Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Une victoire à l’arraché

Une victoire à l’arraché

En plein été une SCI et un propriétaire ont décidé de couper l’eau à un couple…

La jeune femme était enceinte de sept mois et le non accès à l’eau risquait de poser de gros problèmes pour la mère et l’enfant.

Très vite, l’association « familles laïques » de Vaux le Pénil est intervenue.

En toute responsabilité, l’association et le service juridique du CNAFAL (Conseil National des Associations Familiales Laïques) ont commencé par contacter les bailleurs afin de trouver une solution à l’amiable.

Un retard de loyer ne justifie pas une mesure coercitive, dangereuse et illégale…Il existe un cadre règlementaire et judiciaire, personne n’ayant à se faire « justice » soi-même….

Personne n’a répondu, ni au téléphone, ni à la lettre recommandée.

Face à ce blocage, au bout de quinze jours, le CNAFAL a contacté le DAL (Droit au Logement) pour la sortie d’un communiqué.

Les médias nationaux et locaux alertés ont relayé et commenté l’information et le Maire de Melun, après quelques hésitations a décidé, face au silence du bailleur interpellé, de faire ouvrir l’eau.

Fin août, l’eau rétablie, les deux associations ont décidé d’agir pour qu’un logement social soit attribué à ce jeune couple et à leur petit nouveau né : Noé….

Il fallait absolument que cette famille quitte son logement petit, tout petit (16 m2 – salle de bain comprise) indécent, à la limite insalubre.

Il a fallu s’armer de patience, faire et refaire les dossiers, donner des gages avant que le dossier de demande de logement social soit demandé…

La famille qui est connue à Melun comme les « privés d’eau » a déposé un dossier de surendettement à la Banque de France et a décidé de repartir sur de nouvelles bases.

La course d’obstacles a été longue, très longue : par deux fois la commission d’attribution de logements de l’Office public de l’Habitat n’a pas attribué le logement proposé par l’Office au couple…C’était : Non pas de logement !

Pourtant tout était « zen », le couple avait un bail glissant avec une association « Initiatives 77 » et le CDAFAL (Conseil Départemental des Associations Familiales Laïques) assurait le suivi et le couple, très motivé et très responsable s’était engagé à régler régulièrement ses loyers.

Il a fallu de nombreux coups de fil, le professionnalisme de l’Office et de nombreuses interventions d’élus pour qu’enfin, une commission, celle du 28 novembre 2013 donne son feu vert.

Il a fallu plusieurs centaines d’heures cumulées d’interventions pour un dossier….

Il y a vraiment quelque chose à faire pour accélérer les processus et permettre à toutes et à tous de disposer d’un toit décent.

Jean-François CHALOT


Moyenne des avis sur cet article :  3.76/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • eric 29 novembre 2013 11:00

    Oui, toutes ces pesanteurs administratives sont inadmissible et posent vraiment de façon aiguë la question de la productivité et de l’efficacité des services publics et parapublics.

    Une piste de solution ? La privatisation. Une boite privée avec un bon cahier des charges aurait un intérêt direct a décider vite. Les agents publics ainsi libérés pourraient se consacrer au suivi et au contrôle. Le dossier a-t-il été bien traite ? Les délais souhaitables ont ils été respectes ? Les bénéficiaires sont ils satisfaits du service rendu.

    Avantage ? On est dans un domaine ou les administrations ont fait la preuve de leur compétence. Emmerder des boites prives par des contrôles tatillons, tous le monde sait qu’ils savent faire...


    • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 29 novembre 2013 11:18

      Mais quel intérêt aurait une boîte privée à se charger de ces démarches ? Qui paierait ?

      Ce couple n’est pas aussi rentable qu’une autoroute !

    • eric 29 novembre 2013 11:28

      Exactement la même que pour tous les services sous traites, une rémunération négociée en fonction des résultats. ( transports urbain, structurellement déficitaires, ramassage des poubelles, etc...).
      Par exemple, si il y a un bonus si un dossier est traite en moins d’une semaine, cela ira vite. Qui plus est il seront plus attentifs a ne pas laisser des logements vaquant ou occupes par des ayants droits abusifs, puisque son profit en dépendra...


    • rocla+ rocla+ 29 novembre 2013 12:23

      Personne n’ ayant le droit de faire justice soi-même .


      Par contre lui-même a le droit de ne pas payer le loyer .

      Ce qui fait qu’ eux-mêmes se sont débrouillés pour lui faire 
      attribuer un nouveau logement .

      Nous-même sommes très contents pour lui-même .

      Justice soi-même étant un imbécile , c’ est bien connu .

      • CHALOT CHALOT 29 novembre 2013 12:31

        Rocla !

        Si le bailleur privé-une grosse SCI- avait répondu à notre demande, il y aurait eu un échelonnement de la dette et une solution à l’amiable car le couple avait besoin de reprendre pied.

        C’est ce qui aurait pu se passer avec un petit propriétaire.

        Du coup la famille a beaucoup souffert et le propriétaire bailleur qui voulait tout et surtout qui menaçait la famille : autocollants apposés, menaces...N’AURA RIEN !


        • eric 29 novembre 2013 12:55

          Le diagnostic se confirme, un couple socialement fragile, surendettes, pauvre, n’avait pu obtenir un logement social déjà en amont alors qu’en principe, les logements sociaux sont fait pour des gens comme cela. et même vire et potentiellement a la rue, cela a été la croix et la bannière pour leur trouver une place. Quand je pense que de passage dans le 13 emem chez un cousin, j’ai vu de mes yeux, le tract municipal disant « vous avez 5000 euros de revenus par mois, vous avez droit a un logement social. ». Tant que ces dossiers resteront entre les mains de fonctionnaires, d’élus et de fonctionnaires élus, il y aura peu de progrès. Quand a faire reposer le poid de la misere sur les bailleurs prive, ce serait un renoncement au service public et a la république...


        • rocla+ rocla+ 29 novembre 2013 12:35

          Chalot , 


          Un contrat est un contrat . 

          Le signer c’ est s’’ engager .

          • spartacus spartacus 29 novembre 2013 13:55

            C’est vrai quand vous voyer un type qui a un problème de logement, votre première réaction c’est pas de faire les HLM, ne pas aller voir les services sociaux, ou ne pas aller voir le maire ou un adjoint, ne pas faire jouer ses réseaux d’influence, par c’est de faire un communiqué politique avec une association d’Extrême gauche...sic...


            Nous avons in finé l’aveu de utilisation détournée des fonds sociaux associatifs par des gauchistes pour transformer chaque problème social en problème politique. 

            Ce qu’a fait le CNAFAL est abjecte ! Transformer un problème social en problème politique pour faire du prosélytisme de gauche ! 

            Utiliser le malheur des uns pour en tirer un profit politique. Immonde ! 

            Il est temps de virer les gauchistes des associations sociales et les remplacer par des gens neutres et avec une éthique apolitique.

            • CHALOT CHALOT 29 novembre 2013 14:58

              spartacus avec un petit s vous n’avez rien compris...Ce n’est pas du prosélytisme mais de l’action sociale.

              On discute, on négocie, on agit pour obtenir satisfaction et on communique é l’extérieur quand il y a un blocage ou pour tirer des leçons.

              Le DAL est un mouvement dynamique dont je salue l’action.


            • spartacus spartacus 30 novembre 2013 09:57

              J’ai parfaitement compris que vous n’avez qu’in objectif. Utiliser les gens pour des profits politiques.

              Lamentable ! Abjecte !

              Aucun dirigeant de votre association n’est neutre. Vous êtes tous engagés politiquement dans des idéologies Bolcheviques malsaine qui n’ont de pensée que la convoitise de l’argent des autres.

              L’action sociale n’est que l’excuse du prosélytisme puant de gauche !

              Vous et votre cohorte de gauchistes profiteurs des fonds associatifs, donnez votre démission pour conflit d’intérêt entre association et engagement politique gauchiste.

            • CHALOT CHALOT 29 novembre 2013 14:59

              Le communiqué commun CNAFAL-DAL sur le relogement du couple
              Une victoire et de nouveaux combats à mener
              http://www.cnafal.org/le-fruit-dun-combat-pour-le-droit-au-logement-decent/

               

               

               


              • mansan mansan 30 novembre 2013 11:12
                - Où est la justice sociale quand on repousse l’âge légal de la retraite alors que tout étranger de 65 ans n’ayant jamais travaillé ni cotisé en France, a droit à une retraite de 780 euros par mois dès son arrivée ? 
                - Où est la justice sociale quand une femme de paysan ayant travaillé 50 ans à la ferme, n’a pas droit à ces 780 euros au prétexte que son mari et elle dépassent le plafond de 1200 euros de minimum vieillesse pour un couple ? 
                - Où est la justice sociale quand la sécurité sociale en faillite continue de payer à l’étranger, sans le moindre contrôle, des retraites à d’innombrables centenaires disparus depuis des lustres ? 
                - Où est la justice sociale quand l’Aide Médicale d’Etat soigne 220000 sans papiers chaque année, à raison de 3500 euros par malade, alors que la sécurité sociale ne dépense « que » 1600 euros par affilié qui travaille et cotise ? 
                - Où est la justice sociale quand des étrangers bénéficient de la CMU et d’une mutuelle gratuite, alors que 5 millions de Français n’ont pas de mutuelle, trop riches pour bénéficier de la mutuelle CMU mais trop pauvres pour s’en payer une ? 30% des Français ont différé leurs soins en 2011 ! 
                - Où est la justice sociale quand on sait que 10 millions de fausses cartes Vitale sont en circulation et permettent de soigner des milliers d’étrangers sous une fausse identité, au détriment des ayant droit ? 
                - Où est la justice sociale quand la France entretient des milliers de polygames, certains d’entre eux percevant plus de 10 000 euros par mois sans travailler, alors que la polygamie est interdite et que nos comptes sociaux sont dans le rouge ? 
                - Où est la justice sociale quand une famille nombreuse étrangère est prioritaire pour un logement social, alors qu’un jeune couple français doit attendre sept ou huit ans son premier logement pour avoir un enfant ? 
                - Où est la justice sociale quand on sait qu’un million de faux passeports, donnant droit à la manne sociale, sont en circulation sur les sept millions de passeports biométriques soi-disant « infalsifiables » ? 
                - Où est la justice sociale quand un Français né à l’étranger doit prouver sa nationalité à l’administration, ce qui se traduit souvent par un véritable parcours du combattant, alors qu’on brade chaque année la nationalité française avec des milliers de mariages blancs ? 
                - Où est la justice sociale quand on veut donner le droit de vote aux étrangers, alors que nos élus ont confisqué aux citoyens leur « non » au référendum sur la Constitution européenne et que des millions d’électeurs, de droite ou de gauche, ne sont pas représentés au Parlement ? 
                - Où est la justice sociale quand on accueille chaque année plus de 200.000 étrangers non qualifiés, dont notre économie n’a nul besoin, alors que la pauvreté augmente, que nous avons près de 5 millions de sans emplois et que le chômage atteint déjà 40% chez la population immigrée ? 
                - Où est la justice sociale quand le contribuable finance des associations qui ne combattent que le racisme à sens unique alors que le racisme anti-français est systématiquement ignoré et les plaintes classées sans suite ? 
                - Où est la justice sociale quand on condamne un journaliste pour avoir énoncé une vérité sur la délinquance étrangère, alors que des rappeurs incitant à la haine ne sont jamais inquiétés au nom de la liberté d’expression ? 
                - Où est la justice sociale quand la délinquance explose et que les droits des voyous passent avant ceux des victimes ? 
                 

                • Fleurnacre Fleurnacre 1er décembre 2013 14:46

                  Quand on a pas de tune ,et pas la cervelle pour en avoir ,on fait pas de gosse !! C toujours les plus paumés qui font des gosses et pullulent .

                  La justice ,faudrait éradiquer les humains ,là ce serait juste ..radical mais juste la solution..parceque y aura toujours de quoi se plaindre . Et pour le commentaire limite raciste au dessus ,qui parle de justice ,je dirai : commences déjà à acheter français ,local ,sans faire travailler des petits chinois pour ton portable /Pc/frigo ...et arrêtes de te cacher pour oser dire que c’est les étrangers qui apportent la misère . La misère tu l a créé par tes choix au quotidien ,et si tu voulais vraiment être heureux ,t essaierai de voir les choses du bon côté ,te contenter ,et sourire à la Life ,parceque t vivant et j’estime que c’est déjà beaucoup ( trop !).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès