Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Un nouveau scénario de science… fiction ?

Un nouveau scénario de science… fiction ?

Commençons par démonter l’information selon laquelle passer sous un scanner dans un aéroport, lequel scanner déshabille, serait une potentielle atteinte à l’intimité. Cela fait quand même bien sourire qu’une telle information soit montée en épingle. En effet, ceux qui se plaignent d’une violation de leur intimité ne sont-ils pas ceux-là mêmes qui arborent des maillots de bains de seulement quelques centimètres carrés sur les plages, l’été ? Et quand ils en ont… ! Si donc on peut exhiber tout ou partie de son corps à la belle saison, quelques centimètres carrés en moins, pourquoi s’opposer au contrôle d’un machine qui va viser à vérifier que sous ces quelques centimètres carrés ne se cachent pas un engin de mort ? Par ailleurs, la nature étant ce qu’elle est, rares sont ceux que la nature a pourvu d’attributs exceptionnels et quand bien même un individu qui serait exceptionnellement pourvu viendrait à passer, encore faut-il que l’image en donne un rendu adéquat à une détection. Que peuvent donc bien craindre toutes ces personnes de la jetset des médias ?

Maintenant, une chose n’a pas été dite par les médias alors qu’elle me semble essentielle. Ceux qui prennent souvent l’avion verront de suite de quoi je veux parler. En effet, juste avant de passer sous le scanner, on contrôle votre carte d’embarquement. De plus en plus, ce contrôle se fait en lisant automatiquement, à l’aide d’une machine, le code barre qui est sur cette carte et l’information est reliée à un système central. Que devient alors cette information ? Comment est-elle stockée, où, combien de temps, à qui est-elle transmise ? Va-t-elle être corrélée à l’image qui sortira du scanner ? L’image, sera-t-elle, elle aussi, transmise ? Combien de temps sera-t-elle stockée ? Etc. On le voit bien, ce qui est le plus gênant dans cette affaire, ce n’est pas la violation de l’intimité de l’individu mais bien la violation de la confidentialité d’informations personnelles comme celle du fait que l’individu prend l’avion à telle heure, de tel aéroport, avec tel image scanner, qu’il est arrivé tant de minutes en avance, etc. Or, nous avons quand même pu voir quelques reportages, notamment sur nos chers députés européens, qui s’opposeraient, par exemple, à la transmission de certaines informations personnelles aux USA lors de déplacement de ressortissants européens vers ce pays. Mais, vous l’aurez remarqué, si nos députés résistent, ils n’ont jamais fait la une des journaux télévisés et autres, l’affaire a quasiment été étouffée.

Pourtant, la protection des données personnelles devrait être un élément essentiel d’une société dont le leitmotiv serait la liberté. On ne peut pas en vouloir à un commerçant de gérer, par exemple, un fichier client car cela sert, objectivement, son commerce. Par contre, que le même commerçant puisse vendre ses fichiers clients à d’autres qui vont les agglutiner à d’autres fichiers pour en faire des métafichiers, voilà qui devient plus que gênant. En effet, les techniques statistiques actuelles couplées au data mining, sont redoutables d’efficacité donnant corps à l’adage « dis-moi qui tu hantes et je te dirai qui tu es ». Bien entendu, les médias ont dénoncé les Face Book et compagnie. Mais c’est très loin d’être suffisant. Le commerce des données personnelles devrait être interdit en France au moins. De même, les transactions commerciales devraient être « anonymisées » a priori de façon à éviter la tentation de vendre ensuite des fichiers qui permettent de cibler. Bref ! Je ne détaillerai pas davantage car cela nous amènerait trop loin, mais chacun aura bien compris l’enjeu.

La question que je veux poser maintenant est celle de savoir si on peut aller plus loin dans l’incursion de la vie privée voire même de l’intimité (cette fois-ci la vraie) de l’individu. La réponse est oui mais avant je vais tenter d’expliquer pourquoi cette question vaut la peine d’être posée. Elle vaut la peine tout simplement parce que, d’autres avant moi l’ont déjà dit, la connaissance est une forme de pouvoir. Connaître certains points essentiels de la vie d’un individu peut donner du pouvoir sur cet individu et, nos sociétés soi-disant démocratiques, sont en réalité en train de préparer le lit de futures dictatures tout simplement en banalisant les données personnelles comme des données non confidentielles qu’ont peut même vendre ou acheter. Pis, notre société, pour des raisons essentiellement présentées comme des raisons de sécurité, déploie des trésors d’intelligence pour chaque jour mieux contrôler, espionner, maîtriser les individus. Or, les médias en tête couplent cela à l’usage effréné de l’informatique dans notre société si bien que quelques îlots de résistance fleurissent par-ci par-là. Or c’est exactement l’inverse qu’il faudrait faire. Les techniques d’anonymisation informatique sont extrêmement efficaces et au lieu de tenter de se passer d’informatique, il vaudrait mieux demander à rendre obligatoire ces techniques…

Voyons cependant, sur un exemple, jusqu’où on pourrait aller dans la violation de l’intimité. Je vais rester dans le ton de cet article en considérant un passager qui veut se rendre en avion aux USA. Lors de son arrivée vers la sécurité, des écrans plats, comme aujourd’hui, lui montrent comment vider ses poches, mettre ses sacs sur la table, comment disposer les liquides… Néanmoins, un message subliminal lui est envoyé sous la forme, disons, d’un texte glissé une image toutes les 24 secondes, qui dit « voulez-vous du mal aux Etats-Unis ? ». Nous savons très bien que ce genre de message est capté par le cerveau mais ne monte pas à la conscience. Néanmoins, capté par le cerveau, ce message va générer de la part de celui-ci une réaction positive ou négative selon l’état d’esprit du passager. Il ne reste plus à faire non pas un scanner mais une IRM en temps réel pour regarder quelles zones du cerveau de la personne sont actionnées pour prêter à cette personne, à tort ou non, peu importe, certaines intentions. Ainsi, non seulement on pourrait détecter les poseurs de bombes mais en plus on pourrait même trier les passagers sur leurs pensées. Il ne fait nul doute que la paranoïa outre atlantique verrait probablement la mise en place d’un tel système d’un bon œil. Et il est probable que, la technologie se perfectionnant, on pourra facilement réaliser un tel dispositif dans les 10 à 20 ans. La société alors, qui n’aura bien entendu pas réagi avant, avalera-t-elle sans broncher la mise en place d’un tel dispositif ? Au nom de sa sécurité ?

A moins que la dictature ne soit déjà installée…


Moyenne des avis sur cet article :  2.65/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • DESPERADO 1er mars 2010 11:07

    La dictature est installée.
    Pas celle de papy.
    Celle s’une petite population qui gère le monde.


    • Firedog Firedog 1er mars 2010 11:08

      Bonjour
      Je suis assez d’accord avec l’ensemble du texte, mais pas avec votre premier paragraphe. En effet, ce reproche d’atteinte à l’intimité ne concerne pas que les parties génitales, mais pensez également aux personnes obèses et aux anorexiques (j’en vois pas beaucoup à la plage !), ne pensez-vous pas qu’elles se sentiront humiliées par une telle mise à nu ?
      Par ailleurs, étant de corpulence moyenne et ayant des attributs de taille normale, ça me dérange également. Je suis pudique, c’est tout. Je n’en ai plus le droit ?


      • Geneste 1er mars 2010 20:07

        Merci de cette remarque. Pour les obèses et les anorexiques, hélas peut-être, mais leur condition se voit même lorsqu’ils sont habillés. L’histoire de la moyenne des attributs était une boutade qu’il ne faut pas mal interpréter. C’était juste pour dire que rien ne ressemble plus à une femme ou un homme nu qu’un de ses congénères. Enfin, pour l’aspect pudique, je le conçois, mais quand on va chez le médecin, c’est pareil... Sauf que lui est tenu au secret professionnel !


      • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 1er mars 2010 11:29

        en meme temps, on est toujours libre de refuser de prendre l’avion.

        Vu qu’il est impossible de protester contre l’ultra securisation de la societe, voter avec ses pieds et son portefeuille demeure la derniere liberté !


        • Firedog Firedog 1er mars 2010 12:30

          Ah bon ? Et si on DOIT prendre l’avion (par exemple pour aller outre-Atlantique) ? Apparemment, nous n’avons pas la même notion de liberté... D’ailleurs, vous parlez de voter avec son portefeuille...Inquiétant je trouve, les citoyens n’auraient donc plus le même droit de vote (car pas le même portefeuille). Quelle belle démocratie que vous nous présentez là !!


        • cubrad 1er mars 2010 11:35

          Le scanner soumet le « patient » a une dose d’irradiation bien plus importante qu’une radiographie. Un voyageur régulier devra subir souvent ce type d’examen. Prendre l’avion mets désormais sa santé en danger.

          http://www.theheart.org/article/835371.do


          • Lapa Lapa 1er mars 2010 15:58

            complètement faux. Vous ne savez manifestement pas de quoi vous parlez.


          • Geneste 1er mars 2010 20:08

            Le scanner proposé actuellement n’irradie pas la personne au sens d’une radiographie. Ce ne sont pas les mêmes « ondes » qui sont utilisées. En conséquence, il n’y a aucun risque pour la santé. Idem pour l’IRM si on en faisait une.


          • Pierrot Pierrot 1er mars 2010 11:38

            Je comprend certaines rétissances, mais il faut dire que le passage au scanner millimétrique est facultatif et que toute personne peut le refuser.
            L’atlernative est la palpation physique.


            • Firedog Firedog 1er mars 2010 14:15

              Oui, c’est vrai, j’avais oublié ce fait...


            • curieux curieux 1er mars 2010 13:35

              Dommage que ce système avec IRM n’ait pas été appliqué à Rumsfeld, Rice, Cheney, Wolfovitz, etc... avant le 11/9/2001.
              Oui, mais ce système devrait être appliqué pour les seuls vols internationaux car, c’est bien connu, y’a pas de terroristes aux States


              • Geneste 1er mars 2010 20:09

                Excellentes remarques !


              • Lapa Lapa 1er mars 2010 16:08

                Néanmoins, capté par le cerveau, ce message va générer de la part de celui-ci une réaction positive ou négative selon l’état d’esprit du passager. Il ne reste plus à faire non pas un scanner mais une IRM en temps réel.

                il faudrait que vous nous expliquiez ce qu’est cet IRM en temps réel.


                • Geneste 1er mars 2010 20:14

                  Sans entrer dans les détails, une IRM est une image obtenue en faisant vibrer les protons (par exemple) du corps humain. On fait vibrer ces protons en créant autour du patient une fort champ électromagnétique et leur résonance est recueillie par des capteurs qui, après traitement informatique donnent une image. Depuis quelques années maintenant, on sait obtenir non plus des images fixes mais des images sous formes de film qui montrent l’évolution du corps et son fonctionnement. C’est comme cela qu’on est en train de cartographier actuellement les centres du cerveau qui sont en jeu lors de certaines activités (calcul, lecture, vision...)


                • paluard 1er mars 2010 16:27

                  @L’auteur :
                  Vous êtes à côté de la plaque.

                  Je vous conseille la lecture de « Terreur et Possession », redoutable petit ouvrage en forme d’état des lieux qui explique très bien ou nous en sommes sur la route vers le Pancraticon, la société de contrainte ; étant bien entendu que la société de contrôle, nous y sommes déjà de plein pied.

                  On s’en fout de savoir si le scanner dénude en entier ou seulement jusqu’au slip ; ceci est un faux débat qui permet de masquer le vrai problème : le scanner lui-même, et le choix de société qu’il sous-entend.

                  Lisez donc ce petit livre pour comprendre tous ces faux choix, cette fausse liberté qui nous est offerte : vous serez filmé, mais les images seront gardées seulement 3 mois et non pas 6 (Ah, quel soulagement !) ; la carte d’identité ne comportera que l’empreinte du pouce et pas celles des dix doigts (Ouf, on a eu chaud !) ; le flic qui vous matraquera sera assisté par un docteur pour être sur que vous tabassé dans les limites de ce que vous pouvez encaisser (Merci, j’ai eu peur pendant un instant !) ;  ad mauseam…
                  C’est une pratique courante dans la négociation : vous demandez plus pour être sur d’obtenir le peu que vous vouliez ; et en faisant semblant de lâcher du lest alors que vous atteignez pleinement votre objectif, vos opposants se sentent renforcer…C’est en acceptant ce scanner qui-finalement-ne-nuit-pas-a-l’intimite que nous acceptons d’hors et déjà les sondes mentales dont vous parlez, et soyez bien sur qu’elles sont en cours de perfectionnement ; à moins que vous ne croyiez encore au Père Noël et aux recherches purement altruistes sur la maladie d’Alzheimer, cette fantastique source de neuro-cobayes ; a moins que vous ne croyiez encore a la petite souris et au nanotechnologies pour-la-medecine-et-la-securite.

                  Qu’il utilise des rayons X, Y ou Z, qu’il dénude en entier ou pas, qu’il floute le visage ou révèle même les moumoutes et les appareils dentaires n’a aucune foutue importance : ce qui compte c’est qu’il existe !

                  Oui mais si vous n’en voulez pas vous pouvez passer à la palpation… Ah, super ! Cela change tout ! Et si je veux pas me prendre un flash-ball dans la gueule, est-ce que je peux demander le Taser ? Si je ne veux pas me prendre un coup de rangers dans les noix, est-ce que peux demander une claque dans la gueule ?

                  (Je précise que je prends l’avion assez couramment.)

                   


                  • keiser keiser 1er mars 2010 17:32

                    Bravo !

                    Et c’est sans compter de ce que l’on va faire des mutants ionisés du cerveau par ces scanners .

                    Viva la securitad !


                  • Geneste 1er mars 2010 20:23

                    Je suis seulement partiellement d’accord avec vous. Oui, certains acteurs veulent tout contrôler, mais quand même pas tout le monde ! Ensuite, ce n’est pas tant la collecte des données qui est critiquable que leur compilation à l’insu des personnes.
                    Par ailleurs, ce que j’ai voulu montrer, c’est qu’on peut prêter des intentions au gens avec des techniques qui existent déjà. Il y a donc encore des pas à faire pour conforter le contrôle des populations. Et un homme averti en vaut 2... Soi-disant !


                  • paluard 1er mars 2010 16:28

                    Toutes mes confuses pour le moldo-slovaque en bas de texte...


                    • keiser keiser 1er mars 2010 21:06

                      Geneste

                      Je vous trouve un peu frileux .

                      << Il y a donc encore des pas à faire pour conforter le contrôle des populations >>

                      Vous parlez de pas et on est déjà sur l’autoroute ..


                      • Geneste 1er mars 2010 21:30

                        D’accord sur cette remarque opportune !


                      • krolik krolik 1er mars 2010 21:11

                        La tentation d’obtenir de l’information est motivée au départ par le fait de vouloir réduire le désordre entropique du système...
                        En principe plus on rentre de l’information moins on augmente l’entropie, on peut même arriver à la diminuer...
                        Qui dit moins de désordre dit plus d’ordre...et à la limite, la dictature pour celui qui prend les rênes du système.
                        Mais notre société pour survivre n’est-elle pas condamnée à plus d’information, plus d’ordre... ??
                        @+


                        • Abdu Abdu 2 mars 2010 08:47

                          hum !

                          Un porteur de string à la plage perdrait son droit à l’intimité et ferait perdre ce même droit à tout un chacun  ?
                          Parce qu’on accepte de montrer ses papiers on doit accepter de montrer son... ?
                          Un peu de sérieux dans l’argumentation SVP...

                          Prendre l’avion, c’est un deal. Il y a des contraintes et des avantages. Qui veut les avantages doit accepter les contraintes.
                          Comme de toutes façon un jour ou l’autre il faudra dé-démocratiser les voyages en avion, Pourquoi ne pas le faire par l’argument pseudo-sécuritaire ?

                          Pseudo-sécuritaire, car tout ceci est absolument ridicule.
                          Un individu nu mais entraîné et déterminé arriverait quand même à détourner un avion.

                          Attention avec le subliminal, si la question est mal comprise, on risque d’inculquer la haine des EUA en voulant en prévenir les conséquences... ha bon, c’est déjà fait ?


                          • Geneste 2 mars 2010 20:56

                            - Il ne s’agit pas de nier le droit à l’intimité de qui que ce soit, mais de seulement dénoncer l’hypocrisie des faux prudes, notamment ceux qui peuplent les médias.
                            - Accepter des contraintes, d’accord, à condition qu’elles ne soient pas hors de proportion de ce qui est nécessaire.
                            - Quant au subliminal, je ne vois pas ce que vous voulez dire. La technique existe, elle est efficace. Rien à voir avec la haine ou non des USA qui restent, objectivement, paranoïaques.


                          • Gueudin 2 mars 2010 10:21

                            La conservation des données personnelles est effectivement un gros problème, mais dans cet exemple précis, je ne vois pas bien l’intérêt de conserver et de corréler avec d’autres informations une photo de ma bite. 

                            Après, même si le scanner est assez précis pour repérer une circonsision, bien malin devra être d’ordinateur qui analyse l’image pour dinstinguer les brit milah des khitans des cisconsisions médicales...


                            • Geneste 2 mars 2010 20:58

                              Imaginons que suite à une opération on vous insère une prothèse dans le corps, que cette prothèse soit détectée et archivée et que, par un heureux hasard, cette image atterrisse chez votre assureur, votre employeur, etc., il y a alors un risque... Mais sûrement pas celui de perdre son intimité...


                            • cosmo 3 mars 2010 08:34

                              la liberté c’est choisir.
                              c’est pas parce que je suis en maillot sur la plage ,voire même nudiste ,ou même amateur de boite a partouzes que je DOIS accepter n’importe quelle atteinte a mon intimité :c’est uniquement moi qui doit choisir . c’est pas une histoire d’hypocrisie mais de LIBERTÉ !
                              le viol n’existe plus alors ? ben oui ,elle couche avec son mec ,alors bon ,elle va pas jouer les hypocrites en refusant de coucher avec n’importe qui..........

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès