Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Travailler le dimanche ou ne pas travailler ?

Travailler le dimanche ou ne pas travailler ?

Un sondage CSA-Le Parisien-Aujourd’hui en France en date du 17 décembre 2006 révèle qu’un Français sur deux préfère que les magasins soient fermés le dimanche. Les moins de trente ans sont les plus nombreux (72%) à plébisciter l’ouverture le dimanche, alors que passé cet âge, les Français se prononcent majoritairement contre. De même, les femmes sont majoritairement (54%) favorables, contre 44% chez les hommes.

Le ministre de l’Intérieur et candidat à l’élection présidentielle Nicolas Sarkozy, qui semble souffrir d’un déficit de confiance dans les deux catégories qui pébliscitent le travail dominical, prône «  une société du libre choix » en matière de temps de travail. Lors d’un déplacement à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), le candidat de l’UMP à l’élection présidentielle déclare que « ceux qui veulent être payés le double et travailler le dimanche 24 [décembre], pourquoi les empêcher de le faire ? » « Le premier problème économique de la France, c’est le pouvoir d’achat et les salaires (...) Je propose une nouvelle révolution économique : récompenser ceux qui veulent travailler davantage (...) On va garder les trente-cinq heures, mais ceux d’entre vous qui voudront mettre du beurre dans les épinards » pourront travailler plus... Le Monde, 4 décembre 2006.

Pierre Lelouche est à l’origine d’une proposition de loi n° 3262 visant à modifier l’article L. 221-5 du code du travail afin de permettre l’ouverture des commerces le dimanche. Dans l’exposé des motifs, le député Lelouche estime que « d’origine religieuse dans une loi de 1906, puis entrée dans l’usage, l’interdiction de travailler le dimanche posée par le code du travail est aujourd’hui en décalage flagrant avec les besoins de l’économie ainsi qu’avec l’évolution de la société ». « Une loi vieille de cent ans, et que quasiment plus personne ne respecte, reste quand même une loi ! », a déclaré le juge des référés du Tribunal de Pontoise, saisi par l’union départementale de la CFTC. (Ordonnance de référé en date du 21 décembre 2006). L’arrêt de la Cour d’appel de Versailles du 14 juin 2006 relatif à l’affaire du centre commercial d’Usines Center avait déjà rappelé une position de principe : « Il n’appartient pas au juge de se substituer au législateur en adaptant sa jurisprudence à l’évolution inexorable qui serait apparue en matière commerciale en ce qui concerne l’ouverture dominicale. »

Force est de constater qu’en règle générale, les jugements ne sauraient être favorables à l’employeur car ceux-ci sont bien en peine à développer des arguments recevables sur le plan juridique. Comme le souligne un inspecteur du travail, l’entreprise se borne généralement « à faire état de l’importance du chiffre d’affaires réalisé le dimanche (normal, puisque la concurrence est fermée) et de l’accord des salariés pour travailler ce jour-là. S’y ajoute, pour conclure, la menace classique de cessation d’activité s’il fallait, par une cruelle injustice, enfin appliquer la loi ». Cette forme de chantage peut être combattue par la condamnation à une astreinte d’un montant proportionnel au chiffre d’affaires réalisé. Le juge des référés de Pontoise semble l’avoir bien compris en condamnant la société à une astreinte de 300 000 euros par magasin et infraction journalière constatée par magasin. L’affaire Conforama nous révèle enfin le mépris d’un grand nombre d’entreprises à l’égard de la législation actuelle. En effet, l’avocat de la CFTC a, lors de l’audience, souligné que Conforama n’avait pas adressé de demande de dérogation au préfet pour obtenir l’autorisation d’ouvrir, au motif "on ne ne nous l’aurait pas refusée donc on ne l’a pas demandée". Affaire à suivre...


Moyenne des avis sur cet article :  4.24/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 8 janvier 2007 12:09

    Il faut remarquer une chose dans la question : on dit « magasins » pas entreprises ou administration.

    Quelle serait la réponse si on y rajoutait ces 2 mots là ???

    Car c’est bien là la question, si les magasins ont le droit d’ouvrir, pourquoi pas les entreprises ou l’administration, si c’est autorisé pour l’un cela peut l’être pour tous.

    Les gens ne voient que leur interet, je suis en repos dimanche, j’aimerai bien aller faire mes courses. Par contre, je ne suis pas sur qu’ils aimeraient bosser le dimanche et avoir leur jeudi pour faire les courses.


    • simplet simplet 8 janvier 2007 13:54

      par contre beaucoup de gens travaillent déjà le dimanche ( horaire d’équipe décalé boulanger etc etc etc... ) donc çà existe déjà.. et c’est pas basé sur le volontariat... non plus pour l’avoir subi un moment j peux vous dire que çà n’a rien de sympatoche de laisser du monde pour revoir sa bonne vieille compagne du dimanche soir la rectifieuse cylindrique somex

      mais le parallèle soulevé est vraiment interressant, le tout etant de demander les commerçants ce qu’ils en pensent ( la aussi demandons les employés, la réponse des patrons etant déjà connue... )


    • L'enfoiré L’enfoiré 8 janvier 2007 12:27

      Bonjour,

      La distinction entre entreprises et magasins est très judicieuse et a une importance essentielle. Un magasin a normalement les clients en provenances des entreprises. L’intérêt vient de là. L’extension de la souplesse aux entreprises ferait perdre du même coup les avantages pour les magasins. C’est un vase communiquant. Le problème est évidemment toujours le même : des ménages dont un élément travaille dans l’entreprise et l’autre dans les magasins. La vie sociale en est forcément diminuée. Je crois que c’est l’offre (des magasins) et la demande (les vendeurs et vendeuses) qui doit rester la règle. Sinon, des équipes volantes prêtes à intervenir dans les coups « durs » de grande affluence pourraient suppléer. Certains gagnent leur vie en ne travaillant que les weekends. Boucle bouclée ? Opinion belge, bien sûr.


      • simplet simplet 8 janvier 2007 13:50

        ben voyons evidemment qu’il faut ouvrir le dimanche, comment qu’on ferait sinon pour claquer notre misérable paye... on serait obliger d’aller se balader en forêt sinon, ou le comble, sortir un vélo et faire un petit tour...

        nan franchement les galeries gourmandes çà a son charme désuet un dimanche à se faire ratatiner les tongs par des psychopates à chariot caddi...

        vive la société de con sommation...


        • eugène wermelinger eugène wermelinger 8 janvier 2007 13:55

          A l’origine, pour ce que j’en sais, le dimanche a été instauré pour permettre au peuple laborieux de se reposer le 7ème jour, et ceci sous couverture religieuse (en Egypte, puis repris par les religions du Livre), et permettait aussi aux prêtres de rabâcher leurs diktats ces jours-là. Aujourd’hui je n’entends plus personne sortir l’argument du jour du Seigneur. Il est vrai que nous avons aussi à glorifier St RTT. Notre credo est la Consommation à tout crin. Si on nous en prive une journée par semaine c’est l’affolement. ALors il faut sacrifier au culte de la Consommation. De toute façon c’est un combat d’arrière garde que de défendre ce sacré saint dimanche (jour du Soleil) puisque je peux tous les jours et toutes les heures de l’année déjà faire du shopping virtuel sur le Net. Pour défendre l’environnement c’est une solution, et puis tient : il faudrait interdire de circuler autrement qu’à pied (ou à la force du mollet) en ce jour de respect de l’homme. « A ces mots on cria haro sur le baudet » ’La Fontaine’ dans les animaux malades de la peste.


          • (---.---.229.236) 8 janvier 2007 14:58

            Si on n’est pas chrétiens, je ne vois pas ce qui empéche de travailler le dimanche. Surtout que c’est un geste de solidarité. Donc, ca ne pose pas de probléme pour les athés et autre paganistes. D’ailleur pour les convaincres définitivement, on pourrait attribuer leur salaire de ce jour à la lutte contre les SDF et autres mal logés.


            • (---.---.56.165) 8 janvier 2007 17:44

              Je ne suis pas croyant et pourtant je pense qu’il est necessaire qu’il existe un jour de repos, de loisirs ou autres qui soit commun à tous.Dans cette société où les liens sociaux se distendent au profit d’une isolement consumériste,heureusement qu’il nous reste un jour pour se retrouver avec ses enfants, sa famille ou ses amis...


            • (---.---.229.236) 8 janvier 2007 18:12

              Non, inutile d’avoir tous le même jour de repos. Tu crois qu’ils se reposent, toi, les chinois ?


            • Yann (---.---.75.125) 8 janvier 2007 18:32

              Il faut que le dimanche reste un jour de repos, mais seulement pour ceux qui le desir. Et ceux qui veulent gagner plus, qu’on leur permettent de travailler. Mais malheureusement, beaucoup de patrons le rendraient obligatoire en un rien de temps. Il faudrait une sorte d’organisme exterieur qui viendrait relever le nombre de volontaires et ensuite autoriserait l’ouverture ou non du magasin.


              • (---.---.229.236) 8 janvier 2007 18:41

                Si tu ne travail pas pour toi, travail au moins pour ton pays.


              • (---.---.121.76) 9 janvier 2007 02:51

                Mais bien sur ! Désollé mais si je travaille, c’est pour moi , pas pour mon pays ! (Pourquoi je devrait travailler pour les autres ?? ).


              • titi (---.---.121.76) 9 janvier 2007 03:44

                En gros les francais dépensent un certain montant dans les magazins chaque année (disont 150 Milliard au pif )

                Je fais l’hypothèse que ce montant dépend des revenus et des besoins des francais et pas des horaires d’ouverture ( si le frigo est vide et qu’on a assez de sous pour faire les courses, on se débrouillera pour le remplir) .

                Si demain on ouvre tous les magazins le dimanche, ca veut dire plus de charge - Bonus de salaire pour le personnel
                - Plus d’employés ( 7 au lieu de 5 )ou heures sup’

                Donc plus de Frais/Charges pour les commercants avec un chiffre d’affaire a peu prés constant (150 milliards a se partager)=> globalemment, moins de bénef pour les commercants.

                => autant l’ouverture le dimmanche est tres bénéfique pour les quelques rares qui ouvrent aujourd’hui alors que les autres sont fermés, autant si on généralise ca ne sera pas forcémment un gain d’efficacité au niveau de l’économie du pays.

                Le développement des nocturnes serait un bon compromis : ouverture les Mardi et Jeudi jusqu’a 22H00 ( pour les boutiques, administrations, médecins,... qui le souhaitent ). Ca permettrait aux enmployés des heures « bureau » de faires les courses / formalités plus facillement.

                ( c’est vrai, pour aller a la préfecture dans ma ville les guichets sont ouverts de 9H30 - 12H00 14H-16H30 du lundi au vendredi. Il faut poser 1/2 journée pour refaire son permis smiley )


              • (---.---.42.26) 8 janvier 2007 18:39

                Le problème n’est pas de se dire s’il faut ouvrir ou pas le dimanche. Si les employés reçoivent des compensations suffisantes, si les règles sont claires et avantageuses pour l’employé, il n’y a pas de raison de s’y opposer ! Il faut juste que le salarié ait le choix et ait le droit de refuser sans risquer de représailles ! Et ça par contre, ce n’est pas gagné !


                • fg (---.---.217.69) 8 janvier 2007 20:43

                  Sans dimanche, plus de sports d’équipes, plus de bénévoles disponibles pour emmener, encadrer ... et là rien à voir avec une religion quelconque, simplement la possibilité de pratiquer un sport, d’avoir une activité commune.

                  De même quand on a donné comme prétexte à l’ouverture de magasins le dimanche l’alibi de la culture on a oublié que le fait culturel ce n’est pas d’acheter un livre, c’est de le lire. et on peut lire le dimanche sans etre obligé d’aller acheter son livre le même jour. Il parait même qu’il y a un machin qui s’appelle internet et qui permet de se faire livrer ses produits culturels à domicile, sans avoir besoin de faire travailler des gens le dimanche. C’est fou non ?


                  • zOoO zO 8 janvier 2007 20:58

                    Le sujet a déjà fait l’objet de moults commentaires assez récemment me semble-t-il. Et je ne vois pas d’avancée significative dans les commentaires de ce jour. smiley


                    • Plus Robert que Redford (---.---.80.35) 8 janvier 2007 23:36

                      Pas salarié, pas commerçant, mais simple vétérinaire libéral de campagne...

                      Oui, je travaille le dimanche (pas tous heureusement car j’ai quelques associés), et les nuits, aussi !

                      Ce n’est absolument pas par passion du lucre, croyez m’en bien, car traditionnellement, ma profession s’oblige à assurer ce que notre Ordre National qualifie de « Continuité des soins » qui veut que nous soyons capables de répondre à la demande du client 24h / 24 et 366 jours par an !

                      Au risque d’être incorrect, croyez que ça me fait puissamment CHIER, car depuis 28 ans, assurer les gardes nuit gravement à la vie familiale, (pas de sorties dominicales, ou alors il faut drôlement viser) impose à nos épouses de répondre au téléphone (le client ne supporte pas les répondeurs) et surtout, oblige à se démerder seul, car le personnel salarié, lui, ne saurait envisager l’ombre de la pensée de l’embryon d’une suggestion qu’il puisse devoir travailler le jour dévolu au Seigneur !

                      Certes, nous appliquons un « supplément tarifaire » pour la nuit et les jours fériés, mais j’y vois principalement une sorte de pénalité, voire de punition, car vous n’imaginez pas les exigences de nos concitoyens en la matière, qui n’ont souvent rien à voire avec l’urgence médicale avérée !

                      Alors le travail dominical, merci pour moi, sauf si, effectivement, toutes les entreprises et administrations se pliaient à la même règle comme cela a été évoqué plus haut. En fait, c’est travailler seul quand tout le reste de la société est « out » qui est le plus difficile...


                      • wired (---.---.92.11) 9 janvier 2007 11:11

                        Le problème c’est les compensations à mon avis rarement à la hauteur. Et puis c’est toujours les mêmes catégories qui subissent : caissières, restaurations...Et c’est pas des métiers faciles..


                        • mel29 (---.---.106.239) 10 janvier 2007 16:23

                          On entend souvent les mêmes arguments : le dimanche, c’est pour la famille, les amis, etc. J’habite dans une région touristique. Mon mari est chauffeur de car (et donc travaille SURTOUT le dimanche), je n’ai pas d’enfants, la plupart de mes amis sont saisonniers (ils travaillent aussi le dimanche) et je ne suis pas un poil catholique. Résultat : le dimanche, je suis seule et je ne peux même pas aller faire les magasins parce qu’en France, on empêche les gens de travailler. Les touristes étrangers en restent sur le c.. ! Quel bonheur lorsque je suis allée aux Etats-Unis et que la vie continue 24h sur 24 et 7 jours sur 7 ! Le mode de vie américain n’est pas toujours un modèle mais sur ce point (et pour tous les services en général), je le trouve excellent ! Et je ne voterai pas pour Sarkozi, cela dit...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès