Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Une société qui n’aime pas les jeunes

Une société qui n’aime pas les jeunes

Chômage des jeunes
JPEG - 45.2 ko

Chômage des jeunes de moins de 25 ans, en %

 
Vous avez bien lu : le chômage des jeunes s’élève à plus de 50% en Grèce et en Espagne. En France, la situation est bien meilleure, puisqu’on n’atteint pas encore les 25% ( !!!). Cela viendra cette année, patience ! et nous ne tarderons pas à rejoindre les taux méditerranéens. Un exemple parmi d’autres, vous dirai-je, car c’est dans tous les domaines que notre société exprime sa haine contre les jeunes, pour la bonne raison qu’il s’agit bel et bien d’une société de vieux.
 
L’ensemble des mécanismes de protection sociale n’ont pas été conçus dans une perspective de stimulation de la vie sociale, de son dynamisme, de sa joie de vivre et de créer MAIS uniquement dans le but de stabiliser l’ÉTAT, et de faire somnoler autour de lui une société pantouflarde et à la limite de l’extinction. La gestion des retraites en est un des exemples les plus frappants. Vous voulez en exprimer le double scandale en deux temps ? Premier temps : le minimum vieillesse sous les 800€. Deuxième temps : la retraite des fonctionnaires de l’État français en moyenne à 2 400€ net par mois. Il ne s’agit visiblement pas de protéger le grand âge mais d’assurer une plantureuse rente aux dignes serviteurs de l’État.[1] Et je ne parle pas ici des retraites de ministres, parlementaires et autres dignitaires de la République auprès desquelles les pensions royales de l’Ancien Régime pâliraient ! [2]
 
La question du logement a évolué ces vingt dernières années totalement en défaveur des jeunes. Les vieux sont propriétaires et touchent ici aussi une rente. Les prix complètements surfaits de l’immobilier empêchent les jeunes d’accéder à la propriété ; quant aux loyers, les qualifier de prohibitifs ne serait pas tomber dans l’exagération.
 
J’en reviens à la question du travail. Le chômage est le premier problème, certes, mais le travail est lui aussi un problème. En quoi a-t-on transformé le travail ? Et pourquoi parallèlement a-t-on développé un système d’enseignement globalement fait pour dégoûter du travail ? Vous le croirez ou pas, mais moi je suis certain qu’il faut aujourd’hui formellement déconseiller aux jeunes qui veulent vivre confortablement de faire des études. Aucun diplôme, commencez en apprentissage à 16 ou 18 ans, aucune responsabilité… vous gagnerez votre vie et serez admis à la retraite 40 ans plus tard. Faites des études jusque 25 ans, galérez dans des stages non rémunérés jusque 30, déménagez sur l’hexagone au fil des mutations,… et vers 70 ans on examinera votre cas !
 
L’enseignement a largement anticipé cette haine du jeune en favorisant, sous des prétextes divers, la destruction de générations entières.[3] Et ça marche ! Du coup les jeunes ne se révoltent pas et mènent bien souvent un mode de vie autodestructeur et plus conformiste que leurs parents. Mais pour une société de vieux quoi de plus rassurant que de fabriquer des générations de petits vieux ?
 
Nous ne sommes plus comme dans les années soixante face à un épisode de conflit des générations.Nous avons fait un grand pas en avant et frisons, ce qui est plus terrifiant encore, l’indifférence des générations. A l’heure d’Internet, que voulez-vous que nous apprenions des vieux ? Que c’est notre Société toute entière qui a vieilli et qui meurt, non pas d’une mort naturelle ou d’un vieillissement dû à l’âge. Notre société qui se meurt de l’attaque frontale qui lui a été portée il y a un siècle par la Grande Guerre et qui a été amplifiée par la Croisade de la Consommation.
 
Quoi d’étonnant si, dans une société qui se meurt, les jeunes s’en prennent plein la gueule ?
 
MALTAGLIATI


[1] Loin d’être issue des conquêtes sociales, toute notre législation sociale est issue des régimes de Bismarck, Napoléon III et des impérialistes anglais. Voyez Maltagliati, Genèse de l’État Providence in D’août 14 à l’âge d’or de l’État.
[2] Que les petits fonctionnaires qui sont eux aussi à leur manière victimes du système me pardonnent ! Mais la fonction publique, à l’image des armées de carnaval, comporte plus de colonels que de soldats…
[3]  Voyez ma suite de trois articles La crise de l’éducation.

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • sleeping-zombie 7 juillet 2012 09:44

    Joli coup de gueule.

    Je dirais plutôt qu’on vit dans une société anarchiste, malgré les apparences.
    Anarchiste car sans la moindre direction, sans la moindre vision, gérée uniquement par les aléas du court terme.
    Et dans ce genre de monde, qui s’en prend le plus dans la gueule ? le plus faible, le moins organisé, le moins solidaire (au sens premier), le jeune.

    ++


    • bernard29 bernard29 7 juillet 2012 12:02

      Il ne s’agit pas d’une haine envers les jeunes. Notre société de consommation est une société d’égoïsmes dont le moteur est la cupidité.


      • Anaxandre Anaxandre 7 juillet 2012 15:35

        @ Bernard

         Vous avez raison mais j’aurais plutôt parlé d’une société consumériste dont le moteur serait l’hyper-individualisme, sans omettre l’aculture et l’amoralisme régnants qui sont les deux phénomènes qui permettant à cette société de la consommation et des loisirs de nos jeunes d’exister et de prospérer.


      • Anaxandre Anaxandre 7 juillet 2012 15:13

         Au lieu de « stigmatiser » (que je l’aime ce mot !) les vieux cons dont je commence certainement, à 40 ans passés, à faire partie, il s’agirait d’être honnête un moment sur une grande partie (vous avez bien lu : « une grande partie », pas toute !) de la jeunesse qui, fort sympathique au demeurant, n’a pas ou peu de formation, croit tout savoir mieux que vous, voudrait votre salaire (ou votre place !),au bout de 6 mois, rejette l’autorité, à de gros problèmes comportementaux, maîtrise peu ou mal l’écrit et l’oral (quant à savoir compter, n’y comptons plus !), refuse certains codes vestimentaires indispensables à certains corps de métiers, rêve de passer aux 15 heures payées 35, fatigués qu’ils sont par la société des loisirs (nocturnes), et cetera.

         J’arrête là. Des comme ça, j’en rencontre tous les jours. Et ce sont peut-être davantage ces jeunes là qui ne sont pas très compatibles avec le monde du travail, que les « vieux » qui n’aimeraient pas leurs jeunes.


        • jef88 jef88 7 juillet 2012 15:28

          la socièté n’aime pas les jeunes !
          la société n’aime pas les vieux (plus de 55ans)

          ELLE AIME LE FRIC !


          • eric 7 juillet 2012 16:15

            Analyse une peu rapide. En realite, si on retire l’emploi public et para public, un gros tiers de l’emploi total, ce taux de chomage des jeunes est un peu plus eleve que celui des autres employes du prive en general. Encore ont ils une petite chance d’etre embauches dans la fonction publique. Vu les conditons de diplome et l’importance des emplois « cadres » dans le public, il y a gros a parier qu’a 26 ans et plus ce taux doit baisser. On parle d’un age moyen a l’embauche dans la territoriale d’environ 30 ans par exemple. maintenant, il est vrai que le deal entre les syndicats de gauche et l’etat fut, on garde et on fout la paix a tous ceux qui sont en place, meme mauvais, meme inutiles, meme trop couteux pour nos finances, mais on se paye sur les jeunes avec un remplacement sur deux.
            S’ajoute un autre truc. 50% des polytechniciens sont des enfants de profs( pas 2 % de la population), si on ajoute les enfants d’autres fontionnaires, on voit que les gens tres diplomes ont malgre tout toutes leurs chances d’etre embauches. Les meilleurs trustent le splaces dans le prive. Leurs freres et soeur moins diplomes mais diplomes quand meme, trustent les emplois qui restent dans le public. A la RATP, on a multiplie les emplois de cadre a peu pret aussi vite qu’on diminuait sur les conducteurs et autres ouvriers.
            Donc les enfants de la gauche, on sans doute un taux de chomage tres inferieur...
            En realite notre societe est domine par sa fontion publique. Elle gere au bas mot 57% du PIB, et elle n’aime pas les autres en general quel que soit leurs ages. Le chomage des seniors du prive n’est pas triste non plus. Celui des pauvres et non diplomes tous ages confondus n’a rien a leur envier. Tous le monde sait qu’ils sont exclu de l’emploi par des impots et charges qui financent essentiellement le secteur public.
            La gauche predatrice, ce n’est pas une question d’age, de classe sociale, d’opinion politique, c’est, comme elle le dit elle meme, un « peuple », le « peuple de gauche », avec des jeunes et des vieux, des tout en haut et des en bas, des ouvriers publics et des hauts fontionnaires pantouflard, qui vit au depend de la societe, et evidemment en particulier au depend des plus pauvres.
            C’est aussi pour cela qu’elle a besoin de denoncer des boucs emissaires, les vieux, les riches, les patrons.


            • furio furio 7 juillet 2012 17:04

              Je prépare un sujet sur cette honte pour la Société française : j’ai cité le chômage des jeunes ! Une société qui n’est pas capable de donner du travail à ses enfants ..ne mérite pas d’exister !

              Voilà c’est dit et je vous rejoins bien évidemment sur le constat : notre société n’a rien à foutre de ses enfants ! Oh ! une petite exception quand même les nantis de ce pays se soucient de leurs enfants ils leurs trouvent du travail. Que ce soit des jobs d’été ou des emplois pour jeunes diplomés ! Il ne faudrait quand même pas mettre toute le monde dans le même panier.

              Par contre mon sujet va s’adresser à notre ministre du développement..par le travail, Monsieur A MONTEBOURG.


              • ALasverne ALasverne 7 juillet 2012 18:08

                La société dans son ensemble n’est pas responsable du chômage des jeunes, mais une fraction de décideurs qui ont délibérement détruit l’activité économique et les protections sociales pour favoriser une flexibilité et des profits faramineux pour quelques-uns.
                Les fonctionnaires ne sont pas non plus en cause dans la situation tragique des jeunes, pas plus que les enseignants ne favorisent la « haine du jeune ». Je ne vois nulle démonstration de cela, et ce ne sont des formules aussi lapidaires qu’infondées qui le prouvent. L’auteur désigne du doigt des gens dont les français reconnaissent - sondage après sondage - la valeur, l’application et la nécessité. Sans oublier qu’ils ont vu leurs salaires gelés depuis deux ans et ne constituent pas des « nantis », à l’exception d’une minime fraction d’entre eux, les hauts fonctionnaires.


                • JL JL 7 juillet 2012 19:43

                  Maltagliati dans le rôle de Cassandre.

                  Monter les uns contre les autres, les souchiens contre les allogènes, les jeunes contre les vieux, les fonctionnaires cotre les indépendants, ... : on ne change pas une recette qui gagne !

                  Pfff ! écoeurant.


                  • JL JL 7 juillet 2012 21:36

                    Humm ! Pas très libéral, ça, le repliement !

                     smiley


                  • ALasverne ALasverne 8 juillet 2012 10:34

                    Je ne comprends pas non plus...C’est à peu près ce que j’ai dit sur l’article, en des termes peut-être moins connotés (souchiens..). smiley


                  • JL JL 8 juillet 2012 11:03

                    ALasverne,

                    bah ! j’ai écrit souchiens et allogènes. Si j’avais dit indigènes, j’aurais dit quoi par opposition ? Immigrés ? Ou eu contraire, Français de chez Français ? Moi, par exemple, je suis Breton. Suis-je souchien, indigène ou allogène ? Allez savoir.

                    maltagliati, vous l’avez lu comme il convient, et j’espère que nous serons de plus en plus nombreux à le lire ainsi. Jusqu’à ce qu’il change de pseudo et revienne insidieusement sous un autre avatar. On a l’habitude.

                    Bonne journée.


                  • ALasverne ALasverne 8 juillet 2012 19:37

                    @JL

                    Nous sommes sur la même compréhension de l’auteur, ok...

                    J’imagine que tu as sciemment choisi tes mots...Ce qui ne règle pas ton cas de Breton d’origine ou pas. De toute façon, à partir du moment où il y a sens, il y a contexte, alors vis ta vie... smiley


                  • titi 8 juillet 2012 22:41

                    « Monter les uns contre les autres, les souchiens contre les allogènes, les jeunes contre les vieux, les fonctionnaires cotre les indépendants, »

                    Alors que villipender les riches c’est beaucoup plus intelligent !


                  • JL JL 9 juillet 2012 19:04

                    Quelle bêtise, que de se jeter ainsi sur un mot, comme un chien affamé sur un os vieilli !

                    Faut-il être aveuglé par la rage, suite à la vexation que je lui ai infligée sur un autre fil ! Ou con, tout simplement.

                    Je parle d’isga, bien sûr, qui me poursuit cet après midi de sa hargnE incoercible ;


                  • lsga lsga 10 juillet 2012 00:25

                    avec un tel comportement, pas étonnant que vous vous fassiez replier vos commentaires 


                     smiley smiley


                  • JL JL 10 juillet 2012 07:56

                    Sur 20 000 commentaires que j’ai postés ici, je n’en ai pas eu plus de 20 repliés.

                    Être replié par des gens comme maltagliati, est un plaisir que vous ne connaitrez jamais, isga. Et ce plaisir, j’en use avec modération, mais toujours sciemment.


                  • JL JL 10 juillet 2012 08:03

                    @ titi,

                    je ne villipende pas les riches mais je dénonce leur âpreté au gain qui conduit notre monde au désastre pour cause d’accroissement exponentiel des inégalités. Nuance.

                    "La norme néolibérale est une norme qui est fondée sur la lutte généralisée de gens inégaux. Donc le néolibéralisme est foncièrement une rationalité inégalitaire qui fonctionne à l’inégalité et qui produit de l’inégalité ». Christian Laval

                    Christian Laval est trop gentil : le néolibéralisme n’est pas une rationalité, il est UBU roi.


                  • lsga lsga 10 juillet 2012 10:54

                    @titi


                    de toute manière, JL a l’habitude de vilipender n’importe qui, en fonction de ses humeurs...

                     smiley

                  • JL JL 10 juillet 2012 19:36

                    Il est encore vexé lui ? Je crois qu’il ne s’en remettra pas le pauvre chou !

                     smiley


                  • lsga lsga 10 juillet 2012 19:59

                    la preuve... 


                  • exesser 7 juillet 2012 22:16

                    Merci pour le partage !



                    • bert bert 7 juillet 2012 23:37

                      Mme Tatcher aime bien les jeunes smiley


                      • titi 8 juillet 2012 00:02

                        « Vous le croirez ou pas, mais moi je suis certain qu’il faut aujourd’hui formellement déconseiller aux jeunes qui veulent vivre confortablement de faire des études. Aucun diplôme, commencez en apprentissage à 16 ou 18 ans, aucune responsabilité… vous gagnerez votre vie et serez admis à la retraite 40 ans plus tard. Faites des études jusque 25 ans »

                        La question c’est faire quelles études et pourquoi ?
                        Le système éducatif est déconnecté de la réalité économique. Et d’ailleurs il le revendique.

                        Donc il ne faut pas s’étonner qu’après un Bac +5 on se trouve sans emploi : l’éducation instruit sans égard à l’état du marché du travail. Donc le Bac + 5 valide le fait d’avoir été bien instruit. Pas le fait d’être employable.

                        Il y a donc nécessairement une période de transition plus ou moins longue entre la fin de la phase d’instruction et la phase active. Elle est plus ou moins longue en fonction des gens et en fonction de l’éloignement entre l’instruction reçue et l’employabilité.

                        « déménagez sur l’hexagone au fil des mutations »
                        Alors mon père a eu pour diplome un CAP. Au bout de 2 ans de boulot il était cadre.
                        C’est une situation que bien des jeunes voudraient vivre !!!
                        Sauf que pendant ces deux ans, il a été muté 3 fois.
                        Au total dans sa carrière il a été muté 9 fois.
                        Et justement comme le souligne votre intervention, aujourd’hui e type de parcours est impossible. Aucun jeune n’accepte d’être muté, ou en déplacement. Cette génération n’accepte ni les horaires, ni les déplacements, ni qu’on lui refuse des congés, ni, ni, ni,... en fait la génération Y a été trop gatée par les mamans.

                         


                        • JL JL 8 juillet 2012 11:10

                          titi,

                          si vous savez lire, maltagliati dit tout et son contraire ! Quand il dit « déménagez dans l’hexagone »
                          c’est dans ce contexte, je cite en entier : "Faites des études jusque 25 ans, galérez dans des stages non rémunérés jusque 30, déménagez sur l’hexagone au fil des mutations,… et vers 70 ans on examinera votre cas !"

                          Autrement dit, il prétend que seuls ceux qui ont fait des études sont mutés. Ce qu’il ne dit pas c’est que ceux qui n’ont pas de formation de base étant interchangeables, on les emploie comme on veut, et on les remplace quand on veut.


                        • titi 8 juillet 2012 22:40

                          @JL

                          Voici le passage en entier

                          « Faites des études jusque 25 ans, galérez dans des stages non rémunérés jusque 30, déménagez sur l’hexagone au fil des mutations,… et vers 70 ans on examinera votre cas ! »

                          Vu le ton employé, par l’auteur, il me semble la mutation est plutot présenter comme une contrainte...
                          Et moi il me semble qu’une contrainte on aime pas la subir...

                          Enfin... il me semble...


                        • JL JL 8 juillet 2012 08:33

                          maltagliati n’aime pas ses pieds ! Ou ses oreilles ? Non, j’ai trouvé : ses yeux ! maltagliati n’aime pas se yeux, et il replie ce qu’il voit et ne lui plait pas.

                          Pff !

                          La société c’est qui ? Les jeunes, c’est pas la société ? Les marchands de gadgets électroniques n’aiment pas les jeunes, peut-être ? Allons donc ! Bien au contraire, et pas que ces marchands !

                          Les preuves pullulent de ce que maltagliati est un fouteur de merde qui dresse des pans entiers de la société les uns contre les autres.

                          Lisez donc, entre autres, ces articles, qui renvoient ce texte de matagliati direct à la poubelle :

                          Salariés et chômeurs seniors : Les mal aimés des entreprises !

                          Votre vie sera diffusée sur Facebook... en vidéo !

                          maltagliati dit : « n’instruisez pas les nouvelles générations » !

                          Je réponds : « La norme néolibérale est une norme qui est fondée sur la lutte généralisée de gens inégaux. Donc le néolibéralisme est foncièrement une rationalité inégalitaire qui fonctionne à l’inégalité et qui produit de l’inégalité ». Christian Laval

                          Le néolibéralisme, ce n’est pas moins d’État, mais un État au service de la concurrence
                          Donc un Etat au service du marché. Or le marché est par nature, amoral. Et Montesquieu disait : »Un État sans morale n’est que despotisme« . L’État néolibéral est despotique.

                          Ne dit-on pas dit : « Pour un marchand, un client averti n’en vaut plus que la moitié ». ? De sorte que, on peut le dire, l’État marchand est, aussi, obscurantiste ! L’état moral c’est quand »dieu existe« . L’état amoral c’est quand »dieu est mort, et le diable avec« . L’état immoral c’est quand »dieu est mort, mais le diable existe". Le diable est obscurantiste, par conséquent le capitalisme est immoral. CQFD


                          • maltagliati maltagliati 8 juillet 2012 13:23

                            Le Monsieur qui signe JL me poursuit de ses outrances et passe à la calomnie pure. J’ai donc replié ses « commentaires »... qu’il aille déverser sa bile ailleurs !
                            Je signe Maltagliati depuis plus de dix ans, il suffit de voir mon site.
                            Fondamentalement j’attaque la gauche réactionnaire dont il se fait le promoteur non d’un point de vue néo-libéral, mais « révolutionnaire » (si ce mot a encore un sens).
                            Ce qu’il ne peut supporter c’est qu’on s’en prenne à l’ETAT. C’est son problème, ce n’est pas une raison pour me traiter de tous les noms d’oiseaux.


                            • JL JL 8 juillet 2012 15:13

                              Un site ? Quel site !? Je me moque de votre site ; il n’y a pas de site qui tienne. Nous parlons de votre présence sur Agoravox, en tant que maltagliati ; 1ère intervention sous ce pseudo : novembre 2011.

                              Vous pouvez replier : le repliement n’est qu’un avis parmi d’autres, celui qui a écrit l’article dont on parle. Ce repliement est une loupe grossissante qui conduit quasiment tous les lecteurs à lire ce qui est replié. Continuez donc, c’est vous ça stigmatise.

                              Non, vous n’attaquez pas la gauche réactionnaire, vous attaquez la République ; et il y a moins de gauche réactionnaire dans mes propos que dans vos sophisme.

                              maltagliati dit : « n’instruisez pas les nouvelles générations » !

                              Je réponds : "La norme néolibérale est une norme qui est fondée sur la lutte généralisée de gens inégaux. Donc le néolibéralisme est foncièrement une rationalité inégalitaire qui fonctionne à l’inégalité et qui produit de l’inégalité ». Christian Laval

                              Le néolibéralisme, ce n’est pas moins d’État, mais un État au service de la concurrence
                              Donc un Etat au service du marché. Or le marché est par nature, amoral. Et Montesquieu disait : « Un État sans morale n’est que despotisme ». L’État néolibéral est despotique.

                              Ne dit-on pas dit : « Pour un marchand, un client averti n’en vaut plus que la moitié ». ? De sorte que, on peut le dire, l’État marchand est, aussi, obscurantiste ! L’état moral c’est quand « dieu existe ». L’état amoral c’est quand « dieu est mort, et le diable avec ». L’état immoral c’est quand « dieu est mort, mais le diable existe ». Le diable est obscurantiste, par conséquent le capitalisme est immoral. CQFD

                              nb. Ce post qui contient des propos que je vous mets au défi de réfuter, ne contrevient pas à la charte. Allez vous le replier ?


                            • lsga lsga 9 juillet 2012 16:29

                              @maltagliati


                              vous avez eu parfaitement raison maltagliati, JL est un véritable terroriste intellectuel !
                              nous sommes nombreux ici à être victime de son comportement insultant. 

                               smiley

                            • JL JL 9 juillet 2012 18:41

                              Isga qui se dit d’extrême gauche, qui fait ici alliance contre un homme de gauche, cf. ma présentation, démontre s’il en était besoin qu’il est un fouteur de merde lui aussi. En témoigne sa page auteur, caractéristique des trolls et des lobbyistes qui ont fait le choix de se cacher dans l’ambiguïté.


                            • JL JL 9 juillet 2012 18:42

                              Ou peut-être tout simplement un jeune idiot hargneux !?


                            • lsga lsga 10 juillet 2012 00:21

                              toujours dans les insultes JL...


                              décidément...

                               smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès