien que vous ne travaillez pas dans la grande distribution ! Il n’y aura pas de nouvelles embauches, seulement un décalage des jours de repos... et c’est la galère quand vos amis ou vos enfants n’ont pas les mêmes jours de repos que vous !

                    L’interdiction d’ouvrir le dimanche pour les grandes surfaces favorise les petits artisants à leur compte et les commerces familliaux qui eux peuvent ouvrir. C’est le seul jour où ils font leur plus gros CA de la semaine ! A la rigueur on pourrait assouplir le droit de prendre un salarié en renfort pour ce jour là.

                    De toute façon si l’on assouplit le droit du travail sur le repos dominical, d’ici quelques années tout le monde bossera le dimanche (comme aux USA) et personne n’aura plus le temps d’aller faire ses courses ce jour là lol

                    Les petits bourgeois consommateurs sont vraiment des trous du cul...


                  • Radix (---.---.162.37) 16 mars 2007 13:50

                    Bonjour

                    Ceux qui travaille le dimanche ils vont faire leurs courses quand ?

                    Et quand tout le monde travaillera le dimanche quel intérêt y aura-t-il à ouvrir le dimanche ?


                    • gedm (---.---.4.203) 16 mars 2007 13:55

                      Puis-je aimablement vous faire remarquer que ce n’est pas parce qu’on travaille le dimanche qu’on travaille 7 jours sur 7 ?

                      De plus, de nombreuses personnes travaillent le dimanche, et ne s’en plaignent pas, c’est le cas de mes parents qui sont indépendants. Ne vous inquiétez pas pour nous, on survit.


                    • (---.---.91.101) 16 mars 2007 14:50

                      Intérressant. ça amène une autre question :

                      Quand travailler le dimanche sera devenu la norme et pas l’exception, est ce que les grands patrons n’en profiteront pas pour dire que le dimanche est un jour comme les autres, et par conséquent que le salarié doit être payé le dimanche comme les autres jours (adieu la prime du dimanche) ?


                    • (---.---.37.71) 16 mars 2007 17:53

                      « Quand travailler le dimanche sera devenu la norme et pas l’exception, est ce que les grands patrons n’en profiteront pas pour dire que le dimanche est un jour comme les autres, et par conséquent que le salarié doit être payé le dimanche comme les autres jours (adieu la prime du dimanche) ? »

                      Personne n’est obligé d’accepter ces conditions. Ca ne te plais pas ? Tu démissionnes !


                    • (---.---.91.101) 16 mars 2007 18:05

                      voila adolphos, c’est tout ce que j’attendais : « ça ne te plait pas ? tu démissionnes ! » ça montre bien que c’est encore une mesure pour mettre la pression sur les employés et rien d’autre. Et si tu continues à dire que le pouvoir d’achat augmente en france, on va vraiment finir par croire que t’es un ministre, ce sont les seuls à essayer de nous faire croire encore à ça


                    • (---.---.37.71) 16 mars 2007 18:14

                      « voila adolphos, c’est tout ce que j’attendais : »ça ne te plait pas ? tu démissionnes !« ça montre bien que c’est encore une mesure pour mettre la pression sur les employés et rien d’autre. »

                      Le servage est aboli depuis le XIIIéme siécle : ni toi ni ton patron n’êtes obligé de vous coltiner l’un l’autre si vous n’êtes plus d’accord sur les conditions !

                      « Et si tu continues à dire que le pouvoir d’achat augmente en france, on va vraiment finir par croire que t’es un ministre, ce sont les seuls à essayer de nous faire croire encore à ça »

                      Suffit de regarder les statistiques entre aujourd’hui et il y a 10 ans sur le nombre de portable, d’ordinateur, d’abonnement internet ou télé, cable ou satellite, de lecteur MP3, ou DVD, d’écran plat, etc, etc, etc..

                      Tiens, ca augmente !!!


                    • (---.---.91.101) 16 mars 2007 19:33

                      ça n’a aucun rapport avec le pouvoir d’achat. C’est juste que les prix ont très fortement baissé. Avec le prix d’un ordi il y a dix ans, on peut facilement s’acheter 2 portables entrée de gamme aujourd’hui.


                    • (---.---.37.71) 16 mars 2007 13:51

                      L’ouverture le dimanche est une bonne chose pour l’économie. Mais il faut aller plus loin et faire comme en allemagne : l’autorisation du 24h/24h. Ils viennent de le faire et ca s’est révélé positif. D’ailleur les anglo-saxon le font depuis longtemps, ca prouve que c’est bien.

                      Quant aux quelques salariés concernés, ils ont les 35 heures et 5 semaines de congés payés, donc pour eux ca va.

                      Au pire je propose que ces ouverture ne soi au début que limité géographiquement, par exemple en Banlieue ou au Champs Elysée, afin de tester grandeur nature.


                      • (---.---.91.101) 16 mars 2007 18:00

                        Les neuneus font ci font ça, alors ça prouve que c’est bien...

                        bêêêêêê !

                        En chine ils ont pas de couverture maladie et ils ont pas de liberté d’expression, et leur pays tourne bien. Faisons la même chose chez nous !!

                        On nous dit toujours de regarder chez nos voisins, quand c’est pour copier des trucs débiles (pour que les gens consomment dans les magasins il faut déjà qu’ils aient des sous) tout le monde est partant, quand il s’agit de mesures censées (coalition gauche-droite) là on a droit à des hauts cris « immobilisme...impossible...avec qui il va gouverner...blablabla »


                      • oncle Archibald (---.---.194.121) 17 mars 2007 10:26

                        « les anglo-saxons le font depuis longtemps, ça prouve que c’est bon »

                        AH ! PITIÉ !

                        Ils se nourissent de hamburgers et se désaltèrent au Coca Cola, ce qui prouve qu’ils ont une forte altération du goût, pas qu’ils sont plus malins que nous !


                      • Emmanuel (---.---.87.194) 16 mars 2007 13:52

                        C’est dans la logique actuelle qui veux nous abrutir au travail pour nous interdire d’avoir le temps d’imaginer une société plus juste et plus humaine.

                        Même si certains actuellement ne supportent plus le travail voire se suicident ce n’est pas grave ça booste les ventes de médicaments voire ça fait vivre les croque-morts. Tout est bon à prendre dans le travailleur !.


                        • gedm (---.---.4.203) 16 mars 2007 13:57

                          Voulez-vous bien m’expliquer ce que vous voyez de mal à ce qu’un travailleur « honnête » comme vous semblez en être un préfère avoir congé mercredi et jeudi, et travailler le samedi et le dimanche ? Si ça l’arrange, c’est sa vie, non ? Il pourra imaginer son monde meilleur tout comme vous.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès