Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Une nouvelle « affaire des frégates de Taiwan » ?

Une nouvelle « affaire des frégates de Taiwan » ?

Depuis quelques heures, des remous politiques internes au ministère de la Défense de Taiwan sont en voie de devenir un potentiel et gigantesque scandale international dont les conséquences peuvent s’étendre jusqu’au plus haut niveau de l’Etat français et générer aussi, en parallèle, une crise au niveau de l’Union européenne. Une information exclusive pour le moment d’Agoravox.

A l’origine, une société privée intermédiaire et une visite opportune

Taiwan est un pays qui a connu voici quelques semaines des élections législatives au scrutin direct, lesquelles ont amené une nette victoire du parti d’opposition KMT.

Le 22 mars 2008, son candidat, MA Ying Jeou concourra, en position de favori, pour devenir président de la République contre le candidat du parti actuellement au pouvoir, Frank Hsieh, du DPP.

Ce contexte électoral est évidemment propice aux affrontements politiques et aussi à la sortie de dossiers sulfureux, ce qui vient de survenir il y a quelques heures, et qui concerne aussi, de manière surprenante, la France et le gouvernement de Nicolas Sarkozy.

Revenons aux sources de ce qui pourrait devenir un scandale international aux implications immenses.

Le 28 janvier 2008, le gouvernement taiwanais, qui vient de subir un désastre électoral sans précédent aux élections législatives, de plus embourbé dans des affaires successives de corruption qui touchent jusque l’entourage du président de la République Chen Shui Bian, annonce soudain qu’il a créé, sans en référer à personne, une société privée « TAIWAN GOAL », financée avec des fonds publics.

Officiellement, cette curieuse entreprise privée née de fonds d’Etat vise à promouvoir et faciliter, selon le porte-parole du gouvernement s’exprimant le 29 janvier 2008, l’achat d’équipements militaires à l’extérieur.

Hasard extraordinaire et coïncidence extraordinaire de calendrier révélés depuis quelques heures par la presse taiwanaise de langue chinoise, à cette date, un Français, M. Bernard Planchais, haut dirigeant de la DGA - Délégation générale de l’armement - est en visite de négociation à Taipei, capitale de Taiwan. Il y est resté du 26 au 29 janvier 2008.

Selon la presse taiwanaise sinophone, Bernard Planchais AURAIT (le conditionnel s’impose pour le moment faute de confirmation OFFICIELLE) négocié, puis signé le 29 janvier 2008, avec les autorités taiwanaises un contrat de ventes d’armes françaises à Taiwan concernant 8 frégates, des avions RAFALE et des missiles MICA nouvelle génération.

Le contrat qui aurait été paraphé contiendrait une clause indiquant que les technologies vendues avec ces navires, avions et missiles sont EXCLUSIVES à Taiwan, le tout moyennant bien sûr un juste dédommagement pour cette garantie d’exclusivité.

Lien en chinois

A l’heure actuelle, si la presse taiwanaise ne donne pas d’informations plus précises sur le contrat en question, ni son montant, elle en confirme néanmoins IMPLICITEMENT, en négatif en quelque sorte, la réalité factuelle.

Lien en anglais

Cette information sur cette visite et ce contrat qui aurait donc été signé entre les deux pays (avec un grand point d’interrogation sur la personne morale juridique du côté taiwanais) reste très « discrète », tant à Taiwan qu’en France.

Ce qui est bien surprenant quand on connaît la propension de Nicolas Sarkozy à communiquer immédiatement sur toute « bonne nouvelle » susceptible de valoriser son action et celle de son gouvernement...

De la polémique interne taiwanaise au potentiel scandale international

Depuis que la société privée « TAIWAN GOAL » a été créée ce 28 janvier 2008, juste avant la signature de ce supposé contrat entre la France et Taiwan qui aurait eu lieu le lendemain 29 janvier, le KMT, parti qui dispose dorénavant d’une majorité de députés - en fait 3 sur 4 - lance une véritable campagne publique en présentant carrément cette entreprise privée comme un moyen de faciliter des corruptions possibles pour le parti au pouvoir, notamment ces hommes d’affaires liés à l’armement.

Le gouvernement rétorque que cette décision n’a pour seul objectif transparent que de faciliter les négociations et achats d’armes à des Etats étrangers, en toute discrétion eu égard au fait que le pays n’est pas reconnu par de nombreux Etats du monde. Et, dans son argumentation, de rappeler la douloureuse et très coûteuse expérience née de « l’affaire des frégates ».

La polémique enfle et, du fait que les députés du KMT bloquent la situation juridique et financière de la société privée, finalement, le gouvernement taiwanais annonce la dissolution de « TAIWAN GOAL » qui prendra effet le 12 mars 2008.

Mais, entre-temps, un autre événement, survenu loin de Taiwan, mais en Asie toujours, va définitivement mettre les faits jusqu’ici plutôt confidentiels sur la place publique internationale.

La France annonce en effet qu’elle va vendre au Pakistan, pays en crise politique grave, des armements sophistiqués dont certains possèdent les mêmes technologies que les Mirage 2000 vendus à Taiwan par la société DASSAULT en 1992 ainsi que celles garanties en exclusivité dans le contrat qui aurait été signé le 29 janvier 2008 pour des missiles MICA.

Or, le Pakistan est connu pour partager, en conséquences d’accords militaires de partage de technologies, ses achats de nouvelles technologies avec... la Chine. Laquelle est soumise à un embargo valable pour tous les pays de l’Union européenne, dont la France fait partie, concernant les armements !!!

Apprenant cela, les responsables taiwanais, d’opposition et du KMT, estiment publiquement que la France non seulement trahit ses engagements contractuels de 1992 sur les Mirage 2000, mais aurait aussi violé les clauses qui auraient été signées le 29 janvier 2008.

De plus, les officiels taiwanais affirment que la France utilise, avec le contrat passé avec le Pakistan, un moyen détourné pour approvisionner en armements français la Chine, considérée par Taiwan comme une menace permanente. En clair, la France trahirait, par ce moyen, et ses contrats signés avec Taiwan, mais aussi l’embargo, donc les décisions unanimes de l’Union européenne.

D’où la parution soudaine des informations sur la venue à Taiwan de Bernard Planchais et des articles dont la teneur ne laisse guère de doute sur la réalité du contrat signé et la colère des responsables taiwanais de tous bords politiques confondus.

Comme en témoigne la fin de l’article en anglais sur ce lien.

Des conséquences et des questions pour la France

Ces informations "sourcées" et non-démenties par les autorités taiwanaises, ni françaises à cette heure, soulèvent des questions de fond sur la publicité et la transparence de la politique française en matière d’exportations d’armements.

En effet, si, comme le prétend indirectement la presse taiwanaise, Paris a signé un contrat le 29 janvier 2008, comment n’a-t-on pas prévu et anticipé les ennuis possibles qui pourraient être générés par la vente, même indirecte, à des pays en conflit potentiel des mêmes technologie, dont certaines sont effectivement et indiscutablement sous licence d’exclusivité militaire - pour les Mirage 2000 livrés à Taiwan en 1992 ?

Pourquoi n’a-t-on pas, au plus haut niveau de l’Etat, publiquement indiqué que des contrats d’armements pouvaient être signés simultanément avec Taiwan et un allié connu de la Chine, le Pakistan, en toute transparence publique ?

Le contrat du 29 janvier 2008 dont les médias taiwanais parlent indirectement sans jamais l’avérer clairement est-il bien réel ? Si oui, avec quelle personne morale juridique taiwanaise a-t-il été signé par la France ? Si tel est le cas, quelles sont les possibles conséquences pécuniaires pour la France d’un manquement manifeste aux clauses d’exclusivité technologique du contrat connu de 1992 et à celui, non reconnu à cette heure, de 2008 ?

Ces questions sont posées car, si les accusations de Taiwan sont avérées, on peut alors craindre que ce ne soit là une répétition du scénario terrifiant des « frégates de Taiwan » que la France doit aussi « purger », en tout cas si elle veut retrouver une image commerciale internationale « crédible », en matière de vente d’armes.

Il convient de noter que le scandale en cours vient, voici quelques jours, de faire une victime directe : le ministre de la Défense taiwanais ayant reçu M. Planchais du 26 au 29 janvier 2008, a dû démissionner de son poste.

Cette démission surprenante, au milieu d’accusations de corruption possible sous forme de rétro-commissions occultes, ne peut qu’interpeller les responsables publics français afin qu’ils interrogent le gouvernement.

A l’évidence, tout ceci nécessite des réponses claires et éventuellement, du côté des médias et politiques français, une enquête publique sur ce que fait l’exécutif en matière de ventes d’armes.

Ceci afin d’éviter un nouveau scandale, similaire à celui des « frégates », avec la différence que la France serait alors encore plus mal engagée politiquement et que le coût final pour les citoyens contribuables pourrait alors augmenter très fortement si une seconde, voire une troisième infraction aux clauses contractuelles d’exclusivité des contrats signés d’Etat à Etat étaient attestées.

Quant à l’Union européenne, elle va devoir examiner si la France n’enfreint pas ses décisions collectives concernant l’embargo d’armes à destination de la dictature chinoise.

Si tel était le cas, la présidence Sarkozy de l’UE serait aussi mal initiée que celle en France !


Moyenne des avis sur cet article :  4.78/5   (73 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • dalat-1945 4 mars 2008 11:38

    Le sujet peut devenir intéressant. Il faut attendre un peu. Toutefois, les ventes en matière d’armement (quel que soit le pays acheteur ou vendeur) sont toujours très délicates et la France n’est pas plus pourrie que les autres pays. Mr Mitterand avec ses "Frégates" et ses "Mirage 2000" à Taïwan, a fait aussi très fort.

    Il serait dommage et même ridicule de vouloir rendre responsable Mr Sarkozy de nos malheurs avecTaïwan, mais bien sûr c’est ce qui risque d’arriver ! Je me permettrais alors de demander à Ségolène Royale son avis, elle le N°1 aujourd’hui d’un parti Socialiste qui a fait couler le Rainbow Warrior en Nouvelle Zélande sous Mitterand (et en tuant un innocent), un des commanditares de l’action n’étant autre que le propre frère de Ségolène. On pourrait demander également à Mr Fabius alors premier ministre lors de l’affaire du Rainbow Warrior ce qu’il en pense aussi ! N’oublions pas que Mr Fabius est la dernière des 3 personnes qui savaient tout à propos du Rainbow Warrior (Mitterand, le Président, qui n’aurait pas donné d’ordre disait-il !), le ministre de la Défense de l’époque (décédé d’une crise cardiaque provoquée par le mensoge de Mitterand) et lui même Fabius qui nétait pas au courant paraît-il ! Que du beau monde bien sûr !.

    Mais c’est vrai, Mr Mitterand ce beau salaud, ancien de Vichy, copain de Bousquet, organisateur d’un faux attentat à l’Observatoire à Paris, organisateur des "écoutes téléphonique" (et de bien d’autres choses nauséabondes) aimait bien mentir, celà faisait partie de sa culture. Nicolas Sarkozy dira t’il la vérité, si jamais il y avait problème avec TaÏwan ?

    Comme disait Zapy Max, "cà va bouillir", vous le saurez la prochaine prochaine en écoutant le nouvel épisode !


    • wangpi wangpi 5 mars 2008 03:14

      un ministre italien des années 70 (déjà !), membre notoire du gouvernement parallèle potere due, a eut cette phrase qui résume parfaitement l’ère politique dans laquelle nous sommes bien installés désormais : "Il y avait des scandales, il n’y en a plus".


    • at974 at974 9 mars 2008 06:12

      Il serait bon que certains fassent preuve de retenue avant d’affirmer de telles inpties :<I>Mais c’est vrai, Mr Mitterand ce beau salaud, ancien de Vichy, copain de Bousquet, organisateur d’un faux attentat à l’Observatoire à Paris, organisateur des "écoutes téléphonique" (et de bien d’autres choses nauséabondes) aimait bien mentir, celà faisait partie de sa culture. </I>

      L’Histoire n’est pas enseignée, srtout l’istoire comtemporaine. C’est dommage ? Cela conduit nombre de nos concitoyens à inventer et à tricher.


    • dalat-1945 4 mars 2008 11:38

      Le sujet peut devenir intéressant. Il faut attendre un peu. Toutefois, les ventes en matière d’armement (quel que soit le pays acheteur ou vendeur) sont toujours très délicates et la France n’est pas plus pourrie que les autres pays. Mr Mitterand avec ses "Frégates" et ses "Mirage 2000" à Taïwan, a fait aussi très fort.

      Il serait dommage et même ridicule de vouloir rendre responsable Mr Sarkozy de nos malheurs avecTaïwan, mais bien sûr c’est ce qui risque d’arriver ! Je me permettrais alors de demander à Ségolène Royale son avis, elle le N°1 aujourd’hui d’un parti Socialiste qui a fait couler le Rainbow Warrior en Nouvelle Zélande sous Mitterand, en tuant un innocent, un des commanditares de l’action n’étant que le propre frère de Ségolène. On pourrait demander également à Mr Fabius alors premier ministre lors de l’affaire du Rainbow Warrior ce qu’il en pense aussi ! N’oublions pas que Mr Fabius est le dernier des 3 personnes qui savaient tout à propos du Rainbow Warrior (Mitterand, le Président, qui n’aurait pas donné d’ordre disait-il !) le ministre de la Défense de l’époque (décédé d’une crise cardiaque provoquée par le mensoge de Mitterand) et lui même Fabius qui nétait pas au courant paraît-il ! Que du beau monde bien sûr).

      Mais c’est vrai, Mr Mitterand ce beau salaud, ancien de Vichy, copain de Bousquet, organisateur d’un faux attentat à l’Observatoire à Paris, organisateur des "écoutes téléphonique" (et de bien d’autres choses nauséabondes) aimait bien mentir, celà faisait partie de sa culture. Nicolas Sarkozy dira t’il la vérité, si jamais il y avait problème avec TaÏwan ?

      Comme disait Zapy Max, "cà va bouillir", vous le saurez la prochaine prochaine en écoutant le nouvel épisode !


      • Philippe Vassé Philippe Vassé 4 mars 2008 13:06

        Dalat 1945,

        Je ne rentre pas dans les affaires non relatives à l’article, mais je souhaite vous confirmer un point avant que les médias parlent de ce sujet que j’ai mis en exclusivité première pour Agoravox : le contrat a bien été signé le 29 janvier 2008 et les négociations ont été menées très rapidement sous le mandat de Nicolas Sarkozy.

        Ceci dit, je vous confirme aussi que les ventes d’armes françaises à Taiwan ont eu lieu aussi sous les mandats de François Mitterrand et Jacques Chirac.

        Le problème ici posé est que la France veut vendre des technologies dont elle a "vendu" l’exclusivité à un pays allié de son ennemi potentiel, après avoir été payée.

        Selon la presse taiwanaise en langue chinoise, et sous toutes réserves des sources, le contrat passé se monterait aux environs de 15 milliards d’euros. Il est assez surprenant que les autorités françaises, cette fois, aient été si "discrètes" sur ce contrat fort significatif en termes financiers.

        A suivre donc avec des informations plus "publiques"

        Bien cordialement,


      • dalat-1945 4 mars 2008 13:10

        Merci pour ces explications utiles.

        Cordialement aussi.


      • Forest Ent Forest Ent 4 mars 2008 11:49

        Etrange histoire. Espérons en avoir le coeur net.

        Ca me semble bizarre de vendre des armes en "exclusivité".

        Ca me semble encore plus bizarre d’arriver à vendre des rafale. Pour le coup, ce serait une exclusivité.  smiley


        • Philippe Vassé Philippe Vassé 4 mars 2008 12:58

          Forest Ent,

          Je précise, car il est possible que les choses aient été mal expliquées dans l’article : ce ne sont pas les armes qui sont frappés, comme dans le contrat de 1992, par une "exclusivité", ce sont les technologies d’utilisation de ces armes pour un pays précis : radar de Thalès pour les Mirage 2000 vendus en 1992 et système de guidage exclusif des missiles de combat MATRA (à l’époque) ;

          Evidemment, les frégates et les RAFALE ne sont pas des matériels exclusifs : mais les technologies permettant leur utilisation en toute sécurité par un pays sont en général garantis, dans les contrats signés entre la France et Taiwan en tout état de cause, "exclusives".

          Espérant avoir clarifié les choses,

          Bien cordialement,


        • Forest Ent Forest Ent 4 mars 2008 15:48

          Merci de ces compléments.


        • dalat-1945 4 mars 2008 12:17

          @Le Furtif,

          Cà commence déjà ! C’est déjà de la faute à Sarkozy ! Vous êtes incorrigible ! Ne soyez pas impatient comme celà, Le Furtif. L’affaire a certainement débuté sous Chirac, le contraire étant impossible. On ne signe pas des contrats d’armement en 8 mois.

          Vraiment vous n’êtes pas raisonnable !

          Attendez un peu, vous pourrez faire d’une pierre 2 coups : Chirac + Sarkozy


        • at974 at974 9 mars 2008 06:14

          On ne prête qu’aux RICHES

           


        • Niamastrachno Niamastrachno 4 mars 2008 12:12

          Le scandale, n’est jamais que les versements occultes mis sur la place publique, l’institutionnalisation de la pratique à Taïwan est surprenante, mais pour le reste, ce n’est jamais que ce qui s’est toujours passé.

          Je veux dire : quoi de surprenant qu’il y ait des bakchiches dans le milieu d’un des plus gros business, qui plus est, un business des plus occultes.

          Quoi de surprenant que notre présidence vende à qui mieux mieux, il nous l’avait promis, pas de scrupules, pas d’états d’âmes.

          Mais ceci dit cela ferAIT un beau scandale, affaire à suivre, on va rigoler.


          • dalat-1945 4 mars 2008 12:21

            @Niamastrachno,

            Vous avez raison, biie sûr.


          • dalat-1945 4 mars 2008 12:24

            @Niamastrachno,

            Bien sûr.


          • Yves Rosenbaum Yves Rosenbaum 4 mars 2008 12:23

            En tout cas, il est à noter l’étonnante apathie de la presse francophone à ce sujet. Après 1/4 heure de recherches sur Internet, force est de constater que cette affaire n’a été relayée - et sommairement encore... - que sur le site Spyworld.

            http://www.spyworld-actu.com/spip.php?article7062

            Un point pour le média citoyen !

            @ Philippe Vassé

            Merci pour cet article passionant. Concernant l " image commerciale internationale « crédible », en matière de vente d’armes. ", la France n’est apparemment pas la seule à violer ses codes de conduite...

            http://www.infosud.org/spip/spip.php?article1219

             


            • Philippe Vassé Philippe Vassé 4 mars 2008 13:29

              Yves,

              Vous avez bien raison de souligner le silence de la presse et des médias français sur le sujet.

              Plus ennuyeux et inquiétant encore est que ce silence a pour origine le silence du gouvernement français qui signe des contrats importants d’armements -on avance ici un montant à vérifier de 15 milliards d’euros- sans que députés, citoyens et médias en soient informés.

              Quant au site Spyworld, ils citent un communiqué du Service gouvernemental d’information taiwanais, mais sont apparemment "incapables" de lire la presse locale sur cette démission, ses causes et les accusations très précises qui ont conduit à cette surprenante démission.

              Un site qui ne peut que reprendre les communiqués officiels est supposé être assez "pauvre" en informations fiables.

              Comme je le disais, d’ici peu, le contrat étant avéré par les médias taiwanais, je vais mettre en ligne les données sur ce contrat prises dans les médias locaux, sous réserve de confirmation ou infirmation plus officielle.

              Bonne journée et bien cordialement vôtre,


            • chmoll chmoll 4 mars 2008 12:24

              heu s’ke la frégate à bolloré est impliquée aussi ?

              beu alors l’mitterand a fait couler l’Rainbow Warrior,l’sarko fait couler l’bateau france

              j’aurais bien voulu poser une question au misérable individu d’mitterand à propos de bousquet

              l’pauv type (pour moi il a été manipulé)qui a assasiné bousquet,reconnu coupable au assise d’assasinat

              il aurait du prendre perpète,au contraire si ça aurait été un meurtre,or il a été libéré au bout de 7 ans,et vit au fin fond de la savoie

              ce mème bousquet qui devait témoigner contre l’mitterand quelques semaines plus tard,

              ma question posthume pour l’mitterand, t’aurais rien n’a voir dans l’meurtre de bousquet des fois ?


              • dalat-1945 4 mars 2008 12:44

                A propos d’une éventuelle implication de Mitterand dans le meurtre de Bouquest, je n’ai pas d’éléments et je ne dis rien sur cette éventualité. Mais si vous en aviez, il est encore temps de les sortir. Ce que j’ai voulu dire c’est que Mitterand était plutôt copain avec Bousquet pendant et après Vichy etr que Mitterand étai capable de faire beaucoup de choses répréhensibles.

                Bon courage dans vos recherches. Ce serait un sujet passionnant sur Agoravox.


              • Emmanuel W 4 mars 2008 12:52

                Quelle que fût l’attitude purulente de Mitterand, elle ne saurait dédouaner en rien celle de Chirac ou Sarkozy.


              • dalat-1945 4 mars 2008 12:57

                @Emmanuel V,

                Nous sommes bien d’accord. Il faut toutefois attendre (est ce vrai ?). Et si celà est vrai, il faut attendre de voir la réaction de Sarkozy, pour juger les faits et le bonhomme.

                 


              • Philippe Vassé Philippe Vassé 4 mars 2008 13:12

                Dalat 1945,

                Le contrat du 29 janvier 2008 entre la France et Taiwan est maintenant avéré par la presse taiwanaise. Je vais essayer, dans les heures qui viennent, sitôt les traductions effectuées et vérifiées, de donner aux lecteurs d’Agoravox les détails du contrat et son montant en euros.

                Mais, le fait est confirmé : contrat non dit aux médias et aux députés de la République il y a eu. Et signé dans que les médias français soient informés...

                A suivre donc prochainement sur ce fil,

                Bien cordialement,


              • Niamastrachno Niamastrachno 4 mars 2008 14:32

                Je vais peut être poser une question idiote mais en quoi est-ce que les députés doivent être informés de la vente d’arme ? Ca m’intrigue, ce n’est pas du ressort du secret défenses ces histoires là ? Les députés ne peuvent pas avoir accès à ce type d’info non ?

                A voir aussi mais dans le principe, si vente "exclusive" il y a, et à la limite pourquoi pas, il faut aussi retenir que dans le principe du business armes, on ne vend jamais rien sans la contrepartie à la partie adverse : si je vends des missiles à A, B a tout intérêt à acheter les missiles anti-missiles, à l’image de ce qui s’est passé dans les malouines où 2 bâtiments de la flotte britannique ont été envoyés par le fond à coup d’exocet - français - la france a dû vendre fissa les anti-exocet directement, ce que les britanniques avaient refusé dans un premier temps mais bien obligé d’acquérir ensuite...

                Là si j’ai rien loupé, ils vendent des navions aux uns et des missiles anti navions aux autres...

                Et puis il faut voir uneauter chose, la Chine a dépensé énormément de pognon en 2007 pour l’armement, +17% apparemment d’un budget déjà colossale, ’pensez bien que dassault et consors n’allaient pas passer à coté du 1er acheteur mondiale sous le prétexte d’une exclusivité.

                Ce qui serait intéressant c’est de voir ce qu’à représenté le contrat d’avec la Chine et celui de Taïwan...


                • Philippe Vassé Philippe Vassé 4 mars 2008 15:41

                  Niamastrachno,

                  la règle de la transparence dans les marchés d’Etat à Etat veut que les députés soient informés au moins dans les grandes lignes, via la Commision de Défense nationale, des accords de ce type.

                  Mais là n’est pas le plus extraordinaire : le plus inquiétant à mon sens est que personne en France n’ait parlé depuis plus de 5 semainnes d’un contrat qui excède 10 milliards de dollars US et, selon des sources locales à confirmer, serait de l’ordre de 15 milliards d’euros au total avec les annexes.

                  Le dossier de vente avec le Pakistan a été un peu plus, mais pas beaucoup "médiatisé", mais celui avec Taiwan a battu tous les records : 0 -zéro article, pas un sujet audiovisuel.

                  Y aurait-il en France une liberté de la presse qui ne s’userait pas ?

                  Et pour quels motifs les autorités françaises n’ont-elles "communiqué" sur cet Accord, surtout dans un climat de si mauvaises nouvelles sur tous les fronts (économique, financier, fiscal, inflation, emploi en chute accélérée, commerce extérieur en baisse, croissance en berne, etc...) ?

                  Bien cordialement,


                • Niamastrachno Niamastrachno 4 mars 2008 17:49

                  Je comprends mieux (pour les députés).

                  Effectivement, il n’y a eu guère de comm. sur ce sujet, mais je ne pense pas que ce soit tellement une 1ère.

                  Mais le fait que cela fasse un peu "la une" des canards de l’autre émisphère sans que cela rebondisse chez nous est pour le moins curieux, je guette en effet une hypothétique annonce de Reuters ou d’AFP, le bec dans l’eau... Mais il y en a bien un qui lachera le morceau un de ces 4, la Canard sort demain...

                  Le fait que le marché touche simultanément la Chine et Taïwan est de fait très troublant, du point de vue de la politique extérieure de notre gouvernement...

                  Mais encore une fois, le secret qui entoure ces opérations n’est pas une si grande surprise, encore moins lorsque l’on sait que les transactions opérées de par le passé sont toujours visées par la justice. C’est quand même un marché de salopards.


                • Philippe Vassé Philippe Vassé 4 mars 2008 14:41

                  Bonjour,

                  Un complément d’informations tiré du lien en chinois donné dans le corps de l’article.

                  Le montant exact du contrat n’a pas été spécifié par le Ministère de la Défense taiwanais, mais selon la presse taiwanaise que cite ce lien, il excède largement les 10 milliards de dollars US.

                  Est aussi confirmé la traduction du chinois pour les navires de combat : le contrat porte bien, entre autres choses, sur 8 nouvelles frégates de fabrication française. Le type n’est pas précisé pour l’heure.

                  Le nombre d’avions de combat RAFALE n’est pas pour l’heure donné. Mais le principe de l’achat d’un certain nombre de ces avions franco-allemands est aussi confirmé.

                  Les missiles mer-air annoncés dans le contrat qui équiperont les frégates nouvelles, mais aussi les Lafayette, sont des ASTER 15 -en suivant la traduction littérale chinoise (donc sous réserve d’erreur de nom dans la translation).

                  Il est aussi inclus des missiles air-terre embarqués sur les avions MIRAGE 2000 sous la nomenclature anglophone suivante : STORM SHADOW/ SCALP-EG et AASM.

                  Le contrat inclut aussi, et là, c’est la cerise sur le gâteau de l’information, à déguster avec délicatesse dans son motif :

                  - un accord d’entretien et de maintenance renouvelé pour les très célèbres "frégates LAFAYETTE"

                  - un accord d’entretien et de maintenance avec fournitures d’équipements de mise à niveau pour les MIRAGE 2000 vendus en 1992 à Taiwan.

                  Ces dispositions sont incluses dans l’accord signé avec un "contrat de coopération technique" qui a pour objectif annoncé d’aider les efforts militaires taiwanais et qui, dans le corps du texte, est présenté, en chinois, comme une sorte de "geste commercial" visant à manifester la "reconnaissance par la France"des difficultés et ennuis vécus par la partie taiwanaise en conséqeunce du scandale des frégates Lafayette, baptisée ici "vente desd frégates Lafayette", ce qui est plus poli !!!

                  C’est au final peut-être cette RECONNAISSANCE IMPLICITE dans un accord écrit signé par les deux pays, accord qui devait rester très "confidentiel" , des responsabilités FRANCAISES dans les sommes détournées dans l’affaire des "frégates de Taiwan" qui est la chose la plus INTERESSANTE dand l’accord si discret signé entre les deux pays.

                  Il est sûr que cette information, publiée en clair par le lien en chinois cité par l’article, va rassurer le Juge d’Instruction Renaud Van Ruymbeke, intéresser le Juge suisse Perraudin, inciter à la clémence le fisc vis à vis de Christine Deviers-Joncour et vivifier les dessous de l’affaire Clearstream 2 suivie par les juges Pons et d’Huys.

                  Un "geste commercial" qui en dit long sur la responsabilité de l’Etat français dans une affaire encore à solder complètement entre les deux Etats : Taiwan et France.

                   


                  • Philippe Vassé Philippe Vassé 4 mars 2008 14:46

                    Les informaations données dans le commentaire ci-dessus sont lisibles en chinois en pojntant sur :

                    http://www.fyjs.cn/bbs/simple/index.php?t128257.html

                    Ceci pour apporter les sources nécessaires aux lecteurs qui ont des sinophones dans leurs relations ou lisent le chinois eux-mêmes.

                    Bien cordialement,


                  • Nico 4 mars 2008 15:35

                    Merci a l’auteur pour cet article tres interessant,

                    Cette course a l’armement que mene Taiwan depuis des annees avec des budgets colossaux m’a toujours parue un peu futile. Apres tout les Taiwanais ne sont "que" 23 millions sur cette petite ile, et ils sont 1,3 milliard en face, meme si ils viennent a la nage avec des baguettes chinoises entre les dents pour seule arme, Taiwan ne resisterait pas une semaine ! et malgre ca ils reservent un budget phenomenal a l’armement.

                    cordialement,

                     

                    Nico

                     


                    • dalat-1945 4 mars 2008 16:28

                      Celà fait 60 ans que Taïwan résiste. Je me souviens très bien des bombardemements des Communistes (dans les années 50) sur Quemoy, petite île hyper fortifiée très proche du Continent et qui appatient toujours à Taïwan.C’était épouvantable, mais les Taïwanais ont résisté. Ne vous posez pas trop de questions sur la volonté de se défendre de Taïwan, car un jour il y aura une réunifacation avec Pékin. Ils le savent, mais ils veulent rentrer dans le giron national dans les meilleurs conditions et ceci n’a pas de prix.

                      "Si vis pacem para bellum" - "Si tu veux le paix prépare la guerre" . Ce sont les romains qui disaient celà, et rien n’a changé aujourd’hui.

                      Pékin, n’attaquera pas militairement Taïwan pour au moins 4 raisons :

                      - Taïwan est toujours sous le bouclier des USA

                      - les Affaires sont très florissantes entre Taïwan et Pékin

                      - il y a trop de Taïwanais venus vivre en Chine pour faire des affaires (investissements colossaux). Et les Chinois des 2 bords aiment et respectent le "Business" qui passe avant toute considération politique.

                      -Pékin estime que le temps (sans agression), joue en leur faveur. C’est tout à fait vrai.

                      Si vous allez vivre et travailler en Chine, vous comprendrez bien tout celà.De plus, Taïwan sera représenté aux Jeux Olympiques prochains, sous quel drapeau, je n’en sais rien. Les coréens (Nord et Sud) arrivent bien à faire des équipes sportives communes sous un même drapeau (qui n’est ni celui de Séoul, ni celui de Pyong Yang - c’est un drapeau représentant la péninsule (en blanc) de la Corée (Nord + Sud) sur fond bleu.

                      Le rapprochement Pekin/Taïwan se fera dans la douceur et Taïwan aura probablement un statut particulier comme Hong Kong et Macao. Tout le monde sera content et les affaires continueront à croitre et à embellir.Les Chinois sont des gens excessivement pragmatiques ! Ce ne sont pas des Cubains !

                      Mais Taïwan a besoin d’avoir une armée forte pour montrer sa détermination et ne pas perdre la face (c’est capital en Asie) au moment du rapprochement.

                      Votre "image" d’un débarquement des 1.3 milliards de chinois du Continent, même avec des baguettes de riz entre les dents, çà ne marche pas ! Avez-vous déjà traversé le détroit de Formose ?Les Typhons y sont redoutables ! Les communistes n’ont même pas pris cette minuscule île de Quemoy, si près de leurs côtes !

                      Cordialement.


                    • Vincent 4 mars 2008 16:56

                      Le détroit de Formoz est peut-être très dangereux, mais les chinois osnt de très bon nageurs.....

                      Il n’y a qu’à regarder leur performance aux derniers chanpionnats, bon d’accord ils étaient probablement un peu aidés par quelques complément alimentaire, mais bon en cas d’invasion, je ne suis pas sur qu’il y ait un contrôle anti dopage sur les plages de débarquement.

                       

                      Bon c’était juste pour essayer de détendre l’athmosphère.


                    • Nico 4 mars 2008 18:43

                      @dalat-1945

                      En effet, je rejoins votre opinion sur la quasi-impossibilite d’une attaque frontale de la part de la chine, c’est pourquoi le budget faramineu accorde a l’armement me laisse perplexe.

                      Je vis et je travaille a Taiwan, et la pragmatisme chinois ne semble pas etre de mise lorsque l’on parle des relations entre Taiwan et la chine. C’est bien dans l’interet de tous que Taiwan obtienne un statut semblable a celui de Hong-kong. Bientot esperons-le, bien que le futur favori a l’election presidentielle soit assez ambigu sur ce sujet, il parle plutot de faire revenir Taiwan dans le giron de la Chine, apres tout Ma-yin Jo est ne en Chine !

                      en attendant il va y avoir de l’animation a Taiwan dans les mois qui viennent.

                       

                      Cordialement,

                       

                      Nico

                       


                      • Philippe Vassé Philippe Vassé 5 mars 2008 01:40

                        Nico,

                        Juste un petit rectificatif sur deux points puisque vous semblez connaître la vie politique taiwanaise :

                        1- Ma Ying Jeou est né à Hong Kong, à l’époque territoire sous domination britannique, et non en Chine. Son éducation est anglophone. Ce qui est passablement différent de ce qui sous-entendrait "naissance en Chine".

                        2- Il n’est pas favorable à une union de Taiwan avec la Chine, mais à une politique de détente et de relations pacifiées, en opposition avec les rodomontades quelque peu "puériles" du Président actuel de Taiwan face à la Chine.

                        C’est d’ailleurs cette volonté proclamée de dialogue calme qui rassure les partenaires importants de Taiwan, mais aussi les milieux économiques de l’île qui attendent son élection pour rapatrier dans le pays activités et capitaux en provenance de...Chine !

                        Laquelle Chine perd aujourd’hui ses entreprises d’origine étrangère qui partent en masse vers le Vietnam, la Thaïlande, l’Europe de l’Est et le Maghreb, voire même pour certains pays du Golfe arabo-persique. Ce qui est un nouveau processus dont encore une fois personne ne France n’a pris conscience ou ne parle.

                        Enoncer des faits vrais et avérés est aussi une nécessité morale et déontologique du journalisme citoyen, car il importe aussi de ne pas tomber, à son insu, dans les travers des médias taiwanais qui, en matière de luttes politiques, remplacent souvent le débat libre et constructif par les insultes stériles, les amalgames insensés et les attaques personnelles.

                        Bien cordialement,

                         

                        2-


                      • TSS 5 mars 2008 00:02

                        cette affaire ajoutée à l’affaire A.Frère sur laquelle ni les medias ni le gvt n’ont communiqué malgré 2 lettres envoyées personnellement à Sarkhozy !!ça commence à faire desordre !!

                        et puis nul besoin de remonter au" rainbow warrior" où le frère de ségo n’etait d’ailleurs qu’un simple executant et non pas commanditaire ni aux diamants de giscard ni à la trahison de judas !!le present se suffit à lui même !!


                        • Philippe Vassé Philippe Vassé 5 mars 2008 01:28

                          TSS,

                          Oui, c’est bien sur ce silence public des médias français que l’inquiétude peut être grande.

                          En 2008, en France, il est possible-provisoirement du fait de l’absence d’une véritable presse d’investigation- à un gouvernement de passer sous silence un Accord de vente d’Etat à Etat, comme si personne ne pouvait même plus tard s’en apercevoir, dont le montant excède 10 milliards de dollars US et peut coûter, en cas de non-respect des clauses signées, très cher aux citoyens-contribuables.

                          Il est presque incroyable de se rendre compte que la France a le système médiatique le plus "fermé" qui soit dès lors qu’il s’agit des grands contrats d’armements dont nul n’ignore, en tout cas à Taiwan puique le sujet est sur la place publique, que ces contrats sont des mannes immenses pour la corruption.

                          En clair, la presse pakistanaise, dont la liberté est très relative, peut parler d’un contrat passé avec la France à pleines pages, les médias taiwanais peuvent énoncer les contenus techniques et juridiques d’un contrat passé entre leur paus et la France, le tout sans que les médias français, y compris l’AFP, n’aient rien entendu, vu ou senti.

                          Une chose est ainsi démontrée : la mondialisation de l’information est certainement en France actuelle un voeu très abstrtait...

                          Mais, vous avez raison : les affaires d’Albert Frère, citoyen belge, et de Desmarais, citoyen canadien, sont aussi très peu suivies, pour ne pas dire absentes de l’information.

                          La France de 2008 semble, du point de vue de l’information libre et ouverte, en 1788 !

                          Du coup, un scoop AGORAVOX qui fait débat entre pays en Asie est publié sur ce site. Mais, comme pour Frère er Desamrais, un silence gêné-embarrassé peut-être- entoure l’évènement.

                          Les médias français n’auraient-ils pas des sinophones qui lisent bien le mandarin ou est-ce parce que certains sujets renvoient le système d’information du pays à une époque type URSS 1954 ?

                          Nous aurons bientôt la réponse. Car la presse allemande et suisse, elles, sont très intéressées par cette information, qui est aussi développée aux Etats-Unis !!!

                          Bien cordialement,


                        • Philippe Vassé Philippe Vassé 5 mars 2008 02:27

                           

                          Juste après son entrée en fonctions hier, le nouveau ministre de la Défense, Tsai Ming-hsien, a rendu visite au chef de file du groupe parlementaire du Kuomintang (KMT), Alex Fai, avec lequel il a abordé la préparation de l’élection présidentielle et l’avenir de la société Taiwan Goal.

                          Aucun ordre particulier n’a été donné pour consigner les forces armées le jour du scrutin présidentiel, le 22 mars, a assuré le ministre au député pour dissiper les rumeurs à ce sujet.

                          En 2004, à la suite de l’attentat manqué contre le président et la vice-présidente de la République, l’armée avait été mobilisée pour des raisons de sécurité, et le KMT avait affirmé que l’absence de ces électeurs potentiels avait contribué à donner la victoire à Chen Shui-bian.

                          Alex Fai a aussi évoqué le dossier épineux de Taiwan Goal, la société de droit privée mais largement financée par des fonds publics, qui a été créée récemment pour traiter des achats et des ventes d’armes de l’île.

                          Outré que les députés n’aient pas été consultés avant la mise en place de cette structure et suspectant qu’elle ait des objectifs secrets, le KMT a exigé sa fermeture immédiate – une polémique qui a provoqué la démission de Lee Tien-yu, alors ministre de la Défense.

                          Interrogé après l’entretien, Tsai Ming-hsien a confirmé que Taiwan Goal cesserait bientôt ses activités, mais il a souligné que la législation autorise le gouvernement à confier les contrats d’armements à des structures privées et que cela s’est déjà fait dans le passé. « Ce genre d’arrangement est bon pour Taiwan », a-t-il ajouté.


                          • Philippe Vassé Philippe Vassé 5 mars 2008 04:03

                            Trouvaille de fin 2007.

                            Déjà, des articles discrets soulevaient des problèmes de ventes d’armes françaises en Asie.

                            http://www.atimes.com/atimes/South_Asia/IJ10Df01.html


                            • Philippe Vassé Philippe Vassé 5 mars 2008 04:21

                              Bonjour,

                              Les preuves s’accumulent sur les responsabilités de Nicolas Sarkozy dans ce contrat d’armements qui tourne au scandale, et notamment les buts cachés possibles de sa visite en Chine.

                              J’ai aussi retrouvé cet article très précis de USA Today qui explique bien que Nicolas sarkozy connaissait les problèmes posés par la vente de technologies utilisées par Taiwan en excluisivité payée au Pakistan, ce qui allait donc arriver directement en Chine via le partenariat sino-pakistanais avec Chengdu Industries en Chine.

                              http://www.usatoday.com/news/world/2007-09-13-frencharms_N.htm

                              Selon un analyste militaire français consulté à titre personnel, il semblerait que les transferts de technologies utilisées par les MIRAGE 2000 taiwanais à la Chine via le Pakistan soient un geste visant à amadouer les autorités de Pékin avant de vendre d’autres armes françaises à Taiwan, notamemnt des nouvelles technologies pour les MIRAGE 2000 achetés à DASSAULT en 1992.

                              C’est bien en effet ce que le contrat ou, du moins, ce que les médias taiwanais en présentent, qui s’est passé.

                              La France a donc essayé d’ amadouer Pékin pour vendre à la fois indirectement à la Chine via le Pakistan ses matériels pour que les troupes de Pékin disposent des outils efficaces de lutte contre les MIRAGE 2000 taiwanais et a vendu ENSUITE directement à Taiwan des nouvelles technologies pour ces mêmes MIRAGE 2000 afin de "fortifier" leurs capacités militaires et les adapter aux contre-mesures que la Chine avait acquises via le Pakistan.

                              On peut légitimement se demander si le gouvernement français n’est pas un peu cyniquement mercantile dans ces contrats asiatiques bien particuliers.

                               


                            • Philippe Vassé Philippe Vassé 5 mars 2008 04:37

                              L’enquête taiwanaise sur les négociations et achats secrets entre la France et des membres du parti au pouvoir à Taiwan.

                              Version anglaise qui confirme bien les liens entre les autorités françaises et les émissaires de la société privée "Taiwan Goal" accusée de servir d’écran à des commissions occultes de plusieurs centaines de millions de dollars taiwanais ( 1 euro= environ 43 dollars taiwanais).

                              Depuis l’enquête s’est approfondie et a abouti à la dissolution de cette société privée qui aura lieu le 12 mars 2008.

                              Viisblement, des négociations plutôt "illicites" selon les magistrats taiwanais ont eu lieu entre les autorités françaises et les resprésentants de "Taiwan Goal".

                              L’article en question est en ligne sur le site du KMT, parti qui a dénoncé ce scandalee t mené campagne pour l’annulation du contrat passé.

                              http://www.kmtnews.net/client/eng/HotArtical.php?REFDOCID=00aqxoeo6wgek2mk


                            • Philippe Vassé Philippe Vassé 5 mars 2008 04:44

                              Voici un texte publié sur le même site de KMT news sur la crise au sein de l’armée taiwanaise après le scandale de "Taiwan Goal".

                              Visiblement, il semble que l’accord SECRET avec la France ait causé de gros dégâts internes au Minsitère de la Défense, puisque l’article annonce, ce qui n’était pas admis auapravant officiellement, la révocation de plusieurs généraux de haut rang.

                              Lien : http://www.kmtnews.net/client/eng/HotArtical.php?REFDOCID=00ar9az5fql3vvnu

                              Voici le texte en anglais après sa source identifiée :

                              Taiwan Goal to Be Disbanded on March 13

                              Sources : Taipei newspapers

                              March 3, 2008

                              On February 29, Wu Nai-jen, a bigwig of the DPP, announced that Taiwan Goal would be disbanded on March 13 after the decision was reached in a board meeting. Taiwan Goal, which has caused much turmoil in the military and Taiwan’s politics, and resulted in the resignation of the Defense Minister and several high-ranking generals, is to become history.

                              Wu issued a statement in his capacity as the Chairman of Taiwan Goal, saying that the board of Taiwan Goal had met on February 29 and reached a consensus to hold a temporary shareholders’ meeting on March 12 in accordance with regulations stipulated in the law, at which time he would recommend shutting down the business and disbanding Taiwan Goal. The dissolution of Taiwan Goal should be finalized on March 13.

                              Wu did not specify the motive or details of the dissolution of Taiwan Goal. However, Wu mentioned that recently the media had reported many pieces critical of TGC and the opposition party had intentionally lambasted TGC, blurring the initial purpose of the government to develop the domestic defense industry and destroying the original makeup of the commercial corporation. Under such circumstances, the TGC had lost its reason to exist. Therefore, Wu said he decided to convene a shareholders’ meeting to discuss the issue of disbanding TGC.


                            • tchoo 5 mars 2008 09:50

                              Merci de nous tenir au ciurant de cette affaire Philippe.

                              On attend que la presse française y mettent un peu son nez !

                              Attente vaine ?????????????


                              • Philippe Vassé Philippe Vassé 5 mars 2008 10:43

                                Bonsoir,

                                Après étude des données de la presse taiwanaise et comparaison des sources, il s’avère que les 8 "frégates" dont j’avais fait état seraient en fait, selon notamment les services du Procureur en charge de l’enquête sur les activités suspectes de la société "Taiwan Goal", 8 dragueurs de mines sous-marines, apparemment aussi équipés pour la lutte contre les sous-marins.

                                A Tchoo,

                                La presse française est informée avec les sources fiables en anglais et en mandarin. Particulièrement, les informations et les données originelles ont été transmis à Libération, Marianne, Le Parisien, l’Express, le Nouvel Observateur et l’AFP, sans oublier la presse suisse et allemande, puisque les RAFALE sont des avions franco-allemands, y compris la dernière version que Taiwan était censée acheter dans le contrat signé le 29 janvier 2008.

                                A cette heure encore matinale en France, 10h35, il semble que les informations visant des "secrets élyséens affairistes", comme le note un blog taiwanais indépendant, n’aient pas encore pu être "publiés" par la presse française libre et indépendante, notamment en matière d’investigation.

                                Mais peut-être aussi ce retard est dû à des obligations de vérifications des sources, pourtant ici apportées et vérifiables par tout journaliste compétent un peu anglophone.

                                Et puis, Bernard Planchais, qui connaît bien la DCNS, a aussi, on suppose, un emploi du temps vérifiable pour fin janvier 2008 car il a été vu par des "officiels" à Taipei plusieurs fois entre le26 et le 29 janvier 2008 à....Taipei.

                                Bien cordlalement,

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès