Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Vers une technologie du contrôle

Vers une technologie du contrôle

Evoquer le sujet du contrôle des personnes via l'utilisation des nouvelles technologies est devenu assez courant et peut sembler irréel, futuriste et quelque peu exagéré dans son principe.

C'est finalement la position inverse qui paraîtra bientôt assez peu convaincante.

Insidieusement nous sommes de plus en plus entourés d'outils technologiques, matériels ou immatériels, toujours plus puissants et toujours plus 'intelligent'. A force de les côtoyer, nous ne les voyons quasiment plus ou en tout cas nous ne les ressentons plus comme étant intrusif dans nos vies. Ils sont devenus nos compagnons, comme une extension de nous-même.

Que nous nous en servions ou pas, ils sont autour de nous, ils sont devenus notre environnement courant.

Le plus emblématique étant bien entendu notre téléphone portable. Qui connaît quelqu'un qui désormais n'a pas de téléphone portable ? Ne pas avoir de portable apparaissait, il y a quelques années encore, comme une forme de résistance douce à l'envahissement progressif de ces nouvelles technologies mais serait considéré aujourd'hui comme une sorte d'anomalie.

On peut citer également d'autres appareils qui se sont peu à peu incrustés dans nos vies :

· les systèmes GPS dans nos voitures,

· les caméras de surveillance que nous ne remarquons même plus (combien de fois dans une journée apparaissant nous sur un écran de télé-surveillance ?),

· les appareils photos numériques,

· les box internet, l'internet en lui-même,

· les montres connectées désormais,

· les ordinateurs et leurs logiciels que nous ne percevons même plus comme des matériels technologiques tant nous les utilisons,

· les consoles de jeux vidéo,

· la télévision,

· les chaines hi-fi,

· les casques de réalité virtuelle qui commencent à apparaître...

· et bien sûr les satellites, dont nous finissons par oublier l'existence,

J'en oublie beaucoup et ne cite que les plus courants pour chacun d'entre nous.

Tous ces appareils sont désormais basés sur la technologie numérique et peuvent donc s'interconnecter et échanger des données. C'est d'ailleurs sûrement là la vraie révolution, passée quasiment inaperçue.

 

On peut citer également les nombreuses cartes (bancaire, de réduction, de télé-péage, d'assurance maladie, ..bientôt d'identité) que nous possédons et qui sont de plus en plus basée sur une puce électronique et la technologie RFID (accès des données à distance proche).

Les cartes bancaires alimentent ainsi des bases de données qui enregistrent des éléments personnels nous concernant et permettent de définir une typologie de la personne et par là-même un comportement type.

L'ensemble de ces appareils dans leur ensemble sont ainsi capables de regrouper un certain nombre d'informations personnelles, financières, comportementales, économiques, ...dans de gigantesques bases, dont nous avons du mal à imaginer la taille et les interconnections possibles, ce que l'on appelle désormais le big data.

 

Qui est propriétaire de ces bases de données ? Sur quel fondement juridique des données personnelles peuvent-elles appartenir à quelqu'un ? De quelle manière l'Etat, de par sa fonction régalienne, peut-il avoir accès à des bases commerciales ?

Cette évolution, tout comme la puissance de nos ordinateurs, n'est pas linéaire mais presque exponentielle. Elle va donc très, très vite et nous avons du mal à analyser son développement et sa progression tant ils sont rapides.

Tous ces appareils sont capables d'enregistrer et de conserver des données qui nous concernent.

On constate ainsi que les données laissées ou données sur les sites sociaux ou commerciaux peuvent être conservées et utilisées quasiment sans limitation de durée. Les utilisateurs de ces sites n'ont déjà plus la maîtrise de leurs informations. Même cet article est désormais intégré dans la toile de manière quasi définitive. L'internet qui paraît très volatil apparaît au final comme plus dur que le marbre.

On oublie parfois qu'un système GPS est capable de définir notre zone territorial, car finalement nous fréquentons toujours plus ou moins les mêmes endroits et nous sortons peu de 'notre' territoire (notre maison, notre travail, nos zones de loisir, …). Il serait donc potentiellement possible de définir pour chacun d'entre nous une zone de fréquentation habituelle.

Toute sortie hors de cette zone serait considérée comme une anomalie par le système de contrôle.

Globalement cela permettrait de détecter les individus se déplaçant beaucoup et qui de ce fait sont potentiellement dangereux.

 

Car tout comportement inhabituel peut finalement être considéré comme suspect.

 

Il existe également un fort développement des technologies de reconnaissance faciale aidé en cela par le développement des systèmes d'intelligence artificielle.

Ces nouveaux systèmes de reconnaissance sont désormais capables de détecter un comportement agressif envers une autre personne.

On peut imaginer ce que ces systèmes seront capables de déceler dans quelques années avec l'amélioration des optiques de caméra (focus, précision, détection thermique, analyse des mouvements,...) et des systèmes d'intelligence artificielle.

Il devient également possible de repérer quelqu'un via les systèmes de radiofréquence :

· repérage d'ondes émises par un téléphone portable

· ou bien incluse dans une carte d'identité électronique

 

On songe également à l'utilisation des systèmes biométriques dont l'utilisation va sans aucun doute s'intensifier notamment pour l'accès à des sites sécurisés que ce soit des sites internet ou bien des sites tels que des banques voir des magasins ou des administrations.

La lutte contre le terrorisme sera mise en avant pour développer l'utilisation de tels systèmes.

Une société qui a peur est demandeuse de tels systèmes de contrôle qui dans un premier temps apparaissent bénéfique car permettant de sécuriser des lieux.

Mais c'est désormais l'ensemble de la population qui est contrôlé afin de cibler ses éléments à risque.

On doit aussi s'interroger sur la fiabilité de tels systèmes de contrôle car une erreur pourrait avoir des effets dramatiques pour la personne qui la subirait.

Des hackers qui auraient accès à ces données pourraient les utiliser à des fins commerciales ou bien pour des escroqueries, comme cela est déjà le cas pour les vols de numéro de carte bancaire ou de numéro de sécurité sociale.

Par ailleurs, la durée de conservation des documents pose également un problème et peut être vue comme une intrusion dans la vie privée des personnes (déplacement des personnes, rencontres, mails personnels, ...).

La société Google, on ne le sait pas forcément, analyse tous les mails envoyés et reçus via sa messagerie Gmail pour y détecter des mots clés qui seront utilisés pour déterminer les goûts (et les opinions ?) de chaque utilisateur et définir ainsi des profils type. Elle peut le faire car l'utilisateur lui en a donné l'autorisation lorsqu'il a accepté et validé les conditions d'utilisation de la messagerie Gmail, sans s'en rendre forcément compte.

Ces systèmes de surveillance qui sont donc à la base présentés comme devant aider à protéger et à sécuriser les personnes pourront au final avoir des effets hautement néfastes tant du point de vue des libertés des personnes que de la protection de leur vie privée.

 

Il s'agit dans ce cas de trouver le bon équilibre en matière de contrôle afin de ne pas tomber dans des excès qui remettrait en cause notre liberté d'expression et d'action ainsi que notre autonomie face à un Etat tout puissant ou même face à des sociétés commerciales utilisant ces données pour discriminer des personnes. Ainsi des mutuelles santé pourraient utiliser des bases de données pour sélectionner les personnes les moins à risque et rejeter les autres.

Il serait donc intéressant et même nécessaire qu'une commission regroupant des experts, des scientifiques, des philosophes, des membres d'association et des personnes de la société civile soit créée afin de réfléchir ensemble sur les modalités de mise en place et d'utilisation de tels systèmes de contrôle.

De manière plus générale, on constate que cette évolution se fait quasiment d'elle-même, sans évolution définie ni orientation. Les instances politiques se sont désengagées de tout contrôle et de toute réflexion sur ce type d'évolution sociétale. On assiste à un abandon de l'Etat sur ces questions. On le constate pour de nombreux autres sujets et c'est là une bien triste constatation.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • Leonard Leonard 1er octobre 14:58

    « On oublie parfois qu’un système GPS est capable de définir notre zone territorial, car finalement nous fréquentons toujours plus ou moins les mêmes endroits et nous sortons peu de ’notre’ territoire (notre maison, notre travail, nos zones de loisir, …). Il serait donc potentiellement possible de définir pour chacun d’entre nous une zone de fréquentation habituelle. »

    Vous vous cassez bien la tête...

    Quasiment tout le monde à un téléphone portable ayant la fonction géolocalisation...

    Je ne vois pas pourquoi vous allez jusqu’au GPS... Mais ce n’est pas grave hein...


    • pemile pemile 1er octobre 18:24

      @Leonard

      Surtout que le système GPS lui même est passif, il ne fait qu’interpréter les signaux émis par les satellites, et seul, n’émet rien !


    • Pierre-Yves Martin 2 octobre 16:24

      @Leonard
      Oui, le GPS ne permet de vous localiser que s’il est associé à un ordinateur, en général un smartphone. Même dans ce cas, c’est assez facile à désactiver.
      Par contre la géolocalisation de votre téléphone portable (qu’il soit GSM, 3G ou 4G) et presque aussi précise que du GPS et elle est effective dès lors que celui-ci n’est pas éteint.
      Même pour les ordinateurs derrière une « box », il y a une sorte de géolocalisation, par identification du DSLAM de rattachement. Il est vrai qu’elle est très imprécise et qu’il est possible de la tromper.


    • Robert Lavigue Robert Lavigue 1er octobre 15:12

      Il serait donc intéressant et même nécessaire qu’une commission regroupant des experts, des scientifiques, des philosophes, des membres d’association et des personnes de la société civile soit créée afin de réfléchir ensemble sur les modalités de mise en place et d’utilisation de tels systèmes de contrôle.

      Je ne voudrais pas vous faire de la peine... Mais, la CNIL existe depuis 1978 i


      • covadonga*722 covadonga*722 1er octobre 15:37

         Je ne voudrais pas vous faire de la peine



        mais si, mais si .....

        sinon quand je me sers d’un couteau je sais que je peu me couper , mais nos « grands enfants » du siècle ont toujours besoin de déléguer responsabilité ou libre arbitre a un comité Théodule ....... 

      • Robert Lavigue Robert Lavigue 1er octobre 15:55

        @covadonga*722

        Nos grands enfants du siècle ont aussi cette manie de se donner une importance qu’ils n’ont pas...

        Vexés de n’être que des cibles publicitaires, ils feignent d’être des victimes potentielles d’atteintes à leurs droits fondamentaux !


      • zyk7486 (---.---.70.136) 1er octobre 16:20

        @Robert Lavigue

        On boit tes paroles comme du petit lait. Un mec qui a un avatar de gestapiste, le renseignement, la collecte et l’utilisation des informations sous toutes les formes, ça le connait.

      • Aristide 1er octobre 17:55

        @zyk7486


        Vous devriez essayer de dépasser les apparences et juger sur les paroles. 

        C’est tout de même assez évident que nous sommes plus souvent sollicité par amazon ou un autre marchand sur la base d’une recherche antérieure que par les RG ou la SDAP pour avoir essayé d’acheter des kalas sur internet ou pour avoir signé une pétition contre la loi El-Khomri.

        Il faut s’y faire nous avons une vie modeste où nos quelques énervements ne sont jamais bien graves. Que ferait-ils de la liste de nos achats par CB et des courses, de nos allées et venues dans les lieux aussi banals que les squares, les rues, les places du bled ou nous vivons. C’est vrai que nous avons pu participer ici ou là à quelques mouvements de foule, un match de foot ou une manif. Rien de bien privé ou de subversif. Si cela les amuse de nous suivre à la culotte, ils vont vite se lasser.


      • HELIOS HELIOS 1er octobre 19:07

        @Aristide
        .. ; le problème n’est pas là où vous croyez.

        Ces données, personne ne les analyse à priori !
        Par contre, le jour où vous tombe sur le coin de la gueule un problème mineur, là, toutes les données qui vous concernent sortiront et elles ne seront pas contextuelles mais agravantes. Le problème mineur deviendra rapidement majeur.

        ... et pour que cela n’arrive pas, le mieux c’est de ne pas recueillir et conserver ces données.

        Il manque donc une loi a généraliser a travers les droits de l’homme, l’ONU etc.... c’est d’une part, interdire le recueil de données inutiles a celui qui les recueille... et d’autre part, rendre fugitives les données recueillies dans un contexte commercial... par exemple de leur attribuer une durée de vie maximum - un an par exemple- avec possibilité de prolonger d’autant, avec l’accord explicite des personnes concernées.

        dans ce cas, aucune raison de garder un historique de facturation, de passage, d’usage etc.... au delà de la durée légale. Cela obligerait Google, par exemple, a agreger les données et abandonner leur individualisation....

      • Aristide 1er octobre 22:20

        @HELIOS


        Vous avez un petit exemple qui ferait que « cela tombe sur le coin de la gueule ». Parce que le mineur qui devient majeur c’est juste de la parano. Maintenant, chaque fois que l’on discute de la protection de la vie privée, il est difficile d’avoir des exemples précis qui illustrent cette crainte irraisonnée. On reste toujours dans des généralités et des principes.

        Une petite remarque, la notion de vie privée est ressentie de manière très différente entre individus, mais surtout entre pays ou culture différente. Sur UNE loi, on comprend la difficulté actuelle à réguler internet pour comprendre qu’établir un consensus sur ce sujet est une pure utopie.

        Ma principale crainte concerne plus les informations divulguées par les internautes eux mêmes,, informations qui peuvent être utilisées avec malveillance. Un exemple, publier sur un forum sous sa vraie identité, publier des photos ou videos sans précautions, ...



      • razoumikhine razoumikhine 2 octobre 19:10

        @Aristide

        sinon pour un militant, quelqu’un qui s’engage, qui conteste, qui enquête, qui refuse un ordre établi qui joue sur la passivité.... cela peut être intéressant de connaître ses mouvements, qui il voit, ce qu’il achète, comme documentation par exemple, dans quel colloque il va, les données qu’il échange, voir ces mails, ce qu’il consulté sur internet, ...

        il faut être bien naif pour croire que ces données ne sont pas récupérées, vérifiées, contrôlées et analysées....


      • razoumikhine razoumikhine 2 octobre 19:35

        @Aristide

        eh bien oui, tout dépend comment on vit et ce que l’on fait ....

        si l’on fait partie du troupeau alors là pas de souci pour vous

        continuer à bêler ....

        allez je vous encourage ....beeehhh....beeehhhh ..... beeehhhhh

        continuer à regarder les infos sur TF1 et France2,..... c’est les mêmes de toute façon

        Sinon il y a des gens qui se bougent le cul et qui essayent de changer un peu le système dans un sens un peu meilleur ....
        et là les gens qui essaye de changer les choses on les aime moyen en général ...ça fait désordre
        et donc si on peut les torpiller en utilisant leurs données personnelles, pourquoi se gêner .....



      • Aristide 3 octobre 16:13

        @razoumikhine


        J’adore les zigues qui s’auto-congratulent de leur révoltitude. Vous connaissez quoi de mes engagements pour vous ériger à ce point en donneur de leçons aptes à classer les personnes.

        Pour ce qui est du fond, vous croyez que vos énervements de révolutionnaires en chausson vont intéresser quiconque, mais non, vous êtes un simple prétentieux qui se croit en lutte contre le système. Quelues manifestations dont les récentes contre la loi travail ne vous ont pas transformé en vrai guerrier.

        Les vrais ne sont pas sur AV, ils n’étalent pas leur engagement, ils évitent la communication bébête par mail et autres téléphone mobile. M’enfin, si cela peut vous illusionner de vous croire un vrai opposant qu’il faut surveiller .... 


      • razoumikhine razoumikhine 4 octobre 19:14

        @Aristide
        D’abord je ne suis pas un zigue, donc mesurer vos paroles svp ...

        Il y a un minimum de respect à avoir envers les autres ce que vous semblez oublier ..mais bon planqué derrière un écran on s’autorise beaucoup de choses.
        Par ailleurs je ne m’’autocongratule pas car je ne parlais pas de moi. Je n’écris que quelques articles à droite et à gauche ce qui n’a rien d’extraordinaire... Il n’y a pas que moi et vous sur Terre
        Je ne donne de leçon à personne, je rappelle juste qu’il y a des personnes engagées dont les données peuvent être utilisées contre elles pour leur nuire ..
        il semble que, comme beaucoup de personnes votre ego soit surdimensionné ; et que vous rameniez donc tout à votre propre personne....Et donc vous considérez que personne n’a à s’en faire puisque, comme vous, tout le monde acquiesce à tout ....
        Je ne polémiquerai pas au delà de ce message car cela me semble inutile.


      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 1er octobre 15:16

        Enregistrer une quantité incommensurable de données est une chose, avoir la capacité de les analyser et les exploiter en est une autre. Je connais quelqu’un aqui a fait desdixaines de milliers de photos et ne retrouve pas celles de son dernier anniversaire.


        • Pierre-Yves Martin 1er octobre 20:37

          @Jeussey de Sourcesûre
          Ce qui définit les ordinateurs c’est d’abord leur capabilité de stocker, d’indexer les informations et d’y accéder.
          Ce qui permet d’exploiter le big data, ce sont des logiciels très rodés et très efficaces. J’ai connu personnellement une des prémisses au début des années 1990 ; mais c’est parfaitement courant maintenant.
          Quant à l’exploitation de contenus non formatés (textes libre), ce n’est plus un problème depuis longtemps. C’est bien moins difficile que de rassembler des dizaines, voire centaines, de photos où apparaît une même personne, ce que des sites font sur Internet pour le grand public.
          Tout l’art est dans l’exploitation de très grands volumes de données. Dans le temps, j’ai été un peu du métier. Or, si je sais que ces outils sont très puissants, je n’ai pourtant qu’une vague idée de ce qu’ils font vraiment.
          En tout cas, rien à voir avec votre ami qui a mal indexé ses photos.


        • Ratatouille Ratatouille 2 octobre 08:25

          @Jeussey de Sourcesûre
          la personne que vous connaissez est une andouille,c’est tout.
          il existe des logiciels de classement et il suffit de faire des dossiers années,mois,jours
          style,personnes etc.
          20/ tera .bien rangé c’est de la rigolade ...((
          .
          maintenant s’il veut ranger tout il a du taf .


        • zygzornifle zygzornifle 1er octobre 16:24

          Faut être migrant pour être a l’abris de cette débauche technologique .....


            • HELIOS HELIOS 1er octobre 19:08

              @zygzornifle


              TROP TARD !!! 

            • Etbendidon 1er octobre 19:18

              C bien élève razoumikhine vous avez bien appris votre leçon
              mais tout ça on le sait depuis longtemps


              • razoumikhine razoumikhine 2 octobre 19:01

                @Etbendidon

                oui c’est vrai ce texte est très scolaire et très académique

                quand vous dites ’on le sait depuis longtemps’, vous parlez de vous

                mais vous, ce n’est pas tout le monde et donc je pense qu’il est fort possible que de nombreuses personnes ne se rendent pas compte à quel niveau ces technologies s’imposent de plus en plus dans nos vies

                et à quelle vitesse elles se conjuguent petit à petit les unes aux autres pour former comme une toile entourant nos activités

                par ailleurs, nous avons la chance de vivre dans une démocratie

                une démocratie dans laquelle cependant la police tient un rôle de plus en plus affirmé compte tenu des événements intervenus depuis un an et demi

                ce n’est pas une critique mais la constatation d’une situation existante

                dés lors, il n’est pas évident que cette démocratie continue à exister sous sa forme actuelle

                quel serait alors le sort d’opposants ou de contestataires ?

                quel pourrait être l’utilisation de données personnelles les concernant, données qui auraient pu être collectées via ces technologies.... ?

                Quel serait l’utilisation de ces technologies dans le cadre d’un état policier ?

                il faut toujours prévoir le pire car le meilleur est à venir ...


              • Pierre-Yves Martin 1er octobre 19:44

                La loi U.S., qui est maintenant celle du monde entier, stipule que celui qui détient légalement une information sur ses systèmes, fut-ce seulement à l’occasion d’un transfert instantané, en devient propriétaire.
                En ce qui concerne Google, par exemple, ils ne se contentent pas de stocker les courriels gmail mais tout ce qui d’une façon ou d’une autre transite par leurs systèmes (et donc aussi par Paypal, Youtube et bien d’autres). En ce qui concerne les courriels, en particulier, ils utilisent toutes les adresses qui figurent sur ceux-ci et donc chaque courriel leur donne des informations sur 2 à n intervenants. Et je suppose que cela va encore beaucoup plus loin. N’oublions jamais que c’est de l’exploitation de ces données qu’ils vivent et que cela fait d’eux une des entreprises les plus riches du monde.


                • razoumikhine razoumikhine 2 octobre 20:05

                  @Pierre-Yves Martin

                  Merci pour ces infos que je ne connaissais pas.


                  Concernant la collecte des données, il convient de donner que l’accord dit ’Safe Harbor’ a été invalidée par décision de la Cour de Justice Européenne en date du 6/10/2015.
                  Cet accord permettait préalablement à une entreprise américaine de transférer aux USA les données collectées en Europe et bien entendu de les utiliser. 
                  Il est à noter qu’il a fallu attendre une décision de la Cour de Justice Européenne pour invalider cet accord et que la Commission Européenne n’y avait rien trouvé à redire malgré l’intervention d’Eurodéputés allemands.

                  C’est finalement un jeune autrichien, Max Schrems qui en portant plainte contre Facebook devant un tribunal irlandais a, au final, permis l’annulation de cet accord.





                • sls0 sls0 2 octobre 04:36

                  Mon prénom c’est Philippe.
                  Pour mon GSM quand la compagnie appelle elle m’appelle Ignacio.
                  Pour le wifi qui sert aussi pour le quartier, on m’appelle Joanna.
                  Pour mon 4G qui me sert dans la cambrousse je m’appelle Kevin.
                  Je n’ai pas fait cela volontairement mais les locaux ça les dérange moins que moi de faire la queue, s’ils peuvent papoter, une heure ne leur fait pas peur. J’ai rien à mon nom du coup.

                  Je ne suis pas causeur, mon forfait GSM c’est 400’ (un pays de causeurs), c’est tout le quartier qui bouffe le forfait.
                  40 ans à être d’astreinte ça vous écoeure un peu du téléphone, le mien est souvent en position avion et encore plus souvent éteint. Je l’allume quand j’ai besoin d’un outil du smartphone et je le laisse communicant quand j’ai des données à transmettre.
                  Il ne doit pas être bien fameux mon profil chez google.
                  J’ai un compte chez eux comme tout le monde, on peut bloquer pas mal quand même.
                  J’ai aussi un compte ailleurs, payant et plus discret.
                  J’ai un compte par profil d’utilisation ce qui me permet un trie plus rapide du courrier.
                  JavaScript bloque l’intrusif sur internet et en google je n’emploie que google scholar.

                  Je ne cherche pas à me cacher mais je ne suis pas exhibitionniste.

                  Les impôts français connaissent mon adresse c’est suffisant pour être en règle vie à vie de la France et ici je suis un n° de compte en banque.
                  Je vais assez souvent à Puerto Rico pour faire des courses, je rentre souvent dans la zone US de ce fait, la dernière fois que je suis allé aux USA c’était encore plus rapide qu’en Europe, je suis devenu transparent à force d’être dans leur système.

                  L’année prochaine je change de pays de résidence pour une histoire de cout de carte de résident sans déménager.

                  Pour google j’existe certainement, ils savent que je suis terrien, pour consulter des sites réservés aux résidents locaux, je doit changer d’adresse IP, allez donc savoir où je suis, je ne sais même pas moi-même. La dernière fois j’ai voulu regarder un replay sur la 5, je dois être en France, avant j’étais aux USA, toujours cette histoire d’être bloqué pour les replay.

                  On cherche à espionner ou les gens sont trop exhibitionnistes ?


                  • sarcastelle 2 octobre 07:41
                    @ l’auteur, qui a écrit : 

                    Cette évolution..........n’est pas linéaire mais presque exponentielle
                    .
                    Je suis curieuse de vous voir donner un exemple de fonction « presque exponentielle ». 





                    • razoumikhine razoumikhine 2 octobre 20:49

                      @sarcastelle

                      eh bien comme vous l’indiquez je ne parle pas de fonction mais d’évolution...

                    • Ratatouille Ratatouille 2 octobre 08:44

                      être surveillé en permanence est-ce pire que le mariage.. ???.. smiley
                      .


                      • JL JL 2 octobre 10:23

                        Le plus grand danger me semble être l’erreur judiciaire. Je m’explique :

                         
                        Un jour, sur la route des vacances, un gendarme m’a arrêté. Je n’avais rien fait de contrevenant, et je lui ai demandé la raison de cette interpellation. Il a répondu, en faisant le tour de la voiture : « on trouve toujours quelque chose ». A la fin de son inspection, il m’a demandé mes papiers. Là, un sourire est apparu su son visage : nous avions le même département de naissance ! Il nous a laissé partir en nous souhaitant bonne route.
                         
                        Avec toutes ces données en sa possession, le pouvoir n’aura qu’à se servir, les coupables ne manqueront pas : « on trouve toujours quelque chose ».

                        • JL JL 2 octobre 12:00

                           De fait, il s’agit d’une variante opérationnelle dès aujourd’hui, de « Minority report » : on ne vous arrêtera pas avant que vous ne commettiez un crime supposé, mais les preuves des crimes qui vous seront imputés sont déjà inscrite à charge contre vous.
                           

                           Génial !

                        • JL JL 2 octobre 12:28

                           De fait, il s’agit d’une variante opérationnelle dès aujourd’hui, de « Minority report » : on ne vous arrêtera pas avant que vous ne commettiez un crime supposé, mais les preuves des crimes qui vous seront imputés sont déjà inscrites à charge contre vous.
                           

                           Génial !

                        • sarcastelle 2 octobre 10:54

                          Technologie est la version distinguée de technique,

                          comme attractivité est la version distinguée d’attrait.
                          Vive la distinction ! On a l’air bête et plouc quand on n’est pas distingué. 
                          Et tant pis si technologie en français ne veut pas dire technique.

                          • gogoRat gogoRat 2 octobre 11:20

                            "trouver le bon équilibre en matière de contrôle afin de ne pas tomber dans des excès qui remettrait en cause notre liberté d’expression et d’action ainsi que notre autonomie face à un Etat tout puissant ou même face à des sociétés commerciales utilisant ces données pour discriminer des personnes« 
                             
                             
                             Sans compter que la pire des inquiétudes à avoir est d’une tout autre nature : philosophique et existentielle.
                             
                             Pour faire court, rappelons cette remarque de l’article Wikipédia traitant du »transhumanisme" :

                             

                            Les transhumanistes pensent que les biotechnologies, nanotechnologies, et d’autres technologies rendront possible une nouvelle forme d’Humanité qui, paradoxalement, sera composée d’autre chose que des humains.

                             

                            La transplantation des identités humaines dans des superordinateurs (ou, symétriquement, l’intégration de facultés artificielles surdéveloppées dans des corps humains) impacterait à la fois les domaines culturels, créatifs et décisionnels.


                             On sait par ailleurs que, factuellement, au moins une société comme Google investit des sommes, compétences, et moyens considérables en recherche et développement concernant un objectif de prolongation de la vie humaine.
                             Si l’on ajoute à cette remarque que des illuminés de haut vol visent à une transmutation de la vie (de toutes les vies) humaine sous une forme numérique (pour l’immortaliser dans l’espace-temps au-delà du crash prévu entre notre voie lactée et Andromède) ...


                            • zygzornifle zygzornifle 2 octobre 16:25

                              il n’y aura bien entendu que les politiques qui échapperont a toute cette surveillance ......


                              • JL JL 2 octobre 16:29

                                @zygzornifle
                                 

                                ’’il n’y aura bien entendu que les politiques qui échapperont a toute cette surveillance ......’’
                                 
                                 Bah ! Tout dépend de leurs capacités de nuisance et des personnes à qui elle pourraient nuire. Regardez Strauss-Kahn !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

razoumikhine

razoumikhine
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès