Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Viols de femmes ou d’hommes : il faut tuer le silence et faire (...)

Viols de femmes ou d’hommes : il faut tuer le silence et faire changer de camp la honte !

Le viol est un crime

"Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui, par violence, contrainte, menace ou surprise, est un viol." Article 222.23 du Code pénal.

Chaque terme a son importance :

 - pénétration sexuelle : c’est ce qui distingue le viol des autres agressions sexuelles ;

 - de quelque nature qu’il soit : ceci désigne toute pénétration sexuelle, qu’elle soit vaginale, anale (sodomie) ou orale (fellation), ou pénétration sexuelle par la main ou des objets ;

 - commis sur la personne d’autrui : ceci désigne soit une femme, soit un homme, soit un enfant, fille ou garçon, que la victime soit connue ou inconnue de l’agresseur ; ce dernier peut être extérieur à la famille ou lui appartenir (viol incestueux, viol conjugal) ;

 - par violence, contrainte, menace ou surprise : ceci désigne les moyens employés par l’agresseur pour imposer sa volonté, au mépris du refus ou de l’âge de la victime ; c’est le non-consentement ou l’abus de minorité qui caractérisent le viol.

Chaque heure, près de 9 personnes sont violées, soit 205 viols par jour. Le nombre de viols seraient de 75.000 par an en France, dont seulement 8458 déclarés. Les tentatives de viols seraient 198 000 par an.

Le silence, la honte, le poids du secret.

JPEG - 16.4 ko

A la violence de l'agression sexuelle, se rajoute un forte tendance à l'auto-culpabilisation. En effet la victime se reproche souvent de ne pas s'être débattue ou de n'avoir pas crié assez fort, d'avoir prise trop de risques, de s'être mise elle même en danger, d'avoir été provocante, etc...

Cette propension à s'attribuer la responsabilité du crime contribue d'ailleurs à la défense du violeur, qui pioche dans ce type de discours pour tenter de convaincre que l'autre l'a aguiché, l'a cherché et qu'il n'a fait que répondre à ses désirs. En outre, certaines réactions physiologiques réflexes, vécues comme une trahison de la part du corps et utilisées par le violeur pour faire croire à la victime qu'elle est consentant, accentuent le sentiment de culpabilité.

Pourtant, rien ne peut atténuer ou amoindrir la faute du violeur. Peu importe la situation, le moment, l'endroit, la tenue, le comportement de la personne, si elle dit "non" l'autre doit immédiatement s'interrompre.

Malgré cela de nombreuse victimes, trop honteuses, restent silencieuses, gardent le secret et assurent ainsi l'impunité de leur violeur. D'une certaine façon, le secret rend complice. Le sercret alimente la honte. Le secret entretient le déni et avec lui un clivage au sein de la personne. ( Vidéo que faire après un viol)

Le viol des hommes "un tabou"

Il faut noter que 96% des auteurs de viols sont des hommes et 91% des victimes sont des femmes. On ne connaît pas le nombre exact d'hommes victimes de viols, mais on estime de 7 à 10% le nombre d'hommes qui ont subi des violences sexuelles, en France, au cours de leur vie. La plupart de ces agressions sont commises par d'autres hommes. Les cas les plus fréquents se retrouvent dans la pédophilie ou le viol en prison.

Car les hommes abusés sexuellement ne le sont presque jamais par des femmes, mais bien par des hommes, hétérosexuels dans leur grande majorité. Daniel Welzer-Lang, seul chercheur français à s’être intéressé au sujet, rapporte dans nombre de ses travaux que le violeur qui agresse un homme se définit comme hétérosexuel. Poussant plus loin la recherche, il apparaît que c’est la question des rôles, et donc de la pénétration active, qui définirait l’hétérosexualité et, dans la tête des agresseurs, il ne fait aucun doute qu’ils sont hétérosexuels puisqu’ils sont actifs. Sont incluses toutes les pratiques, et pas exclusivement la pénétration, dans cette définition normative de l’hétérosexualité vue comme "active". Celui qui se fait sucer, même de force, n’est pas homosexuel !

Parler du viol des hommes reste "tabou" en France. Pourquoi ? Et bien parce que le sujet fait appel à l'homosexualité, à la vulnérabilité. Et il n'existe aucune association pour leur venir en aide spécifiquement. En Grande Bretagne, on dénombre cinq associations qui prennent en charge les hommes ayant été victimes d’abus sexuels.

En février 2012, à l'occasion du tournoi de rugby des six nations, une association britannique "Survivors UK" a brisé le tabou en lançant une campagne publicitaire frappante et sans détour, placardée grand format dans les rues de Londres. L’image qui devait particulièrement retenir l'attention représente un ballon de rugby percé d’un clou, au dessus duquel on peut lire : " Les vrais hommes se font violer… et en parler demande une vraie force." 

JPEG - 45.4 ko

Le manifeste des 313

En 1971, Le Nouvel Observateur avait déjà lancé un précédent manifeste. Celui des 343 qui regroupait des femmes qui déclaraient avoir avorté alors que la loi légalisant l’avortement n’existait pas encore.

L'hebdomadaire récidive en publiant "le manifeste des 313" qui regroupe les signatures de 313 femmes âgées de 18 à 87 ans qui ont un jour été victimes de viol. Parmi les femmes qui ont signé ce manifeste, on retrouve Clémentine Autain, l’écrivaine Frédérique Hébrard, l’ex-tenniswoman Isabelle Demongeot ou encore l’ex-épouse de Dominique de Villepin, Marie-Laure de Villepin. Toutes ont voulu s’engager pour que la "honte change de camp"

"Les voix du silence" : la parole aux victimes

Le 19 novembre "France Télévisions" a lancé, en partenariat avec " le Nouvel Observateur" une plateforme de témoignages interactive, pour briser le tabou du viol. Il s’agit pas pour la télévision publique de mettre en place, grâce à Internet, un dispositif au long cours pour contribuer à faire reculer les violences faites aux femmes. 

France Télévisions, à l’aide du genre documentaire qui porte haut l’offre alternative que doit affirmer le service public face aux chaînes privées, exerce ainsi ses missions autour de cette question majeure posée à notre société. Sur France 5 on a pu voir, le 20 novembre, le documentaire Viol, double peine. Enfin, sur France 2 est programmé, le 25 novembre, le documentaire Viol : elles se manifestent.

En France le viol est tabou. Comme le dit Clémentine Autain, femme politique, violée à 22 ans : " On peut raconter dans un dîner entre amis ou à ses collègues de bureau que l’on a été victime d’un attentat, que l’on a perdu un proche ou subi un cambriolage. Avec le viol, silence radio. Cet acte touche à la sexualité et la suspicion n’est jamais loin. Le viol est un crime dans lequel la victime se sent coupable, honteuse. Ne pas pouvoir dire ce que l’on a vécu rajoute à la violence subie et contribue à l’impunité des violeurs." ( Vidéo : Viol : très peu de victimes osent porter plainte)

Il faut dire le viol, en parler, faire reculer la chape de plomb et l'outrageante suspicion pesant sur les victimes, toutes les victimes femmes ou hommes. En ce qui concerne les hommes les associations françaises devraient s'impliquer dans leur défense, comme le font les britanniques.

 

Sources : lesinrocks.com, The Guardian, Le Nouvel Obs, Francetv.fr,


Moyenne des avis sur cet article :  4.1/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

43 réactions à cet article    


  • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 21 novembre 2012 16:46

    Surtout que porter plainte ne sert pas à grand chose, les violeurs passent maximum 4 ans en prison et encore quand on voit que certains ont été condamné avec sursis pour des tournantes.




    • Romain Desbois 21 novembre 2012 21:06

      Il faut les mettre au ban de la société en faisant leur « outing » au monde entier !

      Qu’ils soient obligés de mendier pou un bout de pain et devoir aller se faire violer pour avoir du sexe.

      Hug !!!


    • Fergus Fergus 22 novembre 2012 19:01

      Bonjour, Alois.

      Ce que vous dites est très largement faux : les peines prononcées sont souvent très lourdes et parfois proches des 20 ans maximum. J’ai participé comme juré et assisté à des procès pour viol : deux d’entre eux ont donné lieu à un verdict de... 18 ans de réclusion criminelle.


    • appoline appoline 23 novembre 2012 13:42

      @ Fergus,


      J’ai été jurée d’assises et je peux vous assurer qu’ils sont bien trop cléments avec ces pervers, même un des assesseurs se révoltait contre la condition de détention de ses ordures. Moi pas, plus on les éloigne de la société, mieux c’est. 
      Ces saloperies ne guérissent jamais, donc une fois sorties, ils récidivent, c’est ainsi, c’est dans leur nature.
      La justice ne prend pas assez en compte les vies détruites, la peur, les angoisses des victimes, la seule chose qui pourrait les faire changer d’avis les professionnels de la justice : que ça leur arrive pour qu’ils comprennent la détresse, la panique à voir même la folie

    • Fergus Fergus 23 novembre 2012 19:59

      Bonsoir, Appoline.

      Comme quoi nos expériences peuvent très largement diverger, d’où la nécessité de ne pas se laisser aller à des conclusions trop hâtives. Personnellement, c’est bien à des cours d’assises très sévères à l’égard des violeurs et à des verdicts très durs que j’ai eu affaire. Quant à mon ressenti personnel à l’égard des viols, j’en parle dans un précédent article (Violéé, humiliée... Détruite !) dont j’ai mis le lien dans un autre commentaire de ce fil.


    • eau-du-robinet eau-du-robinet 21 novembre 2012 17:14

      Le viol existe dans toutes les milieux de l’échelle sociale, traversent les instances comme les tribunaux ou les églises (ou on à souvent parlé de la pédophilie). Ses instances sont souvent en connivence avec les agresseurs comme démontrent les affaires de Marc Dutroux ou l’affaire Émile Louis ( abus sexuelles + meurtres) donc des cas extrêmes. Malgré des plaintes auprès de la DDASS celle-ci à tout fait pour étoffer l’affaire des jeunes femmes disparus donc Émile Louis à abusé ....

      Le viol est aussi une des armes utilisé pendant toutes les guerres (sans exception)....

      Voila le viol m’évoque du frisson !

      En ce qui concerne la jeuneuse d’aujourd’hui je suis particulièrement inquiet car il sont souvent vue leur premier filmes porno avant l’age de 12 ans ... Hors ses filmes porno présentent « l’autre ou les autres  » comme objet, par fois traite de manière dégradante(s) ... rien avoir avec les filmes des années 80 (Emmanuelle). Le jeunes qui prennent ses filmes comme référence pour construire leur sexualité (passer à l’acte pour réaliser les fantasmes tout crus) ont fait souvent la une dans les informations ...

      Ainsi la palette des autres groupes sociaux culturelles comme par exemple les prostituées sont également victimes des violences, ...

      Parler du viol, c’est de livrer son histoire à la société, aux médias, et c’est pas un pas facile.

      Ce pas pourtant est nécessaire pour la victime pour reconstruire ça vie et permettre de faire sortir l’agresseur de la circulation ... jusqu’à la prochaine libération ...


      • Romain Desbois 21 novembre 2012 21:12

        vouloir insinuer que le porno serait un facteur multiplicateur des viols est tout simplement malhonnête . Il ya beaucoup moins de viols aujourd’hui qu’il pouvait en avoir, il y a cent ans et plus.


      • Fergus Fergus 22 novembre 2012 19:08

        Aux moinsseurs de Romain Desbois.

        Il faut cesser d’être dans le fantasme : le fait est que les viols, et plus encore l’inceste, étaient probablement plus nombreux auparavant pour différentes raisons. Parmi celles-ci :

        1) Quasiment jamais de plainte et par conséquent pas de poursuites ;

        2) Manque d’éducation et instincts mal maîtrisés ;

        3) Droit de cuissage chez les maîtres, tant en milieu bourgeois qu’en milieu agricole ;

        4) Reproduction d’actes subis dans l’enfance.


      • rugueux 21 novembre 2012 18:06

        @l’auteur

        Quel est le mystérieux et puissant outil statistique qui permet de passer de 8500 viols avérés à une extrapolation de 75000 viols réels et 200 000 tentatives ?

        Ne serait-ce pas le doigt mouillé, qui comme, chacun sait facilite la pénétration....

        Faut arrêter les molécules récréatives....


        • menou69 menou69 21 novembre 2012 19:05

          @ rugueux

          75 000 par an. Ce chiffre est issu de deux enquêtes statistiques dont la première, « Enquête nationale sur les violences faites envers les femmes en France », ne date que de 2000. Six ans plus tard, dans « Contexte de la sexualité en France », 16 % de femmes disaient avoir subi des rapports forcés ou des tentatives de viol. Une femme sur six. La plupart avant 18 ans. Par extrapolation, les chercheurs se sont mis d’accord sur 75 000. Mais ils sont sûrs qu’il y en a beaucoup plus.


        • Mycroft 22 novembre 2012 10:49

          Ces « chercheurs » sont assez loin d’être des chercheurs en science dure, vous en conviendrez. Et leur analyse est donc par conséquent fortement sujet à cautions et nécessite un peu plus de détail.

          J’aimerais en effet savoir comment cette étude statistique a été faite : est ce que toutes les personne affirmant avoir été violé sont cru par ces enquêtes ? Quid des fausses accusations ? Si on croit les gens sur paroles, quel est le pourcentage des condamné pour viol affirmant qu’ils sont victime d’une erreur judiciaire ?

          Votre article qui précise que les hommes sont violés par des hommes oublis d’insister sur le fait que c’est justement parce que le viol implique pénétration que les hommes en sont le plus souvent les coupables. De fait, les femmes qui utilisent une forme de chantage pour imposer une relation sexuelle ne seront jamais des violeuse au sens de la loi. Alors qu’un tel acte n’est pas plus tolérable que si on inverse les rôles (et qui sera là un viol qualifié).


        • Jimmy 21 novembre 2012 18:26

          affirmer que les victimes de viol ne portent jamais la moindre responsabilité dans ce qui leur est arrivé est aussi stupide que de dire qu’elles l’ont bien cherché
          le sexe est un domaine bien trop ambigu pour pouvoir se permettre de trancher aussi péremptoirement
          si vous êtes victime d’un viol tachez de faire attention la prochaine fois, je vous rappelle que nous ne sommes que des animaux
          par ailleurs, cela a déjà été dit, désigner les violeurs à la vindicte populaire revient à sacrifier ceux qui sont accusés à tort et sont, dans ce climat d’hallali, bien plus nombreux qu’on veut bien l’admettre


          • menou69 menou69 21 novembre 2012 19:38

            Réduire les agressions sexuelles et le viol à de la sexualité, c’en est oublier tout l’aspect extrêmement violent et traumatisant.

            les moteurs psychologiques du viol, et des agressions sexuelles en général, sont le sexisme et l’adhésion aux « mythes sur le viol ». Ces mythes sont des attitudes et croyances généralement fausses, mais répandues et persistantes, permettant de nier et de justifier l’agression sexuelle masculine contre les femmes. Il s’agit d’idées comme « elle n’aurait pas dû porter une jupe si courte », « elle ment sûrement » « elle l’a aimée », « les hommes ont des pulsions incontrôlables », « les hommes sont des prédateurs sexuels »  etc. Il a été montré qu’il existe un lien causal entre adhésion à ces mythes et propension au viol.


          • Jimmy 21 novembre 2012 20:16

            ainsi, si il y a des viols depuis que l’homme existe c’est parce qu’on croit, à tort, que les hommes ont des pulsions ?
            bizarre comme argument, le viol fait partie de la vie, il est le moteur de la reproduction chez tous les animaux, sans le viol, l’humanité n’existerait pas, dans tout acte sexuel il y a une part de viol
            vous nous fatiguez avec votre politiquement correct
            par ailleurs vous avez oublié de me répondre à propos des gens accusés à tort de viol


          • Romain Desbois 21 novembre 2012 21:09

            et pour les partisans des relations pas contre-nature , il est bon de rappeler que le viol est se qui se pratique aussi chez les autres espèces animales.


          • nemotyrannus nemotyrannus 21 novembre 2012 21:14

            @ Jimmy , 

            On dirait que vous tentez de nous faire croire que le viol n’est pas grave. Dites moi que je me trompe.

            Non , ce qui est dit c’est que ceux qui disent : C’est normal de violer , les hommes ont des pulsions , sont les plus enclins à fermer les yeux dessus , voire à passer à l’acte tellement la fausse excuse et la tentative de justifier de tels actes et de les dédramatiser crêve les yeux.
            Tout le monde à des pulsions , mais il faut apprendre à les contrôler.

            Oui il y a beaucoup de fausses accusations , la femme qui a fait condamner Assange pour viol à justement écrit un texte sur le net je crois , ou dans un livre je sais plus , pour apprendre à se se venger...

            Mais de là à dire que puisqu ’ il existe dans la nature il faudrait l’accepter , c’est légèrement dégueulasse .
            Une tenue affriolante n’est jamais une excuse au viol , marcher nue n’est pas un appel au viol .

            Si vous voulez vraiment casser du politiquement correct , parlons de la présidente de SOS sexisme , oui de SOS sexisme , qui a dit ouvertement dans un forum , que « tout homme est un salaud et un violeur en puissance. » 
            C’est le sujet et en plus moi ça m’arrangerait de ne pas avoir toute une tripotée de gens qui semblent lui donner raison et elle de continuer ses généralisations à la c** .

          • De l’autre côté du miroir 22 novembre 2012 14:50

            Jimmy,
            ne faites-vous pas un amalgame entre viol et accouplement lorsque vous dites que le viol fait partie de la vie ? Que vous parliez de viol en ce qui concerne la reproduction chez les mammifères car elle se fait violemment pourquoi pas. Mais en généralisant ce phénomène aux agressions sexuelles, vous sous-entendez que l’agresseur (homme ou femme) qui commet une agression sexuelle est animé par une volonté de reproduction de l’espèce humaine. Je m’excuse mais je ne pense pas que ce qui se passe dans la tête de l’agresseur avant, pendant et après l’acte d’agression sexuelle soit un désir irrépressible de paternité ou de maternité. En réalité je pense que c’est beaucoup plus complexe que cela.


          • Fergus Fergus 22 novembre 2012 19:17

            Bonjour, Jimmy.

            Je vous invite à lire un article que j’ai écrit en 2009. Intitulé Violée, humiliée… détruite !, il relate un procès que j’ai suivi et qui m’a durablement marqué. Peut-être y comprendrez-vous à quel point une femme peut être dramatiquement démunie lorsqu’elle est agressée. Au point d’être totalement incapable de se défendre, victime d’un état de sidération paralysant les fonctions mentales. Le viol est un crime ignoble car il laisse des traces souvent indélébiles.


          • De l’autre côté du miroir 22 novembre 2012 21:08

            @Jimmy
            D’après Muriel Salmona de l’association mémoire traumatique, les allégations mensongères en matière de viols représentent moins de 3 pour cent, sont-ce ceux-là que vous dites être bien plus nombreux qu’on veux bien l’admettre ?


          • Will Will 23 novembre 2012 09:16

            Jimmy, tu ne mérites qu’une chose : te faire violer !

            Mais peut être est ce ton souhait secret !
            Après on verra comment tu en parleras !

            Tes soit disant réflexions (mais il faut un cerveau pour ça) sont équivalentes à celles d’un vivant qui prétend parler de la mort, sans aucun fondement !


          • Le Bordelleur Le Bordelleur 21 novembre 2012 21:21

            Le chiffre 70 000 vient probablement de ce phénomène :
            http://www.prevensectes.com/psycho2.htm

            Maintenant ce que dit Ivan Levaï :
            http://www.dailymotion.com/video/xlkn4l_onpc-8-octobre-le-face-a-face-audrey-pulvar-yvan-levai_tv

            Pour rappel, DSK pourtant bien louche, semblait avoir droit à la présomption d’innocence, par contre il serait vrai et indiscutable qu’il y ait 70 000 viols en France par an, un chiffre absolument délirant comparé aux affaires réels. Apparemment dans ces opérations de communication, il n’y a aucune nécessité de prouver ses allégations...


            • jacques lemiere 21 novembre 2012 21:36

              On doit aussi rappeler que dans le viol on risque un jour de se retrouver devant son agresseur sans Eléments de preuve...sinon sa propre parole..


              Mais bon, il ne faut non plus être trop pessimiste..il y a sans doute moins de viols, et le viol est reconnu comme un crime...

              Il faut vraiment enseigner ce qu’on doit faire après une agression, sexuelle ou non d’ailleurs, le viol n’est pas la seule agression qui peut détruire une personne.

              Au demeurant, cet article n’apporte pas grand chose, mais c’est toujours bon à dire.

              • Nometon Nometon 22 novembre 2012 02:25

                Article qui résume bien l’état des lieux sur la question du viol qui demeure un crime massif et massivement impuni. Et que bien trop de lâches et d’hypocrites voudraient que l’on continue à taire. 

                Les violeurs sont nombreux (75 000 viols par an, donc, rapporté sur plusieurs générations, le nombre des violeurs se compte en centaines de milliers). Ils savent que le silence les sauve. Le silence et la prescription. Raison de plus pour faire bouger les lignes.

                La peur et la honte vont changer de camp.

                À ce propos, un certain nombre de commentaires sont à la limite de l’acceptable. Ce sont des commentaires signés.
                Signés et qui en disent long.


                • hunter hunter 22 novembre 2012 10:05

                  Salut à tous,

                  Bon article, sur un sujet qui m’inspire vraiment le dégoût !

                  Il y a quelques années, une amie très proche a failli subir un viol : un soir d’été (chaud) en région parisienne, elle sortait très tard du boulot, et rentrait chez elle en banlieue éloignée.
                  Dans la rue, alors qu’elle marchait vers sa résidence, un malade n’a pas pu résister à ces pulsions, et lui a sauté dessus !
                  Il n’a pas eu le temps d’aller jusqu’au bout, car la providence a fait qu’un chauffeur de taxi passait par là ; il a compris ce qui se passait, et a mis le salopard en fuite.

                  Il a pris soin de mon amie, l’a emmenée chez les flics, et là......

                  Réaction du poulaga : « Mademoiselle, quand on est aussi belle que vous l’êtes, il ne faut pas s’habiller aussi légèrement » !
                  Ben oui, c’est une femme magnifique, et alors, est-ce de sa faute ?

                  allez, circulez, y’ a rien à voir ! Refus de prendre la plainte !

                  Le brave chauffeur de taxi l’a reconduite chez elle, et était même prêt à l’emmener à l’hosto.

                  Voilà : donc quand on est une très jolie femme, même s’il fait très chaud, eh bien faut se saper comment ? en combinaison de ski ?

                  Même ceux celles et ceux qui subissent une tentative de viol, morflent aussi énormément !
                  Psychologiquement, c’est très dur, même pour des gens « solides », comme l’est cette amie !
                  Je l’ai vécu au travers de cette maudite expérience, et ce qui est difficile, c’est aussi pour l’entourage :on est assez désarmé pour soutenir, aider, consoler : on ne sait pas trop ce qu’il faut dire ou faire !

                  Cet humble témoignage en hommage à un vrai mec, à savoir ce chauffeur de taxi, qui a agit comme un être noble, sans aucune contrepartie exigée !

                  Je n’ai jamais eu l’occasion de vous remercier Monsieur, mais qui sait, peut-être que si vous passez par ici, vous vous reconnaîtrez.

                  quant au salopard et ses pulsions, bien entendu il est parti, bien entendu il n’y a pas eu d’enquête, et bien entendu, combien d’autres femmes aura-t-il fait souffrir ?

                  Be seeing you

                  H/


                  • Mycroft 22 novembre 2012 11:00

                    Conséquence d’une politique du chiffre, qui a poussé les policier à décourager un maximum de plainte. Histoire d’avoir de bon chiffres de la criminalité malgré une politique judiciaire mal pensée.

                    C’est un cas de faute professionnelle grave, qui mériterait une sanction exemplaire contre le policier. Il faut à tout pris, quand on a affaire à une telle réponse, insister, puis se peindre auprès d’un supérieur du comportement inqualifiable du policier. Car ce dernier mérite la porte pour de tels propos.

                    Le comportement du Taxi, quand à lui, n’est pas héroïque, il est normal. Non assistance à personne en danger, c’est illégal. Il a respecté la loi. Le gros soucis, c’est que cette loi n’est plus assez respectée. Ce n’est pas lui le héros, c’est ceux qui n’interviennent pas qui sont des crapules et des lâches.


                  • eau-du-robinet eau-du-robinet 22 novembre 2012 11:10

                    Bonjour hunter,

                    Chez des flics il y malheureusement quelques (minorité) « abrutis » ... j’en ai fait aussi l’expérience !

                    La politique du chiffre est un aspect parmi d’autres, le fonctionnaire est tenu à maintenir les chiffres de la délinquance (coté enregistrement des plaintes) le plus bas possible ... ceci est aussi liée à l’enjeu politique. Aucun gouvernement n’aime qu’on lui reproche d’avoir échoué en matière de sécurité publique.

                    En ce qui concerne le vécu de votre amis je trouve le comportement de du policier scandaleux ! Ce comportement n’est pas digne d’un fonctionnaire représentant un état de droit !

                    Malheureusement les calvers des victimes sexuelles ne s’arrête pas après une agression, à condition d’avoir survécu, mais se poursuit par le refus de la prise en charge des victimes voire une rejet même de la victime.


                  • maQiavel machiavel1983 22 novembre 2012 11:09

                    Spécifiquement , sur le viol des hommes en prison , il faut savoir qu’ en Europe , ce n’ est pas si fréquent il y’ a beaucoup de fantasme là dessus. Par contre aux Etats-unis , le viol fait partie de la culture carcérale ( il y’ a 2 millions de prisonniers là bas , la prison est une vraie société et a sa culture ).

                    Quand un prisonnier se fait violer , dans la culture carcérale , le viol le transforme en femme ( ils utilisent l expression « turn out ») et il est susceptible d’ être victime de séries de viol très violent. Il n’ a alors que deux options : 
                    - Il tue son agresseur ;
                    - Il se met sous la protection d’ un « daddy », un autre prisonnier qui le protège et en échange il assouvit ses désirs sexuels.Le daddy devient son propriétaire , et peut le louer ou le vendre à d’ autres prisonniers.
                    Personnellement , je pense que le violé peut est responsable , parce quand on intègre le milieu carcéral , il faut en intégrer la culture et la violence , et dans cette culture « un homme » ça ne se fait pas violer et si ça arrive, ça tue son agresseur. Il faut savoir être violent ,sinon on finit en pute, quitte à passer toute sa vie derrière les barreaux. Un homme préférerai passer toute sa vie enfermé plutôt que d’ accepter de devenir une pute même quelques semaines...donc oui dans ce cas le violé est responsable !

                    • menou69 menou69 22 novembre 2012 17:32

                      @ jimmy et à tous les mecs qui disent que le viol fait partie intrinsèque de l’humain

                      Je demanda à tous ceux qui ont mis des commentaires qui sont à la limite de l’acceptable lisent ce témoignage paru dans la presse aujourd’hui :

                      http://leplus.nouvelobs.com/contribution/712686-j-ai-20-ans-et-j-ai-ete-violee-2-fois-mon-combat-pour-vivre-encore.html

                      Je leurs demande un peu de respect pour toutes les victimes de viols et je dis à jimmy que s’il se compare et compare tous les hommes à des animaux il a une bien piètre opinion de lui et de la gente masculine !


                      • Romain Desbois 23 novembre 2012 00:41

                        expliquer une chose n’est pas cautionner .

                        Etes vous en capacité intellectuelle de comprendre cela ?

                        S’il fallait juger et réagir à chaud, il y a longtemps que nombre d’innocents auraient eu la tête coupée. C’est l’épuration, sorte besoin tellement humain de vengeance aveugle qui ne soulage que sur le moment car on a besoin de ne pas se sentir impuissant. Mais cela ne se révèle jamais efficace car le mal est fait et est irréversible.

                        Bien sur que les victimes ne peuvent entendre ça. Mais c’est notre devoir de ne pas tomber dans la facilité du poujadisme.


                      • Pierre Régnier Pierre Régnier 23 novembre 2012 12:20


                        @ menou69

                         

                        Il est triste, et même  »à la limite de l’acceptable", de constater que c’est dans le nouvel Obs qu’a été publié ce témoignage.

                        Le (nouveau) Nouvel Obs est en effet l’un des journaux qui, en France, apportent leur soutien à l’islam, la plus obscurantiste des religions, celle qui méprise, asservit et violente le plus souvent les femmes, en accord avec la « morale » énoncée par son prophète Mohamed et par les rédacteurs du Coran.

                         

                        Il serait bien que le nouveau Nouvel Obs mette un peu de cohérence dans sa rédaction, et de vraie morale dans l’esprit de ses rédacteurs.

                         

                        Il serait bien que, pour se faire respecter, les femmes se trouvent de meilleurs alliés que les douteux féministes du nouveau Nouvel Obs.


                      • Pierre Régnier Pierre Régnier 26 novembre 2012 11:37


                        mastermind

                         

                        Les allusions à  »mes potes" doivent sans doute tenir lieu de réponse satisfaisante pour beaucoup de lecteurs qui n’ont pas « mon obsession minable ».

                         

                        Moi je ne vois pas ce qu’ « israël et strausskhan » viennent faire ici. Et je répète simplement que je trouve pour le moins déraisonnable de publier un texte contre le viol des femmes dans un journal qui soutient la religion la plus méprisante et la plus violente envers les femmes.

                         


                      • Le Bordelleur Le Bordelleur 22 novembre 2012 18:08

                        « Chuck Norris a déjà compté jusqu’à l’infini. Deux fois. » 


                        • Fergus Fergus 22 novembre 2012 19:21

                          Bonsoir, Menou.

                          Un grand merci pour cet article. La lutte contre le viol, quelles qu’en soient les victimes et quelles qu’en soient les formes, nous concerne tous. Tout doit être fait, sinon pour l’éradiquer (une chimère !), du moins pour le réduire au maximum. Le viol est la négation de la civilsation !


                          • Chris De Bône 22 novembre 2012 19:36

                            Est plus qu’un faible et lâche sans honneur et qui n’a aucune confiance en lui Quiconque lève la main sur une femme, sur un enfant, sur un vieillard, ou use de violences sur les plus faibles que lui ...
                            Quiconque qui commet cet acte criminel stupide est soit conscient et méchant ou mentalement dérangé !
                            Dans tous les cas c’est une preuve flagrante d’impuissance et de manque de confiance en lui du violeur .....


                            • Antoine 22 novembre 2012 22:35

                               Heu, parmi les 75 000 viols, vous avez comptabilisé celui de celle qui a envoyé Sécher en prison ?


                              • menou69 menou69 22 novembre 2012 23:02

                                @ Antoine

                                Sécher fait partie du petit pourcentage accusé à tort de viol. Le chiffre de 75 000 viols par an est issu de deux enquêtes statistiques dont la première, « Enquête nationale sur les violences faites envers les femmes en France », ne date que de 2000. Six ans plus tard, dans « Contexte de la sexualité en France », 16 % de femmes disaient avoir subi des rapports forcés ou des tentatives de viol. Une femme sur six. La plupart avant 18 ans. Par extrapolation, les chercheurs se sont mis d’accord sur 75 000. Mais ils sont sûrs qu’il y en a beaucoup plus.


                              • Antoine 22 novembre 2012 23:25

                                 Vous n’avez pas plus de doutes que ceux qui ont envoyé Sécher au gnouffe ! Puisque l’on cherche à faire des économies budgétaires : dès qu’un femme désigne « son » violeur, qu’on le mette directement en prison, d’où plus besoin d’enquêteurs, de juges, de greffiers et à nous l’équilibre des finances publiques, bref le bonheur (réservé aux seules femmes mais lui seul compte, non ?)...


                              • Antoine 23 novembre 2012 00:13

                                Bon, peut-être deux jurés de la cour d’assises de Nantes qui n’en démordent pas puisqu’il n’y a pas de fumée sans feu, non ?


                              • Mycroft 23 novembre 2012 12:03

                                En dehors d’un esprit assez partisan, qu’est ce qui vous permet de déclarer qu’il y a peu d’accusé à tord. Tous les hommes innocentés dans les procès ne sont ils pas accusés à tord ? Ils sont assez nombreux, je peux vous l’affirmer.

                                Qu’il y ai peu de personne condamné à tord, c’est une chose que je voudrais croire (même si j’ai de plus en plus de doute sur la chose). Qu’il y ai peu de personne accusé à tord, c’est une affirmation grave (car elle remet en cause le nombre non négligeable d’acquitté lors des peintes pour viol) qu’il faudrait prouver.

                                Et ne venez pas me dire que les rapports de « chercheur » qui pratique ce charlatanisme appelé cyniquement « science humaine » sont des preuves. Car ces rapports sont idéologique, par nature, comme l’est l’économie, la psychologie, la philosophie ou la sociologie. La méthodologie est systématiquement discutable et ces gens confondent régulièrement corrélation et causalité, ce qui est une faute qu’aucun scientifique digne de ce nom ne peut se permettre de commettre. Pour vous faire comprendre à quelle point ce domaine est biaisé, une étude fait état de 40% de fausse déclaration, en affirmant de plus qu’elle n’a pris en compte qu’un sous ensemble des fausses déclaration, celle qui ont été reconnue par la plaignante.

                                Cette étude est contestable. Celles que vous utilisez pour affirmer sans hésiter qu’il y a des dizaine de millier de viol en France l’est tout autant.

                                Les seuls vrais chiffres sur lesquels ont peut se baser, c’est le nombre de condamnation pour viol, le nombre de plainte pour viol, et le nombre de plainte pour accusation mensongère . Ceux là sont indiscutables et factuels. Même s’ils ne permettent pas de déduire la situation réelle des viols en France, ils sont la seule réalité concrète sur laquelle on peut se baser.


                              • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 25 novembre 2012 13:55

                                Merci à Mycroft pour ce rappel à la raison. Les estimations « de violeurs en liberté » me rappellent les estimations faites par les inquisiteurs chrétiens de la quantité de sorcières présentes dans telle ou telle région, ou bien les estimations staliniennes du pourcentage de traîtres parmi la population que chaque tribunal devait démasquer. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès