Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Un renouveau intellectuel ?

Un renouveau intellectuel ?

En ces temps de transition démocratique, nombre de citoyens pointent la dérive simpliste du débat d’actualité. D’autant que le phénomène est accentué par l’absence de prise de position par les intellectuels sur les sujets de société hormis dans une logique «  people  ». A croire que l’esprit du monde a perdu toutes ses subtilités tombant l’apologie de la pensée unique. Pis, que la politique se limite à une opposition entre deux blocs, les réformistes et les conservateurs, sans que l’on n’identifie plus très bien où se trouve la justesse. Il semble pourtant que quelques circonstances du moment font surgir des points de vue et rejaillir l’expression d’une pensée critique. C’est l’occasion de s’y pencher.

Il y a combien de temps que le pays n’a pas connu un débat au rayonnement national, à l’engagement fort et conduisant à une véritable confrontation d’idées ? Les dernières échéances électorales peut-être. Les projets mis sur la table ont-ils pesé dans la balance. Qui y a cru ? Les électeurs ne s’y penchent plus beaucoup. Les candidats eux-mêmes rénovent de veilles recettes.

Une première expérience est à noter tout de même. Les deux Grenelles de l’environnement et de l’insertion ont permis d’impulser une participation citoyenne. Chacune des personnes concernées par le sujet s’en est donnée à cœur joie en y allant de son analyse et de ses propositions. Expérimentation positive pour favoriser l’émulation collective. On peut en critiquer la méthode en la qualifiant d’écran de fumée. De toute évidence, il est encore trop tôt pour en mesurer l’impact dans la société.

Lorsqu’un verre est à demi rempli, il y a deux manières de présenter la situation. On peut l’envisager sous l’angle du verre à moitié vide ou, au contraire, sous l’angle du verre à moitié plein. Plusieurs paramètres viennent alors interférer notre jugement : humeur, méfiance, stratégie, optimisme. C’est en partie ce qui explique que le même événement regroupera des avis très divergents. Chacun y allant de son interprétation en fonction de la place qu’il tient.

Ce schéma peut s’appliquer me semble-t-il à la situation que je décris quand j’évoque la désertion intellectuelle du débat public. Et si je choisis de regarder le contenu du verre avec un regard optimiste il me semble qu’un renouveau se dessine à l’horizon.

Bien qu’ils ne soient liés en aucune manière, deux sujets de l’actualité récente me redonnent espoir. Il s’agit pour le premier, de l’émergence tous azimuts de contributions au sein du PS et en vue du prochain congrès. Quant au deuxième sujet, il concerne le débat suscité par l’article de Siné paru dans Charlie Hebdo.

Rien de commun en apparence entre ces deux affaires. Et pourtant l’une comme l’autre marquent le renouveau d’un débat intellectuel dans le pays.

En effet, je me réjouis d’une part du nombre grandissant des textes d’orientations présentés par les leaders de différents courants. Cette floraison montre la vitalité intellectuelle, l’expression démocratique et surtout l’émergence d’idées au sein du parti. Cela permet, dans un premier temps, de contourner, voire de dépasser les logiques de personnes pour se concentrer sur le fond. A plus forte raison depuis que certains signataires, qui se sont rendu compte que leurs idées renfermaient des convergences, décident de fusionner leurs idées en construisant un consensus assumé qui ne renie pas pour autant leur parole. La méthode me semble tout à fait saine. Il me semble qu’elle redonne un vrai sens politique au débat et, je dirai même, elle redonne à l’engagement politique ses lettres de noblesse.

De plus, cela permet d’apaiser les tensions qui peuvent se jouer entre les personnalités. Ce n’est pas pour autant que ces divergences n’existent plus. Mais, par le biais d’un discours argumenté, elles appellent au respect, à l’écoute, au partage. Bref, au contraire de la parole prémâchée, imposée, unique. Il s’agit, autrement dit, d’un véritable exercice de démocratie.

Et je conserve cet enthousiasme en observant le débat qui se fait jour autour de l’affaire Charlie Hebdo. Quel que soit le côté où l’on se situe, qui que l’on soutienne et enfin quelle que soit la position que l’on tient, la réflexion à laquelle pousse ce débat oblige à définir précisément les contours de la ligne jaune, symbole de la défense des droits de l’homme. A-t-on le droit de rire de tout ? Peut-on se permettre de véhiculer des idées reçues sous prétexte que l’on est par ailleurs reconnu comme un défenseur de l’humanité. Où se trouve la limite entre la provocation et la réelle xénophobie ? Autant de subtilité du monde qui semblait avoir disparu du débat de société. La mémoire de l’Histoire récente semblait nous avoir fait prendre conscience des grandes causes de l’humanité et de leur importance. Une ligne jaune que s’étaient appliqués à tracer les intellectuels à travers leurs analyses des événements de l’Histoire. Plus particulièrement celle du XXe siècle (voir le hors-série de Philosophie magazine).

Bien entendu, je suis loin de me réjouir du relent xénophobe dont cette triste affaire témoigne. Alors qu’on croyait les réflexes nationalistes enterrés dans le siècle dernier, il est tragique d’être obligé de brandir à nouveau les arguments d’un débat dépassé.

Pour conclure en termes positifs sur cette brève réflexion, on perçoit pertinemment bien dans ces deux exemples toute la complexité de la vie humaine. Et cela montre ma nécessité de construire un cadre d’analyse claire pour en comprendre les subtilités. En effet, la télévision en noir et blanc est bel et bien d’un autre siècle. Au XXIe, on célèbre non seulement les couleurs, mais également un nuancier au large panel.

Fxh.


Moyenne des avis sur cet article :  2.28/5   (25 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Les thématiques de l'article


Palmarès