Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Une « colo » fermée... et après ?

Une « colo » fermée... et après ?

Il est nécessaire et même indispensable de dépasser le cadre du choc émotionnel et ne pas non plus en déduire que dans les colos, il y a tout et n'importe quoi....

Il y a des insuffisances certes mais surtout la non prise en compte d'une réalité éducative et sociale : on ne s'improvise pas animateurs d'ados....

Les colos ne sont plus ce qu'elles étaient....

Tout évolue et les « colonies de vacances » aussi....

Quand j'étais enfant, au tout début des années 60, la discipline y était rude et la sieste un moment difficile à supporter. Je me rappelle de ces longues stations à genoux devant mon lit ou les coups reçus....Ces colonies de vacances, sécuritaires ont vécu, grâce à l'action conjuguée des animateurs et des grands mouvements d'éducation populaire.

Le centre de vacances-nouvelle dénomination- devait permettre que s'épanouisse l'enfant dans le respect de ses droits.

C'est ainsi qu'a pris corps l'idée de construire des projets pédagogiques en adéquation avec le projet éducatif de l'oeuvre organisatrice.

Les enfants ne sont pas devenus des rois, ils apprennent l'autonomie, la mise en œuvre de projets d'activités construits pour eux et surtout avec eux et des règles de vie collective, expliquée et partagée.

La fermeture de la « colo » de Saint Brieuc par la direction départementale de la Cohésion sociale est logique.

D'après les informations apportées par les médias les adolescents auraient été laissés à eux mêmes et des incidents seraient survenus.

N'étant ni journaliste, ni enquêteur de l'administration, ni acteur dans cette « affaire », je ne me livrerai pas à des supputations sur les responsabilités collectives de l'organisateur, de la direction et de « l'équipe » d'animations.

Ce qui me surprend- et je vais étonner peut être- ce n'est pas l'existence de cet incident, c'est que ce type d'incident(s) ne soit pas un peu plus répendu !?

L'animation de groupes d'adolescents n'est pas « chose » facile.

La raison voudrait que l'on confie la responsabilité pédagogique de ces jeunes à des animateurs perfectionnés et même à des personnels professionnels.

Comment voulez-vous que de jeunes animateurs, sortis d'une formation non professionnelle puisse avoir suffisamment de savoirs, de savoir être et de savoir faire pour être en situation d'assurer de telles responsabilités ?

Il y a plusieurs années de cela, lors d'une réunion tenu à Paris par la Jeunesse en Plein Air et réunissant des mouvements enfance jeunesse et des organisateurs de centres de vacances, un intervenant s'était ému des difficultés rencontrées dans les colonies avec des pré adolscents issus de quartiers.

Excédé, cette personne a suggéré que ces colos ne soient plus ouvertes à de tels publics.

Je lui ai répondu que je comprenais son « ras le bol » mais qu'en tout état de cause il faudrait un jour comprendre que l'animation, c'était aussi un métier.

Parfois seuls des professionnels formés peuvent prendre en charge des groupes d'ados qui ont besoin d'un projet, d'un cadre, de règles et de la présence d'adultes motivés et compétents.

 

Jean-François CHALOT

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.95/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 19 août 2013 11:11

    Bonjour, Chalot.

    Vous écrivez « Quand j’étais enfant, au tout début des années 60, la discipline y était rude et la sieste un moment difficile à supporter. Je me rappelle de ces longues stations à genoux devant mon lit ou les coups reçus....Ces colonies de vacances, sécuritaires ont vécu, grâce à l’action conjuguée des animateurs et des grands mouvements d’éducation populaire. »

    J’ai connu une fois ce genre de colonie, mais j’ai également connu, à la même époque, une autre colonie où le laisser-aller était indescriptible, entre conditions sanitaires déplorables et moniteurs insuffisamment responsabilisés qui s’éclataient entre eux en se souciant comme d’une guigne des « colons ». Je me suis fait d’ailleurs fait virer des deux établissements.

    Les lecteurs ne doivent pas être inquiets de ce qui s’est passé à Pommerit-Jaudy : à l’évidence, ce type de gestion désastreuse est devenu rarissime.


    • jef88 jef88 19 août 2013 11:32

      j’ai été moniteur en 62 et 63 dans deux colos différentes.....
      le vrai problème c’est que pour être respecté il faut être respectable !
      dans une colo un groupe de 3-4 moniteurs faisait la fête le soir, après l’extinction des feux.
      ils n’obtenaient rien des jeunes qui eux aussi foutaient le bordel !
      le phénomène d’indiscipline avait tendance à faire tache d’huile.

      dans l’autre colo, le directeur, pourtant plus jeune, « tenait » les moniteurs !
      aucun problème avec les gosses !

      et c’est toujours valable.......


      • soi même 19 août 2013 19:02

        @ jef88, ce que vous relatez et le b.a.b de l’éducation et de la morale. Les enfants ne se trompent pas.

        A se demandez si l’on est attentif aux besoins de l’enfant, on se rend vite compte que c’est eux le véritable moteur de notre auto éducation,car il attend un adulte et non pas un adulolecent .


      • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 19 août 2013 19:11

        SI ON POUVAIT FERMER AUSSI FACILEMENT ASSEMBLEE ET SENAT

        et tous les instituts privés qui font classe a compter de la MATERNELLE SANS AUCUN

         CONTROLE DE L ETAT §§§§§§


      • escartefigue 19 août 2013 11:42

        Faut libérer toutes les colonies . 


        Les peuples veulent avoir leur mot à dire sur leur sort . 

        Sans compter sur la future repentance des colonisateurs . 

        • Bubble Bubble 19 août 2013 12:14

          Mon camp s’est très bien passé, avec des enfants de 11 ans à 14 ans de tous horizons sociaux, pendant 2 semaines sous tente en juillet. Il y avait un seul BAFA complet pour 5 animateurs. La formation à l’animation n’est pas si dure... mais effectivement, dans un milieu où l’animateur n’a pas énormément de moyens d’asseoir l’autorité nécessaire au bon fonctionnement du séjour, il s’agit d’avoir un projet, un cadre et des règles béton pour que ça se passe bien. Et d’être motivés, évidemment.

          Au final, ce qu’on apprend au BAFA, hors législation, tient sur 5 pages sans problème. Le savoir-faire vient avec l’expérience, pas avec une formation, on devrait le dire plus souvent. J’ai commencé l’animation sans jamais avoir fait de scoutisme et ce sont les jeunes qui m’ont tout appris, ça n’a pas posé le moindre problème en terme d’autorité !


          • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 19 août 2013 13:42

            Quand il s’agit de faire de l’animation, il suffit que les animateurs soient sérieux et bien motivés, un peu créatifs aussi sans doute. Par contre, s’il s’agit de faire de l’éducation en milieu sensible, il faut leur donner le bagage nécessaire. Le travail d’éducateur spécialisé ne s’invente pas. Il existe une formation assez longue et un diplôme d’état. Bien sûr, ces compétences doivent se payer, mais ce n’est pas de l’argent jeté par les fenêtres, car les ados prennent facilement de mauvaises habitudes qu’ils essaient de conserver en rentrant chez eux.

            J’admire beaucoup ces jeunes et moins-jeunes qui font ce métier avec le sens des responsabilités.


            • soi même 20 août 2013 08:29

              @ Daniéle, il est visible que votre définition du travail d’éducateur est bien théorique, un diplôme même d’état ne fait pas un éducateur, tu es où tu ne l’es pas, le diplôme confirme juste légalement ton aptitude. Quand on est animateur, par sa tenue on et aussi éducateur, car on oublie une régle simple l’enfant est un initiateur née, si le tuteur va de travers, l’enfant va de travers..
               Il y pas besoin de l’école pour le savoir, il suffit d’observer, tu lui mens, il te ment ..


            • Fab81 19 août 2013 14:51

              Des professionnels, dites-vous ? Des gens qui ont le BAFA ?N’est-ce pas une évidence ?
              Des gens qui font cela à temps plein et toute leur vie ? Là, c’est plus compliqué... Car cela coûterait beaucoup plus cher, et les budgets disponibles ont tendance à fondre comme neige au soleil...


              • Croa Croa 25 août 2013 16:56

                « les budgets disponibles ont tendance à fondre comme neige au soleil... »

                Alors que les coûts augmentent ! (Normes évoluant sans cesse.)


              • CHALOT CHALOT 19 août 2013 15:04

                Quelques éléments de réponse : le BAFA n’est pas un diplôme professionnel mais un brevet pour l’animation occasionnelle , il ne devrait pas suffire pour l’encadrement d’ados

                Fergus : dans la colo que j’ai vécue comme gamin il y avait et la maltraitance et le laisser aller.
                Jef 88 : je suis un « anti autoritaire » qui dans sa direction de centres de vacances faisait terminer les réunions avant 23 heures et exigeais ( avec un peu de pédago) que les animateurs ne se couchent pas après minuit.

                • alinea Alinea 19 août 2013 18:02

                  Mais que s’est-il donc passé dans cette colo ?
                  Vous êtes marrant vous, vous croyez qu’on lit ou entend toutes les infos ?


                  • CHALOT CHALOT 20 août 2013 10:01

                    Alinéa !
                    La colonie est un centre de vacances ados, elle a été fermée quand des parents avertis par leurs enfants ont appris que les douches étaient mixtes ainsi que les dortoirs, que les jeunes fumaient et étaient laissés à eux mêmes d’où de nombreuses bagarres.
                    Evidemment et vous avez raison on ne sait pas tout et on est pas à l’écoute de toutes les infos. J’ai réagi parce que le sujet me préoccupe et que j’ai formé près de 2000 animateurs.


                    • morice morice 20 août 2013 10:46

                      article creux qui n’entre pas dans le vif du problème : l’argent.


                      c’était ouvertement un bidule à fric, sans aucune garantie : aucun prof diplômé alors que l’on annonce « colo pédagogique », et sur le site, les sorties prévues se résument à la recopie du catalogue des activités touristiques de la région. Les colos ne sont en rien remises en cause, c’est ici une banale histoire d’escroquerie financière.

                      le plus notable : « absence de projet éducatif ». 

                      « mixité des adolescents - y compris dans les douches - et un problème de tabagisme. »

                      bref, l’absence totale des règles les plus élémentaires de vie avec des ados.

                      la direction met tout sur le dos du dirlo
                      « Il s’est avéré très vite, dès la première semaine que ce directeur était très permissif. Il n’appliquait aucunement les directives de Vacances éducatives », a affirmé Trinidad Gonzalvez, le fondateur et directeur général de cet organisme. Et il assure qu’il a « très vite » limogé ce directeur.

                      le problème étant ...son recrutement, par l’organisme !

                      qui en revient à un problème .. de fric :
                      Mais le directeur accuse lui l’organisme de mensonges : « Les prestations n’étaient pas à la hauteur. Un tiers de la plaquette éditée par Vacances Educatives était mensongère. L’organisme m’avait donné 300 euros de budget pour les 21 jours du séjour et je n’avais pas pu recruter les animateurs. Je ne conteste pas les dysfonctionnements relevés par la DDCS, je leur avais même écrit pour les exposer »a-t-il expliqué sur France 3.

                      300 euros de budget ? Vous voulez faire quoi avec ça ? C’est bien une arnaque au fric, cette histoire et RIEN d’autre !
                      on demandait aux parents  « 1245€ sans les frais de transports ».

                      Vous noterez que l’une des plaintes déposées l’a été par les jeunes eux-mêmes : alors les propos sur la « permissivité » de « notre société » sont à côté de la plaque dans le forum !

                      • CHALOT CHALOT 20 août 2013 11:47

                        Désolé Morice ! souvent vos critiques sont judicieuses pas là.
                        L’argent ne fait pas la colo...J’ai déjà eu peu d’argent pour le fonctionnement d’une colo et nous avons réussi à passer un super séjour : un directeur négocie avant avec l’organisateur et même pendant.
                        Le problème c’est peut être le fric mais pas à ce niveau : les centres de vacances prennent des animateurs avec peu d’expériences et les paient avec un lance pierre...
                        « Article creux » !? Peut être ? Mon objectif n’est pas de paraître mais d’aborder une question que je connais bien et pour échanger.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès