Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Tueries de masse et jeux-vidéo : l’éternel amalgame ?

Tueries de masse et jeux-vidéo : l’éternel amalgame ?

Le double attentat qui a ensanglanté la Norvège le vendredi 22 juillet (76 morts selon la police) aura soulevé de nombreuses polémiques dans le monde entier.  Parmi celles-ci, une refait inexorablement surface : les jeux-vidéo ont-ils joué un rôle dans le passage à l’acte d’Anders Behring Breivik, l’auteur présumé du massacre ? Si la question n’est pas nouvelle, de nombreux analystes et médias persistent à souligner que l’une des activités les plus populaires au monde pourrait considérablement désensibiliser l’acte criminel. Simplicité d’analyse ou réalité éprouvée ? En tout cas, le jeu vidéo apparait comme le permanant bouc-émissaire de nombreux massacres perpétués ces vingt dernières années.

Pour certains spécialistes et politiques, massacres et jeux-vidéo font bon ménage

A la lecture du manifeste rédigé par ses soins - contenant pas moins de 1 518 pages [1] -, Anders Behring Breivik était un joueur confirmé de World of Warcraft, le jeu de rôle massivement multijoueurs le plus populaire de la planète : celui-ci possédait en effet deux personnages à des niveaux significatifs, ce qui souligne une pratique régulière du jeu (l’un était au niveau 85 et l’autre au niveau 27). Outre World of Warcraft, le norvégien cite d’autres jeux, comme Bioshock 2, Dragon Age ou encore Modern Warfare 2, un FPS (jeu de tir à la première personne) qui met le joueur dans la peau d’un soldat américain – jeu que le tueur présumé qualifie d’ailleurs comme « la meilleure simulation militaire du marché ».

 

Si l’attirance d’Anders Behring Breivik envers les jeux-vidéo ne fait donc guère de doute, la faible importance de ceux-ci dans son quotidien semble considérablement relativiser le fait que ces derniers auraient influencé son désir de massacre. Selon ses anciens compagnons de jeu, celui-ci ne se connectait plus qu’occasionnellement. De plus, le norvégien avoue ne pas spécialement apprécier les jeux de tir et préférer les jeux de rôles fantastiques. Finalement, le jeu-vidéo apparaissait pour lui comme l’alibi idéal à son départ précipité : « dites à vos proches que vous avez commencé à jouer à World of Warcraft ou à un autre jeu de rôle en ligne, et que vous allez vous y consacrer pendant plusieurs mois. [...] Dites-leur que vous êtes complètement accros au jeu [...] Vous serez étonné de voir ce que vous pouvez faire en toute discrétion en blâmant ce jeu », assure-t-il dans son carnet de bord. Mais alors pourquoi tant d’acharnement envers les jeux-vidéo alors qu’il parait évident que le tueur en avait une pratique plus que modérée ?

Depuis 1999 et la fusillade au lycée Columbine de Littleton (USA) perpétuée par deux jeunes lycéens, le débat reste enflammé. A l’époque du drame, qui couta la vie à 15 élèves et un professeur, les jeux-vidéo ainsi que le cinéma hollywoodien avaient été pointé du doigt pour la violence jugée démesurée qu’ils diffusaient. Bill Clinton avait en ce sens ouvertement accusé l’industrie du loisir (dont raffolaient les deux lycéens) dans un très ferme discours daté du 22 mai 1999 : le président américain y stipulait qu’un enfant américain, arrivé à l’âge de ses 18 ans, avait déjà assisté à plus de 40 000 meurtres dans les médias [2]. Deux ans plus tôt, deux sénateurs américains avaient, en vain, décrié l’existence de jeux-vidéo violents. Face au drame qui avait secoué l’Amérique toute entière en réveillant le spectre du terrorisme et de la violence scolaire, les politiciens s’étaient ainsi précipités dans des discours alarmistes souvent très simplistes et populistes : il fallait trouver le coupable idéal de ces massacres.  Une véritable diabolisation du jeu-vidéo avait alors déferlé suite à cette hypermédiatisation : des films comme Elephant de Gus Van Sant (Palme d’Or au Festival de Cannes 2003) ou des livres comme celui de l’officier américain Dave A. Grossman (« Comment les jeux vidéo apprennent à nos enfants à tuers », paru en 1999) ont explicitement présenté les jeux-vidéo comme l’une des causes fondamentales de la déviance psychologique de certains auteurs de massacres. Pour appuyer son discours, Grossman prend l’exemple d’une autre tuerie, celle de la ville allemande d’Erfurt qui eut lieu en 2002 et qui couta la vie à 16 personnes. Son auteur, Robert Steinhäuser, était un joueur régulier de Counter-Strike, célèbre FPS multijoueurs. Pour Grossman, le lien est évident : « grâce au jeu, il s’entraînait par l’imagination à aller droit vers quelqu’un, à lui braquer un pistolet en plein visage et à appuyer plusieurs fois sur la gâchette. La police d’Erfurt a rapporté que certaines victimes n’étaient plus identifiables tellement elles étaient défigurées. Cela prouve bien que le jeune homme s’était entraîné », affirme-t-il dans un entretien accordé au journal suisse Horizons et débats [3].

 Cette hypothèse du jeu-vidéo comme « entrainement militaire » est d’ailleurs souvent mise en avant alors qu’elle apparait comme peu crédible. Comme l’affirme Olivier Mauco, chercheur au CNRS et auteur du blog  Game in society, « un jeu seul ne produit pas d'effets d'apprentissage stables dans le temps ». Néanmoins, le chercheur précise que dans des jeux d’arcade comme Time Crisis qui utilisent une arme factice en guise de manette, « l'interface homme machine est semblable à celle des entraînements des policiers ». Mais l’importante majorité des personnes jouant à leur domicile, la manette et le clavier restent très largement majoritaires dans les modes de consommation de jeux-vidéo.

Les jeux-vidéos stimulent l’activité cérébrale

Pour d’autres spécialistes, c’est d’avantage le caractère permissif du jeu-vidéo qui pose problème. Stéphane Bourgoin, spécialiste des tueurs de masse, affirme que le jeu-vidéo a une influence indiscutable sur les joueurs qui sont, par définition, actif et non passif – contrairement au cinéma où le spectateur subit les images qu’on lui impose. Selon lui, le danger vient principalement du fait que la liberté accordée au joueur lui permet d’exprimer ses fantasmes les plus violents : « certains jeux japonais, accessibles gratuitement en ligne, permettent d’incarner un violeur en série », souligne-t-il sur le site internet du Parisien [4]. L’argument reste néanmoins assez fragile car les polémiques qui touchent le jeu-vidéo aujourd’hui ont d’abord concerné le cinéma, divertissement où l’individu reste passif. Il suffit de se remémorer l’incroyable tollé que provoqua Orange Mécanique à sa sortie en 1971 alors que la violence du film parait aujourd’hui peu démesurée. Il en va de même pour Salo (1976), de l’italien Pier Paolo Pasolini, ou encore Scream (1996), de l’américain Wes Craven, qui donna lieu à d’effroyables faits divers [5].  

 

L’enjeu de la réflexion repose finalement sur une question assez simple : l’immersion d’un jeu-vidéo peut-elle brouiller  les différences que fait le joueur entre le virtuel et la réalité ? A cette question,  la philosophe Marie-José Mondzain avance dans son livre L’image peut-elle tuer ? que la violence renvoyée par tous types d’images (qu’il s’agisse de peinture, d’images animées ou donc de jeu-vidéo) ne peut rendre violent un individu. C’est d’avantage l’interprétation de la violence visionnée qui peut poser problème, notamment si cette dernière concorde avec l’expérience de l’individu. Le danger fondamental du jeu-vidéo (et de tout type de représentation fictionnelle) tient donc au fait que les images réalistes qu’il renvoie soient confondues avec la réalité, qu’il demeure une imprécision, un flou.

En ce sens, pour Vanessa Lalo, psychologue spécialiste des nouvelles technologies et des addictions, le jeu-vidéo ne peut être le déclencheur de troubles psychiques. Elle indique sur le site du Nouvel Observateur que, conformément à de nombreuses études, le jeu-vidéo ne rend pas violent [6]. Ce serait même le contraire : le jeu-vidéo permettrait d’extérioriser la violence qu’un individu canaliserait au cours de son existence. Une étude a ainsi souligné qu’il existe aux Etats-Unis une corrélation négative entre la pratique des jeux-vidéo et le taux de criminalité [7]. De là à dire que le jeu-vidéo serait bon pour la santé, il n’y a qu’un pas … que certains osent allégrement franchir. En 2003, les docteurs américains C. Shawn Green et Daphne Bavelier ont démontré que la pratique des jeux-vidéo améliore significativement l’attention visuelle ainsi que la mémoire spatiale. Stimulants pour le cerveau, les jeux-vidéo seraient ainsi très bénéfiques, notamment pour les enfants. Les difficultés rencontrées dans certains jeux (principalement d’aventure et de gestion) obligeraient l’enfant à développer une réflexion, voire une stratégie, pour atteindre un but très précis. Pour beaucoup, le jeu-vidéo s’apparente ainsi à une véritable activité intellectuelle qui développe considérablement le sens de l’orientation, la logique ou même la culture générale (certains jeux contiennent énormément de références historiques par exemple). Encore plus étonnante, une étude réalisée par le laboratoire de psychophysiologie l’East Carolina University (USA) démontre que la pratique de jeux-vidéo a des effets positifs sur l’humeur et l’anxiété des personnes souffrant de dépression [8].

Depuis plus d’une décennie, études et contre-études viennent donc animer cet éternel débat. Mais comme le signale le psychiatre Stéphane Mouchabac au site Internet Zdnet [9], aucune ne vient clairement démontrer que le jeu-vidéo est un facteur de passage à l’acte « ultra-violent », notamment car celui-ci évolue trop rapidement et que nous ne disposons pas encore du recul nécessaire pour parfaitement analyser ses effets. Et si le jeu-vidéo n’était finalement qu’un divertissement comme un autre ? En tout cas, près de deux-tiers des français qui affirment avoir joué à un jeu-vidéo au cours des 6 derniers mois semblent partager cet avis [10].

Retrouvez cet article dans son contexte original sur ActuRevue.com

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

NOTES : 

1. 2083, le manifeste d’Anders Behring Breivik (.pdf) : http://www.schizodoxe.com/docs/2011/07/2083-A-European-Declaration-of-Independence.pdfs

2. Discours de Bill Clinton du 22 mai 1999 : http://findarticles.com/p/articles/mi_m2889/is_21_35/ai_55174649

3. Interview de Dave A. Grossman publié sur le site du journal suisse Horizons et débats : http://www.horizons-et-debats.ch/13/Comment%20les%20jeux.htm

4. Interview de Stéphane Bourgoin publié le 24/07/2011 sur le site du journal Le Parisien : http://www.leparisien.fr/international/norvege-ces-tueurs-veulent-laisser-une-trace-dans-l-histoire-24-07-2011-1543314.php

5. Incidents liés au film Scream (1996) de Wes Craven : http://fr.wikipedia.org/wiki/Scream_(film)#D.C3.A9rives_dans_la_r.C3.A9alit.C3.A9

6. Interview de Vanessa Lalo publié le 25/07/2011 sur le site du Nouvel Observateur : http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20110725.OBS7601/norvege-le-jeu-video-ne-mene-pas-a-une-telle-tuerie.html

7. Etude de l'Université du Texas sur les liens entre jeux-vidéos et criminalité (avril 2011) : http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=1804959

 8. Analyse des résultats de l’étude sur le site de l’afjv, publiée en février 2011 : http://www.afjv.com/press1102/110217_etude_jeux_video_stress_depression.php

9. Interview du psychiatre Stéphane Mouchabac publié le 17/09/2007 sur Zdnet : http://www.zdnet.fr/actualites/le-jeu-video-violent-est-il-mauvais-39373306.htm

10. Selon une étude réalisée par GfK.


Moyenne des avis sur cet article :  4.29/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • byle 4 août 2011 09:18

    si les jeux videos rendent violents, que dire du cinema !! et puis on devrait aussi interdire aux enfants de jouer aux cowboys et aux indiens, gendarmes/voleurs etc non ?

    d’ailleurs, ca commence doucement avec les dessins animés : plutot que ken le survivant, ou cobra, nicky larson,etc.. on aura bientot plus droit qu’a des dérivés de dora l’exploratrice s’adaptant au fur et a mesure de l’age des telespectateurs.. on trouve meme a dire que les schtroumpfs sont racistes sexistes etc..

    si a 2 ou 3 ans on m’avait collé devant les teletubbies, pour sur qu’aujourd’hui je serai un psychopate !

     

    vaste débat effectivement.. mais pour ma propre experience, je suis tres calme dans la vie, non violent(la derniere fois que j’ai collé une baffe a un type ca doit etre ya une 15aine d’années), alors qu’a l’epoque ou je jouais beaucoup, j’etais un putain de barbare..virtuel..


    • zany 4 août 2011 09:59

      Certain jeux vidéo sont glauque (gta sauf le 1 hi hi), mais pour les deux jeux cité ne sont que des exutoires, du rêve et non un réalités, le terme maboul conviens bien aux personnes qui s’y croie.

      Pour ma part j’ai arrêter certain jeux, counter strike est vraiment pas mal et je confirme cela forge les réflexes (très utile en voiture) et gère le stress (il faut être un joueur pour comprendre), ce n’est pas seulement le jeux de shoot qui est intéressant, c’est l’aspect coopération (des nuits blanche avec des amis sur CT me rende nostalgique)

      Tenez un jeux de ouf ou la coopération est poussé à l’extrême, ont reconnais les novices à leurs maniére de paniquer, et si ils panique ils sont mort, si ils n’aide pas l’autre ils sont mort, un bon jeux bien bourrin mais ou la tactique est vitale.

      http://www.dailymotion.com/video/x7ha5v_meilleur-map-left-4-dead-multi-inga_videogames


      • LE CHAT LE CHAT 4 août 2011 10:13

        Je suis pas fan de jeux vidéos , mais mes gamins y jouent ! tant qu’ils deviennent pas addicts , qu’ils se défoulent avec medal of honor , grand tourismo ou soccer pro , c’est kifkif !


        • kitamissa kitamissa 4 août 2011 10:16

          Ce n’est pas parce que l’on habite à Montélimar qu’on mange du nougat à tous les repas !


          • Montagnais Montagnais 4 août 2011 10:43

            « Depuis plus d’une décennie, études et contre-études viennent donc animer cet éternel débat. »


            Pas besoin de mille philosophes, de mille « experts », de 1000 psychologues, d’éternel débats pour conclure que le spectron, c’est con.

            D’ici à lui mettre Hiroshima et la prochaine sur le dos, y’a pas qu’un pas.

            • interlibre 4 août 2011 10:45

              Les jeux vidéos, LE bouc émissaire pour faire oublier que la TV est une catastrophe en matière de santé publique. Dégâts physique, mentaux, perte de sens critique et j’en passe... Si ça c’est pas grave... Les jeux vidéos ont au moins l’avantage de faire interagir des êtres humains. (pour le multijoueur)


              • Captain Zeupa 4 août 2011 10:54

                Le cinéma violent a sûrement une influence sur notre esprit, mais on est passif devant l’écran. Dans le jeu vidéo on est actif, on tue des millers de personnes sans le moindre sentiment. On est proche de la maladie mentale.


              • byle 4 août 2011 11:01

                bof, j’me sens bien moi, pourtant ce ne sont pas des milliers de personnes que j’ai trucidé dans les jeux videos, plutot des centaines de milliers surement.. et le vendredi soir quand je vais en boite et que j’me bourre la gueule, a la sortie je ne me bat pas pour un regard de travers.. je devrai ?


              • Loatse Loatse 4 août 2011 11:43

                Quand j’étais môme, je piquais le fort, les cow-boy et les indiens de mon cousin et j’ai dû massacrer l’équivalent de tout un état d’amérique de soldats.... :)))))

                jamais tué quelqu’un pourtant....


              • Bilok 4 août 2011 11:47

                @Zeupa

                Donc d’après vous, une personne serait plus influençable dans son activité et beaucoup moins dans sa passivité, j’en doute.

                Dans un jeu vidéo, je dirige mon avatar, je fais des choix par rapport au monde qui m’entoure. Je dois gérer mes actes et leurs conséquences.

                Par contre, devant la télé, un film, un livre, je ne contrôle rien, je dois me laisser porter par cette histoire figée.


              • foufouille foufouille 4 août 2011 12:34

                "Le cinéma violent a sûrement une influence sur notre esprit, mais on est passif devant l’écran. Dans le jeu vidéo on est actif, on tue des millers de personnes sans le moindre sentiment. On est proche de la maladie mentale."
                une puce pour faire obeir ?


              • kitamissa kitamissa 4 août 2011 14:29

                Et l’entonnoir sur la tête ,ça fait quoi ?


              • titi 4 août 2011 11:10

                Lorsque j’étais plus jeune il y a avait un truc qui était pas mal à la mode c’était le jeu de roles.

                Mais le vrai avec des vrais gens autours d’une table qui lancaient des dés avec plein de faces.

                A cette époque il y avait une émission de reportage : un jeune s’était suicidé après une partie.

                Et la mère d’accuser le jeu de role. Puis au fur et à mesure de l’émission on en apprend plus : parents divorcés... le jeune était en pension et rentrait chez lui que pour les vacances..

                En gros des gens qui ne s’occupent pas de leur gosse, et qui s’étonnent du mal être trouvent un bouc émissaire.

                Le jeu vidéo c’est le bouc émissaire de notre époque.


                • Traroth Traroth 4 août 2011 11:30

                  Une source bien informée me dit que l’assassin appréciait les haricots verts mange-tout. Est-ce qu’il ne faudrait pas prévoir une interdiction de ce légume dangereux ?


                  • byle 4 août 2011 11:34

                    excellent !! smiley


                  • Loatse Loatse 4 août 2011 11:50

                    lol !!!

                    Faut toujours se méfier des agriculteurs bio chrétiens francs macons pro sionistes de droite templiers adeptes de jeux vidéos qui font pousser leurs légumes avec des engrais chimiques...

                    voilà. c’est simple pourtant....


                  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 4 août 2011 12:04

                    il y a pire encore, les fayots qui donnent des gaz, il y a risque d’arme de destruction massive par accumulation et stockage ...

                    sinon, plus sérieusement :http://www.ecrans.fr/Derriere-le-joystick-la.html il y a longtemps que Hollywood se régale des faits divers sanglants, cela leur évite de faire appel aux scénaristes http://www.serieslive.com/dossier/la-greve-des-scenaristes-americains/7/


                  • beneolentia beneolentia 4 août 2011 21:37

                    "Faut toujours se méfier des agriculteurs bio chrétiens francs macons pro sionistes de droite templiers adeptes de jeux vidéos qui font pousser leurs légumes avec des engrais chimiques...

                    voilà. c’est simple pourtant....« 

                    +
                    Oui, cet amalgame ne tiens pas debout, parce que c’est incompatible !
                    Voilà pourquoi il faut se méfier.
                    La seule chose sûre a ce jour c’est qu’Anders Behring Breivik, était franc-maçon.
                    Vu qu’il a été radié par sa loge suite aux attentats.
                    +

                     »Dans un communiqué, le grand maître de l’Ordre norvégien des francs-maçons (Grande Loge de Norvège) – auquel appartenait Anders Behring Breivik jusqu’au 24 juillet en tant que maître à la loge de saint Jean Saint-Olaf aux trois colonnes –, Ivar A. Skar, a tenu à prendre publiquement ses distances avec le meurtrier : “Je suis consterné par les horribles atrocités qui ont été commises dans le quartier du gouvernement et à l’île d’Utoya. Nous sommes en deuil et pleins de compassion pour ceux qui ont été touchés et pour leurs proches. Il est apparu dans les médias que l’accusé était membre de l’Ordre norvégien des francs-maçons. Il a été maintenant exclu – l’exclusion prend effet immédiatement. « 

                     »Cette appartenance d’Anders Behring Breivik à la franc-maçonnerie est systématiquement passée sous silence par la grande presse. Pourtant, selon les détails de son costume (voir photo), Anders Behring Breivik pourrait avoir le grade significative de “Passé Vénérable Maître”. Si ce grade se révèlait vrai, le tueur fréquenterait alors cette loge maçonnique depuis au moins une dizaine d’annees « 

                    source :http://www.indymedia.org.uk/en/2011/08/482961.html

                    +
                    A propos des francs-maçons :

                     »Il est le père de l’ORDRE MARTINISTE, lié à l’ordre des Illuminés - Illuminati - adeptes de Lucifer.

                    Levi qui dit que l’étoile flamboyante des francs-maçons c’est... satan ou lucifer - idem...

                    Et toute une racaille similaire, occultistes, satanistes, lucifériens... et autres théosophes avec leur « papesse »... la "possédée par exellence"... Blavatsky...

                    Les Rose-Croix sont adeptes de magie... sexuelle... d’occultisme... et d’élixirs... de sang.

                    Je vous laisse imaginer le reste...

                    Simple rappel, Albert Pike était le "rénovateur du culte luciférien - ou satanique - des temps modernes" (dictionnaire de l’occultisme), et fondateur du Ku-Klux-Klan.
                    Grand maitre universel de la franc-maçonnerie à Charleston, auteur de Morals and Dogma - la « bible maçonnique. »

                    source :http://www.barruel.com/info2.html

                    "Nous sommes soumis à la DICTATURE d’une secte religieuse... la franc-maçonnerie... qui dans ses "hauts grades« ... dans ses »messes"... voue un culte à lucifer ou satan... idem.
                    Leurs « grands maitres » le disent et le revendiquent...
                    C’est un fait...
                    Celà est..."

                    Pour faire simple... lisez ci-dessous... un « gentil » passage d’un livre sur... les « gentilles » messes noires...
                    http://www.barruel.com/bataille-lucifer-small.jpg

                    Des sources pareilles... il y en a... des tonnes...

                    Comme celle-ci, des adorateurs de Jabulon... Baal... satan... idem...
                    http://www.barruel.com/jabulon-naudon-small.jpg

                    Et les rituels impliquent la mise à mort d’enfants... tout va bien...
                    http://www.barruel.com/bouc-goetie-enfant-small.jpg

                    Mais ça... vous le savez... non ???
                    "

                    source :http://www.barruel.com/info2.html

                    +
                    ETRE CHRETIEN ET FRANC MACON EN MEME TEMPS C EST IMPOSSIBLE !

                    PS : SI LES FRANCS MACONS SONT DES CHRETIENS, MOI JE SUIS UN LAPIN AVEC 10 YEUX, TROIS BRAS, ET DIX HUIT PATTES !


                  • faxtronic faxtronic 4 août 2011 11:52

                    une bonne vidéo qui résume tout :

                    http://www.youtube.com/watch?v=5SCKrB6lQ-8


                    • Deli 4 août 2011 12:15

                      2 personnages et ca les inquiète...
                      Je dois être black listed pour la CIA et le FBI alors...
                      Il avait même pas un deuxième compte ?
                      Rhooo le naab de base...


                      • Lorelei Lorelei 4 août 2011 12:38

                        Les tueurs de masses ont aussi existés il y a 100 ans et pourtant il n’y avait pas de jeux vidéos, ces mecs ont un profils mentales certainsrécurrents mais ça n’a rien à voir avec les jeux vidéos.


                        • velosolex velosolex 4 août 2011 13:28

                          Sauf que l’armée américaine se sert des jeux vidéo pour excercer ces soldats d’élite.

                          Les spécilalistes avaient remarqué que les tireurs mettaient moins de zèle à tirer sur des leurres humains que des cibles en carton ou des boites de conserve. lls en avaient déduit un reste inconscient d’humanité, bien inconscient, une sorte de pudeur mal placé au moment où l’homme appuyait sur la gâchette.

                          Un petit tour derrière une console de jeu règle maintenant le problème. Le joueur sachant qu’il est dans le virtuel oublie ces pudeurs mal placées, se déchainent sur les cibles humaines, et retrouve toute sa performance, sans l’ombre d’un culpabilité.

                          Replongez le dans le théatre d’action traditionnel du tir sur cibles, puis sur théâtre d’action, il s’avère que cette séance de conditionnement élaborée par les spécialistes des techniques de comportement ont porté ses fruits.
                          L’homme est enfin le tireur parfait, sans état d’âme, tout à sa technique.
                          Ses réflexes développés pendant le jeu vidéo ont court-circuité les résidus moraux qui le perturbaient.

                          Voilà, c’est pas si dur que ça, de devenir un bon tueur.
                          Suffit juste de débrancher l’affect.


                          • kitamissa kitamissa 4 août 2011 14:43

                            c’est du pipeau ça !..... j’ai fait mon armée en Commandos TAP ,les jeux vidéos n’existaient pas, on y apprenait le tir instinctif ,et une fois sur le terrain,en situation réelle, il n’y a pas d’états d’âme,c’est soit descendre l’adversaire soit être descendu soi-même,alors pas d’alternatives ni d’affect .... 


                            on planque ses miches, on essaie le localiser l’adversaire et à celui qui est le plus rapide ou mieux placé !

                          • Laratapinhata 4 août 2011 17:26

                            Exactement. On est physiquement programmé pour survivre (système nerveux central) ; alors le tir à l’instinct, c’est juste un prolongement. pas besoin d’un entrainement par jeu video.. mais ça doit coûter moins cher..


                          • robin 4 août 2011 13:33

                            Ca fait des années que de multiples études confirment la corrélation entre le niveau de violence des jeux et de la société, peut être arrêtera t’on d’en faire quand ce sera le patron d’une boite de jeux perdra sa famille sous les balles d’un dingue ?


                            • Laratapinhata 4 août 2011 17:33

                              Quelles études ?

                              La violence est inhérente à la vie. Notre société est dans le déni, alors qu’il faudrait apprendre à la maîtriser...pas étonnant que dans une société hypocritement angélique ( où les gens se biturent à heures fixes en début de soirée.. malaise..) un jeune type ait pété les plombs... Et ce sont les descendants des pires pilleurs de l’Histoire... Qui veut faire l’ange fait la bête ? 


                            • Annie 4 août 2011 13:44

                              Il faudrait aussi interdire l’Attrape-coeurs de Salinger.


                              • velosolex velosolex 5 août 2011 12:18


                                Au vu du niveau du débat, j’ai bien peur que beaucoup croient ici que l’attrapeur-coeur de Salinger, c’est une tenaille de boucherie


                              • malqp 4 août 2011 17:02

                                Le Japon, sûrement le pays moins sûr du monde alors ! Ah non, c’est le plus sûr en fait…


                                • mirayito 4 août 2011 17:45

                                  Ahah........... je respecte tout le monde ou presque.......... la faut pas abuser.......................... quand je vois une mouche sur le carreau......... j’ouvre la fenêtre..... mais quand je vois un cafard........ désolé...... je l’ écrase........... j’ai joué a beaucoup de ces JEUX « violents »............ a vous de choisir entre la mouche et le cafard.......

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès