Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Vous avez dit crise du logement ?

Vous avez dit crise du logement ?

Ca y est ! On y arrive ! Les hommes et femmes politiques vont enfin faire quelque chose pour nos clochards, que l’on a « humainement » rebaptisés SDF.

 

Mais reste à savoir ce qui va être fait et surtout s’il ne va pas s’agir encore une fois de passer la pommade sur une fracture dite sociale, terme qui revient ces jours-ci comme un boomerang.

Car si on se limite au cas des sans-logis et que l’on se dit qu’il suffit de construire des logements pour leur donner un toit, le projet ne sera qu’un placebo. En effet, il faudra alors trouver les moyens de financer la construction de nouveaux logements sociaux, déterminer les collectivités qui en prendront la charge et les sanctions à prendre en cas de non-respect des engagements de l’Etat. Et tout ça avec une baisse générale des impôts, nous dit-on.

N’est-ce pas là une vision simpliste et électoraliste des événements ?

Car, le problème du logement en France est bien plus complexe. Qu’est-ce qui obligent les gens à vivre dans la rue ? La précarité de leur emploi ou bien la faiblesse de leurs revenus ! Mais pas seulement, comment ne pas voir dans l’explosion des prix du marché de l’immobilier, que ce soit en matière de location ou d’acquisition, une éminente raison de la crise que traversent ces individus. Le fait que les prix aient augmenté a incité des hommes et des femmes à réclamer des logements sociaux et ainsi allonger la liste des demandeurs sur un parc immobilier insuffisant. Comment expliquer autrement la présence de logements laissés vacants dans la plupart des grandes villes de notre pays ?

Et si les prix ont augmenté dans le centre des villes, c’est parce que les gens fuient la périphérie de celles-ci, apeurés par la menace des cités, parfaitement véhiculée par les médias et les politiciens. Bien sûr, ce n’est pas la seule raison. Il est évident que cela ne fonctionne pas pour les littoraux où les gens achètent par volonté de confort. Mais il ne faut tout de même pas négliger ce phénomène de crainte si l’on veut construire un vrai plan social concernant le logement.

Maintenant cette crainte est-elle fondée ? Bien sûr qu’il y a des problèmes dans certains quartiers, on ne peut le nier. Mais, là aussi, n’est-ce pas la création de logements regroupant les personnes issues de la même immigration qui crée cette insécurité ? Comment intégrer des immigrés et leurs enfants quand on crée des Tombouctou sur Seine et des Casablanca sur Loire ? Comment se sentir français quand tous les voisins de pallier ont des origines identiques ? Et quelle réponse donne-t-on à ces Français immigrés de 2ème ou 3ème génération ? On rase et on construit au même endroit ! Et oui ! Il ne faudrait pas mélanger : il ne faudrait pas voir de tâches noirs dans un paysage blanc !

Pour étayer mes propos, prenons le cas de quelques communes. Dans la commune où je réside, comme dans bon nombre d’autres villes, on détruit les anciennes tours pour construire en leur place des tours neuves et plus petites. Oui, plus petites, pour que l’on les voit moins quand les automobilistes arrivent à proximité de cette bourgade de 10000 habitants : ça fait moins pauvre. A contrario, dans le centre-ville, on laisse des promoteurs immobiliers construire des résidences cossues dans des quartiers chics. N’aurait-il pas été plus intéressant de construire en ces lieux des logements réservés aux travailleurs sociaux ? Si l’on veut de la mixité sociale, il faut faire les efforts nécessaires pour la créer !

Et au-delà de la mixité sociale, qu’en est-il de la diversité culturelle dans ce pays ? Quand cessera-t-on de parquer les Français d’origine africaine dans les mêmes quartiers ? Le Ministre de la cohésion sociale Jean-Louis Borloo a obligé, depuis 2002, les communes à respecter l’engagement de détenir dans le parc immobilier 20 % de logements sociaux. Ce que la plupart d’entre elles s’attachent à faire. Mais si je prends l’exemple d’une bourgade bourgeoise située au Sud d’Orléans qui ne possédait pas suffisamment de logements destinés aux classes modestes, certes, elles en a bâtis beaucoup, mais elle a distribué ces logements à des Dupont, des Durand. Peu de français d’origine africaine ou asiatique dans ces quartiers ! Pareil dans beaucoup de villes où il y a des quartiers « sociaux » réservés aux « Français » et d’autres aux « Autres » ! On peut donc aisément se poser de la question des conditions d’attribution des logements sociaux en France.

Le problème posé par les « Enfants de Don Quichotte » et autres associations de lutte contre la précarité ne risque pas d’être résolu avec des propositions d’urgence telles celles qui vont être prochainement débattues à l’Assemblée. Tant que l’on ne résoudra pas le problème de la fluctuation excessive de l’immobilier locatif et privatif, tant que l’on aura pas résolu le problème de la fuite des quartiers sensibles pour cause d’insécurité, tant que l’on aura pas créer dans nos villes une véritable mixité culturelle et sociale, on ne pourra pas espérer supprimer du paysage urbain les vagabonds et clochards en tout genre !


Moyenne des avis sur cet article :  2.86/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • Fred (---.---.155.75) 4 janvier 2007 14:26

    J’ai vecu a San Francisco ou les « projects » equivalents de nos logements sociaux sont inclus dans la ville. Ils s’agit de batiments de 2 etages a echelle humaine. Quel est le constat ? Ces logements sont aussi peuples aussi par les minorites, il n’y a aucune mixite avec les alentours. Quand vous passez devant, vous voyez les images cliches de jeunes assis devant sur les marches qui n’ont pas travail et qui vous regardent de travers ce qui fait que la fois d’apres vous passez par ailleurs.

    Vous croyez que l’etat cree des Tombouctou sur Seine et des Casablanca sur Loire. Ce n’est qu’une partie de la verite. Sachez que les gens cherchent naturellement a se rassembler par culture car il y a un sentiment de connu qui est protecteur. La moitie de mes amis aux US etaient Francais comme 75% des amis de ma femme sont Americains ici a Paris. Lorsque j’etais etudiant a Bordeaux, les gens de differentes origines essayaient de se rassembler par culture dans les cites universitaires.

    La mixite, ce n’est pas d’avoir des gens de cultures differentes qui vivent a cote les uns des autres. Les gens veulent tellement la mixite qu’ils en oublient qu’elle n’est pas toujours possible. Que croyez vous qu’il va se passer si l’on met 20% de logement sociaux a Neuilly ? 20% de personnes vont de retrouver a vivre dans un quartier ou les prix sont plus eleves et donc obligees d’aller faire leurs courses ailleurs, ou les gens vont les regarder de travers et ou ils vont regarder les gens de travers si bien que vous allez creer des jalousies et des tensions.

    La mixite se creera quand les immigres ne seront plus des gens peu qualifies qui sont obliges de vivre dans les logements sociaux. Quand l’immigre sera le docteur que vous allez voir, l’architecte qui dessine votre maison, le pilote de votre avion... il ne sera plus vu comme un citoyen de second classe. Nous ne voulons pas de l’immigration choisie. En France nous n’aimons pas la selection, resultat des courses les etudiants de fac sont moins bien vu que les grandes ecoles, les immigres sont vu comme des citoyens de second classe.


    • Frédo45 Frédo45 4 janvier 2007 18:55

      D’accord avec vous sur le fait que naturellement, les gens se regroupent par connaissance (et non pas par communauté, on vient en France en y rejoignant un parent, c’est souvent cela qui détermine le choix d’une ville) mais, jadis, les Espagnols, les Portugais et les Polonais par exemple, se regroupaient par famille, certes, cependant ils vivaient dans des quartiers habités par des Français et, de plus, leurs enfants avaient une chance d’en sortir. Mais aujourd’hui, difficile de quitter la cité HLM quand on y est né. Tel est la constat qu’on se doit de faire ! Et l’argument des prix trop élevés dans certains quartiers est juste une excuse pour ne pas que Mamadou parcourt les mêmes trottoirs que Charles-Henri !


    • Fred (---.---.155.75) 5 janvier 2007 10:09

      « D’accord avec vous sur le fait que naturellement, les gens se regroupent par connaissance (et non pas par communauté, on vient en France en y rejoignant un parent, c’est souvent cela qui détermine le choix d’une ville) mais, jadis, les Espagnols, les Portugais et les Polonais par exemple, se regroupaient par famille, certes, cependant ils vivaient dans des quartiers habités par des Français et, de plus, leurs enfants avaient une chance d’en sortir. Mais aujourd’hui, difficile de quitter la cité HLM quand on y est né. Tel est la constat qu’on se doit de faire ! Et l’argument des prix trop élevés dans certains quartiers est juste une excuse pour ne pas que Mamadou parcourt les mêmes trottoirs que Charles-Henri ! »

      Les HLMs existent depuis bien des annees. La difference majeure est que les fils et filles des migrants Europeens peuvent passer pour des Francais de part leur couleur de peau et leur culture qui est proche de celle des Francais. Ca n’a pas empeche la segregation pendant de nombreuses annees mais ceci se passait a une epoque ou les gens pouvaient trouver du travail sans forcemment avoir une forte education.

      L’immigration actuelle provient de pays en voie de developpement ou sous-developpes pour des emplois peu qualifies. Ces pays ont des cultures differentes et une notion de la famille differente qui passe souvent par la conception de nombreux enfants. Il est difficile en France de vivre correctement avec beaucoup d’enfants ; ca coute cher, il faut les surveiller, les occuper, les encadrer scolairement...Les enfants ne sont pas forcemment pousses aux etudes et donc les emplois qui leur sont proposes sont faiblement renumeres et ils souffrent de discrimination de part leur couleur de peau.

      Les gens sont contre l’immigration choisie car elle a des cotes pervers mais elle permet de faire venir des immigres plus qualifies qui auront des postes a responsabilites qui peut permettre de changer cette association immigre-citoyen de second classe. Je suis toujours effare de voir la reaction des Francais quand ils entendent une langue etrangere dans la rue, on a l’impression de venir d’une autre planete et pourtant ce n’est que l’anglais que je parle. Aux US par exemple, tout le monde (mis a part quelques cas) s’en fichait que je sois Francais ; j’etais un individu comme un autre.


    • Frédo45 Frédo45 5 janvier 2007 13:08

      « L’immigration actuelle provient de pays en voie de developpement ou sous-developpes pour des emplois peu qualifies. Ces pays ont des cultures differentes et une notion de la famille differente qui passe souvent par la conception de nombreux enfants. Il est difficile en France de vivre correctement avec beaucoup d’enfants ; ca coute cher, il faut les surveiller, les occuper, les encadrer scolairement...Les enfants ne sont pas forcemment pousses aux etudes et donc les emplois qui leur sont proposes sont faiblement renumeres et ils souffrent de discrimination de part leur couleur de peau. » L’immigration provient de pays en voie de développement mais ça a toujours été le cas. L’Espagne, le Portugal et la Pologne étaient des pays d’une pauvreté extrême ! Et les familles étaient nombreuses également. Rares étaient les familles italiennes ou espagnoles de 2 ou 3 enfants ! De plus, entre un Maghrébin et un Andalou, la différences n’est pas toujours facile à faire !

      L’immigration choisie est inhumaine car elle traite les hommes comme des produits. Il faut peut-être qu’on y prenne goût car avec l’ultra-libéralisme et le comportement de certains chefs d’entreprise, c’est déjà un peu le cas ! Mais je suis désolé, je m’y refuse. Je refuse l’idée qu’on trie les hommes selon leur niveau soco-professionnel. Ou alors bientôt, on acceptera le fait qu’on mette les fils de riches dans un collège et les fils de pauvres dans un autre. mais c’est vrai que certains le proposent !


    • Fred (---.---.155.75) 5 janvier 2007 15:54

      Meme si la natalite etait importante chez les Espagnols et des Portugais (30% plus importante que les Francais a l’epoque), elle l’etait moins chez les Italiens (8%) alors que les chiffres actuels sont plus proches de 50-60% par rapport au taux de natalite des populations Noires ou Maghrebines. Il faut preciser qu’apres la premiere generation, les taux de natalite s’accordent avec les autochtones.

      Les individus sont deja traites comme de la marchandise en ce qui concerne l’emploi, immigres ou pas. L’immigration choisie a l’avantage de procurer au pays d’accueil des individus dans les secteurs qui requierent de la main d’oeuvre et donc de ne pas surpeuples certains secteurs (avec les problemes de faible renumeration associes) et en laisser d’autres vacants. L’immigration choisie doit s’accompagner d’une politique d’aide au developpement du pays d’ou provient l’immigre.


    • Frédo45 Frédo45 5 janvier 2007 18:08

      Donc vous acceptez ce système qui consiste à faire de l’individu un produit. Bravo de l’assumer ! Peu le font. Mais si on accepte le fait que l’humain devienne un produit, comment croire au fait qu’en échange de leur compétence, on va les aider à se développer ? D’un côté vous êtes très lucide sur ce qu’est l’immigration choisie et d’un autre très naïfs. Je reviens également sur ce que vous dîtes à propos des deuxième génération d’immigrés qui souvent ont le même nombre d’enfant que les Français. C’est aussi le cas avec l’immigration africaine, je vous signale. Donc vos propos précédents sur leur nombre de gosse ne tient pas . Rappelons enfin qu’heureusement que la natalité dans les familles d’immigrés est assez importante car cela deviendrait une catastrophe démographique pour notre société si ce n’tait pas le cas.


    • (---.---.159.82) 8 janvier 2007 12:35

      A la différence qu’aux USA tout le monde est immigré, à part les indiens qui on été en grande partie massacrés pour régler le problème. En France, avec les polonais, les italiens et autres européens, il n’y avait pas plus (ni moins) de problèmes qu’avec ceux qui changeaient de région (pendant la guerre 14-18, les femmes, les enfants et les personnes âgées du Nord de la France qui étaient évacués dans le sud étaient appelés par les autochtones : « les boches du Nord ») de plus, bien que nombreux, ils n’étaient pas des millions avec des coutumes très différentes des français. Ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, pour avoir une idée de leur nombre, il suffit de savoir que lors de « la fête du mouton », 1,5 millions de moutons sont achetés pour être égorgés, je pense que même en quelques jours ils doivent être plusieurs pour manger un mouton. Et on ne voit par ce biais que les musulmans, français ou non, certes mais qui n’étaient pas là il y a cinquante ans. Sur une population de 60 et quelques millions d’ habitants recensés, il faut « un certain temps pour les assimiler » (comme pour le canon qui se refroidit). Cela donne pas mal de travail dans le bâtiment pour logement sociaux, surtout si « le robinet reste ouvert ». Dans ce cas, ils ne reste qu’une solution, faire comme en Algérie, faire venir des entreprises chinoises, qui travaillent pendant que les futurs habitants « s’appuient sur le mur » qu’on vient de leur construire, le problème c’est que nous, nous n’avons pas de pétrole pour payer.


    • mcm 4 janvier 2007 15:34

      @L’auteur

      Bon article, curieux que l’analyse simple : « hausse des loyers + baisse des revenus = hausse de SDF » ne soit jamais présentée de cette manière claire, le calcul tombe sous le sens et cloue les langues de bois.

      Il nous montre à quel point les politiques qui soulèvent le temps des élections, la honte de l’existence des SDF, se contrefoutent en fait de ce problème qu’ils n’ont pas traité en trente ans de pouvoir.

      La crise du logement est constatée depuis des annèes par les médias et les sondages, comme d’habitude quasi-rien de fait par les politiques.

      Les députés dorment à l’assemblée si encore ils y passent travailler, Ségolène Royal et tant d’autres n’assistent pas régulièrement aux séances de l’assemblèe alors que tous sont payés pour y assister.

      Les législateurs n’ont plus besoin de violer la loi pour escroquer le peuple, ils modifient la loi pour pouvoir le faire en toute légalité.

      Il convient de virer tous ses politiques incompétents qui ne savent que se gaver de l’argent publique sans garantir aucun résultat à la France.

      La France n’a aucun retour sur investissement avec cette sombre clique de parasites, qui entend maintenant nous imposer une autre clique à entretenir, celle de l’Europe.

      Comme si en multipliant le nombre des députés incompétents on allait résoudre les problèmes qui précisemment sont apparus du fait de leur incompétence !

      Si la France ne commence pas une grande lessive politique en 2007, c’est à dire la mise à la porte de tous ses incompétents, l’hémorragie va continuer et la masse grandissante d’exclus devra alors faire valoir ses droits par la force, puisque la législation ne lui permet plus de de renverser cette maffia légale qui s’est emparé du pouvoir.


      • (---.---.236.32) 4 janvier 2007 16:55

        Ce problème restera ingérable !

        Encore de belles promesses électorales, alors que tout le monde se renvoie la patate chaude. Pour l’instant, les maires n’ont pas vraiment réagi, ça ne saurait tarder. Eux les responsables en bas de la chaîne...

        L’abbé Pierre nous l’a fait comprendre. Non ? Et que c’est-il passé en 40 ans ? rien à part du bénévolat, plein de bonnes intentions, mais qui déresponsabilise l’État.

        Alors, ne rêver pas trop, dans 20 ans nous en reparlerons... pendant ce temps, nous évitons les sujets qui fâchent, tellement nombreux !

        Regardez les derniers amendements Dadvsi ! point mort, enfin tous coupables ! c’est plus simple et ça rapporte. Mais, nous sommes volontaires puisque qui ne dit mot consent !... Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres...


        • Guillaume le citoyen Guillaume Morin 4 janvier 2007 17:18

          Le droit au logement, si je me trompe, à une valeur constitutionnelle, nan ?


          • (---.---.178.235) 4 janvier 2007 17:36

            Oui ! bien sûr et depuis longtemps !

            Et alors ? Rien de nouveau sous le soleil ! Les lois sont faites pour être contournées ! pas pour être appliquées...

            Alors la constitutu turlututu... Et bonne année.


          • (---.---.27.197) 4 janvier 2007 18:35

            Il y aura toujours des SDF de toute façon. smiley


            • AVEVA 4 janvier 2007 21:58

              La chambre d’hotel à 800€/mois c’est nous qui payons.

              En province on trouve des appartements convenables pour 300€/m2 (loyer en rapport).

              Même à Evry il y a des logements sociaux vident.

              Mais les SDF ou = veulent habiter PARIS, ben voyons...

              Tous ces gens qui débarquent avec leur marmaille, comment étaient-ils logé là-bas dit ?

              On les fait tous venir et on va chez eux, enfin pas tout de suite mais vos enfants ça leur pend au nez...


              • Frédo45 Frédo45 5 janvier 2007 13:10

                Vous réagissez comme si tous les SDF étaient des immigrés. Or ce n’est pas le cas ! Bien sûr, c’est encore la faute des immigrés. « Ils nous volent notre travail. Ils crachent sur nos institutions et maintenant, ils nous volent nos maisons ! » Mais sont-ils des diables ?


              • AVEVA 6 janvier 2007 15:09

                Non seulement tous les SDF ne sont pas des immigrés mais tous les immigrés ne débarques pas avec une marmaille. J’ai un voisin Portugais qui a 2 enfants, ne sait ni lire ni écrire (le français) a fait construire un pavillon (grâce à son travail de jardinier au golf) lequel vient de se vendre 450000€.


              • AVEVA 6 janvier 2007 15:10

                lire : débarquent


              • (---.---.175.107) 5 janvier 2007 01:44

                Tant dans le domaine du logement que dans celui de l’intégration, gauche et droite ont échoué successivement depuis plus de 30 ans, faisant miroiter aux immigrés un eldorado fictif. L’UMPS est responsable de cette misère.

                La précipitation avec laquelle le gouvernement Villepin-Sarkozy veut mettre en œuvre un droit au logement opposable révèle en réalité l’échec patent de l’UMP.

                Cette nouvelle disposition lancée à quelques semaines des élections législatives montre qu’en 5 ans les gouvernements de M. Chirac ont été incapables de réduire la précarité qui frappe les Français. Rien n’a été fait pour maîtriser les effets néfastes de la mondialisation et pour construire des logements en nombre suffisant.

                Aujourd’hui les membres du gouvernement cherchent à se dégager de leurs responsabilités en reportant la charge du logement des plus défavorisés sur leurs successeurs et sur les élus d’autres collectivités.


                • urban_warrior 5 janvier 2007 23:41

                  Le problème des sans-abris est ingérable...Il ne suffit pas d’être sensibilisé à la question pour penser s’approcher de sa résolution...Le coeur s’emeut mais la tête doit continuer à penser...Or, si nos sociétés n’évoluent pas en profondeur, chomeurs, sdf, pauvres, inégalités diverses vont s’accroître inéluctablement (jusqu’à quel point ??)...Et ce n’est ni un homme politique de droite ni une femme politique de gauche qui peut résoudre quoi que ce soit ; tout au plus quelques fluctuations mineures peuvent donner l’impression que tel paramètre particulier évolue...Mais à long terme, la tendance sera mondialement inéluctable...Le chaos est en marche...Il suffit d’attendre ou de repenser d’urgence certaines notions considérées comme essentielles comme démocratie, démographie, accès et partage des ressources.........


                  • polo (---.---.124.148) 8 janvier 2007 17:40

                    je vous souhaite de tomber de l’autre cote vous savez cest tres facile on verra alors comment votre condescendance et vos commentaires seront d’un coup moin fluide fils a papa


                    • (---.---.229.236) 8 janvier 2007 17:56

                      Quand on est pauvre, on reste au moins polis.


                    • Danton (---.---.171.236) 9 janvier 2007 04:04

                      L’argent roi est au pouvoir...triste monde. Nos enfants auront le droit de penser que nos valeurs puent. Alors ils présenteront l’addition et je ne crois pas que nous aurons le culot d’avoir notre conscience pour nous. Car, dans ce monde , on ne fait que passer...

                      Avoir des problèmes de « gens éternels » nous montrent à quel point nous sommes petits.

                      Une vraie société intelligente se construit avec un désir de justice, de beauté et d’HArmonie.

                      Qu’on ne me disent pas que ceux qui passent en Mercedes devant une tente de sdf peut toujours dire que c’est la faut e des autres si le monde ne tourne pas rond.

                      Je n’aimerai pas être dans la peau de certains.

                      Engraissez vous brave gens, il sera bien temps de vous mettre au régime après l’indigestion qui arrive.


                      • polo (---.---.86.56) 9 janvier 2007 16:55

                        et ben

                        mon seigneur

                        on ne s’attaque pas a vous parce que vous etes riche non non

                        particulierement avec une economie de rente basée sur le marché du sommeil, sur le prix du cailloux

                        on s’attaque a vous

                        parce que vous etes justement pauvre et vous ne le savait meme pas et qu’on va droit dans le mur

                        de vrais cons aux commandes

                        et ca c’est au dessus de nos forces on ne supporte pas

                        et puis


                        • armand armand 17 janvier 2007 11:03

                          Le problème est surtout celui du renchérissement démentiel de l’immobilier à l’achat ou même en location dans les centre-villes, et la disparition du « logement social de fait » par la rentabilisation du moindre mètre carré. Déjà de vastes quartiers populaires du centre de Paris ont été rayés de la carte et jamais rebâtis dès les années 30. Et la rélégation en banlieue, toujours plus loin,n’est pas une solution car elle est source de stress, de fatigue, et, on s’en aperçoit enfin, de pollution.


                          • judel.66 12 juin 2007 22:08

                            fredo 45 ...j’arrive un peu tard ...fredo que pensez vous des + values créées par giscard elles ont immediatement arrété l’expantion française pour plaire aux promoteurs qui ralaient de voir des particuliers gagner de l’argent sans fiscalité en vendant ou revendant de l’immobilier ...il y a 500000 Fraçais qui maintenant seraient prets a financer un logement s’ils savaient pouvoir le vendre sans + values ..merci giscard !!!.........que pensez vous de la csg et de l’ISF ..un propriétaire bailleur entre ses revenus locatifs dans ses revenus bien sur ! mais aussi paie la csg en + sur ces revenus et encore en + l’ISF sur la valeur du logement loué !!.et vous voulez que des particuliers achetent pour louer ???.plutot aller placer son argent a l’etranger où, bien sur ,il ne fera pas travailler l’ouvrier Français et ne construira pas du locatif en France !!!.merci la gauche d’effaroucher les investissements Français !.et la France est a vendre aux investisseurs etrangers et l’emploi Français fragilisé !!!.....


                            • Frédo45 Frédo45 13 juin 2007 12:06

                              L’impôt sur les plus-values ne touchent que les réisdences secondaires, il me semble. Or quand vous êtes capables de payer uen résidence secondaire, c’est que vous avez pas mal d’argent. Donc, je ne vais pas plaindre ces personnes qui profitent actuellement fortement de l’explosion des prix. De même pour les propriétaires bailleurs qui paient la CSG. Qui a le plus d’argent, le propriétaire ou le locataire ? Faut-il favoriser les gens qui ont de l’argent ou ceux qui n’en ont pas ?

                              Votre pensée donc : favoriser les riches pour aider les pauvres à mieux vivre : étonnante comme réflexion !!!


                            • judel.66 14 juin 2007 23:23

                              aveva arretez de retarder comme stasi ..un portugais est un européen et un ressortissant de la communauté ..il ne saurait etre un immigré en europe ..pour soutenir cela aujourdh’ui il faut etre ou stasi ou de gauche etroite ...aujourdh’ui un immigré c’est un non européén il faut revoir votre vocabulaire !!! .......................fredo reflechisez si vous effarouchez l’argent il fout le camp en suisse et ne fait pas travailler l’ouvrier Français ,,ne construit pas du locatif en france d’où chomage et crise du logement et la France est a vendre aux investisseurs etrangers qui rapatrient leurs dividendes sans payer le moidre impot en France ..la France se saigne et se ruine ..l’etranger vient en France pour capter nos secrets de fabrication ,notre savoir faire , nos clientèles ...au bout de peu de temps il délocalise emportant tout y compris parfois les machines amorties aux frais du contribuable Français...actuellement les entreprises Frnçaises appartiennent a presque plus de 50% a des fonds etrangers , le problème du logement ne les interresse pas et l’emploi Français est fragilisé ... en dehors de stauss-khan les socialistes n’ont pas compris ça...simple question,que pensez vous du lachage d’arcelor par ses actionnaires etrangers ???et que pensez vous du suicide du grand monsieur Jallatte.... !!!


                              • judel.66 16 juin 2007 00:25

                                fredo ,une precision ,l’ISF contrairementace que vous donnez l’impression de croire est assis sur tout le patrimoine de l’assujetti...logements loués ,placements assurance vie .. etc ! cest plus qu’une déclaration de succession car l’assurance vie ne sort du patrimoine du souscripteur que lorsquil est mort !!!!de son vivant, elle entre dans son patrimoine,chose que beaucoup ignorent .l’ISF c’est l’inquisition,et c’est bien pour ça que les Taittinger ont tout vendu a un americain et sont pour la plupart partis en suisse...chaque fois que de l’argent Français s’enfuit a l’etrnger la masse monétaire française diminue d’autant ; la France se saigne et notre déficit exterieur augmente...la gauche ne comprend pas ces notions elementaires de sciences eco ...


                                • nass000 9 juillet 2007 07:55

                                  il ne faut pas oublier que ce qui fait peur dans les cités ce sont les « caiilleras » (pas forcément des mauvais types mais ce terme désigne ici "ceux qui restent en bas des immeubles) et effectivement leur présence froide, virile et trop présente pourrit un peu l’ambiance, un climat de parano(des 2 cotes) envahissant les cités.

                                  mais tout ça pour dire que le racisme,qui va au dela des loisirs (boite de nuit) mais s’étend dans le monde du travail (encore plus important) concerne les enfants d’immigrés qualifiés, il ne faut donc pas faire l’amalgame, c’est très grossier. (sans parler de la folie économiquement parlant de laisser tant de main d’oeuvre qualifiée inutilisée et démotivée) De plus, un patron (s’il est humain) n’a pas le droit de ne pas vouloir d’un arabe dans son équipe, il doit le recevoir en entretien et lui dire ce qui ne lui plait pas dans son comportement le cas échéant.


                                  • nass000 9 juillet 2007 08:10

                                    de plus, concernant la mixité sociale, bien évidemment qu’elle est nécessaire, ne sentez vous pas la frustration des cités ? (sujet que l’on pourrait largement développer)

                                    Si un enfant nait dans un milieu avec une certaine culture (française) et grandit dans un collège avec pas mal d’occitentaux, bien évidemment qu’il va prendre gout à cette culture qu’il va peut être mixer à la sienne et qu’il sera parfaitement intègre, j’en suis la preuve vivante et j’ai pourtant grandi dans un collège très « africanisé » ! (un enfant ne nait pas formaté à rester avec « les siens »)

                                    Dernier point, on ne se sent pas super bien dans une cité (surtout à cause de cette césure « racaille »/« reste du monde » difficile de briser la glace et personne ne se sent bien, les « racailles » (terme qui ne ce veut pas forcément péjoratif ici)ayant pris pocession du territoire)

                                    et bien malgré cela, une grande intelligence et sincérité sort parfois des cités (regardez le slam) ceci due au coté populaire et pas du tout prétentieux de ces habitants qui développent grace à cette simplicité d’être, parfois une grande spiritualité (je ne parle pas ici de religions mais d’intelligence brute qu’on appelle aussi sensibilité).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès