Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Une mission pour la jeunesse fait l’objet d’un groupe de (...)

Une mission pour la jeunesse fait l’objet d’un groupe de travail au Sénat

La censure s'abattra-t-elle sur la publicité et les magazines au point d'en modifier des comportements jugés trop dévergondés ?

Un groupe d'étude au Sénat dirigé par la Ministre des solidarités et de la cohésion sociale Roselyne Bachelot et confié à Chantal Jouanno* se penche sur les représentations des enfants et des ados dans les publicités (papiers ou vidéos) où serait reconnu une forme d' "hypersexualisation" qui voudrait intégrer les enfants dans le jeu des adultes avec tout le sexisme qu'on pourrait leur reprocher… C'est évidemment moins au sujet des garçons que pourraient se poser des remontrances quant à l'image qu'en feraient les médias au rayon des publicistes mais de celle des petites filles, voire même des "fillettes" insiste Chantal Jouanno. Mais après tout les Miss France ne sont-elle pas des fillettes elles aussi et peut-être le resteront-elles toute leur vie ?… Ça les regarde et elles font ce qu'elles veulent de leur vie hurleriez-vous que ça n'enlèvera rien au fait qu'elles font rêver beaucoup de petites filles… Et puis faire de la danse en Kimono je ne crois pas que ce soit possible aux ballets des petits rats de l'opéra !

Si on suit à la lettre le raisonnement des interrogations du Sénat orchestré par la majorité présidentielle actuelle on pourrait en conclure que finalement la publicité conditionnerait nos comportements et influencerait nos tenues vestimentaires… Vieux débat que celui-ci… "Ah… doub… doub… doub… doub"… Roland Magdane avait d'ailleurs très bien parodié cette séquence justement pour nous aider à garder la distance en évitant de sombrer dans l'identification que nous aurions pu attacher à un produit ou à un autre, sur des types de comportement, des slogans poubelles… Voilà posés les prolégomènes de base auxquels il faut bien ne pas se le cacher, il faut rajouter l'érotisation de toutes les classes d'âges à laquelle n'échappent ni les enfants et encore moins les adolescents absolument pas gênés comme nous l'étions à leur âge de maîtriser aujourd'hui la notion de cunnilinctus ou de fellation mais avec les dangers de contamination des MST il vaut mieux que les jeunes soient bien informés et qu'ils puissent bénéficier d'une presse spécialisée qui réponde au plus juste de leurs questions sans pour autant qu'on en déduise des sexualités précoces. Pour ce qui est des procédés de recours à la chirurgie esthétique chez des mineures rien ne serait à signaler si cela ne concernait que l'appareille dentaire, le changement d'un nez trop volumineux ou la possibilité de se faire recoller les oreilles si cela risque de poser des problèmes de personnalité mais la Sénatrice y voit des risques affolants pour l'utilisation de prothèses mammaires aux vues des récentes découvertes faites sur les effets nocifs que cela pouvait occasionner…

L'homme-garçon posé comme un "étalon" et la femme "sexuellement ouverte" ornementant le tout de ses apparats de maquillage ou de vêtements trop courts… Oui, bon, quand ça concerne des jeunes adultes en pleine conquête de séduction ou que des publicistes cherchent à séduire cela ne semble pas dérangeant mais lorsqu'il s'agit de mineurs ou d'enfants ça risque de devenir plus compliqué… Ça ne suffit pas que des gamines se fassent insulter à la récrée parce qu'elles s'habilleraient comme des putains, au pire ou, au mieux, prêtent à incendier toute une discothèque ; il va falloir maintenant lancer une campagne d'information pédagogique et culturelle, peut-être pas pour en revenir aux uniformes des Ordres à la chinoise avec quasiment la même coupe de cheveu pour tout le monde, mais sensibiliser l'opinion publique sur le monde chimérique dans lequel tente de nous attirer les spots et les images des réclames qui ornementent les adeptes du petit écran… Là encore la possibilité de zapper est à la portée de tout le monde, se passer de petits écrans l'étant encore plus… Mesdames Bachelot et Jouanno définiront-elles au centimètre près la taille de la longueur des jupes des filles où Alain Souchon aimait si bien aller y regarder ? ! Elles pourraient aussi, à titre récréatif, regarder le sketch de Magdane sur le "Féminin / Masculin mode d'emploi"**… À cela s'ajoute encore le fait que la plupart des filles qui ont été victimes de tournantes et de viols ne le devaient pas forcément à leur habillement mais plutôt à leur isolement alors l'aspect prévention contre le viol je n'y crois pas beaucoup… Quand on s'habille court on sait se faire accompagner !

Il est cependant vrai et il ne faut pas se le cacher que des séquences publicitaires mettent en scènes des enfants dans des styles d'angélisme proches des images de notre enfance ayant trait aux anges de la religion… Excès ou dérive culturelle ? La question reste ouverte sur la notion de légèrement vêtu mais personnellement je n'ai jamais vu d'enfants culs nus dans une pub ou alors pour le papier toilette Lotus… Première étape de l'enfance publiciste… Pour la pré adolescence les choses semblent se compliquer puisque le groupe d'étude au Sénat constate que les fillettes sont souvent montrées comme jouant aux grandes dames… Alors rappelons quand même que le rouge à lèvre par exemple est à son origine avant tout considéré comme une protection et non pas comme un adjuvant aux désirs au cas où bon nombre l'aurait oublié… Et puis il n'y a pas d'âge pour jouer les pots de peinture… Quand aux talons hauts ou aiguilles ainsi que pour toute autre forme d'habillement osé, verra-t-on les confectionneurs supprimer certaines tailles de leur catalogue ?

Finalement Chantal Jouanno voit une libération sexuelle remplacée par une dictature du sexe et s'il est effectivement temps de tirer la sonnette d'alarme du possible qui soit, c'est peut-être aussi à l'aune de nos existences qu'il faut combattre le sexisme dès la petite enfance et son cortège de cadeaux tout aussi absurdes les uns que les autres - c'est pas pour vous gâcher votre noël - mais en mettant des poupées dans les bras des filles avec tout l'attirail de la sophistication qui les prédispose au mythe de la "bimbo" et des marteaux ou des camions dans ceux des garçons ne pousse-t-on pas nos charmants petits enfants à s'orienter vers un type Lolita pour les unes et une propension à la domination pour les autres ? Tout notre parlé aussi pourrait en prendre un coup… Rien qu'en comptant pourquoi ce "un, deux, trois" et pas "une, deux, trois"… Faut-il considérer qu'il s'agit d'un numéro ou d'une unité ? Est-ce un relent de militarisme de caserne qui fît compter comme cela ? L'un valant bien l'autre ce ne devrait plus être considéré comme une faute puisque de nombreuses sociétés matriarcales comptent par "une - deux - etc…" ! Et il serait encore plus urgent de mettre fin au sexisme politique dont souffrent les femmes de droite et de gauche et c'est certainement la tâche la plus difficile en ce qui concerne Chantal Jouanno insultée par un représentant de l'Ump, pas dégradé pour autant, qui lui fit savoir qu'elle serait réélue même dans un lit… Les blagues de caniveaux là aussi ne sont l'apanage ni d'une catégorie sociale spécifique, ni d'un groupe politique prédestiné… Si notre langage change alors que certainement la jeunesse en prendra de la graine et adaptera ses comportements avec une éthique autrement plus élevée en sachant se prémunir des attitudes et des comportements sexistes. 

*http://www.chantaljouanno.fr/1.aspx & http://www.ump-senat.fr/Interview-de-Chantal-Jouanno.html

**http://www.youtube.com/watch?v=xSQo9-8HCyY&feature=related


Moyenne des avis sur cet article :  1.8/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • laurentgantner laurentgantner 14 décembre 2011 22:34

    c’est plus précis de dire effectivement qu’ils ou elles le doivent aux personnes qui leur font subir cela (le viol... physique, de personnalité, plus psychique celui là... violer du regard aussi ça peut revenir à la charge...) ... Je vois même une forme de « sexisme adulte » lorsqu’on les considère (les « fillettes ») habillés comme des objets sexuels et non dans des conditions de « déguisement » s’inscrivant dans des sociétés qui se donnent en spectacle et qui ne se prennent pas forcément au sérieux. Bien sûr il y a le risque des pervers d’où l’importance quand même à ne jamais être seul...



    le rouge aux lèvres... c’est enseigné ainsi en sociologie des moeurs... quelques siècles en arrière, pour que les hommes n’essaient pas de leur voler un baiser, après comment on l’utilise serait question de peinture... pour mettre en valeur les lèvres par conditionnement de soft corporation !

     :-

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès