Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Une source d’énergie éminemment renouvelable

Une source d’énergie éminemment renouvelable

« une source d’alcool méconnue » c’est le titre d’un article paru dans l’Illustration datée du 8 août 1903, article que je reproduis ci-dessous in extenso et qui est signé E. Ledrain.
Un nom (presque) prédestiné vu la teneur de l’article...

Il m’a semblé, en effet, qu’en matière d’énergie, il ne faut négliger aucune piste, fut-elle glissante...

 
" Il y a de l’alcool un peu partout. Il s’en forme même dans le sol, comme l’a montré l’éminent bactériologiste, M. Duclaux, mais pas assez pour qu’on puisse l’extraire industriellement
On en trouve encore dans ... les matières fécales. Et un inventeur vient de faire connaître un procédé qui permet de tirer quelque chose comme 80 grammes d’alcool d’un kilogramme de matières fécales. Des essais ont été faits, au cours desquels on a obtenu jusqu’à 9 litres du précieux liquide par 100 kilogrammes de matière traitée.
 
Remarquez combien ce résultat est important et combien le rendement est satisfaisant : 100 kilos de pommes de terre ne donnent que 11 litres d’alcool. Et il faut planter, cultiver et récolter la pomme de terre, alors que la matière fécale vient toute seule.
Une société se serait formée à Dresde pour exploiter cette méthode nouvelle d’utilisation de l’activité du genre humain. Cette société a calculé qu’une ville de 100.000 habitants normaux, bien constitués, dont les matières fécales rendraient seulement 7 % d’alcool, pourrait tirer d’elle-même, bon an mal an, 4500 hectolitres d’alcool, sans compter les produits accessoires dont 2 millions de mètres cubes de gaz combustibles.
Vraiment, une société bien organisée ne peut laisser perdre de pareilles ressources.
C’est avec satisfaction, toutefois, que nous apprenons qu’on n’a point l’intention de livrer cet alcool à la consommation. Il serait employé à des usages industriels seulement, il servirait à chauffer, à éclairer, et à faire marcher les automobiles et autres moteurs. " Fin de citation.
 
Conclusion :  pourquoi en période de pré-disette concernant les énergies, ne se pencherait-on pas de nouveau sur les fosses dites d’aisances ? ( se pencher avec précautions, il va sans dire )... Il me semble qu’un pays nordique utilise déjà cette matière dernière dans je ne sais plus quel but, mais chacun sait que nos voisins nordiques sont souvent en avance sur nous, pauvres latins, empêtrés que nous sommes dans nos traditions et nos pensées uniques...
 
La Chine aussi, depuis longtemps, récupère ces sous-produits humains pour en faire des engrais. Ce n’est pas pour autant que la soupe chinoise a un goût désagréable...
 
De toute évidence, il ne faut pas rester sceptique devant les fosses septiques.
C’est une idée à creuser qui, à mon avis, n’est pas sans fondement.
 

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • zelectron zelectron 31 octobre 2009 11:51

    Sans aller jusqu’à cet usage (un peu « energivore » pour faire ce « schapps ») les milliards de tonnes annuels gaspillés remplaceraient avantageusement les engrais phosphato-azotés.


    • trevize trevize 31 octobre 2009 17:05

      + l’infini !

      Ok, on retire 7% d’alcool du caca, mais que faire des 93% restant ? ça va donner des grosses boues pleines de nitrates, comme les fonds de cuve des stations d’épuration ? alros c’est pas une bonne solution.

      Dans la nature, les déjections animales retournent à la terre pour former de l’humus. Quand vous avez un gros tas de boues plein de nitrates, c’est trop tard, tout ce bon engrais est définitivement perdu.

      Il est à noter que la génération de biogaz pose les même problèmes : pour cela on mélange les excréments à de l’eau et on laisse les bactéries anaérobies décomposer ça pour obtenir du méthane. Et on se retrouve avec un gros tas de boue plein de nitrates que les plantes n’ont pas le temps d’absorber (surtout vu les quantités épandues) donc ça va directement polluer les nappes phréatiques et les rivières.

      La seule façon de traiter correctement nos déjections, c’est d’en faire du compost. A sec. En milieu aéré. Donc pas question de récupérer du méthane.


    • trevize trevize 31 octobre 2009 17:27

      Mais bon, cette initiative va quand même dans le bon sens : arrêter de considérer nos déjections comme de simples déchets, c’est très clair que c’est du grand gachis.


    • Talion Talion 31 octobre 2009 12:14

      On sait depuis longtemps que la merde (excusez....) peut être une source non négligeable de biogaz. Que ce soit celle des porcs, d’une espèce domestique quelconque, ou encore des hommes...

      Par contre pour l’alcool j’ignorai... C’est toujours bon à savoir...

      C’est vrai que l’idée du recyclage des déjection de porcs en milieu agricole a son charme si cela permet de limiter notre dépendance énergétique vis à vis de l’extérieur... Sans parler du recyclage des déjection humaines récupérées en milieu urbain.

      Paris futur Dubaï ?...


      • jullien 31 octobre 2009 15:07

        Heureusement que l’argent n’a pas d’odeur !


        • Madame la Marquise 31 octobre 2009 16:18

          Et au moins, contrairement à l’électricité (nucléaire + batteries), cela ne laisse pas de déchets... Sommes-nous en face du « système D », à la Française ? Ce serait pour le moins amusant, sauf peut-être pour recouvrir la TIPP (les trois quart du prix àla pompe -d’ailleurs un impôt considéré comme de la valeur ajouté : hallucinant !-), car les distilleries clandestines pulluleraient...


          • olivier cabanel olivier cabanel 31 octobre 2009 17:03

            @ l’auteur,
            cette information est connue depuis longtemps,
            en Chine, dans les villages du Nord, depuis longtemps, un tuyau souple récupère le méthane qui est produit dans les fosses septiques, et ce méthane sert à cuire les aliments,
            mais vous pouvez aussi aller faire un tour sur mon article : énergies propres en Suede, paru aujourd’hui, vous allez retrouver d’autres renseignements,
            et surtout ne soyez pas sceptique...
            cordialement.


            • Markoff 31 octobre 2009 21:28


               cette information est connue depuis longtemps la preuve  : 1903  !
              Je parle aussi de la Chine, mais j’ai omis de parler du méthane, je sais qu’ils utilisent aussi les excréments comme engrais en surface dans certaines campagnes.

              J’ai trouvé amusant de citer cet article de par son ancienneté, mais je ne suis pas un spécialiste de « la chose »... tout en ayant, comme vous, de l’intérêt pour toutes les formes d’énergies possibles qu’il faudra bien mettre en oeuvre un jour prochain.
              De ce point de vue, j’ai apprécié votre article de ce jour.
              Cordialement


            • ZEN ZEN 31 octobre 2009 18:51

              Dans les annnées 50, quelques fermiers avant-gardistes avaient déjà expérimenté la technique (cloche sur le tas de fumier)
              Les wc publics auraient aussi l’avantage de réintroduire du lien social... smiley
              Les Romains faisaient même des affaires tout en se livrant négligemment à leurs besoins naturels...


              • Daniel Roux Daniel Roux 31 octobre 2009 20:04

                Les latins ne sont pas plus que d’autres empêtrés dans la pensée unique.

                La réalité est que, chez nous, les revenus des riches actionnaires des monopoles privés sont protégés par le pouvoir, lui-même soutenu par un parlement complice.

                Le nucléaire, le pétrole, le gaz, le moteur à explosion, le transport routier, l’agro alimentaires, les fabricants d’armes, les labos pharmaceutiques, les médecins, les hauts fonctionnaires, les politiques, ...

                Tous défendent avec acharnement leurs privilèges et leurs subventions sans se priver de dénoncer régulièrement et cyniquement les « avantages »des pauvres, des faibles, des vieux, des assujettis, des salariés, des malades, et tous les malheureux non représentés dont ces prédateurs tirent leurs gros revenus.


                • Markoff 31 octobre 2009 21:08

                  Vous n’avez pas tort, dans l’ensemble.

                  Néanmoins, je trouve qu’il y a toujours un peu d’injustice à mettre tout le monde dans le même panier quand il s’agit non pas d’entités économiques, mais de personnes.
                  Il y a toujours des exceptions qui, même s’ils « confirment la règle », n’en méritent que mieux de ne pas être « globalisés ». ( je pense à mon ( ma ) médecin qui a les mêmes idées que vous ( et moi ) sur les privilèges ).

                  Ce n’était qu’une parenthèse...


                • brieli67 31 octobre 2009 23:48

                  DU NEUF SOUS LE SOLEIL ha ha ha ha !


                  Dépéchez vous de vous rendre en Chine AVANT QUE Coca_Cola ait tout hygiénisé

                  pour la fish-cum-duck culture !!

                  Ici de l’Université allemande où il m’arrive d’intervenir 
                  feuilletez le canard ... SI SI de belles photos et surtout un schéma explicatif

                  là en plus moderne et des réalisations d’ aquaculture intégré

                  Résumons ce recyclage des excréments en Chine et en Asie,

                  Un pavillon à pilotis sur les bords d’un étang
                  habitants de haut en bas : pigeons, poulets, canards, cochons, canards
                  en dessous les carpes.. et les crustacés...
                  a chaque étage à la nouriture se mêle la« production du haut...

                  principe toute bête ne peut extraire de son bol alimentaire que 33% des proteines 
                  Bien sûr que l’homme prélève. Ce qui n’est pas dit dans la chanson
                  le chien, en Chine à langue bleue et bien dodu, le mets des grandes occasions se charge des étrons bien frais et bien moulés de son maître....

                   »Chargé« l’étang sera récolté et deviendra rizière avec les canards prédateurs de vers, larves et mouches....

                  A la chute du Mur des élevages sur ce principe en Hongrie et en Pologne !
                  Devinez ce qu il en advint ? Facile !!


                  ps : quel produit/déchet de base pour la plus grande usine produisant de l’alcool ?
                  dans votre  bourbon ce whiskey américain anti_bourdon.
                  PREFEREZ LA VERSION ORIGINALE

                    » Heureux les habitants de NZ"

                  bis repetita 
                  ZUT Marcel ZEN ne comprendra de nouveau pas !
                  Désolé, Professeur... 

                  • Geneste 1er novembre 2009 00:03

                    Dans les années 70 aussi, certains avaient pensé à recycler l’homme dans sa globalité, le film s’appelait « soleil vert »...

                    Je crains que ce qu’il y a à récupérer de cette façon soit bien maigre... Si je puis m’exprimer ainsi...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès