Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Yvan Colonna refuse de comparaître

Yvan Colonna refuse de comparaître

La vérité quitte le Palais.
 
La cour d’assises d’appel spécialement composée vient, une nouvelle fois, de rejeter la demande de la défense visant à la reconstitution des faits sur les lieux, en présence de chacun des protagonistes de ce dossier, laquelle, rappelons le, n’a jamais été organisée.
 
Décision souveraine de la Cour qui ne laisse cependant pas indifférent.
 
Dans la recherche de la vérité, cette reconstitution aurait permis, sans nul doute, soit d’établir la culpabilité d’Yvan Colonna comme le réclame les avocats généraux, avocats de l’Etat et avocats de la partie civile SOIT, au contraire de révéler de façon indiscutable son innocence comme il le clame avec ses avocats depuis de nombreuses années maintenant ; au pire, comme semble le penser la Cour, cela n’aurait servi à rien, mais qu’elle importance ! Aurait on peur de faire perdre 15 jours à un procès qui n’en est plus à une semaine prés !
 
À engager de nouveaux frais ? Quand on voit le train de vie de notre République, on a du mal à penser que la recherche de la vérité ne mérite pas l’engagement de quelques euros supplémentaires ! Ou, cette peur ne résiderait elle pas dans celle de voir éclater au grand jour les contradictions matérielles d’enquêtes policières, déjà montrées du doigt très sévèrement par deux enquêtes parlementaires et dont beaucoup de monde commence à comprendre depuis le début de ce procès en appel qu’elles ouvrent de larges portes du doute quant à la culpabilité d’Yvan Colonna.
 
Le rejet de cette demande de reconstitution a conduit Yvan Colonna à prendre la lourde décision de quitter son procès et de récuser ses avocats. Se sentant condamné d’avance, au nom de la raison d’Etat, il n’entend plus, par sa présence, se rendre complice d’une sentence déjà acquise alors que, contrairement à ce que l’accusation veut faire croire, rien n’est fait pour rechercher la vérité dans ce dossier.
 
Ses avocats bien qu’immédiatement commis d’office par le Président de la Cour, fort de leur serment de toujours servir les droits de la défense, ont tout autant refusé au risque de sanctions disciplinaires, de répondre à l’ultimatum du premier magistrat. Que cela ne tienne, la cour d’assises d’appel spécialement composée, décide de poursuivre le procès, sans défense et sans accusé !!
 
On aurait pu penser que dans les pays des Droits de l’Homme, chacun d’entre nous ait pu espéré être en droit de prétendre en procès équitable et loyal. Il semblerait qu’il n’en soit rien !
 
Comment dans de telles circonstances justifier dans quelques semaines la condamnation déjà acquise d’Yvan Colonna à la réclusion criminelle à perpétuité aux yeux de l’opinion publique ? Mais tout simplement, comme les avocats de la partie civile, de l’Etat s’y sont déjà employés en indiquant que ce départ de procès était l’aveu de la culpabilité.
 
NOTRE REPUBLIQUE EST-ELLE DEVENUE FOLLE ?
 
NOTRE JUSTICE PERD-ELLE SES VALEURS FONDAMENTALES, CELLES QUI ONT PERMIS LE RAYONNEMENT DE LA FRANCE AUX YEUX DU MONDE ?
 
LES FRANÇAIS SONT-ILS DISPOSES A SE CONTENTER D’UN RAISONNEMENT AUSSI SIMPLISTE ?
 
En cinq semaines d’audience, des témoins visuels présents au moment des faits ont clairement indiqué qu’Yvan Colonna n’est pas celui qu’ils ont vu, d’autres ont précisé que deux autres individus seraient en cause et qu’ils n’avaient curieusement jamais été inquiétés.
Enfin, aucune preuve matérielle, empreintes, ADN. . .etc. ne vient corroborer de façon indiscutable la culpabilité d’Yvan Colonna !
C’est pourtant sur de tels éléments concrets que doit s’appuyer une décision d’acquittement ou de culpabilité.
Pour entrer en voie de condamnation trois éléments fondamentaux doivent être établis :
L’élément légal, l’élément moral et l’élément matériel.
C’est bien ce dernier qui fait défaut et que la demande de reconstitution aurait seule permis d’étayer dans un sens comme dans l’autre.
 
La décision par Yvan Colonna de quitter son procès, la récusation de ses avocats, ne seraient donc être réduits à l’aveu de sa culpabilité, comme on va chercher à le faire croire, à forts renforts médiatiques, dans les prochaines semaines, mais certainement l’ultime moyen pour un homme qui clame son innocence et qui croyait encore en la justice de son pays, qu’en France, en ce début de 21ème siècle les Droits de l’Homme, la présomption d’innocence, les Droits de la défense en général étaient respectés.
 
Avec ce départ, c’est définitivement la vérité qui quitte le palais !
 
Corinne ROMERO
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

68 réactions à cet article    


  • Jack Nico 13 mars 2009 18:01

    bon article, merci a l’auteur !

    La justice a depuis bien longtemps quittée les prétoires, pour être remplacé par le judiciairement correct et la "voix de son maître" !

    j’espère que si il y a condamnation dYvan, mon Île ne connaîtra pas d’heures sombre et que de nouveau "Yvan Colonna" ne viennent grossir les rang de détenus politique !

    je tiens a exprimer aussi, mon profond dégoût pour ceux qui on instrumenté mme Erignac, qui comme un pauvre pantin va donner la voix, pour avoir la tète D’yvan Colonna, relayée par les médias complice larvesque de l’accusation d’état !

    j’ai Honte pour ce pays et j’espère notre indépendance !


    • oncle archibald 13 mars 2009 18:04

       "qui croyait encore en la justice de son pays" ....

      Il y croyait tellement fort qu’il a préféré se barrer pendant des mois dans le maquis plutôt que d’expliquer pourquoi et comment on le soupçonnait à tort ... Je ne prétends pas qu’il soit coupable, je dis qu’il se comporte comme s’il l’était et que son seul système de défense depuis l’ouverture de cette audience en appel est de tenter de discréditer les enquêteurs et les juges ... Pour le reste, les témoins qui disent le contraire de ce qu’ils ont dit en première instance, les condamnés à perpétuité qui n’ont plus rien à perdre et qui s’accusent, etc ... ça ressemble fort à de la cuisine corse, relevée à la TNT avec des cagoules en guise de fonds de sauce ....


      • azerty1710 13 mars 2009 20:04

        Très juste.

        Ce n’est pas la justice qui a condamné d’avance Colonna. C’est l’inverse.


      • oncle archibald 13 mars 2009 18:07

         A voir le logo de Mr Nico je confirme : ça ressemble fort à de la cuisine corse, relevée à la TNT avec des cagoules en guise de fonds de sauce, avec viande froide servie à la kalatchnikov ....


        • Jack Nico 13 mars 2009 18:53

          mon logo n’est qu’une réaction a la veulerie judiciaire et aux commentaires anti Corse comme les tiens, archibal le donneur de leçons !

          mais ne t’inquiète pas , le peuple Corse sera unis si il y a condamnation pour combattre l’injustice !



        • oncle archibald 13 mars 2009 19:02

           et le premier qui n’est pas d’accord avec vous prendra une dragée en plomb entre les deux yeux ... Désolé je n’aime pas la coltocratie !


        • volpa volpa 13 mars 2009 23:18

          Tu roules ta caisse.

          Tu ne racontes que des conneries et ton intimidation est à pisser de rire.

          Ton Colonna l’a fait.

          Ses amis ou collègues essaient malgré eux de soi disant l’innocenter.

          Apprends à écrire francais.

          Bocca luppo , si tu comprends. Ai capito CUCARIELLO.


        • Alpo47 Alpo47 14 mars 2009 15:01

          Jack Nico ... A priori, j’éprouve une sympathie naturelle pour les Corses et la Corse. J’aurais beaucoup aimé y naître (je suis Gascon).
          Mais, là, quelle image es-tu en train de donner des Corses ?
          Tu menaces, y compris de "liquidation", ceux qui ne sont pas d’accord avec toi.
          Tu annonces, par avance, de nouvelles violences, en cas de condamnation.
          Beaucoup, comme moi, sans rien savoir de ce qui a bien pu se passer, peuvent éprouver de la sympathie pour ce berger, fier et parlant d’honneur. Tu contribue à nous y faire renoncer.
          Ne penses tu pas que les abus, violences, menaces, le racket ... pénalisent encore plus la Corse et les Corses ?


        • Jack Nico 14 mars 2009 15:37

          ou a tu vu que je menace quelqu’un ?? je dis simplement aux deux ou trois connards qui poste volontairement de réponse haineuse anti Corse de venir dans mon île et de répéter leurs propos  !!

          mais c’est si simple de faire le bouffon derrière un écran !

          et il est vrai que je crains la reprise d’action violente si Yvan est lourdement condamné, car en Corse l’injustice ça passe très très mal !!


        • Collongues 15 mars 2009 18:31

          Et ton RMI comment tu le toucheras, gros malin, si tu fais sauter le Trésor Public de ton coin !!!


        • Collongues 15 mars 2009 18:38

          Ta femme te l’a déjà dit dix fois !... Arrête de faire le malin, tu vas finir par te faire sucrer le RMI et les aides sociales... Bon, d’accord, y aura la banque alimentaire, mais gaffos !... c’est souvent des pâtes et du riz... Pense aux gamins quand même, merde !!!


        • Collongues 15 mars 2009 18:41

          Je ne te le dirai pas une troisième fois, OK ?...


        • Jack Nico 16 mars 2009 13:14

          c’est pas a Mr Erignac qu’il fallait mettre une bastos ! si tu vois a qui je pense en ce moment !

          pauvre troll tu devrais avoir honte de tes propos !

          tu doit avoir une grande famille qui n’a pas trop souffert des guerres qu’on fait les français , pour ma part ce fut une hécatombe en 14/18, 39/45, Indochine et algerie, comme toutes les famille Corse, nous allions au casse pipe en chantant , vous en chiant  !


        • corinne 13 mars 2009 18:15
          Voici ce que je propose en guise de réponse bien à certains d’entre vous .

          Et si des émissaires étrangers venaient en France pour s’assurer que nos instances judiciaires respectent les principes fondamentaux de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme ?
           
          Nombreuses sont les associations et corporations françaises qui s’engagent pour le respect des Droits de l’homme dans le monde.
           
          Leur travail est non seulement remarquable mais nécessaire à une époque ou, même à l’aube du 21éme, ces principes fondamentaux ce doivent d’être sans cesse rappelés.
           
          Parmi ces principes, ceux de la présomption d’innocence, du droit à un procès équitable constituent le socle majeur de toute démocratie.
           
          L’inquiétude de ne pouvoir donner à chacun le droit et l’accès à une réelle défense, anime l’action de celles et de ceux qui œuvrent au nom des Droit de l’Hommes.
           
          Dans un procès pénal, ces principes sont souvent mis à rude épreuve. Trop souvent les avocats de la défense se trouvent face à la présomption de culpabilité qui pèse sur les détenus, face à la lourde charge qui pèse sur les juges, aux attentes de la société civile... Une présomption de culpabilité qui redouble de force lorsqu’il s’agit de répondre aux attentes cette fois de telle ou telle classe politique.
           
          Notre pays aime à regarder ce qui se passe loin de ses frontières, à se présenter en chevalier blanc comme le dernier rempart aux atteintes à ces valeurs fondamentales nées au temps des lumières au sein de notre hexagone.
           
          Ainsi, c’est un Avocat Français qui assure la défense de DUCH, Kmer Rouge responsable du camp S21 à Phnonh Pen sous Pol Pot, dans le procès qui vient de s’ouvrir au CAMBDOGE sous l’égide des Nations Unies.
           
          De cela on ne peut que se féliciter car chacun à droit à une réelle défense !
           
          Mais le fait d’être le premier défenseur des Droit de l’Homme, dispense t’il notre pays de prendre garde aux possibles atteintes qui pourraient voir le jour en son sein, au cœur même de sa prestigieuse institution judiciaire ?
           
          L’actualité Judiciaire du moment avec l’affaire COLONNA et ses derniers rebondissements invite à ce que l’on ce pose la question.
           
          Le but de cette réflexion n’est pas de trancher sur l’innocence ou la culpabilité de Monsieur Yvan COLONNA, mais seulement de lui permettre de bénéficier du principe fondamental de la présomption d’innocence. Il ressort des débats que des éléments auraient échappés aux enquêteurs.
           
          Vrais ou Faux, pourquoi ne pas se donner le temps de les vérifier ?
           
          Notre pays peut il se permettre de braver le principe de la présomption d’innocence ? Accepterions nous qu’un autre pays envoie ses émissaires pour s’assurer que les droits de la défense ont bien été respectés dans ce procès ?
           
          Les faits datent de 1998, l’arrestation de Monsieur Yvan COLONNA de 2003 ; les Principes fondamentaux des Droit de l’Homme peuvent ils être sacrifiés à la va vite au nom de la raison d’Etat ???
           
           
           


          • oncle archibald 13 mars 2009 19:00

            @ Corinne : Votre commentaire est bien plus clair que votre article et je partage la plupart de vos affirmations. Cependant deux observations :

            La loi française permet de juger sur "l’intime conviction" qui peut s’établir sans preuves matérielles irréfutables, vous le savez bien. On peut penser que ça n’est pas une bonne chose et demander un changement du code pénal sur ce point, pourquoi pas ... 

            On ne peut pas dire que Y. Colonna ait été privé de défense, il a lui même demandé à ne plus être défendu, faisant à son tour planer une "présomption de forfaiture" sur ceux qui vont le juger ... On peut penser que c’est le moyen de défense qu’il a choisi, préférant que son procès soit poursuivi sur les marches du palais que dans le prétoire.. 

            Si vous avez connu le Procureur Général de Montpellier qui vient de prendre sa retraite vous ne pouvez ignorer son opinion à ce sujet. Il aimait souvent dire "le procès ? quel procès ? celui qui est mis en scène sur les marches devant les caméras ou celui qui se déroule dans le prétoire ?"


          • Emmanuel Aguéra LeManu 13 mars 2009 19:39

            Une commission internationale pour surveiller la justice française ? Mais elle s’en fout la justice française.
            Y’a longtemps que c’est fait. Click ! mais tout le monde s’en fout.
            Click ! aussi là-dessus, et concrètisez, merci.


          • vivi vivi 14 mars 2009 17:46

            archibald

            Vous savez ce qu’est l’intime conviction ?

            Art. 304 du Code de procédure pénale
            Vous jurez et promettez d’examiner avec l’attention la plus scrupuleuse les charges qui seront portées contre X..., de ne trahir ni les intérêts de l’accusé, ni ceux de la société qui l’accuse, ni ceux de la victime ; de ne communiquer avec personne jusqu’à votre déclaration ; de n’écouter ni la haine ou la méchanceté, ni la crainte ou l’affection ; de vous rappeler que l’accusé est présumé innocent et que le doute doit lui profiter ; de vous décider d’après les charges et les moyens de défense, suivant votre conscience et votre intime conviction avec l’impartialité et la fermeté qui conviennent à un homme probe et libre, et de conserver le secret des délibérations même après la cessation de vos fonctions ".

            Si j’étais sûre que l’intime conviction de Wacogne était utilisée de cette manière à l’égard d’Yvan Colonna... mais force est de constater qu’il a occulté le reste du serment et de ce fait abuse de cette "intime conviction"..

            L’intime conviction oui, à condition qu’elle soit loyalement utilisée. Là on sait que ce n’est pas le cas. Un peu comme si on vous demandait à vous de juger Colonna...


          • Montoison Montoison 13 mars 2009 18:39

            Yvan Colonna joue sa tête, les juges jouent leur carrières ...
            Vous allez me dire : il n’y a plus de peine de mort en France ... depuis 1981 ...
            Mais pour peu qu’on l’aide à se suicider, çà ne fera qu’alimenter les statistiques de Rachida Dati ...
            Vous connaissez encore beaucoup de hauts fonctionnaires, qui osent s’opposer ou ne pas appliquer strictement les désirs et les ordres de qui vous savez ?
            J’ai des exemples de mutations brutales, pour n’avoir pas anticipé, la colère présidentielle ...


            • Collongues 13 mars 2009 19:30

              Au fou !!!

              N’oublie pas de prendre tes médicaments ce soir, hein !


            • solitaire 13 mars 2009 18:57

              Bon article. Merci.

              Entierement d’accord.
              D’accord aussi avec Jack Nico.


              • Roseau Roseau 13 mars 2009 19:37

                Oui Corinne, ce que vous dites est vrai. J’ajouterais que même la Vice-présidente du TGI de Paris a déclaré que les reconstitutions étaient toujours utiles et qu’on aurait du l’accorder. De plus, on a beaucoup reproché à la défense une stratégie fondée sur le réveil de l’opinion publique. Ce dont ils ne se cachent pas. Parce qu’ils savent que c’est nécessaire aujourdhui pour sortir de cette impasse qui mène Yvan à l’échaffaud (façon de parler), à tort à mon sens.
                Quoi qu’il en soit, ce sont les parties civiles qui depuis le début manipulent le plus (ou tentent de manipuler) les opinions. Cela n’apparait peut-être pas au grand jour, mais je pense le montrer aisément dans mon prochain article (si je l’écris).


                • vivi vivi 16 mars 2009 11:43

                  oui, écrivez le Roseau.. smiley


                • caton 13 mars 2009 19:39

                  Mme Erignac, longtemps digne, me fait penser désormais aux tricoteuses de la place de Grève entre deux exécutions..
                  Triste instrumentalisation.


                  • oncle archibald 14 mars 2009 08:00

                     Les tricoteuses elles seraient pas plutôt dans leurs cuisines à attendre que leurs assassins de maris rentrent de leur sale besogne ?


                  • Philippe Antonetti 13 mars 2009 20:52

                    Une petite question à propos de l’utilisation des médias par la partie civile : la déontologie est-elle respectée quand un avocat vient débattre sur un plateau de télévision d’une affaire en cours dans laquelle il est partie civile ? Il s’agit de Maître Chabert, avocat de l’Etat dans C dans l’air (France5).


                    • Claudepapi 14 mars 2009 12:44

                      Je suis d’origine corse et comme tous ceux que je connais, nous pensons qu’aucun combat politique ne peut justifier la mort d’un homme. Honte à ceux qui ont tué le préfet Erignac !

                      Mais si certains hommes ayant participé à l’assassinat ont été confondus par leurs télephones portables (Alessandri, Ferrandi, Maranelli...), aucune preuve n’accable Yvan Colonna. Sa fuite montre surtout qu’il n’avait vraisemblablement pas confiance en la justice et on peut difficilement lui donner tort quand on voit qu’elle l’a déjà condamné à perpétuité sans la moindre preuve, juste une intime conviction du juge certainement sous l’influence de notre chef d’Etat qui s’était donné beaucoup de mal pour le retrouver et l’arrêter. Mais le fait que Colonna soit un militant indépendantiste ne fait pas forcément de lui un assassin.

                      Ce procés est une parodie de justice et les médias ont bien du mal à en parler, il y a beaucoup de sujets qui passent avant, et quand ils en parlent c’est souvent de façon sommaire. J’apprécie quand même les derniers articles du Figaro et l’autre jour l’analyse de Jean-Michel Apathie. Devant cette Cour spéciale, certaines pièces du dossier sont cachées à la Défense de Colonna car elles sont gênantes, balayée la téléphonie qui pose question, balayés les témoignages des membres du commando et des témoins oculaires qui innocentent Yvan Colonna, disrcédités les experts balistiques et médico-légal qui innocentent Colonna, refusée la reconstitution qui ferait éclater la vérité et qui n’a jamais eu lieu ! 

                      Citoyens français, je sais qu’il y a déjà eu des erreurs judiciaires mais peut-on accepter dans notre pays une telle justice ? C’est un vrai scandale judiciaire !


                      • laelia laelia 14 mars 2009 18:30

                        C’est vraiment regrétable que cela tourne aux injures pour certains sur ce fiL...Pace...

                        Au fait, Colonna ne s’est pas sauvé quand il a été recherché. Certains disaient qu’il était bien loin... et il était tellement là, qu’on dit qu’on pouvait le voir en ville, etc...

                        Oui, une reconstitution aurait grandit la justice...


                        • Lesage 15 mars 2009 01:52

                          Quelques impressions :


                          - Cette cour spéciale me fait penser à deux mots : secret défense ! en substance circulez il n’y a rien à voir.
                          Une justice à deux vitesses....


                          - On disait plus jamais d’Outreau, commission parlementaire à l’appui. A travers le procès colonna on a le sentiment d’assister à un remake.


                          - Il faut un coupable à tout prix pour que justice soit rendu à madame Erignac.Quit à faire condamné un innocent..... Et si Colonna était réellement innocent ?


                          - Peut on dans le pays des "droits de l’homme" condamner sur l’intime conviction ? L’intime conviction des partie civile a t’elle plus de poids que l’intime conviction dfe la défense  ?


                          - est ce la première fois que des suspects se rétractent alors qu’il avaient avoué en garde à vue, désignant souvent des interrogatoires musclées, tant sur le plan physique que psychologique ? l’affaire Dills comme tant d’autres ne vous rappelle rien ?


                          - Qu’en est t’il de cette information lu dans l’article dru Figaro du 24/02/2009 signé Stéphane Durand-Souffland					qui écrivait :	

                          "selon une information de France 3, l’un des deux hommes cités par M. Vinolas aurait été ­arrêté en Corse, fin 1998. Lors de la perquisition à son domicile, outre un stock d’armes, les enquêteurs auraient saisi une veste permettant d’établir un lien entre cet individu et l’attaque de la gendarmerie de Pietrosella, où des pièces d’uniforme furent, notamment, volées. Un nouveau chat à fouetter pour la cour d’assises ? "

                          Je m’étonne que personne n’ai repris ou développé cette info !!










                          • corinne 15 mars 2009 07:37
                            La cavale de la justice dans la recherche de la vérité
                             
                            Lorsque l’on a la lourde charge d’avoir été désigné comme juré d’assises dans un procès de droit commun, et avant que la cour ne se retire pour délibérer, le juré citoyen entend le président de la cour donner lecture de l’instruction suivant laquelle se doit d’être affichée en gros caractères dans le lieu le plus proche de la chambre des délibérations :
                            « la Loi ne demande pas compte aux juges des moyens par lesquels ils se sont convaincus, elle ne leur prescrit pas de règles desquelles ils doivent faire particulièrement dépendre la plénitude et la suffisance d’une preuve ; elle leur prescrit de s’interroger eux-mêmes, dans le silence et le recueillement et de rechercher, dans la sincérité de leur conscience, qu’elle impression ont faite, sur leur raison, les preuves apportées contre l’accusé et les moyens de sa défense. La Loi leur fait que cette seule question qui renferme toute la mesure de leurs devoirs : avez vous une intime conviction ? » (Article 353 Code de Procédure Pénale)
                             
                            Depuis maintenant 5 semaines c’est bien de l’examen de ces preuves dont il est question !
                             
                            Les médias, eux mêmes, font les constations suivantes : « la cour d’assises de Paris examine les circonstances du crime dont Yvan Colonna se dit innocent. Les témoins directs des faits déposent et comme lors du procès en 2007, la défense mange son pain blanc, car à l’instar de Joseph Colombani, invité au concert, qui attendait son ami le Préfet ERIGNAC devant la salle de spectacle ou de Marie Ange Contart qui passait en voiture à hauteur de l’assassin, aucun n’identifie l’accusé.
                            Tous se souviennent de deux hommes plutôt grands, 1m80 environ, quand le berger de Cargèze ne mesure que 1m72  » (le Figaro 26.02.09).
                             
                            Après les révélations de Monsieur VINOLAS, et au vu de ces témoins directs, tout juré citoyen et, à plus forte raison lorsqu’il est magistrat, dans le cadre d’une cour d’assises spécialement composée, se devrait de disposer de tous les éléments possibles, indispensables à la « sincérité de sa conscience  » pour apprécier toute la plénitude des preuves « apportés contre l’accusé et les moyens de sa défense ».
                             
                            C’est certainement dans cet esprit et non, comme on a pu l’entendre « pour faire gagner du temps pour faire le procès de l’enquête » que la défense a demandé que soit organisée une reconstitution sur les lieux, avec l’ensemble des protagonistes mis en cause, dans cette lourde et complexe affaire, ce dont Yvan Colonna n’a jamais bénéficié, à la différence de ce qui se pratique dans de nombreux dossier de droit commun. Pourquoi ?
                            Face à cette décision du Président Wacogne on peut dés lors légitiment se demander, si l’on ne craint pas les constations qui auraient pu résulter d’une véritable reconstitution ?
                             
                            Or, s’il n’existe pas de règles pour « faire particulièrement de prendre la plénitude et la suffisance d’une preuve » encore est il nécessaire, dans un pays qui se revendique des Droits de l’Homme et de la Défense, de se donner tous les moyens pour conférer à une preuve, dans un sens comme dans l’autre, toute la force qui puisse la rendre indiscutable pour emporter sa conviction.
                            Le refus d’accepter cette reconstitution après les nombreux incidents qui ont déjà émaillé le procès d’Yvan Colonna ne traduisent ils pas une CAVALE DE LA JUSTICE DANS LA RECHERCHE DE LA VERITE ?
                            Corinne ROMERO

                            • Claudepapi 15 mars 2009 12:06

                              Je joins ces liens qui sont les analyses de Jean-MichelApathie sur ce procès :

                               


                              • Claudepapi 15 mars 2009 15:36

                                Sur le blog de Jean-Michel Apathie :

                                Procès Colonna. L’accusé a quitté son procès. A tort, je crois. Il a dit sa conviction que quoi qu’il se passe à l’audience, la cour l’a déjà condamné. Je crois, hélas, qu’il a raison. La fameuse cour d’assises spéciale a refusé à Yvan Colonna une reconstitution de la scène du meurtre. Déjà, il est inouï d epenser qu’aucune reconstitution sérieuse du crime n’a eu lieu. Drôle, drôle, de justice.

                                Cette reconstitution a été refusée par la cour pour une raison simple : elle aurait démontré qu’après des années d’enquête, la police est incapable de dire précisément comment le meurtre s’est produit. En clair, la reconstitution aurait fait exploser le dossier d’accusation car elle aurait pris en compte toutes les faiblesses de l’enquête manifestée durant l’audience. Donc, la cour ne prend pas de risques et semble manifester ainsi, hélas pour l’idée que l’on peut se faire de la justice en France, son désir de condamner malgré tout, en dépit de tout, fut ce sans preuves et sans certitudes, Yvan Colonna à la prison à perpétuité pour un crime dont elle est incapable, au vu de l’audience, répétons-le, d’affirmer qui l’a commis.

                                Jamais il ne sera écrit ici qu’Yvan Colonna est innocent. Mais il sera dit et redit que si la justice de la république française condamne un être humain à passer le reste de ses jours en prison sans être certaine qu’il est coupable de l’acte qui lui est reproché, alors nous serons face à un scandale qu’il faudra bien dénoncer. Verdict dans environ quinze jours.


                                • Castor 15 mars 2009 15:54

                                  Dans ce procès, tout n’est qu’esbroufe.

                                  Depuis quand ne peut-on plus condamner sans ADN ou autres expertises ?

                                  Les participants ont été arrêtés, ils ont dénoncé l’un des leurs comme étant le tireur.

                                  Depuis, tout n’est qu’écrans de fumée, diversion et tentatives pour faire passer ce procès pour une masquarade.

                                  Quand il ne reste plus rien, faire croire à un complot politico-judiciaire est la meilleure façon d’emporter le doute.


                                  • Philippe Antonetti 15 mars 2009 16:34

                                    Castor, vous êtes soit naif, soit aveugle et sourd, soit trés mal informé. Intéressez-vous à ce dossier avant de poster de tels commentaires. Puisqu’il faut encore le répéter, voici la réalité des faits : Il ne reste de l’accusation que des aveux depuis lors rétractés. Il n’y a donc qu’une seule question à trancher : quand les membres du commando sont-ils crédibles, quand ils accusent Colonna ou quand ils l’innocentent ?

                                    - Une enquête et une instruction pourtant très longues n’ont pas permis de mettre en cohérence la version issue des aveux avec les faits et les témoignages.

                                    - Il a été établi que les enquêteurs ont menti sur les conditions de recueil de ces aveux

                                    - Il a été fait état de pressions sur les témoins à décharge

                                    - Une reconstitution, acte pourtant banal, est refusée depuis des années

                                    - Le président du tribunal commet des bourdes énormes et est donc soupçonné de partialité
                                    Etc. la liste des irrégularités est encore longue. Et concourrent toutes vers le même but, que la vérité ne soit pas recherchée. Alors, effectivement, tout n’est qu’écran de fumée, diversion et tentatives pour faire de Colonna le coupable idéal. La thèse de l’accusation vous satisfait ? Votre confiance dans les institutions est inébranlable ?
                                     Je vous souhaite de ne jamais être confronté à l’arbitraire, il est des gens dont les yeux craignent la lumière !


                                  • Castor 15 mars 2009 17:22

                                    oui-oui, bien sûr...

                                    Enlevez vos lunettes noires et regardez les choses sans vos filtres complotistes.


                                  • Castor 15 mars 2009 17:26

                                    Très marrante, la thèse qui voudrait que le tueur soit plus grand que Colonna, puis l’autre qui s’accuse d’être le tueur et qui est encore plus petit que votre accusé-innocent.


                                  • bluelight 15 mars 2009 16:55

                                    Colonna a l’attitude d’un coupable .
                                    L’auteur de l’article n’arrivera jamais à trouver dans l’histoire judiciaire un avéré innocent qui se comporte ainsi .

                                    Ensuite que la justice de la République française, comme son administration d’ailleurs, ne soient pas exemplaires au contraire des institutions de certains pays nordiques, c’est connu et n’a rien de spécifique à ce procès, déjà le terroriste Rachid Ramda en a profité et a convaincu le Royaume-Uni de ne pas l’extrader, évidemment l’odeur du sang à Londres en 2005 a comme par hasard accéléré l’extradition c’est juste un hasard n’est-ce pas ?!

                                    Le débat sur l’intime conviction opposé à une preuve irréfutable par ADN est spécieux .
                                    Car vous pouvez toujours trouver des traces d’ADN prélévées à une personne et déposées dans un endroit où cette personne n’était pas .
                                    Au final c’est toujours une conviction qui l’emporte .

                                    Colonna, ce lâche qui n’assume rien, a été dénoncé par ses chers amis corses, alors la fable des pro-Colonna, présentant une Corse idyllique sous l’injustice d’une justice républicaine frappée d’opprobre, est trop simpliste .

                                    Entre la dignité et le courage de la veuve du préfet Erignac, et la lâcheté de ces encagoulés qui n’assument même pas leurs actes (au moins Al Qaïda eux ils assument leurs actes), le choix est vite fait .
                                    Soutien total à la veuve du préfet Erignac .

                                    Non à tous ces articles ’théorie du complot light’, comme sur le 11 septembre 2001, dont la thèse est que ’sous prétexte que tout n’est pas parfaitement expliqué alors les théories qualifiées d’officielles sont fausses’ .
                                    Est-ce que la science est fausse sous prétexte qu’elle n’explique pas tout mais qu’une partie des choses ?

                                    Colonna n’a pas une attitude d’innocent .
                                    Et se défile .
                                    Au lieu de répondre précisément aux questions qui lui sont posées, il préfère mettre en accusation la justice .

                                    Honte aux soutiens de Colonna .

                                    La Corse ne veut pas de la justice française, elle préfère les assassinats dans les fêtes de village, mais elle veut l’argent du contribuable français .
                                    Que la Corse devienne indépendante et ce seraient des réseaux de grand banditisme et de corrompus qui se partageraient l’ïle, ce qui est d’ailleurs déjà le cas, mais cela s’accentuerait .

                                    Enfin, au sujet de la protection de l’environnement en Corse, ce qui le permet sont 1. les lois de la République française, 2. les associations écologistes corses, 3. la justice de la République qui finit toujours pas donner raison à ces associations
                                    Ceux qui veulent livrer la côte corse au bétonnage sont des Corses, comme Rocca-Serra .


                                    • Roseau Roseau 16 mars 2009 23:11

                                      Vous dites "au moins al quaida eux ils assument leurs actes"... Je vais vous dire franchement : vous êtes un (ou une) malade. Je n’ai pas l’habitude de m’exprimer ainsi, mais vous êtes la preuve vivante de ce que l’intolérance et la généralisation a de pire. Personne ici n’a jamais dit qu’il y avait quoi que ce soit de louable ou d’excusable dans l’assassinat du Préfêt Erignac. Vous vous excusez Al Quaida.


                                    • bluelight 15 mars 2009 17:32

                                      Quel intérêt aurait un véritable innocent à se comporter comme un coupable, ce que fait Colonna ?

                                      Un innocent est toujours prêt à expliquer ce qu’il faisait au moment du crime qu’il n’a pas commis, pourquoi il n’y était pas, où il était, avec qui, dans quelles conditions, etc


                                      • Jack Nico 15 mars 2009 17:55

                                        @ bluelight , tu te crois fort et génial , tes arguments révèlent ton racisme anti Corse !

                                        dis nous la vérité , tu est venu nous voir et ta femme a préférée rester avec un de mes compatriote ??


                                        Yvan n’a pas a prouver son innocence, c’est a l’accusation de le faire !

                                        tu n’a rien compris  !


                                      • Collongues 15 mars 2009 19:28

                                        J’ajouterai qu’il est rare que le père d’un « innocent » prenne la plume pour « excuser l’inexcusable » en s’adressant à l’épouse de la victime de son fils, ainsi que l’a fait le papa Colonna en écrivant à Mme Erignac...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès