Comme chaque site propose à l’utilisateur de participer et de donner son avis, vous êtes vite tentés de le faire un peu partout et n’importe quand. Mais un futur employeur n’appréciera pas forcément de constater que vous donniez votre avis sur le dernier film durant vos heures de travail !

Vous pouvez aussi être filmé à votre insu ou penser que le film réalisé par un ami ne quittera pas la sphère privée et découvrir plus tard la publication du document sur Internet. L’image diffusée peut aussi avoir été retravaillée, vos propos sur une bande son sortis de leur contexte et votre message s’en trouver transformé.

Certes, vous disposez d’un droit à l’image et d’une protection de votre vie privée mais il est des cas où le mal est fait. La rumeur peut vous causer du tort. Certes, la loi vous autorise à exercer votre droit d’opposition (de retrait) à un texte qui vous cite, et ce même si vous en êtes l’auteur, mais sachez que cela peut être long et fastidieux d’obtenir gain de cause. La loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, a été modifiée par celle du 6 août 2004. La version annotée est disponible ici.

Un moteur comme Google garde en cache des pages qui ont été supprimées. Il y a donc un risque pour que des documents que vous croyez avoir fait disparaître puissent réapparaître ailleurs. Une information, diffusée puis retirée, n’interdira pas à la rumeur de suivre son cours, au texte d’être repris, etc.

Petit à petit, au fur et à mesure de votre utilisation d’Internet, votre profil numérique se dessine. Il peut être très différent de ce que vous êtes vraiment mais il peut vous nuire ou vous servir.

Une majorité d’employeurs et de recruteurs, en France, rechercheraient les noms des candidats dans les moteurs de recherche. Ce chiffre serait plus important encore aux Etats-Unis.

De nombreuses personnes s’estiment protégés parce qu’elles utilisent des pseudos. Certes, un anonymat réel est possible sur Internet mais il faut disposer de solides connaissances informatiques et être particulièrement vigilant.

Par ailleurs, une personne qui a le même nom que vous peut avoir des propos condamnables. On peut aussi imaginer qu’une personne usurpe votre identité pour vous causer du tort.

Personne ne vérifie l’identité réelle d’un commentateur. Certains appellent à l’utilisation de services permettant d’attester votre véritable identité. Mais ce système est difficile à généraliser.

Il est donc indispensable de vérifier régulièrement ce qui se dit sur vous sur Internet, surtout si vous cherchez un emploi. Si une personne vous critique ou vous met en cause, il vaut mieux être informé et répondre, plutôt que de prendre le risque que votre employeur ou votre entourage s’en saisissent avant vous.

L’information tourne sans cesse sur Internet et, par son rôle d’amplification, le Web permet à la mémoire d’être sans cesse réactivée. Vous ne pouvez plus espérer que des informations disparaissent et vous avez tout intérêt à réagir à ce qui se dit contre vous. Du moins, vous avez intérêt à savoir que cette info existe pour préparer une réponse plutôt que de l’ignorer.

Certains pensent que par le biais des pseudos, ils assurent leur anonymat. C’est discutable et j’y vois un inconvénient. Sur le plan professionnel, d’ici quelques années, votre totale absence du Web pourra amener un employeur à s’interroger sur les raisons réelles de cette absence et devenir un handicap à l’embauche, surtout dans certaines professions.

Puisque le droit à l’oubli n’existe plus, puisque d’autres constituent pour vous votre profil numérique, il est urgent que vous gériez votre image sur Internet. Puisqu’il s’écrira des choses sur vous, choisissez ce que vous voulez voir apparaître et réagissez quand ce sont des calomnies. N’oubliez pas que les positions extrêmes que vous prenez aujourd’hui sur le Web pourront vous être reprochées demain.

Le Web est une vitrine où l’internaute est devenu... l’objet principal d’observation.