• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Vrais et faux débats sur le statut des fonctionnaires : les 9 idées (...)

Vrais et faux débats sur le statut des fonctionnaires : les 9 idées reçues

Il est légitime dans cette année d’élection présidentielle de se poser la question de l’utilité de notre fonction publique.

Cet article a pour objet de faire le point sur 9 idées reçues concernant le statut des fonctionnaires :

Coûtent-ils vraiment trop cher ? Sont-ils toujours en arrêt maladie ? travaillent-ils moins de 35 heures ? Le statut est-il obsolète ? Les fonctionnaires ont un emploi à vie ? Partent-ils plus tôt en retraite ? Ont-ils de meilleures pensions de retraite ? Sont-ils mieux payés que dans le privé ? Sont-ils moins bien payés mais trop nombreux ?

FAITES LE TEST DU « VRAI » , « FAUX » et voyez où vous en êtes de vos connaissances sur ce sujet clivant.

 

  1. Les fonctionnaires coûtent trop cher ?

 

En juillet 2016, une étude  a comparé la dépense publique française avec un groupe de pays témoins (Allemagne, Royaume-Uni, Finlande, etc.). Si la dépense publique moyenne de ces pays est de 51 % du PIB et celle de la France est de 57,5 %, cette étude va plus loin en identifiant les postes de dépenses qui justifient cet écart.

Vous avez un petit logiciel qui vous donne poste par poste les différences d’investissement dans la fonction publique en France et dans d’autres pays sur le site France STRATEGIE et que voit-on ? 

EN REALITE L’essentiel de la différence entre la France et le groupe témoin se trouve dans les dépenses de vieillesse et les dépenses de logement : aides à la pierre et aides personnelles au logement.

 Les dépenses de fonctionnement, rémunérations comprises, des administrations publiques sont de 1,2 point de PIB inférieures en France que dans le groupe de pays témoins (« La France a des dépenses de fonctionnement, qui englobent à la fois les rémunérations directes et les consommations intermédiaires, plus basses que celles du groupe témoin »).

Les fonctionnaires coûtent-ils trop chers  ? Au lieu de répondre dogmatiquement à cette questions, le véritable enjeu, notamment à l’occasion de l’élection présidentielle est de se demander collectivement quelle action publique nous voulons et pour quelles finalités ?

Tailler dans les dépenses de façon systématique comme prétend le faire Monsieur FILLON ne constitue pas un programme crédible, c’est un SLOGAN !

Ne pas vouloir faire de « catalogue de mesures » comme le soutient Monsieur MACRON c’est évidemment se soustraire au débat et pouvoir retourner sa veste sans se soumettre à la comparaison des promesses et des actes qui a causé la mort politique de Monsieur Hollande .

D'autres candidats présentent des mesures concrêtes à droite comme à gauche. Le vote Fillon au second tour des primaires de la droite a ouvert un espace pour un des candidats du large spectre de la gauche, mais lequel choisir "that is the question" …..

 

2 - Les fonctionnaires ne « foutent » rien et se mettent en maladie pour un oui ou un non ?

 

POUR UN DELTA DE 2% , VRAI encore que ... 

Si l’on prend les salariés du public et du privé ayant eu UN SEUL arrêt de maladie dans l’année  (par exemple pour la grippe qui ne fait pas le tri entre fonctionnaires et salariés du privé) °nous constatons via l’enquête Conditions de travail 2013 publiée dans le Rapport annuel de la fonction publique 2016 que les salariés dont l’arrêt maladie a été le seul de l’année SONT à 68% du public contre 70% du privé.

MAIS FAUX CAR LA STATISTIQUE A UN BIAIS, cet écart de 2% entre privé et public n'est analysé

  • NI en fonction de la particularité des emplois,
  • NI en fonction du vieillissement de certains effectifs
  • NI enfonction des conditions d’exercice difficiles dans certains secteurs : travail en extérieur par exemple, les métiers à fort engagement physique, risque vital existant comme pour les pompiers, les militaires de carrière etc....).
  • De plus, certains métiers de la fonction publique sont très exposés aux foyers de maladie : personnels hospitaliers, enseignants, professionnels de la petite enfance, etc...

Bref, il faudrait affiner les statistiques pour être pertinent surtout à 2% près ….

 

3 La durée légale du travail n’est pas respectée dans les fonctions publiques ?

 

FAUX : La durée légale de travail est de 1 607 heures pour les salariés comme pour les fonctionnaires et les contractuels de la fonction publique.

Cette durée est réduite par les droits à REPOS tenant compte certaines contraintes de services :

  • 36,7 % des agents de la fonction publique travaillent, le dimanche et les jours fériés fut-ce occasionnellement , contre 25,8 % dans le secteur privé ,
  • 17,5 % travaillent la nuit, contre 14,5 % dans le secteur privé .
  • La plupart des fonctions publiques ont des « comptes épargne temps » car souvent les heures supplémentaires effectuées ne peuvent être récupérées par manque de personnel pour les roulements  : c’est le cas dans les hopitaux, chez les policiers. Agora vox a eu de nombreux témoignages en ce sens.
  • Un certain nombre d’agents, dont les cadres encadrants, sont au forfait jours exactement comme dans le privé. Dans la réalité, ils travaillent souvent bien au-delà des 35 heures, sans être rémunérés pour autant en heures supplémentaires.

Ces rythmes de travail spécifiques sont la conséquence directe des obligations de service public et ne sont PAS compensés par une rémunération complémentaire comme dans le privé mais PAR UNE RECUPERATION des heures supplémentaires effectuées et le respect DU REPOS OBLIGATOIRE journalier et hebdomadaire, comme dans le privé.

Donc ce n’est pas parce que votre voisine, infirmière à l’hôpital est à la maison, qu’elle travaille moins que vous. Elle est en récupération d’un travail de nuit ou d’heures supplémentaires.

La différence avec le privé c’est qu’on ne peut pas dissimuler les heures supplémentaires dans le public en les payant sous forme de frais de déplacement, par exemple, ou en ne les payant carrément pas, ce que mes fonctions de conseillère prud’homale m’ont permis de constater dans le privé.

 

4 Le statut de fonctionnaire est obsolète ?

 

FAUX : il y a une double nécessité à ce statut

  • Ce statut a été conçu pour répondre aux besoins d’adaptation du service public et de déploiement des fonctionnaires sur tout le territoire.

La flexibilité est de règle dans la fonction publique  : récemment, 8 000 agents des administrations déconcentrées de l’État ont été concernés par une fusion des régions. Parmi eux, en à peine un an, 2 000 ont changé de fonction et 400 de lieu de travail, soit un total de 30 % des effectifs ce qui serait absolument impossible dans le privé.

Une telle rapidité d'évolution des fonctions et lieux de travail sur un aussi grand nombre d’agents n’est possible qu’en vertu du statut.

 Vous ne pouvez en aucun cas changer de fonction un salarié du privé sans son accord et finalement n'a-t-on pas dans le public la préfiguration des protections qui devraient exister dans le privé contre une flexibilité totale ? 

  • Ce statut, et notamment la garantie de l’emploi, sert aussi à protéger les fonctionnaires contre tous types de pressions.

L’indépendance des fonctionnaires permet l’égalité de traitement des citoyens. Cela ne concerne pas que les fonctions dites régaliennes (police, justice, impôts, etc.). Toute fonction de contrôle (exemple  : respect des normes, handicap), d’instruction (exemple  : permis de construire), de délivrance d’aides, d’accueil du public, etc. exige un traitement égal et donc l’indépendance de celui qui l’exerce.

Bref les fonctionnaires sont les garants de la bonne application des lois à la population et pour cela il doivent pouvoir aller contre leur propre hiérarchie et contre les corrupteurs externes.

 

5-Les fonctionnaires ont la garantie de l’emploi à vie ?

 

VRAI pour les titulaires

FAUX pour les vacataires et ils sont très très nombreux susceptibles de perdre leur emploi du jour au lendemain avec le programme FILLON

  • Dans la fonction publique d’état vous aviez 375 652 contractuels en décembre 2014
  • Dans la fonction publique territoriale vous aviez : 364 199 contractuels en décembre 2014
  • Dans la fonction publique hospitalière vous aviez : 202 778 contractuels en décembre 2014

Personnellement sur 17 ans de fonction prud'homale j'ai vu des agents vacataires aux greffes .... pendant 17 ans ! Une situation pareille aurait permis dans le privé la requalification des emplois en CDI.

 

6- Les fonctionnaires partent plus tôt en retraite ?

 

FAUX : cette situation a été rectifiée  par le rapprochement des règles entre les fonctionnaires et les salariés du privé, l’âge moyen de départ en retraite tend à être le même  : 61,1 ans dans la fonction publique d’État, 61,8 ans dans la territoriale, 59,8 dans l’hospitalière et 62,3 ans pour les salariés relevant du régime général.

Comme dans le privé, les départs en retraites anticipées sont liés à des compensation de la pénibilité des fonctions présentant une dangerosité ou une pénibilité particulière du fait des conditions de travail :

Le départ en retraite anticipée existe pour les sapeurs-pompiers professionnels , les militaires, les douanes ou les policiers, les gardiens de prison, les égoutiers, aides-soignants, …

Sont prises en compte les fatigues particulières qui pourraient affecter gravement la sécurité des populations si on n’en tenait pas compte. Il s’agit par exemple des contrôleurs aériens, où des métiers réglementés dans le privé comme dans le public comme les pilotes d’avions.

Dans le privé le compte pénibilité, inclus dans le compte personnel, d’activité permet également des départs en retraites anticipées.

Problème, Monsieur FILLON par exemple, souhaite supprimer cette disposition. 

L’équivalent du compte de pénibilité existe donc dans la fonction publique si votre affectation est classée sous la rubrique « CATÉGORIE ACTIVE » 

Donc si vous avez un voisin fonctionnaire qui part en retraite avant l’âge ordinaire demandez-lui, quel était son activité.

 

7- Les pensions de retraite des fonctionnaires sont plus intéressantes

 

FAUX en fait le taux de remplacement est équivalent que l’on soit dans le public ou le privé.

En effet, le taux de remplacement – rapport entre le montant de la première pension et le montant du dernier mois de la rémunération salariale – est de 72,1 % pour les fonctionnaires et 73,8 % pour les salariés du privé (personnes nées en 1946 ayant une carrière complète).

Pourquoi ce résultat alors même que les modalités de calcul semblent plus intéressantes   ? POUR DEUX RAISONS :

  • D’une part, parce que le calcul de la pension des fonctionnaires ne prend pas en compte les primes (plus de 22 % du traitement brut en moyenne) À noter  : les agents publics ne perçoivent aucune prime de départ à la retraite.
  • d’autre part, parce que les fonctionnaires n’ont pas de régime complémentaire à la différence des salariés du privé (Arrco-Agirc).

Les contractuels de la fonction publique relèvent du régime général (CARSAT) comme les salariés du privé et bénéficient d’une retraite complémentaire (Ircantec).

 

8- les agents publics sont mieux payés que salariés du privé

 

FAUX En moyenne, entre la fonction publique et le secteur privé, il n’y a pas de différence.

  • L’évolution salariale du point de la fonction publique est restée bloquée de 2010 à 2016
  • Les complémentaires de santé ne sont pas prise en charge par les employeurs du public alors que c’est devenu obligatoire dans le privé.
  • En fait, il y a de grands écarts salariaux entre les trois fonctions publiques ce qui rend toute comparaison avec le privé difficile, notamment parce que dans la fonction publique d’État, les fonctionnaires relèvent de la catégorie A CADRES pour plus de 55 %, : il faudrait pouvoir comparer avec les entreprises du privé recrutant 55% de cadres…. Ce n’est pas aisé.
  • Inversement, dans la fonction publique territoriale les 3/4 des agents appartiennent à la catégorie C ouvriers.

Enfin le décile le MIEUX PAYES a un salaire 2.35 fois plus important dans la fonction publique que le décile le moins bien payé alors que pour le privé on frôle le coefficient 3 en moyenne et que les écarts peuvent être stratosphériques dans certaines entreprises au point de déclencher des scandales.

 

9 Les fonctionnaires sont moins bien payés MAIS ils sont TROP nombreux

 

FAUX : Cette idée est démentie par les données chiffrées publiées par plusieurs organismes (OCDE, Insee).

La France a 80 fonctionnaires pour 1000 habitants. Pour porter un jugement sur ce chiffre il faut rappeler que la France a une démographie territoriale particulière en Europe  : le pays est grand, la densité de population est peu élevée mais par contre n’y a pas de désert de population.

En conséquence, par souci d’un accès égal aux services publics sur tout le territoire on déploie ces services pour un nombre réduit de personnes : regarder le détail région par région est intéressant c’est ce travail qui a été fait par « l’internaute » . Par exemple en Rhône Alpes on est à 76.6 mais en Auvergne à 88.2.

C’est un choix politique qui justifie cette situation, mais le principe est actuellement, en France, que tout le monde accède facilement aux services publics et il faut reconnaître que chaque fois que l’on essaye de déplacer un service, il y a un lever de boucliers. Je me souviens notamment du lever de bouclier occasionné par le transfert du TGI de Bourgoin-Jallieu à Vienne ... par exemple. In fine le TGI est resté à Bourgoin-Jallieu.

Malgré ce problème territorial évident, la France ne s’en sort guère plus mal que les USA qui ont 70 fonctionnaires aux États-Unis pour 1000 habitants avec de grandes étendues désertiques et de grandes villes où la gestion administrative peut être centralisée.

De petits pays scandinaves sont aussi mieux dotés : il y a 145,4 fonctionnaires au Danemark pour 1000 habitants, 129,4 fonctionnaires en Finlande pour 1000 habitants.

En France, les fonctionnaires représentent environ 8 % de la population totale et 20 % de la population active parmi eux il y a beaucoup de contractuels en CDD.

Par ailleurs, au-delà des chiffres globaux, il faut aussi regarder la répartition des fonctionnaires entre les différentes fonctions publiques : Dans la fonction publique d’État, le nombre de fonctionnaires a diminué. Par effet de vases communicants, cette diminution a provoqué une augmentation dans les collectivités territoriales puisque les services assurés par l’Etat ont été transférés aux collectivités territoriales.

Le problème serait donc plus les modalités de décentralisation que le nombre de fonctionnaires.

A l’occasion de la présidentielle, il serait plus efficace de déterminer les SERVICES PUBLICS que nous voulons préserver, plutôt qu’essayer comme Monsieur FILLON d’élargir la base de son électorat sur la base d’un slogan, ou de rester dans une prudente réserve quant à l'évolution du nombre de fonctionnaires par type de fonction publique comme le fait Monsieur MACRON.

Je préfère personnellement un Monsieur DUPONT-AIGNAN pourtant très à droite et un Monsieur MELENCHON pourtant très à gauche qui ont tous deux un projet clair du rôle de la fonction publique et des services à renforcer. La flexibilité du service public que l'on a vu à l'oeuvre lors de la fusion des régions permettrait sans doute de doter les services prioritaires, moyennant renforcement de la formation continue. 


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

102 réactions à cet article    


  • lautrecote 24 janvier 15:57

    Spartacus ?
    Perceval ?

    Vous êtes là ?


    • leypanou 24 janvier 16:06

      Article très argumenté : bon à lire.
      Merci à l’auteur.


      • gogoRat gogoRat 25 janvier 15:51

        Oui !

        et ça nous montre enfin ce qui tient lieu d’arguments à tant de celles et ceux qui, d’ordinaire, snobent toute critique par la seule tarte à la crème d’une ’jalousie de celles et ceux qui n’auraient pas su réussir les concours’ ...

         La définition des Idées reçues délimitées ici constitue avant tout la charge du procès d’intention conçu par l’auteur. 
        Ces suppositions, plus ce qui tient lieu d’argumentation contre ces ’idées reçues’ supposées deviennent par contre des faits avérés qui nous permettent par contre de juger, concernant l’auteur, non pas des suppositions de notre cru, mais des propos que chacun peut constater !

         

         La seule question digne d’intérêt étant de savoir comment, dans une supposée démocratie d’égalité en dignité, on pourrait maintenir des statuts différents ...
        le couplet de l’auteur à ce sujet vaut le détour !

         

         Gageons que si ces ’arguments’ étaient sincèrement ceux qui défendent de tel statuts, il y a belle lurette qu’au minima un Revenu Minimum d’Existence serait appliqué en France, au grand bonheur des Français qui redouteraient beaucoup moins une flexibilité à géométrie variable selon le statut ...
         Mais gageons aussi tout de même qu’une ’argumentation’ aussi ubuesque n’est, de la part de l’auteur, qu’une facétie chafouine, juste destinée à nous donner le plaisir de lire les réactions beaucoup plus sérieuses d’une Armelle !


      • gogoRat gogoRat 25 janvier 18:54

         Déjà en 2014, on lisait : ’Le vrai taux de chômage en France, c’est 19,2%’

        cf http://www.usinenouvelle.com/editorial/le-vrai-taux-de-chomage-en-france-c-est-19-2.N310181

         Et cet article :
         Vrais chiffres chômage décembre 2016, 1300 chômeurs de plus, malgré 317700 radiations ce mois
         ... montre qu’une proportion bien plus grande encore de Français , non assistés par un statut (ie une non égalité en droit !!), vit une réalité assez incompatible avec les postures intello osées dans le présent article !


      • carnac carnac 26 janvier 17:34

        @gogoRat

        effectivement je suis « chafouine » et prend plaisir à lire les réactions des uns et des autres , et effectivement , je m’intéresse « revenu universel » dont le premier étage pourrait trouver son support dans le compte personnel d’activité. qui dit « activité » dit toute activité .... peut importe le statut .... un joli moyen de dépasser les clivages .... 

        Notre « Armelle » s’est enfuie de la fonction publique CELA NE VEUT PAS DIRE QUE DANS TOUTES LES FONCTIONS PUBLIQUES il y a problème cependant je dois reconnaître que l’état « employeur » qu’il soit de droite ou de gauche est un si mauvais manager que j’ai vu des dépressions très graves dans le public justement à cause de l’emploi « à vie » qui rend une reconversion difficile.

        Maintenant pour la réorganisation du public , le statut est un avantage pour l’Etat employeur, pas forcément pour les fonctionnaires qui se trouvent moins bien traités que n’importe quel salarié du privé en cas de restructuration .... et je vous parle en connaissance de cause j’ai été licenciée pour cause économique deux fois et deux fois pour restructuration, l’entreprise se dirigeant vers des créneaux qui n’étaient pas de ma spécialité ...

      • Etbendidon 24 janvier 16:25

        Article partial à la limite de l’escroquerie intellectuelle
        Les vacataires de la FP sont des contractuels et en aucun cas des fonctionnaires qui eux sont titulaires.et invirables sauf faute très lourde !
         smiley
        Rien sur la gabegie des finances publiques, des doublons des triplons ...
        Rien sur la haute fonction publique (catégorie A et ENA) qui est un SCANDALE
        Rien sur les fonctionnaires hyper payés de l’AN, du Sénat et du CESE ???
        Rien sur la gabegie du ministère des AE ?
        Rien sur le tropisme de généraux et de colonels
        Rien sur le tropisme de commissaires de police de controleurs généraux de directeurs etc ...
        Rien sur les planqués du ministère de l’EN qui n’ont jamais vu un élève
        Rien sur le personnel administratif des hopitaux souvent plus nombeux que le personnel soignant
        Rien sur les fonctionnaires de l’agriculture en passe d’être plus nombreux que les agriculteurs !
        Rien sur les plus hautes rémunérations du minsitère des finances et des primes exhorbtantes accordées à certains intouchables (et NET d’impôts)
        Bon je m’arrete là
        Y A DU SERIEUX NETTOYAGE A FAIRE
         smiley


        • Alren Alren 24 janvier 17:54

          @Etbendidon

          Les hauts fonctionnaires « hyper payés » sont le pendant public des cadres et patrons hyper-payés du privé contre lesquels vous n’avez rien à dire !!!

          Ils savent, ces hauts fonctionnaires, que leurs privilèges tiennent à leur soutien au capitalisme et à leur docilité face aux directives du pouvoir surtout en répression des petits fonctionnaires dont ils sont séparés par un gouffre.

          Mettre tout ce monde dans le même sac est une aberration.

          Les fonctionnaires titulaires sont « invirables » sauf faute lourde
           : pourquoi « virer » quelqu’un qui fait bien son travail ? Parce qu’il n’est pas de droite ?

          Toutes les enquêtes d’opinion montrent que les Français sont massivement satisfaits des agents des grands services publics.

          Et si certains sont légitimement mécontents de l’inefficacité des administrations, ce n’est pas la faute du guichetier ou de la guichetière qui les reçoit mais celle de cadres qu’ils ne verront pas, obéissant à des directives supérieures inspires par la politique.


        • carnac carnac 24 janvier 18:43

          @Etbendidon
          Cet article n’a pas pour objet de discuter de l’organisation territoriale et des fonctions publiques associées mais simplement du statut de fonctionnaire quelle que soit la fonction publique concernée ...


          En effet il y a des doublons des triplons territoriaux mais les candidats ne sont pas tous d’accord sur ce qu’il convient de faire : certains optent pour les régions , d’autres les départements , d’autres les communautés de communes et Monsieur MACRON par exemple est tenant des métropoles + régions dans les zones urbanisées et des départements dans les zones restées agricoles .... 

          c’est un sujet d’article EN SOIT , pourquoi ne nous gratifiez-vous pas d’un article illustrant vos propos ?

          je conviens avec vous qu’il y en a ici et là très certainement des organisations à revoir , notamment parce que des décisions de réduction des effectifs par le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux n’ont pas été associées à une réflexion sur la réorganisation des services ...

        • Etbendidon 24 janvier 20:39

          @Alren
          Réaction gogovoxienne typique de mauvaise foi confondante
           smiley
          1) on parle ici de la FP pas du privé !
          2) où avez-vous que je n’ai rien à dire sur les salaires mirobolants des super patrons du GAC 40 ?
          Ils ne sont que 40 rien à voir avec les centaines d’énarques et leurs avantages de caste (sans parler des polytechniciens du corps des mines !)
          Les patrons de PME gagnent moins de 10000 euros mensuels pour 80 heures de taff par semaine et un tas de responsabilités pénales ou civiles
          3) Enfin on est sur gogovox

          Staline était un horrible tyran !

          Ah ah, et Hitler c’était quoi alors ?

          ^^

          Castro est un dictateur qui a éliminé sans pitié ses adversaires politiques

          Oooooh,  et, et Pinochet c’était un saint peut être ?

          ^^^

          Hollande est le roi des enfumeurs

          Oui mais Sarkozy c’était bien pire

          ^^^

          Poutine est un dictateur

          Et les amerloques ils enfilent des perles hein ?

          ^^^

          La Corée du nord est un pays horrible

          Et Israël alors, c’est le paradis pour les palestiniens ?

          C comme ça chez Mac Vox

           smiley



        • carnac carnac 24 janvier 20:59

          @Etbendidon


          Pas d’accord avec vous : le sujet de l’article est bien ces idées reçues qui opposent situation des salariés du privé et situation des salariés du public .... 

          vous avez les hors cadres du public c’est un fait , les fonctionnaires énarques qui pantouflent dans les grandes entreprises sans trop se soucier des conflits d’intérêt mais la situation de la plupart des fonctionnaires est bien loin de ces cas exceptionnels de la même façon que celle de Carlos GHOSN est à 1000 lieux des smicards des usines qu’il dirige.

          Mon propos est de dire que tout ce qui divise n’a peut être pas lieu de diviser.

          certains « divisent pour régner » .... cela fait partie des principes de Machiavel ....

        • Trelawney Trelawney 25 janvier 09:30

          @carnac
          Pas d’accord avec vous : le sujet de l’article est bien ces idées reçues qui opposent situation des salariés du privé et situation des salariés du public 

          Pourquoi les fonctionnaires veulent toujours se comparer au privé Le privé crée de la richesse et c’est eux et uniquement eux qui financent la totalité des salaires du public.
          Que vous le vouliez ou non, la situation du fonctionnaire dépend uniquement des politiques qui dirigent le pays. Ces derniers dans un souci de préservation de leurs électeurs se sont compromis sur la gestion des fonctionnaires et de la gabegies qui en a découlé.
          Exemple : Possibilité pour un fonctionnaire de travailler dans le privé tout en continuant de percevoir sa pension (cf le préfet de région des Pays de Loire qui a donné son accord pour NDDL avant de partir en retraite et d’être directeur général des autoroutes Vinci. Vinci qui a en charge la construction du dit aéroport).
          Outre le fait que les fonctionnaires sont trop nombreux et que la masse salariale (plus les retraites) est préjudiciable au pays, le simple fait des dépenses générées par leur travail augmente encore plus le déficit. Si on ajoute des conflits d’intérêt ca fait déborder le vase.
          A titre d’exemple, est-ce que savez que le salaire annuel d’un jardinier du Sénat (palais du Luxembourg) est de 110 000 euro net

        • Alren Alren 25 janvier 12:23

          @Trelawney

          Le privé crée de la richesse

          (Certes, mais il en détruit aussi par gaspillage des ressources publiques, pollution évitable, obsolescence programmée, etc.)

          Mais le public aussi crée de la richesse !

          L’essentiel de l’économie (réelle) moderne est aujourd’hui constituée par des services.

          Certains services créent de la richesse « brute ».

          C’est le cas de l’éducation qui permet de maintenir un haut niveau de vie dans les pays où elle est offerte au grand nombre.

          C’est le cas de la santé qui permet de maintenir en vie et en bonne santé des personnes qui sans elles mourraient ou seraient invalides et donc à charge des bien-portants.

          D’autres services créent de la richesse indirectement.

          C’est le cas de la police et la gendarmerie sans lesquelles il n’y aurait pas de société stable avec la protection du travail et des personnes. On y associe le travail d’organisation des administrations sans lesquelles nous connaîtrions une insupportable anarchie.

          La richesse de certains services c’est plus subtilement d’améliorer la qualité de vie des citoyens.

          C’est le cas de la culture.


          Ces services sont produits par le public et le privé. L’avantage du public c’est qu’il ne faut pas payer l’impôt privé que représente la rémunération parasite du capital.


          Enfin, parmi les services rendus qui augmentent la richesse nationale, il ne faut pas oublier ceux que rendent les bénévoles.




        • Yaurrick Yaurrick 25 janvier 13:36

          @Alren
          Personne n’a dit qu’il ne fallait AUCUN fonctionnaire. Mais que ça vous plaise ou non, les fonctionnaires sont payés par les revenus du privé, et devrait en théorie ne pas être un fardeau pour chaque actif.

          Si encore le service rendu était efficace, et en rapport avec le cout, ça ne pauserait pas de problèmes.

          Mais malheureusement, le public détruit beaucoup plus de ressources qu’il n’en produit....Il y a énormément de gaspillages, de postes en doublons. Et tout ça mène à une charge monstrueuse sur chaque salarié du privé qui en plus de devoir remettre de l’argent de sa poche, voit la qualité des services se dégrader.


        • carnac carnac 25 janvier 14:18

          @Trelawney
          « le privé crée de la RICHESSE » je rajouterai beaucoup de pauvreté aussi notamment chez les « travailleurs pauvres » .... 


          Ne me dîtes pas non plus Trelawney que vous ignorez que des SERVICES sont assurés par le PUBLIC qui devraient de toutes manières l’être par le PRIVE si le PUBLIC n’existait pas exemple : l’hopital , l’éducation ... 

          DONC LE PRIVE, N’A PAS LE MONOPOLE DE LA CREATION DE BIENS qui sont en plus COLLECTIFS et pas privatisés alors que nos impôts les ont payées .... EXEMPLE LES AUTOROUTES

          Ceci dit d’accord avec vous sur les problèmes de pantouflage entre haute administration et privé

          pour votre jardinier merci de me donner les moyens de vérifier cette information .... on se fait facilement berner sur le net .... j’aime bien recouper les infos.



        • carnac carnac 25 janvier 14:25

          @Yaurrick
          Le problème n’est pas le statut du fonctionnaire mais l’organisation de la fonction publique donc ne faisons pas retomber l’opprobe sur le fonctionnaire lambda mais sur le politique.


          Je suis d’accord avec vous qu’il faudrait revoir l’organisation administrative territoriale de la France par exemple, ce qui éviterait les fameux doublons, mais quand on lit les programmes des candidats ils ne sont pas d’accord entre eux ... c’est quand même un comble .

          Il est tellement plus simple de faire en sorte que l’on s’écharpe sur de faux sujets .... 

        • Trelawney Trelawney 25 janvier 15:19

          @carnac & Arlen

          Pour que la fonction publique fonctionne, il faut qu’elle soit financée par le secteur privé qui crée la richesse du pays et les impôts qui vont avec
          Si vous voulez une fonction publique haut de gamme, il faut qu’en face le secteur privé soit compétitif. C’est ce qu’il se passe pour des pays comme la Suisse, Singapour, l’Australie etc. Et à l’inverse la fonction publique marche trés mal dans des pays comme Haiti, Zaïre etc.
          Mais la fonction publique fonctionne trés mal dans des pays trés riche comme les USA où elle est sous représentée par rapport à ses besoins. Cette même fonction publique crée un déséquilibre financier dans le secteur privé en France, car à l’inverse des USA, elle est sur-représenté et cela sans même y inclure des société « d’état » comme la SNCF, EDF, RATP qui devrait depuis longtemps figuré au rang des entreprises privées.

          Lorsque l’on dit : il y a trop de fonctionnaires, ce n’est pas pour critiquer tels ou tels salariés, c’est simplement parce que par rapport à l’état actuel de la France on a un état public trop coûteux

          Pour les jardiniers qui sont fort heureusement peu nombreux, ils bénéficient même d’un logement de fonction dans les jardins du Luxembourg. C’est un peu comme l’épouse de Fillon


        • carnac carnac 26 janvier 17:37

          @Trelawney

          pas que la richesse du privé .... par nos impôts que l’on travaille dans le public ou le privé ... les salariés du public payent aussi l’impôt

        • Alren Alren 26 janvier 17:52

          @Yaurrick

          les fonctionnaires sont payés par les revenus du privé

          Visiblement vous ne comprenez pas le rôle de la monnaie dans l’économie réelle !
          Dans l’économie réelle, celle du travail, la monnaie sert d’intermédiaire de troc.
          En échange d’un service que je peux recevoir de la collectivité, je donne du travail sous la forme soit d’un autre service soit d’un bien matériel.

          Je suis coiffeur, je coupe les cheveux d’un instituteur qui éduque mon enfant. Lui me paie mon travail directement quand il est achevé. Moi je lui paie le sien par un circuit beaucoup plus long puisqu’il passe par l’impôt et l’intervention de l’état.
          J’ai créé de la richesse en satisfaisant un de ses besoins. Il a créé de la richesse en satisfaisant un des miens.

          Un autre crée de la richesse en fabricant des montres. Il a mal aux dents. Il va chez le dentiste qui le soigne. Il paie ce service au praticien. Qui avec cet intermédiaire de troc peut s’offrir à son tour soit un service, soit une objet matériel qui ne soit pas une montre.

          J’ai choisi ces exemples élémentaires pour me mettre à votre portée. J’espère que vous serez d’accord avec moi maintenant. Si vous êtes de bonne foi, bien entendu.


        • mmbbb 29 janvier 18:09

          @Etbendidon et oui je vous soutiens L EN n’est tout de meme pas un modele de gestion rationnel et vous avez raison pour le reste Vous oubliez aussi les fonctionnaires territoriaux anecdote je connais une femme qui a garde la maison de son enfance dans le 19, elle paie tres cher en TF et TH puisque le maire a achete des voix en sur employant Plus cher que sa residence principale Dans la petite couronne parisienne les impots locaux ont augmentes de 20 % afin de clore le budget Il y a meme un bruit qui court d’augmenter les impots locaux des residences secondaires etc etc Hollande est deteste puisque les prelèvements n ont jamais ete aussi haut en n’arrivant pas a juguler le chomage dont les chiffres sont largement sous estimes ( stage etc e ) Attali dans son rapport avait juge que la formation professionnelle 32 milliards est mal gere etc etc C’est surtout cette gabegie qui obere notre avenir formation recherche


        • rocla+ rocla+ 24 janvier 16:28

          Rien  sur Jean-Lucien .


          • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 24 janvier 16:42

            Voilà un cas d’école d’utilisation des statistiques pour leur faire dire à peu près ce que l’on veut.

            1- Les fonctionnaires coûtent trop cher ?
            Dans l’absolu la question ne veut rien dire, c’est seulement le rapport du service rendu par rapport au coût qui a une signification. Et de ce point de vue, chacun peut constater que le premier poste se dégrade nettement dans beaucoup d’administrations.

            2 - Les fonctionnaires ne « foutent » rien et se mettent en maladie pour un oui ou un non ?
            Je ne dirais pas que les fonctionnaires ne foutent rien, mais le fait est qu’ils ne risquent pas grand-chose en se mettant en arrêt maladie, contrairement au privé. La plupart ont des scrupules, c’est vrai, mais j’en ai connu qui utilisaient le maximum qu’ils pouvaient, certains s’adonnant à un autre job (tous ne peuvent pas le faire, c’est vrai).

            3 La durée légale du travail n’est pas respectée dans les fonctions publiques ?
            Évidemment, elle est respectée, la question est sans intérêt.

            4 Le statut de fonctionnaire est obsolète ?
            En tous cas, il est archaïque car le déséquilibre entre privé et public est trop grand. Le gros défaut du statut de la fonction publique, c’est qu’il protège les incompétents, ce qui ruine les efforts des autres et donne une mauvaise image de l’administration.

            5-Les fonctionnaires ont la garantie de l’emploi à vie ?
            Bien sûr, et les vacataires ne sont pas des fonctionnaires, tout le monde sait cela.

            6- Les fonctionnaires partent plus tôt en retraite ?
            7- Les pensions de retraite des fonctionnaires sont plus intéressantes
            Il peuvent partir plus tôt en retraite, mais pour avoir un taux complet il leur faut un peu plus d’annuités que par le passé. Certes, les primes ne comptent pas dans le calcul de la pension, mais elle est calculée sur les dix meilleures années, ce qui est un avantage considérable.

            8- les agents publics sont mieux payés que salariés du privé
            Impossible de répondre à cette question tant les situations sont différentes et variées.

            9 Les fonctionnaires sont moins bien payés MAIS ils sont TROP nombreux
            De nombreux pays s’en sortent effectivement aussi bien avec moins de fonctionnaires. D’autre part, il est notoire que nos enseignants sont moins bien payés, mais on exige moins d’heures de présence dans les établissements scolaires.


            • carnac carnac 24 janvier 18:34

              @Gilles Mérivac
              J’aime beaucoup votre intervention , 


              c’est en effet le service rendu par rapport au salaire qui compte. le problème c’est que nombre de services ont perdu en qualité parce qu’on n’a pas remplacé un fonctionnaire sur deux sans réfléchir .... au service à rendre (RGPP de Monsieur SARKOZY) et c’est pour cela que le forfait suppression de fonctionnaires de Monsieur FILLON n’est pas pertinent. Il faut qu’il nous dise quels seront les services prioritaires .... idem pour Monsieur MACRON .... 

              les fonctionnaires se mettent plus facilement en maladie : outre le fait qu’on doit comparer à conditions de travail comparable , je peux vous dire que dans le privé également lorsqu’un accord d’entreprise était très protecteur des personnes malades et pire encore des enfants des salariés malades il y a eu des abus .... résultat ces accords généreux ont été souvent revus à la baisse , les salariés qu’ils soient du publics ou de privés coupent la branche sur laquelle ils sont assis ....

              je suis contente de vous entendre dire que privé et public sont traités à l’identique en matière de temps de travail .... pour certains ce n’est pas si « évident » faute d’avoir des connaissances un peu approfondies en matière de droit du travail.

              l’incompétence de certains fonctionnaires ... versus incompétence de certains salariés du privé : en fait en tant que conseillère prud’homale avant d’accepter un licenciement « pour incompétence présumée du salarié » vous devez vérifier que la personne en question a bénéficié au moins des formations nécessaires à l’exercice de sa fonction , qu’on lui a laissé le temps de s’adapter si la fonction était nouvelle et que les faits d’incompétence au terme de ce temps de rodage ... sont réels. .... lorsqu’on voit qu’on change de fonction plusieurs milliers de d’agents publics en un an du fait des regroupements de régions , évidemment qu’on désorganise les services .... je crois qu’il faut laisser le temps aux agents de s’adapter à ces nouvelles fonctions comme on le fait dans le privé.

              concernant les vacataires , je trouve que l’Etat exagère .... les greffes dans les tribunaux sont des activités pérennes. On requalifierait dans le privé ces emplois tenus par des vacataires en CDI ! prétendre que ce ne sont pas des fonctionnaires c’est jouer les insiders contre les outsiders et travestir la réalité de la situation . Compte tenu du fait que notre Justice est la plus mal loties de toute l’Europe en terme de fonctionnaires , j’aimerai entendre de la part de nos politiques qui veulent une réponse rapide à toute forme de délinquance que l’on va pérenniser ces emplois !

              Si l’avantage du calcul de la retraite des fonctionnaires était si considérable on aurait un MEILLEUR TAUX DE REMPLACEMENT des pensions par rapport au dernier salaire et ce n’est pas le cas ....

              coté salaire effectivement hormis constater que l’échelle des salaires dans le public est moins importante que dans nombre de conventions collectives du privé ... il est bien difficile de se faire une opinion sur la réalité : il faudrait comparer à emplois comparables . EXEMPLE concret : les hommes et femmes d’entretien dans les organismes d’HLM sont moins bien traités que ces personnels exerçant dans le privé car dans le privé il y a une évolution de carrière à l’ancienneté qui n’existe pas dans le public ... voilà une donnée concrète 



            • Pere Plexe Pere Plexe 24 janvier 20:36

              @Gilles Mérivac
              Je suis en (relatif) désaccord sur plusieurs points. 

              Pourtant c’est un point d’accord qui ne fait intervenir.

              Votre point 1 est absolument indiscutable.

              Mais pourquoi alors laisser croire que diminuer le nombre de fonctionnaire diminuera d’autant les coûts pour la société ? C’était le leitmotiv de la primaire à droite engagée dans une surenchère à supprimer du fonctionnaire.
              Dans les faits supprimer un fonctionnaire c’est le plus souvent payer un sous traitant qui, d’une manière générale coûte aussi cher.

              L’exemple de la gestion de l’eau des déchets ou de l’entretien du réseau routier sont éclairants. 
              Livrés massivement au « privé » ils n’ont pas fait baissé le coût pour la collectivité !
              Le prétexte des économies réalisés est complètement fallacieux.

            • Trelawney Trelawney 25 janvier 09:33

              @carnac
              les fonctionnaires se mettent plus facilement en maladie 

              Quel est de délai de carence d’un fonctionnaire ? Quel est celui du privé ?

            • rocla+ rocla+ 25 janvier 10:51

              @Trelawney


              Faudrait  de l’ honnêteté à un fonctionnaire pour répondre à cette question .

            • Garibaldi2 25 janvier 11:05

              @Trelawney

              Il y a un tas d’entreprises privées où il n’y a pas de délai de carence et où le salarié en arrêt reçoit 100% de son salaire pendant, 30, 60, 90, 120 jours selon l’accord négocié avec l’employeur, les syndicats, et la mutuelle (contrat de groupe).


            • Trelawney Trelawney 25 janvier 11:30

              @Garibaldi2
              Vous allez me donner les noms de ces entreprise. Et surtout ne me citez pas la SNCF, RATP ou EDF.

              D’autres part le délai de carence de 7 jours pour les assurances complémentaires est une raison suffisante pour ne pas verser de salaire à 100%
              Observez l’augmentation du nombre de jours d’arrêts maladie dans la fonction publique lorsque Lebranchu a mis fin au délai de carence et ne dites surtout pas que c’est annodin

            • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 25 janvier 12:08

              @Pere Plexe
              Effectivement, il faut de toutes façons quelqu’un pour faire le travail indispensable. Il s’agit dans tous les cas d’obtenir un compromis entre le service rendu à la collectivité et les avantages donnés au salarié.

              Le statut de la fonction publique ne permet généralement pas de récompenser le salarié au mérite car il existe une grille indiciaire rigide, il n’est donc pas motivant et n’entraîne pas les efforts qui seraient souhaitables pour améliorer les services.

              Les administrations compensent donc leur faible productivité de deux manières, en embauchant des vacataires ou des CDD taillables et corvéables à merci, ou en sous-traitant certaines activités comme le nettoyage par exemple. Je pense que c’est une manière hypocrite de contourner le problème, il ne devrait pas exister autant de différences entre les différents statuts.


            • Alren Alren 25 janvier 12:31

              @Trelawney

              Quel est de délai de carence d’un fonctionnaire ? Quel est celui du privé ?

              Le délai de carence est une ignominie : elle consiste à punir la personne malade en lui volant une partie de son salaire.
              Résultat :des personnes malades viennent malgré tout au travail avec de la fièvre et risquent de contaminer leurs collègues.
              Sans compter que leur travail est souvent moins efficace du fait de cette fièvre et que pour les métiers dangereux le risque d’accident du travail est augmenté.

              Il faudrait supprimer le délai de carence pour tous.
              Quitte à augmenter les contrôles au domicile des personnes en arrêt maladie et prévoir des sanctions dissuasives en cas d’abus.


            • Alren Alren 25 janvier 12:57

              @Gilles Mérivac

              Effectivement, il faut de toutes façons quelqu’un pour faire le travail indispensable.

              Et le mieux pour cela est d’utiliser une personne qui a réussi les concours administratifs plutôt que quelqu’un qui a échoué ! Ce qui est le cas des vacataires de statut privé, ne leur en déplaise.

              Je rappelle que le concours n’est pas un examen : si le poste est intéressant professionnellement (car il ne faut pas être « petit » fonctionnaire si on aime l’argent), la lutte se fera entre personnes très brillantes pour le plus grand bénéfice des usagers.

              Le statut de la fonction publique ne permet généralement pas de récompenser le salarié au mérite car il existe une grille indiciaire rigide, il n’est donc pas motivant et n’entraîne pas les efforts qui seraient souhaitables pour améliorer les services.

              Le terme « récompenser » ne convient pas. Comme vous le dites, il faut faire la balance entre le service rendu par l’employé et le coût global pour l’employeur, ici la collectivité.

              Il faut un salaire en rapport avec la richesse (généralement de service) rendu par le fonctionnaire, sachant que sa qualité dépendra du nombre de candidats au recrutement par concours.

              Le salaire au mérite est une idée de droite pour faire davantage pression sur les salariés en les divisant pour mieux les exploiter. Il existe déjà partiellement dans la fonction publique du fait que l’avancement de chacun est dépendant d’une note administrative (comme sont notés les élèves) très arbitrairement décernées par un supérieur hiérarchique ayant un pouvoir de dictateur sur cette question.

              Heureusement pour le public, la motivation du fonctionnaire n’est pas liée au « fric » mais au plaisir qu’il ressent de bien faire son métier.

              L’amélioration des services n’est malheureusement pas du ressort du travailleur de base mais d’une hiérarchie soumise au politique. Lequel quand il est de droite (UMPS) cherche a démanteler les service public pour favoriser un privé incapable de se substituer à lui ( enseignement ou sûreté nucléaire par exemple).

              Les administrations compensent donc leur faible productivité

              Comment calculez-vous leur productivité ? les grandes firmes privées ont aussi des administrations des « bureaux » comme à la Défense. Leur "productivité est-elle meilleure ?

              Aucune étude n’a, à ma connaissance effectué de comparaison. Donc votre affirmation est gratuite et relève du préjugé.

              (L’expérience que m’a relatée un ingénieur en informatique qui a connu les deux mondes est que, par rapport aux travailleurs de terrain, publics ou privés, la charge de travail est très inégale selon les personnes mais dans l’ensemble inférieure.)


            • carnac carnac 25 janvier 14:33

              @Trelawney
              Dans le privé comme dans le public vous relevez de la caisse d’assurance maladie et cette disposition est UNIQUE .  3 jours.


              Cependant dans le PRIVE comme dans le PUBLIC des accords d’établissementS peuvent être plus favorables. 
              ces accords QUAND ILS EXISTENT peuvent être renégociés tous les trois ans dans le public comme dans le privé .

            • Virrr 25 janvier 14:38

              @Alren

              Et Imaginez un prof des écoles par exemple, au contact au quotidien avec des jeunes enfants. Petits virus vite attrapés (rhume, gastro) qui nécessitent un ou deux jours de repos par hiver.(je ne parle pas de la grippe) Si vous mettez un jour de carence aux prof, n’oubliez pas qu’à la différence des autres salariés, il ne peut pas les prendre en RTT ou en avance sur ses congés car ses congés sont fixes. Donc PERTE DE SALAIRE. Que les détracteurs donnent la recette pour échapper aux nombreux virus hivernaux véhiculés par leurs enfants !


            • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 25 janvier 15:58

              @Alren
              "Le salaire au mérite est une idée de droite pour faire davantage pression sur les salariés en les divisant pour mieux les exploiter.« 
              Pas forcément, les pays socialistes y ont aussi eu recours. Si vous ôtez les œillères idéologiques, ce n’est qu’un moyen parmi d’autres de récompenser les salariés. Quand on a le souci de développer un pays, on doit motiver ceux qui apportent de la valeur, ce qui passe par certaines inégalités. Sinon, on reste en bas.
               »L’amélioration des services n’est malheureusement pas du ressort du travailleur de base mais d’une hiérarchie soumise au politique."
              Non, elle est du ressort de tous, il est trop facile de se dédouaner en ouvrant le parapluie.


            • carnac carnac 25 janvier 17:49

              @Trelawney
              je vous ai répondu déjà à cette question petit bateau à pattes et je vous ai mis le lien c’est 3 jours pour TOUT LE MONDE cf ameli.fr ;


              Par contre rien n’empêche un employeur du PRIVE comme du PUBLIC de prendre en charge ces 3 jours de carence PAR ACCORD COLLECTIF . ces accords limités dans le temps sont souvent renégociés à la baisse quand il y a DANS LE PRIVE comme DANS LE PUBLIC des abus 

              .... bref les salariés qu’ils soient du public ou du privé ont trop souvent un art consommé de couper la branche sur laquelle ils sont assis ... 


            • Seudo 26 janvier 10:13

              @carnac

              « c’est 3 jours pour TOUT LE MONDE cf ameli.fr »

              FAUX, et archi-faux :
              Si vous êtes praticien ou auxiliaire médical.

              "Cependant, en cas de maladie, des indemnités journalières peuvent - sous certaines conditions - vous être versées (à partir du 91e jour d’arrêt de travail, soit après un délai de carence de 3 mois) par votre caisse de retraite."

              Soit un délai de carence de 3 mois.
              http://www.ameli.fr/assures/droits-et-demarches/par-situation-professionnelle/vous-travaillez/vous-etes-praticien-ou-auxiliaire-medical.php

            • Seudo 26 janvier 10:21

              @Seudo

              https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F13861

              Le jour de carence pour maladie dans la fonction publique existe t-il encore ?

              Vérifié le 03 février 2016 - Direction de l’information légale et administrative (Premier ministre)

              Non. Depuis le 1er janvier 2014, le jour de carence pour maladie des agents publics, fonctionnaires et contractuels, est supprimé.

              Par conséquent, tout arrêt maladie ayant débuté après cette date est rémunéré dès le 1er jour de congé.

              Toutefois, un agent contractuel en arrêt maladie peut être indemnisé avec un délai de carence si son ancienneté est inférieure à 4 mois de service.

              Loi du 29 décembre 2013 de finances pour 2014 : article 126

            • Trelawney Trelawney 26 janvier 12:04

              @carnac
              je vous ai répondu déjà à cette question petit bateau à pattes et je vous ai mis le lien c’est 3 jours pour TOUT LE MONDE cf ameli.fr ;


              Ce n’est malheureusement pas la bonne réponse

            • simir simir 26 janvier 14:54

              @Trelawney
              Je ne suis pas Garibaldi mais je vais t’en citer une d’entreprise qui payait dès le 1er jour d’arrêt maladie : TDF et je le sais j’y bossais et ce n’est pas une entreprise de 100 bonhommes.

              Enlèves tes œuillères ça ira mieux.


            • carnac carnac 26 janvier 17:41

              @Trelawney
              je t’ai mis un lien sur ameli.fr , le principe est le même pour TOUT LE MONDE sauf si .... un accord d’établissement sur lequel l’employeur qu’il soit du public ou du privé peut TOUJOURS REVENIR


            • carnac carnac 27 janvier 18:46

              @Gilles Mérivac
              Personnellement 20% de mon salaire dépendait d’objectifs annuellement définis et contrôlés annuellement , de même pour mes subordonnés . le problème est moins LE PRINCIPE qui ne m’a jamais gênée mais les critères utilisés par le management : JE VOUS DONNE UN EXEMPLE CONCRET .


              A juste titre l’idée était de demander aux collaborateurs d’avoir un MINIMUM de logements vacants .... et j’avais des chargés de clientèle qui oeuvraient par secteurs géographiques .... je me suis aperçue que chacun gardait ses dossiers de demandes de logements sur son secteur sans les transmettre aux autres secteurs s’il n’avait pas de disponibilité quand bien même son collègue avait un logement disponible sur le secteur voisin, deux cents mètres plus loin ...

              Nous avons dû donner un objectif de relocation pour l’ensemble des secteurs .... afin qu’un échange fructueux des demandes de logement se fasse ... car sinon chacun pour réaliser SON CHIFFRE ne transmettait aucune opportunité au voisin .... donc l’évaluation oui mais la pertinence des critères est à continuellement surveiller.

              ce n’est en effet pas un problème idéologique mais un sacré casse tête pratique ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès