Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Une identité nationale-française métissée par l’outre-mer et les (...)

Une identité nationale-française métissée par l’outre-mer et les colonies

L’existence des colonies durablement liées à l’histoire de la métropole française puis la réalité des territoires d’outre-mer avec leur particularité culturelle a donné à la France un caractère métissé plus ou moins visible en métropole selon les lieux. La France métissée est un aspect réel de la France contemporaine y compris en métropole. Il n’en demeure pas moins qu’en métropole la dominante identitaire est de type « nationale-française » car elle mélange une France ethnico-culturelle et une France citoyenne républicaine. Essai de clarification.

La nation au sens ethnique refait surface quand les "pratiques sociales et historiques sont bousculées" . Je suis ici le propos de Michel Cahen in "Nations et ethnie par temps de mondialisation" (1). Le bousculement est social et culturel mais il tend à prendre une forme nationale . Mais sa racine est sociale et culturelle. Le bousculement est produit par conflit interne et confrontation externe dit M Cahen. C’est en ce sens qu’il faut comprendre la thématique de l’islamisation . Cette dernière a une composante mythique (thème de l’invasion) et sa composante réelle (implantation visible de la seconde religion de France) . Cette islamisation du fait de ses deux acceptions a fait l’objet de débats et d’instrumentalisation idéologico-politique. Aujourd’hui, c’est l’intégrisme islamique, qui sous l’apparition de la question du voile intégral ( burqa et niqab), est perçu comme élément perturbateur assez largement rejeté quoiqu’avec des préconisations variables. C’est là que j’ai émis l’hypothèse que " L’islam intégriste produit en France une cristallisation culturelle identitaire " (2) Ce rejet a été construit. par un processus historique long et court . Le temps court - de la pré-cristallisation identitaire - est relaté dans le texte sus-relaté (2).

En reprenant la summa division de la science politique entre Ethnos et Démos on peut distinguer à propos de la question identitaire une France ethnico-culturelle d’une France citoyenne et républicaine.

*

1) La France ETHNOS, ethnico-culturelle :

Cette France-là est celle issue de pratiques sociales de la société civile. Elles renvoient à des types de luttes historiques que l’intégrisme islamique réactive.

* celle des forces de sécularisation qui ont renvoyé la religion dominante dans la sphère privée pour la réduire à une subculture chrétienne .Cette subculture n’est pas sans force : elle laisse son empreinte dans la matérialité physique via les églises notamment mais aussi dans la matérialité des pratiques sociales qui implique y compris les athées tel ceux qui vont aux enterrements en église par exemple. Par ailleurs, de nombreux athées en France viennent du christianisme. Ils en ont la mémoire. Un mémoire qui explique au niveau de la société politique les tensions et distorsions entre une France pro laïcité positive et une France de laïcité de combat .

* celle des forces d’égalité des sexes et de libéralisation des contraintes sexuelles . Il y a ici la marque culturelle de mai 68 et des conquêtes du féminisme mais matinée avec une intégration marchande. Cette combinaison particulière forme une vision égalitaire entre homme et femme pour ce qui est des relations de genre. Le refus du séparatisme, le refus de l’enfermement est largement admis. Tout cela ne signifie pas que le sexisme a disparu. Les violences contre les femmes perdurent.

* celle des droits humains. La France du peuple se voit volontiers comme patrie des droits de l’homme. Une fraction d’elle est naturellement et légitimement fière de sa tradition de lutte pour le développement des droits humains, sociaux et démocratiques et notamment d’une plus grande ouverture aux migrants, aux réfugiés du monde. Cette réalité est plus présente dans la société civile que dans la société politique . Cette tradition est perturbée au niveau étatique par le sécuritarisme et l’utilitarisme économique dominant.

La cristallisation culturelle identitaire de la société civile a une dimension restreinte. On retrouve ici un aspect oublié des " identitaires de droite " (3) : Il y a outre la contradiction entre société civile et société politique, le clivage propre à la société civile. Les autres forces de la société civile sont socialement conflictuelles du fait des clivages entre les forces de libéralisation financière et marchande et les forces exigeant des droits et des garanties contre la prédation de la classe dominante, contre le déclassement social, la désaffilation du cadre stable d’emploi (précarité-chômage), l’intensification du travail, le mépris du travail non performant.

*

2) La France DEMOS, Républicaine citoyenne et sociale.

Cette France-là, différente de la première, tantôt complémentaire, tantôt contradictoire, est marquée par les dispositifs étatiques de type juridiques et administratifs qui structurent profondément les mentalités des habitants de France pour en faire des individus citoyens, égaux, libres, désaffiliés de toute communauté obligée à l’instar des ordres pré-révolutionnaires.

Même les régions les plus riches culturellement (langue, religion, coutumes,..) se sont inclinées face à l’Etat jacobin poussant à l’assimilation culturelle nationale. L’école républicaine a participé aux punitions des enfants bretons parlant breton pendant de nombreuses années. Il n’y a pas que la religion chrétienne qui a du s’effacer. Les fortes particularités régionales se sont adoucies, intégrées, même si on assiste ici ou là à des retours.

La République a du aussi depuis le Traité de Rome s’accommoder de la montée en puissance de l’Europe comme entité de plus en plus imposante. Son évolution néolibérale depuis 1986 (Acte unique européen) est périodiquement contestée par une bonne partie du peuple français soit sur une base nationale, soit sur une base sociale. La dynamique d’ouverture vers l’infra et le supra national est réelle mais comme sous contrôle des élites par le peuple. Ce qui renvoie à un autre aspect de la République.

La France Républicaine contient aussi un ordre social relativement protecteur (dont la sécurité sociale est le symbole) face à la mondialisation capitaliste, à la fois financière et marchande mais aussi face au "retour du religieux" de part sa référence à la laïcité depuis 1905. Cet Etat social est en déclin mais pas abattu. Cependant un Etat policier des "trente austères" (pour le peuple-classe) tend à remplacer depuis 1979 l’Etat social post 1945.

*Retour sur le mixte identitaire national-français. Perspective émancipatrice.

Pour revenir à ce que peut être la matrice nationale-française source de matière à cristallisation identitaire on voit que deux dynamiques complexes de résistance émancipatrice émergent à l’occasion du débat récurrent sur l’islam mais surtout sur sa dérive intégriste.

*L’identitaire d’ordre culturel soucieux de se prémunir sur deux plans : contre l’emprise du religieux, contre la montée des pratiques sexo-séparatistes (enfermement des femmes) (4).

*L’identitaire d’ordre républicain mais avec une demande de dépassement du national sur un mode plus ouvert sur le droit de vote, sur l’emploi, la non discrimination raciste, le respect de l’étranger, de l’immigré, sur le refus du colonialisme et de l’impérialisme. Mais sans accommodement de type intégriste.

Christian Delarue

1) in Contretemps de mai 2003

2 ) L’islam intégriste produit en France une cristallisation culturelle identitaire Cette cristallisation a été construite et préparée avant de se former fin 2009.

3) Droit du sang ou les identitaires plus loin que Sarkozy

4) Contre le contrôle et l’enfermement des femmes par les intégristes musulmans.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.56/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • TITI 19 janvier 2010 12:07

    Nous avons QQ articles de qualité today...merci !


    • Malaurie 19 janvier 2010 17:31

      Le métissage a une réalité issue de la longue durée pas nécessairement de l’ici et maintenant . La question se pose de l’influence des préjugés. Dans l’ici et maintenant, le métissage est plus rare quoique réel des populations très différentes. Dans ce cas il passe plus par l’adoption d’enfants auxquels est donné une éducation à priori différente : plus de sécularisation et pas de sexo-séparatisme pour reprendre ce que dit l’auteur. Mais se marier avec un italien ou un portugais semble plus facile que de se marier avec un maghrébin musulman non à cause de la couleur de peau mais du fait de la distance culturelle et des pratiques religieuses présupposes. On sait que la culture d’un adulte ne change pas profondément sans une immersion de longue durée dans une société différente. Si l’intégration se fait bien le temps est moins long encore faut-il que la distance culturelle ne soit pas trop grande !


    • Christian Delarue Christian Delarue 19 janvier 2010 22:51

      Malaurie,

      Vive le dialogue des cultures prélude à l’amour... ou au grand refus quand le dialogue cache le sexo-séparatisme !


    • citoyen 19 janvier 2010 13:06

      article intéressant , bien que dans la premiére partie, à mon avis , l’ethnos se centre trop sur des valeurs disons , contemporaines et politiques . On n’aborde pas du tout les caractéristiques culturelles et sociales séculaires qui précédent 1789 , et se prolongent bien au dela , jusqu’ à maintenant : pour parler au ras des paquerettes , qu’en est il du cassoulet et du vin rouge , de l’habitude de raler a tout bout de champ , de la tradition de gauloiserie , d’une certaine « tronche » , mimique , gestuelle qui vous fait identifier comme français îmmédiatement , même à l’autre bout du monde etc.. etc... au bout du compte , dans leur être psychologique profond , les français ne sont ils pas essentiellement ( et les deux aspects sont presents en chacun , en proportions variables ) des gaulois et des romains ?
      ( je dis bien être psychologique)


      • Christian Delarue Christian Delarue 19 janvier 2010 18:38
        @ citoyen
         
        Il est exact que j’ai recentré sur ce qui semble le plus perceptible de l’ethnos dans ce qui clive mais effectivemment il y a tout le reste : la façon de manger, de boire, de dire bonjour, de séduire qui relève de l’Ethnos (gaulois astérix villageois mangeur de sangliers, passé au moyen âge avec Rabelais et tjrs présent dans les bars et les fêtes... et le blasphème ) et non du Demos (romain plus juridico-formel, plus politiquement correct) . Il m’apparait que cet aspect gaulois subit plus les assauts de la mondialisation Mac do que d’autres différences culturelles à base religieuse..
        CD

      • french_car 19 janvier 2010 21:27

        Citoyen faut réviser votre Histoire.
        Les Français ne sont pas gaulois ni romain mais un peuple germanique - les Francs, issu de Franconie - qui a pris la langue romaine en vogue à l’époque, comme d’ailleurs les slaves de Roumanie ont également adopté le Latin sans perdre leur slavitude.


      • citoyen 20 janvier 2010 15:21

        french car , j’ai parlé d’« étre psychologique », pour lequel la composante bicéphale , gauloise et romaine , semble bien préominante Quand a reviser l’histoire ....
        Parlons de roumains :Les roumains , avant leur latinisation - linfgistique et culturelle- ne sont pas slaves à l’origine , mais daces , c’est à dire thraces , probablement proches des albanais actuels , tout cela est encore assez nébuleux . Les éléments slaves qui existent dans l’actuelle nation roumaine sont venus ensuite , ils demeurent en general en moldavie , et assez souvent leur patronyme est du type « iouc » genre droniuc , lupastiuc , etc... On y rencontre d’assez nombreuses beautés slaves aux yeux clairs , tout à fait différentes des roms que l’on nous présente à la télévision comme « roumains » point
        Il n’ y avait d’ailleurs pas de slaves avant l’ére chrétienne , semble t’il .
        P.S. :
        Scusa me , omule , dar vorbesc curind romaneste si am fost in romania de mai mult de zece ori  ; ( je parle couramment le roumain, quoi que nanti d’un accent français que les gens trouvent la bas charmant et qui les amuse . Mon épouse est d’origine roumaine par son pére : elle est d’ailleurs stupéfaite de tout ce qui circule comme soi-disant information sur
        ce pays ..
        french car , sur ce terrain , vous vous engagez donc audacieusement , trés audacieusement.... et je vous retourne en conséquence votre remarque ( avec malice et ironie , mais amicalement et sans méchanceté aucune , sincérement )


      • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 19 janvier 2010 15:31

        1)La France ETHNOS, ethnico-culturelle :

        Ce qui définit votre 01) peut définir tous les pays du Monde, les différences superficielles sont du superflu et n’entrent pas en ligne de compte dans les choses aussi sérieuses que « l’identité nationale » !

        * celle des forces de sécularisation : Ce qui est donc le même schéma partout...

        * celle des forces d’égalité des sexes et de libéralisation des contraintes sexuelles . Abérration française qui a fini par envelopper la planète entière, nous somme dans la pleine mondialisation pornographique !

        * celle des droits humains. Je préfère que vous employez l’expression française « droit de l’homme » ce qui est un orgueil hypertrophié, le Monde ne s’est pas rendu compte au début de cette supercherie, on en est aux conséquences les plus graves quant au désordre presqu’irréparable des relations sociales !

        2) La France DEMOS, Républicaine citoyenne et sociale.

        Comme qui dirait le Mali DEMOS, la Somalie DEMOS, relation citoyenne et sociale ! Ces choses là sont universelles !

        *Retour sur le mixte identitaire national-français. Perspective émancipatrice. Il faut juste oublier le mot « islam » et vous verrez clair dans votre cervelle !

        *L’identitaire d’ordre culturel On voit bien que Saint Denis est toujours omniprésent dans vos hémisphères, c’est une obsession !

        *L’identitaire d’ordre républicain En avant toute, la politique d’envoûtent de l’indigénat du Monde ! On se demande ce qui pourra un jour contenir le désespoir français !


        Le problème de la France d’aujourd’hui, c’est l’impossible délimitation d’un territoire parce qu’elle est le seul pays encore colonial éparpillé sur les autres continents, l’impossible homogéneisation des mentalités pour une homogéneisation de l’intelligence collective il y’ a les extrêmes les plus extrêmes, l’impossible cohésion d’une population depuis toujours ramassée pour les seules intérêts économiques le « socle franc » est encore hermétique, l’impossible retour en arrière pour ramasser ce qui a été semé aux quatre coins de la planète comme propagande et comme envoûtement dont le résultat est cette idée mondialement partagée que la France est le Lieu de droits humains : Dans ce cas comment peut-on parler d’identité nationale et même de la France en tant que Nation ?

        Mohammed MADJOUR.


        • Malaurie 19 janvier 2010 17:34
          M Madjour
          L’essentiel de l’ethnos résistant et émancipateur est là :

          forces de sécularisation : Ce qui est donc le même schéma partout...

           
          M Madjour
          Les forces de sécularisation sont en recul dans les pays musulmans depuis 20 ans et si la sécularisation n’est pas spécifique à la France elle est un des pays où elle apparait encore forte. Elle se cache derrière la laïcité de combat.
          égalité des sexes et de libéralisation des contraintes sexuelles . Aberration française qui a fini par envelopper la planète entière, nous somme dans la pleine mondialisation pornographique !
           
          Je réponds « Vive la mondialisation pornographique ! » En tant que femme je ne souhaite ni l’enfermement ni la pornographie mais heureusement il y a un
          entre-deux !

        • Le Clem 19 janvier 2010 15:44

          Je crois qu’on a franchi une étape dans le délire multi-ethnico-métissolatre derrierement avec Mayotte.

          Vouloir faire un département Francais d’un caillou misérable rempli de polygammes clandestins Islamistes qui ne parlent pas Francais, même un cinglé sortant de HP ne l’aurait pas fait. Merci Sarkozy ! Les obscures raisons de tout ca, je n’arrive même pas a les cerner tellement c’est délirant, tellement tout le monde sait que ca n’apportera que des problêmes. D’aprés le troll, Mayotte est plus Francaise que le conté de Nice. Ben voyons ! Y’a déja des émeutes pour avoir plus d’argent, et ou des blancs sont attaqués. On touche le fond, ou ca va s’arréter ?


          • Laura 19 janvier 2010 17:07

            Ca va pas s’arrêter. Le connard a décrété le métissage OBLIGATOIRE Il a dit que la société devrait contraindre oui, CONTRAINDRE, le citoyen-lamba qui y résiste.


          • L'Auvergnat L’Auvergnat 19 janvier 2010 17:12

            Je viens d’écouter les voeux du monarque à l’outre mer.
            Quel scandal....
            A t-il parlé de la Burka..... ici tout se passe bien.
            Toutes les religions sont acceptées.
            Que fera sa loi pauvre imbécile avec ton identité nationale.

            Réagissez Français, il est encore temps les régionales sont là pour museler le monarque.


            • ddacoudre ddacoudre 19 janvier 2010 17:24

              bonjour christian

              court article qui explicite la complexité des constructions culturelles., j’ai fait plus court.

              mais surtout dans un article qui attend d’être pulsé j’ai essayé de faire comprendre une dimension que l’on oublie toujours celle humaine. je te mets le lien

              http://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=68369


              • Christian Delarue Christian Delarue 19 janvier 2010 18:47

                dd
                Si l’identité de chacun est subjective, et les processus d’identification sont propres à chacun car fait de multiples appartenances empilées avec l’âge et de façon plus ou moins contradictoires, elle ne plane pas hors sol. Elle se greffe sur des pratiques sociales historico-culturelles et en fonction des possibilités offertes par le droit.
                Laissez nous nos identités, garantissez nos droits !

                http://www.democratie-socialisme.org/spip.php?article2020


              • eric 19 janvier 2010 20:20

                Pourquoi faire simple quant on peut faire compliqué ? Pourquoi se référer aux faits quand les mythes sont tellement plus malléables.

                 Compliqué, La citation tortueuse de Cahen revient à dire que quand la nation ne se sent pas bien, elle se pose des questions nationales. Dont acte.

                 Faits : L’islam n’est pas la seconde religion de France. Elle est un élément des origines culturelles d’une population vivant en France sous toute sorte de statut, français migrants etc… dont une des caractéristiques est d’avoir des taux de pratique effective inférieurs à ceux des catholiques. Il y a plus de protestant évangéliques répertoriés pratiquant et cotisants dans leurs églises que de musulmans ayant une pratique de type classique. Parler d’islam seconde religion de France revient à surdéterminer  des population par leur origines ce qui est une des figure du racisme ou de l’intolérance. Si un musulman est quelqu’un qui pratique l’islam comme un catho va à la messe tous les dimanche, alors, il y a assez peu de musulmans en France…

                 Ce n’est pas la mémoire de la sub culture catho qui explique les tensions et distorsions. Parce que le degré de sécularisation des autres sociétés modernes et souvent équivalent, mais qu’on n’y retrouve que rarement des laïcs de combat. C’est bien la mémoire de la sub culture laïcarde qui interdit de normaliser les relations entre république et religion comme dans tous pays civilisés. Est il normal que les seuls manifestations religieuses « jouissent d’un traitement spécifique » ou que perdurent certaines interdictions professionnelles pour les curés ? La laïcité positive consisterait à respecter enfin totalement les droits de l’homme qui précise qu’il ne fait pas de différence de traitement entre opinions, même religieuses. Des partis politiques ont de fait le droit d’afficher leurs opinions dans les écoles, pourquoi pas les églises ?

                Il n’y a pas de marque culturelle de 68 dans l’égalité homme femme. A l’échelle du monde l’Europe et la France sont depuis très longtemps des terres d’égalité homme femme relative et notamment grace au christianisme. La marque culturelle de 68 c’est l’adhésion paradoxale à un féminisme de combat importé des états unis par une gauche anti américaine, mais plus comme outil de destruction de la société que comme outil d’émancipation des « genres ». Voir les textes du Phare à l’époque. D’ailleurs, comme je l’ai montré chiffre en main dans un article sur AV, le principal îlot de résistance pratique à l’émancipation des femmes en France, là ou elles accèdent le moins aux responsabilités est le secteur public éducation recherche et sanitaire et social, sont par ailleurs les plus peuplés de militants mâles, de gauche et féministes. Le parti qui a historiquement laissé le plus de femme être élue est le FN. Les altermondialistes se caractérisant à contrario dans les obscures structures de pouvoir qui président à leurs organisations par une faible présence de femmes.

                A l’heure où il semble qu’il y ait plus de beurettes patronnes de leur pme ou commerce que de femme directrice d’école primaire, sans parler d’hopitaux et d’universités, dans une profession enseignante sur féminisée,vouloir  imposer à des musulmans un autre type de rapport homme femme que celui aux quel ils sont habitué est il vraiment une priorité ?

                 Quand à être légitimement fier de la tradition d’accueil des étrangers d’une partie de la population, il faudrait savoir de quelle partie on parle, il faudrait quand même avoir la mémoire un peu moins courte et se souvenir de l’unanimisme de longue durée de gauche contre « l’immigration qui pesait sur les salaires des travailleurs ». Que dans période récente en oubliant le monde du travail, elle ait abandonné cette analyse ne veut pas dire qu’elle n’y reviendra pas un jour. On le souhaite d’ailleurs pour elle au nom d’un minimum de cohérence intellectuelle. Est il sérieux de se battre pour le droit de travailleurs non qualifiés à venir se faire exploiter par les patrons pour des salaires de misère dans l’oppression du peuple classe ? ‘J’ai failli oubier résiduel…)

                 Maintenant, sur la conclusion, je suis un peu embêté parce qu’elle me parait à la foi fort juste et un peu contradictoire. Il y a quand même trois caractéristiques fortes différenciantes dans les pays musulmans qui sont : un autre type de rapport homme femme (loin en général de l’enfermement du reste et le seul emploi du terme serait déjà considéré chez un homme de droite comme une stigmatisation de l’islam), une forte liaison entre le religieux et le politique et un universalisme sensiblement différent du notre.

                 Affirmer dans le même texte qu’il faut accueillir les étrangers, à condition qu’ils renoncent à leurs facteurs différenciateurs les plus évidents, à leur identité en quelque sorte, n’est ce pas exactement le discours du front national ? Cela ne vous rappelle-t-il pas l’ambition civilisatrice des colonialistes ? Est ce pas une forme « d’impérialisme » ?


                 Bref, ce texte dit des immigrés, pour le coup dans une remarquable cohérence, qu’il faut accueillir, être démocratique, accepter les diversité, des gens qui sont comme vous pensent comme vous et agissent comme vous, discours que vous tenez avec une grande équité vis à vis de l’ensemble de la population.


                On comprend pouruqoi il faut emballer cette idée phare dans des formules compliquées...



                • Christian Delarue Christian Delarue 19 janvier 2010 22:46

                  Eric

                  Contre le sexo-séparatisme, ce sera pour plus tard, pour ce qui est de l’emprise du religieux montant je suis pour la tolérance réciproque, l’équilibration : exemple : signes discrets oui signes ostensibles pénibles, non pacifique, source de blasphème..

                  CD


                  Quand la liberté de religion devient emprise du religieux, la solution est dans l’équilibration.

                  Un peu çà va, beaucoup c’est trop n’est pas une question de personnes mais de symboliques, d’emprise de la bondieuserie. A un moment « çà gave ! » Trop c’est l’oppression. Emprise et oppression vont de pair. Le problème est que c’est assez subjectif. C’est donc à la démocratie de dire quand il y a de trop de religieux, de toutes les religions s’entend. Pas sur la base de l’éradication mais de la reconnaissance et de la liberté de religion.

                  . 1 ) Commençons par le droit et la religion.

                  La liberté de religion, c’est bien plus que la lberté de conscience. La chose est entendue. C’est aussi une certaine pratique autorisée en privé et en public. C’est là que la discussion commence nous le verrons plus loin.

                  En France, avec la laïcité reconnue, le droit ne dit rien de la religion hors de ses pratiques. Toutes les convictions même les plus bizarres ou les plus farfelues sont admises. Et l’athée que je suis trouve cela normal puisqu’elles sont à un titre ou à un autre toutes farfelues et bizarres. Aucune ne tient debout. Le législateur n’est pas athée nécessairement mais laïque. En conséquence il ne s’occupe pas une seconde des croyances car il s’interesse exclusivement qu’aux pratiques individuelles et communautaires (de groupe). Le droit dit : chacun a les croyances qu’il veut et chacun peut libremment les critiquer car elles sont contradictoires. Le droit dit surtout : je ne connais que l’extériorisation des convictions notamment sous la forme du « libre exercice des cultes » qui s’effectue en lieu clôt ou à ciel ouvert lorsqu’il s’agit de manifestations. Ces manifestations peuvent être restreintes dans l’intérêt de l’ordre public. La liberté d’extériorisation n’est pas absolue. Le droit apporte des limites à cette liberté de principe.

                  2) Le conflit des prosélytismes

                  La liberté de religion reconnait la liberté du prosélytisme. Soit. Cela ne fait pas nécessairement souci quand il s’agit d’un discours car il peut y avoir un contre-discours. Il est bon que l’on ne passe pas son temps à s’échanger nos croyances et nos non croyances car pendant ce temps-là on ne produit pas grand chose en terme de valeur d’usage utile à la société pour les socialistes mais pas plus en terme de valeur d’échange pour les marchands et les capitalistes. Donc quelque part pour les socialistes comme les capitalistes, la philosophie de la laïcité conçut comme la mise en suspension de ce débat - qui n’en est pas un chacun gardant ses convictions- assure la paix et la production.

                  3) La question de l’emprise du religieux.

                  Le religieux ici signifie la totalité des manifestations extérieures de toutes les religions. L’emprise du rellgieux peut être sociale et proximale. * Quand sur un territoire donné vous avez profusion de symboles religieux en tout genre des bâtiments divers aux voilles islamiques et kippas il peut y avoir surdose du religieux du fait de cette emprise. L’atmosphère sociale est sous emprise du religieux ultra-dominant. * L’emprise peut être proximale si dans un espace restreint un(e) individu affiche ostensiblement et durablement des symboles sacrés. La réponse peut-elle venir du blasphème ? Le blasphème est parfois la réponse naturelle à la surcharge de sacré. Mais on ne va pas passer son temps à blasphémer. Vous pour pouvez mettre un panneau qui indique que la religion vous défrise celle-là comme les autres (voir plus encore que les autres) . Certains croyants et certains religieux et même certains spiritualistes n’imagine pas combien l’affichage du sacré peut être pénible et agaçant dans certaines circonstances . L’affichage ostensible et durable de sa religion dans un cadre proximal mérite de plaider pour les affichage discrets de la religion contre les affichages ostensibles.

                  Christian Delarue


                  • L'Auvergnat L’Auvergnat 20 janvier 2010 08:21

                    Malgré la chaleur, notre président a réussi à faire avaler des couleuvres et des ronds de chapeau à tous les gogols réunionnais venus avec (petite monnaie à l’appui) trompettes et drapeaux.
                    Ils sont repartis dans les bus plein de rêves et « con vaincus » que SARKOZY aimait l’outre mer........pauvres gens.
                    Ils sont déjà manipulés par les élus locaux et maintenant par leur propre président.....

                    Il est vrai que la Réunion avait peu voté SARKO en 2007....


                    • Christian Delarue Christian Delarue 20 janvier 2010 09:29

                      Suite...
                      Contre le sexo-séparatisme islamique il faut un combat féministe global.

                      le Collectif national pour les droits des femmes a rédigé une proposition de loi-cadre contre les violences faites aux femmes qui a été déposée en décembre 2007 sur le bureau de l’Assemblée nationale par le groupe de la gauche démocratique et républicaine et au Sénat par le groupe communiste, républicain et citoyen. Pourquoi ? Il y a 48 000 viols de femmes par an en France ! Lire Suzy Rojtman et Maya Surduts
                      LEMONDE.FR | 19.11.09
                      <http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/11/19/il-y-a-48-000-viols-de-femmes-par-an-en-france-par-suzy-rojtman-et-maya-surduts_1269580_3232.html>http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/11/19/il-y-a-48-000-viols-de-femmes-par-an-en-france-par-suzy-rojtman-et-maya-surduts_1269580_3232.html

                      Plaider en faveur d’un féminisme global et transversal aux nations et aux différentes couches social n’interdit pas de critiquer le machisme et le sexisme théorisé, justifié, pratiqué avec constance. Deux mots sur le voile intégral d’abord.

                      * Le voile intégral n’est que le symbole maximal du sexo-séparatisme.

                      La burka ou le niqab , qu’il s’agisse d’une logique sectaire exogène ou d’une forme de spiritualité endogène, manifeste une emprise du machisme. Il ne se combat pas sauf exception avec des lois mais par l’affirmation du respect des femmes dans un cadre de mixité à l’école, à la piscine, au travail, chez elles. Le respect c’est le refus des remarques désagréables liées au sexe mais c’est aussi la promotion de l’égalité et de la réciprocité. Le respect et l’égalité permet la promotion de la liberté de comportement des femmes. Si les hommes savaient « se tenir » elles pourraient s’habiller librement, sans avoir à se cacher. Le souci de cacher les formes féminines du corps passent aussi par des pratiques alimentaires de grossissement ou d’amaigrissement qui aboutissent à des formes non religieuses de camouflage du corps. On en revient toujours à la même chose : les jeunes hommes doivent apprendre à maîtriser leur désir au lieu de vouloir enfermer les femmes. Cette logique de neutralisation est une impasse . Il ne peut s’agir d’abolir les rapports de séduction, de supprimer les artifices qui vont avec. C’est un rigorisme mortifère, un chemin qui ne mène nulle part . Il s’agit d’instaurer des rapports de confiance et de paix propice à la rencontre dans le respect de la différence de genre. Dans cette maîtrise réside le progrès civilisationnel.

                      ** Les violences sexistes issues de l’islam réactionnaire.

                      Elles doivent être combattues comme les autres sans obsession islamophobique généralisée mais sans abstention « de tolérance ». Je sais de quoi je parle !

                       Pourquoi critiquer à raison les éructations sexistes d’Orelsan et pas l’obsession de certains musulmans à employer tous les moyens pour couvrir voir enfermer les femmes et jeunes filles. Il y a certes les violences sexistes commises sans idéologie de référence comme les meurtres passionnels par exemple et les violences sexistes largement permise par une idéologie sexiste athée ou religieuse de justification. 

                      * Les premières violences de type patriarcales mais sans appui idéologique manifeste sont présentes dans tous les milieux sociaux : le dépi amoureux ou la jalousie ou d’autres situations conduisent à des violences sans que l’on puisse trouver une réelle idéologie de soutien. Bien au contraire il arrive que des violences soient commises en contradiction d’une idéologie ordinairement pacifiste et égalitariste. Une dégradation occasionnelle ou structurelle de la personnalité avec éventuellement ajout de l’alcoolisme ou de drogues comme facteur aggravant produisent parfois des gestes violents . Ici les femmes ne sont pas exempts de violences contre les hommes mais surtout contre les enfants. Mais, les faits montrent que massivement ce sont les hommes qui usent ici de la violence. 

                      * Les secondes violences sont issues d’un discours faisant explicitement l’apologie de la violence. Un discours est totalement distinct de la religion et pourrait se nommer le virilisme sous des formes diverses . Les éructations d’un Orelsan ne sont qu’un exemple parmi d’autres. Il y a aussi l’autre discours ; celui qui relève du prosélytisme religieux intégriste : tu te voiles ou tu subies la violence machiste, celle des frères ou des pères avec souvent l’absolution des mères. Cela n’est pas une loi écrite dans les textes sacrés mais une pratique acceptée et reproduite dans les familles et la communauté. 

                      Christian Delarue


                       POSITION SUR LA BURQA de Christian DELARUE

                      http://www.lepost.fr/article/2010/01/10/1878772_position-sur-la-burqa-de-christian-delarue.html


                       La séduction est payenne, l’amour est chrétien

                      http://www.lepost.fr/article/2009/12/28/1860165_la-seduction-est-payenne-l-amour-est-chretien.html


                      • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 20 janvier 2010 13:52

                         @Le Clem (xxx.xxx.xxx.31) 19 janvier 15:44

                        Le problème est là et la France ne veut pas et ne peut pas vider les ballast, elle va couler avec ses boulets coloniaux !

                        Les Iles océaniques aujourd’hui refusent tout semblant « d’autonomie », elles veulent la prise en charge totale de la Mère Patrie française. De toute façon « la décolonisation » n’a jamais été effectif ailleurs, pourquoi se casser le roseau pour rien : malin, malin et demi !

                         Mais les poules auront des dents bien avant que les indigènes des Iles océaniques colonisées auront la « mentalité française » !

                        En attendant, puisqu’ils sont répertoriés dans l’Etat civil français ils vont agir, sans le savoir et sans le vouloir en balourd, pour freiner les objectifs fixés par la « Nouvelle Identitité Nationale » voulue par Le Petit ! Réformette !

                        Mohammed MADJOUR.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès