Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Un intouchable à Pôle Emploi

Un intouchable à Pôle Emploi

Comme dirait Coluche, c'est l'histoire d'un mec. Une histoire parmi beaucoup d'autres, mais qui finit tout de même par retenir l'attention. C'est l'histoire d'un mec, donc, qui se retrouve englué dans la violente banalité de la machine à écraser les gens.

JPEG - 43.4 ko
http://www.agoravox.fr/IMG/jpg/1781086_10201073626874162_1025420495_o.jpg

Il a passé toute sa jeunesse dans différentes familles d’adoption et foyers de l’Action sanitaire et sociale. À 17 ans, il a trouvé son bonheur en enseignant et en pratiquant la gymnastique. Le 22 juin 1987 au cours d’un entrainement au trampolino survint l’accident qui le laissera tétraplégique à vie. Il est resté pendant quatre ans à l’hôpital avant d’en sortir et de se retrouver à Paris dans un foyer pour personnes handicapées.
Après une année de lutte acharnée, il a réussi à passer le permis de conduire. En 1991, il a déjà repris son travail en tant qu’éducateur sportif spécialisé en gymnastique artistique féminine.
Didier a été le premier candidat à passer tous ses diplômes d’éducateurs en étant en fauteuil électrique. Avec succès, il a réussi son brevet d’État du premier degré.

Didier ROY : un Entraîneur de gymnastique, Auteur - Romancier, Comité régional de Gymnastique Île de France 11 décembre 2013

Quand même ! Rien que cela, ça te brosse un personnage, et pas que dans le sens du poil.

Alors que François Cluzet et Omar Sy défoncent le boxoffice avec une belle histoire de paraplégique assisté, cela fait déjà 20 ans que Didier Roy est entraineur de gymnastique. Impressionnant, non ? Et pourtant, le moins qu'on puisse dire, c'est que comme pour le Téléthon, les gens préfèrent les handicapés à la télé, plutôt que dans leur vie quotidienne :

Il a été encouragé à reprendre son métier d'entraîneur lorsqu'il a retrouvé "ses enfants" après son accident et sa rééducation : "Ils n'ont pas vu le fauteuil roulant, ils ont simplement retrouvé Didier". Mais son employeur de l'époque, à Pierrefitte (Seine-Saint-Denis), était réticent. Un ami lui a proposé de travailler à Clichy (Hauts-de-Seine), ce que Didier Roy a fait bénévolement durant deux ans. Mais, ayant besoin de retrouver des revenus, un salaire, il a contacté des clubs de sport : la plupart ont refusé ne serait-ce que de l'entendre lorsqu'ils ont vu le fauteuil roulant. Jusqu'à ce qu'il rencontre à Antony des dirigeants qui lui ont donné sa chance.

"On était en juin 1991, j'ai fait un essai, ils m'ont proposé de rester. Mais tous les parents n'étaient pas d'accord, la moitié ont refusé, j'ai laissé les enfants choisir. Quand en 1993 le club a obtenu un titre de champion de France par équipes en Nationale 2, les parents réticents m'ont demandé de reprendre leurs enfants. Les parents voient les résultats, ils se parlent, ils évoquent la méthode de travail"

Profil Yanous

Et ce n'est pas tout. Parce que le moins que l'on puisse dire, c'est que Didier n'est pas un grand favori de la Baraka. 10 ans plus tôt, sa voiture est incendiée devant chez lui, mais ses collègues se mobilisent pour lui permettre de continuer à se rendre à son travail et un élan de solidarité tente de recueillir les fonds pour lui permettre de remplacer la voiture adaptée qu'il lui est nécessaire pour continuer à travailler.

Donc, Didier est plutôt quelqu'un de combatif, relativement peu enclin à se lamenter sur son sort. Il est aussi écrivain à ses heures perdues. Cela dit, il n'est pas nécessaire de lui coller une auréole sur la tête, il semble que c'est un gars plutôt normal et donc pas forcément héroïque ou monstrueusement plus sympa que les autres. Oui, j'insiste sur sa normalité, parce que je me suis bien rendu compte à l'usage qu'on attend toujours des moches, des gros, des handicapés, etc. d'être fondamentalement meilleurs que les normaux.

Quand nous évoquons notre rencontre avec Didier, nous ressentons la réticence. La réputation de Didier est plutôt négative, ne nous voilons pas la face. « Caractère épouvantable, colérique, intransigeant, situation compliquée…. ». Pour comprendre, remettons nous dans le contexte. J’ai moi-même lu ses livres et cela m’a laissé une sensation très étrange : la perplexité. J’y ai retrouvé effectivement tous ces adjectifs et plus particulièrement la colère et la violence verbale. « Oui, je l’ai fait un peu exprès. Pour choquer, provoquer une réaction », admet-il. Et à aucun moment je ne retrouve cette hauteur philosophique que l’on pense trouver chez ceux qui subissent les handicaps difficiles. Et d’ailleurs, pourquoi pensons-nous que les gens qui souffrent sont plus philosophiques que les autres ? Nous ne pouvons imaginer ce que l’on ressent lorsque du jour au lendemain, on se retrouve cloué dans un lit puis sur un fauteuil pour être dépendant de son auxiliaire de vie, des infrastructures, de la bonne volonté des gens, de l’incompréhension, de l’appréhension, de la peur… Passer de l’état de grand sportif volontaire à plus rien… Mettre une croix sur ses ambitions, ses projets, ses rêves… Ce n’est pas un programme mais une terrible fatalité. 

Portrait dans L'US égalitaire Neudorf, mars 2012

Le couperet

Tout cela pour en arriver au cœur de l'histoire : Didier s'est fait virer.

Pourquoi, comment, ce n'est pas trop la question. Didier a perdu son job comme cela arrive très banalement à beaucoup trop d'entre nous. Donc, Didier, après 23 ans de travail, va s'inscrire à Pôle Emploi. C'est normal. C'est notre assurance chômage, il a cotisé toutes ces années, il y a le droit.

Et c'est là que ça se complique. Parce qu'en fait non, Didier n'a le droit à rien du tout (cela dit, tout le monde était bien content de ramasser ses cotisations sociales pendant 23 ans !)

Je ne sais pas s’il faut en rire ou en pleurer. Cela fait 36 ans que je travaille, que je suis un bon citoyen. J’ai été licencié de mon club la semaine dernière après 23 années de bons et loyaux services et après une rupture de contrat conventionnel, je vais m’inscrire avec un peu de honte pour la première fois de ma vie à Pôle emploi. Je suis reçu hier après que l’on m’ait donné rendez-vous. Je lui dis que je ne suis pas vraiment à l’aise de me retrouver dans ces locaux, car je n’y avais jamais mis les pieds. Elle me répond qu’elle me tire son chapeau, car, vu mon handicap, elle aimerait bien que beaucoup de personnes qui sont présentes, suivent le même chemin. Puis commence à ouvrir mon dossier pour faire mon inscription. Et là, stupeur !!! « Monsieur, j’ai honte de vous annoncer ça, mais je vais aller voir mon directeur pour être sûr de ne pas vous annoncer n’importe quoi » je suis stupéfait !!! Que se passe-t-il ? Quelques minutes plus tard, elle revient tête baissée !! « Je suis sincèrement désolé, je ne peux pas vous inscrire au chômage. » Pour quelle raison ? « M., vous êtes bien invalide troisième catégorie ? » Oui madame, lui réponds-je ! « Nous ne pouvons pas inscrire une personne invalide troisième catégorie, car vous n’avez pas le droit de travailler, il aurait fallu que vous soyez de première ou de seconde catégorie ! » Mais comment tout cela a pu arriver, alors que cela fait 36 ans que je travaille et que j’ai ma reconnaissance travailleurs handicapés, lui réponds-je ! D’autant plus, que je suis soumis chaque année à une visite médicale, pour attester que je peux travailler. En plus de tout ça, tous les 10 ans, je dois obligatoirement renouveler cette reconnaissance, ce que j’ai toujours fait ! « Je ne sais vraiment pas comment faire, j’ai honte de cette situation, vous avez toujours cotisé et je ne peux même pas vous donner le RSA, alors qu’ici même, beaucoup de personnes en usent et abusent ! » Je me trouve dans une situation, des plus rocambolesques, d’autant que je ne peux bénéficier d’autres choses que de ma pension d’invalidité qui a été calculée sur les 10 dernières années de travail avant mon accident (celui-ci est intervenu alors que j’avais 22 ans et que je n’avais pas deux années d’apprentissage en cuisine, plus une année de travail à mon actif) soit un total aujourd’hui de 364 euros pour vivre. Quelles solutions de recours puis-je avoir ? « À notre niveau, aucune, mais essayez de vous retourner vers les services sociaux ». Superbe journée lui dis-je !!! Après avoir pris quelques renseignements, rien ne pourra se décanter sans l’aide d’un avocat et énormément de patience (plus d’une année). Je vais pouvoir faire plaisir à notre cher Président de la République, un chômeur de moins. Si vous avez des solutions, je suis preneur !!! Merci de m’avoir lu et bonne journée à tous.

Témoignage de Didier Roy, partagé le 28 janvier 2014 sur sa page Facebook

Cela fait une belle histoire pour l'édification du bon petit peuple, non ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.85/5   (52 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • gaijin gaijin 3 février 2014 12:34

    merci pour cette chronique de l’imbécilité ordinaire au royaume du père ubu ....


    • leguminator 3 février 2014 23:18

      C’est l’histoire d’un mec... qui s’est peut être trompé de guichet ! Un peu comme dans les 12 travaux d’Astérix.
      S’est-il rendu à la MDPH comme le lui a conseillé Pole Emploi ?


    • foufouille foufouille 3 février 2014 13:43

      je comprend pas ou la personne de paulnemploi est abrutie. une interdiction de travailler avec handicap n’existe pas
      c’est pas une obligation, c’est tout

      il a aussi droit au RSA ou AAH, assedic, etc


      • sleeping-zombie 3 février 2014 19:43

        Y a rien a comprendre dans les p’tits contes de l’extrême droite. Faut réagir aux sentiments..


      • appoline appoline 4 février 2014 13:26

        Par contre, une qui n’aura pas de problème avec son inscription à l’anpe c’est Valérie qui garde son train de vie, entre 7000 euros mensuels + 3000 euros de loyer, l’ex concubine va vivre sur le dos des français. Pendant ce temps là, d’autres rament 


      • spartacus spartacus 3 février 2014 13:47

        Merci pour ce récit.

        C’est tout le problème d’un système collectiviste. Une assurance sans contrat clair et écrit. 

        Aurait il payé une assurance privée sachant que dans son cas elle n’allait pas l’indemniser ? Non. Mais elle est « obligatoire ».

        Le minimum du minimum vous devez au moins récupérer vos cotisations payées indûment. 

        L’assurance chômage Française, est la plus chère du monde occidental 6% du salaire brut alors qu’il est de 3% ailleurs.
        1/3 des salariés sont exonérés, ne payent aucune cotisa tion. Fonctionnaires et sociétés d’état (EDF-GDF). 
        Une grande partie de l’assurance chômage est détournée en dehors de l’objet social pour financer le « cinéma et la culture » en offrant des droits sociaux aux intermittents du spectacle.

        -Il ne vous resta qu’a trouver un avocat en droit social. Dans un premier temps pour demander une conciliation à l’amiable et ne pas y aller seule. Mais, pour la réponse, il va falloir passer par une hiérarchie pyramidale ubuesque, et à chaque étage un responsable, pas coupable qui passera à son voisin. 

        Après les fausses promesses, et les faux espoirs, il faudra attaquer l’UNEDIC au niveau européen. 
        C’est du droit mutualiste, il faudra prendre alors un autre avocat spécialiste du droit assuranciel. 

        Votre affaire durera au moins 3 ans.

        • foufouille foufouille 3 février 2014 14:13

          « Aurait il payé une assurance privée sachant que dans son cas elle n’allait pas l’indemniser ? »

          obligatoire pour une voiture ou en location de logement


        • bourrico6 3 février 2014 15:03

          De toute façon, c’est très simple, dès qu’un truc déconne, c’est un coup des gauchistes.

          Niveau d’indépendance intellectuel nul, le degré zéro.
          Sans sa doctrine, il n’est rien.

          Et le même de nous sortir comme argument qu’on a des ressources pour des millions de générations, mais seulement si le libéralisme triomphe des gauchistes.

          Allez, redis le un coup Spartamachin, pour assoir ta réputation et ta crédibilité.


        • bourrico6 4 février 2014 11:58

          En attendant, il n’ose pas répéter sa perle.

          Mais je suis pas prêt de le lâcher avec celle là, il va se la reprendre en pleine tronche pendant un moment.


        • Alain Qroviste Alain Proviste 3 février 2014 14:06

          Terrifiant, merci pour l’article.
          On voit clairement ici les limites des lois qui sont souvent très stupides au cas par cas, comme ici (Pour les invalides catégories 1 et 2 OK, les catégories 3 c’est niet)...A prendre en compte pour une éventuelle future démocratie.

          Le Conseil Régional ne peut-il pas faire quelque chose ?

          Amicalement.


          • Monolecte Monolecte 3 février 2014 15:22

            Pour moi, c’est simple : il a cotisé, il a le droit à son assurance chômage.

            Si une loi est injuste, alors, elle doit être changée !


          • Alain Qroviste Alain Proviste 3 février 2014 15:33

            On est d’accord smiley

            Amicalement.


          • foufouille foufouille 3 février 2014 14:11

            Être reconnu invalide de 2è ou 3è catégorie n’entraîne pas automatiquement votre inaptitude au travail. C’est au médecin du travail de la constater, dans le respect de la procédure prévue en matière d’inaptitude. Toutefois, il peut vous déclarer apte à travailler, sous conditions qu’il fixe dans son avis d’inaptitude, même en cas de classement en 2è ou 3è catégorie.

            http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F14946.xhtml


            • Monolecte Monolecte 3 février 2014 15:24

              Il explique très bien qu’il a été soumis à une visite annuelle pour renouveler son aptitude au travail.
              S’il peut cotiser, il peut être indemnisé.


            • Furtive Sentinelle Furtive Sentinelle 3 février 2014 15:38

              C’est un peu plus compliqué que cela car il y a un énorme scandale avec certaines MDPH qui n’ont pas de toubibs donc des délais d’attente très, très longs y compris ensuite les démarches avec un déclassement de catégorie par la SS le parcours du combattant loin d’être gagné... Ce qui est inacceptable est le fait que Pôle Emploi est devenu une compagnie d’assurance qui couvre un seul risque la perte d’activité et par là même se conduit comme telle, tout dans la rentabilité et encore ....
              Hélas l’affaire me semble mal engagée car à mon humble avis, le dernier employeur aurait du ainsi que ce Monsieur demander la révision de son titre de pension au moment de son embauche... Triste affaire ...  


            • foufouille foufouille 3 février 2014 17:23

              c’est pas la MDPH mais la CPAM pour une pension d’invalidité. ensuite c’est le médecin du travail qui te poussera a travailler


            • zygzornifle zygzornifle 3 février 2014 15:14

              Il faut être député pour être tranquille avec pole-emploi grâce à Mr Debré : 

              en cas de non réélection un député touche 5 ans d’indemnité (un entre 2 mandats en quelque sorte) sans recherche d’emploi à fournir ni de convocation par un agent pole-emploi et sans être obligé de pointer chaque mois, ça tombe grassement afin que c’et ex député puisse maintenir son train de vie princier....Elle est pas belle la vie des politiciens ? Et qui paye, devinez, allez au boulot il y en a qui attendent votre fric pour vivre et vous pourrir la vie.... 

              • Monolecte Monolecte 3 février 2014 15:28

                C’est un autre débat, très intéressant par ailleurs, de l’exemplarité de ceux qui prétendent nous représenter.
                Un statu d’élu serait une bonne chose, de même que l’alignement sur les droits généraux et en finir avec les politiques d’exception.

                Si je conçoit très bien qu’une personne handicapée puisse ne pas avoir l’énergie de se battre pour un travail (dans une société qui, disons-le cruement, préfère la voir à la télé qu’au poste de collègue) et doit donc bénéficier d’un statut qui ne l’oblige pas à chercher un emploi, je ne vois pas pourquoi une personne qui décide d’avoir un job ne bénéficierait pas des mêmes droits que les autres travailleurs.


              • Le421 Le421 5 février 2014 18:55

                Debré, Debré ??
                Il est NPA ou PCF ce type ??
                Sûrement un con de gauchiste pour faire des lois pareilles...


              • Ruut Ruut 3 février 2014 16:32

                Devenez patron, c’est votre seule chance.

                Dans l’univers de Gauche (actuellement au pouvoir) il n’y a que des injustices et des privilèges, aucune règle équitable.

                Le bon coté est que vous ne perdrez pas votre temps dans pôle Emplois.

                Mais pourquoi les droits des citoyens ne sont pas automatiques ?
                Pourquoi les aides auxquelles vous avez droit ne vont sont elles pas versées automatiquement.
                Nous somment en 2014 quand même, ce n’est pas la technologie qui manque pour le faire.
                A moins que ce soit voulus. (pour qu’il y ait des fraudes invisibles et non détectables sur les budgets)......


                • bourrico6 4 février 2014 12:04

                  Dans l’univers de Gauche (actuellement au pouvoir)

                  A part le droite, personne ne voit un « univers de gauche » au pouvoir.
                  Tu sais, les abrutis qui parlent de « terreur gauchiste » quand dans le même temps, des accords donnent satisfaction au medef.

                  Ou quand l’antigauchisme primaire vous fait fait raconter n’importe quoi, et pire, vous ne vous rendez même pas comte à quel point vous passez pour des ânes.

                  Et vous passez pour des cons pour un raison simple, il est inutile d’inventer n’importe quoi, il existe des arguments solides pour taper sur la gauche, mais pas les votres.

                  Un classique sur AV.


                • trevize trevize 9 février 2014 15:00

                  « Mais pourquoi les droits des citoyens ne sont pas automatiques ?
                  Pourquoi les aides auxquelles vous avez droit ne vont sont elles pas versées automatiquement.
                   »

                  Pour une bonne raison : faire ça, ça implique d’autoriser le recoupement des bases de données entre les différentes administrations, et ça, les gens n’en veulent pas, car ça leur rappelle « les pires heures de notre histoire, monsieur ! », parce qu’il y en a plein qui profitent de cette opacité et difficulté de circulation des infos pour tricher, et en plus ça mettrait plein de fonctionnaires au chômage (tous ceux dont le job est justement de connecter les différents services), alors vous pensez bien... c’est pas pour tout de suite.

                  Tous nos problèmes viennent de là, on a le cul entre deux chaises, on est coincés entre un système moyenageux et un autre qui semble trop futuriste pour beaucoup de citoyens mal informés (pas péjoratif du tout, l’état devrait mettre des moyens pour que le peuple comprenne vraiment les nouvelles technologies). ça fait un système bancal, ça coûte cher, et comme toute transition, comme toute (re)naissance, ça fait mal. Mais ça n’est pas en ramant à contre-courant qu’on parviendra à s’en sortir.


                • Yohan Yohan 3 février 2014 18:23

                  Dans tous les cas, on devrait lui rembourser toutes les cotisations versées aux assedic.

                  Cela me paraît logique. Il a intérêt à rencontrer sans tarder le médiateur

                  • Stof Stof 3 février 2014 18:46

                    Plus on conditionne les aides et plus on restreint l’accès aux droits sociaux, moins ceux qui en ont vraiment besoin en bénéficient. Ne restent alors plus que les « pros » de l’aide sociale, ceux qui en connaissent parfaitement le fonctionnement et en font un job à plein temps.


                    • soi même 3 février 2014 19:30

                      Médiateur de la République, venet au rendez vous avec vos fiches de payes , vos contrats de travail et expliquer tranquillement votre cas avec pôle Emploi.
                      Dans les trois mois qui suives , votre cas trouve une issus favorable !


                      • leguminator 3 février 2014 22:42

                        salut,

                        Je bosse avec des personnes qui ont des contacts avec les MDPH.

                        La MDPH est censée avoir un agent détaché de Pole Emploi pour gérer les dossiers de personnes handicapées.
                        Donc si ce monsieur suit le conseil qui lui a été donné, il touchera bien ses indemnités chômage, seul le lieu de traitement / suivi du dossier change.

                        Ca peut paraître bête, mais c’est prévu comme ça dans les textes...

                        Bon courage tout de même, ce ne sont jamais des périodes joyeuses.


                        • Le421 Le421 5 février 2014 18:59

                          Après la MDPH, il faut parler de la RGPP.
                          Vous savez, ce système qui réduit le nombre de fonctionnaires qui doivent s’occuper réellement de tout ce qui est solidarité publique.
                          Oui, je sais, c’est pas marqué noir sur blanc, c’est juste ce qui se passe en « off ».
                          Par exemple, ceux qui s’occupent des escroqueries faites par les grandes surfaces*.
                          Simple !! En Dordogne, y’en a plus un !!
                          Ca, c’est des bonnes économies...
                          Bande de crétins !!

                          * C’est juste pareil pour les handicapés. Hélas...


                        • RICAURET 3 février 2014 23:04

                          alors il faut lui rembourser les cotisations indument prises par la secu et autres services sinon il se retourne contre les organismes au tribunal administratif

                           qui ne dit rien consent surtout pendant 36 ans


                          • reneegate 4 février 2014 10:22

                            pas mal de hauts fonctionnaires de père en fils comme Hirch sont grassement rémunérés pour se pencher sur ces problèmes d’exclusion. Seuls leurs descendants seront rassurés, leur avenir est assuré.


                            • Xavxav 4 février 2014 12:07

                              Hallucinant, cette histoire !


                              • ecolittoral ecolittoral 4 février 2014 15:11

                                Situation ordinaire ! DEVENEZ ASTERIX !!!!!

                                Pôle emploi, CAF, sécu, autres organismes, ils ont tous un empilement de directives et règlementations variées, contradictoires et partielles.

                                De toute évidence, vous n’avez pas lu les 12 travaux d’Astérix. Pourtant c’est le minimum à connaître pour affronter la maison des fous.

                                Premièrement : On repère le nombre d’interlocuteurs possibles, accueil, conseiller personnel, entretien sans RV pour orientation etc.

                                Puis, on actives certains canaux : 3949, message par internet (en dernier), courrier (papier).

                                Enfin, on utilise ceux qui ont la possibilité de « contacter quelqu’un » pour débloquer la situation. Assistante sociale, conseil général (CAF/RSA), antenne locale « sociale ».

                                Même si vous avez le nom d’un référent, tous ces contacts connaissent certaines réglementations que leurs collègues de travail ignorent.

                                Toutes ces démarches ont pour objectif de tomber sur la personne qui connaît la bonne directive et vous sortira du bourbier.

                                Ne rêvez pas ! Ce qui vous attend, c’est un travail à temps plein et pour ça, vous devez avoir la fibre « prospection commerciale, accroche, vente ».

                                Attention ! Quand vous aurez atteint votre objectif commercial (la reconnaissance de vos droits), vous devrez être extrêmement vigilant sur les changements de situations, les rappels en votre faveur etc...

                                N’oubliez jamais que celui qui étudie votre dossier aujourd’hui, peut être supplanté par un autre collègue un mois plus tard ou par le responsable départemental qui cherche les 5 ou 10% à radier pour ses statistiques.

                                Enfin, les courriers papiers de pôle emploi sont affranchis en tarif réduit. Les postiers les mettent sous le coude pendant deux à trois semaines (tarif réduit) ce qui a pour conséquence de vous faire rater une convocation. Résultat : radiation pour absence non justifiée à un entretien.

                                Pour faire court : relisez Astérix.


                                • Xenozoid Xenozoid 9 février 2014 10:49

                                  pauvre monde,la machine il faudra la casser un jour,bonne chance Didier quelque chose me dit que tu vas nous pondre un bon bouquin,vas y ,enfonce les.
                                  RESPECT


                                  • Intelle Intelle 10 février 2014 10:06

                                    C’est inadmissible...Intouchable oui, il devrait toucher la terre entière comme tous ses semblables qui ont perdu l’usage de leurs membres mais pas celui de leur cerveau, et ils sont légion...alors que d’autres individus, notamment parmi les fonctionnaires, sont valides mais leur cerveau comporte de grandes zones désertiques !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès