Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Vitrines de Noël : la magie s’en est allée

Vitrines de Noël : la magie s’en est allée

Comme chaque année, les vitrines animées des Grands magasins de Paris attirent de nombreux visiteurs dans les semaines qui précèdent les fêtes. Le rituel semble immuable, et pourtant quelque chose a changé au fil du temps...

 

JPEG

Cela faisait plus de 30 ans que nous n’étions pas retournés voir les vitrines animées des Galeries Lafayette et du Printemps. La dernière fois que nous nous y étions rendus, c’était pour accompagner notre fils, alors âgé de 5 ou 6 ans. Depuis, de multiples évènements, trop souvent tragiques ou déprimants, se sont succédé dans l’actualité durant ces décennies qui ont vu notre société se transformer comme jamais auparavant tout au long de son histoire. Malgré son fondement mercantile, il est toutefois une tradition sympathique qui n’a pas changé d’un iota depuis cette époque et qui perdure en venant égayer le quartier de l’Opéra dans la grisaille de l’hiver : celle des animations de Noël mises en place dans les vitrines des Grands magasins de la capitale pour les fêtes de fin d’année afin d’attirer les chalands aux portes de ces antres de la consommation.

Dimanche dernier, c’est en compagnie de nos petits-enfants que mon épouse et moi avons pris le métro, direction la station Chaussée d’Antin, pour leur faire découvrir les animations installées dans les vitrines des Grands magasins du boulevard Haussmann. Pas facile, même en ce dimanche matin, de progresser dans la cohue pour permettre aux enfants d’accéder à ces vitrines, mais on y parvient malgré tout, pour le plus grand plaisir des petits, tout heureux de voir d’aussi près se déhancher et grimacer autant de surprenantes peluches.

À l’évidence, le spectacle plait aux enfants, particulièrement celui qui est donné par les automates des Galeries Lafayette, nettement plus attirants que les réalisations du Printemps, à la fois plus banales et trop centrées sur la promotion de la marque Burberry. Mais si le spectacle plait aux enfants, force est de reconnaître que mis à part de rares bambins, ils n’ont pas, de nos jours, ce regard ébloui qu’avaient autrefois les gamins qui découvraient le monde imaginaire et féérique des vitrines de Noël. Un monde si éloigné de ce qu’ils connaissaient de la vie qu’ils restaient longtemps immobiles, les yeux brillants devant les vitrines, fascinés par les expressions des personnages, par la débauche des couleurs et par les mouvements des automates.

Aujourd’hui, rien de tel. Certes, les enfants sont toujours contents d’être là, et certains – notamment parmi les plus petits – sont manifestement ravis ; mais à de rares exceptions près, leurs yeux ne pétillent plus du même éclat que naguère, et les animations ne suscitent plus de leur part les mêmes cris d’enthousiasme. Trop tôt habitués aux jouets électroniques spectaculaires, aux jeux vidéo d’héroic fantasy ou aux effets spéciaux des films d’animation en 3D, les enfants passent désormais en revue les vitrines sans s’y attarder avec l’émerveillement que manifestaient naguère au même âge leurs propres parents, voire leurs grands-parents*. Il faut se rendre à l’évidence : avant même d’avoir atteint leur sixième anniversaire, les gamins de 2014 sont déjà très largement blasés pour la plupart d’entre eux.

On se prend alors, avec une once de nostalgie, à regretter de ne plus voir dans leurs yeux le bonheur de cette parenthèse enchantée dont nous avons gardé le souvenir. Les vitrines de Noël sont pourtant toujours là, mais la magie s’en est allée au pays des pixels ! 

 

* La première vitrine de Noël de Paris date de... 1909 ; consacrée au thème du Pôle Nord, elle avait été installée sur la rive gauche, au Bon Marché. La généralisation des animations dans les vitrines des Grands magasins de la capitale date, quant à elle, de 1947. Depuis cette année-là, la tradition ne s’est jamais démentie.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

70 réactions à cet article    


  • gruni gruni 19 décembre 2014 09:28

    Bonjour Fergus


    J’apprécie particulièrement cette phrase «  Les vitrines de Noël sont pourtant toujours là, mais la magie s’en est allée au pays des pixels ! »

    Elle me rappelle un dessin dans un magazine, où l’on pouvait voir une dame dans une pâtisserie, qui devant un étalage de bûches de Noêl décorées avec des sujets comme un téléphone portable ou le fameux @, voire le petit oiseau de tweeter, demandait suppliante à la vendeuse si elle pouvait en avoir une avec un nain et sa scie ou sa hache.

    Merci pour le texte


    • Garance 19 décembre 2014 09:55

      Tiens mais c’est Gruni....salut Gruni


      C’est vrai que Noél c’est joli : que Noél c’est féerique

      « Kevin ; qu’est-ce que tu veux pour Noél ? (1)

      - Du boulot pour mon Papa...et pour ma Maman aussi..

      - Tu as écris ta lettre au Pére Noél ?

      - Oui même qu’il habite à l’Elysée....

      - Dans ce cas tu n’as pas à t’ inquiéter ; leurs boulots c’est comme si ils l’avaient ; avec 1 % de reprise aléatoire il ne saurait en être autrement...

      - Merci Papa Noél....

      Non ; le Pére Noél ce n’est pas moi , comme tu le sais il est à l’Elysée... »

      ( 1) aujourd’hui tous les mômes s’appellent Kevin

    • Fergus Fergus 19 décembre 2014 10:17

      Bonjour, Gruni.

      Merci à toi. L’histoire de cette dame montre qu’il y a effectivement une forme de dictature des nouvelles technologies, au point qu’elles en viennent à envahir l’univers traditionnel des fêtes. Je comprends cette dame qui garde la nostalgie des nains bûcherons. S’il était plus malin, le pâtissier varieraient les décorations en faisant se côtoyer la modernité et la tradition.


    • gruni gruni 19 décembre 2014 10:47

      Salut Garance


      C’est beau de croire encore au père Noël à tout âge, surtout que les enfants aiment le changement, ils le remplacent tous les 5 ans. 
      Vivement Noêl 2017, je sens déjà la bonne odeur de sapin, quelle bûche en va se prendre, faudra arroser ça, hein Garance !

    • Garance 19 décembre 2014 09:33

      Salut Fergus


      Et si tout simplement le Père Noél était une ordure


      Non seulement c’est une ordure mais il continue de se foutre de notre gueule

      Noèl dernier c’était l’inversion de la courbe

      Ce Noèl-ci : un « miracle » économique inaccessible autant que l’était l’autre

      Et pis qui va aller faire baver ses gosses sur les vitrines des Galeries Lafayette ? 

      A part les fonctionnaires et ceux qu’ils font élire je ne vois pas

      Le prix d’un jouet des Galeries Lafayette nourrit une famille de chômeur pendant 1 mois 

      Autant les emmener baver sur les étalages de chez Fauchon : au moins il y a les odeurs

      Jusqu’à maintenant les odeurs sont gratuites

      Jusqu’à quand ?

      • Fergus Fergus 19 décembre 2014 10:25

        Bonjour, Garance.

        Il ne faut pas confondre l’esprit des fêtes pour les enfants et la conjoncture politico-économique. Les gamins n’y sont pour rien.

        Quant au prix des jouets aux Galeries Lafayette, il n’est guère différent de ce qu’il est, à marque et modèle identiques, dans les chaînes du type Joué-Club.

        Et pour ce qui est des « fonctionnaires », je ne vois pas ce qu’ils viennent faire là car il y a devant les vitrines de Noël des Grands magasins des gens de toutes sortes : des employés du public, des travailleurs du privé, des Parisiens mais aussi de nombreux provinciaux, et pas mal d’étrangers.

        Faire payer les appétissantes odeurs de la nourriture, c’était déjà l’objet de fabliaux du Moyen Age, comme quoi cette tentation libérale ne date pas d’hier ! 


      • rocla+ rocla+ 19 décembre 2014 09:48

        La magie de Noël opère pour les tout petits qui croient  encore 

        au père Noël , puis vers cinq six ou sept ans  le numéro 
         Garcimore-père-Noël est éventé . 

        On se trouve dans la vie tout court . 

        Alors d’ autres pères Noël prennent la place du vrai , 

        à Cuba il s’ appelle Fidèl chez nous c ’est le père François , ailleurs 
        la mère Angéla , la curiosité c ’est que les grands enfants croient 
        à toutes leurs raconteries , électeurs , regardez comme je suis 
        beau , que mon ramage ressemble à ce que je vais vous plumer …. smiley

        Et on se précipite tous voter pour un autre Père Noël .

        Lui a la bonne place .

        Nous on a les boules …. smiley

        • Fergus Fergus 19 décembre 2014 10:29

          Bonjour, Capitaine.

          Le fait que les adultes croient encore au Père Noël lorsqu’ils élisent des personnages dont ils devraient pourtant savoir qu’ils n’ont pas grand’ chose à leur apporter dans les souliers. Pire : que ce sont souvent des escrocs !

          Alors, oui, nous avons trop souvent les boules, et pas uniquement dans le sapin !


        • rocla+ rocla+ 19 décembre 2014 21:26

          Bonsoir Fergus , 


          Un candidat aux élections me fait invariablement penser à la 
          fable du corbeau et du renard .



          Jean de La Fontaine est un fin observateur .

        • Fergus Fergus 19 décembre 2014 22:45

          @ Rocla.

          Le parallèle me semble assez juste : les politiques sont tous des renards beaux parleurs, et les électeurs des corbeaux naïfs leurrés par leur discours.

          Bonne soirée.


        • dixneuf 20 décembre 2014 13:41

          et surtout il avait le génie de s’exprimer avec le minimum de mots : avez-vous essayé de résumer une de ses fables ? 


        • Fergus Fergus 20 décembre 2014 14:30

          Bonjour, Dixneuf.

          Voilà un exercice auquel je ne me livrerais pas : il n’y a rien à ajouter ni surtout à enlever à ces petits bijoux que sont les fables.


        • Garance 19 décembre 2014 10:17

          Salut Cap’taine


          Mais alors nos socialos ne seraient que de grands enfants qui croient encore au Pére François ?

          Mais c’est grave çà.....

          C’est pire que çà : c’est catastrophique....c’est horrible....c’est.....les mots me manquent

          Les pauvres.... !!!

          Heureusement que 2017 va leur faire apprendre la vérité : 

          Le Pére François n’a jamais existé : c’était juste une illusion qu’ils s’étaient créée 

          • Fergus Fergus 19 décembre 2014 10:31

            @ Garance.

            « Mais alors nos socialos ne seraient que de grands enfants qui croient encore au Pére François ? »

            Ce syndrome ne touche pas que les socialos, il suffit de voir le comportement des militants de l’UMP vis-à-vis du calamiteux Sarkozy pour s’en convaincre.


          • Ruut Ruut 19 décembre 2014 10:39

            Bizarrement je vois toujours les yeux de mes enfants briller. Leurs jouets préférés sont des bouteilles vides, des bouts de bois une feuille et des crayons de couleurs. (bien sur TV et autres outils technologiques éteinte)


            • Fergus Fergus 19 décembre 2014 10:46

              Bonjour, Ruut.

              Je ne parle pas des jouets à la maison, mais des réactions des enfants devant les vitrines animées. Les jouets, les enfants savent qu’ils vont pouvoir les toucher, les manipuler, en faire des vecteur de leur créativité (même si ce n’est évidemment pas conscient chez eux). Devant les vitrines, ils sont passifs, et c’est peut-être là que réside ce moindre enthousiasme. Cela dit, rassurez-vous, il est encore des gamins dont les yeux brillent, mais ils semblent nettement moins nombreux et beaucoup plus petits.


            • Ruut Ruut 19 décembre 2014 10:49

              En effet les enfants grandissent plus vites de nos jours et sont plus rapidement désabusés.
              Regardez vos yeux, vous même avez perdu ce brillant, demandez vous pourquoi et surtout comment le retrouver et vous verrez vos enfants le retrouveront aussi.

              Amicalement


            • Fergus Fergus 19 décembre 2014 10:56

              @ Ruut.

              Il me suffit de voir mes petits-enfants pour avoir les yeux qui brillent !


            • mmbbb 19 décembre 2014 19:48

              si vous voulez emerveiller vos enfants et si vous passez a Lyon vous pouvez les emmener au muse de la miniature a Saint Jean et s ils sont en bas age leur faire un tour de manege au parc de la tete d or sur le Coroussel avec des animaux en bois tournant au rythme d’un orge de barbarie dont des automates tapent sur des cymbales Des decors peint a la main vous ammenent sur d’autres rivages Les enfants sur ce manege ,classe et restaure par la ville, sont un instant dans un reve et souvent ils ne veulent plus redescendre


            • Fergus Fergus 19 décembre 2014 20:10

              Bonjour, Mmbbb.

              Merci pour ces conseils. Et tant qu’à être à Saint-Jean, ne pas oublier de se promener dans les ruelles de ce quartier et du quartier voisin de Saint-Paul où, malheureusement, certaines des traboules ne sont plus accessibles. Quant au carrousel de la Tête d’Or, c’est incontestablement l’un des plus anciens et des plus beaux de France ; à voir absolument !


            • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 20 décembre 2014 14:14

              Bonjour Ruut, Bonjour Fergus et à tous,

              Vous m’avez, Ruut, coupé l’herbe sous les pieds : j’allais ecrire à Fergus que la magie n’est pas dans la vitrine mais dans l’oeil qui la regarde. Mais évidemment, il le sait.

              Le sujet est long. L’empire romain d’occident se casse la gueule, c’était inéluctable et y’a du dégât, pour faire court. Disons simplement que ça fait mal au nombril.
              Hier, à table, conversation. Noël est-elle religieuse, païenne, commerciale, ou tout simplement sociétale (tout à la fois, un repère fondateur, en gros) ?
              Les plus ardents défenseurs de la laïcité, celle qui interdit prières de rues ou bouts de chiffons sur la tête, ceux qui ont un arsenal législatif pour les soutenir, défendaient le Noël sociétal, au seul prétexte de la « magie familiale », sous couvert de barbe blanche et de manteau rouge, nous rapprochant d’une Laponie salvatrice et nous éloignant d’une Betléhem sacrée et trop chargée d’un mythe en voie de disparition. Vidée de sens. Le petit Jesus, c’est le coup d’envoi des paquets cadeaux, la fève de la galette de Noël.

              On peut garder les fêtes qu’on veut, moi aussi, j’aime bien la fête, la famille, les amis. Mais alors il faut apprendre à assumer cette schizophrénie ou au moins en garder conscience car les déphasages et la réalité de la bien-pensance actuelle détachent chaque jour un peu plus nos comportements à jamais des mythes fondateurs de notre civilisation.

              J’interprète l’ébullition actuelle (Noêl n’en étant qu’une des micro-bulles) comme une résultante de la prise de conscience de cette scission qui s’impose à nous, en faisant vaciller les uns après les autres nos repères et leurs références spirituelles. Saura-t-on et pourra-t-on inventer de nouvelles morales suffisamment « universelles » pour les remplacer ?

              Car à défaut, tout devient possible. Et permis, lol. Epoque ethnologiquement très intéressante, j’envie les historiens de demain. D’où viendront-ils ?


            • Fergus Fergus 20 décembre 2014 14:44

              Bonjour, Manu.

              Effectivement, la magie est dans l’œil de celui qui regarde, et cela vaut non seulement pour des décorations ou des animations de fête, mais aussi et surtout pour toutes les formes de l’Art.

              Pour ce qui est de l’esprit de fête de Noël, et de son contenu religieux ou païen, tout cela n’a guère de sens dans l’absolu, chacun y trouvant ce qu’il a envie (ou besoin) d’y trouver. Comme je l’ai rappelé plus haut en réponse à Gros Macho, Noël est en effet une ancienne fête païenne (celle du solstice) qui a été récupérée par l’Eglise avant d’être à nouveau récupérée par les tenants de la tradition laïque.

              Pourquoi se quereller ? Voyons-y l’occasion d’une fête œcuménique ouverte à tous, croyants, athées, agnostiques, réunis autour de cette belle idée d’une journée des enfants unique dans le calendrier. Et considérons les rares querelles comme des épiphénomènes sans importance.

              « pourra-t-on inventer de nouvelles morales suffisamment « universelles »  ? » Ce serait le signe que nous avons enfin les capacités de mettre en harmonie notre prétendue civilisation avancée avec nos pratiques sociales. J’espère... mais je doute... 


            • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 20 décembre 2014 17:12

              Bien sur, pas question de querelle aucune dans mon propos. Ni de désaccord, ni de consensus. Simplement de bipolarité. De bipolarité sur mesure. Pour éviter la folie et les questions.
              Noël n’est plus païenne par paganisme mais par consumérisme. La (les) récupération religieuse, sincère ou non, est un épiphénomène opportuniste et hypocrite, et rien n’est plus horripilant à mes yeux qu’un décret de bienfaisance minuté.
              Décrêter la trêve ne légitimise-t-il pas la guerre ?


            • Fergus Fergus 20 décembre 2014 17:45

              @ Manu Aguéra.

              « pas question de querelle aucune dans mon propos ».

              Je l’avais bien compris ainsi, ma réponse était d’ordre général.

              « décréter la trêve » revient en effet à reconnaître de facto qu’il y a conflit. C’est donc paradoxalement une attitude négative. En réalité il appartient à chacun d’agir comme bon lui semble, dans le respect des autres.


            • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 20 décembre 2014 20:52

              Y’a un goût d’oxymore dans cette dernière phrase, Fergus... Ca me fait penser à Paul Villach, qui se moquait allègrement des miens.
              Salut Paul, c’est Noël ici.

              Mieux que la trève, le couloir humanitaire, Fergus, la voilà la parabole adéquate. Tout-le-monde sait que ces derniers permettent, de part et d’autre ; les pires horreurs en toute bienséance. Je sias, c’est un défaut, ce besoin de formule, mais la voilà :
              .
              Noël, c’est le couloir humanitaire de fin d’année.
              .
              Ceci-dit, il n’est pas long : Un tournant, et crac, c’est le jour de l’an.


            • Ruut Ruut 19 décembre 2014 10:40

              A 3 ans le lancer d’Iphone et DS, ils adorent, plus que de l’utiliser.


              • Fergus Fergus 19 décembre 2014 10:49

                @ Ruut.

                A 3 ans, il y en a aussi qui savent se servir d’un IPhone, pour aller par exemple y chercher des images et de la musique.

                DS ? A part une vieille Citroën relancée récemment, je ne vois pas de quoi il s’agit en matière d’outil technologique...


              • Ruut Ruut 19 décembre 2014 11:00

                DS c’est la Nintendo DS.
                Les enfants l’adore car ils savent via l’écran tactile dés 2,5 ans s’envoyer leur gribouillage l’un a l’autre.

                En plus elle semble résistante, vu les coups qu’elles prennent et le fait qu’elles fonctionnent encore c’est miraculeux.
                C’est le modèle avant la 3d qui ne supporte plus les nouveaux jeux.


              • Fergus Fergus 19 décembre 2014 11:21

                @ Ruut.

                Merci pour ces précisions.


              • alberto alberto 19 décembre 2014 10:45

                Salut Fergus,

                C’est marrant, mais j’ai comme l’impression que c’était surtout toi qui avait le plus envie d’y retourner les voir ces fameuses vitrines animées des GranMags !

                Tenter de retrouver tes émotions d’antan ? Voir si ça marche aussi sur tes petits-enfants ? (Mais là, tu devais déjà avoir un petit doute...)

                Au fait, tu as croisé des Chinois ?  smiley)

                Bien à toi 


                • Fergus Fergus 19 décembre 2014 10:55

                  Salut, Alberto.

                  Eh bien non, détrompe-toi, ce n’était ni mon épouse ni moi qui avions envie de retourner voir ces animations, mais la météo ne favorisant pas une sortie au bois de Vincennes ou au Parc floral (brouillard et allées gadouilleuses), l’idée d’aller voir ces vitrines nous est venue après que nous soyons allés la veille effectuer une course dans le secteur de l’Opéra.

                  Des Chinois, j’en ai vu, mais peu nombreux. En revanche, j’ai entendu parler italien, anglais, allemand et russe.

                  Bonne journée.


                • juluch juluch 19 décembre 2014 11:00

                  Bonjour Fergus


                  Oui Noel a bien changé depuis notre enfance ou les jouets étaient plus basiques et il y avait beaucoup moins de pub pour cette période.

                  C’est commercial comme toutes les fêtes. Les animations ont aussi évolués au fil du temps et des goûts....c’est comme ça. smiley

                  Mais je trouve que la magie est encore là.

                  Pour moi c’est le meilleur moment de l’année.

                  Merci pour votre article.

                  • Ruut Ruut 19 décembre 2014 11:06

                    Oui, c’est comme pendant Halloween lorsque nous avons réunis tous les parents et enfants de l’école pour une ballade nocturne en groupe dans le quartier, les enfants avaient leur yeux brillants et se sont régalés a braver les interdits de tous les jours ponctuellement.
                    Se coucher tard, crier dans la rue, sonner aux portes et recevoir des friandises, et se déguiser.

                    Le plus important n’est pas le contenu, mais l’ambiance.
                    Un gamin se moque d’avoir un jouet électronique, il luis préfèrera toujours un détritus trouvé dans la rue.
                    Le plus important et de leur apprendre a partager car ça permet de jouer ensemble ce qui est bien plus drôle que de posséder sans partage.

                     


                  • Fergus Fergus 19 décembre 2014 11:12

                    Bonjour, Juluch.

                    Je pense qu’effectivement la magie est encore là, au moment de Noël, lorsque les gamins, tout excités, attendent le passage du Père Noël ou découvrent leurs jouets devant le sapin le lendemain matin. Sur ce plan, seuls les jouets et les jeux ont changé, à la fois plus beaux et plus nombreux. Quant aux yeux de enfants, ils brillent toujours autant dans ces circonstances.

                    Pour ce qui est des spectacles et animations en extérieur, il n’y a plus la même curiosité, le même émerveillement. Il est vrai que les enfants sont nettement plus gâtés qu’avant en la matière, entre les sorties avec l’école ou avec les parents dans les parcs d’attraction ou les lieux très attractifs comme la Cité des Enfants à La Villette ou le Palais de la Découverte.


                  • Ruut Ruut 19 décembre 2014 12:40

                    Je ne dirait pas que les nouveaux jouets sont plus beaux.
                    Les nouveaux jouets sont Juste moins résistants, en kit et moins durables.

                    Lorsque j’ai offert mes vieux jouets a mon fils de 3.5 ans, j’ai vue ses yeux briller comme jamais.
                    des majorettes en métal (Fabriquées en France) des voitures a frictions avant arrière fonctionnant parfaitement, mon vieux Goldorak.

                    D’ailleurs lorsqu’il doit choisir entre les nouvelles voitures en allu et les vieilles voitures en métal, il choisit toujours les vieilles fabriquées en France. Il est vrais que les vieilles Majorettes (Fabriqué en France) ont des détailles et des finitions que n’ont plus les Hot Wheels (Made in China) actuelles.


                  • Fergus Fergus 19 décembre 2014 13:04

                    @ Ruut.

                    Personnellement, j’achète quand je le peux de vieilles voitures en méta en bon état, à l’image de ce bon vieux taxi londonien acheté pour quelques euros il y quelques jours dans une brocante anglaise à Rennes. Mes petits-fils adorent ce genre de voitures. De même, effectivement, que les véhicules à friction anciennes ultra-résistantes.

                    Le joyau de mes propres voitures, je l’ai donné à mes petits-fils : il s’agit d’une voiture allemande de marque Prameta, une Jaguar XK120 en métal de 1954, équipée d’un moteur à ressort, remontable avec une clé métallique en forme de policier ; la voiture dispose de 5 rayons de braquage présélectionnables ainsi que de 3 vitesses avant et 1 vitesse arrière, également préselectionnables. Un bijou comme on n’en fait plus !

                    Pour ce qui est de Goldorak, mon propre fils a longtemps joué avec le sien avant de s’en faire un compagnon fidèle dans sa chambre.


                  • juluch juluch 19 décembre 2014 13:11

                    J’ai toujours mon Goldorak et mes majorettes !!


                    Beaucoup de jeux avec !!

                    On est en plein mélo les gars !!  smiley

                  • ZenZoe ZenZoe 19 décembre 2014 11:10

                    Bonjour,
                    Deux trucs me frappent dans les commentaires :
                    - on y parle de personnages politiques qui n’ont à ma connaissance rien à voir avec Noël,
                    - on y parle de façon désabusée, cynique même, de ce que Noël est devenu.

                    Et si c’était nous les adultes les « coupables » ? Si c’était nous qui l’avions perdu cette faculté de s’enchanter de tout et de rien ?
                    Les mômes nous regardent, et que voient-ils ?
                    Des gens qui râlent sans arrêt, Hollande, Merkel, Tartempion, qui ramènent tout à la politique, qui déplorent le présent pour regretter l’avenir...
                    Et si on faisait un effort pour vraiment fêter Noël et la nouvelle année prochaine ? Et si on laissait de côté quelques jours les grands problèmes de la France et du monde ? Et si on se laissait porter par les lumières qui restent quand même belles, les sourires des touristes heureux d’être là eux, les automates Burberry, et si on se faisait nos propres bûches de Noël avec des nains en pâte d’amande dessus, et si on pétait doucement les plombs en chantant du Tino Rossi en mettant la bûche au four ?
                    Les mômes nous regardent, et ils nous copient. Il faut se souvenir de ça. Ils nous copient.
                    Joyeuses fêtes à tous, et vive le vent, vive le vent d’hiver, et les guirlandes illuminées...


                    • Fergus Fergus 19 décembre 2014 11:20

                      Bonjour, Zenzoe.

                      Je suis d’accord avec vous, Noël n’a rien à voir avec la politique : c’est une fête des enfants, et fort heureusement, les petits sont à mille lieues des préoccupations de leurs parents, et ils doivent le rester. Pour cela, il importe en effet que nous, les adultes, soyons aptes à décrocher un temps des contingences quotidiennes pour faire de ce moment une trêve dédiée aux gamins. Malgré de grandes difficultés économiques et un avenir sombre, des parents de condition très modeste y parviennent. C’est cette attitude qui devrait servir de modèle à tous.


                    • Surya Surya 19 décembre 2014 18:13

                      Bonjour Fergus et Zenzoe,


                      Zenzoe je suis entièrement d’accord avec vous, et si les enfants sont, en principe, à mille lieux des préoccupations des adultes, ils entendent malgré tout leurs conversations le soir à la maison, car ils ne sont pas sourds. 

                      Pas plus qu’ils ne sont aveugles lorsque la télé est allumée sur le journal de 20 heures et qu’ils voient à longueur de soirée des horreurs, des mauvaises nouvelles, des gens dans la misère... que ne cherchent même pas à leur cacher leurs parents. Ils sont aussi déprimés, voire dépressifs, que les adultes, en fait. 

                      Et tout à coup, une fois l’an, ils sont supposés d’un coup de baguette magique, retrouver le sourire, la joie de vivre, s’émerveiller, redevenir des enfants sur commande des adultes ? 

                      Non, il ne faut pas s’étonner qu’ils soient de moins en moins émerveillés. Nous vivons dans un monde qui tient de moins en moins compte de leur présence, ils comptent pour du beurre, les publicitaires et autres, pour ne citer qu’eux, ne se posent jamais la question de savoir si les enfants ne vont pas regarder ce qu’ils placardent sur les murs de la ville, etc... Bref, on les jette dans le bain depuis leur plus tendre enfance, de moins en moins tendre. 

                      Il y a quelques mois à Paris on a vu une affiche dans le métro pour je ne sais plus quel film d’horreur qui venait de sortir, ne me demandez pas le nom car je l’ai oublié, mais même moi qui suis adulte j’étais profondément choquée, c’était vraiment horrible à voir, et j’ai été obligée de détourner le regard dès que ma vision périphérique repérait la présence de l’affiche quelque part. Alors vous imaginez, si c’est un gosse qui regarde cette affiche, le traumatisme qu’il va éprouver, en silence, et qu’il va garder pour lui ? 

                      Et après ça, on leur demande de s’émerveiller devant des vitrines de Noël ??

                      Quand j’étais gamine, non seulement on n’avait pas ce genre d’affiches dans les rues, ça ne serait venu à l’esprit de personne de montrer des trucs pareils, mais je n’avais même pas le droit de regarder les actualités à la télé. Ca n’était pas pour les enfants, me disait-on. Et c’est tellement vrai ! 
                      Aujourd’hui, on dit : « oh la la, faut pas exagérer, ils sont pas en sucre, quand même ! » Eh bien si, ils sont en sucre. 

                      Sinon, pour ce qui est des couleurs et pour conclure sur une note un peu plus marrante, on sait au moins devant quelle couleur les petites filles sont supposées s’émerveiller. 
                      Je me suis amusée à poster ça ce matin sur Twitter, regardez : https://twitter.com/Surya1900/status/545871678757437440

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès