Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Voyous dans les quartiers ghettoïsés français

Voyous dans les quartiers ghettoïsés français

Les VOYOUS dans les QUARTIERS GHETTOÏSES FRANCAIS, c'est dû aux laximes divers et à la « Faute des différents gouvernements ! ! ! ».

Choisir un titre pour parler des minorités de jeunes en errance qui sèment le « boxon » et le bordel dans les banlieues des grandes villes françaises n'est pas très évident. Les jeunes des cités n'ont pas un mauvais fond. Il y a une minorité de racailles qui perturbent la sérénité des différents locataires et entraînent des situations de chaos et de peur. Des familles entières se retrouvent en insécurité du fait que la police ne vient pas dans ces quartiers. Elle ne passe qu'occasionnellement parce qu'elle se retrouve coincée par des décisions administratives émanant des hommes politiques timorés qui ne connaissent rien de la vie de ces familles harcelées au quotidien.

D'où a t'on vu une poignée de délinquants, dealers ou autres jeunes voyous « en échec scolaire » fouiller des habitants qui rentrent dans leur immeuble HLM ? Sous le prétexte que ces locataires et leurs familles viendraient les espionner. Clichy-sous-Bois, Epinay, Sevran, La Courneuve, Bobigny, Stains, Noisy-le-Grand, et bien d'autres villes de banlieue dans le Val d'Oise ont des quartiers où les habitants vivent dans un climat d'insécurité permanente. Est-ce normal ? Les habitants français entendent dans les médias, le président-candidat Sarkozy émettre des observations sur la sécurité qu'il n'a pas mis en application durant Cinq ans. Il prend les citoyens pour des idiots. Que connaît-il de la vie d'une famille qui vit au Clos Saint-Lazare, ou d'une autre qui vit dans le quartier Toulouse Lautrec, ou du quartier les Camenberts ou les 4000 ou les 3000 ou les Francsmoisiens (rénovés depuis peu) où des racailles ont installé leurs commerces et font leur loi. Les habitants du quartier se retrouvent contraints de suivre sagement le mouvement, sinon ils vont se faire agresser et menacer. Sarkozy est un champion de la polémique, il parle de tergiverser, finasser, au sujet de ses adversaires, il parle de protection des français alors qu'il n'en a cure. En quoi a t'il protéger les citoyens durant ces cinq années de gouvernance. Il n'a rien fait de concret. Les personnes ont toujours peur dans leur quartier. Il ne faut pas oublier que ce cher Président de la République a réduit les effectifs de police. Or ces derniers (les policiers) sont importants dans les déplacements et autres rondes qui font dans les quartiers, ils rassurent la population et peuvent ainsi faire ce qui est essentiel, la protéger. Les trafiquants peuvent ainsi se déplacer vers d'autres lieux et non pas s'installer impunément.

Il ne faut pas stigmatiser les jeunes des cités, ceux qui gênent les habitants correspondent à une poignée d'individus. Ce sont les mêmes qui font les rodéo, qui conduisent comme des fous furieux, qui harcèlent, et j'en passe. Cette même poignée d'individus roulent dans des gros bolides ou des voitures hors de prix, sans travailler, ou alors au crochet de la société par le biais du RSA. Quiconque connaît le montant du revenu de solidarité active socle, doit savoir que ce n'est pas cette somme attribuée indûment à certaines personnes qui permet de vivre à ce train dispendieux. Sarkozy avait laissé entendre lors de sa première candidature en 2007 qu'il y aurait des contrôles des richesses acquises sans travailler, il n'en a rien été. Il suffit de traîner dans les banlieues ou sur les autoroutes et autres périphériques parisiens pour voir cette poignée de jeunes flambeurs, qui sont pour beaucoup au RSA. C'est méprisant de la part de nos dirigeants pour toutes ces personnes (femmes volontaires et autres hommes) qui font des ménages dans les entreprises françaises pour des salaires injurieux de 500 à 700 euros. Ces personnes se lèvent tous les jours à des heures matinales de quatre ou cinq heures du matin pour des contrats de temps partiel injustes.

Mohamed Merah qui a tué des personnes, méritait-il de vivre après ces meurtres ? Nous n'y croyons pas, vu la douleur qu'il a semé dans toutes ces familles. Il est évident que l'avis de ceux qui souhaitaient le voir mort, ne correspond pas au fonctionnement de la justice française. En sachant qu'aucune famille qui aurait vu un des siens assassiné par ce « démon », n'aurait accepté de le voir aller en prison. Il a basculé dans la radicalisation islamite. Faut-il lui trouver une excuse ? Non. Pourquoi faut-il mettre son comportement déviant sur un quelconque ressentiment envers la société ? Pourquoi faut-il mettre la faute sur le quartier ghetto ?

Combien de jeunes s'en sortent dans ces quartiers dits difficiles ? Il ne faut pas oublier que ce sont les jeunes voyous qui contribuent à la stigmatisation de ces quartiers dits pauvres. Le meurtrier Merah a été tué, Sarkozy dit assumer tout ce qui s'est passé sur Toulouse, quelle honte ? Avoir passé près de trente heures pour aboutir à une exécution, triste bilan. Cette exécution aurait pu être réalisée dans les premières heures. Tous ces policiers, pompiers qui vont avoir des heures supplémentaires à payer ou éventuellement à récupérer. Le bilan du Président-candidat envers la délinquance est médiocre sur la période des cinq ans écoulés. Etre frustré ou avoir vécu dans un quartier ghetto ou zones urbaines sensibles (ZUS) ne mène pas systématiquement à la radicalisation ou à l'islamisation. Il est possible d'être immigré et intégré, sans avoir besoin de devenir djihadiste.

Le jeune assassin avait frappé la maman d'un jeune toulousain qui lui demandait d'arrêter d'endoctriner son fils. Elle a porté plainte, et rien n'a été fait par la justice. Cette femme exprimait la crainte dans laquelle elle vivait après son agression. Est-ce juste que la justice française ait abandonné cette femme à son triste sort. ?Tous les habitants (français d'origine étrangère) qui ont vécu dans ces ghettos (banlieues) français, ont pu connaître un niveau d'exclusion, de désespérance, de sentiment d'injustice, ces ressentiments ne les ont pas forcément entraîné à devenir des personnes embrigadés dangereuses pour les autres citoyens de la société. Il est temps pour les hommes politiques de comprendre qu'ils ne doivent pas abandonner les citoyens des banlieues. Ils doivent changer les règles, ou du moins les faire appliquer. Faut-il avoir peur d'agir envers les voyous sous le prétexte qu'il y aurait émeutes ou autre choses farfelus ? Il est temps pour la justice et la police de faire peur aux voyous. Que les hommes politiques laissent travailler les forces de l'ordre, en étant vigilant sur les abus qui pourraient dévier juste sur les délits de faciès et autres caractéristiques raciales ou confessionnelles.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • celui qui maugréé celui qui maugréé 26 mars 2012 11:17

    les GIR sont censés permettre de lutter contre les trafics et le crime organisés.

    Ces structures pensées et votées sous Jospin et mises en place sous Sarkozy devraient être la solution répulbicaine . Mais je m’étonne de n’avoir lu que récemment que l’on commençait il y a qlq années seulement à confisquer les biens mal acquis....

    Je suis de plus surpris que cette solution soit régulèrement réinventée au US et en euroupe en fonction des période alors que cette méthode date pourtant au moins des investigations aux USA contre al capone.

    D’où la question qui dérange : pourquoi cesse t on d’appliquer les bonne méthodes ? ne serait ce que parce qu’en remontant la trace de l’argent on aurai peut être alors
    1- la confirmation que l’argent du crime innonde la société
    2- que certains pays nous innondent de drogue
    3- que des hommes politiques ou des zones entières profitent de la manne ?


    • Hermes Hermes 26 mars 2012 11:30

      Bonjour,

       Vous pronez la peine de mort sans jugement (exécutions) , et vous définissez le rôle de la police comme étant de faire peur.

      Un monstre s’est manifesté. L’homme ne nait pas monstrueux. Un jugement aurait sans doute permis d’éclairer la génèse de ce monstre. C’est la violence et la peur qui créent les monstres, et il aurait été extrèmement éclairant de savoir par quel biais cette violence et cette peur ont tordu le psychisme de ce jeune homme. Nous n’avons pas la science infuse, et par cette exécution nous nous privons collectivement d’apprendre  : rôle familiaux, rôles instittionnels etc. Celà nous permettrait sans doute de mieux prévenir ces situations.

      En particulier vous ne faites aucun rapprochement entre les salaires de misère humiliants (que vous citez), les impasses sociales du néo-libéralisme, et les impasses psychologiques dans les familles.

      Ayez l’humilité d’avoir envie de comprendre au lieu d’appliquer la recette « exécutions et faire peur » qui sont la porte ouverte à une escalade. Je ne crois pas que vous ayez une mauvaise intention , mais l’émotion à chaud est mauvaise conseillère. Ceux qui nous gouvernent le savent et en profitent le plus possible.... dans leur intérêt personnel.

      Bonne journée. Cdt.


      • ffi ffi 26 mars 2012 18:57

        C’est la violence et la peur qui créent les monstres

        Non point ! C’est leur incapacité de résister à jouir de leurs perversions (dans ce cas, par leur auto-justification du vice, ce qui abolit l’interdit moral).
         
        Les vices non soignés finissent par bouffer tout sens moral.


      • Hermes Hermes 28 mars 2012 18:38

        Bonsoir,

        Je ne dirai pas à 100%, mais la grande majorité des personnes violentes sont celles qui ont subi des vilences dans leur jeunesse (psychologique ou physique). Les travailleurs sociaux qui se donnent la peine de creuser le savent.

        Sans aller très loin, celui qui se fait engueuler de façon injustifiée ou maltraiter au boulot, le premier qui le contredit hors contexte, en général il se lâche dessus (franchement ou sournoisement). Le premier stade du désamorçage de la violence c’est de reconnaître ce mécanisme, de trouver ensuite un système pour décharger son énergie bloquée sans nuire à autrui. Le sport par exemple...

        Sur le plan psychologique, il y a moyen de détruire très facilement une personne, en ne lui laissant que la violence comme porte de sortie. Celà s’appelle la pédagogie noire. La violence qui en résulte, la victime peut la retourner sur elle-même si la charge morale est très forte (suicides d’ados), mais de façon égale elle risque de l’exercer sur les autres par la suite. A divers degrés, on trouvera là les cheffaillons apprentis collabos en tous genre.

        Le sujet a été porté au grand public par un livre célèbre : ’C’est pour ton bien’ de Alice Miller.

        Je vous recommande cette lecture éclairante.

        Bonne soirée.


      • Hermes Hermes 28 mars 2012 18:44

        Quand à ce que vous appelez la perversion et le vice, au delà de tout préjugé moral, je suppose que vous parlez de violence aussi : le plaisir lié à la déstructuration du psychisme (c’est à dire des liens entre l’émotion positive et la représentation de la personne humaine), donc une violence à soi-même finalement, et à l’appliquer sur le monde extérieur, c’est à dire une double destruction, intérieure et extérieure.

        Ce n’est qu’un cas particulier de ce que j’évoque.


      • Tall 28 mars 2012 18:47

        Hermes

        100% exact ... je le sais par expérience

      • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 1er avril 2012 17:55

        Ce n’est pas vous qui vivez dans ces cités où vous vous faites fouiller par les enfants des voisins « jeunes adultes » qui font peur aux locataires, donc s’il vous plaît « taisez-vous » au lieu de dire des âneries.

        La France est un Etat de droits, ce n’est pas aux voyous de faire peur aux citoyens qui ne leur demandent rien. Qu’ils aillent vendre leur drogues et autres produits illicites hors des cités pour laisser les gens tranquilles.


      • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 1er avril 2012 18:08

        Hermes, la peine de mort ne se prône pas, elle est censée être un outil contre les monstres de cet acabit. Quel intérêt de garder des pourritures pareilles en prison, celà mène où ? A part coûter cher à la société pour les nourrir, les permettre de faire du sport, et s’occuper d’eux sur tous les autres aspects. NON.

        Ce dont je suis sûr Hermes, je ne souhaiterai en aucune façon faire partie des meme bres des familles dévastées par un tel assassin. Quelle qu’en soit la raison, il ne méritait pas de vivre, maintenant si Sarkozy avait voulu le faire attraper, il disposait de tous les moyens pour le faire, il n’en a rien fait, pour aboutir à un échec.


      • Hermes Hermes 5 avril 2012 11:29

        Bonjour Antoine,

        Je suis comprend la dernière partie du message.

        Pour la première partie, c’est un problème d’enfoncer toute une catégorie de personnes (les jeunes des cités) dans une image de déchets humains, et en même temps de souhaiter un rapport de force (idée de faire revenir l’ordre par la menace).

        La force peut s’accepter et est constructive quand il y a une réelle bienveillance, sinon le rapport de force créée une solidarité du côté de la destruction. C’est ce que la police constate de plus en plus.

        Si vous vivez dans une cité où existent les problèmes qe vous mentionnez je vous conseille de déménager, car avec l’image que vous avez, vous vous ferez certainement agresser violemment tôt ou tard.

        Et celà vous confortera dans vos pensées. La peur est mauvaise conseillère.

        Bonne journée.


      • nenecologue nenecologue 26 mars 2012 12:18

        3 choses à faire :


        Légaliser le cannabis
        Faire réellement effectuer les peines de prisons prononcées
        Supprimer les allocations familiales des familles « à problèmes »


        • OMAR 26 mars 2012 19:22

          Omar 33

          Néné, je vous suggère encore mieux :

          -Arrêtez de fumer...
          -Allez aider à réinsérer les jeunes ayant commis un petit délit.
          -Trouvez du boulot aux personnes composant les familles à problème.

          Et puis, mettez un peu d’humanité dans votre coeur....


        • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 1er avril 2012 18:14

          Omar 33, trouver du boulot à quelqu’un suppose que cette personne ait une supposée formation où qu’elle ait envie de le faire. Vous savez qu’on ne peut forcer quelqu’un en Occident à effectuer le travail s’il ne souhaite le faire : Principe de la démocratie. Par contre en Afrique, si on veut forcer une personne à faire quelque chose, il y a diverses options ou outils pour contraindre quelqu’un ou quelqu’une.

          Ce serait génial de donner du travail aux désoeuvrés, encore faudrait-il qu’ils aient envie de bosser. Il ne faut pas non plus que certains dénigrent le travail en le prenant de haut. Comme s’il existait des sous-métiers.


        • Georges Yang 26 mars 2012 13:33

          J’avais écrit, « les pauvres peuvent être bêtes et méchants »
          Une minorité d’individus malsains pourrit la vie de leurs voisins, les « riches », les politiques, en dehors de professions de foi hypocrites, ne se sentent pas concernés, car ils ne vivent pas au contact de ces abrutis
          Aider les pauvres, c’est les aider à eradiquer les gangs, mais leurs chefs ont pignon sur rue et l’argent sale, quand il est blanchi, profite aussi à des gens "respectables
          Ceci est valable tant en France que dans les pays du Tiers-Monde


          • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 1er avril 2012 18:27

            Je suis d’accord qu’il s’agit d’une minorité d’individus, nous ne pouvons généraliser ; la généralisation consiste à réunir sous un concept commun des caractères observés sous plusieurs individus ou objets singuliers. Les caractéristiques retenues dans un concept ne sautent pas aux yeux, elles sont délibérément choisies, repérées, identifiées. Faut-il que cette situation triste perdure dans ces quartiers des cités ou certains coins sont infréquentables car ce sont des stations de vente ou de revente de diverses drogues. Il faut que les hommes et femmes politiques agissent et n’abandonnent pas les citoyens à leur triste sort.


          •  C BARRATIER C BARRATIER 26 mars 2012 16:44

            La démission des représentants de la République sur le terrain est un signe de peur, de lâcheté. Voir dans la table des news :

            « République laïque grignotée : tout accommodement dégénère »

             http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=212


            • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 1er avril 2012 17:57

              Je vous approuve sur ce point


            • Robert GIL ROBERT GIL 26 mars 2012 19:49

              Les personnes extérieures aux quartiers mettent tous leurs habitants dans le même sac, alors que si une grande partie de ces populations a les mêmes aspirations qu’un citoyen lambda, ils partagent aussi la même dépolitisation et la même résignation.............
              http://2ccr.unblog.fr/2012/02/14/la-banlieue-et-nous/


              • epicure 27 mars 2012 21:38

                D’un autre côté, je vois mal un fils de paysan de village qui n’a plus rien devenir terroriste islamiste tout seul.
                Si merah a planté les graines qui l’ont mené à ces crimes, il faut voire aussi le terreau dans lequel ces graines ont poussées, et sans lequel les graines n’auraient pas pu germer.

                Ce n’est pas dans des quartiers où les immigrés pauvres sont  : les maçons, les jardiniers et les femmes de ménage embauchés par les gens des quartiers, que ce genre de problème arrive. Et puis dans ces quartiers, s’il y a un problème, on appelle son ami le maire ou le commissaire, et le problème est résolu.

                La délinquance et la violence se trouvent dans les quartiers où les tensions liées aux inégalités sont les plus fortes, les excusions les plus manifestes. Cela a toujours été comme ça. Actuellement ce sont les quartiers où en général sont entassée l’immigration pauvre avec d’autres catégories populaires.

                De plus il se développe chez certains un discours clivant, contre le france, l’occident , contre l’intégration, qui transforme cultuellement ceux qui l’adoptent en étrangers dans leur pays. Ce discours se diffuse notamment dans une partie de la communauté musulmane, surtout les plus radicaux, dont les indigènes de la république se font les porte parole.
                Et ce genre de discours devient audible parce qu’il y a une exclusion de la part de la société, certains peuvent avoir l’impression que quoi qu’ils fassent la société leur ferme la porte (pas la bonne couleur, pas le bon quartier etc....).
                De façon imagée on peut dire que nous sommes en présence de deux réactifs chimiques qui peuvent déclencher une explosion, ou du moins une désintégration sociale.

                Merah est parfaitement responsable de ses actes, rien ne l’a obligé à acheter des armes, de pister des personnes pour les abattre.
                Mais il faut reconnaître que son environnement a contribué à l’amener vers cette voie, il l’a poussé vers des routes qui lui ouvraient le chemin de la criminalité, même si c’est lui qui a tracé la fin de son itinéraire.
                Il n’y a qu’un coupable, mais nombre de responsabilités dans la genèse du « monstre » qui ont diverses origines, sociétales, économiques, culturelles relationnelles, politiques etc..., qui additionnée favorise le glissement de certaines personnalité vers la criminalité voire le terrorisme.


                • chapoutier 1er avril 2012 18:57

                  L’avocate algérienne mandatée par le père de Mohamed Merah pour porter plainte contre le Raid, a affirmé dimanche à Alger détenir des preuves de « la liquidation » du tueur de Toulouse « pour que la vérité ne voie pas le jour ».
                  « Nous détenons deux vidéos identiques de 20 minutes chacune dans lesquelles Mohamed Merah dit aux policiers pourquoi vous me tuez ? (...) ‘je suis innocent’ »,
                  http://lci.tf1.fr/france/faits-divers/affaire-merah-l-etonnante-version-de-l-avocate-du-pere-du-tueur-7104824.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès