Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Actualités > Société > Un monde en mutation est en route

Un monde en mutation est en route

Gustavo Tanaka, auteur et entrepreneur brésilien, a intégré « la nouvelle économie », façon Jeremy Rifkin, et son analyse globale de la situation mérite d’être découverte, car il présente, sur un mode positif, un monde que nous avions plutôt tendance à voir en noir.

En 8 petits paragraphes, il décrit ce monde en mutation que nous commençons à voir surgir un peu partout aux 4 coins du monde, et il nous éclaire par le détail des raisons et conséquences de ce changement majeur.

Sous le titre, « il se passe quelque chose d’extraordinaire dans le monde », il décrit une société en mutation, dans laquelle il est impliqué, tournant le dos à la société traditionnelle, expliquant que nous ne pouvons comprendre ce changement, tant que nous resterons intégrés à l’ancien modèle.

Il a donc brisé « les chaînes de la peur », s’est libéré de la société standardisée, et nous propose sa vision de ce nouveau monde.

Il fait d’abord le constat que les employés des grandes entreprises n’en peuvent plus, avec la sensation d’avoir atteint la limite du supportable, évoquant les « burn-out », les dépressions liées au travail, et ils prennent le risque de tout plaquer pour se lancer dans d’autres aventures.

Une génération de nouveaux entrepreneurs est née, ceux-ci transformant leurs garages en bureaux, provoquant la création d’innombrables start-up, avec le souci d’innover, de surprendre, sans pour autant avoir en priorité le succès financier de leur entreprise

Abandonnant l’ancien comportement basé sur le « chacun pour soi », ce nouvel entrepreneur s’est délibérément tourné vers le partage, la convivialité, la collaboration dans le bon sens du mot.

Pour lui, c’est Internet qui a tout déclenché, créant un monde ouvert, imaginatif, inventif, et sans limites, de quoi faire tomber l’ancien système, lequel devra muter à son tour s’il veut perdurer.

Avec l’avènement d’Internet, les petits ne sont plus des « sans voix » les anonymes interviennent, le monde se rassemble, et les « anonymus » se multiplient.

Des pétitions sont lancées continuellement, et en quelques clics, réunissent des centaines de milliers de personnes, au point de faire trembler les puissants, qui en viennent parfois à réviser leur copie…lien

Même la politique semble vouloir faire peau neuve, tournant la page des éléphants de droite ou de gauche, seulement intéressés par se servir, au lieu de servir, promettant tout et son contraire, avec le but unique d’être élu.

En effet, le vent tourne et les printemps arabes avaient donné le ton, même si un long chemin leur reste à faire, mais voici les indignés de Podemos…voici les contestataires Italiens de Beppe Grillo…

Dans un domaine plus pragmatique, celui de la vie de tous les jours, moins de personnes utilisent leur voiture individuellement, ils échangent appartements, vêtements, bureaux, remettant en question cette société qui voudrait nous faire consommer toujours plus.

La production alimentaire étant l’un des passages obligé de notre société, nous n’acceptons plus de nous faire empoisonner, et nous voulons maintenant « manger sain ».

Nous faisons de plus en plus confiance aux petits producteurs, quitte à le devenir nous même, échangeant conseils, fruits, légumes, semences…

La spiritualité revient au devant de la scène, on se lance sans hésiter dans la méditation, et il devient ringard de montrer du doigt ceux qui se passionnent pour la synchronicité, qui tentent de guérir certaines maladies en n’utilisant rien d’autre que les mains nues, au grand dam des pratiquants de la « médecine institutionnelle » qui a rarement voulu entendre parler de thérapies alternatives.

Le 3ème œil, le 6ème sens, sont convoqués pour développer l’intuition, et pas seulement.

L’éducation, elle aussi, change, et il est question maintenant de non-scolarisation, préférant aux études que la société voulait nous inculquer, des études « à la maison »…

Et Tanaka de conclure : «  silencieusement, les gens se sont réveillés et se sont rendus compte combien il était fou de vivre dans cette société  ». lien

Il faut reconnaitre que, si nous prenons un peu de recul, cette vision d’un « monde en mutation » est déjà une réalité, même si elle n’est pas encore unanimement partagée.

Les villes en transition éclosent un peu partout, comme à Grenoble, où est appliqué au pied de la lettre le principe du négaWatt : les habitations au lieu de consommer de l’énergie, deviennent au contraire productrices d’énergie. lien

Des réseaux de partage se multiplient, des communes décident de vivre l’autonomie à tous les niveaux, énergétiques, alimentaires, sociaux…

Ils ont pour nom Totnes, Feldheim, les chauffe-eau y sont solaires, l’électricité éolienne, ou photovoltaïque ou méthanique, la monnaie est locale incitant à consommer sur place, et les véhicules sont alimentés par la transformation des déchets organiques, permettant la production de méthane, lequel devient carburant.

Les jardins publics sont plantés d’arbres fruitiers, à disposition de tous, les communautés vivent en étroite harmonie, décidées à respecter la planète, avec une empreinte carbone minimale. lien

Les changements sont déjà visibles dans tous les domaines : les monnaies locales ou régionales se multiplient : du LETS canadien au WIR suisse, en passant par le SOL français, c’est le boom des monnaies parallèles. lien

Ajoutons y pour faire bon poids la Plume, l’Abeille, le Piaf, la Normaille, l’Eusko, le Cocagne, le Sel, l’Oseille, et surement beaucoup d’autres à venir, ou déjà en cours. lien

Quant à l’instruction, « l’école à la maison » fait de plus en plus d’adeptes, et s’il est vrai que l’instruction des enfants est obligatoire en France, et doit être assurée de préférence au sein d’un établissement scolaire, l’instruction donnée dans la famille est aussi possible, à condition qu’elle permette à l’enfant d’acquérir des connaissances, connaissances qui seront contrôlées en haut lieu. lien

Toutes les questions que vous vous posez pour savoir comment ça marche dans cette vidéo.

Quant à l’énergie, au-delà des éoliennes géantes, des hectares de capteurs photovoltaïques, il existe aussi des solutions moins énergivores, puisque l’électricité qui voyage y laisse pas mal de plumes.

Éoliennes urbaines (lien), petit photovoltaïque, (lien), petites unités de méthanisation, (lien), il s’agit donc de produire de l’énergie au niveau d’une ville, d’un quartier, voire d’une maison, énergie qui sera consommée sur place, ou répartie dans d’autres habitations, l’essentiel étant de la transporter le moins loin possible.

Sur le chapitre « alimentation », le consommateur se tourne délibérément vers les petits producteurs, lesquels ont banni pesticides engrais, et compagnie…

Quant aux nouveaux jardiniers, ils ont délibérément tourné le dos aux pratiques anciennes, ils font revivre la permaculture, cultivant sans arroser, faisant voisiner des plantes qui « s’entendent bien », d’autant qu’une étude récente à prouvé que nos agriculteurs traditionnels avaient tout faux depuis au moins 60 ans. lien

D’ailleurs nous savons aujourd’hui que la permaculture donne de meilleurs rendements que l’agriculture traditionnelle. lien

Tanaka, dans sa réflexion, évoquait aussi un renouveau dans le domaine de la méditation, et il est déjà rattrapé par la réalité, puisque maintenant, il existe « la méditation dans la rue » comme on peut le constater ici.

Mais pas seulement dans la rue…

À San Francisco, le collège Visitacion Valley, qui était plongé dans la drogue et la violence des gangs, à pu régler ses problèmes par une méditation de groupe en appliquant un programme appelé « Quiet Time ».

Dès le lancement de ce programme, les exclusions ont été réduites de 45%, et depuis 2010, la fréquentation était de plus de 98%.

Selon une enquête menée par le département de l’éducation de l’État, les étudiants de ce collège sont maintenant les plus heureux de tous les autres élèves de la ville. lien

Jeremy Rifkin n’évoquait-il pas dès 2011, dans son livre : « une nouvelle conscience pour un monde en crise » ? (édition les Liens qui libèrent). lien

Ce qui se passe aujourd’hui est en train de lui donner raison, à lui, et aussi à Gustavo Tanaka.

Car comme dit mon vieil ami africain : « un petit marteau peut casser de gros cailloux  ».

L’image illustrant l’article vient de reikilorient.com

Merci aux internautes pour leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Articles anciens

Totnes enlève le haut

Après Totnes, Feldheim

L’énergie en partage

Ce merveilleux sixième sens

De l'intuition humaine

Ces tout petits humains

Il y a ceux qui nous pompent l’air…

Comment tourner la page du nucléaire, du pétrole et du charbon

Au pays du soleil, le vent !

De l’eau dans le gasoil

Roulez, roulez, petits plastiques

Faire le plein avec du vide

MHD, l’énergie cachée du futur

Quand les ordures se changent en or

Vive l’énergie positive

Sortir en douceur du nucléaire

Du pétrole sous les sabots

Energies propres en Suède

De la fuite dans les idées

Histoire d’un coup de foudre

L’imagination au pouvoir

Tel un avion sans kérosène

Rouler malin

D’autres énergies pour sortir de la crise

Au chaud sur la terre de glace

Simple comme l’eau chaude

Témoignage sur le photovoltaïque en France

Le plein de cochon à la pompe

Le nucléaire dépassé par des cochons

Qui a tué Stan Meyer

Déchets, de l’or dans nos poubelles

En France on a pas de pétrole, et pas d’idées non plus


Moyenne des avis sur cet article :  3.48/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

139 réactions à cet article    


  • sarcastelle 5 février 09:45

    Je ne comprends rien à la science ? Détruisons la science ! 

    Il y a des abus en toute chose ? Détruisons l’usage raisonné !


    • olivier cabanel olivier cabanel 5 février 10:03

      @sarcastelle
      chère grand mère, je ne vois franchement pas le rapport avec l’article

       smiley

    • sarcastelle 5 février 13:02

      @olivier cabanel


      la spiritualité revient au devant de la scène......guérir certaines maladies en utilisant les mains nues...


    • olivier cabanel olivier cabanel 5 février 13:19

      @sarcastelle
      ah bon, manifestement, vous ne pensez pas que cela soit possible ?

      vous devriez sortir plus souvent grand mère

    • Alren Alren 5 février 16:24

      @olivier cabanel

      La guérison à mains nues, par imposition des mains ? Mais il y eu beaucoup mieux !

      Dans un documentaire projeté il y a longtemps intitulé « Mondo Cane » on voyait des "chirurgiens opérer sans bisouri. Après quelques palpations du malade, ils montraient triomphalement au public médusé la tumeur retirée. Quand on a pu récupérer, malgré le « chirurgien » ces tumeurs, on s’est aperçu qu’il s’agissait de morceau de chair de cétacé ... C’est par la technique de l’empalmage, bien connue de tous les prestidigitateurs, qu’ils réussissaient ce tour.


      L’autosuggestion, l’effet placebo suffisent pour que le patient se sente effectivement mieux et quelquefois retrouve ce qui est essentiel pour la guérison, la volonté de guérir précisément qu’une médecine-usine traditionnelle lui avait fait perdre.


      En tout cas, aucun guérisseur, apparemment, ne s’est prêté à un protocole scientifique consistant à un examen préalable approfondi du malade pour déterminer exactement la réalité de sa maladie somatique, puis, après intervention du guérisseur, un suivi de longue durée de son patient, assorti d’examens réguliers avec les techniques modernes.


    • Norbert 5 février 17:57

      @olivier cabanel

      Oui, ben la grand mère , elle semble avoir toute sa tête, elle.

      Oui, vous avez raison sur un point, les choses sont en train de changer, au moins sous l’écorce. Alors libérons nous vraiment de tout l’ancien fatras et aussi des superstitions. SVP


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 février 20:56

      @olivier cabanel
      Vous êtes un petit malin... Vous mélangez des initiatives écologistes ou personnelles, tout à fait positives, avec la fin du rôle de l’ Etat dans le modèle social.

      Ce que permet Internet, c’est de faire du travail au black en payant le moins d’impôts possible (ou pas du tout) et le moins de cotisations patronales possible (ou pas du tout). Votre article n’est rien d’autre que l’illustration du discours d’ Attali : « Débrouillez-vous ! » . Un attrape gogos !


      Pour mémoire, le modèle social français issu du CNR redistribue 50% de la richesse produite. Il permet de mutualiser les biens sociaux : la santé, l’école gratuite, les aides sociales et de financer les services publics.
      « Car ce qui nous fait vivre est plus important que ce qui nous fait produire ».

      Faire croire « que le chacun pour soi » est un progrès, c’est la plus grande arnaque du moment.


      Mais qui va de pair avec la demande du MEDEF, qui en rêve depuis 1945 :
      « Liquidons tout ce qui a été mis en place après guerre, sans exception ! »

      Et de la Commission européenne, qui exige la fin du droit du travail, de la Sécurité sociale, le gel des retraites, la baisse des indemnités chômage, des CDI, du SMIC, la privatisation des biens publics ( aéroports, barrages ) et des services publics etc.

      Vous faites partie de cette variété d’euro-atlantistes mondialistes, un vrai danger public !


    • olivier cabanel olivier cabanel 5 février 22:53

      @Alren
      il ne s’agit pas de ça.

      je n’ai pas évoqué ce dont vous parlez.
      il s’agit de guérison a main nue, et non pas d’opération.
      je suis sur que vous avez compris la différence.
      par contre les affirmations que vous nous proposez ne sont pas fondées...
      vous auriez du les confirmer avec des preuves...c’est bien trop facile sinon.
      enfin, c’est vous qui voyez.
       smiley

    • olivier cabanel olivier cabanel 5 février 22:55

      @Norbert
      mais justement , il s’agit bien de ça...


    • zygzornifle zygzornifle 5 février 09:49

      comme les virus transmis par les moustiques.....


      • foufouille foufouille 5 février 10:20

        tu fumes de l’afghan pur ? celui avec de l’opium.
        on va avoir droit au générateur électrique à patates.
        sans arroser, ça pousse pas.


        • olivier cabanel olivier cabanel 5 février 10:48

          @foufouille
          votre problème mon petit foufouille, c’est que vous ne tentez jamais de sortir de votre ignorance...

          vous avez pourtant internet, mais vous ne comprenez pas ce que vous lisez
          vous êtes continuellement dans un triste déni de la réalité
          exemple :
          vous avez écrit : « sans arroser, ça pousse pas »
          la preuve du contraire sur ce lien

          je vais donc remplacer votre « sans arroser, ça pousse pas », par un « sans curiosité, vous n’avancez pas »
           smiley

        • soi même 5 février 10:39

          Le 3ème œil, le 6ème sens et pourquoi pas tant que tu es le 7 ciel  ?

          A lire ton article, je croie que vous avez redécouvert l’eau chaude, en même temps, je suis globale d’accort à ce que vous décrivez, juste un petit bémol, c’est par l’on passe par des épreuves pénibles que cela avance, pas quand l’on se vautre dans le conformisme d’acquérir que des avantages.

          C’est par se que l’eau est gravement pollue que l’on est en mesure aujourd’hui de comprendre pourquoi nous devons la respecté.


          • foufouille foufouille 5 février 10:59

            premier lien vers la chaîne de télé qui vend ton cerveau à coca.
            tu as acheté du mauvais pollen coupé avec de la crotte de chameau.


            • Le p'tit Charles Le p’tit Charles 5 février 11:07
              Un monde en mutation ou en régression..J’opte pour la seconde voie (à mes yeux)..Ultra libéralisme et mondialisation ne font que créer de la pauvreté supplémentaire (facile de le constater)..l’humain est incapable de créer de l’utile pour les peuples (monde de gaspillage..)..en fait l’avenir est bien sombre il me semble.. ?

              • foufouille foufouille 5 février 11:09

                Les villes en transition éclosent un peu partout, comme à Grenoble, où est appliqué au pied de la lettre le principe du négaWatt : les habitations au lieu de consommer de l’énergie, deviennent au contraire productrices d’énergie. lien
                ----
                pub pour un livre avec quelques lignes sur ce projet pour bobos.


                • foufouille foufouille 5 février 11:15

                  "Les jardins publics sont plantés d’arbres fruitiers, à disposition de tous, les communautés vivent en étroite harmonie, décidées à respecter la planète, avec une empreinte carbone minimale. lien"
                  lien en anglais de projets pour étudiants que gargamel a pas lu. avec des liens morts de permaconlture.


                  • foufouille foufouille 5 février 11:22

                    Mais cet extrême morcellement a montré ses limites. Dès lors qu’une monnaie privée circule dans l’économie et est acceptée par les autres banques, la faillite de son émetteur peut déstabiliser tout le système des paiements. La récurrence des crises financières a d’ailleurs conduit progressivement à l’émergence de la banque centrale, qui garantit les paiements contre la défaillance des banques, en échange de pouvoirs réglementaires très stricts sur celles-ci. D’où la vigilance des autorités monétaires face à la montée des monnaies électroniques. De leur côté, les monnaies sociales ont une validité trop limitée pour entrer en concurrence avec la monnaie officielle et poser des problèmes d’ampleur macroéconomique.


                    • foufouille foufouille 5 février 11:23

                      Reste un problème fiscal : la solidarité que les monnaies sociales instaurent entre leurs membres a pour effet de les soustraire aux prélèvements obligatoires captés sur des flux monétaires, et au financement de la solidarité nationale. C’est une des raisons pour lesquelles les expériences de « monnaies franches » menées dans les années 50 en France ont été interrompues. Le problème s’est à nouveau posé dans les années 90 à propos des systèmes d’échange locaux (SEL), mis en cause devant les tribunaux pour travail au noir. La justice n’a pas condamné les Selistes, considérant qu’il s’agissait d’échanges mineurs, qui n’auraient pu avoir lieu dans le cadre du marché. Mais quand les échanges en monnaie complémentaire prennent de l’ampleur, un compromis fiscal s’impose. Il peut consister soit en un prélèvement en monnaie officielle sur les opérations ou sur les revenus en monnaie parallèle, soit en une exonération fiscale. A condition de convaincre de l’utilité sociale de cette autre monnaie.


                      • gaijin gaijin 5 février 11:26

                        salut olivier
                        oui c’est le printemps, il y a un monde qui pousse sous le béton de l’ancien monde et ça craque de partout
                        espérons toutefois ne pas prendre l’immeuble sur la tête smiley


                        • olivier cabanel olivier cabanel 5 février 13:22

                          @gaijin
                          comme tu dis, espérons !

                           smiley
                          mais dans le fond, nous ne sommes pas en danger, 
                          le sont uniquement ceux qui persistent dans un systeme sans avenir
                           smiley

                        • gaijin gaijin 5 février 15:31

                          @olivier cabanel
                          a propos de trucs qui finiraient par nous tomber sur la tête une vidéo sympa :
                          http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/dechets-nucleaires-toujours-aucune-52265


                        • foufouille foufouille 5 février 11:36

                          Pour obtenir des Sols, il suffit d’adhérer à l’association et de les échanger contre des euros dans une des deux banques partenaires (Crédit coopératif et Crédit municipal) sur la base de 1 € = 1 Sol. Une fois les billets sécurisés en main, les solistes (nom des usagers) peuvent les utiliser pour acheter une baguette, des produits d’épicerie, payer l’imprimeur ou encore le restaurant… En dépensant leur monnaie citoyenne auprès des 188 prestataires reconnus «  respectueux de l’homme et de l’environnement  », les 1 600 solistes actuels savent que leur argent servira à soutenir les commerces des environs.

                          Actuellement, plus de 60 000 Sols sont en circulation avec pour vocation de redonner à la monnaie son utilité première : fluidifier les échanges. Ainsi, les monnaies locales complémentaires sont en général fondantes, c’est-à-dire qu’elles perdent de leur valeur au cours du temps. Ceci afin de pousser à l’échange plutôt qu’à l’accumulation. Par exemple, le Sol Violette circule environ trois fois plus que des euros et donc de permettre plus d’échanges avec la même quantité de monnaie.

                          Autre atout, la monnaie locale permet de placer ??? son argent auprès de banques «  éthiques  » plutôt qu’auprès de banques crapuleuses, permettant ainsi de développer la force de frappe des premières et de limiter la capacité de nuisance des secondes. En outre, les euros déposés dans les banques partenaires sont utilisés pour financer des projets locaux et solidaires pour bobos.


                          • foufouille foufouille 5 février 11:39
                            Agenda

                            Cette page ne contient plus les activités, veuillez consulter la page Agenda une fois connecté en tant qu’adhérent pour voir la liste complète.

                            De manière régulière est organisée une bourse d’échanges (environ une fois par mois).


                            • foufouille foufouille 5 février 11:43

                              En effet, le mouvement Sol, à Toulouse et ailleurs, a réalisé un travail de lobbying citoyen auprès des autorités pour faciliter la reconnaissance et le développement de cette monnaie. Il a d’abord obtenu l’agrément de la Banque de France et, l’année dernière, les monnaies locales complémentaires ont obtenu un statut légal dans la loi sur l’Economie sociale et solidaire. Un rapport commandé par deux ministères encourage également le développement des monnaies locales. Les membres du Sol veulent maintenant pousser les collectivités à accepter des paiements en MLC. Certaines se sont déjà lancées notamment à Boulogne-sur-mer où les usagers peuvent payer leurs transports en Bou’sol.
                              bonne récup’


                              • foufouille foufouille 5 février 11:47

                                Les prestataires du Sol Violette versent en effet la TVA à l’Etat et paient leurs charges en euros, contrairement aux utilisateurs de l’Oseille et du Sel Cocagne qui eux ne versent rien au Fisc pour les prestations proposées, considérées comme des coups de main occasionnels.

                                «  Mais qui va s’assurer des solidarités  ? On n’aura plus d’hôpitaux tels qu’on les connaît  ? L’éducation gratuite pour tous, elle va passer où  ? Je pense qu’on a besoin d’un Etat pour définir collectivement des minimums communs comme l’éducation ou la santé. Et aujourd’hui, tout cela se paie encore en euros  », argue Andrea. Les membres de l’Oseille font le pari inverse. De sensibilité libertaire, ils entendent mettre en place des services publics coopératifs contrôlés par les usagers et qui ne nécessiteraient plus d’intervention étatique.


                                • foufouille foufouille 5 février 11:55

                                  Le maire doit mener une enquête sur l’enfant instruit dans sa famille, dès la 1ère année. Cette enquête est renouvelée tous les 2 ans, jusqu’aux 16 ans de l’enfant.

                                  L’objectif de l’enquête est de contrôler les raisons pour lesquelles ce mode d’instruction est choisi par la famille et s’il est compatible avec l’état de santé et les conditions de vie de la famille.

                                  Elle ne concerne pas la qualité de l’instruction qui relève du contrôle pédagogique.

                                  je peut te mettre un vrai lien sans propagande bobo de gens qui font cela depuis longtemps et c’est pas rose sauf pour des bobos comme toi.


                                  • Hervé Hum Hervé Hum 5 février 12:08

                                    Quel est le mot d’ordre de tous ces gens ?

                                    Responsabilisation ! Reste encore à comprendre que la responsabilité se définit par la capacité de répondre de ses droits et devoirs envers autrui.

                                    Mais encore et toujours, soit l’économie coopérative s’impose, soit elle est condamnée, parce qu’elle est incompatible avec un monde capitaliste, égoiste.

                                    Parce que la solidarité des pauvres dans un monde capitaliste, c’est le monde tel qu’on le vit, depuis l’appropriation de la terre par la minorité la plus agressive sur la majorité grégaire et pacifiste.

                                    Non, se mouvement ne peut s’arrêter qu’en triomphant de l’ancien modèle capitaliste ou être détruit très rapidement.

                                    Or, le sens de l’évolution conduit bien au renversement de l’ancien système, sauf ce ce dernier arrive à provoquer le chaos généralisé, autrement dit, la 3ème guerre mondiale. Ce qui n’est pas sûr, car il faut pouvoir convaincre toute la chaine de commandement et d’exécution de la déclencher et qui peut être le déclencheur de la chute du système actuel par la prise de conscience qu’elle impose pur ne pas déclencher le chaos.

                                    En fait, on peut résumer ce qui se passe par l’histoire de l’arroseur arrosé ou celui qui scie la branche sur laquelle il est assis. Car ce renversement de système a été rendu possible par la même raison qui à rendu possible le système... La cupidité !


                                    • Gasty Gasty 5 février 12:25

                                      @Hervé Hum

                                      C’est sans doute comme ça que l’anarchie va se développer, avec l’arrivée d’internet. Puisque toutes les structures anarcho syndicaliste et socialiste ont été digéré par le système. Et contrairement à ce qu’on voudrait faire croire, le chaos ne vient pas de l’anarchie mais bien du capitalisme et de ses mensonges.


                                    • olivier cabanel olivier cabanel 5 février 13:25

                                      @Hervé Hum
                                      pas mieux !

                                      remerciement et partage

                                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 février 21:28

                                      @Hervé Hum
                                      Vous vivez sur quelle planète ? Au Bangladesh ?
                                      Le modèle social français redistribue 50% de la richesse nationale.
                                      C’est pour cela qu’il faut le défendre en sortant de l’ UE.


                                    • foufouille foufouille 5 février 12:08

                                      http://l-ecole-a-la-maison.com/a-propos-de-remy-et-cecile.html
                                      site d’escrocs qu vend un livre et qui a produit la vidéo de cabanel


                                      • foufouille foufouille 5 février 12:12
                                        Coût moyen d’investissement
                                        La machine
                                        Le coût d’une éolienne dépend fortement du co
                                        nstructeur. Il varie également en fonction de
                                        la puissance nominale de la machine et du type de rotor (axe horizontal, vertical, Darrieus,
                                        Savonius, etc.). Le coût moyen du kW toute
                                        technologie considérée s’élève en moyenne à
                                        10 000
                                        /kW.
                                        Pour une éolienne à axe horizontal, ce co
                                        ût est compris entre 7 000 et 10 000
                                        /kW installé
                                        alors que pour une éolienne à axe vertical il
                                        est plutôt de l’ordre de 10 000 à 25 000
                                        /kW.

                                        • Croa Croa 5 février 19:55

                                          À foufouille
                                          Une éolienne à 10 000 € pour un seul kW c’est du vol !  smiley
                                          Le prix normal c’est 3 fois moins.
                                          Ceci dit même à 3300€ il faut être là où il y a du vent si on veut en tirer un bénef d’autant que ton éolienne à 1kW ne fournira pas souvent 1kW car sa puissance doit être adaptée aux vents puissants.


                                        • foufouille foufouille 5 février 20:01

                                          @Croa
                                          c’est un des liens de l’auteur en pdf.


                                        • foufouille foufouille 5 février 12:13
                                          Coût de l’énergie produite
                                          Le coût du kWh produit varie en fonction de la
                                          vitesse moyenne du vent considéré. Le coût
                                          de revient pour une éolienne à axe hori
                                          zontal est de l’ordre de 20 à 40 c
                                          /kWh alors qu’il
                                          est de 35 à 100 c
                                          /kWh pour les éoliennes à axe vertical.

                                          • foufouille foufouille 5 février 12:16
                                            2011 – Porteur de projet « Valorisation thermique en milieu industriel ». Etude de récupération de chaleur perdue et de synergie des processus sur les sites de L.Seguin (93) et de la chaîne de conditionnement filière frais Bonduelle de St-Mihiel (55)

                                            2011 – Préfaisabilité chaîne énergétique (comprenant solaire thermique, serres captrices d’énergie, pompe à chaleur sur eau de forage, stockage d’énergie thermique en aquifère, fondations thermoactives, pompe à chaleur décentralisées, chaudière gaz, réseau de chaleur BT et HT 4 tubes et unité de méthanisation) du quartier Les Hauts d’Aulnoy à Aulnoy lez Valenciennes (59)

                                            2010 – Potentiel de développement des énergies renouvelables sur la ZAC de la Plaine du Levant à St-Pierre-Les-Elbeuf (76)

                                            2010 – Préfaisabilité chaîne énergétique comprenant unité de méthanisation, réseau de chaleur et chaudières bois du parc zoologique de Thoiry (78)

                                            2008 : Etude de trigénération pour utilisation du biogaz.

                                            2010 – Porteur du projet ANR « ATESTOC ». Simulation numérique dynamique thermique et biologique de serre semi du quartier Les Hauts d’Aulnoy à Aulnoy lez Valenciennes (59)


                                            • foufouille foufouille 5 février 12:21

                                              http://www.francetvinfo.fr/replay-jt/france-2/13-heures/jt-de-13h-du-jeudi-4-fevrier-2016_1289249.html
                                              5 minutes pour vendre un livre sur l’écologie et non la la permapigeonture.


                                              • fatallah 5 février 16:05

                                                @foufouille
                                                Il y avait les sceptiques du bio et ceux qui estiment encore et toujours qu’ils en soient définitivement exclus. (Mais pourquoi aiment-ils tant l’autoflagellation ? Servitude volontaire ?)
                                                Et il y a eu ceux qui y croyaient et qui continuent non seulement d’y croire, mais qui y participent.
                                                Et ceux qui rejoignent le mouvement, la transition.
                                                Il y ceux qui sont contents d’acheter leurs légumes dans les grands magasins (pas encore au rayon parapharmacie) et ceux qui achètent aux mêmes prix, des légumes bio, plus près des producteurs.
                                                Ne dénigrez donc pas ceux qui tentent des alternatives, quelle que soit leur fortune.
                                                Parfois quand on veut, on peut.


                                              • foufouille foufouille 5 février 21:34

                                                @fatallah
                                                prouve moi que ça marche. c’est facile pour le bio.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès