Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Vers le « néo-communisme » globalisé

Vers le « néo-communisme » globalisé

 "Ne voyez vous pas que le véritable but du novlangue est de restreindre les limites de la pensée ? A la fin nous rendrons littéralement impossible le crime par la pensée car il n'y aura plus de mots pour l'exprimer. [...] Chaque année de moins en moins de mots et le champs de la conscience de plus en plus restreint."

 La guerre c'est la paix

 La liberté c'est l'esclavage

 L'ignorance c'est la force.

 1984, George Orwell.

 Force est de constater que le monde va à grands pas vers une sorte de "néo-communisme", une nouvelle forme de dictature post-moderne, avec non pas un Parti ou "Chef" mondial, mais avec une ploutocratie mondialisée qui, plus ou moins en coulisses, dirige et oriente le monde via tout un tas d'institutions internationales telles que le FMI ou OCDE, d'organismes guerriers comme l'OTAN, ou encore via les "démocraties représentatives" occidentales dont la tête de pont sont les USA et son principal poisson-pilote : l'Union Européenne.

 Que veulent ces gens, ces "ploutocrates" du nouveau monde sans frontières ? Et d'ailleurs, n'est-il pas "complotiste" de penser qu'il existerait une convergence d'intérêts au sein d'un monde aussi divers que complexe ? Et à l'heure où l'on ne cesse d'utiliser à tort et à travers les termes "libéralisme", "néo-libéralisme" ou "ultra-libéralisme", est-il judicieux de parler de l'avènement d'un "néo-communisme" mondialisé ?

 Je note tout d'abord que je ne pense pas qu'il existe en acte un gouvernement mondial omnipotent œuvrant dans l'ombre, mais, comme toujours dans l'Histoire, il y a des forces qui luttent, avec des vainqueurs, et des perdants. Nous assistons simplement, avec la mondialisation des échanges, à une accélération de certains phénomènes dont le plus visible me semble être la volonté de domination gigantesque qui anime, aujourd'hui encore davantage qu'hier, les puissances d'argent. Cette volonté a émergé essentiellement au cours du XVIIIème siècle avec le Libéralisme naissant puis la montée et la prise du pouvoir par la grande bourgeoisie d'affaires et industrielle via la manipulation intellectuelle de la "Démocratie Représentative". Nous assistons depuis lors à la propagation de nouveaux idéaux matérialistes et laïques, à savoir que la croissance économique serait sans fin, apporterait le bonheur, et que la richesse serait le but ultime de l'individu. Cette idéologie a vécu. Le monde a changé.

 Les ploutocrates de la Banque et des grands groupes transnationaux ayant pris le pouvoir dans les "démocraties d'opinion" depuis fort longtemps grace au contrôle des grands médias et des partis politiques dits "de gouvernement", comment pourraient-ils supporter encore longtemps que des pays résistent encore à leur volonté hégémonique ?

 Les buts communs de cette ploutocratie internationale sont l'avancement d'un monde sans frontières, sans nations souveraines et indépendantes (et donc sans appareil militaire autonome), sans monnaies fiduciaires nationales (monnaie "électronique" quasi mondiale après l'effondrement économique global que certains prophétisent, et donc un contrôle total des échanges et du travail), une surveillance sans cesse accrue des individus doublée d'une perte des libertés individuelles (au nom, par exemple, de la fameuse "lutte contre le terrorisme islamiste" qui fait chaque jour tant de ravages en France comme chacun sait), un monde sans écarts de salaires ou de niveau de vie (nivellement par le bas que nombre de peuples occidentaux subissent déjà), ce qui amène à la fin des classes sociales traditionnelles et à l'émergence de deux classes uniques : une micro-élite de dirigeants-possédants au-dessus, et en-dessous le peuple mondial auquel on laissera comme toute possession (à crédit) quelques jouets technologiques aussi divertissants qu'asservissants, un monde où le "melting-pot" ethnico-culturel devra être la seule et unique culture dominante et la seule médiatisée, un monde aussi de l'indifférenciation programmée des sexes. Plus rien ne devra promouvoir ou favoriser l'idée même de la différence, car le différent tend à se singulariser.

 C'est cela que j'appelle le "néo-communisme" globalisé : un monde qui va lentement mais sûrement vers l'indistinction et l'indifférenciation des classes sociales, des sexes, des religions, des cultures, et cetera. Ce projet se heurte et se heurtera encore longtemps ici ou là à des résistances, qu'elles soient religieuses, ethniques ou autres. Mais voilà brossé en quelques traits, le projet, qu'il soit conscientisé ou non, de ce qu'Attali appelle "l'hyper-classe" du monde globalisé.

 Cette tendance est déjà en progression constante, surtout en occident qui en est l'initiateur. À chacun d'observer, en conscience, et quelles que soient ses opinions politiques, l'histoire et l'évolution rapide de l'occident ces dernières décennies, il s'apercevra que les phénomènes que je décris sont en marche et bien avancés. Et surtout, que cette évolution ne s'est pas faite naturellement comme pousse l'arbre dans la forêt, et certainement pas non plus d'une manière strictement libérale. Non, il y a eu et il y a derrière tout ceci des volontés qui mènent l'humanité à l'abêtissement et à l'esclavage, à la "Servitude Volontaire" que décrivait déjà La Boétie en 1549. Cette voie est un abîme sans fond pour l'Homme, et la réaction, et il faut souhaiter qu'il y est une réaction, sera malheureusement dans ses premiers temps d'une violence terrible. Mais nous devrons sans doute en passer par là pour sauver le Génie de l'Humanité et sa diversité.


Moyenne des avis sur cet article :  3.15/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

54 réactions à cet article    


  • JL JL 2 août 2012 08:50

    Que de choses à répondre, à ce billet d’Anaxandre !

    Tout d’abord, je dirai avec Annah Arendt, que "le totalitarisme opère en détruisant la distinction entre la sphère publique et la sphère privée. Dans le cas des fascismes d’entre-deux-guerres ou du stalinisme, c’est la sphère publique qui a débordé de son lit et qui a englouti la sphère privée jusqu’à la dévorer entièrement. Les dérives de la propriété intellectuelle que l’on constate lors des jeux olympiques de Londres, (et plus généralement, de l’ultralibéralisme) fonctionnent en sens inverse. C’est cette fois la sphère privée qui submerge l’espace public et le détruit pour le soumettre à sa logique exclusive. L’effet désastreux sur les libertés individuelles est sensiblement identique et c’est précisément ce processus de corruption qu’avaient anticipé les auteurs du Cyberpunk, avec leurs corporations souveraines.« 

    Donc, ce que l’on observe et qu’on appelle ultra ou néolibéralisme, mais qu’Anaxandre s’obstine à appeler néo-communisme est au communisme ce que l’eau trop chaude (la grenouille dans la marmite ?) est à l’eau trop froide, et par rapport à la confortable eau tiède : les deux sont des eaux invivables.

    La deuxième chose, c’est ceci qu’écrit toujours Anaxandre : »C’est cela que j’appelle le « néo-communisme » globalisé : un monde qui va lentement mais sûrement vers l’indistinction et l’indifférenciation des classes sociales, des sexes, des religions, des cultures, et cetera. « 

    Quels amalgames ! Si le néolibéralisme ne fait pas de distinction entre »des sexes, des religions, des cultures, et cetera (sic !)", puisque tout ça ce sont des consommateurs, en revanche, il y a incontestablement une distinction des classes sociales ; une distinction qui n’est pas de nature qualitative comme l’est le sexe, mais de nature quantitative : il n’y a rien de commun entre un milliardaire de plus en plus riche et l’homme de la rue, de plus en plus pauvre.

    Donc, pour faire vite et pour conclure, Anaxandre chante faux.


    • JL JL 3 août 2012 18:36

      Je note que ce post ci-dessus, fait 8 votes négatifs, mais que pas un seul de ces activistes - c’est peut-être le même 8 fois ? - n’a eu la moindre idée pour expliquer en quoi ce qui y est dit lui déplait !

       smiley


    • epicure 3 août 2012 20:48

      remettre les mots et les idées à leurs place, attire les moins dans ce topic.


    • katakakito 2 août 2012 09:16

      Bon article, car il pointe du doigt une forme de gouvernement qui pourrait bien être le gouvernement mondial, vous savez ce que l’on appelle le « nouvel ordre mondial ».

      Lénine à mis en place en URSS (bien contre son gré, mais forcé par les évènements) un gouvernement basé sur un président et un parti unique qui est un parti d’Etat.
      Donc pas de contestation possible.
      C’est ce modèle qui est recherché par les oligarques .
      Notre UMPS en est une préfiguration.


      • Goldored 2 août 2012 10:55

        Faire du système dirigé par la ploutocratie un néocommunisme, n’est-ce pas là une belle illustration de ce que peut produire la novlangue...
        Réviser votre communisme. Cette doctrine n’a pas juste pour vocation à éliminer les classes. Elle vise, entre autres choses, à abolir l’exploitation du travail des salariés...
        Pathétique.


        • JL JL 2 août 2012 12:05

          Bien vu, Goldored,

          l’auteur est l’arroseur arrosé, qui manie la novlangue comme un spécialiste !

          Comme j’ai dit plus haut, l’eau trop chaude comme l’eau trop froide, sont insupportables toutes les deux, mais c’est la seule chose qu’elles aient en commun, parce que, pour le reste, elles sont opposées en tout points de vue.

          RDire et redire : "les totalitarismes opèrent en détruisant la distinction entre la sphère publique et la sphère privée. Dans le cas des fascismes d’entre-deux-guerres ou du stalinisme, c’est la sphère publique qui a débordé de son lit et qui a englouti la sphère privée jusqu’à la dévorer entièrement. Dans l’ultralibéralisme, c’est la sphère privée qui submerge l’espace public et le détruit pour le soumettre à sa logique exclusive."

          Dans le premier cas, tout appartient à tous - ou à personne - dans le second cas, tout appartient à une minorité, y compris de fait, les êtres vivants, ceux qui ne possèdent rien : c’est, le retour à une société de privilèges, et à terme, le servage.


        • debase 2 août 2012 15:08

          "Réviser votre communisme. Cette doctrine n’a pas juste pour vocation à éliminer les classes. Elle vise, entre autres choses, à abolir l’exploitation du travail des salariés..."

          Quelle naïveté !!!!

          Le communiste n’est que l’art de maîtriser les foules au profit de quelques-uns en leur présentant une vision ’rationnelle’ (et donc simpliste) de l’univers, susceptible de calmer en partie cette fameuse ’angoisse existentielle’ ressentie par tout être humain. Le résultat on le connait : c’est le totalitarisme, les millions de morts, les camps, le tout dans la tristesse et l’uniformité

          Comme je le répète souvent, tout part du rationalisme, qui n’est qu’une nouvelle forme de religion, qui pourrait d’ailleurs se trouver de plus en plus contestée chez nous puisque désormais le centre de gravité de la planète a semble-t-il tendance à se déplacer du coté de la Chine, un pays qui a 5000 ans d’histoire et qui est peut être plus à même de comprendre les limites du ’rationalisme’, limites déjà signalées par Pascal au 17ème siècle qui disait bien que ’l’esprit de finesse’ devait coexister éternellement avec ’l’esprit de géométrie’.

          Le ’mondialisme’ s’appuie lui aussi sur la ’raison’ en expliquant aux gogos que la suppression des frontières et le métissage universel est ’la’ solution pour empêcher la guerre et créer le bonheur universel...

          Le ’mondialisme’ était appelé par certains (dont je ne partage évidemment absolument pas les méthodes) ’complot judéo-maçonnique’ à l’époque des heures-les-plus-sombre-de-notre-histoire.

          Les peuples ne veulent pas du ’mondialisme’ qui veut les détruire par l’intérieur. Essayer de l’imposer (voir Attali, Valls, Sarkosy, Copé et consorts soutenus activement par la plupart des médias) en favorisant le multi-culturalisme et en nous obligeant au métissage généralisé va se traduire tôt ou tard par des réactions sanglantes.

          Les partisans-activistes haut-placés du ’mondialisme’ sont des criminels ! Ils seront rattrapés par l’Histoire, toutes les preuves (discours, articles de presse, interview, etc...) de leur forfait resteront à jamais facilement consultables sur internet, ils ne pourront jamais les faire disparaître...


        • Goldored 2 août 2012 16:55

          @debase
          Votre vision du communisme est fondamentalement subjective. Elle décrit votre vision du communisme. Pas le communisme en tant que tel.
          Donc, voyez-vous, votre appréciation concernant mon improbable naïveté, je m’assieds dessus avec grâce et légèreté.
          Quant à votre « 
          tout part du rationalisme, qui n’est qu’une nouvelle forme de religion », voici une nouvelle formidable illustration de la novlangue.
          Finalement, cette finesse que vous appelez de vos voeux n’est que le cache-sexe de votre peur de la réalité objective. Vous avez besoin de magie - face au rationalisme -, de pureté - face à l’affreux métissage de ce que vous croyez être des races (tiens, vous êtes un raciste en plus ?!) - et d’anticommunisme primaire, parce que vous ne voulez pas laisser la peur du rouge aux bêtes à cornes. Cet anticommuniste est la preuve que vous avez besoin d’un petit cocon réactionnaire
          face à cette richesse et cette variété du monde et de l’univers qui vous fait si peur, parce que l’inconnu vous fait peur.
          Cultivez-vous, enrichissez-vous des différences des autres, vous serez plus heureux et vous aurez moins la trouille.


        • lulupipistrelle 2 août 2012 20:29

          @Goldo : rendons à César ce qui est à César... le métissage ce sont ceux qui luttent contre le racisme, en particulier en expliquant que les races n’existent pas, qui en parlent le plus. Moi qui suis rationnelle, sinon rationaliste, j’aimerais qu’on m’explique comment il peut y avoir métissage au sein d’une race unique.
          Pour revenir à debase, il utilise le mot métissage victime des bien-pensants qui l’ont galvaudé et c’est lui qui est suspect de racisme ?


        • epicure 3 août 2012 12:42

          @Par lulupipistrelle (xxx.xxx.xxx.253) 2 août 20:29

          la notion de métissage s’oppose justement au racisme qui voudrait que les gens d’origine différentes doivent rester séparés pour garder la pureté des supposées races. Ce qui prouve bien que la notion de race est totalement artificielle.

          Vous imaginez des gens avec les yeux bridés, les cheveux crépus blonds, ? Mais où irait on ? on ne pourrait plus classer les gens dans des cases étanches.
          En fait dans al réalité, dans certaines zones de contact entre différents groupes de population, on peut observer des individus qui possèdent des caractéristiques de divers groupes, ou dans certaines iles de l’océan indien colonisées par des européens aussi.

          Le raciste déteste à la fouis ce qui est différent de lui, mais aussi ce qu’il ne peut pas bien différencier.


        • epicure 3 août 2012 12:55

          @Par debase (xxx.xxx.xxx.199) 2 août 15:08


          Quelle naïveté de croire que parce que certains régimes se sont appelés communistes, ils sont forcément communistes.

          C’est comme si tu considère que toutes les personnes qui se disent honnête étaient forcément honnête, et que tu décrive l’honnête selon le comportement de personne qui clame haut et fort qu’elles sont honnêtes. Donc si on suit ton raisonnement, être honnête c’est escroquer des gens, car les escrocs te diront toujours qu’ils sont honnêtes.

          Le régime stalinien n’était pas communiste, d’ailleurs à un moment même staline a reconnu que le communisme était repoussé aux calandres grecques. Staline pour vendre sa soupe totalitaire a trafiqué les étiquettes politiques pour ne pas dévoiler la véritable nature de son régime. Bref stalinisme = communisme c’est de la novlangue.

          Et puis quand on lit que le rationalisme est une nouvelle religion, cela rend caduque toute ton argumentation. C’est un mensonge, qui ne repose sur rien. Le rationalisme est un outils de réflexion, qui est fait justement pour éviter les mauvais raisonnements que tu tiens dans ton message.

          Le mondialisme n’’est pas le rationalisme, mais l’outil au service de la passion de certains individus, leur soif de pouvoir et de richesse, donc tout sauf rationnel et raisonnable.

          Tu confond raisonnement rationnel, et rationalisation d’idées irrationnelle, mais c’est normal puisque tu rejettes le rationalisme, donc tu fais des confusions de raisonnement.


        • debase 3 août 2012 15:46

          @Epicure

          Vous dites finalement, et comme beaucoup depuis toujours, que le ’vrai’ communisme n’a jamais réellement été mis en place....

          La réponse, classique, est depuis toujours aussi, que c’est parce que le ’communisme’ n’est qu’une sorte d’utopie, incompatible avec la nature et la condition humaine.

          Croyez vous sincèrement qu’au fond d’eux même les meneurs comme Lénine, Staline, Trotsky, Béria, etc étaient des gens honnêtes et purs qui ne songeaient qu’à se dévouer à la cause des malheureux et de la justice sociale, eux qui ont tant de fois démontré à quel point ils faisaient peu de cas de la vie humaine de ces millions de gens...

          Vous dites "Le mondialisme n’’est pas le rationalisme, mais l’outil au service de la passion de certains individus, leur soif de pouvoir et de richesse, donc tout sauf rationnel et raisonnable."

          Je suis entièrement d’accord car c’est exactement ce que je dis !

          Pour moi le ’mondialisme’ s’appuie sur des raisonnements se présentant comme ’rationnels’ aux yeux des gogos afin de mieux se répandre, alors que ces arguments sont totalement simplistes.

          Exemples : « supprimons les frontières et il n’y aura plus de guerres », métissons nous et il n’y aura plus de racisme (en fait les mondialistes actifs disent plutôt « métissez vous »). Travaillons tous ensemble, la main dans la main, dans la même direction et nous ferons faire de grands progrès à toute l’humanité, etc...

          Les but cachés de la ’caste’ qui organise tout cela étant en réalité : supprimons les frontières, détruisons le ’souverainisme’ partout où il se trouve, destructurons les identités et les cultures par le métissage et l’immigration massive afin de mieux dominer et profiter de tous ces milliards d’individus, pour lesquels nous n’avons que mépris, qui peuplent désormais la planète. La France est particulièrement la cible des ’mondialistes’ car elle représente un noyau dur et influent de la résistance à cette idéologie (VALLS, à la suite de SARKOSY, s’occupe de son cas en ce moment même...).

          Pour finir, sachez bien que je ne rejette nullement le rationalisme, simplement j’ai redis ce qu’avait dit Pascal à savoir que l’esprit ’de finesse’ reste indispensable pour appréhender le monde et que le ’rationalisme’ exacerbé est un fléau chez nous (pire encore aux U.S.), j’ajoute que ce ’rationalisme exacerbé’ est la cause de notre déclin.


        • Anaxandre Anaxandre 3 août 2012 16:17

          @ Epicure

           Et quelle naïveté de la part de certains de croire que parce que certains régimes s’auto-qualifient de « démocratiques » et « libéraux », ils le seraient en effet ! L’URSS se rapprochait plus du Communisme que le « gouvernement représentatif » français de la Démocratie. La République laïque et son travail de conditionnement via l’école et les médias depuis plus de 200 ans, en a endoctriné plus d’un sans même qu’ils ne s’en aperçoivent ! (Je le sais, je l’ai subi aussi et je me soigne doucement).


        • epicure 3 août 2012 20:45

          @Par debase (xxx.xxx.xxx.199) 3 août 15:46


          Pour que les mots aient un sens, oui la seule affirmation possible c’est dire que le le communisme n’a jamais été accompli, car c’est la seule phrase qui du point de vu philosophique et historique est vrai, le reste c’est de l’amalgame , de la confusion, de la manipulation.

          le communisme est autant utopique qu’un capitalisme libéral garant de la liberté de tous les individus. Car pour que ce soit le cas, i faudrait des capitalistes parfaits, c’est à dire de bon fond, bien intentionnés vis à vis de leurs prochains etc... Il existe quelques entrepreneurs qui peuvent s’en approcher, mais ce ne sont pas eux qui font tourner le monde, ceux qui sont à l’opposé de ce portrait idéal pèsent plus sur le monde.

          Donc si on sort du dogmatisme pur et dur, peut être considéré comme communiste (ou socialiste) tout système politique qui se rapproche de l’idéal d’une société sans classe, sans état autoritaire ( Marx contrairement aux anarchistes n’a jamais prôné la disparition immédiate de l’état, par réalisme ) etc....

          Et même dans cette acceptation large et non dogmatique, le stalinisme et ses dérivés ne correspondent pas.

          Lénine est un personnage complexe, qui était prêt à tout pour réussir la révolution, la NEP après le communisme de guerre montre que ce dernier n’était qu’une phase de transition qui se voulait adaptée à la situation, et qu’il était capable de concessions dogmatiques pour essayer de s’approcher de ses buts.

          point positif, il détestait staline et n’en voulait pas comme successeur, comme s’il avait compris vers quoi cela allait mener, c’est à dire avant tout une dictature personnelle. De même il avait refusait que lui soit porté un culte sur sa personne une fois mort

          point négatif, avec sa politique du parti unique, le vers était dans le fruit.

          Selon comme on l’aborde, on peut dire qu’en partie au moins il croyait à ses idées et qu’il essayait de s’en approcher en fonction des circonstances ( même si cela doit passer par deux guerres dures ). SI on voit tout noir on peut voir en lui le précurseur d’une dictature autoritaire.

          Pour staline, par contre, il faudrait être niai ou ignare pour pouvoir penser qu’il était sincère quand il parlait de communisme ou de socialisme, alors que seul le pouvoir personnel l’intéressait. Hors les philosophies communistes ou socialistes s’opposent à l’idée d’un pouvoir personnel. Pour lui la révolution était clairement un moyen pour parvenir au pouvoir personnel, qui correspondait à sa personnalité de psychopathe.

          Pour trosky, pas assez d’information sur le personnage pouvoir donner mon avis.

          En fait si on réfléchit bien, mener une révolution en se mettant en avant personnellement, ce n’est pas le meilleur moyen de pouvoir arriver à instaurer une société sans chef. Chez certains, il est clair que les idées révolutionnaire c’est juste pour amuser la foule et la justification de pratiques qui sont opposées de ce que l’on déclame.

          "Travaillons tous ensemble, la main dans la main, dans la même direction et nous ferons faire de grands progrès à toute l’humanité, etc...« 

          Alors ça ce n’est pas vraiment le discours actuel de la modalisation mais plutôt : » que l’on fasse la compétition de tous contre tous, cela ne pourra qu’apporter une amélioration pour l’humanité"

          Tu as apparemment raté un épisode, car ce qui est clairement mis en avant c’est la compétition, et non la coopération qui est une valeur socialiste/communiste (philosophiques), c’est à dire le repoussoir du système actuel.

          Enfin si tu es d’accord avec moi, il ne fait pas parler de rationalisme, puisque ce n’est pas du rationalisme.

          En fait la pensée rationaliste est universaliste, alors que le nouvel ordre mondial, pousse au particularisme dans tous les sens, et la compétition entre les particularismes ( il ne faut surtout pas que les peuples, les travailleurs puissent s’unir car ils se retourneraient contre le système actuel ). En fait la montée de l’islamisme dans les populations immigrées musulmanes en occident est du pain bénit pour la ploutocratie, car cela divise les population, c’est le fameux diviser pour mieux régner.

          Ce que tu appelles rationalisme n’est pas du rationalisme, puisque aux USA actuellement la philosophie n’est pas vraiment rationaliste, mais le libéralisme anglo-saxon, c’est à dire un système particularisme, mettant en avant des phénomènes irrationnels identitaires et religieux. Donc il ne risque pas d’être exacerbé.

          Au contraire c’est un retour au rationalisme que combat depuis 30 ans la ploutocratie qu’il nous faudrait, car la pensée rationaliste s’oppose à la pensée qui sert la soupe à la ploutocratie, le libéralisme anglo-saxon.


        • debase 6 août 2012 09:46

          @Epicure (et Anaxandre)

          Le ’mondialisme’ a pour objectif la mise en place d’un pouvoir supra-national en agissant par la persuasion et en s’appuyant sur des raisonnements qui se veulent ’rationnels’, par exemple : « les nations et les frontières sont les causes des guerres » alors qu’en réalité c’est plus exactement le militarisme agressif, dont nous sommes tous définitivement guéris, qui fut la cause des grandes guerres passées.

          C’est exactement le même objectif et, en définitive, la même méthode que ceux du ’communisme’ internationaliste version ’Trotsky’ (et pas Staline) : la mise en avant de grandes et belles théories fumeuses propre à séduire les gogos, on parlait à l’époque de la « réalité objective », du « sens de l’histoire », etc...

          Ces raisonnements sont acceptés par les populations parce que le rationalisme (ou le matérialisme) est une doctrine qui s’est fortement répandue sur la terre en opposition et en remplacement des religions. Les autres pouvoirs supra-nationaux étant justement ces mêmes religions qui, elles, ne s’appuient absolument pas sur le rationalisme mais exactement sur son contraire (l’idéalisme).

          Le ’mondialisme’ agit de la même manière que le ’communisme internationaliste’ pour s’imposer, je pense que c’est ce que voulait dire Anaxandre dans le présent article en disant que le ’mondialisme’ et une sorte de ’néo-communisme’.


        • Loiic16 2 août 2012 10:56

          Je vous rejoins ! j’ecrivais ceci le 10mars 2012 - Du Capitalisme mondialiste au communisme international…


          Mais agoravox me l’avait refusé....

          • Traroth Traroth 2 août 2012 12:12

            Parce que ça n’a aucun sens...


          • Goldored 2 août 2012 16:56

            @Jullius.
            Lisez, s’il vous plaît mon message plus haut. Vous commettez la même erreur que celui à qui je réponds.


          • Traroth Traroth 2 août 2012 12:11

            J’ai voté pour votre article, mais honnêtement, vous ne devriez utiliser que les mots dont vous maitrisez le sens...


            • Anaxandre Anaxandre 2 août 2012 13:06

              @ Traroth

               Soit ce que j’écris est stupide et faux, auquel cas il faut refuser l’article, soit, sans être forcément d’accord, vous pensez que mon approche à quelque intérêt et vous le validez. J’ose croire que vous avez penché pour la seconde solution et je vous en remercie.

               Ensuite, j’espère qu’il n’aura échappé à personne que je ne décris pas ici le communisme au sens marxiste, mais plutôt une évolution de la société qui, me semble-t-il, se rapproche plus de certaines dérives du communisme historique en acte que d’une société purement libérale bien plus fantasmée que réelle.


            • anty 2 août 2012 15:02

              Les sociétés se rapprochent vers plus de socialisme ce qui est moins lourd que le communisme

              Et cette tendance est effectivement mondiale

            • Traroth Traroth 2 août 2012 15:16

              Les mots ont un sens, et « communisme » ne fait pas exception, ne vous en déplaise. Prétendre donner au mot communisme un sens non-marxiste me parait... bizarre. Prétendre qu’on puisse parler du communisme sans parler d’idéologie me parait bizarre aussi, puisque le communisme EST une idéologie.

              Bref, pour préciser ma pensée : je partage les constats que vous faites concernant l’état de la société, mais vouloir faire un rapprochement avec le communisme me parait « cheesy » (pas vraiment trouvé de mot français équivalent) et dilue finalement votre propos.


            • Traroth Traroth 2 août 2012 15:18

              @Anaxandre : Vous voyez le commentaire de anty ? J’ai l’impression que c’est exactement l’inverse de ce vous cherchez à dire dans votre article, qui parle de libéralisme, en fait. Par votre rapprochement avec le communisme, vous avez ouvert la porte à ce genre de noyage de poisson...


            • Anaxandre Anaxandre 2 août 2012 16:32

              @ Traroth

               Les mots ont un sens, évidemment ! Mais ne pensez-vous pas, par exemple, que le Libéralisme théorisé entre autres par Adam Smith n’a pas grand chose à voir avec ce qu’il est devenu aujourd’hui ? Et le Parti Communiste Français ? Je ne suis pas sûr de trahir l’idéologie communiste plus que ses représentants officiels d’aujourd’hui !

               N’en déplaise aux puristes de l’idéologie communiste (que je ne rejette pas en tant que telle), si j’observe les tentatives historiques d’application de cette doctrine, dont l’exemple le plus connu est l’ex URSS, je constate aujourd’hui, au-delà des apparences, des tendances lourdes qui convergent vers un modèle semblable.

               Quelques exemples : une micro-élites invisible et ultra dominante s’accaparant le Capital (le « Parti » pour l’URSS d’hier, les dirigeants-possédants d’aujourd’hui), la confiscation plus ou moins rapide de l’outil de production et de la propriété pour les classes « inférieures » et moyennes, le rejet massif, qu’il soit brutal ou progressif, de toute idéologie différente de la dominante ainsi que des religions en général via toute une propagande étatique et médiatique visant à « diaboliser » toute pensée ou régime dissidents, l’égalitarisme forcé qui s’opère toujours par le bas, et cetera...

               Mon propos est essentiellement de remettre en cause l’idée selon laquelle notre société serait trop libérale, je persiste donc (par provocation ?, peut-être mais pas seulement) à affirmer que notre société marche à grands pas vers une forme post-moderne du communisme soviétique.


            • jean-jacques rousseau 2 août 2012 16:37

              Votre choix lexical est orienté. Il s’agit d’euro-fascisme et non de néo-communisme.


            • Goldored 2 août 2012 17:01

              @Jullius :
              « je crois que vous n’avez pas bien compris ce dont parle l’auteur, il n’est pas dans l’idéologie »
              Parler de communisme, de politique, sans être dans l’idéologie, serait un beau tour de force.
              Vous êtes un peu... comment dire ? Je ne trouve pas de mot qui ne soit pas blessant... Si : vous êtes attendrissant, touchant...


            • Anaxandre Anaxandre 2 août 2012 17:03

              @ Jean-Jacques Rousseau

               Je répète encore qu’une des caractéristiques fondamentales du fascisme est le nationalisme et qu’il n’a pas vocation à l’internationalisme comme le communisme. De plus, les « valeurs » défendues par les fascismes sont quasi toujours à l’opposé de celle prônées par le Système actuel pour qui un De Gaulle serait assurément taxé de « fasciste ». Je pense que Mussolini doit se retourner dans sa tombe en lisant que l’idéologie dominante en Europe actuellement est fasciste ! smiley


            • Goldored 2 août 2012 17:04

              « Je ne suis pas sûr de trahir l’idéologie communiste plus que ses représentants officiels d’aujourd’hui ! »
              Leur « trahison » vous autorise donc à trahir vous aussi... Concept intéressant. Mais inopérant si vous cherchez à être crédible. Soyez plus rigoureux, s’il vous plaît.
              Par ailleurs, dire que le PCF est le « représentant officiel » du communisme, croire qu’il peut y avoir un représentant officiel est une nouvelle preuve de la légèreté de votre culture politique et intellectuelle.


            • foufouille foufouille 2 août 2012 17:11

              sous les communistes, socialiste en fait, les gens avaient un minimum

              sous le neo liberalisme, tu auras rien, genre libertasplusryen, meme pas ton cadavre


            • Anaxandre Anaxandre 2 août 2012 17:32

              @ Goldored

               Pour ce qui est de votre culture politique et sociologique (je vous laisse l’intellectualisme pour cette fois), sachez, au cas où cela vous aurait échappé que les idéologies évoluent constamment, ne sont pas figées à un temps et à un lieu donnés, que leurs applications concrètes ne sont jamais strictement fidèles aux textes fondateurs et sont partout et toujours récupérées par une minorité. Mais peut-être que le réel vous échappe, par choix idéologique ou par naïveté, et que vous penser vivre dans le Monde des Idées platonicien alors que vous en êtes encore à observer les ombres projetées au fond de votre grotte, ce qui n’arrange pas votre « crédibilité » davantage que la mienne.


            • Traroth Traroth 2 août 2012 18:05

              @anaxandre : Effectivement, le libéralisme d’aujourd’hui n’a pas grand-chose à voir avec Tocqueville ou Smith. Mais tout avec Friedman, en particulier !


            • debase 2 août 2012 18:13

              @foufouille

              Vous dites « sous les communistes, socialiste en fait, les gens avaient un minimum,sous le neo liberalisme, tu auras rien, genre libertasplusryen, meme pas ton cadavre ».

              Vous n’avez pas tord, mais, en gros, soit vous avez la liberté mais alors il faut vous battre pour manger, soit vous avez suffisamment à manger mais vous n’êtes qu’un rouage sans liberté dans un système totalitaire

              C’est la fable du Loup et du Chien de La Fontaine. Quel statut préférez vous ?

              Il faut combattre tout autant le communisme que l’ultra-libéralisme mais surtout pas combattre le communisme pour installer l’ultra-libéralisme ni combattre l’ultra-libéralisme pour installer le communisme, comme cela s’est si souvent passé en Russie, Chine, Amérique du Sud, etc...

              La société française, avec le régime du ’Gaullisme Social’ et grâce justement à l’esprit ’de finesse’ du Général, était arrivée à un assez bon compromis, malheureusement des forces extérieures (au service de qui ?) en la personne de Cohn-Bendit et ses amis, ont détruit ce fragile équilibre en mai68 pour introduire chez nous peu à peu le ’mondialisme’, nous commençons tout juste à en payer très cher les conséquences !

              Les ’doctrinaires’ sont par définition des rationalistes, sûrs de détenir la vérité, ce sont des individus dangereux, il faut les repérer à temps pour les écarter le plus loin possible du pouvoir...


            • foufouille foufouille 2 août 2012 18:19

              "

              Vous n’avez pas tord, mais, en gros, soit vous avez la liberté mais alors il faut vous battre pour manger, soit vous avez suffisamment à manger mais vous n’êtes qu’un rouage sans liberté dans un système totalitaire

              C’est la fable du Loup et du Chien de La Fontaine. Quel statut préférez vous ?"

              entre les deux, sinon le chien
              faut juste avoir un bon maitre


            • debase 2 août 2012 19:01

              @foufouille

              « entre les deux, sinon le chien
              faut juste avoir un bon maitre »

              Je trouve un peu dommage de fournir une telle réponse... Ne connaissant rien de vous je ne me permettrais pas de vous juger ou de vous critiquer.


            • foufouille foufouille 2 août 2012 19:55

              @debase
              tu as deja fait les poubelles ?
              ou eu froid chez toi ?


            • Goldored 2 août 2012 22:33

              @Anaxandre
              Les idées, certes, évoluent. Et elles évoluent d’autant plus vite qu’elles sont manipulées par des incultes ou des malhonnêtes qui mettent n’importe quel nom sur n’importe quel concept uniquement pour se faire remarquer.
              De ma grotte où mes sens seraient - d’après vous - prisonniers, je suis ravi de voir que mes mots et mes idées en sortent. Et suffisamment pour titiller votre amour propre.


            • epicure 3 août 2012 13:20

              @Par julius32 (xxx.xxx.xxx.156) 2 août 23:02


              Pour juger le communisme, il faut juger une société qui possède ces deux caractéristiques :

              1 ) se déclare communiste

              2) mais surtout corresponde à la définition du communisme, c’est à dire une société sans classe privilégiée , exit les systèmes donnant des privilèges au parti unique, et sans état, donc exit tous les régimes autoritaires policiers s’appuyant sur un état tout puissant.

              maintenant ceci clarifié, quel arbre correspond donc au communisme pour juger de ses fruits ?

              En tout cas, aucun régime connu sous l’étiquette communiste.

              Quand une pratique n’a rien à voir avec une théorie et même s’y oppose, tu n’assimiles pas cette pratique avec la théorie en question.

              Le mouvement communiste,est né de la révolte vis à vis de l’oppression du système capitaliste sur les ouvriers, point barre. La collectivisation des moyens de production étant al conséquence logique de l’analyse critique du capitalisme.

              De même que la révolution et le libéralisme sont nés du rejet de l’oppression du système traditionnel et ses injustices.

              Quand au mondialisme il ne fait que recréer un nouveau système équivalent au système traditionnel où la ploutocratie remplace la noblesse et le clergé, le culte de l’argent et de la consommation remplace le culte religieux.

              Au niveau logique de fonctionnement le nouvel ordre mondial, sur le fond est en train de se rapprocher du système traditionnel dont tu sembles nostalgiques car tu ne l’as pas connu.


            • epicure 3 août 2012 18:56

              @Par Anaxandre (xxx.xxx.xxx.164) 2 août 16:32 


              L’URSS n’est pas l’application de la doctrine communiste, mais l’application des idées pragmatiques de staline de possession du pouvoir personnel absolu, sous un verni communiste/socialiste.

              Le stalinisme s’éloignait du communisme, et le système actuel s’en éloigne encore plus.

              " une micro-élites invisible et ultra dominante s’accaparant le Capital (le « Parti » pour l’URSS d’hier, les dirigeants-possédants d’aujourd’hui), la confiscation plus ou moins rapide de l’outil de production et de la propriété pour les classes « inférieures » et moyennes,« 

              ceci est du capitalisme, pas du communisme, cela en est même la négation puisque le communisme a été conçu pour abolir ce genre de système, donc en fait tu nous dis une évidence, c’est que le système actuel devient de plus en plus capitaliste. Mais avec ton vocabulaire on ne comprend plus rien, on tombe dans al novlangue que tu dénonces.

               » le rejet massif, qu’il soit brutal ou progressif, de toute idéologie différente de la dominante ainsi que des religions en général via toute une propagande étatique et médiatique visant à « diaboliser » toute pensée ou régime dissidents,

              ceci est typique des régimes d’extrême droite, et les églises ont aussi pratiqué ce système quand elles avaient le pouvoir, pourtant la défense de ces idées est classée à l’extrême droite.

              Dans le stalinisme il y a en fait une religion, et donc ce qui est interdit c’est les religions concurrentes, avec son culte de la personnalité, le culte de la société, de l’armée, les grandes manifestations avec défilés massifs sont autant de manifestations religieuses où la communauté est célébrée.

              Ce que tu dis c’est que le stalinisme se rapprochait des système d’extrême droite, sauf sur un point, c’est que le stalinisme reposait sur un certain égalitarisme de la population de base, ce qui lui permettait de passer pour un système de gauche.

              Par contre tu as totalement tord pour ce qui est des religions, car le nouvel ordre mondial s’accommode bien des religion, nombreux des principaux acteurs s’affichent comme partisans des religieux ou essayent d’imposer la religion dans leur société ( princes arabes, bush, merkel, etc... )

              " l’égalitarisme forcé qui s’opère toujours par le bas, et cetera...« 

              par contre là tu es à côté de la plaque, le système actuel dérive vers plus d’antiégalitarisme, au contraire tout ce qui tendrait à égaliser les revenus, les conditions de vie est détruit au nom de la concurrence, des lois du marché.

              La marchandisation du monde rend le monde encore plus inégalitaire.

              Là tu commets une énorme faute d’analyse.

              Un système qui concentre la richesse dans les mains de quelques uns et réduit les autres à la pauvreté, à la misère, est à l’opposé de l’égalitarisme, c’est un système ultra-inégalitaire.

              Le système actuel est dérivé de la pensée de penseurs libéraux, il est conçu comme un hyper-capitalisme (et non un néo-comunisme) :

              privatisation à tout va de l’économie, et marchandisation de tout pour que puisse se réaliser la compétition »libre et non faussée"

              absence de règlementation économique (au moins pour les puissants)

              élimination des états du jeux économique

              L’un des seuls aspects du libéralisme originel qui est éliminé, c’est la lutte contre les monopoles, les oligopoles, la cartellisation, tant qu’il s’agit d’intérêts privé.

              Par contre comme dans les régimes fascistes :

              police répressive (il faut mater les pauvres qui sont réduits dans la misère et qui oseraient quémander des miettes)

              État au service d’intérêts privés, et travaillant de concert avec la grande bourgeoisie

              mélange politique,économie et militaire

              armée agressive (conquête d’intérêts économiques)

              Le nouvel ordre mondial est un système de droite, une extrême droite avec un visage démocratique.


            • debase 4 août 2012 15:44

              @foufouille

              Honnêtement, bien qu’ayant quand même eu certains problèmes (quand on est travailleur indépendant, avec juste le droit au RMI si ça foire...) je n’ai jamais été amené à une telle extrémité (la poubelle)....

              Je vous souhaite sincèrement d’avoir réussi à vous en sortir...

              Je me permets juste de dire : attention à tous ces beaux parleurs de gauche ou d’extrême-gauche bonimenteurs, manipulateurs, spécialistes de l’enfumage, qui en fait s’appuient sur la misère ambiante, qui ont même intérêt à ce qu’elle se développe car c’est leur fonds de commerce... Ne les prenez surtout pas pour de ’bons maitres’, ils ne font que se servir de vous !

              Je pense à des Strauss-Kahn maire de Sarcelle tout en vivant fastueusement à Neuilly ou Mélenchon qui se fait passer pour un prolo avec son appart. de 214 m2 en plein Paris (entre autre) ou encore à ce pauvre petit facteur Besancenot. Trois personnages chéris des journalistes bobos comme par hasard !


            • joelim joelim 2 août 2012 13:04

              On ne peut pas parler de néo-communisme quand tout est basé sur le culte de l’argent. 


              Il faut plutôt utiliser le terme néo-fascisme, ou même fascisme tout court.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès