Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Un milieu carcéral pour des enfants !? Ici, en France !

Un milieu carcéral pour des enfants !? Ici, en France !

Adversaires de la régularisation de tous les sans papier !

Ce n'est pas la peine de relancer le débat ou de l'alimenter, la question n'est pas là !

Des adversaires de cette régularisation , des partisans de la régularisation de ceux qui sont installés en France et ceux qui sont pour la régularisation de tous les sans papier s'opposent ensemble à l'enfermement carcéral, inhumain de familles entières qui n'ont comme tort, que celui de fuir la misère pour trouver un refuge en France....

Il n'est pas bon d'être un enfant d'immigrés en demande d' un titre de séjour ….

Il n'y a pas de pitié pour les sans papier dans ce pays, ils sont envoyés de force dans des centres de rétention administrative et tant pis pour les enfants ! Ils connaissent le même sort.

Le 1er août, le plus grand centre de rétention administrative pour étrangers a ouvert à proximité de l'aéroport de Roissy Charles de Gaulle sur la commune du Mesnil-Amelot, en Seine et Marne.

Il s'agit là d'un camp de conception carcérale dans un des pays les plus démocratiques du Monde !. 

Cet enfermement d'enfants est totalement illégal au regard de la Convention Internationale des Droits de l'enfant .

L'enfant qui voit ses parents menottés et qui doit vivre dans une prison subit un traumatisme profond.

C'est d'ailleurs ce qu'affirment le Conseil de l'Europe, la Commission nationale de déontologie de la sécurité et la Défenseure des enfants.

Les témoignages très nombreux qui parviennent aux associations caritatives font froid dans le dos :

« Triste réalité, tristes mois d’été où l’on a assisté à l’enfermement de dizaines d’enfants dans les Centres de Rétention Administrative (CRA).

En voici deux exemples :

  • une maman géorgienne a été arrêtée à Guéret, avec ses 3 enfants de 5 ans, 3 ans et 14 mois . Sans avoir eu la possibilité de prendre chez elle la moindre chose (ni vêtements de rechange, ni doudous pour les enfants…) , elle s’est retrouvée, après 7 heures de trajet, au CRA du Mesnil Amelot, ouvert le 1er Août 2011, où elle a inauguré le « bâtiment familles » de 40 places. Elle a été présentée, accompagnée de ses 3 enfants, au Tribunal Administratif de Melun où le juge a estimé qu’il n’y avait pas de motifs pour ce placement en rétention que les avocats de la famille ont qualifié « de traitement inhumain et dégradant » pour les enfants.

  • Une fillette de 5 ans a passé 27 jours au CRA de Metz Queuleu avec ses parents. Si la cour d’appel a statué que les droits élémentaires de l’enfant étaient bafoués et ordonné la libération immédiate de la famille, il n’empêche que cette fillette a quand même passé 27 jours de trop, privée de contacts avec ses semblables, dans un monde plein d’uniformes, de haut-parleurs et de portes verrouillées. »

Comme l'affirment avec force, les associations suivantes : l'Observatoire de l'enfermement des étrangers (ACAT-France, Avocats pour la défense des droits des étrangers (ADDE), Anafé, Emmaüs France, Fasti, Gisti, La Cimade, Ligue des droits de l'homme, MRAP, Revue Pratiques, Syndicat des avocats de France (SAF), Syndicat de la magistrature (SM), Syndicat de la médecine générale (SMG)), l'Observatoire citoyen de la rétention 77 et le Réseau éducation sans frontières (RESF)

« Les organisations signataires dénoncent la banalisation de l'enfermement administratif, et la pénalisation du séjour irrégulier comme mode de gestion des étrangers. Avec l'enfermement de ces enfants et de ceux qui suivront, c'est à la protection des plus vulnérables que le ministère de l'Intérieur s'en prend cette fois-ci, toujours dans son obsession de la politique du chiffre en matière d'expulsions. »

CHALOT Jean François


Moyenne des avis sur cet article :  3.96/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

46 réactions à cet article    


  • pissefroid pissefroid 26 septembre 2011 10:40

    Ce qui me scandalise, c’est que des fonctionnaires judiciaires soient capables d’incarcérer ces enfants.

    Ils pourront toujours dire qu’ils appliquent la loi.

    Je ne pense pas qu’ils savent qu’ils ont une conscience et donc qu’ils pourraient faire valoir leurs droits à la désobéissance.



    • CE QU IL NOUS FAUT...REOUVRIR LE BAGNE DE CAYENNE...L’ AGRANDIR ET ENVOYER NOS HOMMES POLITIQUES....EN REEDUCATION...

      il y aura du monde....la cee et barroso...l’élysée...ses très nombreux conseillers...le gouvernement bidon comme fillon...le sénat..la chambre.( tout sénateur et député appartenant a un club d’influence genre HIPPOCRATE )MEDIATOR..VIOX ..ISOMERIDE...MYOLASTAN...LEXOMIL...XANAS...combien de morts...et combien d ’alzheimer précoces.. ??????????????????????????
      EX PRESIDENT MR LE DEPUTE SOCIALISTE BAPT...PRESIDENT AUSSI DE LA COMMISSION D ENQUETE SUR LE MEDIATOR....ETRANGE...QUI NE CONTROLE PLUS RIEN.. ? .LE MINISTRE DE LA SANTE...ET LE GOUVERNEMENT VIRTUEL...

      TOUS NOS BANQUIERS ET ACOCATS D’AFFAIRES ET GERANTS DE SCI PROCHES DU POUVOIR (quand ce ne sont pas les élus eux memes ou leur famille qui gèrent ces SCI...)


    • Loatse Loatse 26 septembre 2011 11:12

      Chalot,

      Il ne s’agit pas de centres de détention, mais bien de rétention pour personnes résidant illégalement sur le territoire français, le temps que soit examiné leurs droit à demeurer sur le territoire français..

      Les conditions de vie n’y sont pas les mêmes qu’en milieu carcéral.. les retenus ont droit à un téléphone portable, à la visite de leur famille et de leur avocat afin de des aider dans leurs recours,

      L’espace de vie n’est pas le même pour une famille avec enfant que pour un retenu seul... et le temps de rétention varie entre 11 et 42 jours...

      Concernant les enfants

      La Cour de cassation a considéré que le fait de maintenir, après une garde à vue, une famille comprenant un bébé de deux mois dans l’espace réservé aux familles d’un CRA ne constitue pas en soi un traitement inhumain ou dégradant...

      Ce qui ne serait pas humain à mon avis, c’est que ces enfants soient séparés de leurs parents...

      Les CRA ont été officiellement créés le 29 octobre 1981 : alors que François Mitterrand vient d’être élu, la loi légalise et organise la rétention administrative.

      Cette institutionnalisation de lieux de privation de liberté qui ne dépendent pas de l’administration pénitentiaire fait suite à la découverte, à Marseille en 1975, de la prison clandestine d’Arenc, contrôlée par la police, où étaient séquestrés des travailleurs immigrés en instance d’expulsion.


      • nico31 26 septembre 2011 11:44

        « Ce qui ne serait pas humain à mon avis, c’est que ces enfants soient séparés de leurs parents... »

        Je vais rapidement atteindre le point godwin mais tant pis. Ne pas séparer les enfants des parents c’est la jurisprudence Laval-Bousquet.

        L’autre solution : c’est laisser les parents libres pour qu’ils puissent s’occuper de leurs enfants qui n’ont rien à faire dans un CRA. Mais bizarrement vous n’en parlez pas de cette solution !


      • nico31 26 septembre 2011 12:05

        Vous le saviez, vous :

        qu’on retire les lacets de chaussures aux enfants dans les centres de rétention.
        qu’ils ne disposent ni de papier, ni de crayon de couleur pour s’occuper,
        que pendant les transferts ils voyagent avec leurs parents MENOTTES,
        qu’ils ne peuvent pas avoir accès à un espace vert,
        qu’il a très peu de chose pour s’occuper,
        qu’ils n’ont accès à aucune structure éducative,
        qu’ils sont souvent arrivé là juste avec les vêtements qu’ils ont sur eux,
        qu’ils ont laissé dehors leur jouet et leur doudou,
        que si la famille n’est pas assez nombreuse pour occuper un nombre entier de cellule, ils doivent la partager avec d’autres,

        C’est sur, c’est pas un camp de somalien, ni le dépôt du palais de justice de Paris. Mais c’est infligé en notre nom à des enfants.


      • Loatse Loatse 26 septembre 2011 12:38

        Nico

        vous dites ;

        « L’autre solution : c’est laisser les parents libres »

        Je vous rappele tout de même que la non détention de titre de séjour, bref être en situation irrégulière sur le sol français est considéré comme un délit.... (ce n’est pas moi qui le dit, c’est la loi et dans nombre de pays idem)

        Et c’est justement afin que ces personnes ne soient pas mélangées à des detenus de droit commun, et justement par souci d’humanité que furent créé ces CRA....




      • Walden Walden 26 septembre 2011 13:34

        « Et c’est justement (...) par souci d’humanité que furent créé ces CRA... »

        Pouvez-vous fournir une source de cette affirmation, ou bien n’est-ce que l’ineptie éhontée qu’elle paraît ? 


      • nico31 26 septembre 2011 14:06

        Savez vous par exemple que d’après la loi les étrangers en situation régulière qui sollicitent un carte de séjour ou en demandent le renouvellement doivent se voir remettre AU GUCHET le jour même du dépôt du dossier un récépissé valable au moins un mois leur permettant par exemple de continuer à occuper leur emploi, pouvoir voyager hors de France et justifier de leur séjour régulier etc ...

        Dans les faits, ces récépissés ne sont jamais remis immédiatement et l’étranger se trouve alors, par la faute de l’administration, dans l’impossibilité de prouver la régularité de son séjour et peut, en cas de contrôle, être placé en centre de rétention. Son employeur peut (doit) le licencier, sans droit aux indemnités chômage (puisqu’il ne peut prouver son droit à l’accès au marché du travail).

        Paradoxe : la loi et l’incurie de l’administration transforment des gens honnêtes en délinquants.


      • Loatse Loatse 26 septembre 2011 14:11

        cela doit être « l’ineptie » de la gauche alors  !!!

        Les CRA ont été officiellement créés le 29 octobre 1981 : alors que François Mitterrand vient d’être élu, la loi légalise et organise la rétention administrative.

        Cette institutionnalisation de lieux de privation de liberté qui ne dépendent pas de l’administration pénitentiaire fait suite à la découverte, à Marseille en 1975, de la prison clandestine d’Arenc, contrôlée par la police, où étaient séquestrés des travailleurs immigrés en instance d’expulsion.


      • nico31 26 septembre 2011 14:30

        Que cherchez vous a démontrer ? Qu’il existait des situations pires avant ?
        La question n’est pas : « est-ce que ça pourrait être pire ? » mais « comment ça pourrait être mieux ? ».

        Ma réponse est : quand il y a des enfants, on ne place pas les parents en centre de rétention mais on les laisse libre. Quelle est votre proposition d’amélioration ?


      • Scual 26 septembre 2011 16:40

        Oui la loi, la loi... si elle représentait toujours la morale, on n’aurait rien à reprocher aux dictatures qui elles aussi ont pleines de lois...

        Le fait est que les lois sont faites de telle manière qu’elles respectent les droits de l’homme ou les contournent. Le fait est aussi que quand ces lois ou décrets sont présentés à la « presse » et au peuple, elles le sont sous leurs bon profil. Si on en reste là, tout va toujours pour le mieux dans le meilleur des mondes, parce que c’est écrit dans les Livres et que les Livres ont toujours raison. Amen.

        Mais le fait est que nous avons le droit et même le devoir de juger sur pièce, peu importe ce que peuvent raconter les textes et qui en est à l’origine. Nous n’avons pas la mémoire courte et savons pertinemment que dans notre propre pays des lois infâmes ont fini par être supprimées, et pas seulement celles sous Pétain. Il en reste probablement encore.

        Nous savons aussi que ce qui compte c’est la réalité et pas les grands principes. Certaines pratiques pourtant encadrées ou même interdites par la loi, n’en ont pas moins lieu tout les jours, y compris dans l’administration et la police.

        La vérité sur l’immigration est très simple : on dit aux immigrés qu’ils doivent demander des papiers dans leur pays d’origine... et on impose au pays d’origine qu’il viole les droits de l’homme à notre place en n’accordant pas ces papiers. Si par malheur la misère les oblige à venir quand même, on se débrouille pour que les méandres des procédures administratives rendent les demandes de normalisation quasiment impossibles.

        Enfin... cela ne vaut pas bien sur, quand on a besoin de médecins et autres diplômés pas chers ! Là c’est bon, on a le droit d’importer la marchandise. Les papiers ne sont plus un problème et sont délivrés rapidement... mais par contre pour les salaires là on peut les traiter selon leurs origines. Sinon ça sert à rien. Rassurez-vous, on ne leur regarde plus les dents, l’esclavage a fait beaucoup de progrès.

        Au final dans les faits, on se retrouve avec une politique raciste et proche de l’esclavagisme, qui enfreint les droits de l’homme par notre seule et unique faute, privant des individus de leurs droits et en le leur reprochant à eux. « Salop d’étranger ! C’est de TA faute si JE te donne pas de papiers ! »

        Voila donc les ressorts de ce système qui ne pouvaient qu’aboutir à la situation actuelle : des camps de concentration modernes dus a cette nouvelle forme de traite négrière. On enferme des populations dont les seuls torts sont leur origine et la situation administrative qu’on leur a pourtant imposé.

        Mais tout ça n’est pas écrit dans les textes de loi. Ça se passe seulement dans la réalité.


      • nico31 26 septembre 2011 17:07

        <<< Cette institutionnalisation de lieux de privation de liberté qui ne dépendent pas de l’administration pénitentiaire fait suite à la découverte, à Marseille en 1975, de la prison clandestine d’Arenc, contrôlée par la police, où étaient séquestrés des travailleurs immigrés en instance d’expulsion. >>>

        La loi du talion à l’époque d’Hamourabi représentait elle aussi un progrès du droit : elle évitait que personnes ne se fassent justice elles-mêmes et introduisait un début d’ordre dans la société en ce qui concerne le traitement des crimes.


      • Walden Walden 27 septembre 2011 07:56

        @ Loatse

        Puisque vous ne citez pas votre source, précisons tout d’abord que toutes vos interventions sur ce fil se fondent, si je ne m’abuse, sur un article de Wikipédia :
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Centre_de_r%C3%A9tention_administrative_en_France

        Effectivement, les Centres de Rétention Administrative ont été créés pour conférer un statut à une pratique jusqu’alors illégale, consistant à retenir des personnes enfermées contre leur volonté, en dehors de toute procédure judiciaire, chose inadmissible dans un Etat de Droit ; un fonctionnement indigne de la République, même à vrai dire inconstitutionnel, qui n’avait pourtant jamais géné les pouvoirs de droite successifs ayant instauré en France ce système plutôt coutumier d’une police de type soviétique. En tous cas jusqu’aux lois Bonnet en 1980, et Peyrefitte en 1981.

        Mais il jamais été question, comme vous osez l’affirmer toute honte bue, de créer les CRA « dans un souci d’humanité » : cela relève de votre seule interprétation, et vous ne saurez y apporter aucun argument sérieux pour étayer une telle sottise.

        N.B. :
        Un petit historique des dates clés de la rétention administrative :
        http://www.cimade.org/poles/enfermement-eloignement/rubriques/22-retention-et-eloignement?page_id=194
        Un article de fond pour nourrir la réflexion sur ce sujet :
        http://www.millebabords.org/spip.php?article7217


      • Loatse Loatse 26 septembre 2011 12:50

        A propos d’enfants

        1 femme SDF sur 3 à Paris est accompagnée d’enfants, avec ou sans conjoint.

        22 % des hommes SDF à Paris ont entre 16 et 30,5 ans.

        en 2010, le nombre d’expusions locatives en france a augmenté de 20%....


        • nico31 26 septembre 2011 13:49

          Et alors ... il ne faudrait pas s’indigner contre une situation d’injustice parce qu’il en existe des pires ! Les SDF parisiens sont dans une situation meilleur que les morts de faim d’Afrique de l’Est. On peut toujours trouver pire hélas !

          Et parmi vos femmes SDF accompagné d’enfants, combien d’étrangères, SDF par ce que sans papier ?


        • nico31 26 septembre 2011 13:45

          « être en situation irrégulière sur le sol français est considéré comme un délit »

          Le problème c’est que les lois sur l’immigration ont été considérablement durcis dans les dernières années et des personnes qui n’avaient commis aucun délit se sont mis à en commettre à leur corps défendant parce que des titres de séjour leur ont été retirés alors qu’ils en disposait auparavant, que des recours auxquels ils avaient droit ont été supprimés ou rendu tellement difficile d’accès qu’ils ne peuvent les exercer effectivement.

          C’est la modification des textes qui les placent en situation délictueuse et non leur propre volonté.

          Et s’il s’agissait de délit, la procédure normal devrait être : comparution libre devant le tribunal correctionnel du lieu de résidence, appel, cassation éventuelle, éventuel reprise de la procédure, respect des droits de la défense , assistance d’un avocat, d’un traducteur, examen du fond et surtout, non implication des enfants dans la procédure (eux n’ont commis aucun délit).

          La justice des étrangers est une justice administrative d’exception et d’abattage qui ne tient pas compte de la personnalité de l’accusé, qui ne personnalise pas la peine, ...


          • Loatse Loatse 26 septembre 2011 14:09

            qui ne tient pas compte de la personnalité de l’accusé, qui ne personnalise pas la peine, ...

             ????

            Question : Vous voulez qu’on accueille toute l’afrique ? dites le tout de suite, ca ira plus vite.. !


            • nico31 26 septembre 2011 14:18

              Ha, voila, nous y sommes, les masques tombes.

              En fait ce n’est pas temps le respect de la loi que la peur du déferlement des hordes noirs en France qui vous tracasse. Que ne le disiez vous plutôt, le débat aurait eu tout de suite le mérite de la clarté ?

              Maintenant, expliquez moi, comment le respect effectif et non formel des droits des étrangers en France et particulièrement des mineurs peut il nous conduire à accueillir toute l’Afrique.

              Je vous rappel que 300 mineurs passent chaque année dans les CRA et que les africains sont 600 millions. Expliquer moi en quoi respecter 300 enfants et leurs familles de toutes origines pourrait provoquer la migration de 600 million d’africain en France.


              • Loatse Loatse 26 septembre 2011 14:35

                Je n’y suis absolument pour rien si les personnes vivant en afrique sont de couleur différente...

                ce dont je me fous royalement, d’ailleurs..

                vos insinuations puantes vous permettent de ne pas répondre à ma question...

                « Faut il donc ouvrir tout grand nos frontières et accueillir toute la misère du monde ???? »


                • nico31 26 septembre 2011 14:53

                  http://www.slateafrique.com/44457/jeunes-europeens-emigration-afrique

                  « Faut il donc ouvrir tout grand nos frontières et accueillir toute la misère du monde ???? » :

                  Ne détournez pas la question le débat ici est : est-il acceptable d’envoyer des enfants innocents en prison dans des conditions indignes.

                  Vous répondez oui, je répond non !

                  Et je n’insinue rien de puant, vous êtes la première ici a avoir fait des généralisations et a avoir fait le rapprochement entre notre débat et l’Afrique.

                  Je n’insinue rien de puant ... c’est vous qui faites des généralisation abusive et qui pensez que parce que je souhaite que les étrangers en France et particulièrement les enfants soient traités avec plus de dignité qu’ils ne le sont aujourd’hui je suis pour l’invasion de la France.

                  Je ne pense pas que nous prenions de gros risques en traitant les gens dignement, vous pensez que le risque que nous courrons justifie que nous soyons indignes, voila notre différence !


                • tikhomir 26 septembre 2011 15:30

                  "Ne détournez pas la question le débat ici est : est-il acceptable d’envoyer des enfants innocents en prison dans des conditions indignes."

                  1/ Ce ne sont pas des prisons indignes
                  2/ Est-il acceptable que des parents mettent leurs enfants innocents dans des galères pareilles et soient en situation de délinquance sans qu’on ne leur dise rien et qu’on leur accorde toutes nos bénédictions ? Évidemment qu’il y a du cas par cas à faire, mais on ne me fera pas croire que tout le monde fuit l’oppression, la famine et la pauvreté, etc. en Afrique et qu’il leur est strictement impossible de faire les choses dans les règles... Il va falloir que beaucoup de ces parents assument la responsabilité de leurs actes aussi.
                  3/ Pourquoi ce serait toujours de notre faute ? Pourquoi cette incessante auto-flagellation ?


                • nico31 26 septembre 2011 16:02

                  >> Ce ne sont pas des prisons indignes.

                  Peut-être qu’elles ont propres et bien tenue mais il s’agit tout de même de prisons et des enfants innocents y sont enfermés

                  >> Est-il acceptable que des parents mettent leurs enfants innocents dans des galères pareilles

                  Est-il acceptables de punir les enfants pour une éventuelle faute des parents ?

                  >> mais on ne me fera pas croire que tout le monde fuit l’oppression, la famine et la pauvreté

                  Et pourtant c’est bien souvent le cas. De toute façon fuir la famine et la pauvreté ne donne pas droit à titre de séjour. Donc mêmes ceux qui fuient la famine et la pauvreté (raison légitime sinon légale peuvent retrouver en CRA puis renvoyé à leur famine et pauvreté.

                  >> et qu’il leur est strictement impossible de faire les choses dans les règles

                  Il leur est, bien sur, tout à fait impossible de faire les choses dans les règles. Vous imaginer que si vous arrivez à l’ambassade de France à Bamako en disant « Bonjour Monsieur le consul, je fuie la faim et la pauvreté, voici d’ailleurs les attestations qui le prouve et je voudrais un visa pour mes enfants et moi on vous le donnera ? ». Ou alors « Bonjour Monsieur le consul, je suis un Tchétchène opprimé, voici d’ailleurs un certificat des autorités russes attestant qu’elles m’oppriment et me persécute et je voudrais me réfugier en France, pourriez vous nous accorder l’asile à ma famille et à moi même ? »

                  >> Pourquoi ce serait toujours de notre faute ? Pourquoi cette incessante auto-flagellation ?

                  Ce n’est pas toujours notre faute. La France n’est évidemment pas (seule) responsable de la pauvreté de la faim ou de l’oppression dans le monde. Par contre elle est responsable de ses lois, de la manière dont elles les applique et de ces centres de rétention.


                • tikhomir 26 septembre 2011 16:25

                  Bien sûr que non il ne s’agit pas de prisons, il faut arrêter le délire. Si effectivement, les enfants n’ont rien à voir avec ça, il faut alors condamner les parents pour maltraitance de leur enfant car ils les mettent dans des situations difficiles.

                  Non, la plupart ne fuient pas la pauvreté. Rechercher mieux ailleurs, c’est différent de fuir. La fuite, c’est précipité, la recherche, c’est mesuré. Cela ne dispense donc personne de respecter la loi des pays et du nôtre en l’occurrence. Ceux qui fuient (famine, guerre, oppression, etc.) sont une minorité déjà parce que lorsqu’on fuit, on fuit dans le pays voisin en général (en général je dis bien, mais on en trouve quand même et c’est eux la minorité).

                  « Par contre elle est responsable de ses lois, de la manière dont elles les applique et de ces centres de rétention. »

                  Exactement, donc on aimerait justement qu’elle soit un peu plus appliquée que maintenant. Et si c’est pas possible de faire les choses dans les règles, savoir accepter le « non », c’est une solution aussi plutôt que de se faire délinquant et d’impliquer ses propres enfants de façon souvent irresponsable.

                  Surtout que chez nous, on est pourtant des souples niveau immigration et surtout depuis N. Sarkozy (il n’y a jamais eu autant d’immigration qu’avec lui).

                  Et franchement, quitte à faire des efforts d’accueil, quelques voisins européens seraient bien inspirés d’en faire autant que la France sur ce point, on n’a pas du tout à rougir.


                • nico31 26 septembre 2011 16:34

                  << Bien sûr que non il ne s’agit pas de prisons >>

                  Bien sur que si. Vous appelez comment un endroit gardé 24h00 sur 24 et dont il est impossible de sortir librement ?

                  << Si effectivement, les enfants n’ont rien à voir avec ça, il faut alors condamner les parents pour maltraitance de leur enfant car ils les mettent dans des situations difficiles.>>

                  Les parents n’ont jamais demandé à ce que les enfants soient placé en centre de détention. Ne renversez pas la responsabilité !

                  << Surtout que chez nous, on est pourtant des souples niveau immigration et surtout depuis N. Sarkozy (il n’y a jamais eu autant d’immigration qu’avec lui).>>

                  C’est évidemment tout à fait faut ... mais plus c’est gros, mieux ça passe.

                  << on fuit dans le pays voisin en général >>

                  Les pays voisins ne sont pas plus responsables que nous de la misère ou de la famine dans le pays d’à côté. Et ils ont en général moins de moyens que nous pour accueillir les réfugiés.


                • tikhomir 26 septembre 2011 17:08

                  « Vous appelez comment un endroit gardé 24h00 sur 24 et dont il est impossible de sortir librement ? »

                  Un centre de rétention... Les conditions ne sont pas les mêmes, le confort pas le même, les communications vers l’extérieur pas les mêmes, etc.

                  « Les parents n’ont jamais demandé à ce que les enfants soient placé en centre de détention. »

                  Dois-je en déduire que vous préféreriez séparer les familles ?

                  « Les pays voisins ne sont pas plus responsables que nous de la misère ou de la famine dans le pays d’à côté. Et ils ont en général moins de moyens que nous pour accueillir les réfugiés. »

                  Voilà, exactement. C’est ce qui fait que « les gens qui fuient » sont une minorité chez nous comparé aux « gens qui cherchent mieux ailleurs ».

                  « C’est évidemment tout à fait faut ... mais plus c’est gros, mieux ça passe. »

                  Bien sûr que c’est le cas, faut arrêter de se mettre les mains sur les yeux genre « j’ai rien vu » pour affirmer des croyances. Cf. le ministère de l’immigration qui ne tient pas ses chiffres à jour (arrêtés en 2009) mais déjà représentatifs.


                • nico31 26 septembre 2011 17:34

                  << Les conditions ne sont pas les mêmes, le confort pas le même, les communications vers l’extérieur pas les mêmes, etc. >>

                  Si les conditions de confort ne sont pas les mêmes c’est uniquement parce que les conditions en prison sont encore plus indignes qu’en CRA. Mais sinon la privation de liberté est la même !

                  << Dois-je en déduire que vous préféreriez séparer les familles ? >>

                  Je l’ai déjà répété plusieurs fois dans mes commentaires. Je propose que les familles NE SOIENT PAS enfermées dans les CRA. Dans ces conditions évidemment la séparation des familles n’est pas une alternative. Dans la votre, elle l’est.

                  << Voilà, exactement. C’est ce qui fait que « les gens qui fuient » sont une minorité chez nous comparé aux « gens qui cherchent mieux ailleurs ». >>

                  Voila aussi ce qui permet de dire que la France ne prend pas toute la part qu’elle devrait dans la résolution du problème de la misère dans le monde. Ça ne vous choque pas que la plus part des réfugiés le soient dans des pays qui n’ont vraiment pas les moyens de les recevoir alors que des pays qui ont infiniment plus font semblant de ne pas reconnaître un réfugié quand par hasard ils en voient un ?

                  << Bien sûr que c’est le cas, faut arrêter de se mettre les mains sur les yeux genre « j’ai rien vu » pour affirmer des croyances. Cf. le ministère de l’immigration qui ne tient pas ses chiffres à jour (arrêtés en 2009) mais déjà représentatifs.>>

                  Je ne vais pas m’amuser à discuter de chiffres avec vous puisque a priori vous ne faites même pas confiance à ceux du ministère des expulsions d’enfant quand il se vante de ses turpitudes.


                • CHALOT CHALOT 26 septembre 2011 15:45

                  Qu’est ce qu’ils fuient si ce n’est la misère ?
                  Revenons au coueu de l’article : les conditions carcérales
                  Ce gouvernement utilise des méthodes très voisines de celles utilisées par Vichy...Oui c’est indigne ! et inexcusable !


                  • tikhomir 26 septembre 2011 16:11

                    Ce ne sont pas des prisons, vous ne pouvez pas appelez ça « des conditions carcérales ». Quant à la comparaison avec Vichy, c’est complètement dépassé et n’importe quoi, c’est un genre de point Godwin.

                    « Qu’est ce qu’ils fuient si ce n’est la misère ? »

                    Mais attendez, tous ne fuient pas, que beaucoup recherchent mieux ailleurs que dans leur pays, pourquoi pas, mais « fuir », certainement pas, c’est loin d’être une majorité ça. Donc cela ne les dispense pas de faire les choses dans les règles et donc d’obtenir des papiers (titres de séjours dans les règles) avant de venir ou alors une fois que c’est arrivé à expiration de repartir ou de faire renouveler, tout simplement. Mais il faut croire que respecter la loi, c’est souvent trop compliqué.


                  • nico31 26 septembre 2011 16:23

                    << Donc cela ne les dispense pas de faire les choses dans les règles et donc d’obtenir des papiers (titres de séjours dans les règles) avant de venir ou alors une fois que c’est arrivé à expiration de repartir ou de faire renouveler, tout simplement. Mais il faut croire que respecter la loi, c’est souvent trop compliqué.>>

                    Vous semblez parler de chose que vous ne connaissez pas.

                    Y compris quand on a des raisons puissantes et légitimes de venir en France (pour y rejoindre son conjoint par exemple, ou quand on est un enfant mineur venir rejoindre ses parents) la délivrance des visas est arbitraire, réalisées dans des conditions humiliantes, toujours longue et complexe, les documents a rassembler sont aléatoires, les dossiers sont refusés sans motifs, l’administration épuise tous ses recours avant d’autoriser le séjour, les délais sont toujours explosés. Alors vous imaginez facilement comment pourraient être traités ceux qui voudrait simplement émigrer.

                    Même le renouvellement des papiers pour les gens intégrés qui travaillent qui parlent français comme un professeur de la Sorbonne qui paient leurs impôts et qui ont de nombreuses attaches en France est un parcours du combattant qui peut se solder par un échec !

                    Pour avoir accompagné ma femme en préfecture je peux vous affirmer que l’on peut devenir sans papier en France alors même qu’on y est arrivé légalement, que l’on travaille pour un employeur public, que l’on est la conjointe d’un français, que l’on paye ses impôts avant la date d’échéance et qu’on ne s’est jamais fait flasher par un radar.


                  • tikhomir 26 septembre 2011 17:12

                    « Vous semblez parler de chose que vous ne connaissez pas. »

                    Et vous semblez faire de votre cas particulier une généralité...


                  • nico31 26 septembre 2011 17:19

                    tikhomir, il n’a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre !


                  • nico31 26 septembre 2011 17:23

                    tikhomir : mon cas serait il unique, il n’en mériterait pas d’être pris en compte et réglé !


                  • tikhomir 26 septembre 2011 17:25

                    Qu’il soit pris en compte oui, mais en faire une généralité, c’est tout autre chose.


                  • nico31 26 septembre 2011 17:40

                    La justification de l’abjection administrative par des gens tels que vous tikhomir ne permet justement pas de prendre en compte de façon morale et juste des cas tels que ceux que je vous décrit.
                    Au contraire ce sont des gens comme vous qui poussent nos politiques et notre administration vers toujours plus d’inhumanité !


                  • Loatse Loatse 26 septembre 2011 17:47

                    Mais c’est le sujet, Chalot !

                    je me tue à vous dire que c’est sous francois mitterant que furent créé les centres de rétention et ceci pour rendre les conditions de vie avant expulsion du territoire francais (ou non si recours accepté), donc pour rendre la procedure plus humaine

                    Les enfants n ’y sont pas maltraité restent donc avec leur famille et ceux ci gardent contact avec le monde extérieur...

                    vous voulez quoi ? qu’on mette ces petits dans des familles d’accueil ??? qu’on laisse s’évaporer dans la nature les personnes dont le droit de séjour sur le territoire francais est expiré ou inexistant ???


                  • CHALOT CHALOT 26 septembre 2011 15:46

                    faute de frappe

                    Revenons au coeur de l’article et la problématique


                    • CHALOT CHALOT 26 septembre 2011 17:23

                      Oui mais pas toujours

                      Un jeune placé à l’ASE depuis plusieurs années va être renvoyés de France pour des raisons financières.
                      Cela s’est passé ce matin en Seine et Marne.


                      • nico31 26 septembre 2011 17:36

                        <<Cela s’est passé ce matin en Seine et Marne.>>

                        Dans l’indifférence générale. La banalité du mal.

                        Pour les mal comprenands qui postent sur ce fil, l’ASE c’est l’Aide Sociale à l’Enfance. En gros, on t’élève jusqu’à ta majorité et puis on t’expulse ! C’est à pleurer.


                      • Loatse Loatse 26 septembre 2011 17:50

                        Pouvez vous mettre le lien avec l’article s’il vous plait...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès