• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Vasectomie contraceptive, un droit non respecté

Vasectomie contraceptive, un droit non respecté

J'ai 28 ans, et voici 15 ans que ma décision est prise de ne pas avoir d'enfants biologiques. Je veux donc avoir recours à une vasectomie.

Aussi loin que je me souvienne, je n'ai jamais vu l'intérêt à procréer, cela ne m'a jamais intéressé. Adolescent, j’étais déjà persuadé que je ne saurais pas m'y prendre pour permettre à enfant de s'autonomiser et de vivre dans notre monde. C'est une tâche lourde de responsabilité « d'éduquer », et une démarche non dénuée de prétention que de penser savoir comment donner les armes nécessaires pour surmonter les obstacles de la vie. D’ailleurs , je n'ai jamais eu envie de l’apprendre.

 

Considérations éthiques

Les années passèrent et nombreuses sont les raisons qui sont venues étayer ma réflexion et confirmer mon sentiment. Ma prise de conscience quant à la double problématique du réchauffement climatique et du tarissement des réserves d'énergies fossiles m'a fait apparaître rapidement que le fait de procréer était une erreur. Nous n'avons pas le loisir de choisir le levier sur lequel nous souhaitons tirer, à savoir celui de la consommation et de la production ou celui du dénatalisme. Nous devons jouer sur le maximum de plans simultanément et espérer réduire un peu la violence sociale et environnementale induite par la crise écologique à venir.

Loin d'une analyse environnementaliste basée sur les courbes de progression de la population, l'équation de Kaya m’a convaincu qu'il n'est pas suffisant de s'appliquer à s'attaquer à la consommation/production, représentée par le PIB.

Cette approche permet de prendre conscience que l'augmentation des gaz à effet de serre dépendent aussi bien de la population que du PIB (soit la production matérielle) et de l'efficacité énergétique (niveau technologie). Faire baisser l'un de ces facteurs sans toucher aux autres ne fera pas baisser le taux de gaz à effet de serre à moins de tomber dans un idéalisme benêt, loin des réalités physiques et de l'expérience qui se déroule sous nos yeux.

Réduire la consommation/production tout en laissant la population augmenter ne peut que repousser l'effort à consentir. Qui plus est, précisons qu'en tant qu'habitant-e-s privilégié-e-s des pays d'Europe et d'Amérique du Nord, nous avons une plus importante responsabilité dans l'empreinte écologique de la population mondiale. C'est à nous qu'il incombe de nous serrer la ceinture en premier et le plus fort. 1) Notre empreinte écologique est la plus importante, 2) notre mode de vie se répand comme un idéal qui est envié par d'autres théorie de la classe de loisir de Veblen) 3) les riches détruisent la planète (cf Hervé Kempf - comment les riches détruisent la planète).

L'empreinte écologique d'un-e français-e est sept fois supérieure à celle d'un-e indien-ne. Il est simplement indécent de tenter de renvoyer dos à dos les habitant-e-s de différents pays en faisant abstraction des réalités historiques et économiques.

Au final, dans un pays comme les États-Unis, chaque enfant mis au monde a un bilan carbone vingt fois supérieur à l'ensemble de ce qu'on pourrait économiser en changeant nos habitudes personnelles durant notre envie entière.

Outre une vision d'ordre mondiale de la question de la natalité, je considère également un risque significatif directement pour l'enfant, lié à l'incertitude de l'avenir sur de nombreux plans notamment, environnementaux, économiques et géopolitiques.

 

Considérations personnelles

A un niveau plus individuel, mon idéal de vie est clairement éloigné de l'idée de faire carrière, du sédentarisme, et de la routine d'une vie bien dans les clous ou d'un quotidien ordonné et tracé d'avance. J'aime garder une importante liberté et de mobilité. Et parfois, je voyage, lentement mais longuement en ne prévoyant pas mon retour ni mes destinations. Je ne considère pas mon mode de vie comme compatible avec la parentalité.

Enfin, pour enterrer un peu plus la dernière hésitation qui pourrait poindre, j’entends peu de motivations à faire des enfants qui ne me soient pas apparues comme nombrilistes, instrumentalisantes des enfants, voire carrément égoïstes comme ce sondage le confirme.

La seule de ces raisons qui me paraît orientée vers l'individu-e dont il est avant-tout question est de faire lui faire le cadeau de la vie. Cela ne sonne pas à mes oreilles comme quelque chose de très convaincant dans le sens où un cadeau, ça doit pouvoir se refuser.

Lorsqu'il s'agit de « créer » un-e individu-e, il paraît en effet évident que les considérations motivant cette prise de décision ne peuvent qu'être irréfléchies, conditionnées ou égocentrées, les intérêts inexistants de l'individu-e ne pouvant pas entrer en ligne de compte au moment de l'acte ou de la prise de décision. Ma balance décisionnelle n'a donc jamais daigné se redresser d'un iota face aux arguments natalistes. Je ne trouve pas non plus que faire des enfants pour rendre le monde meilleur via une éducation supposée progressiste soit une approche humainement éthique. Les enfants n'ont pas besoin qu'on projette sur eux/elles nos attentes en termes éthiques, économiques ou sociaux. Elles/ils ne sont ni des outils militants ni une armée de réserve de travailleur/euse-s, qui redresseront l'économie en trimant sans rechigner « pour la nation ». De plus, les enfants ne nous appartiennent pas et peuvent très bien changer d'avis et choisir d'autres voies plus tard.

Dernier argument et non des moindres, un enfant coûte cher. Selon les calculs d'un économiste, le coût s'élèverait à 29 700 € par an à l'ensemble de la société dont 11 700€ de travail parental et domestique et 9 000 € de dépenses de biens et services.

Je suis childfree, c'est à dire que j'ai choisi de ne pas avoir d'enfant.

C'est pourquoi je souhaite une vasectomie.

 

La loi sur la stérilisation volontaire

L'article 26 de la loi n° 2001-588 du 4 juillet 2001 stipule que toute personne majeure est en droit de demander une stérilisation contraceptive. Les demandeur/se-s sont soumis-e-s à un délai de réflexion de 4 mois à partir de l'entretien préalable et à l'échéance duquel le/a demandeur/se confirme sa demande par écrit. A ce moment-là, le rendez-vous peut être pris pour l'opération. Seul la/e demandeuse/r doit donner son consentement, légalement donc le/a conjoint-e n'a pas mot dire et son consentement n'a pas à être exigé. C'est important de le préciser quand le couple est vu d'emblée comme une entité unique fusionnelle et se devant soutien et accord sur la moindre décision concernant un-e des individu-e-s le composant.

 

L'opération

L'opération consiste simplement à bloquer l'arrivée des spermatozoïdes à la verge en coupant ou obturant les canaux déférents. Le sperme devient stérile. L'acte ne prend pas plus d'une demi-heure et se pratique souvent sous anesthésie locale. La stérilité est effective trois mois après l'opération.

La vasectomie a une efficacité extrêmement élevée, plus élevée même que la stérilisation féminine bien que la différence ne soit probablement pas significative.

Elle n'a aucune incidence sur l'apparence physique, le fonctionnement psychologique, le désir, l'érection ou l'éjaculation. Un hématome peut apparaître durant les jours suivants et se résorbe rapidement.

La vasovasostomie consistant à réimperméabiliser les canaux est l'opération inverse. Elle n'est efficace qu'à de faibles pourcentages qui décroissent avec le temps passant après l'opération, autant dire que la vasectomie doit être considérée comme irréversible. Tant mieux, c'est le but.

Il est également possible de congeler son sperme avant l'opération, personnellement, ça ne correspond pas plus à ma démarche que de rester fertile.

 

La vasectomie contraceptive

Je considère également ma démarche comme proactive à plusieurs niveaux. Je pourrais tout à fait me contenter de gérer une contraception efficace pendant des dizaines d'années. Je préfère m'engager dans cette démarche et obtenir cette contraception définitive. Je préfère affirmer que la contraception est également une affaire d'hommes, ce qui est loin d'être une évidence quand on regarde à qui sont destinés les contraceptifs développés et qui se sent concerné-e-s par la question. Pour aller plus loin, la vasectomie pourrait même être préférable à la ligature des trompes ou essure car moins invasive.

Je préfère également participer à la réappropriation de nos propres corps. Je veux lutter contre des amalgames réactionnaires qui consistent à dévaloriser les personnes porteuses d'appareil génital masculin non fonctionnel, les assimilant à des individus « incomplets », « réduits ». Il est temps de remettre en question les rôles assignés contre leur gré aux individu-e-s et leur essentialisation. Je ne me définis pas par ma fertilité et je me fiche bien de savoir si cela porte atteinte à la virilité.

Parce qu'il est aussi fondamental de lutter contre le paternalisme du corps médical, particulièrement prégnant en France qui pensera mieux savoir que nous à quel âge on ne risque plus de changer d'avis, ou ce qu'est l'amour, ou si on a bien réfléchi aux décisions qui ne concernent que nous.

La vasectomie est encore connotée négativement en France, et malgré des tentatives timides de la faire connaître, elle reste anecdotique.

La réclamer, c'est également la banaliser, la faire connaître et briser certains tabous l'entourant.

En somme, c'est simplement la méthode contraceptive la plus simple, la moins chère et la plus durable qui soit. Voilà bien une préoccupation qui s'envolerait à jamais, et avec elle des tonnes de petits soucis potentiels et d'appréhension quant à la sexualité et aux « accidents » qui peuvent l'accompagner.

 

Et si je change d'avis ?

Je ne pense pas changer d'avis. Bien sûr, il est évident que je ne lis pas dans le marc de café. Je considère donc être rationnellement dans le vrai actuellement, la stérilisation volontaire est une sécurité qui m'évitera de revenir en arrière (ou très très difficilement). Bien évidemment si je reviens en arrière, ce sera probablement pour une des raisons citées plus haut c'est-à-dire pour lesquelles les gens font habituellement des enfants. Et ce serait donc une erreur. Les considérations éthiques valent plus que mon ego.

Cette démarche laisse dans tous les cas une porte ouverte sur l'adoption, des enfants qui existent et ont besoin d'un foyer. Cela me semble un choix nettement préférable. Bien que nombre de mes arguments rendent tout autant ce projet peu probable. Mais voici une perspective qui n'entre pas en conflit avec mes convictions les plus fondamentales.

Enfin, je ne considère pas que le couple puisse avoir une valeur suffisamment puissante pour annihiler mes intérêts personnels en vue d'un sacrifice pour lui. C'est pourquoi il me semble que mon corps ne regarde que moi et que je ne me sens absolument pas obligé de justifier ou être en attente de soutien d'un-e éventuel-le partenaire.

Il est intéressant de noter que le risque de changer d'avis après vasectomie est surestimé car seuls 2 à 6% des hommes pourraient vouloir procréer après opération.

 

Dans le monde

Quelques centaines d'opérations effectuées chaque année, la France est à la traîne. Des pays ou provinces comme la Chine (14% des hommes y ayant eu recours), les États-Unis (13%), le Royaume-Uni (21%), le Québec, la Belgique et d'autres facilitent bien plus le recours à la vasectomie.

A tel point que ça en prend parfois une forme assez cocasse tellement c'est banal.

 

Ma démarche

Je me souviens avoir décidé de parler d'une stérilisation contraceptive avec mon médecin généraliste en 2009, j'avais à l'époque 22 ans. Finalement, je me suis dégonflé et n'ai pas osé affronter le représentant du corps médical. J'ai ensuite mis plusieurs années à remettre cette question dans mes préoccupations prioritaires.

Courant 2012, je me replonge dans mes recherches. J'avais eu vent du fait qu'il était compliqué d'obtenir l'opération en France avec un profil de type jeune homme sans enfant. Rapidement, je tombe sur le MLSV, Mouvement libre pour la stérilisation volontaire, qui à une époque rassemblait et diffusait de l'information sur les méthodes de stérilisation volontaire. Le blog Vasectomie en France était également une mine d'informations.

Cela m'a permis de m'informer sur l'opération, et m'a particulièrement aidé à appréhender le genre de réflexions auxquelles je risquais de me retrouver confronté.

Septembre 2013, je décide de prendre un premier rendez-vous dans un hôpital public parisien, je savais seulement que l'urologue que je consulterai pratiquait la vasectomie sans savoir s'il avait des critères personnels précis pour la refuser. Il n'est pas possible d'obtenir plus d'informations par téléphone en amont. Après une rapide formulation de ma demande et de mes motivations pour la soutenir, la réponse tombe, abruptement. Il ne m'opérera pas. Je suis trop jeune, je n'ai pas d'enfant, et je pourrais le regretter voire l'attaquer en justice pour cela. Absurde, justification malhonnête, aucune condamnation n'a jamais été posée en France suite à une plainte pour regret depuis le passage de la loi en 2001. Et non docteur, il ne serait pas « dommage » que je ne n'enfante pas. Et votre ton paternaliste appelant une interne présente à prendre partie en votre faveur n'y changera rien.

Dans « les enjeux de la stérilisation » (Alain Giami et Henri Leridon, 2000), on apprend que la seule condamnation relative à la vasectomie date d'il y a 70 ans, suite à l'arrêt des « stérilisateurs de Bordeaux » de la Chambre criminelle de la cour de cassation. Cette condamnation concernait des non médecins et considérait que pratiquer la vasectomie sur des hommes, même consentants portait atteinte à l'intégrité corporelle et constituait un délit de coups et blessures volontaires. L'acte aurait dû être thérapeutique pour être qualifié de légitime à l'époque.

Ma seconde tentative date d'octobre 2015. Je me suis orienté vers un chirurgien urologue d'un hôpital privé de banlieue parisienne que j'ai trouvé sur une liste d'urologues pratiquant la vasectomie et considérés plus ouverts que la moyenne. Décidé, j'y retournais, argumentation préparée et attestation de ma première demande en main. Le ton fut peu différent que lors de la première consultation. Les premières questions posées sont strictement les mêmes « quel est votre âge ? », « avez-vous eu des enfants ? ». Après avoir mis en avant la « gravité » d'une telle décision, et de m'avoir précisé qu'il craignait que je puisse porter plainte pour une grossesse non désirée le cas échéant (efficacité vasectomie : 99,8%), le doc m'avoue qu'il n'aime pas dire non à ses patient-e-s. A tel point qu'il a décidé de prendre sa décision finale avec le concours de collègues, et a missionné son secrétariat de me donner sa réponse négative une semaine plus tard par téléphone. Pratique pour ne pas avoir à rendre de compte.

 

Un parti pris idéologique liberticide

Il y a un grave tabou entourant la stérilité choisie en France actuellement. L'argument de l’irréversibilité ne tient pas une seconde quand on le rapproche d'autres actes tout autant définitifs et qui ont parfois des conséquences importantes sur le quotidien, à commencer par celui de faire des enfants. Mais il y a un choix idéologique collectif clairement orienté qui est fait et dont on ne peut pas s'écarter. La natalité est valorisée et valorisante, la fertilité est l'essence de la masculinité, l'individu-e se réalise seulement dans la famille nucléaire biologique, et seul-e-s les expert-e-s savent vraiment ce dont on a besoin, c'est comme ça, c'est la « nature ».

La semence de vie doit le rester sous peine d'être démythifiée.

Autant d'idées préconçues et de carcans contre lesquels il faut lutter pour construire son identité propre.


Moyenne des avis sur cet article :  2.94/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

71 réactions à cet article    


  • baron 7 mars 2016 12:52

    C’est un raisonnement qui frise l’absurdité. Une vasectomie pour sauver la planète,,comme si un enfant de plus ou de moins allait changer quoi que ce soit.

     Le pire serait que nous allions vers un refroidissement global, ce qui semble se préciser au regard des cycles en cours..
    Débrachez donc la télé, et renseignez vous bien sur les conséquences de cette opération, il y a de nombreux témoignages et ils ne sont pas tous positifs.

    • husky husky 7 mars 2016 16:04

      @baron Justement ça change la donne un enfant de plus ou de moins car cet enfant rien que bébé ou il faut changer ses couches c’est une pollution inouie. Et cet enfant va devoir manger s’habiller se chauffer... c’est tout une chaine irreversible qui s’accentue en même temps que l’enfant qui grandi. Et pour reprendre ta reflexion justement si tout le monde se dit un enfant ça change rien on arrive donc actuellement à être 7 milliards..... et une suite qui n’en finit pas !

      Il n’y a pas que le rechauffement climatique c’est un tout. Une espece qui se reproduit trop est contraire à un equilibre de l’eco systeme. 

    • Sereb 10 mars 2016 10:40

      Un enfant en plus ne change pas grand chose, comme un pneu brulé dans l’atmosphère en plus ne change pas grand chose, comme la fabrication d’un Iphone ou le trajet d’un avion... Pris indépendamment, par rapport aux capacités de notre planète, c’est une goute d’eau.

      Le problème c’est que des goutes d’eau, on en fait beaucoup, et on déborde : Il y a ce que l’on appelle le jour du dépassement, et qui calcule que en gros, nous consommons actuellement 150% de ce que la planète peut nous offrir. (https://fr.wikipedia.org/wiki/Jour_du_d%C3%A9passement). A partir de la, la question peut se poser en ces termes : Si nous voulons que l’humanité maintienne des conditions favorable a la vie sur terre, elle doit décidée si elle veut vitre a 12 milliards avec la consommation moyenne d’un Africain, a un milliard avec la consommation moyenne d’un Américain, ou a 4 milliard et des poussières avec les mêmes disparités de niveau de vie que notre monde actuel. Sinon, ce qui nous pends au nez c’est la famine, la guerre, les catastrophes climatiques, les extinctions de masse, la dégradation de la qualité de vie : j’ai l’intuition que le 21eme siècle sera décroissant d’une manière ou d’une autre : sois nous réduisons notre consommation, soit la nature fera en sorte de réduire notre nombre.

      Vous dites qu’un enfant de plus ou de moins ne change rien, dites vous plutôt que "dans une avalanche, aucun flocon ne se sens jamais responsable"


    • Alren Alren 13 mars 2016 19:22

      @baron

       Le pire serait que nous allions vers un refroidissement global, ce qui semble se préciser au regard des cycles en cours..

      La nouvelle ère de glaciation, selon les cycles passés, auraient lieu dans plusieurs milliers d’années (on évoque 10 000 ans). On a le temps de l’attendre !

      Plus grave même qu’un échauffement climatique d’origine anthropique, la pullulation humaine entraînera rapidement un catastrophique manque d’eau potable et de nourriture dans les régions surpeuplées d’Asie et d’Afrique. Bien entendu ces réfugiés climatiques seront accueillis à coups de fusils par les nantis des régions tempérées (peut-être grâce à l’aide de robots-tueurs).


    • Ben Schott 7 mars 2016 13:09

       
      Achète des préservatifs.
       


      • Sereb 10 mars 2016 11:27

        @Ben Schott
        Préservatifs : Fiable, mais peut casser, et réduit les sensations.
        Vasectomie : Fiable, definitif, et ne change rien aux sensations.

        Quel est la meilleure contraception quand on est sur, archi sur de ne pas/plus en vouloir ?


      • ZenZoe ZenZoe 7 mars 2016 13:35

        Voilà comment on peut foutre son avenir en l’air  !
        Laisse tomber l’avenir de la planète et pense plutôt à toi, à ce qui pourrait arriver, à qui tu pourrais rencontrer, laisse-toi la possiblité de changer d’avis, Tant de certitude à ton âge me laisse sidérée.


        • husky husky 7 mars 2016 16:15

          @ZenZoe Pourquoi foutrait -il son avenir en l’air desolé de te dire celà mais nous ne sommes pas que des reproducteurs. Il est bien plus responsable et intelligent que toi car au moins il voit le monde reel. L’humain a la capacité d’avoir un cerveau mais il est le plus idiot qui soit. Non seulement il se reproduit encore plus que les lapins mais il detruit son environnement jusqu’a disparaitre probablement avec lui un jour ou l’autre. 

          Sache aussi une chose ce genre de chose se sait tres tot un peu comme les homos qui savent qu’ils sont homos il ne changera pas d’avis car il a compris ce que beaucoup de gens refusent de voir. Et il n’est pas le seul des hommes et des femmes de par le monde n’ont plus peur de le dire mais comme d’habitude il faudra encore du temps pour que ce genre de chose soit compris par certains.
          N’oublions pas qu’hier les grandes familles etaient respectées alors qu’aujourd’hui elles sont traitées d’irresponsables. Ce n’est pas lui qui devra dire pardon aux enfants du futur... 

        • ZenZoe ZenZoe 8 mars 2016 09:41

          @husky
          Sache aussi une chose ce genre de chose se sait tres tot...un peu comme les homos...
          Faux !
          Etre homo ne relève pas du tout d’une décision, on est homo ou pas.
          Par contre avoir des enfants ou pas relève d’une décision, prise à un moment donné de la vie, selon les circonstances. Contrairement à ce que tu affirmes (sans savoir je pense), je connais beaucoup de femmes qui ont changé d’avis la quarantaine approchant rapidement. Des hommes aussi se sont laissés convaincre par une femme dont ils étaient tombés amoureux.
          Et cétait le sens de mon commentaire, je trouve complètement fou de décider de tout son avenir dès 28 ans, de se priver d’une possibilité. Il est possible que l’auteur ne change pas d’avis, il est tout aussi possible qu’il en change ! C’est ce qu’il faut le sel de la vie, de se laisser des possibilités.


        • Sereb 10 mars 2016 11:42

          @ZenZoe
          « Laisse tomber l’avenir de la planète et pense plutôt à toi »
          Ce qui signifie en substance « Ne te sens pas responsable des choix que tu fais peser sur le monde, sois égoïste et irresponsable a ton tour comme tout le monde. »
          Non, raisonner comme ça est dangereux.

          « Tant de certitude à ton âge me laisse sidérée. »
          A un moment donner il faudrait arrêter d’être condescendant et considérer un jeune homme de 28 ans comme un adulte responsable, libre et autonome dans sa trajectoire de vie. Ses arguments reposent sur le froid raisonnement mathématique, c’est un choix dépassionné. Certes on peux changer d’avis, mais quand on motive son choix de ne pas avoir d’enfants par la considération que c’est indirectement faire du mal autour de nous, revenir dessus par égoïsme est improbable : Vous aussi peut être un jour vous aimerez peut être faire du mal autour de vous en toute connaissance de cause, mais par altruisme, vous ne le ferez pas, malgré votre désir de le faire.


        • beo111 beo111 7 mars 2016 13:38

          Enfin, je ne considère pas que le couple puisse avoir une valeur suffisamment puissante pour annihiler mes intérêts personnels en vue d’un sacrifice pour lui.


          C’est ce que je pensais aussi avant de découvrir l’amour.


          • César Castique César Castique 7 mars 2016 15:31

            « L’empreinte écologique d’un-e français-e est sept fois supérieure à celle d’un-e indien-ne. »



            Notez que si on fait venir un/e) Indien(ne) pour remplacer le (la) Français(e) que vous ne ferez pas, l’Indien(ne) passera d’une empreinte écologique d’idice 1 à indice 7, et le gain sera extrêmement faible.


            Il sera même totalement négatif si l’on admet que sa descendance naîtra dans un pays à indice 7 au lieu de voir le jour dans un pays à indice 1.


            A propos de passage d’un indice 1 à un indice 7, je vous signale que le patronyme Singh était, d’ores et déjà le plus répandu en ville de Brescia (Lombardie) selon le N°1-2/2012 de l’AnciRivista, bimestriel de l’Association nationale des communes italiennes).. Inquiétant, non ?

            • Axel S. 8 mars 2016 11:50

              @César Castique
              C’est relativement juste.
              Qu’en retenir ? Dans le pire des cas, c’est un jeu à somme égal, dans lequel ma responsabilité est écartée. Je n’ai pas (ou extrêmement peu) d’emprise sur les autres, seulement sur moi-même.
              La possibilité que le bilan soit négatif est peu probable. A moins de considérer que par je ne sais quel tour de passe-passe, un indien-ne serait appelé à remplacer un enfant non né, mais que les enfants de l’indien-ne en question ne remplaceraient pas, eux les enfants non nés d’autres personnes. Les politiques migratoires, quand mises en œuvre, ne se basent pas sur les enfants non nés, mais sur les populations totales et les répartitions par âge. Mais dans ce cas encore le bilan est légèrement positif, puisque ce sont des empreintes écologiques indiennes non induites par ailleurs.


            • Morgane 17 mars 2016 16:12

              @Axel S.

              Bonjour Axel, je suis journaliste indépendante, et votre témoignage m’intéresse beaucoup. J’ai tenté de vous contacter par Facebook mais sans succès. Je tente alors ici :) je vous laisse mon adresse mail, pour que vous puissiez revenir vers moi de manière privée ( morgane.masson1@orange.fr ) . Un grand merci et à bientôt

            • xana 7 mars 2016 15:54

              Bravo Axel pour votre démarche et pour votre article.
              >
              C’est un fait que la société en France, qui prétend vous laisser libre de vous faire stériliser, n’est en réalité absolument pas prête à renoncer à ses tabous. Voyez déjà les premières réactions à votre post sur ce site...
              >
              >
              Il existe un certain nombre de sujets pour lesquels le langage officiel est officiellement respectueux des choix personnels, mais lorsque le citoyen a la prétention de faire valoir un choix non majoritaire, un mur de blocages divers s’organise pour l’en empêcher.
              >
              Par exemple, je me souviens avec nostalgie de l’Objection de conscience au service militaire de ma jeunesse. Il était parfaitement permis (par la loi) d’être objecteur, mais il était interdit de faire état de l’article de loi correspondant ! Et si vous aviez le malheur de choisir d’être objecteur au lieu de vous soumettre à la consctiption, c’était le début assuré de brimades et de problèmes assurés pour des années, afin que votre cas puisse servir d’exemple à de jeunes idiots qui auraient été tentés de vous imiter...
              >
              Cela me rappelle aussi les premières années après le vote de la loi permettant l’avortement : Parcours du combattant pour toute jeune femme obligée à se soumettre aux interrogatoires et aux conseils pontifiants de vieilles barbes totalement indifférentes aux situations de détresse, finissant souvent par la phrase : « Il est vrai que la loi vous le permet désormais, mais personnellement je n’accepte pas de procéder à des avortements pour convenance personnelle ». C’est du passé, heureusement, du moins je l’espère...
              >
              Pour moi le problème de la stérilisation ne se pose plus guère, mais il y a une dizaine d’années j’ai cherché moi aussi à me documenter et à trouver un service où me faire faire l’opération... Je n’ai pas eu la patience et j’ai laissé tomber, car contrairement aux filles enceintes le temps allait jouer en ma faveur !
              >
              Bon courage dans votre démarche.
              Vous en aurez besoin...


              • husky husky 7 mars 2016 15:55

                Alors là je dis bravo ! non seulement tu es une personne extremement lucide mais tres responsable dans ce monde si egoiste. Faire un enfant dejà quoi qu’on en dise est l’acte le plus egoiste qui soit. tout simplement on ne fait pas un enfant pour lui mais pour soi. Pour valoriser son ego,(un etre qui nous ressemble) pour se rassurer d’une continuité de ses genes et quelque part une forme d’immortalité de soi. donc acte tres narcissique. Rare sont les hommes qui osent dire tout haut ce genre de verités tout simplement nous sommes tellement formatés dans ce monde ou il faut quasiment se reproduire pour etre quelqu’un de bien. Alors que c’est l’inverse dans la realité de ce monde il faudrait arreter la reproduction excessive qui nous amenera à un moment donné justement ce qui est assez amusant à faire un effet inverse c’est a dire trop d’humains finira par une autodestruction de notre espece.Alors je parle même pas de l’inconscience de la religion a pousser à sereproduire sans voir les consequences de tels actes. Ils sont une grande partie de la cause de nos problemes actuels ceux là.

                 Plusieurs livres sont tres explicites sur le sujet : celui que je prefere c’est : faire des enfants tue la planete de Tarrier Soit fier de cet acte car tu n’auras pas à te faire pardonner par les generations futures qui eux sont vraiment mal barrés des erreurs de leurs ancetres.

                • njama njama 7 mars 2016 16:01

                  Et elle en pense quoi votre copine ?


                  • César Castique César Castique 7 mars 2016 16:35

                    @njama


                    « Et elle en pense quoi votre copine ? »


                    Vous voulez parler d’Albert ?

                  • husky husky 7 mars 2016 16:52

                    @César Castique
                    les claques se perdent ! il y en a qui ont vraiment des mentalités de debiles. Au cas où tu ne le saurais pas les homos peuvent avoir des enfants si ils le veulent. 


                  • César Castique César Castique 7 mars 2016 17:38

                    @husky


                    « Au cas où tu ne le saurais pas les homos peuvent avoir des enfants si ils le veulent. »


                    Entre eux ? On peut me faire croire bien des choses, mais pas celle-là !


                    Et autrement, se taper un rassis dans une éprouvette, ce n’est pas plus faire un enfant, qu’aller ramasser des herbettes dans la montagne de Vaunessin, c’est faire du Marc Veyrat.

                  • njama njama 7 mars 2016 16:04

                    Je veux dire que si vous vous faites opérer, le corollaire sera d’avoir la franchise d’avouer votre stérilité dans vos relations ...


                    • xana 7 mars 2016 16:58

                      @njama
                      Et vous, Njama, qu’est-ce qui vous donne le droit de supposer que « sa copine » (ou sa femme, tout simplement) n’est pas au courant ?


                    • njama njama 7 mars 2016 17:23

                      @xana
                      rien
                      j’imagine qu’il serait préférable qu’elle le soit très vite ... car qui sait si elle ne nourrirait pas à l’inverse d’Axel un désir d’enfant(s) bien naturel, et de famille toute simple ... même si ce n’est pas pour tout de suite


                    • Axel S. 8 mars 2016 11:57

                      @njama
                      Ne vous en faites pas pour mes relations.
                      C’est hors-sujet ici. Mon expérience personnelle est juste un fil rouge pour traiter d’un sujet de société. Je ne développerai pas le reste.


                    • kalachnikov lermontov 7 mars 2016 16:06

                      @ Axel

                      Il s’est passé quoi, quand tu avais 13 ans ? Remuer ce genre d’idées à cet âge est étrange, non ?


                      • xana 7 mars 2016 17:02

                        @lermontov
                        Et vous, Lermontov, vous vous sentez un don pour imiter le bon Docteur Freud ? Attention, le monde a changé tout de même, tripoter les mineurs peut désormais vous envoyer en prison...


                      • kalachnikov lermontov 7 mars 2016 17:09

                        @ xana

                        Rapport avec Freud ? (je n’ai pas encore parlé maman, papa & quéquette, que je sache).

                        Ca me semble juste singulier une idée pareille et une résolution définitive à cet âge précoce. Non ?
                        ’On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans’. Treize ans, je te dis pas.

                        Ps : tékitoi pour parler à la place de l’auteur ? Tu te prends pour Dieu ?


                      • Axel S. 8 mars 2016 11:59

                        @lermontov
                        On doit penser à quoi à 13 ans pour être conforme ?


                      • kalachnikov lermontov 8 mars 2016 12:21

                        @ Axel S.

                        Ca n’a rien à voir avec le conformisme. 13 ans pour un garçon, c’est la prépuberté, une période particulière sur bien des plans.


                      • Sarah 7 mars 2016 16:38

                        « Celui qui s’abstient du commandement de procréation est comme s’il avait versé du sang et diminué l’image de D.ieu. » (Yevamot 63b)

                         

                        « L’homme ne doit pas se délier du commandement de la procréation tant qu’il n’a pas eu deux enfants. L’école de Chamaï dit : deux garçons. Celle de Hillel dit : un garçon et une fille. » (Yevamot 6,6)

                         

                        « Ccelui qui préserve une seule âme, l’Écriture le considère comme s’il avait préservé tout un monde. » (Sanhédrin 4,5)


                        • husky husky 7 mars 2016 16:45

                          @Sarah stupidité religieuse qui a fait de sacré degats du monde. Je prefere m’abstenir pour le moment de dire ce que je pense de ces manipulateurs menteurs. mais me pousse pas trop....


                        • xana 7 mars 2016 17:04

                          @Sarah
                          Que le monde serait beau sans tous ces intégristes !


                        • njama njama 7 mars 2016 17:05

                          Pour le réchauffement climatique qui serait soi-disant dû à l’activité anthropique, il n’y a aucune certitude, la controverse est totale ... quoiqu’en disent les réchauffistes de COP 21
                          http://www.pensee-unique.fr/
                          Vous vous faites peut-être du souci pour pas grand chose à spéculer sur la population mondiale ... le désir d’enfant ou non est indépendant de questions malthusiennes il me semble.

                          Quant à l’idéologie du moment, elle est surtout pleine de contradictions, fertilité /contraception, avortement ; famille nucléaire biologique / LGBT, mariage pour tous, homoparentalité ; stérilité / PMA (GPA ?) ...
                          Plutôt que liberticide comme vous dites, il me semble que la tendance serait libertaire ...


                          • njama njama 7 mars 2016 17:06

                            correction
                            je voulais dire : il me semble que la tendance serait libertarienne ...


                          • kalachnikov lermontov 7 mars 2016 17:11

                            @ njama

                            Les températures en Arctique sont actuellement de ...20 degrés au-dessus des normes. La piscine n’a toujours pas débordé.


                          • njama njama 7 mars 2016 20:26

                            @lermontov

                            oui, C normal, si la surface des glaces augmente, donc la masse d’eau diminue en volume, of course ! et, donc si le niveau de la mer augmente, ce n’est pas, et certainement pas parce que l’Arctique fondrait, le résultat serait l’inverse ! 
                            l’augmentation du niveau de la mer serait plutôt une preuve de glaciation
                            Ça déborde ou pas ? http://phys.free.fr/reponse/reponse3.htm

                            Ceux qui prétendent que le niveau de la mer monte en fonction de la fonte de l’Arctique sont des gros débiles incultes !

                            And now it’s global COOLING ! Return of Arctic ice cap as it grows by 29% in a year

                             533,000 more square miles of ocean covered with ice than in 2012

                            http://www.dailymail.co.uk/news/article-2415191/And-global-COOLING-Return-Arctic-ice-cap-grows-29-year.html

                            Les NEWS
                            7 Octobre 2015 Le point sur le Groenland, sur l’Arctique et sur la température moyenne à la surface du globe.

                            En réponse au battage médiatique ambiant et à titre d’exemples parmi bien d’autres, il m’est apparu indispensable de regarder d’un peu plus près les évolutions réelles de l’englacement du Groenland, de la banquise arctique et de l’hémisphère Nord ainsi que de la température moyenne du globe qui, nous dit-on, aurait atteint des sommets très inquiétants, notamment en ce dernier mois d’août

                            C’est l’objet de ce billet qui sera nécessairement illustré par de nombreux graphiques qui sont, pour leur quasi totalité, mis à la disposition du public (et donc des journalistes) par les organismes officiels. A noter qu’il m’a fallu patienter et attendre la fin des périodes de fonte estivale et la publication définitive des indicateurs pertinents pour rédiger ce billet.

                            En résumé, en ce début d’automne, les médias ont fait beaucoup d’efforts pour nous assurer que le Groenland avait beaucoup fondu, cette année. Vous allez voir que c’est faux. Il a accumulé plus de neige et de glace qu’auparavant.
                            De même, on nous affirme que l’Arctique aurait beaucoup fondu durant l’été 2015. Les indicateurs montrent que c’est faux. Bien au contraire, il apparaît que la banquise arctique s’épaissit et se reforme depuis quelques années.
                            Enfin, les médias vous ont assuré que le mois d’août était « le plus chaud jamais enregistré ». C’est, selon les différents instituts, soit carrément faux, soit les écarts enregistrés sont inférieurs aux marges d’incertitudes et ne sont pas significatifs.
                            1) Le Groenland fond ! (affirment les médias). Non ! C’est tout le contraire.
                            [..........]
                            lire la suite : http://www.pensee-unique.fr/news.html#sept


                          • njama njama 7 mars 2016 20:29

                            @ Axel S.
                            désolé pour cette « parenthèse climatique » qui nous éloigne de votre sujet, la vasectomie contraceptive


                          • Axel S. 8 mars 2016 12:13

                            @njama
                            Quand on est rigoureux, effectivement, on prend des précautions et on use du conditionnel. Sur l’influence des humain-e-s sur le changement climatique, le doute est extrêmement faible. A tel point que 97% des expert-e-s partagent cette explication.
                            http://skepticalscience.com/news.php?n=734
                            Je vous laisse un peu de lecture, je n’ai vraiment le temps de développer les évidences.
                            http://www.ipcc.ch/home_languages_main_french.shtml

                            "Quant à l’idéologie du moment, elle est surtout pleine de contradictions, fertilité /contraception, avortement ; famille nucléaire biologique / LGBT, mariage pour tous, homoparentalité ; stérilité / PMA (GPA ?) ..."
                            Je ne vois pas de contradictions, je vois dans les idées que vous citez une relative convergence vers une plus grande liberté de choix et vers l’égalité. Encore faut-il que ces lois soient respectées.


                          • Sarah 7 mars 2016 17:56

                            "réchauffement climatique« , »tarissement des réserves d’énergies fossiles« , »crise écologique à venir« , »augmentation des gaz à effet de serre« , »efficacité énergétique« ,  »empreinte écologique« , »incertitude de l’avenir" etc.

                            Désintoxiquez-vous de cette propagande, faites dans l’intérêt surtout financier de quelques-uns qui se moquent bien de vous ; éloignez-vous des médias  ; en particulier, jetez votre téléviseur, relevez la tête.


                            • Sereb 10 mars 2016 11:56

                              @Sarah
                              Vous pouvez penser que tout ça c’est du bullshit mais ça reviens a de la théorie du complot : Remise en cause des consensus scientifiques et penser qu’ils n’existent que dans l’intérêt d’une élite.
                              L’élite actuelle prospère sur le capitalisme, et le capitalisme promeus naturellement le nataliste : plus il y a de peuple, plus il y a de travailleurs, et moins il y a d’emploi pour eux, plus on peu leur imposer des bas salaires et des conditions de productivité esclavagiste. Le système capitaliste n’a aucun intérêt a ce que l’humanité se rende compte du pois qu’elle impose sur la planète et élabore des stratégies de modération, son but est de l’exploiter sans limite.


                            • arthes arthes 7 mars 2016 18:52

                              Quel blabla creux et intello ce pavé. ....Pour en arriver à se faire stériliser...Pourquoi pas hein, après tout il y en a qui se mutilent, d’autres qui se font exploser, toujours pour de très bonnes raisons.


                              J’ai des amis qui n’ont jamais procréé parce que c’est pas leur truc, se sentaient pas capable d’assumer, trouvaient le monde trop moche...Mais sans aller jusqu’à la stérilisation.

                              C’est peut être une façon de rendre la décision irréversible, ..M’enfin, sérieusement , hors le blabla convenu du pavé, il est où le problème ? Problème avec les filles ?timidité, pucelage intact, complexes, mauvaise image du « moi/égo »...Non non, ce n’est pas de la psy de comptoir à deux balles, mais de la psy « à l’aveugle »...Je continue ; problèmes avec image parents ? Désir refoulé de tuer le père ? La mère ?

                              • xana 7 mars 2016 19:42

                                @arthes
                                >
                                Incroyable le nombre de posts ici qui prétendent psychanalyser l’auteur simplement pour avoir eu l’idée de se faire faire une opération qui, nous le rappellons, est prévue et autorisée par la loi pour tout adulte responsable en faisant la demande.
                                A croire que la loi est trop libérale pour ceux qui postent ici ... Souhaitent-ils qu’on en revienne à la lapidation pour sacrilège ?
                                >
                                >
                                L’auteur de l’article, dans un souci de clarté, souligne sa jeunesse et la précocité de sa décision. C’est assez pour que les censeurs se permettent de lui faire la leçon comme à un gosse, eux qui ne se sont probablement jamais posé la question, à lui qui a déjà une longue réflexion sur le sujet. Au nom de leurs préjugés, de leurs croyances d’un autre âge, mais certainement pas de leur misérable expérience de vie.
                                >
                                Sur un site que d’autres dénoncent comme un repaire anti-ordre-établi, c’est assez étonnant de voir s’exprimer une pensée aussi réactionnaire. J’aurais espéré que dans ce débat les intervenants parlent plutôt de l’hypocrisie de notre société, qui permet formellement certaines choses, mais en entrave toujours la réalisation sous un prétexte ou un autre.


                              • arthes arthes 7 mars 2016 20:03

                                @xana

                                Je m’en fiche de la loi, j’aime bien comprendre les gens derrière les mots.. .Dans le calme, la joie et la bonne humeur. smiley

                                Sinon, faut pas vous exciter tout seul comme ça avec votre cheval de bataille, à faire les questions et les réponses vous allez bientôt gagner votre point Godwin.


                              • Axel S. 8 mars 2016 12:17

                                @arthes
                                « Je m’en fiche de la loi, j’aime bien comprendre les gens derrière les mots.. .Dans le calme, la joie et la bonne humeur. »
                                Vous me transmettrez votre rapport ?


                              • arthes arthes 8 mars 2016 16:28

                                @Axel S.

                                Mais bien volontier, comprendre n est pas juger, il n y a rien qui me choque dans ce sujet, mais ma nature ne se contente jamais des explications avancées, elle me porte à creuser , c est le « non dit » qui se trouve dans les sous couches de l âme qui me passione , et sans anoner des préceptes freudiens ou autres La kan que je n ai jamais lus...Le discours de ce jeune homme qui ne reviendra peut être pas me« parle ».

                              • Sereb 10 mars 2016 11:59

                                @arthes
                                Pourquoi ne pouvez vous pas accepter ses motivations exprimés comme légitimes en temps que tel, pourquoi ne pas envisager hypothèses qu’il n’y a rien d’autre que ce qui est contenu dans son texte comme motivation de son choix ?


                              • xana 7 mars 2016 19:51

                                Exact, Léonie ! J’avais oublié (il y a maintenant une douzaine d’années) mais c’est le seul endroit où il était possible de se faire opérer à l’époque. Bon, il existait peut-être d’autres endroits, même en France, mais trop discrets pour qui n’a pas déjà des relations dans ce domaine.
                                Et on précisait d’ailleurs qu’il n’était pas nécessaire de parler allemand, car plus de la moitié de la clientèle venait de France...


                                • arthes arthes 7 mars 2016 19:53

                                  remarque ; Je pense que, hors le fait que vouloir se faire stériliser me semble curieux comme démarche puisque pour ne pas avoir d’enfants il suffit tout simplement de ne pas en faire, et qu’en gros je pense que tout le monde s’en tape (que certains choisissent de ne pas se reproduire) , ça ne nuira à personne, sauf à celui que cela concerne au cas où la stérilisation devait provoquer un dérèglement dans le métabolisme, mais après tout, c’est un choix ...Pas forcément librement consenti puisqu’il est fonction d’un rejet très intellectualisée d’un monde et modèle socétal auquel on est libre ou non d’adhérer sans se mettre la pression .

                                  Maintenant, le désir d’enfants apparait de plus en plus tard, passé la trentaine chez beaucoup de couples, à l’adolescence il est évident qu’on ne pense pas à procréer, on ne se projette pas sur un modèle « vie de couple, la maison, les crédits etc... », et d’ailleurs pourquoi s’y coller si on le sent pas ? Bon, yen a qui s’y collent, perso j’ai jamais pu...Mais je ne sais pas si la stérilisation fera le bonheur, même si un enfant ne le ferait pas.

                                  Tout simplement parce que cela enlève le choix de ne pas en faire ou d’en faire ; même si il ne devait jamais y avoir d’enfant.


                                  • Axel S. 8 mars 2016 12:20

                                    @arthes
                                    Vous soulevez des questions intéressantes. Je vous conseille vivement la lecture du texte pour mieux comprendre une approche possible.


                                  • baron 7 mars 2016 20:06

                                    La vaséctomie quand on ne veut plus d’enfants, c’est un choix qui parait pertinent même si il n’est pas certain du tout que cela soit aussi anodin que cela pour la santé.
                                    Chacun fait ce qu’il veut, mais on change tous dans la vie et c’est un choix très difficile à faire car définitif ....
                                    En, plus c’est un coup à perdre la personne avec qui vous vivez ou vivrez si elle à un désir d’enfant. 


                                    • Axel S. 8 mars 2016 12:28

                                      @baron
                                      Définitif, difficile à faire, et qui peut jouer négativement sur le couple... Comme faire un enfant finalement.


                                    • njama njama 7 mars 2016 20:41

                                      Si l’on ne souhaite pas d’enfants il suffit de le dire ...

                                      est-il utile pour autant de se faire stériliser  ?

                                      y a qqch qui m’échappe dans ce fil de discussion !!! ???
                                      je n’ai aucun problème avec les gens (femmes ou hommes) qui ne veulent pas d’enfants, et c’est bien leur droit le plus absolu, par contre se décider à faire des mioches à cinquante balais passés (je ne dirais pas de noms, mais dans le showbiz ou la politique vous en trouverez facilement), là ça me pose problème ce déjà presque 3° âge qui se la joue j’démarre dans la vie et qui ira chercher avec sa troche de grand père sa progéniture à l’école

                                      Y a un temps pour tout ...
                                      et si Axel S. il a pas envie ... il faut juste qu’il le dise avec franchise, il me semble, ... et quel besoin de se faire vasectomier ?


                                      • Axel S. 8 mars 2016 12:23

                                        @njama
                                        « quel besoin de se faire vasectomier ? »
                                        Très bonne question. Je vous conseille la lecture du texte.


                                      • Sereb 10 mars 2016 10:51

                                        @njama
                                        La réflexion est simple : Si on ne veux pas d’enfant on a la contraception. Une ribambelles pour les femmes, assez peu pour les hommes : toutes ont leurs avantages et leurs inconvenants, toutes les contraception ont des contraintes ou des effets secondaires. La vasectomie est une opération peu invasive et définitive. Pour quelqu’un qui ne veut pas ou plus d’enfants et qui s’estime sur de son choix avec un risque faible de regret (a partir du moment ou l’on considère un homme de 28 ans comme un adulte autonome dans ses choix que l’on appréciera sans aucune condescendance). La vasectomie dans ce cas de figure est simplement le meilleur choix de contraception.



                                        • njama njama 9 mars 2016 13:03

                                          @TSS
                                          Hanovre ce n’est pas loin
                                          Axel S. pourrait tester c’est en cours d’expérimentation ...
                                          La commercialisation du Bimek SLV (c’est le nom du dispositif) est prévue en 2020 si les tests sont concluants.


                                        • arthes arthes 8 mars 2016 07:53

                                          En définitive, je me demande si ce désir de se faire stériliser n’est pas lié à un désir (non conscient) de castration...Tout simplement ???

                                          Ensuite, ce n’est qu’une forme , à Axel d’en creuser le fond, tout seul comme un grand, si il le souhaite.

                                          Quelque chose me fait dire que si il affiche sa volonté ici, ce n’est pas juste pour recevoir des encouragements à le faire.


                                          • kalachnikov lermontov 8 mars 2016 08:22

                                            @ arthes

                                            Tout est expliqué implicitement dans les premières lignes ; le reste relève de la justification a posteriori.

                                            Pour le reste, on ne sait jamais qui est derrière l’écran, ’les conseilleurs ne sont jamais les payeurs’. Puis, agoravox n’est pas un cabinet psy.


                                          • stupeflip 8 mars 2016 10:59

                                            Comment un article pareil peut passer la modération ?
                                            Agoravox se transforme en « c’est mon choix ».

                                            Demain on aura des articles sur « le droit au suicide » ou « le droit de se faire greffer une paire de couilles »...
                                            Ces délires sociétaux, on sait quand on commence mais ou cela finira-t-il ???


                                            • volpa volpa 8 mars 2016 11:16

                                              J’en avais fait une en croyant que c’était irréversible.
                                              Eh bien non, la deuxième a fait refonctionner le système.


                                              • berlherm berlherm 9 mars 2016 10:08

                                                Il est plus important de faire cesser le malheur et surtout de ne pas en rajouter, que de ménager les personnes.


                                                « La fabrication d’une existence ne sert que ceux qui existent déjà, or, personne ne maitrise cette fabrication faite à l’aveugle… Question : les humains sont-ils tous des Frankenstein ? »

                                                Voici ma part de colibri : Tant que le principal sera secondaire dans votre pensée, l’humanité n’avancera pas. Être humain qu’est-ce que c’est ? D’abord, le libre arbitre n’existe pas, puisque l’univers ne peut faire de mécanismes allant à l’encontre de ses propres mécanismes, d’où notre fonctionnement stupide d’animal et l’état du monde que cela engendre. Ensuite, nous sommes contraints d’exister, cela dans n’importe quelles conditions et nos propres parents sont indifférents à ces conditions, conditions de naissance (handicaps physiques ou mentaux) et conditions du milieu dans lesquels ils nous installent sans avoir au préalable nettoyé notre berceau qu’est la planète. Et encore, l’évolution n’a que faire de l’intelligence, elle ne s’intéresse qu’à la reproduction, elle est indifférente à la misère, la souffrance, et la mort. La Vie n’a besoin que de pérennité, ce qui est quasiment un pléonasme. Les animaux se reproduisent sans hésiter, sans aucune réflexion, et sans remords, la reproduction n’est qu’un mécanisme qu’ils accomplissent de manière innée. Dès le moment où les capacités de réflexion, de raison, et de conscience surviennent, donc chez l’animal humain, dès le moment où l’innéité et l’instinct sont contrôlables en partie par un système nerveux puissant, l’être humain qui se reproduit se rend compte qu’il crée une existence semblable à lui-même et qu’il lui propose en existant tous les malheurs, misères, difficultés, souffrances, qu’il subit, et la mort à laquelle il ne peut échapper. Pour justifier la procréation dans ces conditions, il faut que le procréateur invente des contes pour l’être qu’il crée, qu’il lui imposera comme culture, et que lui-même devra croire préférant ainsi se berner lui-même. D’où l’état du monde et des diverses sociétés humaines du point de vue culturel et religieux. D’où le fait que du point de vue évolutif les êtres qui se reproduisent moins ou pas du tout disparaissent avec leurs idées au profit de ceux qui se reproduisent en plus grand nombre. Pour résumer, l’idiot se reproduisant plus que l’intelligent, les idées des nombreux idiots se développent au profit de celles des quelques intelligents, noyés par le nombre, qui restent ponctuelles et ne peuvent s’imposer même dans le monde humain où la culture est mémorisée dans les livres, les idiots submergeant le monde culturel de leurs idées stupides. Monde égalitaire et libertaire : il ne faut pas rêver, la naissance est déjà une contrainte d’existence. Je ne vois pas comment vous pouvez rêver d’un monde juste quand le départ est foireux. Il n’y a aucune raison valable pour justifier l’obligation d’exister à votre enfant et à vous-mêmes qui êtes l’enfant contraint de vivre de vos parents avec la complicité sociale, la forte incitation sociale, quand ce n’est pas le viol patriarcal. Vous ne pouvez pas d’un côté être contre l’esclavage, évidemment votre propre servitude, et en contradiction totale avec cette idéologie : créer une existence pour vous servir, car créer un être qui n’a évidemment rien demandé, c’est le créer pour le service de celui qui existe. De plus comme vous ne maitrisez pas la création de cette existence, la procréation qui se produit en neuf mois dans la nuit du laboratoire utérin frankensteinien, eh bien vous pouvez fabriquer un handicapé quelconque, un terrible handicap, pour celui qui n’a même pas demandé à exister. Comment allez-vous compenser, dédommager, cette personne, celui que vous appelez votre enfant, de la vie de douleur et de misère que vous lui proposez, que vous lui imposez, ce qui n’est même pas ce que vous vivez et encore moins ce que vous espériez pour lui dans vos rêves de vivre avec lui et à travers lui. Peut-être faut-il rappeler que nous naissons tous par obligation. Nous existons parce que nos parents incités par la société nous contraignent à exister, alors que personne ne maitrise la procréation, et que l’être procréé ne l’a pas demandé. Peut-être faut-il rappeler aux mamans et papas que la mise en danger de la vie d’autrui est un délit et que le crime par imprudence est pénalisé. Peut-être faudrait-il rappeler aux gouvernements leur part de responsabilité dans cette incitation, et le besoin de chair à boulot, de chair à impôt, et de chair à canon dont les États sont friands dans le seul but de lutter contre les autres nations qui en font tout autant. Ils doivent donc payer eux aussi, et être pénalisés quand le crime d’existence handicapé est commis en toute connaissance de cause et d’effet, car concevoir est plus qu’imprudent, et cela est toujours sur le dos d’autrui. Tout le monde a le droit d’ingérence quand un crime est commis, et ce crime par imprudence, parfaitement conscient, de création d’existence est commis de nos jours 4 fois par seconde. La vie n’est une sinécure pour aucun être vivant, elle est un combat permanent. La vie n’est pas donnée, elle est imposée, et le comble est que nous devons tous l’acheter, car l’eau et la nourriture qui ne nous sont pas données doivent être acquis pour renouveler quotidiennement nos corps. Tout le monde a le droit de naitre, au minimum, voire au pire, en bonne santé physique et mentale puisque cette existence nous est imposée, comment pouvez-vous assurer ce minimum vital, mamans, papas, et sociétés, vous qui êtes criminels d’après vos propres lois ? Votre voiture est assurée ; mais avant de le concevoir, votre futur bébé l’est-il ? Vos parents vous ont imposé d’exister sans votre accord (évidemment) pour leur service et ils vous ont contraint à vivre, à souffrir, et à mourir, ce qui est le strict minimum des effets pervers de la Vie. Vous avez parfaitement le droit d’utiliser contre eux la loi du talion, et si, vous, vous avez pour eux la compassion qu’ils n’ont pas eue pour vous et excusez un peu leur bêtise vous pouvez au minimum leur demander de vous rendre des comptes.

                                                Pendant que nous philosophons et politiquons délicieusement de la vie que maman/papa nous ont imposée et infligée pour leur service personnel, la grande Cigogne vient de déposer 350 000 bébés sur la planète aujourd’hui même (je précise ces 24 heures) : c’est un immense choc pour ces bambins, ils viennent d’atterrir si délicatement dans le berceau poubelle Terre qu’une grande partie de ces 350 000 sont handicapés physiques ou mentaux, les membres, la tête, les organes internes, tout y passe, un grand nombre atterrissent débiles, beaucoup sont fracassés et ne survivront que quelques jours, voire une année, difficilement, et parmi tout cet amas de chair à mamans, 25% seulement auront un QI et un QP supérieurs à 100, et vous avez de la chance si vos gènes ne vous réservent aucune surprise cancéreuse ou parkinsonienne… Certaines mères elles-mêmes subiront un tel choc à cet atterrissage douloureux qu’au moins 800 d’entre elles en mourront, alors qu’une sur sept en subira une pathologie. Si un Bon Dieu a fait cette gabegie, attendez que je l’attrape, je l’envoie directement au TPI !

                                                • beo111 beo111 9 mars 2016 10:51

                                                  @berlherm
                                                  « D’abord, le libre arbitre n’existe pas, »


                                                  D’abord, on est pas d’accord :)

                                                  « puisque l’univers ne peut faire de mécanismes allant à l’encontre de ses propres mécanismes »

                                                  puisque vous vivez dans un univers purement mécanique, bref, vous êtes matérialiste.

                                                • truman3012 9 mars 2016 12:23

                                                  Je pense que lorsque vous ferez votre bilan, au crépuscule de votre vie, aucun des arguments avancés ne tiendront la route.


                                                  Les plus gros pollueurs (que ce soit dans les pays occidentaux ou du tiers monde) ne sont pas les particuliers, mais les entreprises. Pollution directement liée au mode de vie (acheter une télé, prendre l’avion, acheter une voiture, chercher les prix toujours plus bas qui « force » à une certaine délocalisation pour poursuivre cette logique). Vous parlez de voyager, ce qui est une des principales sources de pollution (que ce soit en voiture ou pire en avion). J’imagine aussi que vous avez un téléphone (pollution des pays extracteurs de minerai rare), un ordinateur, une connexion internet, des mails stockés sur votre messagerie (qui font tourner des data centers très énergivores), j’imagine aussi que vous avez déjà dû acheter au moins un article en cuir (pollution du tiers monde, car le cuir n’est plus tanné chez nous), des chaussures ou autre, que vous avez dû au moins une fois acheter dans un magasin de meuble suédois (comment est transporté tout ça ?)

                                                  L’argument du coût me paraît bien spécieux, d’autant que quand on part définitivement, tout reste et dans votre cas tout partira à l’état (si personne n’assure votre succession) et finalement retourne contre vous l’argument avancé du supposé égoïsme des personnes qui se décident à être parent, tout comme le fait de penser que votre mode de vie est incompatible avec le fait d’avoir des enfants (je suis désolé de dire ceci, mais vous paraissez bien froid avec de tels arguments et nettement plus égoïste que ceux que vous prétendez dénoncer et également très moralisateur)

                                                  En dehors de ça, je suis d’accord sur le fait que tout le monde doit être libre de mener sa vie comme il l’entend, et effectivement le paternalisme du milieu médical reste insupportable, restreignant, mais je pense également que prendre une telle décision, irreversible, à 28 ans (l’urgence de la jeunesse), sans même vous être donné le temps, ni la chance de rencontrer la personne qui vous ferait changer d’avis risque de provoquer des regrets (mais que par fierté, vous n’exprimerez pas)

                                                  Cdlt 



                                                  • Sereb 10 mars 2016 11:22

                                                    @truman3012
                                                    Votre raisonnement est intéressant. Il est clair que l’on ne peux pas se dire que faire un enfant est un choix irresponsable en cout environnemental si on ne réfléchis pas a sa manière de consommer par ailleurs. Le texte le dit très bien en expliquant qu’il faut jouer sur tous les leviers, le texte rappelle juste que le levier démographique n’est pas a négliger.

                                                    En fait, copiant/collant quelque chose que j’ai dit au dessus : Si nous voulons que l’humanité maintienne des conditions favorable a la vie sur terre, elle doit décidée si elle veut vitre a 12 milliards avec la consommation moyenne d’un Africain, a un milliard avec la consommation moyenne d’un Américain, ou a 4 milliard et des poussières avec les mêmes disparités de niveau de vie que notre monde actuel. Sinon, ce qui nous pends au nez c’est la famine, la guerre, les catastrophes climatiques, les extinctions de masse, la dégradation de la qualité de vie.
                                                    Le niveau de vie de l’habitant et le nombre d’habitant sont les deux variables a prendre en compte.


                                                  • Sereb 10 mars 2016 11:10

                                                    C’est Cooooool.

                                                    J’ai 28 ans aussi, et j’aurai pu signer pratiquement chaque phrase de ton texte, mon parcours de vie et mes raisonnements sont assez comparables aux vôtres.
                                                    Sinon que j’habite Grenoble et que j’ai fini par trouver un praticien consentant a pratiquer l’opération, il ne m’a opposer aucun raisonnement moral, m’a fournit une information loyale, et estimant que le risque de regret pour un childfree de 28 ans n’était pas négligeable, il ne feras l’opération qu’après une conservation de sperme. Même si j’estime ne jamais en avoir l’usage (tout comme mes chances d’un jour aimer manger mes excrément sont négligeable), cette condition m’est apparu comme un compromis acceptable pour avoir accès a l’opération. C’est prévu pour le début de l’été.

                                                    Bon courage a toi, c’est la croix et la bannière pour trouver le praticien non paternaliste, mais a force de persévérance, tu le trouveras. Certain childfree en ont rencontrer 10, d’autres 2, d’autres 25, avant de trouver celui qui appliquera la loi sans rajouter son grain de sel moral.


                                                    • njama njama 10 mars 2016 11:35

                                                      @Sereb

                                                      Je pense qu’Axel S. a bloqué sur le refus de l’urologue qu’il a consulté, sans tenir compte que rien ne peut obliger un médecin à faire ce genre d’intervention (idem pour les avortements, circoncisions... ). C’est d’ailleurs écrit dans la loi n° 2001-588 du 4 juillet 2001 qu’il cite dans son article :

                                                      Article 26, « Chapitre III
                                                      « Stérilisation à visée contraceptive
                                                      Art. L. 2123-1. - [...]
                                                       « Cet acte chirurgical ne peut être pratiqué que dans un établissement de santé et après une consultation auprès d’un médecin.

                                                      « Ce médecin doit au cours de la première consultation :

                                                      « - informer la personne des risques médicaux qu’elle encourt et des conséquences de l’intervention ;

                                                      « - lui remettre un dossier d’information écrit.

                                                      « Il ne peut être procédé à l’intervention qu’à l’issue d’un délai de réflexion de quatre mois après la première consultation médicale et après une confirmation écrite par la personne concernée de sa volonté de subir une intervention.

                                                      « Un médecin n’est jamais tenu de pratiquer cet acte à visée contraceptive mais il doit informer l’intéressée de son refus dès la première consultation. »

                                                       


                                                    • Sereb 10 mars 2016 12:09

                                                      @njama
                                                      C’est une situation de droit en apparence paradoxale : Chacun est libre sous certaines conditions (délais de réflexion, majorité... ) d’avoir accès a une stérilisation. Mais aucun médecin n’est tenu de pratiquer un acte de médical si sa conscience lui interdit, sauf en cas d’urgence.
                                                      Par contre, le code de déontologie stipule que la continuité des soins doit être assurée quelques soient les circonstances. Cela implique que si un praticien refuse l’opération pour des raisons morales, c’est son droit, mais il a le devoir de lui indiquer l’adresse un confrère.


                                                    • Athanagor 13 mars 2016 18:56

                                                      Oui ... alors, heuuu bon... Tout le délire sur la surpopulation et tutti quanti je trouve qu’on frise le n’importe quoi (voire on le dépasse) : C’est faire peu de cas des avancées nécessaires dans le tiers monde sur la contraception (et sûrement faisable dès lors que l’occident cessera de sponsoriser les ganaches locales qui se prennent pour des empereurs). Les progrés de ce côté là devraient largement suffire à revenir dans les limites d’un problème raisonnable à gérer, mais passons.

                                                      Personnellement j’ai eu des enfants, j’en suis vachement content, parce que mine de rien ça apporte beaucoup sur un plan humain, et à 50 piges je me suis dit que continuer à faire des galipettes avec ma compagne c’était bien, mais les momes c’est bon j’ai donné, donc je suis allé voir mon toubib habituel pour me faire faire une vasectomie contraceptive.

                                                      Surprise, le gars (pourtant un bon toubib sympatoche) pensait que c’était encore interdit, mais m’a aiguillé sur un urologue qui, après la période de réflexion de 4 mois obligatoire,a pratiqué l’intervention.

                                                      Il faut savoir que c’est tout de même pas bénin comme intervention, et pendant 1 semaine j’étais bien flagada. Mais depuis, nickel.

                                                      Bien à vous.

                                                      A.
                                                      PS : c’est marrant toutes ces réactions outrées devant le désir de cesser de procréer. Il est où le féminisme là ?

                                                      PPS : en revanche encore une fois, j’ai un peu l’impression que l’auteur du billet a du mal à assumer sa décision. Peut-être que je me gourre, peut-être qu’il s’est mal exprimé, mais ça sent un peu fort la justification...


                                                      • moucheron16 15 mars 2016 16:23

                                                        Cher Axel S.,
                                                        Je réagis un peu tard à votre article. 8 jours sur Internet : c’est une éternité ! C’est que je me suis longuement demandé si cela valait la peine de vous répondre. Mais comme vous semblez tout de même quelqu’un d’intelligent, j’estime que cela peut vous rendre service. Tant pis si je me trompe : j’aurais au moins essayé.
                                                        Vous savez ce que vous voulez : c’est très bien ! Vous ne vous pliez pas à la pensée dominante comme un mouton, c’est encore mieux !
                                                        J’approuve et je respecte votre choix de la vasectomie. Qu’un homme choisisse un procédé contraceptif pour lui-même plutôt que de laisser cette charge aux seules femmes est exemplaire.
                                                        Toutefois, votre argumentaire souvent péremptoire et sentencieux m’agace profondément et me semble contre-productif. Quand je vous lis, j’ai envie de faire une dizaine de gosses juste par provocation ! Mais je vous rassure, ce n’est plus possible car je me suis déjà fait pratiquer une vasectomie, tout comme vous...
                                                        D’abord, malgré toutes vos équations de Kaya et autres théories de Veblen (bla bla bla !), vous semblez très mal maîtriser les notions de base de la démographie. Vous enfilez les perles comme un bijoutier de la place Vendôme. Il serait enfin temps de comprendre que la population mondiale ne va pas augmenter indéfiniment et de manière exponentielle : c’est même tout le contraire. C’est un phénomène qui se vérifie partout, sans exception, et que les démographes nomment la transition démographique.
                                                        Jusqu’au XVIIIe siècle, toutes les populations du monde connaissaient une forte natalité qui compensait à peine la forte mortalité, surtout infantile. La population croissait donc très lentement. La fécondité était sacralisée par les religions et toutes les traditions, car elle était alors vitale pour la survie d’un peuple ou d’une communauté, fut-elle familiale.
                                                        Depuis le XIXe siècle, avec les révolutions agricole et industrielle et les progrès de l’hygiène et de la médecine qui ont d’abord concerné l’Europe, la mortalité s’est effondrée. Mais comme les familles avaient l’habitude de faire de nombreux enfants, elles ont continué pendant quelques générations avant de comprendre que cela ne servait plus à rien et engendrait même de grandes difficultés de subsistance. La natalité s’est mise alors à diminuer fortement elle aussi, malgré les politiques natalistes et les traditions religieuses. Ce phénomène est à l’œuvre partout dans le monde, mais avec des décalages, suivant le niveau de développement de chaque pays. Le maximum de croissance démographique mondiale a donc eu lieu dans les années 1960 et, depuis, la croissance se poursuit par inertie mais en ralentissant. La plupart des démographes prévoient qu’entre 2050 et 2100 la population mondiale devrait se stabiliser autour de 9 milliards d’humains, à moins qu’il n’y ait de grandes catastrophes entre-temps, qui ralentiraient encore davantage la démographie...
                                                        Par exemple, l’Inde, géant démographique, a vu sa fécondité passer de 6,3 enfants par femme dans les années 1950 à 2,7 enfants par femme dans les années 2000. Et cela continue à diminuer.
                                                        Donc assez de discours culpabilisant envers celles et ceux qui font des enfants !
                                                        En Europe, la natalité est devenue si faible qu’elle ne compense même plus la mortalité pourtant très faible elle aussi. C’est un problème pour le maintien de la population active et pour le financement des retraites. En Chine, la politique de l’enfant unique a si bien fonctionné que le gouvernement chinois y a mis fin en raison d’un vieillissement accéléré de la population.
                                                        Quand vous serez vieux, qui s’occupera de vous s’il n’y a plus assez de nouvelles générations ? Allez-vous vous suicider comme Paul Lafargue, le gendre de Karl Marx, qui ne supportait pas la vieillesse ? Imaginez-vous un monde sans aucun enfant ?
                                                        Et, par pitié, si on pouvait cesser d’accommoder le réchauffement climatique et l’empreinte écologique à toutes les sauces ! Quand vous voyagez, vous n’utilisez jamais de voiture ou d’avion ? Vous vivez comme un petit paysan du Sahel ? À qui voulez-vous faire croire ça ?

                                                        Enfin, quelle est cette psychologie de bazar qui consiste à croire qu’il faut être parfait pour éduquer des enfants ? Freud a déjà répondu à cette question : quoiqu’on fasse, ce sera mal. Donc, inutile de se mettre la pression. Faire des enfants est un risque, une aventure : eh ! oui...
                                                        Et il existe toutes sortes de parents : des casaniers sédentaires, effectivement, et des aventureux nomades qui trimballent leurs gamins sur les routes ou en pleine mer... Pareil pour les adultes sans enfants, j’en connais de très casaniers, qui ont peur de voyager ou de prendre le moindre risque. Donc pas de généralisation abusive.
                                                        En plus, vous vous contredisez : ceux qui ont des enfants seraient des égoïstes, puis faire des enfants coûte cher. Faudrait savoir : égoïstes ou prêts à faire des sacrifices, les parents ?
                                                        Enfin, dites-vous bien que si vos propres parents n’avaient pas fait d’enfant, vous ne seriez pas là aujourd’hui... Merci Papa, merci Maman, un bisou et au lit !


                                                        • Axel S. 15 mars 2016 19:29

                                                          @moucheron16
                                                          Quel mépris en un seul message.
                                                          Votre vision du monde est partielle. On a presque l’impression que quelque soient les choix que l’on effectue, rien ne changera. La grande mécanique de la transition démographique nous déresponsabilise de nos actes. Pourtant, les choix politiques influent sur la natalité. Il n’y a qu’à voir les différences de taux de fécondité/natalité au sein même des pays de l’OCDE qui peuvent aller du simple au double.

                                                          « Il serait enfin temps de comprendre que la population mondiale ne va pas augmenter indéfiniment et de manière exponentielle »

                                                          Vous avez raison, on a largement le temps. D’ailleurs, bien malin celui/celle qui saura montrer quand la population n’augmentera plus. Cette réponse est dans tous les cas, totalement à côté de la plaque. Je liais l’augmentation de la population mondiale à des désordres environnementaux notamment liés aux changements climatiques et vous me parlez d’une hypothèse de transition démographique que certain-e-s estiment survenir dans 100 ans voire plus ? C’est juste pour vous donnez bonne conscience ou bien vous n’êtes absolument pas au courant des risques encourus dans les prochaines années ?

                                                          « Quand vous serez vieux, qui s’occupera de vous s’il n’y a plus assez de nouvelles générations ? »

                                                          Faire des enfants pour qu’on s’occupe de vous, vous n’avez décidément honte de rien, vous. C’est totalement indécent de raisonner ainsi. Personne ne vous doit rien.

                                                          "Quand vous voyagez, vous n’utilisez jamais de voiture ou d’avion ? Vous vivez comme un petit paysan du Sahel ? À qui voulez-vous faire croire ça ?« 

                                                          Vous me supposez incohérent ? Déception....
                                                          Puisque vous avez votre idée de mon mode de vie, vous avez tout le loisir de comparer l’impact d’un individu à part entière sur l’environnement, et mon mode de vie supposé. Sans vous perdre dans trop de détours, je pense être à peu près sûr que le résultat sera du genre :
                                                          Empreinte écologique personnelle supposée << Empreinte écologique personnelle supposée + empreinte écologique moyenne d’un humain mis au monde.
                                                          Et ce quelque soit le niveau de »empreinte écologique personnelle supposée« .

                                                           »En plus, vous vous contredisez : ceux qui ont des enfants seraient des égoïstes, puis faire des enfants coûte cher. Faudrait savoir : égoïstes ou prêts à faire des sacrifices, les parents ?« 

                                                          Ah la belle pirouette. Alors comme avoir un enfant implique des dépenses d’argent pour elle/lui, cela ne peut pas être égoïste de faire un enfant ?
                                                          Ceci n’est pas contradictoire. L’ultime bénéficiaire d’une dépense d’argent peut être en bout de ligne le parent qui l’aura engagée et qui s’en trouvera valorisé-e d’une manière ou d’une autre.

                                                           »Enfin, dites-vous bien que si vos propres parents n’avaient pas fait d’enfant, vous ne seriez pas là aujourd’hui..."

                                                          Je ne partage pas cette logique qui consisterait à approuver des choix qui ont été fait par le passé et dont ma vie dépendrait. 1) Personne ne m’a rien demandé, je ne me considère donc pas redevable 2) cette logique appliquée jusqu’au bout pousserait des gens à devoir approuver des trucs dégueulasses parce que leur vie en dépend. Ce n’est pas défendable.


                                                        • skrue 24 mars 2016 08:47

                                                          J’avoue personnellement que le blabla sur le cout et la pollution me passe largement au dessus de la tête.

                                                          Déjà, le problème de la vasectomie n’est pas que masculin, car de nombreuses femmes ont aussi toutes les peines du monde à obtenir une ligature des trompes et se heurtent tout comme les hommes à des réactions hyper paternalistes.
                                                          Et en ce sens, j’espère que le combat des femmes cette année pour la conservation d’ovocytes à visée personnelle sera autorisée (comme en Italie, Espagne, Grande-Bretagne, Belgique, USA, Canada), tout comme la conservation de sperme à visée personnelle est autorisée en France.

                                                          Par contre, ce que je trouve inquiétant et qui justifierait le fait d’envisager une vasectomie à visée contraceptive, c’est que les hommes finalement n’ont qu’une seule contraception à peu près efficace : le préservatif (on oubliera le spermicide vu son efficacité toute relative).
                                                          Sauf que d’après les sources gouvernementales :
                                                          http://www.choisirsacontraception.fr/contraception_tableau_comparatif.htm, le préservatif n’est pas si fiable que ce qu’on le dit, et de plus en plus de médias spécialistes le disent, comme martin winckler ici :
                                                          http://martinwinckler.com/spip.php?article428
                                                          ou bfmtv ici :
                                                          https://www.youtube.com/watch?v=hUTqhNFexMc (notamment à 0:37 où le préservatif est clairement cité comme méthode contraceptive moins fiable que la pilule - ce qui est conforme aux statistiques officielles).

                                                          Et je trouve vraiment dommage que les hommes n’aient pas davantage de possibilités de maîtriser leur procréation. Un certain nombre d’hommes et de femmes s’en plaignent.
                                                          Les hommes, quant à eux, contrairement aux femmes, ne peuvent pas avorter en cas d’accident et sont théoriquement obligés d’assumer si leur compagne le leur demande ou le demandent à la justice (en plus de la pression sociale qui est se charge de faire culpabiliser un maximum les femmes et hommes qui ne souhaitent pas assumer une grossesse non-désirée et réfléchissent à l’ivg).

                                                          En outre, la pression qui pèse sur les seules femmes d’assumer la contraception est devenue très lourde pour beaucoup d’entre elles, et en subissent les conséquences (scandale de la pilule de 3 et 4e génération, abandon des méthodes chimiques pour des méthodes moins efficaces comme le retrait ou les rapports hors période, nombre élevé de grossesses non désirées, freins multiples à l’application de l’ivg que ce soit à cause de l’entourage ou certains professionnels de santé, etc...).
                                                          Car en effet, avec 360.000 grossesses non-désirées par an en France (ce qui correspond à environ 15% des femmes en couple en France) (source : INED), je ne pense pas que la contraception telle qu’elle est aujourd’hui permette d’avoir une totale liberté d’esprit, ni pour les femmes (à qui on refourgue quasi-automatiquement la pilule en France, et qui globalement ont seule la charge de la contraception), ni pour les hommes (qui n’ont que le préservatif, au final), car le risque d’avoir une grossesse et éventuellement un enfant non-désiré est réel, voire sous-estimé.

                                                          Depuis des années on nous rabâche que les nouvelles contraceptions masculines ont été découvertes mais que les labos veulent pas financer les recherches car ils estiment que ce n’est pas assez rentable. On nous dit que la contraception X ou Y va sortir dans Z années, et à chaque fois c’est repoussé.
                                                          Cette mentalité prive beaucoup de gens d’une solution qui pourrait être salutaire pour tous et toutes et apporter une bien meilleure tranquillité d’esprit que ce que nous offre la contraception actuelle aujourd’hui, ainsi qu’une meilleure maîtrise et responsabilisation des hommes dans la maîtrise de la procréation.
                                                          Si les mentalités des labos avaient été différentes, honnêtement, je pense que certains hommes n’en serait pas à penser à la vasectomie.

                                                          Du coup, honnêtement je comprends bien pourquoi certains hommes pensent à la vasectomie, avec effectivement au préalable une congélation du sperme en cas de regret, ce qui est nettement préférable à mes yeux que rien du tout : c’est la seule option à leur yeux qui pourrait leur apporter suffisamment de tranquillité d’esprit dans l’optique où la contraception actuelle ne leur inspire pas confiance et où la société dans laquelle on vit est hypersexualisée et incite les gens à plus ou moins coucher assez rapidement et régulièrement, et quand on veut pas d’enfants, c’est difficile de ne pas se dire qu’à force d’avoir des rapports, un accident arrivera un jour.

                                                          Avoir un enfant non-désiré, que ce soit pour des hommes ou des femmes, si certaines personnes peuvent accepter avec joie la nouvelle, d’autres personnes peuvent être très traumatisées par la nouvelle.
                                                          Dans d’autres pays comme l’Irlande où l’ivg est interdite, certaines femmes vont jusqu’au suicide à cause du fait qu’elles sont enceintes alors qu’elles ne l’ont pas voulu, et qu’elles n’ont pas les moyens d’aller se faire avorter à l’étranger.

                                                          Après on pourra toujours dire que certains couples n’ont jamais eu de problèmes de contraception, mais je trouve que l’argument n’est pas suffisant : certains autres couples ont eu des problèmes quand-même, et pas forcément parce qu’ils n’ont pas fait attention.

                                                          Par contre, je trouve que les médecins devraient proposer une clause obligatoire de congélation préalable de sperme au lieu de systématiquement refuser, on arriverait déjà à un meilleur compromis. Et la preuve en est que certains médecins sont un peu plus enclins à accepter l’opération lorsqu’ils savent que le sperme a été congelé dans un CECOS.

                                                          Et avoir une meilleure tranquillité d’esprit quant à leur maîtrise de la procréation, fusse-t-elle de passer par une vasectomie + congélation de sperme, est tout de même plus sain que d’avoir une sexualité avec la peur permanente de certaines personnes d’avoir un accident qui change toute une vie.
                                                          Tout simplement parce que certaines personnes ne sont pas prêtes à assumer des accidents et que choisir ou non d’être parent est aussi extrêmement important, que ce soit pour les femmes qui peinent à faire valoir leur droit à l’ivg quand bien même c’est légal, que les hommes qui pour l’instant, et en attendant d’éventuelles contraceptions futures, si jamais elles arrivent réellement un jour, n’ont pas beaucoup de solutions vraiment sécurisantes.

                                                          Et pouvoir mener une vie que l’on a choisie, je trouve que c’est encore plus important que de procréer.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Axel S.


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès