• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Travailler plus et être heureux, une donnée non compatible

Travailler plus et être heureux, une donnée non compatible

L’instauration des 35 heures en France a été un grand bouleversement. En effet, les loisirs ont pris une place plus importante dans notre société ce qui a entraîné une sensation de bonheur. Travailler moins est donc une nécessité.

« Il faut augmenter le temps de travail à 39 heures  », dixit François Fillon, candidat Les Républicains à la présidentielle de 2017. Cela est une aberration : 69 % des français y sont contre (1). En revanche, la question de la réduction de cette dernière se pose.

 

Effets négatifs de la loi Aubry

En France, le cadre de la durée légale stipulé dans la loi est de 35 heures par semaine(2). Chaque employé ne doit pas travailler plus de 48 heures par semaine.

Mais, la réalité est beaucoup plus sombre. Selon une étude réalisée par Eurostat(3) , le nombre d’heures réellement travaillés est de 40,4 heures en 2015, loin des 35.

Cela a creusé les inégalités entre les salariés : seulement un peu plus d’un quart travaille 35 heures exactement alors que 43,8 % travaillent 39 heures ou plus(4).

D’autres facteurs comme l’âge, la pénibilité joue sur le sentiment du bonheur au travail.

Le bonheur peut se définir comme étant un état de plénitude qui est entier, inconditionnel et stable. C’est une entière satisfaction qui peut prendre une forme physique ou morale.

 

Effets positifs du passage aux 35 heures

L’instauration des 35 heures en 2000 a été un grand bouleversement. Martine Aubry, politique française classée à gauche (PS), est une ancienne ministre du travail sous les gouvernements de Cresson puis de Lionel Jospin(5).

Cette réforme a été bénéfique car cela a créé des emplois, 300 000 emplois selon la gauche(6) mais ce nombre varient selon le positionnement idéologique des politiques.

Ceci ne permet d’avoir que des avantages. Nous pouvons citer par exemple la société Yperma qui a décidé d’instaurer depuis juin 1997 la semaine des 35 heures à 4 jours.

Son président, Claude Prigent estime que ceci à apporter un « intérêt économique » pour son entreprise notamment de «  faire continuer à tourner l‘entreprise 5 jours ». Il affirme que cela lui a apporté « un gain d’un mois de chiffre d’affaires par an »(6) .

Également, Scott Adams(7) défend cette idée et il a déclaré :

« Il y a une limite au bonheur qu’on peut tirer de son travail. On est même d’autant plus heureux qu’on passe moins de temps au travail »

 

Les loisirs, autre effet positif

Le passage aux 35 heures n’a pas eu que des inconvénients : cela a permis d’avoir plus de temps libres avec une augmentation notoire de 20 minutes dès l’an 1999.

L’instauration des RTT (Réduction du Temps de Travail), ce qui signifie prendre un congé dans la semaine, a été bénéfique plus particulièrement pour les familles car 43 % des pères et 48 % des mères déclarent passer plus de temps avec leurs enfants. Cela permet également pour 60 % d’entre eux de voir leur enfant plus souvent pendant les vacances scolaires.

Au niveau individuel, 66 % des femmes cadres s’estiment gagnantes contre 40 % des employées et des ouvrières.(8)

 

Changement de vie radical

En revanche, certaines personnes ont décidé de diminuer volontairement leurs temps de travail pour pouvoir s’occuper plus d’eux.

La première personne que nous allons évoquer et un garçon qui s’appelle Charlie et qui a 28 ans. Après être parti au Royaume-Uni à 20 ans, il décida de « plaquer » sa vie de sommelier pour revenir en France, plus particulièrement en Corse. Il fait cela «  pour être auto-suffisant  ».

Nous pouvons évoquer l’exemple de Marie qui est âgé de 33 ans. Enseignante au premier degré, elle donna naissance fin 2010 à un petit garçon. Pour concilier organisation de la vie privée et de la vie professionnelle, elle réduit son temps de travail aux 3/4 et elle déclare que :

 « Le temps libre, c’est une richesse qui s’apprécie quand on en profite. Pas pour faire des choses en plus, mais plutôt pour ne pas courir partout. » (9)

Bonheur et travailler moins peut être compatible. Mais vous que répondez-vous à la question suivante : la réduction du temps de travail permet-elle d’être plus heureux ?

                              Babinot Quentin et Griffith Kelina

 

Sources utilisées :

(1) B.R, La Gazette des Communes, 9/01/17, n°2348, page 19.

(2) https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1911

(3)Jacques Sayagh, Ouest France, 9/12/16, page 5

(4)Louis Morice, L’Obs, 23/09/16 http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20160922.OBS8583/mais-qui-travaille-vraiment-35-heures-par-semaine.html

(5)Martine Aubry est née en 1950. Après avoir fait des études à l’ENA, elle occupe différents postes ministérielles dans les années 80. Elle est actuellement maire de Lille.

Pour plus d’information voir la biographie de Rémi Lefebvre sur Universalis Education.

(6)Jacques Sayagh, Ouest France, 9/12/16, page 5

(7)Scott Adams est un dessinateur de bandes dessinées, auteur de plusieurs critiques sur l’entreprise et la satire sociale.

(8)Valérie Urman, Le Parisien, 14/05/2001

http://www.leparisien.fr/societe/loisirs-famille-l-effet-35-heures-enfin-mesure-14-05-2001-2002165065.php

(9)Emilie Brouze, L’Obs, 16/01/14 http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-nos-vies-connectees/20140116.RUE0793/salaries-ils-ont-choisi-de-travailler-moins-pour-profiter-de-la-vie.html


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • Ben Schott 26 juin 13:08

     
    Spartacus vient de lire cet article et est actuellement en soins intensifs dans un établissement rempli de statutaires !
     


    • taketheeffinbus 26 juin 13:16

      Travailler moins, c’est surtout plus simple pour ceux qui gagnent déjà bien leur vie.

      Nous avons tous des dépenses incompressibles, il est évident qu’entre celui qui gagne 1000€ net/mois et celui qui en gagne 2000€ net/mois pour un temps travaillé égal, il y aura beaucoup plus de difficultés pour passer à 3/4 voir 1/2 temps pour le premier, que le second.

      Autant je ne nie pas que le temps libre ce n’est pas de l’argent, mais du bonheur quand on en a suffisamment, autant dans notre société, c’est un véritable luxe, surtout dans une situation de disette ou des centaines de personnes se disputent un seul poste de travail auprès de l’employeur, qui naturellement tirera tous les salaires vers le bas, profitant de cette situation.


      • Spartacus Spartacus 26 juin 14:57

        Le bonheur des uns est le malheur des autres !...

        Le temps libre des uns est le chômage de masse, les licenciements des autres et l’endettement sur des enfants des générations à venir.

        C’est la vitre cassée de Bastiat « ce que l’on voit et ce que l’on ne voit pas ».

        Pour celui qui l’énonce, la réalité se limite à ce qu’il perçoit. Il ignore systématiquement ce qu’il ne voit pas au profit de ce qu’il voit

        En effet, offrir des avantages très visibles en ponctionnant des ressources invisibles et diffuses permet d’acheter des votes pour pas cher.....

        Les 35 heures, ont alourdi le coût du travail de l’ordre de 10%, dégradé la compétitivité du pays par rapport à nos principaux concurrents.

        La conséquence en a été 35% de perte de parts de marché dans le commerce mondial entre 2000-2010. Ce qui est la pire performance économique de tous les pays de l’OCDE et qui explique le chômage massif, une dette abyssale, les délocalisations ou fermetures si caractéristique des dernières années en France....


        • samuel 26 juin 15:29

          @Spartacus

          « La conséquence en a été 35% de perte de parts de marché dans le commerce mondial entre 2000-2010. Ce qui est la pire performance économique de tous les pays de l’OCDE et qui explique le chômage massif, une dette abyssale, les délocalisations ou fermetures si caractéristique des dernières années en France.... »

          Ce qui n’a pas empêcher augmentation des dividendes et traitement salariaux des dirigeants... paradoxal !!!

        • Buzzcocks 26 juin 15:40

          @Spartacus
          Vous n’en avez pas marre de raconter n’importe quoi sur tous les sujets.
          La dette abyssale n’est pas propre à la France et donc aux 35 heures... Le japon, les USA, l’Italie ont des dettes encore plus abyssales et ça n’a rien à voir avec la durée du travail.

          Ensuite, les 35 heures ont donné lieu à des compensations financières, c’est bien pourquoi le patronat actuel ne veut majoritairement pas revenir dessus. Sans parler des négociations qui ont permis l’annuelisation du temps de travail. Je connais un directeur de coopérative agricole qui pour rien au monde ne reviendrait en arrière... il peut faire bosser son personnel plus longtemps en été quand il faut récolter et transformer les produits et les mettre en RTT en hiver quand l’activité baisse drastiquement.
          Vous prenez une SSII, quand son consultant est en inter contrat, il devient RTTiste, ou alors un pont offert, devient également une RTT.

          En prime, les gens travaillent de plus en plus en mode projet, donc le temps de travail n’a aucun sens, les gens adaptent leurs horaires selon l’activité. Perso, j’ai un projet de 250 jours/homme sur les bras, si je le finis en 150, croyez moi que je vais glander 100 jours au frais de mon client.

          Bref, entrez déjà dans la vie active, avant de la commenter.

           

           


        • Ar zen Ar zen 26 juin 16:11

          @Spartacus

          Vous écrivez : « Les 35 heures, ont alourdi le coût du travail de l’ordre de 10%, dégradé la compétitivité du pays par rapport à nos principaux concurrents.

          La conséquence en a été 35% de perte de parts de marché dans le commerce mondial entre 2000-2010. Ce qui est la pire performance économique de tous les pays de l’OCDE et qui explique le chômage massif, une dette abyssale, les délocalisations ou fermetures si caractéristique des dernières années en France.... »


          Spartacus, qui a dit : « 

          Plus concrètement, les règles à dégager sont d’une simplicité folle : du chômage résulte des délocalisations, elles-mêmes dues aux trop grandes différences de salaires… À partir de ce constat, ce qu’il faut entreprendre en devient tellement évident ! Il est indispensable de rétablir une légitime protection. Depuis plus de dix ans, j’ai proposé de recréer des ensembles régionaux plus homogènes, unissant plusieurs pays lorsque ceux-ci présentent de mêmes conditions de revenus, et de mêmes conditions sociales. Chacune de ces « organisations régionales » serait autorisée à se protéger de manière raisonnable contre les écarts de coûts de production assurant des avantages indus a certains pays concurrents, tout en maintenant simultanément en interne, au sein de sa zone, les conditions d’une saine et réelle concurrence entre ses membres associés.

          Ma position et le système que je préconise ne constitueraient pas une atteinte aux pays en développement. Actuellement, les grandes entreprises les utilisent pour leurs bas coûts, mais elles partiraient si les salaires y augmentaient trop. Ces pays ont intérêt à adopter mon principe et à s’unir à leurs voisins dotés de niveaux de vie semblables, pour développer à leur tour ensemble un marché interne suffisamment vaste pour soutenir leur production, mais suffisamment équilibré aussi pour que la concurrence interne ne repose pas uniquement sur le maintien de salaires bas. Cela pourrait concerner par exemple plusieurs pays de l’est de l’Union européenne, qui ont été intégrés sans réflexion ni délais préalables suffisants, mais aussi ceux d’Afrique ou d’Amérique latine.


          L’article 63 du TFUE n’est pour rien dans les délocalisations, n’est-ce pas ? Pouvez nous expliquer pourquoi ? 


          http://upr.voir.site/arguments-factuels/pourquoi-sortir-de-leuro-europe-otan/larticle-63-du-tfue


          https://www.upr.fr/actualite/un-aveu-terrible-du-figaro-en-7-ans-le-chomage-na-pas-baisse-une-seule-fois


          Et la valeur de l’euro pour la compétitivité française n’est pour rien dans la dégradation de la compétitivité française. Pouvez vous nous expliquer pourquoi ? 


          Dans quel état se trouve la balance commerciale allemande ? En temps »normal" la monnaie allemande se serait très fortement appréciée. Pourquoi ne le fait-elle pas ? 


          Les facteurs qui peuvent influencer la balance commerciale sont les suivants :


          La balance commerciale de l’Union européenne est calculée par l’agglomération des 28 pays. Les pays possédants des déficit commerciaux venant équilibrer ceux ayant des excédants commerciaux. Les droits de douanes à l’entrée de l’UE sont communs à l’ensemble des 28 membres. C ’est d’une débilité consternante !

          Pouvez vous nous faire un petit point sur la compétitivité d’un pays en rapport avec le taux de sa monnaie et de ses droits de douane ? 


          http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2017/02/09/97002-20170209FILWWW00047-l-allemagne-enregistre-un-excedent-commercial-record.php


          Spartacus vous ne venez sur Agoravox que pour distiller de fausses informations. Etes vous payé pour cela ?



        • Spartacus Spartacus 26 juin 18:30

          @Ar zen

          On ne reviendra jamais de la mondialisation, puisque qu’un produit non mondialisé ça n’existe pas... 

          Même un crayon noir....Source : Leonard Reed 

          La mondialisation expliquée pour les nuls :

          Exemple par le « crayon de bois ». 

          Le graphite est extrait à Ceylan

          Pensez à ces mineurs, à ceux qui ont fabriqué leurs nombreux outils d’Allemagne pour l’extraire ou les sacs en papier du Canada dans lesquels on transporte le graphite ou encore la ficelle de Malaisie qui permet d’attacher ces sacs, à ceux qui les ont mis à bords des bateaux Panaméens et à ceux qui ont fabriqué ces bateaux en Corée. Même les gardiens de phare le long de la route au cap en Afrique du Sud ont aidé à sa naissance, et aussi les pilotes des ports Belges d’Anvers.

          Le graphite est mélangé à de l’argile Américain dont on utilise l’ammoniaque de Trinidad et Tobago pour l’affinage. Puis des agents mouillants sont ajoutés, comme du suif sulfoné issu du pétrole du Vénézuéla des graisses animales d’Argentine ayant réaction avec de l’acide sulfurique Suisse

          Après être passé au travers de nombreuses machines Allemandes, le mélange se présente finalement dans une extrusion sans fin comme pour une machine à saucisses coupée à la dimension voulue, séchée et cuite pendant plusieurs heures à environ 1000 °C . 

          Pour accroître leur résistance et leur aspect lisse, les mines sont alors traitées avec un mélange chaud qui comprend de la cire du Mexique, de la paraffine du Maroc et des graisses naturelles hydrogénées des pays bas.

          Le bois de cèdre de Turquie ou Liban reçoit six couches de laque. Connaissez-vous tous les ingrédients de la laque ? Qui penserait que les éleveurs de graine de ricin du Brésil font le rouge ? La belle couleur blanche et jaune de l’oxyde de titane extrait à Madagascar, la laque nécessitent les savoir-faire de plus de personnes que l’on n’en pourrait dénombrer !

          Regardez la marque. C’est un film formé en chauffant du charbon noir de Bulgarie mélangé avec des résines transformées en France.

          Le bout de métal la virole, est en laiton des métalleries Indiennes. Pensez à toutes les personnes qui extraient le zinc du Pérou et le cuivre du Chili et ceux qui savent faire une feuille brillante de laiton à partir de ces produits de la nature. 

          Ces anneaux noirs sur la virole sont en nickel noir d’Australie

          Il y a ensuite le bout de gomme, que l’homme utilise pour effacer les erreurs qu’il commet avec moi. C’est un élément appelé « factice » qui permet d’effacer. Il s’agit d’un produit semblable à du caoutchouc fabriqué en faisant réagir de l’huile de colza d’Indonésie avec du chlorure de soufre de Colombie. Le caoutchouc deThaïlande , contrairement à l’idée courante, ne sert que pour assurer la liaison. Il y a ensuite de nombreux agents de vulcanisation et d’accélération. La pierre ponce vient d’Italie ; et le pigment qui donne sa couleur à la gomme est du sulfure de cadmium de Biélo-Russie.

          En fait, des millions d’êtres humains participent à sa création, et aucun d’entre eux n’en connaît plus que quelques autres. 

          La mondialisation, ils en ont peur. Ils croient l’arreter

          Mais ce n’est qu’un crayon noir.......Un simple crayon noir !


        • Emma Joritaire 26 juin 18:56

          @Spartacus

          « La mondialisation, ils en ont peur. Ils croient l’arreter »

          Je ne crois pas que ce soit la mondialisation qui fasse peur, mais de toute manière ce qu’il faut combattre, c’est le mondialisme et ses corollaires les migrations.

          Et contrairement à une légende urbaine tenace, on peut combattre efficacement et victorieusement le phénomène migratoire. Il faut commencer par déclarer l’immigration non souhaitée, illégale et ensuite frapper dissuasivement au portefeuille, non les migrants, qui n’ont rien, mais ceux qui les embauchent et ceux qui les logent.

          Les amendes pourraient être utilisées pour financer la remigration des illégaux. Les flux se tariront très vite. Les mondialistes vont couiner pendant quelques semaines, tandis que les tribunaux dépouilleront inlassablement les marchands d’esclaves et les marchands de sommeil, avant que tout cela ne se tasse dans l’indifférence générale, abstraction faite d’une poignée d’acnéiques.


        • Spartacus Spartacus 26 juin 19:34

          @Emma Joritaire
          Adapter des populations qui vivent sociologiquement différemment est un total autre sujet.....


          Mais s’adapter au monde économique qui nous entoure est nécessaire, les 35h sont un handicap pour nos concitoyens les moins qualifiés a trouver un job ou ils sont rentables pour un employeur.

          Les avantages des 35h des uns nécessitent un seuil de rentabilité du travail tellement élevé pour eux que les inemployables courent les rues...
          Et quand on a goutté à un privilège comme les 35h, on ne peut plus s’en passer....
          Même si c’est sur le dos des gens les plus faibles. 
          On feint de ne pas comprendre et surtout pas savoir d’ou vient l’argent ?...

        • Ar zen Ar zen 26 juin 19:53

          @Spartacus

          Je ne crois pas une minute à ce que vous appelez « mondialisation ». 

          En fait, ce concept de « mondialisation » est en réalité une guerre que les partisans du libéralisme ont déclarée à tous les travailleurs, cassant les systèmes de protection sociale et favorisant par là même la montée des extrémistes de tous bords. Les pièges de la « mondialisation » sont assurément ceux d’une logique de développement prédatrice tant des être humains que de la biosphère. Cependant, en prenant des mesures appropriées, nous pouvons encore revenir en arrière. Ceci passe par des peuples souverains disposant d’une constitution qui les protège, ce qui n’est plus le cas actuellement.

          « On ne peut combattre efficacement la technocratie internationale qu’en la défiant sur son terrain de prédilection, celui des sciences économiques, et en opposant à la pensée mutilée dont elle fait usage un savoir qui ait plus de respect pour les gens et pour les réalités auxquelles ceux-ci font face. » Pierre Bourdieu.

        • Spartacus Spartacus 26 juin 20:53

          @Ar zen
          C’est bien connu. Les pays libéraux sont des enfers et les pays fermés sont des paradis....La Suisse a tout à envier au Zimbabwe et la Corée du Sud a tout à envier à la Corée du Nord...


          La protection sociale n’est qu’un mot pour faire croire que de l’assurance, ce pur produit capitaliste serait un don social...
          Les sécus, chômage ou retraites, vous ne cotisez pas, vous n’avez droit à rien....
          Et le salariat que vous aimez tellement est une aliénation qui détruit l’ambition naturelle contre un confort médiocre.

        • Ar zen Ar zen 26 juin 22:44

          @Spartacus


          Et oui Spartacus, la Suisse avec sa démocratie semi-directe, sa constitution que seul le peuple peut modifier, son « initiative populaire » et son « référendum facultatif », sa non allégeance à l’UE et même à l’EEE. 

          Pouvez vous me dire s’il existe de part le vaste monde une constitution qui approche celle de la Suisse ? Un autre pays qui posséderait une démocratie semi-directe ? Je ne pense pas que le Zimbabwe ou que la Corée du Sud appartiennent à cette catégorie. 

          Je vous laisse chercher !

        • samuel 27 juin 10:51

          @Spartacus

          J’avais entendu quelque part un étudiant d’une grande école d’économie répondre à une question sur ce qu’il faudrait faire pour améliorer le monde.

          Réponse : « Je trouve que ce monde ne tourne pas à 100%, que tout n’est pas optimal ! »

          La vision de la société de la science économique néolibérale est une vision explicitement totalitaire.

          Je ne vois pas comment appeler ça autrement que comme une dictature. Une dictature de la pensée qui s’impose par l’obligation d’en passer par le rapport marchand (et donc le Capital).

        • Jean Pierre 27 juin 20:03

          @Spartacus
          « La Suisse a tout a envier au Zimbabwe et la Corée du sud a tout à envier à la Corée du nord ».

          Vous venez de faire une extraordinaire découverte Spartacus : on vit mieux en démocratie qu’en dictature. Voici une révélation qui va changer nos vies !
          Et à part enfoncer les portes ouvertes, vous faites quoi dans la vie ?

        • Spartacus Spartacus 29 juin 19:43

          @Ar Zen

          Aux USA au niveau des états. il y a une démocratie participative...
          Le « recall » permet à un nombre suffisant de citoyens de réclamer un référendum pour interrompre le mandat d’un élu ou d’un fonctionnaire.
          Les citoyens peuvent aussi s’opposer et modifier une loi par pétition ou proposer un amendement de la constitution. 

        • Ar zen Ar zen 29 juin 20:30

          @Spartacus

          Dans quelles conditions le « recall » ? Dans tous les Etats ou dans certains seulement ? Tout ça c’est de la gnognote en comparaison d’une constitution qui protège et d’une démocratie semi-directe à la Suisse.

          Tout ça pour vous signaler que votre exemple de la Corée du Sud était un coup d’épée dans l’eau. Le peuple doit rester le souverain et doit avoir des moyens d’action pour contrer ses « représentants » s’il le juge nécessaire. 

          Les USA sont loin, très loin, d’être un exemple de démocratie. En France, nous avons un long chemin à parcourir avant de pour dire que la souveraineté appartient au peuple. Notre démocratie « représentative » est tout sauf une démocratie. 

          En Suisse les initiatives populaires sont le moteur de la démocratie directe car elles n’émanent ni du Parlement ni du Gouvernement mais directement des citoyens.



          Un gouvernement français ? Non, un gigantesque conseil d’administration !







        • Emma Joritaire 26 juin 15:53

          "Le bonheur peut se définir comme étant un état de plénitude qui est entier, inconditionnel et stable. C’est une entière satisfaction qui peut prendre une forme physique ou morale."

          Et qui est principalement à la portée des légumes - humains on non - et des animaux domestiques en parfaite santé, nourris à heures fixes, et profitant de la tendresse de propriétaires attentionnés. Mises à part quelques plaes de béatitude éphémère, les autres font avec leurs soucis, préoccupations, maux plus ou moins grands, affections plus ou mois graves qui les affectent eux-mêmes au tels ou tels de leurs proches.


          • Emma Joritaire 26 juin 15:57

            @Emma Joritaire

            « Mises à part quelques plages de béatitude éphémère... »


          • foufouille foufouille 26 juin 16:51

            étonnant, pas un mot sur le salaire d’un employé.
            avec peu de travail, il faut un salaire horaire élevé pour se le permettre sinon tu végètes.


            • Trelawney Trelawney 27 juin 10:22

              @foufouille
              C’est ce que disait Coluche : « Tous les gens ne réclament pas forcément du travail, un salaire leur suffit ».


            • zygzornifle zygzornifle 26 juin 17:05

              Moins je bosse mieux je me porte ...... surtout vu le niveau des rémunérations et de la destruction du monde du travail par la loi travail revisité par Macron .....


              • Le421 Le421 27 juin 08:36

                Le débat sur les 35H sera sans fin.
                D’autant plus qu’il y a une différence majeure entre le temps théorique et le temps effectif travaillé.
                A moins de ne pas considérer la préparation du matériel de chantier et le trajet pour y accéder comme du travail ( et je peux vous dire que c’est très difficile de conduire un fourgon en restant dans un canapé à regarder la télé !!), le temps effectif n’est pas celui sur le papier.
                D’après mes calculs, j’effectuais, dans le bâtiment*, entre 42 et 43 H de travail effectif par semaine, ce qui faisait une dizaine d’heures carottées par mois et une centaine à l’année.
                La prime de 100€ à Noël, quand il y en avait, était bien compensée...
                Et j’ai testé dans plusieurs entreprises... Pareil.
                Pas de bol ?? Hum. Regardez le temps effectif moyen travaillé des français.
                Certains abrutis idéologues vont tomber de haut.

                *Dans le milieu concerts/spectacles/radios périphériques, à St Etienne, je frôlais parfois les 80 à 90H par semaine sur des prépas de manifestations... Payé à peine plus que le Smic.


                • Trelawney Trelawney 27 juin 10:36

                  @Le421
                  Les 35 heures ont été développé par des personnes n’ayant comme expérience du travail, la fonction publique. Je ne veux pas dire que les fonctionnaires sont des fainéants, mais la différences entre le monde du travail dans la fonction publique et le privé est suffisamment criante pour comprendre de suite que les 35 heures allaient être difficile à mettre en place.

                  Et pourtant ça a été mis en place et aujourd’hui personne ne pense à les remettre en question.

                  Lorsque j’étais entrepreneur je réalisais des intervention sur des plateformes de forage en mer du Nord. Un important client m’appelle le dimanche (et oui je décroche même le dimanche) pour me demander d’intervenir sur une plateforme gazière et y envoyer deux soudeurs. C’est le genre de boulot qui se fait sans devis et où la facture fait foie (imaginez le montant de la facture). Donc j’appelle mon compagnon (et oui il décroche aussi le dimanche) et lui demande de réserver une place dans l’avion qui le conduira de Charleroi à Aberdeen où un hélico l’attend pour la plate forme gazière. Après mon coup de fil, ce compagnon va pianoter le dimanche sur internet pour se commander 2 places d’avion (lui et son aide), va payer avec sa carte bleue (sera remboursé ensuite). Ira chercher son compagnon à 4 heures du matin pour aller à Charleroi. à 9 heures il sera à Aberdeen et à 13 heures sur la plate forme gazière. Il sera de retour à Aberdeen à 21 heures où il dormira et sera de retour à Charleroi à 11 heures le lendemain. On est trés loin des 35 heures !
                  A titre indicatif, ce soudeur avait un salaire net (sans les primes) de 4500 euro par mois. Ca les valait

                • mursili mursili 27 juin 10:09

                   Macron et son gouvernement ont bien compris ce point de vue et c’est ainsi qu’en multipliant les minijobs, les temps partiels et les emplois précaires ils vont faire des millions d’heureux.


                  • gogoRat gogoRat 27 juin 10:29

                    Parler du ’travail’, c’est additionner des serviettes et des bouses de vache !
                     C’est la preuve d’un manque de travail des neurones que de ne pas s’en rendre compte. Donc, seuls les fainéants ou ceux qui s’adressent à des moutons béats, pour les piéger, commettent cette forfaiture qui consiste à amalgamer à la même valeur le salaire, disons, d’une aide ménagère, et celui de ceux qu’on nomme maintenant ’travailleurs du sexe’.
                    ’Il faut se vendre !’
                     : telle est la devise de celles et ceux qui marchent dans cette combine !
                     
                     La ’mondialisation’ c’est mettre sur le même marché, encourager avec la même monnaie, la protection du même service d’Ordre, et les mêmes applaudissements béats, l’activité des proxénètes et de leurs esclaves autant que le dévouement de celles et ceux qui mettent au péril leur vie pour survivre ou préserver la dignité de leur entourage.

                     ’les gens préféreraient mourir que de réfléchir’ !
                     Dixit celui qui qui a su poser d’abord la question :

                      Tout d’abord : c’est quoi, le travail ?
                     >>>
                     Il y a deux sortes de travail : premièrement, déplacer de la matière sur ou près de la surface de la terre ; deuxièmement, demander à d’autres personnes de le faire.
                     La première sorte est désagréable et mal payée ; la seconde est agréable et hautement payée.
                     La deuxième sorte de travail est susceptible d’extensions infinies : il y a non seulement ceux qui donnent des ordres,mais aussi ceux qui donnent des conseils quant à ce que l’on devrait donner comme ordres. ...’

                     cf B. Russell : éloge de l’otium


                    • zygzornifle zygzornifle 27 juin 10:53

                      Quand on voit a la télé les sénateurs affalés sur leur pupitre roupillant pétant et rotant entre 2 siestes avec des salaires mirifiques et pleins d’avantage on se dit que le travail rend heureux sauf pour ceux qui se lèvent tôt et triment pour blanchir tous ces parasites de la république .....


                      • UnLorrain 27 juin 12:47

                        @zygzornifle

                        Ou bouchinutiles...Grace a ces legifereurs de lois iniques j ai failli paumer mon boulot pour quelques kilometres heure de trop.

                        Je me console...je me vois en cage grillage,free fight ou k1,un a un mais possible de mieux certainement. Tous au tapis cela va sans dire,peut etre cela leur rendrait la raison.

                        @ l auteur.

                        Le travail est un tresor : Lafontaine dans Le paysan et ses trois fils.

                        Le bonheur..une metaphore invente un jour d ennui : Flaubert,ca doit se trouver dans Novembre.

                        Le bon_heurt euuh bonheur : C est l idee que l’on s’en fait. Proverbe..invente par de petite gens qui se heurterent rudement a la vie, s apercevant que l’on ne peut rien ou si peu contre elle,inventerent des phrases devenant proverbes ( Dutourd Jean )

                        Chantier naval de Spartacus en Coree,un docu passait a Thalassa il y a quelques lustres,explicite. Entreprise colossale de 700 hectares de surface,une femme qui y evolu sera chef au bout de 20 annees,journee de 10 heures/jours et six jours sur septs de travail...Entre les grevistes forcenes par ici ou les forcas volontaires la bas il doit bien y avoir juste milieu mais ou est il..


                      • L'enfoiré L’enfoiré 27 juin 12:37

                        En fait, le problème n’est pas une question de nombre d’heures de travail, mais de connaitre la rentabilité de chaque heure.
                        Cinq minutes d’imagination peut faire gagner bien plus qu’une journée de travail.
                        Les prestations risquent fort bien de disparaitre.
                        Les travaux répétitifs seront les premiers à passer à la trappe.
                        L’homme n’est pas fait pour travailler mais pour réfléchir et inventer.
                        C’est ce qui le sépare encore des robots...
                        Tout est intégré dans notre monde.
                        Il faut pouvoir acheter ce qu’on a besoin.
                        Mais pour acheter il faut vendre et en avoir un bénéfice au passage.


                        • monde indien 27 juin 18:08

                          A bas le travail ! Défendre le travail ( m^me si on est tous empêtrés là dedans ! ) c ’ est essayer de soigner le cancer par le choléra ! Toute cette merde vient du marché , diabolique invention ! Finallement on s ’ en fout pas de toutes ces conneries qu ’ ils veulent qu ’ on achète ? Comme dit mon excellent boucher arabe , il faut travailler pour vivre et pas vivre pour travailler - Alors , qu ’ ils arrêtent de nous faire chier en nous payant pour 40 heures comme si on avait travaillé que 3 heures - Les riches gagnent 200 fois + que les pauvres qui travaillent tout autant - pourtant les riches ne travaillent pas 200 fois plus ( ça ferait 200X40 = 8000 heures) - Il faut arrêter de bricoler la pauvreté en quémandant aux riches - Les indiens d ’ Amazonie ne travaillent que 4 heures par jour - devinez ce qu ’ ils font le reste du temps ? Si vous ne trouvez pas , demandez-vous : travailler pour quoi  ??? Les indiens ne connaissent pas le marché , mais le partage et la distribution - Arrêtons d ’ être cons !


                          • Yaurrick Yaurrick 27 juin 19:34

                            @monde indien
                            Vous savez que certains d’entre nous peuvent être plus efficaces, plus ingénieux que d’autres ? Que certains prennent aussi de grands risques et que parfois ils en récoltent les fruits, et d’autres fois il perdent tout ?

                            Personne ne vous empêche de rejoindre une tribu d’Amazonie, il faut juste comprendre que tout le monde ne partage pas votre opinion. Et surtout qu’il faut assumer ses choix et les conséquences qui en découlent.


                          • monde indien 27 juin 20:14


                            @Yaurrick - Sont-ils ingénieux.ses ceux et celles qui gagnent 200 fois + que moi parce qu ’ ils ont mis en place leur système de marché complètement inique qu ’ ils ont verrouillé avec l ’ ensemble lois totalement anti-démocratique que nous savons - ne faisons pas les aveugles - ? Non , ils me font juste gerber et pour moi ce n ’ est pas celà l ’ humanité au regard de leurs gueules d ’ enfarinés suffisants - La femme de ménage qui nettoie le hall de mon immeuble est bien + belle , elle fait très bien son travail et elle leur est certainement indispensable - Eux ne sont pas capables de faire ce que nous faisons - Alors oui , je suis révolté et je ne leur laisserai certainement pas ma planète , à moi et à ceux et celles que j ’ aime , dans cet état lamentable où ils l ’ ont mise -
                            Je vous rappelle au passage que « fraternité » est tout de m^me le troisième mot de notre devise nationale - est-ce cela votre conception de la fraternité ???
                            http://mondeindien.centerblog.net/


                          • Yaurrick Yaurrick 28 juin 00:13

                            @monde indien
                            Le marché ? Mais vous savez, le marché c’est vous, moi, un ensemble d’individus avec leurs volontés... le marché c’est l’agrégation de toutes nos actions, nos besoins, nos envies et à mon sens bien plus démocratique que le fonctionnement de nos états et de leur lois. Si quelque chose est à revoir, c’est là qu’il faut travailler.
                            La femme de ménage comme vous dites fait bien son travail mais, il ne faut pas se leurrer, à peu près n’importe qui est capable de le faire (je ne dis pas pas de façon péjorative, simplement je suis réaliste).... tandis que très peu de personnes sont capables d’être chirurgien, pilote d’avion ou chef d’entreprise, avec des responsabilités bien plus importantes. Vouloir nier que chacun est différent et a des capacités et des attentes différentes, c’est une forme de totalitarisme et d’intolérance.
                            C’est un peu facile de se réfugier derrière la fraternité, c’est un bien beau mot, sauf qu’on a tendance à oublier que ce n’est en aucun cas uniquement des droits, mais aussi des devoirs. Et la fraternité, c’est bien trop souvent un prétexte pour faire les poches aux autres, donc du vol, alors que la fraternité la vraie, c’est le don libre consenti.


                          • monde indien 28 juin 07:55

                            @Yaurrick - C ’ est bien là la bêtise du marché - Considérer que certains ont effectivement + de capacités que d ’ autres ... celà voudrait-il dire qu ’ on doive laisser les faibles sur des tas d ’ ordures et les vieux dans des mouroirs ? Facile de dire que la fraternité serait prétexte à faire les poches des autres : pour l ’ instant c ’ est plutôt l ’ inverse qui se produit , non ? Trop facile d ’ invoquer ces prétextes fallacieux pour n ’ engager aucune fraternité -
                            Il n ’ est pas certain non-plus que vos fameux riches serait capables de pousser le balai leur vie-durant , de visser les boulons des machines , de descendre au fond des mines et de trimer leur vie-durant dans les champs brûlants - Pour en conclure avec la division du travail je dis : que le chalutier a certainement besoin du capitaine pour diriger la manoeuvre , mais que son travail n ’ est pas plus « méritoire » (vous devez aimer ce mot) que celui du gars qui est en cales aux machines , de celui qui sort dans la tempête au risque de sa vie pour remonter les filets , des ouvrières qui vont trier le poisson puant dans les entreprises à terre - Ne faites pas l ’ innocent à faire semblant de ne pas voir qui vous fait vraiment les poches ! C ’ est pourtant ce que sacralise le marché .
                            A quand une société vraiment humaine ? ( ne gardez pas trop la tête sur le guidon ! )


                          • monde indien 28 juin 08:02

                            @Yaurrick - PS : j ’ ajoute que je doute fort que ceux qui travaillent pour un salaire au dessous du smic voient cette « fraternité » comme librement consentie - Jacques Chirac ( que je n ’ aprécie pourtant pas ) avait au moins inventé une expression très juste : celle de Fracture Sociale - Quand une société n ’ est plus humaine elle n ’ a plus de raison d ’ exister -


                          • Yaurrick Yaurrick 30 juin 18:57

                            @monde indien
                            Vous avez le raisonnement typique des collectivistes, à savoir tout le monde pareil et tant pis pour les différences et vous considérez les faibles et les vieux comme étant inutiles, bel exemple d’humanité ! Mentez à votre propre conscience si vous le voulez mais il y aura toujours des différences, certains sont doués pour le sport, d’autres sont capables d’exercer la médecine ou un métier de policier ou militaire.
                            Ce qui est méritoire, c’est de produire un service ou un bien dont les autres auront l’utilité... ce qui ne l’est pas c’est de croire que vivre vous donne droit d’office à un salaire, un toit et tout autre chose, donc sans rendre service aux autres. On s’en fiche qu’un tel soit plus riche, l’important c’est de diminuer la pauvreté : le marché associé au capitalisme y arrive bien mieux que tout les autres systèmes (meme si c’est imparfait). L’état naturel de l’homme, c’est la misère.
                            Celui qui me fait les poches, c’est l’état : parce qu’il me prend d’autorité 50% de mon salaire pensant savoir mieux que moi ce dont j’ai besoin, parce qu’il m’interdit de travailler plus de 35h et d’avoir moins de congés en contrepartie de plus de salaire.
                            Ce même état qui interdit au moins productifs que le SMIC d’avoir un emploi, ce même état qui n’applique pas les règles qu’il donnent aux citoyens.


                          • Jean Fildesperles 27 juin 18:09

                            Je suis effaré par tous ces politiques ou journalistes qui veulent imposer leur vision de la société. Je bosse 50 à 60 h par semaine, je fais du sport 4 fois par semaine, je sors beaucoup, je m’occupe de mes enfants, etc.. Je n’ai besoin que de 6h de sommeil et je suis très heureux de vivre intensément. Je n’ai aucune envie de vivre dans une société conçue et imaginée par des Aubry, Taubira et consorts...


                            • rocla+ rocla+ 28 juin 08:05

                              A bas le salariat .


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès