Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Vers une société sans emplois ?

Vers une société sans emplois ?

Vendredi, le nombre de chômeurs en France a battu un nouveau record : 5,43 millions de personnes en catégorie A, B et C, dont 3,43 millions dans la seule catégorie A, soit 50 000 et 19 000 chômeurs de plus. L’automatisation semble en cause, comme on le voit dans le commerce.

Terreur sur l’emploi dans le commerce
 
Le cabinet Trendeo, qui décrit depuis plusieurs années la réalité de la désindustrialisation dans notre pays, a pointé un phénomène récent et nouveau, à savoir la destruction d’emplois dans le commerce depuis deux trimestres. On pourrait croire que ce phénomène est normal étant donnée l’état de notre économie. Mais même en plein cœur de la crise, alors même que le PIB avait reculé de plus de 2% en 2009, le commerce avait continué à créer des emplois, malgré la baisse des créations d’emplois et la hausse des suppressions de postes. Depuis deux trimestres, pour la première fois, le commerce détruit des emplois, sous le double phénomène d’une baisse des créations et d’une hausse des destructions.
 
Les graphiques de Trendeo démontrent qu’il y a une tendance très négative en marche, qui révèle que des phénomènes profonds sont sans doute à l’œuvre et engendrent un mouvement de destruction d’emlois qui pourrait bien continuer à s’accélérer. Malheureusement, tout ceci n’est pas totalement illogique quand on constate le développement des caisses automatiques, dont la fonction principale consiste à supprimer de coûteux postes de caissiers dans les magasins. Le « prix Nobel d’économie », Joseph Stiglitz, note dans son dernier livre « qu’il est curieux qu’à une époque où le chômage est si élevé, les supermarchés remplacent les caissiers par des caisses automatiques ?  ».
 
Le Munich social continue et s’amplifie ?

Tout ceci est malheureusement confirmé par une étude du cabinet de conseil Roland Berger, qui annonce que pas moins de 3 millions d’emplois seraient menacés d’ici à dix ans, du fait de l’automatisation et du développement de l’usage des robots. Le cabinet pronostique une augmentation du taux de chômage de 8 points d’ici là. Bien sûr, à moyen ou long terme, l’automatisation et le fait de confier à des robots certaines tâches peut représenter un progrès pour l’humanité, mais à la condition sine qua non que cela ne contribue pas à détruire plus d’emplois que cela n’en créé, surtout dans une période où subsiste un très fort taux de chômage. Roland Berger décrit un nouveau gain du capital.

C’est pour cette raison que, même si je ne propose pas de revenir au métier à tisser, je pense qu’il faut savoir faire une pause dans l’automatisation de notre société quand cela contribue à détruire des emplois alors même que nous en manquons. Dans ce cas là, l’automatisation provoque bien davantage d’effets négatifs sur la société que de conséquences positives. Il ne faut pas oublier que le progrès technique doit bénéficier à la condition humaine et ne pas conduire à la dégrader. Et ce n’est pas être passéiste que de savoir mettre l’homme avant la science, qui doit servir le premier, et non l’inverse, contrairement à ce que semble croire certaines personnes qui raillent ces idées.

Le plus effarant est que cela fait plus de 30 ans que notre pays souffre d’un chômage de masse, mais que nos dirigeants refusent de comprendre le rôle de l’anarchie commerciale avec des pays aux bas salaires ou à une automatisation totalement dérégulée qui condamne économiquement le travail humain.


Moyenne des avis sur cet article :  3.93/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • slave1802 slave1802 27 octobre 2014 14:43

    Le travail n’est pas bon pour la santé, la preuve : ça fatigue !


    • tinga 27 octobre 2014 15:12

      Pour tous les emplois pénibles, la semaine de travail ne devrait en aucun cas dépasser 10 à 15 heures par semaine, pour un salaire entier, et plus de problèmes de chômage.
      De toute façon, le salariat est un système absurde, mais c’est un autre débat.


      • Spartacus Spartacus 27 octobre 2014 15:41

        C’est surtout une mentalité de la résistance aux changements qu’il faut changer...


        Mais allez faire admettre Schumpeter a 25% de la population qui a l’emploi à vie, faire admettre a une population qui a subit le matraquage de profs gauchistes statutaires qui sont à charge, et décrivent l’économie de marché comme le monstre. 

        Le changement d’emploi comme une fatalité.

        Un emploi sur 2 n’existera plus dans 15 ans pour chacun d’entre nous. 

        C’est plutôt positif, c’est même une très bonne chose pour la richesse intellectuelle, l’ascenseur social, le retournement de carrière et ce n’est pas grave en soi, sauf en France des gauchistes, incapable d’une remise en cause et l’acceptation des changements. 

        De la part des intouchables statutaires qui ont goutté aux privilèges de l’immobilisme et des régimes spéciaux, le changement c’est leur mots, leurs postures, mais par leurs actes. 
        Il n’y a pas plus statique et amorphes que les gauchistes....Ca va être dur !


        • 1871-paris 1871-paris 27 octobre 2014 16:00

          Tiens le baratineur libéral de service, avec son idéologie en placardage pour éviter d’avouer ses réelles motivations ploutocrate.

           

          Tu as vu les documentaires sur « le capitalisme » qui sont passé sur ARTE ?

           

          Alors ton « avantage comparatif » avec la chine c’est quoi ? Ils sont fort en tous les chinois c’est hallucinant, et pourtant lorsque tout le monde se plains du « made in china » mais qui donc a intérêt à faire fabriquer en chine et bénéficier de « l’avantage comparatif » avec eux  ? Hein juste une question naïve...


        • 1871-paris 1871-paris 27 octobre 2014 16:00

          Quant a ta névrose du « Gauchiste » va falloir consulter un psy un de c’est quatre....


        • HClAtom HClAtom 27 octobre 2014 19:59

          Franchement, en appeler à Schumpeter, c’est à dire à la destruction créatrice, de nos jours, ce n’est pas sérieux.

          Aujourd’hui il s’agit de rachat des innovateurs par ceux qui n’ont pas d’imagination, mais plein d’argent, pour tuer l’innovation qui les gène. Il s’agit de ne réserver l’innovation qu’aux seuls « élus » qui en auront le droit, notamment grâce au crédit impôt recherche dispensé principalement aux plus riches entreprises. Il s’agit par exemple de tuer les innovations énergétique (gaz déchets bio, habitat producteur d’énergie, recyclages, solaire, ...) pour garantir la rente de situation des pétroliers.
          Et caetera.

          Il faut être profondément naïf pour tenir le discours que vous tenez, ou drogué. Plus aucun économiste n’oserait emprunter votre chemin. Réveillez vous : entre la théorie de Schumpeter et ce qu’est devenu le monde, il ne reste plus que vous pour être hypnotisé par des concepts utopique d’un siècle dans lequel nous ne sommes plus depuis longtemps.

          Vous devriez arrêter de vous droguer, car le résultat est lamentable.


        • Le421 Le421 28 octobre 2014 08:17

          Dans le fond, Spartacus est une sorte d’anarchiste !!
          Pour lui, le système c’est démerde-toi comme tu peux, l’important c’est de gagner !!
          Les règles, l’honneur, la valeur humaine, ce sont des éléments perturbateurs qui gênent le profit.
          Un de ces quatre, les gens de son acabit vont avoir de sérieux problèmes !!
          A force de pomper de l’eau, toujours plus et toujours dans le même puits, il vont se retrouver à sec.
          Et puis, le souci, c’est qu’on a beau être malin, dans un monde sans limites et sans règles, on trouve toujours plus gonflé que soi.
          Depuis que l’on a inventé la poudre, il n’y a plus guère d’hommes forts !!


        • philippe913 28 octobre 2014 08:31

          @ HClAtom
          donc delon vous, 
          le pétrole tue les innovations énergétiques (solaire etc.)pour garder sa rente.
          Comment expliquez vous alors que Christophe de Margerie, paix à son âme, ne cachait pas qu’il croyait au potentiel du solaire et y investissait, et qu’ainsi, Total ait acquis Sunpower et fasse son maximum pour la développer ?


        • L'enfoiré L’enfoiré 28 octobre 2014 10:09

          Exact, Sparta

          Travailler en 2020 ou peut-être plus tard, ce sera ça.

        • L'enfoiré L’enfoiré 28 octobre 2014 10:11

          1871, 

          « Quant a ta névrose du « Gauchiste » va falloir consulter un psy un de c’est quatre.... »
          Exact, aussi.
          Les gauchistes ne sont pas ceux que l’on croit de manière caricaturale.
          De même avec les droitistes, d’ailleurs. smiley

        • L'enfoiré L’enfoiré 28 octobre 2014 10:33

          J’oubliais, Sparta,

          Plus d’un emploi sur deux aura disparu et ce sera aussi le cas pour les dirigeants..
          Les machines font très bien le boulot de diriger une entreprise.
          Ils sont surpayés. Ce sont donc eux qui finiront par être dans le collimateur du « Système ». 
          C’est ce que ce pauvre Cornu ne se rend même pas compte. 

        • L'enfoiré L’enfoiré 28 octobre 2014 10:46

          Oui, Sparta,

          La valse des dirigeants ne fait que commencer.
          C’est l’argent, le pouvoir et le sexe qui dirigent le monde comme je l’ai écrit.
          C’est à dire, que ce sont les actionnaires qui vous foutront à la porte, une fois qu’ils auront calculé le prix de chaque goutte dans l’urinoir pour un patron qui aura des obligations toutes naturelles. smiley
          Réfléchissez à cela...
          Réfléchir, c’est aussi ce qui fera la préoccupation de tous dans une période de restructuration. smiley 

        • lsga lsga 28 octobre 2014 12:22

          Spartacus, Schumpeter s’est entièrement basé sur le travail de Marx pour rédiger ses théories. Lui-même admet que vient un moment donné où le Capitalisme ne sera plus possible.

          C’est le coeur de la théorie marxiste : le développement technologique a un moment donné rend impossible la continuation d’une économie basée sur l’exploitation et le profit. C’est aussi simple que cela.


        • L'enfoiré L’enfoiré 28 octobre 2014 14:22

          Au fait, si vous voulez une preuve de ce qu’est le sexe qui dirige le monde. 

          En voici, une de plus smiley

        • diverna diverna 27 octobre 2014 19:51

          L’article pointe une nouveauté qui souligne un des problèmes de notre société. Il n’y a pas de cercle vertueux comme il y a pu y en avoir au moment de l’industrialisation quand un paysan dont on n’avait plus besoin (machines agricoles) devanait un ouvrier.

          Là, on pouvait espérer que le boulot pour faire une machine remplace, poste pour poste, celui du caissier, mais ça n’est pas le cas. Des études ont été faites et les automates d’une part ne sont pas fabriqués dans le même pays (cf les fameuses machines outils qui enrichissent l’Allemagne en ce moment) et d’autre part il y a perte nette d’emploi de l’odre de 4 emplois perdus pour 1 créé (pour fabriquer la machine).
          Il y a 30 ans il y avait des pompistes , des guichetiers et des caissiers dans les banques et les gares, bien plus de préposés au péage, plus de caissières et le poinçonneur des Lilas. Ce n’est donc pas nouveau et je m’étonne que vos courbes naient rien vu de tout cela.
          Tout irait bien si les machines permettaient de moins travailler pour le même salaire mais ce sont les propriétaires de machines qui s’enrichissent davantage et les caissiers (pour reprendre votre exemple) viennent grossir les rangs de pôle emploi. C’est une vraie question de société. Le caissier ne peut plus devenir ouvrier aussi facilement que le paysan ci-dessus car notre industri a été laminé par la mondialisite aigüe de nos dirigeants (et de l’Europe) et nous ne pouvons pas vraiment nous rebiffer (comme on le constate ces jours-ci) car nous sommes tenus par notre dette qui set bien les intérêts de ceux qui ont avantage à ce que cela continue.


          • HClAtom HClAtom 27 octobre 2014 20:24

            Vous avez raison.

            Et vous dites bien qu’il s’agit d’un problème de société. Or, quel est le but de notre société, à part atteindre le paradis sur Terre ? Un monde où les machines travaillent pour l’homme. Un monde finalement assez similaire à l’empire romain, où les citoyens romains ne travaillaient pas, mais les esclaves le faisaient à leur place. Le paradis c’est l’empire romain, vu du côté citoyen de Rome, pas pour le reste, bien sûr, mais en remplaçant les esclaves par des machines.

            A mon avis, tout se joue sur le prix des machines.

            Si je suis entrepreneur, et que je peux acheter une machine qui me permettra de licencier x personnes, cela est aujourd’hui possible, et très rentable. Mais cela pose un gros problème : la machine a été créée grâce à l’impôt public, grâce au travail d’une société entière depuis 100 000 ans. Pour inventer la machine il a d’abord fallu maîtriser le feu, inventer l’école, puis l’université, mais aussi les routes, les pompiers, les hôpitaux, qui bénéficient aux ingénieurs qui inventent la machine, et aussi à leurs enfants. Il n’y aurait pas de machine inventée sans le travail préalable d’une société entière. C’est un fait.

            Alors il suffirait d’imposer à chaque machine une taxe sociale. Cette taxe serait une juste rétribution en retour de l’investissement de la société pour parvenir à la produire. Pour l’instant le prix d’achat est sous évalué. Il ne tient pas compte de tous les investissements nécessaires à créer la machine.

            Puisqu’il faut être comptable de nos jours, alors comptons, et observons que les robots qui propulsent les humains dans la misère ne sont pas payés le prix qu’ils ont coûté en recherche et développement à la société entière, car la société investit depuis au moins 100 000 ans, et il serait temps de la rembourser.


          • Libertad14 Libertad14 28 octobre 2014 08:09

            Bravo Diverna, Je partage ce point de vue et sans tomber dans l’utopisme, il faudra bien trouver des solutions avant que ça finisse en eau de boudin .

             Nous n’avons plus d’industries, complètement sacrifiées au dieu fric. Les patrons sont devenus des économistes qui spéculent sur les marchés mondiaux à la recherche d’opérations fructueuses. Le système capitaliste a bien museler la classe ouvrière qu’ils soient machinistes, bureaucrates ou administratifs, employés en agriculture etc., tous s’accrochent à leurs barcasses dans cette tempête, espérant s’en sortir sans trop de dégât. En réalité, cet attentisme ne mènera qu’a une révolution car demain quand la faim deviendra insoutenable alors ce sera l’explosion avec tout ce que cela comporte .

          • soi même 27 octobre 2014 20:56

            Rassurez vous le premier chômeur de France serra Hollande en 2017 !


            • Le421 Le421 28 octobre 2014 08:30

              Et ça va nous changer la vie !!
              On mets Marine, le lendemain, t’as 500.000 chômeurs de moins...
              Et la marmotte elle plie le chocolat dans le papier alu comme...
              On n’est quand même pas tous des cons !!
              Vous mettez qui à la place de Hollande pour faire mieux ?? J’attends...


            • Le421 Le421 28 octobre 2014 12:05

              Et au lieu de « moinsser » connement, proposez donc quelque chose !!
              Ceci dit, venant d’ou ça vient, je ne suis pas étonné...
              Quand on n’a rien dans le citron, trouver une solution autre que « les bougnoules dehors », ça devient dur !!  smiley


            • Samson Samson 28 octobre 2014 02:37

              « ... je pense qu’il faut savoir faire une pause dans l’automatisation de notre société quand cela contribue à détruire des emplois alors même que nous en manquons. »

              Why ???

              L’automatisation constitue une avancée majeure du génie humain, mais elle implique une révision du rapport entre travail et ressources. Les avancées de l’automatisation de la société sont immenses, mais tant que ses bénéfices resteront exclusivement attribués aux acteurs privés qui les ont mis en oeuvre, ils ne se feront qu’au détriment d’une majorité de citoyens et de travailleurs progressivement relégués aux rangs des inutiles, des profiteurs et des « parasites ».

              Nous ne manquons pas d’emplois, les bénéfices se font tout simplement autrement. Il serait sérieusement temps d’abandonner le terme « chômeur » pour qualifier - et stigmatiser - les involontaires bénéficiaires du type de « loisirs » massivement généré par l’automatisation, de réexaminer en profondeur la redistribution de ses bénéfices et le maintien du lien entre emploi et revenu.

              Autrement dit, si l’on veut réellement éviter l’écueil d’un Munich Social €uropéen, on ne peut s’abstenir d’envisager le principe d’un Revenu Universel.


              • Le421 Le421 28 octobre 2014 08:27

                Bonjour Laurent !!
                Deviendriez-vous un gauchiste anti-productiviste ??
                Non, je rigole...
                Vous savez, ça fait une paye que j’explique que l’on n’atteindra jamais l’infini dans un monde fini.
                La croissance à tout va, comme nous essayons de faire, c’est une erreur imbécile crasse !!
                Nos dirigeants sont soit de fieffés menteurs, soit des imbéciles de premier ordre.
                La décroissance, je ne sais pas, mais la croissance zéro avec une réorganisation de tout le fonctionnement de la société, que ce soit au niveau démographique ou industriel, est plus que pressante*.
                Il faut absolument apprendre à gérer ce que nous avons et effectuer une redistribution juste des biens afin de compenser la misère de certains avec les surplus effarant de biens d’autres personnes !!
                Certains possèdent de quoi vivre un million d’années dans le luxe.
                Ca leur sert à quoi ?? Ils crèvent pareil !!
                Youhouuu !! Spartacus !! Kaisse queue tant pense mon pote ???  smiley

                *Et t’a encore des cons qui gueulent après les trente-cinq heures alors qu’il faudrait en prévoir 20...
                Ca viendra, mais de force et dans la douleur.
                A un moment ou à un autre, l’homme va chercher ce dont il a besoin là ou c’est. Quitte même à en crever.


                • Le421 Le421 28 octobre 2014 12:07

                  Il vaut d’ailleurs mieux mourir en combattant que crever comme un chien en pleurant dans son coin...
                  Certains font ce choix, on peut les comprendre.
                  Il faut juste ne pas se tromper d’adversaire !!


                • Taverne Taverne 28 octobre 2014 12:40

                  Il faut développer des politiques de création d’emplois (CDD, emplois aidés) qui partent du postulat d’une croissance à taux zéro durable et non plus légiférer en cette matière en se basant sur des taux improbables de croissance. Bref, ne plus penser en « mesures provisoires » mais en méthodes et solutions durables bâties sur un scénario de croissance nulle à long terme.


                  • L'enfoiré L’enfoiré 28 octobre 2014 14:13

                    Tout à fait Paul.

                    Déjà rester break-even (désolé pour les anti-anglais, je ne trouve pas la formule la plus représentative en français), n’est déjà pas trop mal. 

                  • jjwaDal jjwaDal 28 octobre 2014 13:44

                    Les causes de l’essor du chômage on les connaît... Les remèdes au chômage actuel on les connaît aussi...
                    Ce qu’on méconnaît et que Jared Diamond décrit très bien quand il analyse les causes de déclin voire de disparition de civilisations passées c’est la fréquence avec laquelle on semble trouver une opposition mortifère entre les intérêts à court terme de l’élite et les intérêts à long terme des peuples. Comme en plus, pour citer Lordon, « l’élite travaille pour ses intérêts et sur son temps libre regarde la télé, quand nous nous travaillons pour les intérêts de l’élite et sur notre temps libre essayons de modifier ce système de shaddocks », le combat est d’évidence inégal entre une minorité très consciente de ses intérêts immédiats et une majorité notoirement inculte et politiquement et économiquement.
                    Ce n’est pas le peuple qui signifiera la fin de cette partie, mais il faut l’espérer une fraction un peu moins stupide de cette élite.
                    Or else we’re roasted ...


                    • Jean Keim Jean Keim 28 octobre 2014 13:57

                      Je suis à chaque fois sidéré par le manque de créativité des articles sur le chômage et les commentaires du même tonneau, le partage du travail et bien évidemment le partage de ce qui est produit est la seule solution, retarder le progrès technologique est une insanité, il est inhérent à la nature humaine et espérer qu’en France du travail sera créé pour 9 millions de sans emplois alors qu’en étant très optimiste 500 000 emplois sont proposés est une ineptie. Il est probable qu’à court terme pratiquement toutes les tâches répétitives, routinières, ne demandant ni réflexion, ni imagination seront exécutables par des machines du type robot et ceci sur toute la planète. Alors on fait quoi ? 

                      Il est impensable que se cotoient sans heurts une élite ploutocratique, une minorité salariée et une immense multitude désœuvrée survivant de subsides et de traffics en tout genre.
                      Le progrès technologique n’est pas une fin en soi, il nous appartient de trouver ce que vivre signifie mais le progrès matériel est le résultat du travail réalisé jusqu’à aujourd’hui par les générations passées et le travail des génération actuelle dans un mouvement collectif et synergique, les puissants actuels ont trop tendance à l’oublier et leur égoïslme les enferme dans une tour d’ivoire où ils se dessèchent lentement dans leur décadence.
                      Partager ou péricliter, il nous faut choisir.

                      • alain_àààé 28 octobre 2014 14:55

                        . ; je suis assé surpris aussi bien par l auteur de l article que par certain commantateurs qui vivent loin des reallités oui nous avons des usines qui fonctionnent sans personnel a par une dizaine d employer pour faire des reparations.nous sommes plusieurs a avoir dit et écri dans le début des années 80 que les robots replaceraient les hommes ou femmes dans leur emploi


                        • Jean Keim Jean Keim 28 octobre 2014 17:27

                          Aucune importance que des usines tournent sans âme qui vive ou presque, partageons le travail, il n’est pas indispensable de travailler jusqu’à ce que mort s’en suive et partageons le fruit du travail.

                          Trop simple peut être, utopique je ne le crois pas mais pas intéressant pour ceux qui ont tant à perdre et qui tôt ou tard de toute façon seront perdants.

                          • Pere Plexe Pere Plexe 28 octobre 2014 18:39

                            Ce qui est utopique c’est le partage de bon gré...
                            Travail et richesses crées le partage existe déjà.
                            Mais partage contraint , subit, inégal et injuste.
                            Il y a souvent ceux qui bosse trop et ceux qui bossent pas assez.
                            Ceux qui thésaurisent et ceux qui vivent de la redistribution que sont les minimas sociaux et les aides diverses.


                          • Pere Plexe Pere Plexe 28 octobre 2014 18:28

                            La partie constat de l’article n’est pas critiquable à mes yeux.
                            C’est un fait que la création et la fabrication des objets de notre quotidien,mais aussi de notre alimentation,de nos vêtements, nécessite de moins en moins d’heures de labeur.

                            En revanche la conclusion qu’en tire l’auteur l’est beaucoup plus.
                            La fermeture, même partielle, de nos frontières n’est sans doute pas de nature à résoudre le problème.Les gains de productivités dans notre pays sont au moins égaux à ceux de nos voisins.
                            Et nos importations concernent l’énergie mais aussi des produits venant de pays aux salaires (relativement) élevés comme l’Allemagne.Quant a recréer des filières entières en electronique ou en métallurgie bonne chance !

                            Le constat que le travail est de moins en moins nécessaire devrait par contre faire réflechir à son partage et a celui des richesses crées.Mais visiblement l’auteur n’est pas prêt.


                            • Negrello 29 octobre 2014 14:57

                              J’avais déjà écrit suite à des articles sur Le figaro et France Info TV que nous avions changé d’habitudes.

                              Les Français apprécient :

                              • les caisses sans caissière à Auchan , Décathlon, Carrefour............ les péages, les stations essence, 
                              • La Poste (vous pesez votre colis, vous timbrez, vous remettez vos chèques vous même, 
                              • le paiement des impôts par internet
                              • les caméras sur les plateaux sans caméra man ,
                              • les achats sur internet
                              • et demain les livraisons par drone, on est dans la destruction des emplois.
                              La révolution informatique est passée par là et personne ne l’a vue arriver.Et ce n’est pas fini

                              Seul le gouvernement est aveugle à cela. Ne pas le voir frise le déni de réalité.

                              La croissance a été mais n’est plus pour des raisons démographiques, technologiques..........

                              Quelques références et non des moindres le confirment, je vous laisse le soin d’aller retrouver leurs propos sinon, il me faudra 5 pages : Olivier Delamarche, Frédéric Lordon, François Asselineau, Etienne Chouard, Paul Jorion, Pierre Larroutourou ......

                              Est-ce un progrès ? On va à l’encontre des peuples.

                              Si le NAIRU vous intéresse aller voir sur le net, quelles en sont les incidences et en quoi la maîtrise de l’inflation est l’objectif premier, pas l’emploi. Regardez cette vidéo à 2 mn et 50 s et appréciez les propos.

                              http://www.dailymotion.com/video/x10ix3_le-chomage-voulu


                              • Negrello 29 octobre 2014 15:02

                                J’ai oublié cela suite à mon post.


                                Le chômage n’est pas le problème mais la conséquente de nos choix politiques de droite comme de gauche depuis 40 ans.
                                On se trompe de débat.

                                • zygzornifle zygzornifle 29 octobre 2014 15:35

                                  Pas d’emploi = pas de pognon = pas de consommation .....


                                  • Collectif Réaction Utopiste Collectif Réaction Utopiste 8 novembre 2014 20:42

                                    Des machines capables de produire des centaines de fois plus que la force humaine
                                    de smillions de mètres carrés vides
                                    des millions de chômeurs et à l’autre bout un manque de personnel effarant dans tellement de secteurs, éducation, santé, écologie....
                                    mort au travail, mort à la propriété privée, vive l’activité sociale.
                                    A 5 heures par semaine de travail collectif tout le monde a une activité, un logement gratuit, des soins gratuits et à manger gratuit.
                                    A qui profite le crime ? A ceux qui ont aucun envie de bosser ne serait ce que 5 heures pour le bien général.
                                    cqfd

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès