Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Vaincre l’industrie de la pauvreté ?

Vaincre l’industrie de la pauvreté ?

Une immense clameur va s’élever sous le ciel étoilé. Plus de 5,5 millions de personnes estime-t-on vont voir et entendre les concerts Live8 le 2 juillet. La veille, des millions de personnes à travers le monde vont porter un bandeau blanc. Un même but : vaincre la pauvreté. Mais au fait, n’est-ce pas aussi l’industrie de la pauvreté qu’il faut vaincre ?

Les institutions internationales et certains organismes nationaux ont-ils réellement intérêt à ce que la pauvreté disparaisse ? Non, répond le sociologue béninois Honorat Aguessy. « C’est leur fonds de commerce. De sa pérennité dépend leur survie ». A-t-il raison d’être aussi cynique ?

L’aide qui finance l’aide ?

Thelma Awori, administratrice-adjointe du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et directrice de son bureau régional pour l’Afrique de 1997 à 1999, écrivait en 2002 dans la préface d’un ouvrage publié par l’ONG AIDE TRANSPARENCE : « le volume que représente cette activité fait de l’aide l’une des plus grandes industries de l’économie mondiale » .

D’une part, les catégories ainsi que le nombre d’acteurs qui interviennent dans le domaine de l’aide multilatérale et bilatérale, à savoir les ONG, les Fondations, les institutions financières internationales représentent plusieurs millions d’organisations de tailles diverses et d’importance variée. Et de l’autre, les systèmes et méthodes de fonctionnement sont devenus extrêmement complexes et aussi variés que le nombre d’organisations en question.

Pauvreté et hégémonismes.

Il y a un danger réel, écrit Awari, à dévoiler « les réalités déplaisantes de l’aide. » Cela peut même aller jusqu’à la liquidation des gêneurs. Dans un moindre registre, l’appareil technocratique de l’aide au développement oppose avec superbe son expertise à quiconque ose le critiquer.

La population censée bénéficier de l’aide ne sait pas ce qui se passe, notamment à quel point l’administration publique censée servir ses intérêts est mise sous tutelle, pas plus d’ailleurs que la population des pays donateurs ne sait à quoi sert l’aide. Deux mondes qui s’ignorent quoi !

Toute la structure de l’aide au développement repose sur un immense paradoxe : d’importantes sommes d’aide sont dirigées par les pays donateurs vers les pays en développement, alors qu’un changement des règles commerciales internationales favorables à ces mêmes pays donateurs serait plus efficace.

Une efficacité douteuse

Mettons les choses au clair : l’aide au développement sert d’abord les intérêts des pays donateurs qui donnent de la main gauche mais reprennent aussitôt de la droite, pourboire en plus. Croire le contraire relève de l’angélisme.

Tout l’édifice de l’aide au développemenr repose sur la culpabilité des populations et des institutions politiques et sociales des pays aidés. On les accuse d’inadaptation aux exigences d’une économie moderne.

Or cette prémisse n’est-elle pas profondément raciste ? Se pourrait-il que les programmes d’aide soient plus nuisibles qu’utiles ? Se pourrait-il que l’aide contribue à déresponsabiliser les élus ?

Vous me lisez depuis tantôt avec un doute suspendu au-dessus de vos têtes tel un aigle prêt à fondre sur sa proie ? Retenez-le. Il pourrait bien avoir pris l’ombre pour la proie.

Et si on essayait une autre méthode : octroyer l’aide sans conditionnalités aucune. Il est vrai que la Banque mondiale et le FMI auraient beaucoup de difficulté à justifier leur maintien. Qui s’en plaindrait ?

Pourquoi pas tant qu’à y être démocratiser l’Organisation mondiale du commerce.

L’action mondiale contre la pauvreté, initiatrice du port du bandeau blanc comme symbole de la lutte à la pauvreté a raison : ce qu’il faut vaincre, c’est « la manière de concevoir les relations internationales en général et les politiques de développement en particulier. »

Bref, il faut enfin passer des paroles aux actes !


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès